Cyp

Membre
  • Compteur de contenus

    293
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

28 Neutre

1 abonné

À propos de Cyp

  • Rang
    Membre actif

Informations personnelles

Visiteurs récents du profil

847 visualisations du profil
  1. 46P/Wirtanen au Rubinar 300 mm

    Hey, ça c'est un beau compliment, merci ! @JB Gayet
  2. 46P/Wirtanen au Rubinar 300 mm

    Merci à tous, c'est vraiment très sympa @CASTOR78 Malheureusement, non, ni Gimp ni Siril ne sait « corriger » automatiquement la position de la comète par rapport aux étoiles pour obtenir une image brute de composition qu'il ne reste qu'à finaliser. Il faut impérativement traiter deux images séparément ; l'une alignée sur le noyau cométaire, l'autre sur les étoiles. Puis les recombiner ensuite pour obtenir un tel résultat. Et c'est là que les maux de tête commencent…
  3. 46P/Wirtanen au Rubinar 300 mm

    Merci de vos commentaires, ça fait bien plaisir @stéphane C'est une belle prise de tête, surtout Enfin, Gimp 2.10 et la décomposition par ondelettes dans différents calques m'ont tout de même bien aidé à dissocier la comète du reste. Ainsi que l'outil de propagation de valeurs pour réduire l'allongement des étoiles dû aux défauts résiduels d'erreur périodique. @ALAING Oui, il est bien sympa cet objectif Néanmoins, j'ai l'impression d'avoir un défaut d'astigmatisme, que je n'ai pas sur le 500 mm. Faudrait que je vérifie — si c'est possible — qu'il n'y ait pas une contrainte quelque-part.
  4. Salut à tous ! Voici ma version de la comète 46P/Wirtanen obtenue mardi 11 décembre au soir. Je n'avais pas encore eu l'occasion de jeter un œil à cette comète en raison d'une météo bien pourrie. Mardi soir, étonnamment, le ciel était très clair en Beaujolais. J'ai pu admirer un très beau croissant de Lune accompagnée de sa lumière cendrée dans les lueurs du couchant. J'en ai profité pour longuement observer la comète aux jumelles 10 × 50, très facilement visible (magnitude visuelle limite à l'œil nu dans la Petite Ourse ~6,2 mag., T1) et constater son rapide déplacement parmi les étoiles au fil des heures. Elle passait alors non loin des étoiles Kappa 1 et Kappa 2 de la Baleine. La comète est d'ailleurs bien visible à l'œil nu. Pas en vision directe, mais très facilement en vision décalée (VI1). Le temps de la laisser monter dans le ciel, j'ai installé ma petite monture SkyWatcher Star-Adventurer pour essayer de la photographier. La météo étant restée clémente toute la nuit, j'ai pu lui tirer le portrait pendant près de trois heures avec le Canon EOS 600D équipé pour l'occasion de l'objectif Rubinar 300 mm. Malheureusement, vue la focale et l'erreur périodique, j'ai dû me limiter à des poses unitaires de trente secondes. Même ainsi, il a fallu me débarrasser d'une bonne partie des brutes acquises pour cause d'étoiles trop allongées. J'ai finalement conservé 192 poses. Le prétraitement a été réalisé dans Siril, le post-traitement dans Gimp, le tout sous Debian GNU/Linux. J'ai décentré le cadrage pour inclure les deux étoiles Kappa de la Baleine. Un peu trop peut-être, car je me suis trompé dans l'estimation du sens de déplacement de Wirtanen Toujours est-il que c'est toujours aussi chiant à traiter, compte tenu du déplacement de la comète parmi les étoiles... À noter que j'ai bien fait de sauter sur l'occasion car, dès le lendemain et jusqu'à aujourd'hui encore, le ciel était de nouveau pourave. J'ai quand même bien les boules que l'ordinateur du télescope contrôlable à distance de l'observatoire Sirene, Pollux, soit en maintenance. Ça aurait été l'idéal pour cette comète, et sous un bien meilleur ciel qui plus est. Bien évidemment, il faisait grand beau... Date : 11 décembre 2018 Appareil : Canon EOS 600D Instrument : objectif Rubinar 300 mm f/4,5 Temps de pose : 192 x 30 sec., soit 96 min. Sensibilité : 3 200 iso Qualité : Raw Acquisition effectuée sur monture Sky-Watcher Star-Adventurer. Traitement sous Siril et Gimp. Page web : https://www.cypouz.com/imagerie/181211/46p-wirtanen
  5. Salut ! Merci les gars Il est effectivement demandé de ne poster qu'une seule nouvelle variable par jour. Je n'y avais pas fait attention non-plus — c'est pourtant clairement indiqué dans la documentation — et je me suis fait gronder. Rien de bien méchant néanmoins, et ça n'a pas bloqué le processus. Lorsque de nombreuses variables à soumettre sont découvertes, ils recommandent plutôt de publier les données dans un journal comme JAAVSO ; qui sert alors de source à VSX. Concernant le nombre de chiffres après la virgule, c'est également une remarque qui m'a déjà été formulée. De mon coté, une telle précision était justifiée par la nécessité de faire correspondre la période de données APASS avec les miennes couplées à celles de ASAS-SN. En réalité, la précision était absurde et dans l'erreur des mesures APASS. Six chiffres après la virgule sont généralement suffisants. Sept, dans certains cas. Plus, c'est trop Personnellement, j'ai très bien vécu ces échanges que j'ai trouvé très enrichissants. J'ai appris plein de choses et les remarques formulées l'ont toujours été avec respect, dans l'objectif d'une publication de qualité. J'ai gagné en autonomie et en rigueur à chaque nouvelle variable, pour des soumissions VSX de meilleur qualité, sujettes à moins de remarques. Finalement, certaines ont même été acceptées immédiatement, sans la moindre retouche.
  6. Salut Matthieu ! Et merci Oui, c'est toujours sympa que d'essayer de faire un peu autre chose que de jolies images Il est très facile de détecter de nouvelles variables, même par dizaines. La difficulté vient vraiment du travail d'analyse et de caractérisation de la variabilité. Aller jusqu'au bout du processus, jusqu'à la publication sur VSX, demande pas mal de patience et de persévérance... Je suis certain que je n'aurai jamais le courage d'en faire 240 comme toi Elles ne le sont pas Enfin, maintenant, si Mais c'est bien la démarche que j'explique dans mon article ainsi que dans les précédents. Je commence toujours par vérifier s'il elles ne sont pas déjà référencées — ou en passe de l'être — sur VSX. Ce qui écarte pas mal de candidates potentielles ! Et laisser couler de l'eau sous les ponts comme j'ai pu le faire n'aide en rien.
  7. Salut à tous ! D'une série d'observations effectuée fin 2016 avec le télescope contrôlable à distance de l'observatoire Sirene — nommé Pollux — j'avais identifié une grosse dizaine de nouvelles étoiles variables potentielles. Les données étant insuffisantes, j'ai réalisé de nouvelles séries d'observations en 2017 afin de les compléter. Depuis, le manque de temps et de motivation pour décortiquer les données m'ont confortablement poussé à les oublier dans leur coin. À l'occasion de mon séjour à l'observatoire l'été dernier, j'ai pris mon courage à deux mains pour entreprendre l'analyse des images. La suite de l'article, les diagrammes de phase et les caractéristiques des nouvelles étoiles sont à découvrir ici : https://www.cypouz.com/article/180918/decouverte-six-nouvelles-etoiles-variables-types-ea-eb-ew Encore un projet au long court — presque deux ans ! — finalement récompensé Bien content ! Bonne lecture à vous
  8. Salut ! Encore d'excellentes conditions d'observations hier, pour une très bonne résolution. Si ça pouvait être comme ça tous les jours Tout est tellement facilité ! À l'acquisition comme au traitement, c'est un vrai plaisir. Et, ça semble presque anecdotique dit comme ça, mais j'ai comme qui dirait terminé une lunaison ! Il ne me manque que les jours lunaires 0, 1 et 2 autour de la nouvelle Lune. Voilà donc une petite aventure qui a commencé le 3 octobre dernier. Un sacré exploit que d'avoir réussi à imager la Lune chaque jour sans (presque) discontinuer ! La météo a ainsi été de mon coté Une petite aventure qui n'est peut-être pas tout à fait terminée. Car j'ai dans l'idée de refaire les phases pour lesquelles j'avais une très mauvaise turbulence. Affaire à suivre, donc Date : 31 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 29 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  9. 171031 - Lune gibbeuse - Pollux - STL11K

    Sujet : Lune gibbeuse Date : 31 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 29 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  10. Salut ! Enfin le retour de très bonnes conditions d'observations hier soir. Un ciel bien dégagé, et une faible turbulence ! Pour une super image, du coup Par contre, la coupole m'a donné énormément de fil à retordre. N'en faisant qu'à sa tête, j'ai dû faire appel à Solange par deux fois pour me sortir du pétrin. On a fini par y arriver, et So par aller manger Date : 30 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 27 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  11. 171030 - Lune gibbeuse - Pollux - STL11K

    Sujet : Lune gibbeuse Date : 30 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 27 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  12. Salut ! Oui, la boucle est bientôt bouclée Des conditions vraiment difficiles hier soir. Pas mal de turbulence, et un épais voile nuageux. J'ai dû batailler assez ferme pour faire ressortir les contrastes. Une image assez mauvaise, donc. Date : 29 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 15 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  13. 171029 - Lune gibbeuse - Pollux - STL11K

    Sujet : Lune gibbeuse Date : 29 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 15 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.
  14. On ne s'impatiente pas, dans les rangs Voilà qui est nettement mieux (c'est bien le cas de le dire ) ! La turbulence s'est bien calmée hier soir. Ça bougeait tout de même un peu avec une Lune dans les cirrus, mais la résolution revient ; et ça c'est cool. Date : 28 octobre 2017 Appareil : SBIG STL11000M Instrument : Pollux T250 ASA, f/3,6 Lieu : Observatoire Sirene Vitesse d'obturation : 16 × 1/1000e de sec. Binning : 1×1 Filtre : R Acquisition sous MaximDL, traitement sous Siril et Darktable.