Chrishapha2019

influence de la dispersion sur l'image

Recommended Posts

bonsoir à tous..

 

POur ceux qui ne connaissent pas cette application du spectroscope il est tout à fait possible d'observer les "flammes" (protubérances) solaire en utilisant un spectroscope avec la méthode de la fente large.

Cette technique très simple a été surtout utilisée et décrite par Angelo Secchi (jésuite italien et Astronome) . J'ai reproduit son protocole et ça fait 20 ans que je l'utilise.

 

Son spectroscope comprenait 7 prismes et un collimateur de 120mm de focale. Il décrit lui même la dispersion de son spectro comme équivalente à un réseau de 540 t/mm que lui avait donné Rutherford pour remplacer ses 7 prismes.

Pendant des années j'ai utilisé un réseau de 1200t/mm (conseillé dans les quelques articles récents sur cette technique).

 

Or TROP de dispersion fini par trop étirer les images et les déformer à cause de l'effet Doppler car les protubérances sont des corps en mouvements (plus ou moins violents).

 

Voici donc en photo comment évolue l'image lorsque je change de réseau. Le contraste augmente mais les images se déforment progressivement et la netteté même diminue!

 

5ec6ed94d8b1d_20mai20comparaisondesrseaux.jpg.28c1f50a119450fea9f1c89ca364039e.jpg

 

 

5ec6edc0e7807_21maicomparaisondesrseaux.jpg.6cc86d8f4f25d2b5b72577b3a115fb73.jpg

 

 

j'ai également un réseau de 2400 t/mm mais l'image est encore plus déformée et la base des protubérances est noyée par l'élargissement de la chromosphère.

Le meilleur compromis se situe entre 600 à 1200 t/mm max car soit on augmente le contraste mais c'est au détriment de la qualité finale de l'image qui devient moins fine.

 

En revanche si je veux détecter les petits changements d'activité alors la dispersion devient indispensable pour voir en direct l'effet Doppler.

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

 Bonjour ChrisHapha, je découvre tes posts de spectro solaire, très intéressants.

 

J'ai une question : 120mm est-il un optimum pour le diamètre ?

J'ai des doublets f/15 de 90mm et 150mm (celui-ci pas encore monté en tube). Est-ce que je gagnerais de la définition en prenant le 150mm pour un tel montage, ou bien est-ce que la dispersion d'un réseau 600 traits la limiterait de toute façon ?

Je suis un observateur visuel, exclusivement. J'imagine qu'on vise dans l'ordre 2 ?

 

Merci

Edited by Nicolas Z

Share this post


Link to post
Share on other sites

alors, je vais donner ici mon bilan de 20 ans  d’expérimentation de cette technique : :D

 

 

En visuel j'ai principalement utilisé un réseau 1200t/mm (edmund optic) ruled grating blazed at 500nm).  Les images seront très bonnes et contrastées en fonction de la largeur de la fente et de l'état du ciel. Il faudra dans le cas optimal avoir une fente d'entrée réglable en largeur (en faire une ou en acheter une (un peu cher mais précis).

 

Ce n'est que cette semaine que j'ai réalisé que je pouvais m'affranchir du diaph de lyot (montage de f COSTARD sur le spectro coronographe) en plaçant un diaph a iris devant la lentille objectif de chambre qui va donner le même effet sur le contraste et la netteté en fonction de la turbu (qui est très forte chez moi).

 

J'était hyper tenté d'acheter la Bresser 150/1200 mais son poids sur ma monture me l'interdit.  Ce n'est que récemment également que j'ai pu voir tout le bénéfice d'utiliser une grande ouverture : plus de luminosité mais davantage de détails visibles lorsque la turbu le permet : en revanche coté energie à dissiper au niveau de la fente ça chauffe davantage qu'une lulu F/D 15  et surtout il faudra bien garder une fente ouverte à 2_6 A grand Max pour ne pas se cramer les yeux.

 

Donc oui si tu as une 120 tu peux déjà faire des essais sympa . 

 

Pour le 600 tmm j'ai commencé à l'utiliser car je cherche a voir les spicules comme Secchi l'a fait et donc d'utiliser la même dispersion que lui et j'ai pu voir que les images sont effectivement plus définies mais le contraste est plus faible qu'avec le 1200t. Par contre sur le limbe le bord de la chromosphère est moins élargie et je continue mes expériences pour voir les spicules. Si tu dois acheter un réseau prends plutôt le 1200tmm.

 

Avec le 600tmm on a accès à l'ordre 2 mais hélas c'est beaucoup moins (vraiment) lumineux et l'ordre 3 est discernable mais très faible luminosité.

 

Enfin : un facteur à prendre en compte : le sphérochromatisme qui fait que des grands diamètres a F/D court donneront une aberration sphérique dans le H alpha probablement assez forte et donc des images pas très nettes ; ça dépends vraiment d'une lunette à l'autre. Ma meilleure lunette a été la Vixen 90/1300 et 80/1200 que je n'ai plus hélas mais quelles images j'ai pu avoir avec!! Là j'ai une Frehel 120/1000 avec laquelle je viens de me rendre compte (pas trop tot!) que je pouvais finalement utiliser l'ouverture entière. La focale 1000mm me permet d'observer des protus assez grandes alors qu'avec ma Bresser 102/1350 le doit les voir en tranches si je veux garder un contraste correct mais je n'ai pas encore de fente réglable donc galère pour ajuster pendant les observations.

 

Là je me tâte a acheter une Bresser 127/1200  pour remplacer ma Frehel car le crayford permet vraiment une bonne mise au point au foyer précise. Si certains ont des retours sur cette lulu... je veux bien :)

 

 

J'espère que ça réponds un peu à tes questions ;)

 

 

  

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vraiment sympa comme manip! :) ça me fait penser à la même observation mais en conditions naturelles, sauf que là c'est la lune qui prend le rôle de la fente :) 

 

image.png.844aea046cc653362d2bc9ec43ddc0a8.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

il y a un peu de ça c'est vrai mais là l'ilmage de protu est vraiment très fine à l'oculaire et le fonds du ciel est quasi noir quand les conditions sont bonnes :) mais oui cette phot je l'adore!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est assez intéressant aussi avec ton setup, c'est que comme chaque portion de la protu (dans le sens radial par rapport au soleil) correspond à une longueur d'onde légèrement différente, tu peux en principe te faire une idée en "direct" du mouvement des différentes parties de la protu en la faisant "voyager" dans la raie H alpha. Après, comme c'est un objet étendu et que de facto tu as un mélange du domaine spatial et du domaine fréquentiel c'est probablement pas trivial.

Share this post


Link to post
Share on other sites

en fait  si tu veux détecter les décalages Doppler il te faut une très forte dispersion : avec mon 1200t et une collimatrice de 180mm je détecte des eruption chromosphérique : ça se manifeste par des détails lumineux qui débordent de la raie et qui empiètent les bords verticaux de la raie qui est l'image de la fente.  Il est arrivé que j'observe de tels décalages sur des protus éruptives mais c'est rare en ce moment du  cycle.

 

Je peux observer la protu en entier : il suffit d'élargir la fente mais je n'ai pas de fente réglable pour le moment et après ça dépends également de la pureté du ciel lors de l'observation : les passages des avions niquent tout!!

 

Avec une fente très fine on détecte très bien les variations de vitesses radiales mais surtout avec un réseau 2400t ça devient vraiment facile à voir.

 

Je ne cherche surtout pas en fait à détecter ces vitesses radiales car l'image des protu est alors complètement déformée et ne ressemble plus vraiment à ce que les gens qui ont des filtres Ha peuvent observer. En revanche si je ne peux pas observer la surface du soleil j'ai souvent des images des protus bien plus lumineuses et "complètes" car ma bande passante large d'oblitère pas les parties qui sont off-band lorsque les vitesses radiales dépassent la bande passante de leur filtre.

 

Un autre fait curieux qui m'a poussé a tester le 600t est que la bande chromosphérique du limbe est assez large en fonction du réseau utilisé et avec le 1200t par ex il y a des protu basses dont je ne peux pas voir la base alors qu'avec le 600 j'y ai enfin accès.

 

Avec le 1800t la bande s'élargie et devient floue et les images commencent doucement à s'étirer... il y a pour moi un compromis à trouve entre dispersion , contraste et définition des images.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By brizhell
      Bonjour,
       
      Ayant perdu la plupart des pages de mon site précédent (pour cause de changement d'hébergeur), je me suis attelé à re-écrire mes pages web relatives à ce que l'on peut tenter, avec des moyens amateur pour utiliser les méthodes et techniques de l'interférométrie en observation astro.
      Le boulot n'est pas fini, mais il y a déjà matière à lire et peut être à s'engager sur le plan amateur. J'ai essayé de me familiariser tant bien que mal avec Worldpress, c'est pas toujours réussi, mais ca ressemble moins à un cahier de manip que mon site précédent.....
       
      Le point d'entrée :  https://www.btregon-astro.org/
      Le sommaire est accessible en haut à droite en cliquant dans les pages du site sur l'icone :
      N'hésitez pas a cliquer sur les titres de chapitre, j'y ai mis plein de choses intéressantes comme la découverte des tavelures par Newton, ou les publis originales de Young, Fizeau, Michelson .....
      Ensuite, il y a plein d'infos sur l'optique atmosphérique, l'interférométrie des tavelures, ou la synthèse d'ouverture (encore en cours, mais ça avance).
      Bref pour qui à envie d'essayer, ben il y a des choses sympa encore à faire et à creuser.
       
      Ne sachant pas trop ou poster je met ça dans astropratique....
      Tout commentaire sera le bienvenu.
       
      Bernard
    • By ANAKLO
      Comme tout bon astronome, je suis frappé par une mal chance permanente. L'asso étant dans le sud de la France, ce sont rarement les nuages qui viennent nous chagriner. "Mais alors ?! Qu'est-ce qui peut être pire que des nuages ?" me diriez-vous. Un ciel inexploitable. Des turbulences telles, que le Soleil s'en retrouve déformé comme si on regardait à travers de l'eau... Donc impossible de prendre des images ! Alors après un peu de perseverance, j'obtiens finalement un seeing mauvais qui me permet d'imager un peu mieux que de la bouillie !
      Trève de bavardages ! Les images maintenant !
      J'utilise donc sur une eq-6, un coronado 90, une lunette achromatique de 90mm, et au bout, la 462MC.
       

       

       

       
      C'était un Soleil franchement sympa qui se montrait à moi ! Pleins d'éruptions à imager !
      Je vais donc continuer, la prochaine fois je l'espère, avec plus de détails...
      (et essayer le coronographe !!!)
    • By Deadleouf
      Bonjour, je voudrais savoir si une personne a des info sur ce tube "Meade sc 203 EMC".
       
      Pour info : ma monture CGEM 2 / sur poteau en béton .
       
       
    • By lyl
      Un projet de réfracteur replié de 190-200mm : probablement 196mm est en cours.
      Basé sur le modèle Emil Schaer qui avait été validé par la SAF.
      Le f/D peut être très long.
      Une utilisation lunaire / planétaire en vision binoculaire est la cible.
      Focale adoptée : 4m50 pour utilisation entre 187 et 281x (Brandon 16 et 24mm)
      On sera autour de 1D et 1.5D, ce qui laisse de la marge confortable pour le chromatisme.
       
      Les matériaux choisis : classique N-BK7 et F2 (au plomb, pas le N-F2 moderne), source Schott AG
      Le montage sera Steinheil collé ou huilé, avec asphérisation légère du flint (pas vraiment nécessaire).
      Le piqué individuel des couleurs est conforme au tautochronisme de Danjon et Couder. C'est la qualité de fabrication qui décidera de tout.
       
      La décision est de faire au plus simple et potentiellement précis.
      Plan de mise en forme optique : rodage/polissage
      Le flint sera initialement plan-convexe : contrôle de focale.
      Le crown sera plan-convexe rodé sphérique contre le flint pour une courbure la plus approchante possible.
      Premier test de chromatisme en huilage.
      Le flint sera ensuite légèrement parabolisé (conique -0.05)
      Assemblage et contrôle
      Huilage ou collage (Huile Cargille type "BK7 like" -> O_NSL36) ou Norland NOA65.
       
      Potentiellement :
      Décalage des Focii calculé (mm)
      C = 2.44202, F = 2.63638, e = 0.02703, Y (573) = 0.04819, d = 0.25213
      f/D = 22.96 => RC= 4.41
      diff limited (lunaire) : 520-607 c'est beaucoup de flux -> le filtre Baader jaune sera utile les jours exceptionnels pour crever le plafond de grossissement vers 300 à 350x utile (bino). Pouvoir de résolution : 1.3km sur la Lune 0.7". moins pour les rimas

      Pour 1.3D en planétaire .80 pic : plage contrastée exploitable 500 (cyan)-625(rouge)
      Qualité attendue 50" pour 0.7" résolution -> 72 lignes soit la dizaine de bandes principales et quelques détails internes.
      Saturne avec la lunette de 15 pouces (380 mm d'ouverture) de l'observatoire de Harvard par Trouvelot, puis la lunette de 26 pouces (660 mm) de l'U.S. Naval Observatory : http://oncle.dom.pagesperso-orange.fr/sciences/astronomie/histoire/anneaux/nature/nature.htm

      Je ne connais pas la fabrication mécanique : l'utilisateur/fabricant est déjà en train de tirer les plans.
    • By Icarulus
      Bonjour,
      Je suis à la recherche de conseils (littérature, liens, ...) sur la collimation laser d'un Maksutov de type Rumak (réglage possible  du miroir primaire et du miroir secondaire).
       
  • Upcoming Events