Sign in to follow this  
vaufrègesI3

TROIS ROVERS SUR MARS EN 2020

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

euhhh pour l'Europe c'est mal parti : les tests pour le parachute sont négatifs (voir le fil dédié)

Pour les chinois il y a un problème de fusée qui n' est pas résolu encore il me semble...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Daniel pour ces actualités !

Ces missions si elles parviennent à se réaliser, apporteront bien sur des avancées sur l’existence de traces prébiotiques ou organiques. En dépit de ces attentes passionnantes, j'ai l'impression que ces projets semblent désormais reléguer Curiosity à un rang d’éclaireur. Il est dit : "La mission de Curiosity a examiné le rôle de l’eau sur Mars et a évolué afin d’explorer l’habitabilité passée de la planète. Toutes ces missions avaient à leur bord l'équipement analytique nécessaire pour répondre à ces questions sur place. La mission Mars 2020 de la NASA sera différente." Cela signifie –t-il que Curiosity a terminé sa mission et qu'il est incapable ou qu'il n'est plus programmé pour faire de nouvelles recherches ? Si c'est cela, nous ne sommes pas prêts de le voir se hisser sur le cône de déjection du Mont Gale, et cela expliquerait bien des atermoiements sur sa mission.

C'est un peu le "Si c'est trop profond, laisse un peu mesurer les autres"… non?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

Il y a 9 heures, jackbauer 2 a dit :

euhhh pour l'Europe c'est mal parti : les tests pour le parachute sont négatifs (voir le fil dédié)

Pour les chinois il y a un problème de fusée qui n' est pas résolu encore il me semble...

 

Pour la Chine, ça s'annonce compliqué au niveau de l'échéance 2020. Ce qui est bien souligné dans le laïus - je cite le lien : "La CNSA a annoncé son intention de lancer le rover l'année prochaine, mais les médias ont fait état de problèmes avec la fusée de transport lourd qu'elle a l'intention d'utiliser pour son lancement. L’agence a indiqué qu’elle pourrait déplacer la mission en 2022 si elle n’était pas prête l’année prochaine".

Concernant la mission ExoMars, il est vrai que les dernières nouvelles ne sont pas rassurantes.. Mais la tendance semble quand même être plus confiante que pour la Chine..

 

Il y a 9 heures, Adlucem a dit :

Cela signifie –t-il que Curiosity a terminé sa mission et qu'il est incapable ou qu'il n'est plus programmé pour faire de nouvelles recherches ?

 

Salut @Adlucem :)

Curiosity me semble encore plutôt actif, même s'il est parfois/souvent compliqué de comprendre la logique de certains choix stratégiques. 

Il en sera ainsi je pense tant que Mars 2020 ne sera pas sur Mars. Mais en 2021, quand il sera à pied d'oeuvre, il est probable que le nouveau rover aura une certaine priorité. Il faut souligner que le retour d'échantillon s'annonce programmé aux calendes grecques :(

Par ailleurs il faut aussi noter que Curiosity a maintenant plus de sept ans, le générateur RTG ne fournit plus qu’environ 80 W (au lieu de 110 W en 2012 à l’atterrissage) ce qui diminue déjà inexorablement le champ opérationnel. Cette puissance va continuer à diminuer d’environ 1 w tous les 80 sols..

 

 

Il y a 9 heures, Adlucem a dit :

C'est un peu le "Si c'est trop profond, laisse un peu mesurer les autres"… non?

 

Jolie la référence à Pagnol xD 

 

Oui.. R.F. creusera plus profond que les 6 ou 7 cm du foret de Curiosity, c'est clair. Quant à atteindre les 2 mètres, je n'y crois pas du tout (et je ne suis pas le seul). 

Ou alors dans le sable -_-..

Edited by vaufrègesI3
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant la mission chinoise HX-1 (orbiteur + atterrisseur/rover), toujours prévue pour 2020, quelques informations supplémentaires ont été apportées durant le congrès EPSC-DPS qui vient de se tenir à Genève, en particulier sur les caméras optiques MoRIC et HiRIC embarquées sur l'orbiteur et NaTeCam sur le rover.
https://meetingorganizer.copernicus.org/EPSC-DPS2019/EPSC-DPS2019-368-1.pdf

 

 

Autrement, le choix du site d'atterrissage (A ou B) se porte visiblement dans l'hémisphère Nord sur Utopia Planita, comme Viking 2, mais 18 à 25° plus au Sud  (Viking 2,  48° lat. N).

 

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas certain que la mission chinoise parte bien en 2020 (problème de lanceur) mais la sonde est en phase de test

1ère photo rendue publique : (désignée HX-1)

 

 

 

 

HX-1.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.cieletespace.fr/actualites/l-atterrisseur-martien-de-la-chine-passe-un-test-avec-succes


La Chine a conduit un test réussi de son atterrisseur martien ce 14 novembre, en présence de nombreux invités étrangers dont les ambassadeurs du Brésil, de la France et de l’Italie.
C’est la première apparition publique de l’atterrisseur que la Chine lancera vers Mars l’année prochaine (mission Huoxing-1).

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Quelle est la prochaine étape sur Mars ?

 

Source :  https://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/what-comes-next-on-mars.html

 

 

La recherche de la vie est un objectif de l'exploration de Mars depuis ses débuts. Cependant, plus de 50 ans de travail n’ont pas permis de répondre à la question fondamentale: existe-t-il ou existait-il de la vie sur Mars? Les prochaines missions sur Mars cherchent à résoudre directement cette question.

 

Dans les années 50 et 60, les travaux de Stanley Miller, Joan Oro et d'autres ont démontré que les éléments constitutifs de la vie pouvaient se former lors de réactions chimiques naturelles dans des conditions environnementales spécifiques. Ces conditions auraient pu prévaloir sur la Terre primitive. Lorsque le système solaire était jeune, Mars et la Terre auraient connu une évolution similaire. Ce qui s'est passé sur Terre aurait également pu se passer sur Mars. Dans les années 1990, d'autres chercheurs ont identifié des microorganismes appelés extrémophiles capables de prospérer dans des conditions extrêmes de température, de pression, de salinité, etc. Ces formes de vie résilientes ont considérablement augmenté la variété d’environnements que nous pensions capables d’accueillir la vie et donc les chances de trouver la vie ailleurs dans le système solaire.

Les missions de l’atterrisseur Viking ont cherché à découvrir la vie sur Mars en 1976 et leurs résultats infructueux ont eu un impact négatif sur l’enthousiasme pour le financement des missions sur Mars. Vingt ans plus tard, Mars Global Surveyor, une nouvelle étape de l'exploration de Mars, est entré en orbite en 1997. Depuis lors, l'intérêt de la communauté a tellement augmenté que le nombre de publications sur Mars a explosé, dépassant de loin celui de toutes les autres destinations planétaires combinées. .

 

 

ExoMars2020_Rover_Drill_20170413_5_6k.thumb.jpg.496edfa0fe76ea43abc79dbea217d911.jpg

ESA / ATG Médialab

Rosalind Franklin, le rover ExoMars 2020, perceuse déployée

Rosalind Franklin, le rover ExoMars de l'ESA, en est aux derniers préparatifs en vue d'un lancement en juillet 2020 et d'un atterrissage en mars 2021 à Oxia Planum, où coulaient autrefois les rivières martiennes. Son but est de rechercher des signes de la vie ancienne. En plus des caméras et des spectromètres, Rosalind Franklin propose une perceuse pouvant pénétrer jusqu'à 2 mètres sous la surface pour récupérer des échantillons et les livrer à des instruments de laboratoire d'analyse. 

 

 

L'objectif de recherche de la vie

 

Depuis Mars Global Surveyor, les objectifs du programme d'exploration de la NASA sur Mars ont été constants. Il y a 4 objectifs: caractériser le climat de Mars, caractériser la géologie de Mars, déterminer si la vie a jamais existé sur Mars et se préparer à l'exploration humaine. Les objectifs de la mission ExoMars de l'ESA sont similaires.

Les orbiteurs Mars Global Surveyor, Mars Odyssey, Mars Express, Mars Reconnaissance Orbiter, MAVEN, Mars Orbiter Mission et maintenant ExoMars Trace Gas Orbiter ont envoyé à la Terre des milliers de térabits d’informations sur la surface et l’atmosphère de Mars. Les missions débarquées, Mars Pathfinder, Mars Exploration Rovers, Phoenix, Curiosity et Insight, ont confirmé au sol ces mesures sur des sites d'atterrissage caractérisés depuis l'orbite.

Nous avons maintenant un suivi météorologique continu qui remonte à 1997. Nous connaissons très bien l’atmosphère de Mars: sa composition, sa pression, sa température et leur variation en fonction des saisons. Nous connaissons le mouvement des vents de Mars et comment leur flux est conforme à la topographie de Mars. Nous commençons à comprendre comment Mars a perdu son atmosphère au fil du temps. Il y a des questions en suspens, comme par exemple la mondialisation des tempêtes de poussière et l'évolution de l'atmosphère dans son état actuel, mais nous avons fait de grands progrès dans la caractérisation du climat de Mars.

Nous avons localisé des volcans, des cratères d'impact, des coulées de lave, des canaux profonds, des deltas de dépôt et de vastes plaines, et nous comprenons par analogie avec la Terre combien de ceux-ci se sont formés. Nous avons cartographié la distribution des éléments chimiques et des minéraux tels que les argiles, les sulfates et les carbonates. Cependant, nous ne connaissons que la surface de la planète. Pour comprendre l'évolution de la Terre, les géologues explorent son intérieur. Nous recherchons des endroits où ses couches internes ont été exposées par des mouvements tectoniques et utilisons des sismographes pour voir les couches cachées. Un forage profond est généralement notre meilleure option pour voir la géologie de la Terre. C'est la même chose sur Mars. Dans certains endroits, l'érosion a exposé les couches intérieures, mais beaucoup est caché. Nous pouvons dire que nous avons caractérisé la géologie de surface de Mars mais pas son intérieur.

 

 

 

 

Hephaestus.thumb.jpg.519181389f0a538eb017764b9eaf3329.jpg

ESA / DLR / FU Berlin (G. Neukum)

Chenaux près de Hephaestus Fossae

Alors que l’eau liquide n’a peut-être pas été exposée à la surface de Mars pendant une bonne partie de son histoire de 4,5 milliards d’années, les témoignages d’orbiteurs et de rovers suggèrent qu’elle est disponible sous terre depuis bien plus longtemps. Les chenaux de la région d'Hephaestus Fossae dans Utopia Planitia (en haut) se sont probablement formés lorsque les impacts ont libéré les eaux souterraines lors d'inondations massives. Les données de l'orbiteur Mars Express constituent la base de cette carte d'élévation. Les couleurs froides représentent les dépressions; les couleurs plus chaudes sont les zones les plus élevées. L'image fait environ 55 kilomètres de large.

 

 

Nous n'avons pas beaucoup avancé pour déterminer si la vie a jamais existé sur Mars, mais nous avons constaté que les conditions nécessaires à la vie existaient dans le passé de Mars. Ces conditions incluent l’eau liquide, certains éléments clés (carbone, azote, phosphore et soufre), des gradients chimiques (pour fournir de l’énergie au métabolisme) et un environnement adéquat (en termes de rayonnement, de température, de conditions chimiques, etc.). Cependant, nous n'avons détecté aucune biosignature. Nous avons trouvé des molécules contenant du carbone, mais elles pourraient toutes avoir une origine abiotique. (Les chutes météoritiques livrent chaque jour 100 tonnes de matériau à Mars, dont une partie est carbonée.) Des molécules complexes, riches en carbone, sont tout à fait sujettes à la dégradation par les radiations. Par conséquent, ils ne peuvent être trouvés que sous la surface. De même, pour la vie actuelle, toutes les preuves suggèrent que si Mars a une eau liquide stable, elle réside sous la surface. Le consensus de la communauté est qu'il faut aller sous la surface pour progresser dans la recherche de la vie.

 

 

SELFIE.thumb.jpg.31b8d59d7f8e3cf3ceda2aa38b86171e.jpg

NASA / JPL-Caltech

Selfie avec Mars 2020 dans la « High Bay 1 » du JPL

La NASA prépare également le rover Mars 2020 pour un lancement en juillet 2020. Sur cette photo du 5 juin 2019, les ingénieurs prennent un selfie après avoir fixé le mât de détection à distance. Comme son prédécesseur Curiosity et son contemporain Rosalind Franklin, le rover Mars 2020 (qui recevra un nom plus familier avant son lancement) est capable de forer pour acquérir des échantillons. Contrairement aux autres missions, Mars 2020 prévoit d’emballer et de déposer ces échantillons pour les récupérer ultérieurement et les ramener sur Terre. Le travail effectué à la surface avec des caméras et des spectromètres permettra de documenter le contexte géologique des échantillons, ce qui en fera un prix précieux pour la science future dans les laboratoires de la Terre si la Terre parvient à les récupérer.

 

 

Les missions robotiques ont pris des mesures pour aider à préparer l'exploration humaine future en étudiant l'environnement de rayonnement sur le chemin de Mars et à la surface. Le rover Mars 2020 de la NASA réalisera une première expérience de démonstration d'utilisation des ressources in situ, générant de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne. La plus grande contribution aux futures explorations humaines a été la cartographie du terrain et la caractérisation du climat.

Détection de vie à la surface de Mars

Plusieurs missions prévoient de se lancer vers Mars à l’été 2020. Deux en particulier cherchent à faire avancer la recherche de la vie en explorant sous la surface : Mars 2020 et Rosalind Franklin le rover de l’ESA. La conception de Mars 2020 est basée sur le rover Curiosity, mais elle dispose d'instruments différents et d'une capacité améliorée à détecter les molécules organiques grâce à ses spectromètres Raman. Son objectif est de forer et de collecter des échantillons en vue de leur retour futur sur Terre. Le rover Rosalind Franklin est également équipé d'un spectromètre Raman et d'un foret permettant de prélever un échantillon jusqu'à 2 mètres de profondeur pour une analyse embarquée.

Les spectromètres Raman sont largement utilisés dans les laboratoires terrestres, mais n’avaient jamais volé jusqu’à Mars. Ils peuvent identifier la présence de composés contenant du carbone et les types de liaisons chimiques qu’ils contiennent. Mars 2020 en a 2 : SHERLOC, qui se trouve au bout du bras robotique, et SuperCam, qui se trouve dans le mât du rover avec les caméras. Ils pourront opérer sur des centaines de cibles différentes. Dans Rosalind Franklin, le spectromètre s'appelle RLS et se trouve dans le laboratoire d'analyse d'échantillons interne du mobile.

La spectroscopie Raman ne peut à elle seule prouver que la vie existait sur Mars. Il est possible que l'un des rovers puisse repérer une molécule contenant du carbone qui correspond parfaitement à un composé connu d'intérêt biologique. Plus probablement, ils trouveront des preuves de la présence de certains composés contenant du carbone. Dans tous les cas, des analyses supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'origine du matériau. Certaines expériences basées sur des rovers peuvent aider à réduire ceci, comme les analyses isotopiques et chirales (formes de molécules) que Rosalind Franklin pourrait effectuer.

Aucun des deux rovers ne peut produire une preuve définitive de la vie sur Mars. Nous devrons faire des analyses plus détaillées que les rovers ne peuvent pas effectuer, en utilisant des spectromètres plus puissants ou en apportant de nouvelles techniques telles que la détection par immunoanalyse et le traitement des échantillons pour extraire et concentrer les matières organiques. La spectroscopie Raman est une très bonne technique pour sélectionner des échantillons pour des analyses plus poussées. Nous devrons soit rapporter des échantillons sur Terre, soit faire appel à un laboratoire plus puissant, peut-être exploité par des explorateurs humains.

 

 

 

Infographix-2019-11-18-signs-of-life-chart.thumb.png.1a6f2520f41d986ade1040bf907d2456.png

La société planétaire

Signes de vie sur mars

Lorsque nous parlons de la recherche de signes de la vie ancienne sur Mars, nous cherchons en réalité une biosignature: un objet, une substance ou un modèle qui n'aurait pu être créé que par la vie. Il existe 6 types de biosignatures spécifiques que nous pourrions rencontrer sur Mars : 1) Matières organiques : composés organiques contenant du carbone, de l'hydrogène et d'autres éléments légers.Toute la vie sur Terre est faite de composés organiques, mais des composés organiques se forment aussi en l'absence de vie. Des modèles systématiques dans les types de matières organiques pourraient être une bio-signature. 2) Isotopes : les atomes d'un élément chimique contiennent toujours le même nombre de protons mais peuvent avoir des nombres différents de neutrons. Sur Terre, les processus biologiques préfèrent parfois un isotope plutôt qu'un autre, et cette préférence peut être préservée dans les roches.3) Minéraux : Sur terre, certains minerais sont uniquement associés à la vie. La découverte d'un minéral qui a besoin de vie pour se former serait une biosignature.4) Produits chimiques : l'activité métabolique de la vie terrestre a souvent une signature chimique. Les signes de variation du PH ou de l'état d'oxydation à très petite échelle peuvent être la signature du métabolisme microbien dans un environnement ancien. 5) Structures à petite échelle : au niveau microscopique, il est possible de repérer des signes de formes de vie microscopiques individuelles : cellules fossilisées, ou moisissures de cellules, ou moulages de cellules. 6) Structures à grande échelle : au niveau macroscopique, les microbes sur Terre construisent des tapis, des stromatolites, des récifs et autres structures.

Sur Terre, les géologues recherchent les bio-signatures dans les roches anciennes pour savoir quand la vie a pris naissance. Les plus anciennes preuves de la vie sur Terre proviennent de stromatolithes de la région de Pilbara, en Australie. Ils montrent des preuves minérales, chimiques et structurelles de la présence de la vie sur Terre il y a 3,5 milliards et demi d'années. Plus les types de bio-signatures observées sont différents, plus nous pouvons être confiants dans la conclusion que la vie était présente.

 

 

La NASA et l'ESA discutent maintenant des plans pour le retour des échantillons du rover Mars 2020. Un atterrisseur déploierait un rover de récupération d’échantillons qui passerait six mois à recueillir les échantillons et à les charger dans une boîte à échantillons de la taille d’un ballon de basket, lancée par une fusée depuis le pont de l’atterrisseur. Un orbiteur de retour d'échantillon rejoindrait la capsule en orbite autour de Mars et la ramènerait sur Terre. Chacune de ces deux missions aurait des composantes construites par la NASA et l'ESA. Tel qu'il est actuellement envisagé, l'engin spatial serait lancé en 2026, et les échantillons reviendraient en 2031... Chacune de ces 2 missions aurait des composants construits à la fois par la NASA et l'ESA. Selon les prévisions actuelles, le satellite serait lancé en 2026 et les échantillons seraient restitués en 2031.

 

Creuser plus profond

 

Outre la NASA et l'ESA, de nombreuses organisations prévoient le lancement de futures missions sur Mars en 2020, 2022 et 2024. Nous sommes actuellement dans une période de discussion et de planification pour les missions de la décennie suivante. L'ESA élabore actuellement un nouveau plan à long terme pour ses priorités scientifiques, baptisé Voyage 2050. Aux États-Unis, le Conseil national de la recherche sollicite les avis de la communauté pour la prochaine étude planétaire sur la science planétaire, qui établira les priorités scientifiques de la NASA pour 2023 à 2032.

Si notre objectif est de rechercher la vie existante, le forage à une profondeur suffisante pour rencontrer de l'eau liquide sous la surface semble être la meilleure option. Il faudra un atterrisseur lourd pour forer suffisamment – à des dizaines ou des centaines de mètres sous la surface - pour rencontrer des environnements stables et habitables et pour transporter une charge utile scientifique suffisamment puissante pour les analyser. Cela nécessitera de nouveaux systèmes d'atterrissage. Les mêmes types de systèmes d'atterrissage lourds seront éventuellement nécessaires pour les missions humaines vers Mars.

 

 

 

hooke-crater-cowart.thumb.jpg.1e0a7473e837b7063bcc71c14f48e688.jpg

ESA / DLR / FU Berlin / J. Cowart, CC BY-SA 3.0 IGO

Givre dans le cratère Hooke, Mars

De lourds dépôts de givre recouvrent le sol dans et autour du cratère Hooke de 139 kilomètres de diamètre dans cette image de Mars Express. Le gel rappelle que Mars possède toujours de l'eau qui se déplace de manière dynamique entre l'atmosphère et la surface, principalement sous forme de glace et de vapeur. À l’heure actuelle, Mars possède d’épaisses calottes polaires de glace d’eau et des nuages glacés. Dans de nombreux endroits, les températures sont suffisamment basses pendant la nuit pour que l'humidité relative atteigne 100%, et du givre se forme sur le sol lorsque la vapeur d'eau se condense. Au fil des changements climatiques, Mars a peut-être connu de nombreuses périodes humides ou sèches sur l’ensemble de la planète.

 

Même si nous avions la technologie, nous ne pourrions pas forer pour nous approvisionner sur Mars. Les accords internationaux en vigueur sur la protection planétaire interdisent le contact avec l’eau liquide sur d’autres mondes afin d’éviter tout type de contamination par la Terre. La communauté discute activement de l'assouplissement de ces restrictions. Nous pensons que le niveau le plus élevé de stérilisation doit être utilisé avec les composants en contact avec l'eau, en développant de nouvelles techniques et protocoles si nécessaire. Si nous voulons trouver la vie actuelle, nous devons pouvoir interagir avec de l’eau liquide. L’exploration fait partie de l’ADN de l’humanité, mais l’immense coût d’envoyer des êtres humains sur Mars exige une raison motivante développée par le consensus des agences spatiales internationales et de la communauté scientifique. Une option gagnant-gagnant pour rechercher la vie sur Mars et renforcer la présence humaine dans le système solaire ressemble à une combinaison de robots et d'astronautes. Grâce à la reconnaissance robotique, nous pouvons sélectionner des sites prometteurs où la vie souterraine pourrait être présente. J'imagine un scénario dans lequel les humains peuvent sélectionner des sites de forage, des robots hautement stérilisés peuvent forer et récupérer des échantillons, et les humains peuvent effectuer une analyse de base dans des laboratoires basés sur Mars. Bientôt, nous verrons comment la Terre prévoit de poursuivre sa recherche de la vie sur Mars.

 

Javier Gómez-Elvira

directeur du département des charges utiles et des sciences spatiales à l'Instituto Nacional de Técnica Aeroespacial (INTA)

 

FIN DE CITATION

 

 

 

Quelques précisions :

 

 

La spectroscopie Raman (ou spectrométrie Raman) et la microspectroscopie Raman sont des méthodes non destructives d'observation et de caractérisation de la composition moléculaire et de la structure externe d'un matériau qui exploite le phénomène physique selon lequel un milieu modifie légèrement la fréquence de la lumière y circulant. Ce décalage en fréquence dit l'effet Raman correspond à un échange d'énergie entre le rayon lumineux et le milieu, et donne des informations sur le substrat lui-même. La spectroscopie Raman consiste à envoyer une lumière monochromatique (laser) sur l’échantillon et à analyser la lumière diffusée. Les informations obtenues par la mesure et l'analyse de ce décalage permettent de remonter à certaines propriétés du milieu, par la spectroscopie.

 

 

ExoMars : Trois instruments d’analyse dédiés à la recherche de traces de vie passée

 

Chromatographe MOMA

MOMA (Mars Organic Molecule Analyser) est un chromatographe en phase gazeuse qui doit analyser la matière organique et inorganique dans l'atmosphère, en surface et dans le sous-sol. Il est alimenté par le système de prélèvement d'échantillon du rover. Cet instrument, qui est le plus important embarqué par le rover, est réalisé sous la supervision de l'Institut Max Planck (Allemagne).

Spectroscope Raman

Le spectroscope laser Raman RLS (Raman Laser Spectrometer) réalise à l'aide d'un laser l'analyse à distance de la composition des roches. Il est utilisé pour identifier les composants organiques et rechercher les indices de vie, pour identifier les minéraux et les indicateurs d'une activité biologique, pour caractériser les phases minérales produites par des processus liés à la présence d'eau et pour caractériser les minéraux ignés et les produits résultant d'un processus d'altération. L'instrument d'une masse de 2 kg est développé sous la supervision du Centro de Astrobiología (Espagne).

Spectroscope infrarouge MicrOmega

Le spectromètre imageur infrarouge MicrOmega fait partie avec MOMA et RLS, des instruments chargés d'analyser les échantillons de sol martien prélevés par la foreuse. Il fournit à l'échelle d'un grain la composition moléculaire et minéralogique. Les images monochromatiques sont obtenues avec une résolution de 20 × 20 microns / pixel avec une résolution spectrale élevée pour les longueurs d'onde comprises entre 0,9 et 3,5 microns. Il est développé sous la supervision de l'Institut d'Astrophysique Spatiale (France).

 

 

MARS 2020 :

 

Mars 2020 a pour ambition de trouver des indices forts de forme de vie passée. Pour cela, il embarquera deux instruments dédiés équipés de spectroscopie Raman et Infrarouge :  SuperCam et SHERLOC.

Ces instruments analyseront à distance la chimie des roches afin de mettre en évidence les éventuelles biosignatures et les traces de vie passée à la surface de Mars.

Toutefois, la NASA a fait le pari qu'une mission de retour d'échantillons martiens sera finalement programmée et budgétée : ils ont choisi de retenir, non pas des instruments capables de faire les analyses les plus poussées, mais ceux capables d'identifier de la manière la plus efficace les échantillons martiens mettant en évidence d’éventuelles biosignatures et de traces d'une vie passée pour une analyse ultérieure. Alors que Curiosity emportait deux laboratoires permettant une analyse poussée des échantillons martiens, Mars 2020 n'en emporte aucun. La moitié de la charge utile est réservée au système de prélèvement et de stockage des échantillons.

 

SuperCam : spectromètres Raman et infrarouge

SuperCam est une version améliorée de ChemCam, l’instrument qui équipe Curiosity, le rover en opération sur Mars depuis 2012, auquel a été ajouté des spectromètres Raman et infrarouge. Outre l'analyse à distance des roches martiennes, SuperCam sera capable de détecter des molécules organiques, traces d'éventuelles formes de vie passée.

Comme ChemCam, SuperCam réalisera des tirs lasers focalisés sur un point de roche qui auront pour effet de le chauffer jusqu’à une température de 8 000 °C. La lumière émise par le plasma créé sera analysée et fournira la composition chimique des roches. Mais SuperCam comporte également un spectromètre Raman et un spectromètre infrarouge. Leur utilisation, en association, donnera la composition minérale des roches et détectera la présence éventuelle de molécules organiques.

Les différentes techniques fonctionnent à distance : jusqu’à 7 m pour le LIBS, 12 m pour le Raman, et jusqu’à l’horizon pour la spectroscopie IR et l’imagerie. Le Raman repose sur un faisceau pulsé à 532 nm et la diffusion inélastique d’un photon à plus grande longueur d’onde (émission Stokes). La spectroscopie IR couvre la bande spectrale 1.3 µm – 2.6 µm.

SuperCam a une masse totale de 10,6 kg répartie entre le module optique logé dans le mât (5,6 kg), les spectromètres logés dans le corps du rover (4,8 kg) et les cibles utilisées pour étalonner l'instrument (0,2 kg). L'instrument en fonctionnement consomme 17,9 watts. Il génère un volume de données moyen de 4,2 mégabits par jour. L'instrument est développé par le Laboratoire national de Los Alamos qui fournit les spectromètres et l'institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP) en France pour la partie optique et le laser (fourni par Thales) sous maîtrise d'œuvre de l'agence spatiale française (CNES). Le responsable scientifique est Roger Wiens de Los Alamos et son adjoint Sylvestre Maurice de l'IRAP.

 

Spectromètre SHERLOC

Le spectromètre SHERLOC (Scanning Habitable Environments with Raman and Luminescence for Organics and Chemicals) est un instrument situé à l'extrémité du bras robotique qui fournit des images à faible échelle et utilise un laser ultraviolet pour déterminer la minéralogie et la composition organique du sol martien afin de déterminer si ceux-ci ont été altérés par un environnement aqueux et s'ils contiennent des indices d'une vie microbienne passée. Il s'agit du premier spectromètre Raman œuvrant à la surface de Mars. L'instrument met en œuvre deux types d'effet. D'une part la fluorescence qui permet d'identifier les formes condensées du carbone et les composés aromatiques présents à hauteur d'une partie par million avec une résolution spatiale de 100 micron. D'autre part la diffusion Raman permet l'identification et la classification des composés aromatiques et aliphatiques présents avec une concentration comprise entre 1 % et 1 partie par 10000 avec une résolution spatiale de 100 microns. La diffusion Raman permet également l'identification et la classification des minéraux issus d'une chimie aqueuse dans des grains dont la taille peut descendre jusqu'à 20 microns. L'instrument utilise un laser émettant un faisceau large de 50 microns dans l'ultraviolet (248,6 nanomètres) et une caméra dont la résolution spatiale est de 30 microns. Un système d'autofocus permet de positionner la tête de l'instrument à la distance adéquate de l'échantillon à analyser sans avoir à déplacer le bras. Les parois d'un forage réalisée par l'astromobile peuvent être également étudiés. Un miroir pivotant permet de déplacer le point d'impact du laser et ainsi d'analyser de manière systématique une région de 0,7 × 0,7 centimètres. La caméra fournit le contexte avec un champ de vue de 2,3 × 1,5 centimètres.

 

 

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  



  • Similar Content

    • By FranckiM06
      Bonjour les amis,
      Alors après avoir fait Saturne dans le même sens , j'ai aujourd'hui fait le même tableau mais avec Mars :

      Franck
    • By M28
      Bonsoir  à  toutes et tous  ,  
       
      Voilà  !   !  c'est  reparti  ,  retour  chez  mes  potes  du  06      j'avais  vraiment  besoin  de  vacances   ……….. le   "  burnoute  "  me  guettait  de  plus  en  plus            
      Newton maison de 400  ,  miroir  SkyVision  de  400  F/D 4  en  Zérodur        ,  capture   avec  Genika Astro  , traitement   avec  AS!3  et  R6  ,  Iris  et  PS  .  
       

      Gif  de  8  images  ,  dans  AS!3   avec  un   Resize  de  x1.5   et  crop  ,   de  18h57  à  19h55  TU  . 
       

      Mars  en  RGB  à  19h48  TU  .
       

      à  19h55  TU  .
       

      celle  de  19h55  TU   ,  avec  un  Resize  de  X2  avec  R6   .   
       

      simulation   avec  Winjupos   le  30/03   à  19h30  TU  .
       
      PS  ;   à  venir  ……………de  la  même  soirée/nuit  ……………..  Jupiter   avec  animation…………..  et   Saturne  ,  mais  si………. mais  si        pour  les  très  patient  ………….
       
      *********************************************************************************************************************************
       
       

      allez   ………………… histoire  de  vous  faire  patienter   ,   un  petit  aperçu  de  la  suite  ,   ce  matin   Jupiter   le  31/03   à  02h54  TU     
       
      Michel  
    • By M28
      Bonsoir  à  toutes et tous  ,  
       
      Comme  vous  voyez  …………….  hé  ben  ……………  ça  continue   ,  incroyable ………..  nan  ?         
      Newton maison de 400  ,  miroir  SkyVision  de  400  F/D 4  en  Zérodur     ,  capture   avec  Genika Astro  , traitement  complet   avec   AstroSurface  V0.93   .
       

      Mars  en  RGB  le  19/03  à  18h30  TU  ,  Barlow  TV  Powermate  de  X5      +  ADC  MK2  PA  +  caméra  ASI 224MC   ,  image  à  100%  .  beaucoup  de  turbu  cette fois   ,  moins  bonnes  conditions  que  celles  du  16/03    
       

      le  petit  GIF  allégé   ,  un  peu  de  déchet  ,  de  11  images  de  18h26  à  19h22  TU  .  traitement  complet  avec  AstroSurface   ,  remise  en  ligne  des  images  et  recentrage    ,  pas  encore  parfait  …………..  mais  ça  va  venir ……………….           
       

      simulation  avec  Winjupos  le  19/03  18h30  TU  .
       
      Michel  
    • By M28
      Bonsoir  à  toutes et tous  ,  
       
      Ben……  je  regrette  pas  d ' être  resté   ,  malgré  un  vent  de  malade  qui  n'à  jamais  molli  de  la  soirée  !   !  et  qui  me  faisait  sortir  la  p'tite  bestiole de  la  fenêtre  de  capture  ,  j'ai  du  passer  à  plus  grande  à  mi  session   et  même  là  ,  ça  sortait  quand  même  ,  un  truc  de  ouff   ,  heureusement  que  la  transparence  était  bonne  ce  soir   ,  sinon ………….  maison !  !             
      Newton maison de 400  ,  miroir  SkyVision  de  400  F/D 4  en  Zérodur       ,  capture   avec  Genika Astro  , traitement  complet   avec   AstroSurface  V0.93  .
       

      Mars  en  RGB    le  16/03   à   18h49  TU   ,  j'ai  perdu  30mn  à  voir  si  j'allais  y  aller  où  pas     ,   Barlow  Powermate   TV  de  x5      +  ADC  PA  ,   +  caméra  ASI 224MC   ,   image  à  la  taille  de  capture        
       

      une  autre  version   ,  avec   un  nouveau  traitement  et   1  Resize  de  1.2 …………..  c'est  vous  qui  voyez    
       

      la  même      avec   Resize  : Factor  x1.5    dans  AstroSurface  
       

      une  autre  ,  la  deuxième  à  18h53  TU  à  100% …………….  j'en  ai  15  pourvu  qu'elles  soit  pas  toutes  comme  ça     la  sortie  ?….. vite …….        
       

      le  petit  GIF  comme  prévu  de  12  img  de  18h48  à  19h35  TU  ,   à  la  taille  de  capture   ,  traiter  avec  AstroSurface  ,  crop….remise  au  centre  et  tout  le  bazar   ,   finition   de  recentrage  avec  Iris   (  merci  Valère     )  …..Iris  ,  qui  à  fait  ce  qu'il  à  pu   ………..  bien  agiter  avant  de  s'en  servir            
       

      simulation  avec  Winjupos  le  16/03   à  19h00  TU  .
       
      Michel   
    • By M28
      Bonsoir  à  toutes et tous  .
       
      J'ai   à  remis   ça  hier  soir  ,  pour  pas  laisser  Lucien  et  Polo   à  leur  à  leur  triste  sort…………     un  beau  ciel   clair  ,  ça  commençait  plutôt  bien  , mais  c'était  sans  compter  sur  cette  satanée  turbu  et  ces  maudits  avions          
      Newton maison de 400  ,  miroir  SkyVision  de  400  F/D 4  en  Zérodur       ,  capture   avec  Genika Astro   , traitement   avec  AstroSurface  V0.92   .
       

      Mars  en  RGB  le  11/03   à  18h55 TU  ,  caméra  ASI 224MC   +  ADC   PA  ,   image  à  100%   ,  échan  00.09 ….F/D 20,56   .
       

      celle  du  dessus   ,   une fois  x1.5   et  une  fois   x2   avec  AstroSurface   . 
       

      à    19h27 TU  . image  à  100%   .
       

      simulation  avec  Winjupos  le  11/03  à  19h00 TU  .
       

      la  p'tite  animation   de  12  images    (  bien  pourries     )   de  18h32  à  19h32  TU  , traitement   AS!3  avec  un   Drizzle  de  1.5  , et qui  balance  comme  toujours     j'ai  d'la  marge  je  ne  peux  que  progresser     
       
      Michel  
  • Images