eroyer

Member
  • Content count

    707
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

84 Neutral

About eroyer

  • Rank
    Active Member
  1. bino600

    Bon sang, c'est ça. Mille mercis ! heureusement que je me suis rendu compte du problème parce que j'étais parti pour en faire une grosse...
  2. bino600

    Bonjour, j'aurais besoin d'un peu d'aide pour m'aider à y voir clair. J'ai l'impression que j'ai un problème de mesure ou de calcul, mais en tout cas j'ai des trucs incohérents et je dois être en train de passer à côté de quelque chose. Si quelqu'un pouvait m'éclairer avant que je fasse des conneries... Je suis repassé au creusage avec du carbo car j'approche de la flèche finale sur le premier miroir. J'utilise un outil en verre (BVC) de 360mm pour finir de creuser. Ceci étant dit, voila mon problème. D'après mes calculs, la profondeur à atteindre sur chaque zone du miroir devrait être la suivante (pour un f/d 4,5 soit une focale de 2700mm et un rayon de courbure de 5400mm) : distance au bord -- profondeur 0 -- 0.00 50 -- 0.23 100 -- 0.93 150 -- 2.08 200 -- 3.70 250 -- 5.78 300 -- 8.34 Selon les mesures de profondeur inscrites sur le miroir sur la première image (prises avec règle + pied à coulisse), il semble que j'ai dépassé la profondeur requise sur les parties intermédiaires. Par exemple 2,9mm au lieu de 2,1mm au rayon 150mm. Mais au centre, il faudrait creuser encore presque 3mm (5,5mm actuellement pour un objectif de 8,3mm). Curieusement, avec l'outil de 360mm et du carbo80, il n'y a aucun creusage au centre et c'est la zone déjà trop creusée qui se creuse encore plus comme on peut le voir avec le test du marqueur sur la deuxième image. L'usure sur l'outil par contre est uniforme. La mesure au sphéromètre de l'outil donne un rayon de courbure de 6400mm, ce qui est cohérent avec le morceau de calotte sphérique sur le miroir dans la zone où on voit l'usure (autour du rayon 150mm). Pourtant si on imagine qu'on prolonge une calotte sphérique de ce rayon sur l'ensemble du miroir, le centre devrait être creusé de 7mm, c'est à dire bien en dessous des 5,5mm actuels. Si mon raisonnement est bon, le centre du miroir devrait être la première zone à s'user, mais visiblement ce n'est pas le cas. Que se passe-t-il ? Mesures : Marqueur après une séchée au carbo 80: outil :
  3. bino600

    Salut Bernard 2 ans ca me paraît trèèès optimiste. Mais je serais déjà aux RAP cette année avec le petit bino 360. Eric
  4. bino600

    Ca y est, j'ai enfin fini d'aplanir le dos des 2 miroirs. Contrôlés au sphéromètre, j'ai 1/100eme de mm sur un diamètre de 190mm régulièrement sur tout le dos. J'ai aussi aplani toute la zone extérieure des faces avant pour avoir une bonne référence pour mesurer la flèche. J'ai aussi contrôlé et rectifié le parallélisme des faces. Pour cela je place le disque sur une table en butée contre 2 serres-joints pour retrouver la même position et je mesure au comparateur (ici celui de mon sphéromètre) en plusieurs points sur la circonférence. Je note là où c'est plus épais et je gratte sur ce côté. Après quelques heures, j'ai 5/100eme d'écart. Toutes ces opérations m'ont pris pas mal de temps car les disques avaient finalement une géométrie assez irrégulière en forme de chips ondulées avec des écarts par rapport au plan dépassant 0.5mm de chaque côté. Mais là ça y est, je suis prêt à reprendre le creusage.
  5. Salut Serge, les dessins sont splendides . Je suis particulièrement impressionné par Abel 21 que j'ai déjà observé mais sans voir tous ces détails. Tu n'aurais pas une photo de ce fameux site d'observation avec les télescopes montés au coucher du soleil, histoire de nous faire baver jusqu'au bout ?
  6. bino600

    Encore quelques progrès après pas mal d'heures de travail. Pendant que la machine égalisait le dos du miroir numéro 2, j'ai continué à creuser un peu le disque numéro 1. J'ai dépassé la moitié de la flèche souhaitée (les valeurs numériques sont la profondeur atteinte à divers rayon avec à côté la profondeur souhaitée) : L'outil diamant improvisé a bien fait son office de niveler les deux disques. Ca a pris à peu près 6h par disque. C'est assez long mais contrairement au carbo, il n'y a rien à faire, juste laisser tourner en faisant autre chose. La surface obtenue est largement plus lisse qu'au départ mais elle n'est toutefois pas plane. Pour finaliser, j'ai commencé à travailler les 2 miroirs l'un sur l'autre (dos sur dos) avec du carbo 80. C'est un peu sportif, surtout pour poser délicatement le disque de dessus qui fait pas loin de 25kg. Voila l'évolution sur le disque 2 qui est le plus irrégulier des deux. Les zones non attaquées sont profondes de l'ordre de 0,15 mm maxi il me semble. Je vais continuer comme ça jusqu'à ce que toute la surface soit dépolie uniformément. Je serais sûr alors d'avoir une sphère sur les deux disques. En surveillant au sphéromètre, je peux choisir mettre le disque le plus convexe dessus pour au final atteindre une surface plane sur chaque disque.
  7. bino600

    Le problème, c'est qu'une fois dépoli, on ne voit plus rien.
  8. bino600

    je n'ai pas mesuré l'épaisseur. J'ai du enlever un demi millimètre à peu près. Après avoir aplani le dos, il va falloir que je vérifie que j'ai une épaisseur constante et éventuellement retoucher le bord de l'autre face. Au départ le disque avait un peu la forme d'un pringle il me semble :
  9. bino600

    Bonsoir, plus d'un mois depuis le dernier message. J'ai pas mal avancé depuis. D'abord j'ai construit une machine. Je m'en sers en ce moment pour aplanir le dos du premier miroir. Pour ça j'ai je me suis fabriqué un outil avec 3 disques diamantés (achetés 2,85€ les trois au supermarché !). C'est sacrément efficace, ben mieux que le carbo avec lequel on passe la moitié du temps à nettoyer et à en remettre. La machine en action : ça fait du bruit mais mais avec un casque sur la tête, c'est plutôt confortable. Je laisse tourner. De temps en temps je modifie un peu le déport pour ne pas créer de sillon. Je peux même écouter une émission de radio en podcast ou faire autre chose en surveillant d'un oeil la machine. J'en ai profité pour commencer à construire un sphéromètre. Au départ, ça avance vite, mais les derniers creux sont longs à atteindre. Il faut dire que ces disques bruts sont particulièrement irréguliers. Voici l'évolution, d'abord au carbo 80 puis avec l'outil diamant. Finalement au bout d'un peu plus de 4h, j'arrive à ça : La grosse partie on dépolie au centre est particulièrement profonde (au départ 0.7mm, il en reste 0.1 ou 0.2), je ne suis pas sur d'arriver à la faire disparaitre complètement, mais ça ne me parait pas très grave vu la surface. Si j'avais été plus malin, j'aurais choisi ce côté pour la face optique, ça m'aurait fait moins de travail. Encore un peu de boulot, je suis presque au bout du dos sur le disque numéro 1. Côté optique, j'ai creusé à peu près 3,5mm au disque diamant monté sur perceuse sans fil. Je vise une flèche de 8,3mm pour un f/d=4,5.
  10. C'est un filtre polarisant trouvé chez un ferrailleur (origine inconnue). La source de lumière est une tv ou l'écran du PC.
  11. Est-ce que tu as testé tes verres de 15mm en lumière polarisée ?
  12. Tu parles d'une limite en diamètre ?
  13. strabisme et paire de jumelle

    Régler les prismes n'est en général pas compliqué, je l'ai fait sur des 11x70 made in china. Il faut juste trouver les vis de réglage sous le caoutchouc de protection et ajuster petit à petit en contrôlant à chaque fois ce qu'on voit à l'oculaire.
  14. Je rajoute mon grain de sel suite à ma petite expérience récente d'achat de verre. Le borofloat33 et le supremax33 sont deux verres identiques dans leur composition (tous deux produits par SCHOTT) mais le procédé de fabrication est différent. Les tensions internes, à composition identique, si je ne me trompe pas sont liées au cycle de chauffe/refroidissement. Le borofloat33 n'est produit que jusqu'à 25mm d'épaisseur, ce qui limite son usage à des miroirs pas trop gros (à peu près 300mm, voire 400 si on aime les miroirs minces). Les verres que j'ai utilisés pour faire mes miroirs secondaires étaient en borofloat33 de 25mm d'épaisseur provenant de chez Stathis. J'ai fait le test en lumière polarisée : aucune trace visible. Pour avoir une plus grosse épaisseur, il faut acheter du supremax33, ce que j'ai fait pour mes primaires de 600 et 41 d'épaisseur. Mais là encore, ce n'est pas si simple. Les disques que j'ai commandés chez Stathis ont bénéficié d'un refroidissement lent différent de la production classique et facturé en supplément (+123 € HT par disque). Ils ont tout de même des tensions visibles en lumière polarisée, mais probablement moins que du supremax "de base". Voila tout ce que je peux dire sur le sujet. Sinon, tes explications sur les propriétés des verres sont passionnantes, c'est un domaine dont j'ignore tout ou presque.
  15. strabisme et paire de jumelle

    Je te fais part de mon expérience avec le télescope binoculaire ci-dessous : sur cet instrument on peut régler la convergence à la volée en observant à travers les oculaires. J'ai rencontré parfois des gens qui me disaient ne pas pouvoir fusionner les images dans des jumelles classiques et qui ont essayé le binoscope. En ajustant la convergence à leur convenance, certains sont arrivés à fusionner les images. Bien sur après ce réglage, ce n'était plus bon pour moi. Mais ça veut dire que si tu règles les prismes des jumelles pour ta vue, il est possible que tu trouves un réglage qui te convienne. Après ça devient des jumelles uniquement à ta vue. A ta place je ferais un essai avec une paire par chère pour tester l'idée. Sinon comme dit Maïcé, le conseil d'un ophtalmo ou d'un opticien ne peut pas faire de mal.