Sign in to follow this  
jackbauer

Solar Orbiter (ESA/NASA)

Recommended Posts

C'est dans quelques heures (05H03 lundi matin en France) que la sonde doit être lancée par une fusée Atlas V depuis Cap Canaveral

Comme l'américaine Parker Solar Probe, sa mission sera d'étudier le Soleil, mais de plus loin (au plus proche 42 millions de km  contre 7 pour PSB)

Par contre elle est mieux armée avec 10 instruments scientifiques

 

Extrait d'un communiqué du CNES :

 

https://www.obspm.fr/IMG/pdf/cp_op-psl_solar_orbiter_analyseur_rpw_def.pdf

 

Solar Orbiter, de la taille d’une camionnette avec une masse de 1,6 tonne au lancement, aura la particularité de combiner simultanément des mesures in situ de son environnement sur une orbite relativement proche du Soleil et des observations à distance du Soleil (à seulement 42 millions de km au lieu de 150 millions de km, distance Terre-Soleil). La sonde devra affronter des températures variant de – 150˚C à + 500˚C et de puissants bombardements de particules solaires énergétiques.

Au cours de son périple prévu pour une dizaine d’années, Solar Orbiter utilisera la gravité de Vénus et de la Terre pour élever progressivement son orbite par rapport au plan de l’écliptique (33°), et ainsi accéder à l’observation des régions du Soleil de plus hautes latitudes.

Avec la participation de la NASA, le coût de cette mission est estimée à 1,5 milliard d’euros. Une fois en orbite opérationnelle, Solar Orbiter travaillera en tandem avec la sonde solaire de la NASA, Parker Solar Probe, lancée en août 2018. Grâce à ses imageurs et télescopes multi-longueurs d’ondes, la sonde européenne contribuera quant à elle à visualiser l’environnement spatial dans lequel la sonde américaine collectera des données à une distance encore plus proche du soleil, en frôlant notre étoile à moins de 7 millions de km.

 

 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

6.jpg

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

"...L’ESA s’attend d’ailleurs à réaliser les clichés clichés les plus précis et les plus proches du Soleil. Leur publication est attendue pour la mi-juillet 2020..."
(Numerama)


Doit-on espérer des photos spectaculaires ? Parce que du côté de Parker Solar Probe c'est la Bérézina...

 


 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Communiqué de l'ESA  (traduction automatique) :

 

Premières images de Solar Orbiter de l'ESA révélées :

 

Les premières images du nouvel engin spatial d'observation du soleil de l'ESA, Solar Orbiter, seront rendues publiques le 16 juillet 2020. Les représentants des médias sont invités à regarder un point de presse en ligne, qui aura lieu à 14h00 CEST (13h00 BST), et parler aux scientifiques derrière la mission.

Solar Orbiter, lancé le 10 février, a achevé sa phase de mise en service à la mi-juin et a effectué sa première approche rapprochée du Soleil. Peu de temps après, les équipes scientifiques européennes et américaines à l'origine des 10 instruments de la mission ont pu tester la suite d'instruments en concert pour la première fois.

 

- Mieux que prévu

Malgré les revers auxquels les équipes ont été confrontées lors de la mise en service du vaisseau spatial et de ses instruments au milieu de la pandémie de COVID-19, la première campagne d'imagerie a été un grand succès.

«Les premières images dépassent nos attentes», explique Daniel Müller, scientifique du projet Solar Orbiter à l'ESA. «Nous pouvons déjà voir des indices de phénomènes très intéressants que nous n'avons pas pu observer en détail auparavant. Les 10 instruments à bord de Solar Orbiter fonctionnent à merveille et fournissent ensemble une vue holistique du Soleil et du vent solaire. Cela nous donne confiance que Solar Orbiter nous aidera à répondre à de profondes questions ouvertes sur le Soleil. »

 

- Nous n'avons jamais été aussi proches avec une caméra

Aucune autre image du Soleil n'a été prise à une distance aussi proche. Au cours de son premier périhélie, le point de l'orbite elliptique du vaisseau spatial le plus proche du Soleil, Solar Orbiter s'est approché à 77 millions de kilomètres de la surface de l'étoile, soit environ la moitié de la distance entre le Soleil et la Terre. Le vaisseau spatial finira par se rapprocher beaucoup plus du Soleil. Le vaisseau spatial est maintenant dans sa phase de croisière, ajustant progressivement son orbite autour du Soleil. Une fois dans sa phase scientifique, qui débutera fin 2021, le vaisseau spatial se rapprochera à 42 millions de kilomètres de la surface du Soleil, plus près que la planète Mercure. Les opérateurs du vaisseau spatial inclineront progressivement l'orbite de Solar Orbiter pour permettre à la sonde d'avoir la première vue correcte des pôles du Soleil.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, jackbauer a dit :

sonde d'avoir la première vue correcte des pôles du Soleil.

Tiens, il n'y avait pas déjà eu Ulysses en orbite au dessus des pôles ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ulysses ne s'est approché qu'à 1.35 U.A du Soleil, soit env. 200 millions de km. Solar Orbiter vient de passer à 77 millions seulement : j'imagine qu'il doit y avoir une belle différence sur les photos...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, jackbauer a dit :

Ulysses ne s'est approché qu'à 1.35 U.A du Soleil, soit env. 200 millions de km. Solar Orbiter vient de passer à 77 millions seulement : j'imagine qu'il doit y avoir une belle différence sur les photos...

 

Autant que je me souvienne, pas de caméra sur la sonde Ulysses !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voila les premières photos ! (cliquez dessus c'est en HD)

 

https://www.esa.int/Science_Exploration/Space_Science/Solar_Orbiter/Solar_Orbiter_s_first_images_reveal_campfires_on_the_Sun

 

Les premières images de Solar Orbiter révèlent des «feux de camp» sur le Soleil


Les premières images de Solar Orbiter, une nouvelle mission d'observation du soleil de l'ESA et de la NASA, ont révélé des éruptions solaires miniatures omniprésentes, surnommées `` feux de camp '', près de la surface de notre étoile la plus proche.

Selon les scientifiques derrière la mission, voir des phénomènes qui n'étaient pas observables en détail avant des indices sur l'énorme potentiel de Solar Orbiter, qui vient juste de terminer sa première phase de vérification technique connue sous le nom de mise en service.

«Ce ne sont que les premières images et nous pouvons déjà voir de nouveaux phénomènes intéressants», explique Daniel Müller, scientifique du projet Solar Orbiter de l'ESA. «Nous ne nous attendions pas vraiment à de si bons résultats dès le départ. Nous pouvons également voir comment nos dix instruments scientifiques se complètent, fournissant une image holistique du Soleil et de l'environnement environnant. »
Les feux de camp montrés dans le premier ensemble d'images ont été capturés par l'Extrême Ultraviolet Imager (EUI) à partir du premier périhélie de Solar Orbiter, le point de son orbite elliptique le plus proche du Soleil. À cette époque, l'engin spatial n'était qu'à 77 millions de kilomètres du Soleil, soit environ la moitié de la distance entre la Terre et l'étoile.

«Les feux de camp sont peu apparentés aux éruptions solaires que nous pouvons observer depuis la Terre, des millions ou des milliards de fois plus petits», explique David Berghmans de l'Observatoire royal de Belgique (ROB), chercheur principal de l'instrument EUI, qui prend des images à haute résolution. des couches inférieures de l'atmosphère du Soleil, connue sous le nom de couronne solaire. "Le soleil peut sembler calme au premier coup d'œil, mais quand nous regardons en détail, nous pouvons voir ces fusées éclairantes miniatures partout où nous regardons."

 

 

photo 1
Les scientifiques ne savent pas encore si les feux de camp ne sont que de minuscules versions de grandes fusées éclairantes, ou s'ils sont entraînés par des mécanismes différents. Il existe cependant déjà des théories selon lesquelles ces éruptions miniatures pourraient contribuer à l'un des phénomènes les plus mystérieux du Soleil, le chauffage coronal.

 

 

photo 2
Image haute résolution de l'imageur ultraviolet extrême (EUI) sur le vaisseau spatial Solar Orbiter de l'ESA, prise avec le télescope HRI EUV le 30 mai 2020. Le cercle dans le coin inférieur gauche indique la taille de la Terre à l'échelle. La flèche pointe vers l'une des caractéristiques omniprésentes de la surface solaire, appelées «feux de camp» et révélée pour la première fois par ces images.

 

 

photo 3
L'imageur polarimétrique et hélioséismique (PHI) sur Solar Orbiter de l'ESA mesure le champ magnétique près de la surface du soleil et permet l'étude de l'intérieur du soleil via la technique d'héliosismologie. Dans ces images, PHI révèle l'étendue des informations qu'il peut déverrouiller.

L'image en haut à gauche a été prise le 18 juin 2020 à l'aide du télescope à disque complet PHI. Il montre le Soleil tel qu'il apparaîtrait à l'œil nu. Actuellement, notre étoile la plus proche est magnétiquement silencieuse, ce qui signifie qu'il n'y a pas de taches solaires visibles. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de champs magnétiques enfilant la surface solaire et l'atmosphère.

L'image en bas à gauche a été prise le 28 mai 2020 avec le PHI, High Resolution Telescope. Il s'agit d'un magnétogramme qui couvre une superficie d'environ 200 000 km x 200 000 km à la surface solaire. Les petites structures observées sont des régions magnétiques de polarités nord et sud, dont certaines ont une taille de quelques 1000 km.

L'image en bas à droite montre une extrapolation des lignes de champ magnétique émanant des structures magnétiques dans la haute atmosphère solaire, que le télescope EUI image.

L'image en haut à droite montre l'apparence visible de ce patch à la surface du soleil. Le modèle de granulation représente les flux ascendants et descendants de gaz chauds chargés électriquement, appelés plasma, qui se produisent sous la surface visible du Soleil. 

 

 

Une vidéo :


 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel pied par rapport à Parker Solar Probe : on peut peut admirer le spectacle de notre étoile en pleine action

Cette mission s'annonce passionnante, non seulement pour les scientifiques, mais également pour nous, amateurs de belles images.

On peut déjà télécharger pas mal de choses avec ce lien  :

 

https://www.esa.int/ESA_Multimedia/Search?SearchText=solar+orbiter&result_type=images

 

Par exemple :

 

Ces images solaires ont été produites par l'imageur haute résolution, le télescope HRI LYA , qui fait partie de l'instrument Extreme Ultraviolet Imager (EUI) sur le vaisseau spatial Solar Orbiter de l'ESA. Les images montrent la surface solaire dans une longueur d'onde ultraviolette particulière produite par l'hydrogène, l'élément chimique le plus abondant de l'Univers. La longueur d'onde est connue sous le nom de Lyman-alpha et a une longueur d'onde de 121,6 nm.

Ici, il montre l'atmosphère solaire sous la couronne chaude révélée par le télescope EUI HRI EUV . La structure du «réseau» visible sur les images est caractéristique d'une région de l'atmosphère solaire connue sous le nom de chromosphère. Cette section de la basse atmosphère du Soleil a une température d'environ dix mille à cent mille degrés Kelvin. Il s'agit d'une importante région de transition dans l'atmosphère solaire où le gaz chargé électriquement, appelé plasma, est de plus en plus dominé par le champ magnétique du Soleil. Le motif est produit par des mouvements convectifs en dessous, mais les éléments lumineux individuels de ce motif peuvent correspondre aux empreintes de structures magnétiques plus haut dans la couronne.

La couleur violette a été artificiellement ajoutée pour faciliter l'identification visuelle de cette région.

EUI a produit ces images de la couronne solaire à peu près à mi-chemin entre la Terre et le Soleil, plus près du Soleil que tout autre télescope solaire. Cela lui permet de voir de petites entités de quelques centaines de kilomètres seulement.
 

 

Solar_Orbiter_s_high-resolution_view_of_the_Sun (1).png

Solar_Orbiter_s_high-resolution_view_of_the_Sun_pillars.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les multiples visages du soleil des instruments EUI et PHI de Solar Orbiter

 

Solar Orbiter de l'ESA révèle les nombreux visages du Soleil. L'imageur plein soleil (FSI) de l'imageur ultraviolet extrême (EUI) a pris les images dans la rangée supérieure et la colonne la plus à droite au cours de la semaine suivant le 30 mai 2020 et a contribué à l'image centrale.

Les images jaunes , prises à la longueur d'onde ultraviolette extrême de 17 nanomètres, montrent l'atmosphère extérieure du Soleil, la couronne, qui existe à une température d'environ un million de degrés. Les images rouges, prises à une longueur d'onde légèrement plus longue de 30 nanomètres, montrent la région de transition du Soleil, qui est une interface entre les couches inférieure et supérieure de l'atmosphère solaire. Dans cette région, qui ne fait que 100 km d'épaisseur, la température augmente d'un facteur jusqu'à 100 pour atteindre le million de degrés de la couronne.

Solar Orbiter se déplacera autour du Soleil et hors du plan écliptique, ce qui définit de manière lâche où les planètes orbitent. Ainsi, EUI sera en mesure d'imaginer le côté éloigné du Soleil ainsi que les pôles solaires. L'image du milieu montre des images solaires projetées et simultanées de l'ESI FSI (rouge) à la position de Solar Orbiter au cours de son premier périhélie, le point le plus proche de son orbite vers le Soleil, et la mission de l'Observatoire solaire dynamique de la NASA (gris) en orbite terrestre.

L'image au milieu de la première colonne, a été prise par l'instrument Polarimetric and Helioseismic Imager (PHI) le 18 juin 2020. Elle montre une « carte magnétique du Soleil » qui révèle les forces du champ magnétique sur la surface solaire. Dans le coin inférieur droit se trouve le début d'une région active. Il peut être vu des régions noires et blanches étroitement voisines, qui signifient des polarités magnétiques opposées. En période d'activité magnétique accrue, des tracés comme celui-ci montreront beaucoup plus de régions actives de ce type.

L'image bleue, blanche et rouge en bas à gauche est un tachygraphe du Soleil , à nouveau pris avec PHI. Il montre la vitesse de la ligne de visée du Soleil, le côté bleu se tournant vers nous et le côté rouge se détournant. En période d'activité magnétique accrue, ce tracé deviendra plus turbulent.

A côté de cette image, une vue du Soleil en lumière visible , prise par PHI le 18 juin 2020. Il n'y a pas de taches solaires car il y a très peu d'activité magnétique. 

 

 

The_many_faces_of_the_Sun_from_Solar_Orbiter_s_EUI_and_PHI_instruments.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

les champs magnétiques et les mouvements révélés par l'instrument PHI sur Solar Orbiter

 

Le Polarimetric and Helioseismic Imager (PHI) sur Solar Orbiter de l'ESA mesure le champ magnétique à la surface du Soleil et permet l'étude de l'intérieur du Soleil via la technique de l'héliosismologie.

L' image en haut à gauche est une vue du Soleil prise par le télescope à disque complet de PHI le 18 juin 2020. Il s'agit d'une image en lumière visible qui représente ce que nous verrions à l'œil nu. Il n'y a pas de taches solaires visibles car le Soleil n'affiche pour le moment que de faibles niveaux d'activité magnétique. Ci-dessous, une image rapprochée prise par le télescope haute résolution de PHI le 28 mai 2020. La zone mesure environ 200 000 km x 200 000 km et est centrée au milieu du soleil. Il montre le modèle de granulation du soleil qui résulte du mouvement du plasma chaud sous la surface visible du soleil.

L' image du haut de la colonne du milieu révèle les propriétés magnétiques de la même région. Les zones sombres et claires montrent les polarités magnétiques nord et sud de ces zones. L'image complète du disque ci-dessous montre une carte magnétique similaire mais pour tout le Soleil. Prise le 18 juin 2020, il y a une grande région magnétiquement active dans le quadrant inférieur droit du Soleil.

L' image du haut de la colonne de droite est un «tachygraphe» du Soleil, à nouveau pris avec le télescope à disque complet PHI le 18 juin 2020. Il montre la vitesse de visée du Soleil, le côté bleu se tournant vers nous et le côté rouge se détournant. L'image rapprochée ci-dessous est un tachygraphe similaire mais pour la zone rapprochée du Soleil que PHI a imaginée le 28 mai 2020. Ici, le modèle de granulation peut être vu ainsi que le changement du bleu au rouge, ce qui signifie l'ensemble rotation du Soleil. Dans cette image, le jaune (plutôt que le blanc) indique la vitesse de ligne de visée nulle.

 

 

Sunlight_magnetic_fields_and_movement_revealed_by_the_PHI_instrument_on_Solar_Orbiter_(1).jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this