hamilton

Membre
  • Compteur de contenus

    1 029
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    France

hamilton a gagné pour la dernière fois le 20 décembre 2017

hamilton a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

371 Très bonne réputation

À propos de hamilton

  • Rang
    Membre très actif
  1. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Certes non, et je ne résiste pas à l'envie de citer ce petit bout......de texte extrait d'une des nouvelles écrites dans les années 50, du temps de l'Union soviétique, et intitulée " L'antienne aux nefs de Boréalis" ,dans son ouvrage méconnu je pense "Contes scientifiques" par Ivan Efremov ....un autre visionnaire, un "must" en la matière! Il offre la perspective d'un avenir plus collectif, solidaire, plein d'humanité et d'optimisme pour une épopée martienne (au départ , c'était bien l'idée du "système" non? ) que celle des inégalables "Chroniques martiennes" de l'ami Ray, mais pas dénuée de l'interrogation fondamentale.... "Mars n'est-il rien d'autre qu'un astre errant, rougi du seul sang des poètes irriguant les canaux mirages, où flotte notre imagination fiévreuse et désespérée, telle une âme en peine?"... Amitiés
  2. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    AlainG, calme-toi! ce petit......rien que pour toi....MADE IN USA en direct de Vénus........ Nb: ne me remercie pas
  3. Décés d'Alan Bean

    La nuit de l'observatoire "Presque déshumanisé, ainsi engoncé dans ma combinaison aux multiples épaisseurs, je représente pourtant en cet instant une part de ma Terre natale. Le comité d’accueil se résume à cette nuit étrangère qu’aucun frémissement n’ose troubler. Des monts aux pentes douces s’offrent à mon regard, tel un décor de théâtre. Et l’astre qui affleure à l’horizon, diffuse sur la scène une lumière rassurante. Je me redresse davantage, comme si les ombres me passaient en revue .Un intense plaisir délivre sa horde de frissons dans ma chair, là où même le vide échoue et ne peut m’atteindre. Et je souris aussi. Personne pour capter ou disséquer mes réactions physiologiques, me rappeler les cas échéant à l’ordre de ma mission .J’en profite pleinement. Dieu sait où se trouve le module lunaire ,sans doute posé aux abords d’une mer figée et d’un cratère non répertorié. Je suis en perdition, plus qu’en expédition. Enivrante perdition ! A la face de ce monde inconnu, j’existe comme jamais un songe n’a existé. Je prends corps, je fais corps avec mon nouvel environnement. Le mont Hadley, l’océan des tempêtes ,et Copernic, et Surveyor, cent noms, cent lieux se révèlent à mon regard panoramique .A des centaines de ces milliers de lieues qui justifiaient théoriquement ma présence. J’accomplis alors ce geste que je crois partagé par l’univers, si l’univers accueille dans ses spirales infinies et ses enchevêtrements complexes le vivant, le bienveillant. Instinctivement j’adresse à la Terre un salut que personne ne verra. Et je souris encore. Je sais qu’on se revoit bientôt… J’étais très en avance ce soir et mon esprit vagabondait. Un à un, mes condisciples débarquent, avec force lumière et bruits de moteurs. Les décors du sanctuaire sont alors escamotés. La campagne bourguignonne reprend ses droits ancestraux et mon costume change instantanément. A la manœuvre avec les autres pour l’ouverture du toit de l’observatoire. Et ça grince durement aux oreilles et ça rigole dans le vaisseau ouvert aux navigateurs de plein ciel. J’adresse à la Lune un regard un peu coupable. J’avais la tête ailleurs et je t’ai prise pour la Terre. Obscur astronome qui n’est qu’un hôte de tes surfaces, et qui n’a droit qu’aux effleurements de tes secrets." Ce petit texte que j'ai rédigé il y'a peut-être une dizaine d'années devrait te plaire, Gérard C'était du temps où j'étais un peu plus assidu et au club, et sous les étoiles. ( je l'avais déjà partagé dans ce forum de poètes...) Il est "totalement",autant que cela soit possible, autobiographique un soir où la lune affleurait à l'horizon d'un bois. Jai toujours eu l'esprit vagabond, même dans les activités sérieuses et chi... et à haute tenue scientifique ( ces heures "d'acquisition" derrière l'écran, un tue l'amour!) de cette association à vocation culturelle Tu voies aussi qu'Apollo est pour une part dans mon appétence pour les cieux. NB: j'espère que la musique te sera jouée dans un futur très lointain! Amitiés
  4. Mars ça repart...!

    Merci fred! C'est c'la oui.... Tu as bien tout compris qu'est-ce ma phrase et ben qu'elle voulait en fait ,comment dirais-je...signifier! D'ailleurs, quand je dis enfin : (je me cite ) cela corrobore, et traduit me semble-t-il , mon admiration inconditionnelle du travail de notre Maître à tous (pas vraiment en ce qui me concerne, puisque je suis bien dans l'incapacité de produire un tel travail de moine "copiste" qui transcende si bien les choses du ciel....faute de talent et de courage...) Moi aussi , dans mon domaine d'élection je suis parfois subtil, mais pas aussi stratosphérique cependant que notre ami! Amitiés et vive la pluralité du monde des astrams!!!!
  5. Décés d'Alan Bean

    Mais nan Great gig in the sky..!!.( c'est long c't'affaire ) ....cet homme là avait tout simplement des étoiles plein la tête! D'ailleurs, j'en connais un de dessinateur, qui au Paradis, en passant par l'espace profond ( et silencieux) , l'attend avec impatience pour causer avec lui étoiles et planètes.....pour de vrai!!! Amitiés
  6. Mars ça repart...!

    Dire que j'envie ton coup de crayon et ton coup d'oeil... reste peu de choses, ce je ne sais quoi qui laisse encore quand même une part belle à la rêverie, sans préjudice des détails restitués ( j'ai encore du mal à croire que tu chopes tout ça!!!) Moi et mes rêves, j'en suis réduit à imaginer la réalité de ce que tu vis avec bonheur et que tu partages, à jouer parfois avec la "réalité" ( créativité ou dépit amoureux? ) Exemple, cette lune de décembre 2016, un peu détournée.... Amitiés
  7. mars 2020 rover

    J'avais songé à évoquer cette mission qui a frappé mon imagination (d'ailleurs, j'en conserve des séquelles ) d'astronome plutôt contemplatif. Quelque part à la maison, je dois avoir un DVD joint à une revue d'époque. Je vous fais partager une vidéo stupéfiante , une vue à 360 à degrés de la descente de la sonde sur cet autre monde, illustrée en marge et pour les amateurs éclairés de données scientifiques, de paramètres, de points de repères en surface durant ladite descente (ex.l'Everest...) et d'une musique électronique aussi d'un autre monde( d'origine?)...jusqu'au chant du cygne final! Si cette mission a été un prétendu échec sur le plan économique, c'est pour le moins un échec réussi! Je reprends à mon compte le commentaire d'un internaute: I think this really exemplifies how technology can be both a science, and an art. ( chais pas si c'est un anglais correct...m'en fous...royalement !) Amitiés
  8. mars 2020 rover

    Laquelle ? celle des méchants indiens contre les gentils blancs ? "Niakoué" iblack ,"niakoué ", pas indiens! regarde bien la petite vidéo z'allégorique! ...Et je crains...c'est dure à dire... , je crains qu'il n' y ait de toute façon aucun survivant sur Mars après ces expéditions , hormis les martiens!? Amitiés
  9. mars 2020 rover

    Je relevais simplement, et par effet de contraste si l'on peut dire, la charge symbolique que revêt cette mission du futur vers Mars, en cette occurrence, une "petite mite", au regard du poids lourd qu'était saturne V et l'ensemble du "train lunaire". Ambition sur Mars revue à la baisse, où la seule colonie à venir, sera donc celle de "petites mites" volant au dessus de canyons. D'après ce que tu présentes cependant, elle n'en sera pas moins porteuse d'autres grandes ambitions raisonnables, le retour d'échantillon par le biais d'un rendez-vous orbital. A cet égard, elle sera passionnante, porteuse de nouvelles connaissances sur cette planète tellement emblématique du système solaire, et qui a peuplé il faut l'admettre, nos rêves d'un "après Apollo". Amitiés
  10. mars 2020 rover

    Je ne sais si je suis encore sous le coup de l'émotion suscitée en moi par le film "Apollo XIII" revu hier soir , ce véritable "chant du cygne" d'un programme d'expansion sur la lune, vers l'infini et au-delà...( certaines scènes non équivoques indiquent clairement "quand c'est qu'on arrête ces conneries" ) ....Mais la petite vidéo , avec pourtant la musique qui va bien , les panoramas martiens , ce petit "dronouillet" tout fragile, cette gracieuse libellule fruit d'une technologie dernier cri, à maîtriser à plusieurs millions de kilomètres de notre bonne vieille terre, le sherpa du rover , ça fait une misère d'ambition... En même temps, que pourrait-on faire de plus sur Mars sans retomber dans les chroniques d'une déconnade sans avenir en atmosphère invivable? C'est totalement infondé et injuste, c'est le limbique en moi qui prend le dessus, le" rationnel" est un peu en carafe, comme le fut "Odyssey" en son temps , mais j'espère rentrer à bon port! Il faut que je m'enthousiasme!! Quand même, ce mini-hélico , ça sonne vraiment la fin d'une époque... Amitiés
  11. C'était bien sûr du second degré. Mais nul doute qu'un esprit aussi vif que le tien l'aura perçu La clé est probablement en ce point. Une certaine démystification s'impose, le quantique, au moins dans ses grands traits, ça peut s'apprendre. Sur ce "comment " ça se comporte à de telles échelles je demande à comprendre, sur le "pourquoi tout ca" et y'a t il une Unité ,un liant non explicite, je cherche mes réponses dans mon approche cantique.... Amitiés
  12. Ca me fait irrésistiblement "songer" à une série TV fantastique de la fin des années 50 avec cette "dimension" prémonitoire. Je me demande si pénétrer dans l'univers quantique , c'est effectivement se résoudre à imaginer l'inconcevable tel qu'un partie du générique l'énonce : "You're moving into a land of both shadow and substance, of things and ideas You've just crossed over intoThe Twilight Zone".... De fait, même cette tentative de résolution du complexe, de l'infiniment inaccessible, ne me cause pas du tout! Jusqu'à quel point cela n'est pas qu'une vue de l'esprit ( mais cela est une, forcément!) Aucune référence dans mon environnement et dans ce que j'ai appris à l'école. Si je ne n'en ai pas la connaissance, en aurais-je l'intuition?? Cela serait pour moi une consolation! ("L'intuition, c'est l'intelligence qui commet un excès de vitesse." aurait affirmé un dramaturge et auquel les neurosciences semblent devoir rendre grâce?) Amitiés
  13. Du Mars (en avril)

    Je passe occasionnellement sur cette rubrique, mais je le dis encore une fois, le côté " planche d'un naturaliste" du siècle des Lumières, en expédition sous un ciel étranger, avec ce léger grain du papier et la douceur du trait, est d'un charme fou, pour une planète qui enflamme quand même l'imagination! Pour l'avoir observée cette planète avec un gros diamètre, je peux dire que ton rendu est d'une précision renversante. Bravo Fred! Amitiés
  14. Passionnant, et comme traditionnellement sur ce forum, des mêmes choses reformulées selon les sensibilités, le fond culturel plus ou moins diffus des uns et des autres Sur le fond justement, beaucoup de convergence de bon sens les amis ...( encore un "miracle" que certains mouvements sociaux actuels peinent à réaliser! ) et le rejet d'une dichotomie absurde. Comme toujours aussi, ces discussions donnent envie de" flâner " sur le Web (source d'aliénation parfois, mais aussi de mon inaliénable liberté de croiser rapidement différentes sources , et d'étancher ainsi ma soif de savoir!) J'ai bien aimé cet article signé par le physicien Thibault Damour, (professeur à l'Institut des hautes études scientifiques et membre de l'Académie des sciences) et j'en partage une bribe: ( si je l'ai retenu, c'est bien sûr aussi en lien avec ma vision du monde, ce que je crois ): "....Comment expliquez-vous le décalage entre cet incroyable ordonnancement du monde décrit par la science et la perception que la plupart des gens ont encore de l’espace et du temps ? En 1922, le 31 mars, Einstein vient à Paris. Tous les journaux titrent : « Einstein à Paris. Le temps n’existe pas » ou « Le temps n’est plus ». Des choses comme ça. Les journalistes avaient senti que la théorie d’Einstein nous disait quelque chose d’important sur l’existence du temps. Des cartoons, des dessins, expliquaient ces concepts dans les journaux...." Einstein discute de ça avec les philosophes. Avec Henri Bergson notamment, qui croyait au temps qui s’écoule. C’est un dialogue de sourds... Proust est sans doute l’un des rares qui comprend intuitivement ce que dit Einstein sur le « temps illusion ». Mais l’intelligentsia de l’époque suivait la visite d’Einstein et s’intéressait philosophiquement à ce qu’il disait sur le temps..." Je fais de la physique parce que depuis que je suis petit je me pose des questions métaphysiques sur la réalité. C’est vrai que ce n’est pas la physique en tant que telle qui va résoudre les mystères. Elle ne nous dit pas si Dieu existe ou pas, s’il est comme ci comma ça… Mais elle suggère. Et c’est déjà pas mal. Le temps illusion, la multiplicité des mondes en physique quantique, ça donne de quoi réfléchir à ce que ça implique pour nous philosophiquement en tant qu’êtres humains...." J'en retiens que la bonne posture pour les promoteurs du savoir, de la connaissance, en toutes leurs dimensions, c'est le maintien de ce dialogue entre la science , la philosophie, et par extension avec la littérature ou d'autres formes d'expressions qui ont aussi "leur mot à dire" sur le monde, et donc sur le temps qui passe.... C'"est sur une touche personnelle que j'achève le temps qui m'est imparti sur ce fil et qui restera toujours "présent à mon esprit , présent dont Jean d'Ormesson disait qu' "il est une éternité au rabais" "Faire la lumière sur le temps" ou "Pour faire du temps, il faut de la lumière?" (photo prise quelque part dans le Morbihan/ mars 2018) Amitiés
  15. Gaia, bientôt J-100!

    Donc, cette mission fondamentale ( et la suivante!) pour élaborer une étude "démographique" précise et en "temps réel" de notre galaxie ( les jeunes, les adultes, les vieilles étoiles, leur aire de mobilité ...etc...) a en outre le mérite de déborder de notre gigantesque-minuscule galaxie vers ses soeurs dissemblables. Je pense que cela causera donc aussi quant à l'élaboration de scénarii viables sur comment tout ce barnum a pu évoluer depuis le BB, et subsidiairement :où va-t-il? Me trompé-je, mais une étude démographique n'est pas une fin en soi, une simple photo de famille ,même à cette échelle hors normes non? (sur la destiné d'une étoiles, de la vie à la mort, grosso merdo les savants, donc pas moi, s'appuient maintenant sur des données fiables, vérifiées?). NB: en parlant de "pont", comme je suis dans la maisonnée la seule feignasse à le traverser aujourd'hui, j'ai divers" post-it" sur le frigo et autant de TAF à accomplir , donc, je ne t'emmerderai plus avec d'autres questions....au moins tant que tous ces foutus TAF ne seront pas réalisés! Là, je suis en pause... Amitiés