Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Le développement durable

Selon la Banque Mondiale, en 1990, 1.85 milliard de personnes disposaient de moins de 1.90$ US par jour et 1 milliard d'entre elles étaient si pauvres que leur vie était en danger. En 2013, 767 millions de personnes vivaient encore avec moins de 1.90$ US par jour. Document TIME, 2005.

Les actions humanitaires (IV)

Dans le cadre du développement durable, la question humanitaire est certainement la plus urgente et la plus complexe. Si on ne considère que la question du niveau de vie des populations, on constate que la pauvreté dépend de facteurs politiques et socio-économiques qu'il est impossible de résoudre en quelques actions éclairs ou temporaires. De plus, les organisations humanitaires doivent se battre contre les mentalités, parfois les lois religieuses, les injustices sociales et des démarches administratives souvent décourageantes pour obtenir au final une fraction des résultats qu'ils espéraient.

Le premier facteur à considérer est la question démographique. Aujourd'hui il naît chaque année 137 millions de bébés dans le monde ! Tenant compte d'une mortalité de 1.9 individus par seconde, la population active doit donc subvenir aux besoins de plus 2 nouvelles personnes toutes les secondes. Et la file des nouveaux-nés ne fait que s'allonger de manière exponentielle. Sans un ralentissement de cette croissance d'un facteur 100 dans certaines régions du globe (Asie, Afrique) et une relance de l'économie dans des secteurs d'avenir (haute technologie, services), nous allons tout droit vers des crises sociales avec un risque accru de dépression économique. Nous avons franchi les 6.1 milliards d'habitants en l'an 2000. Nous serons plus de 9 milliards en 2050 et nous devrions plafonner à 11 ou 12 milliards en 2100.

Chaque année, près de 8 millions de personnes meurent dans le monde du fait de leur pauvreté dont près de 95 % sont des enfants, alors que l'Occident croule sous les excédants alimentaires et se permet même de les jeter ! Cette situation immorale est révoltante et persiste depuis plusieurs générations sans qu'aucun dirigeant occidental n'y change un iota !

Ces 8 millions de victimes par an qui crèvent littéralement de faim à quelques milliers de kilomètres de chez nous représentent une personne toutes les 4 secondes, autant de victimes de la famine que nous aurions pu éviter si nous acceptions de sacrifier un peu de notre confort pour subvenir aux besoins de première nécessité des habitants du tiers-monde et bien entendu à ceux du quart-monde proche de chez nous. Ce n'est même plus un défi que d'essayer d'enrayer ces phénomènes, ce serait un miracle que de parvenir à résorber ces problèmes dans la conjoncture mondiale actuelle. En effet, si des associations comme le "Live Aid" (1985) du chanteur Bob Geldof peuvent rassembler plus d'un milliard de personnes et récolter environ 200 millions de dollars US autour d'une idée, elles n'ont aucun poids politique, si ce n'est indirectement à travers une prise de conscience collective. Ce sont les politiciens (et les industriels, les magnats, etc.) qui tiennent les cordons de la bourse. S'ils voulaient réellement le support de la population pour soutenir des actions caritatives d'envergures, le "Live Aid" leur a démontré qu'ils pourraient récolter l'argent dont ils ont besoin.

The Lysistrata Project Album - Anita Roddick

Images de la folie et l'indifférence des hommes

Evolution de la population mondiale jusqu'en 2150. Documents ONU/Population Referencre Bureau, Population Division, Briefing Packet, "1998 Revision of World Population Prospects" et "World Population Prospects, The 1998 Revision".

Mais en Occident les politiciens ne l'entendent malheureusement pas de cette oreille. Ainsi en Europe ou aux Etats-Unis, on accorde jusqu'à 2.5$ US de subside aux animaux d'élevage alors qu'on ne donne qu' 1$ US aux pays du tiers-monde ! Faut-il en conclure que nos dirigeants considèrent qu'un animal vaut plus qu'une vie humaine... ? Quel est le ministre ou le président qui a pris ce problème à bras-le-corps ? On les compte sur les doigts d'une main dans le monde et l'Europe n'est pas la première à montrer l'exemple ! Cette attitude est scandaleuse et nous devons tout faire pour changer nos attitudes, même si cela doit faire mal à certains politiciens et lobbies. Mais comparée à la souffrance qu'endurent les pays pauvres, ce ne sera jamais qu'un soupir de résignation, leur vie ne sera jamais en jeu comme elle peut l'être dans le tiers-monde.

Malheureusement le sujet est trop vaste pour être abordé en quelques lignes dans cet article. Pour bien comprendre l'injustice qui frappe le tiers-monde, nous allons centrer notre discussion sur une seule question bien concrète, celle des médicaments et des soins de santé, dont nous savons combien ils peuvent être cher, même en Occident. Ici également les pays riches se dorent la pilule sur le dos des plus pauvres.

Le tiers-monde : quand l'Occident se dore la pilule

Elaborer un remède pour vaincre une maladie coûte beaucoup d'argent en frais de recherches et développements. Ce n'est qu'au bout de 10 ans parfois que le produit apparaît sur le marché, destiné quelquefois à quelques dizaines de milliers de malades seulement à travers le monde. Le rendement, le "retour sur investissement" cher aux commenditaires et aux actionnaires, peut donc être très faible et seules les "majors" sociétés pharmaceutiques avec le support financier des pouvoir publics (le budget accordé à la recherche) peuvent espérer trouver un certain bénéfice dans cette aventure.

Carte de la pauvreté dans le monde tenant compte de 39 indicateurs de la qualité de vie (santé, nutrition, éducation, etc). Les pays les plus pauvres sont colorés en mauve et en vert clair (Afrique du Sud, Colombie, Irak, etc). Doc CIS.

Pour lutter contre les virus, il faut donc de l'argent, beaucoup d'argent. Etant donné que l'industrie pharmaceutique ne fait pas oeuvre philantropique, elle ne s'intéresse qu'aux maladies les plus communes car elle espère ainsi obtenir un retour, des bénéfices, une fois le médicament commercialisé.

Une solution pour poursuivre ses recherches et conquérir progressivement de nouveaux marchés est d'invoquer le risque de bioterrorisme. Le gouvernement ne peut pas y être insensible et le résultat est tout bénéfice pour la santé publique. Bien sûr tout abus peut conduire à la corruption et ce n'est pas le but de mes propos.

Les étagères de nos officines occidentales débordant de médicaments, avec cette pléthore de remèdes en réserve beaucoup de personnes se demandent aussi pourquoi ne soignons-nous pas les malades des pays en voie de développement et sous-développés ?

Nous disposons souvent des vaccins, il suffirait de transplanter les industries ou les pharmacies dans le tiers-monde... C'est d'autant plus vrai que certaines maladies tropicales pouvant être mortelles ne concernent que quelques milliers de personnes seulement et nous pourrions rapidement éradiquer la maladie et peut-être son vecteur.

A cette question pertinente, un généticien ou un pharmacologue vous dira honnêtement mais à l'insu de son patron que les industries pharmaceutiques ne veulent pas "investir dans la brousse". L'argument invoqué est de prétendre d'une part que le marché ne rapporte aucun revenu et d'autre part qu'il sera conquis en quelques jours. Cela revient à créer une industrie très onéreuse en technologie et en main d'oeuvre pour un besoin qui n'existe pas proportionnellement aux problèmes que nous rencontrons dans les pays industrialisés. C'est vrai pour certaines maladies rares (orphelines) mais il est des pandémies qui mériteraient bien de délocaliser certaines entreprises, notamment le SIDA.

En Occident, la recherche a trouvé le moyen pour que le SIDA ne soit plus transmis de la future maman à son enfant. En revanche, dans le monde, plus de 40.3 millions de personnes ont contracté le SIDA (2005) dont les deux-tiers vivent en Afrique subsaharienne. 750 000 personens sont contaminées en Europe et 700 000 en Chine. Aujourd'hui, un enfant meurt du SIDA toutes les 15 secondes !

Du fait que l'Europe a trouvé la solution à ce problème, cette recherche a été pratiquement abandonnée et on ne s'y intéresse plus. En d'autres termes, le problème du tiers-monde ne concerne plus les sociétés pharmaceutiques ! Aujourd'hui l'UNICEF est en train de se battre contre cette attitude révoltante des Occidentaux.

Le prix révoltant des médicaments : la pilule est amer !

Pour bien comprendre le problème financier attaché aux soins de santé dans les pays pauvres, il faut savoir qu'un médicament destiné à un enfant coûte 5 fois plus cher que celui destiné à un adulte ! Or la majorité des malades sont des enfants. Dans le cas du SIDA, la trithérapie coûte 100 € par mois ! Les familles pauvres sont incapables de payer une telle somme d'argent. 

Prenons un autre exemple, l'antibiotique Rocéphine de ROCHE qui est vendu au Cambodge à un prix excessif et discriminatoire. Voici les commentaire du Dr. Beat Richner du Kantha Bopha Children's Hospitals de Phnom Penh.

"Les hôpitaux pour enfants Kantha Bopha, qui soignent 80 % des enfants gravement malades du Cambodge, ont un besoin annuel en médicaments ROCHE d'une valeur de 2 millions de francs suisses. Nous achetons et payons ces médicaments à la société suisse Diethelm de Bangkok. Le seul antibiotique Rocéphine nous coûte 1,4 million de francs par an. Nous payons le même prix que le particulier chez les commerçants, alors que nous bénéficions de l'exonération des droits d'importation et des taxes de l'Etat cambodgien !!! Pour les médicaments vendus chez les détaillants, ROCHE doit payer les droits d'importation. Nous n'obtenons de ROCHE qu'un rabais de quantité de 20 % ! Et ce rabais correspond exactement à l'exemption de droits d'importation que nous devons à notre statut d'organisation humanitaire !! (Pour chaque importation, je dois écrire 9 lettres à 9 ministères différents !) 

En d'autres termes, un particulier, à condition qu'il soit riche, achètera une ampoule de Rocéphine pour 10.5 dollars, ce qui correspond à un demi-salaire mensuel au Cambodge. Le fournisseur en percevra 40 %.

Plus de 50 % de notre budget annuel de 9 millions de dollars est consacré aux médicaments. Donc, quand un donateur nous verse 100 dollars, 50 dollars retournent vers les pays nantis qui fabriquent les médicaments. 10% de notre budget annuel est consacré à l'achat de médicaments ROCHE (sans compter les réactifs coûteux pour les appareils de laboratoire ROCHE)".

Comment voulez-vous combler la fracture Nord-Sud dans ces conditions ? Quel sénateur, quel président va enfin oser taper sur la table et promulguer de nouvelles lois pour interdire ce genre de marchandage sur la santé ou alléger les démarches administratives à l'importation de produits médicaux. Quand l'OMC va-t-elle édicter des règles commerciales plus avantageuses pour les organisations humanitaires et les pays en voie de développement ?

Ceci dit, les principaux bailleurs de fonds telle le Fonds Mondial aident heureusement tous les pays du tiers-monde dans leur lutte contre la pandémie du SIDA ainsi que celles du paludisme et de la tuberculose en collaboration avec les autorités locales.

Depuis 2001 par exemple, le Fonds Mondial a pu récolter 4.7 milliards de dollars US pour financer ses activités jusqu'en 2008. Lors de ses deux premières séries d'octroi de subvention, le Fonds Mondial a engagé 1.5 milliard de dollars pour financer 154 programmes dans 93 pays. 

Malgré cette aide, tous les pays pauvres avouent qu'ils manquent toujours de ressources, tant financières pour acheter les vaccins ou les médicaments que de bonnes volontés prêtes à les soutenir dans le cadre de missions sanitaires (Croix Rouge, Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde, etc) ou éducative (UNICEF).

Mais rappelons que lorsque les Etats-Unis ou l'Europe daigne envoyer des médicaments, notamment dans le cadre du programme ECHO de la Commission Européenne, il est arrivé plus d'une fois que la date de péremption était dépassée... Comment peut-on qualifier un tel geste ? Après avoir été considéré plus mal que des animaux (cf ci-dessus), le tiers-monde serait-il également synonyme de poubelle aux yeux des Occidentaux pour qu'ils s'en désintéressent à ce point ? Le tiers-monde serait-il juste bon pour accepter nos déchets toxiques, nos vielles voitures, les carcasses rouillées de nos navires ou nos vêtements usagés ? Il est temps que nos dirigeants racistes et peu scrupuleux de l'état de la planète laissent la place aux jeunes élevés dans un monde cosmopolite et plus équilibré

Pour en revenir aux médicaments, disons-le clairement, de façon générale cela n'intéresse pas les industries pharmaceutiques d'investir dans le tiers-monde car leur profit ne serait pas suffisant ou contrecarré par des lois protectionnistes locales.

Le SIDA affecte 40.3 millions de personnes dans le monde dont les 2/3 vivent en Afrique subsaharienne.

Pour vous donner un ordre de grandeur du coût exhorbitant de la mise au point d'un médicament, les investissements qui ont été nécessaires pour élaborer le vaccin contre la gastroentérite dont le rotavirus touche essentiellement les enfants en-dessous de 5 ans, l'industrie pharmaceutique a dû investir une somme comprise entre 500 et 800 millions d'euros... Ce produit doit donc être rentable le plus tôt possible au risque de mettre à genoux ces industries spécialisées.

En conclusion, les sociétés pharmaceutiques ne s'intéressent pas réellement à notre santé comme le laissent à penser leurs publicités, mais à notre portefeuille ! Telle est la dure loi du capitalisme dans une économie de marché mondial... Heureusement, dans divers pays du monde, des sénateurs essayent d'instaurer de nouvelles lois pour changer les politiques immorales édictées par l'Occident afin de réduire la fracture Nord-Sud.

Aujourd'hui, notamment dans le cadre du développement durable, l'expression "ce que vous découvrez chez nous reste chez nous" est devenu d'actualité. Après plus d'un siècle de colonisation et de pillage, de plus en plus de voix s'élèvent pour crier haut et fort qu'il est grand temps que les pays victimes des blancs retrouvent santé et prospérité.

Il y a en revanche deux disciplines qui intéressent de près les scientifiques et plus encore les industriels car elles sont riches d'enseignements et de profits potentiels : l'étude du génome et la génération des tissus (cellules souches, biogels, etc). Cela fera l'objet d'un autre article consacré au génie génétique.

Sauvons notre maman, la Terre

Dans tous les cas de figures, de la préservation des écosystèmes à la recherche d'énergies alternatives et la réduction de la fracture Nord-Sud, la balle est dans le camp des scientifiques, des industriels, des économistes et des pouvoirs publics desquels nous attendons tous des solutions et des directives. Nous sommes partant si leurs solutions sont économiques, dans l'intérêt général et surtout des plus pauvres, et si cela peut favoriser le développement durable.

Depuis la conférence de Rio de 1992, la communauté internationale reconnaît que le développement durable est devenu un objectif prioritaire. Mais les changements d'attitudes sont lents car il s'agit de changer les mentalités de tous et d'agir dans une concertation à l'échelle planétaire, autant de principes qui ont de nombreux impacts (négatifs) financiers et économiques que beaucoup de dirigeants et de lobbies n'apprécient pas.

Ainsi en 1995, au cours de l'Assemblée Générale de l'ONU, les représentants des gouvernements reconnaissaient que l'état général de la Terre s'aggravait et affirmaient "leur volonté de concertations et d'actions continues inspirées par l'idée qu'il faut rendre l'économie mondiale à la fois plus efficace et plus équitable [dans le but de] créer un climat international propice aux objectifs d'environnement et de développement".

Mais sept ans plus tard, au sommet de Johannesbourg 2002 dont nous allons discuter page suivante, ces mêmes gouvernements constataient que l'humanité était "bloquée à un carrefour". Parmi les constats ils reconnaissaient que "l'écart toujours plus large entre le monde dit développé et celui dit en développement fait peser de lourdes menace sur la stabilité mondiale", que "les effets préjudiciables du changement climatique sont de plus en plus évidents et que "la pollution de l'air, de l'eau et du milieu marin continue de priver des millions d'individus d'une existence convenable"...

En 2010, nous n'avons toujours pas beaucoup avancé; la fracture Nord-Sud continue à s'aggraver comme la fréquence des accidents écologiques. Les nations riches donnent l'impression de se refermer sur elles-mêmes, un sentiment accenté par les crises financière et économique que traversent les pays occidentaux, les obligeant à sauvegarder leur économie locale avant de penser aux autres...

En d'autres termes, la santé de notre maman, la Terre, est préoccupante. Si nous voulons poursuivre un développement "durable" de l'humanité, équilibré, nous devons tous reconsidérer notre façon de vivre, prenant notamment en compte et de façon indissociable et sur le même plan, les aspects économiques, sociaux et environnementaux, sans oublier l'éthique.

 A la seule condition que tous les pays du monde agissent en faveur de ces processus d'entr'aide et de respect, notre maman à tous pourra être sauvée et regarder sereinement ses enfants grandir. Alors tous à bord du vaisseau Terre, il en va de notre avenir !

Prochain chapitre

Le Sommet de Johannesbourg

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ