fred-burgeot

Member
  • Content count

    1984
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

703 Excellent

5 Followers

About fred-burgeot

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  1. En visuel la qualité optique et mécanique est importante comme en imagerie, mais le diamètre est plus que bienvenu, même quand le seeing est moyen. Evidemment quand ça turbule fort c'est autre-chose. Le diamètre booste la perception des couleurs, oui, mais pas que ! La perception des faibles contrastes aussi.
  2. Salut Olili, tu posais la question à JD mais je me permets de répondre. En visuel planétaire le proverbe : "pas besoin de monter en diamètre car l'atmosphère limite la résolution" est mis en défaut par le mode de fonctionnement de la vision. Il faut beaucoup de lumière pour que notre vision discerne les faibles contrastes, et si l'image est trop sombre on peut ne pas voir certaines formations faiblement contrastées pourtant de grande taille. Une expérience que j'ai déjà racontée sur les forums pas mal de fois : à Stellarzac il y a quelques années, mon T400 était à côté du T1m, les deux instruments pointés sur Jupiter, en bino à des grossissements proches (dans les 350-400x). Le seeing bridait déjà mon 400 (je sais ce qu'il donne sur Jupiter quand l'atmosphère est calme), la "théorie" aurait voulu que le T1m n'en montre pas davantage, eh bien tout ce qui était vu dans le T400 était nettement plus facilement perçu dans le T1m, qui montrait en plus une image plus nuancée, plus riche. Pourquoi ? Grâce à l'éclairement rétinien très supérieur dans le T1m au même Gr. C'est déjà sensible en passant de 400 à 500, si je donne cet exemple du T1m c'est parce qu'il est extrême Je parle pour le visuel, mais c'est bien ce que tu privilégies. Bon, il te reste plus qu'à trouver un Mewlon 1000. Fred.
  3. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Mars en visuel en 2018 ? Ca pouvait donner ça avec filtre rouge : Fred.
  4. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Soit un coef 2 de gain en résolution entre mono et bino ?!! Ca fait beaucoup quand-même... Et pourquoi rester à des grossissements pépères en bino sous prétexte que la résolution est augmentée en bino ? Autant pousser de toute façon le Gr à fond, y compris en bino, à la limite de ce que la luminance permet (typiquement 1D sur Jupiter, nettement plus sur Mars). Il y a aussi la limite imposée par la turbu, mais justement en bino on tolère mieux la turbu qu'en bino, grâce au "plus" de confort. La perspective que tu offres, c'est la possibilité de réduire le Gr en bino ? Fred.
  5. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Donc pourquoi le citer si tu ne te places que dans le contexte bino ? Ce qui d'ailleurs ne change rien.
  6. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Ben justement, Dragesco prônait les petites pupilles de sortie, typiquement 0,7mm ou moins, se basant sur les travaux d'Arnulf à propos des défauts de l'oeil. Sauf que le choix du grossissement est un compromis, certes plus la pupille est petite et plus on masque les défauts de l'oeil (de la même façon qu'on diaphragme un instrument), mais d'un autre côté ce faisant on réduit l'éclairement rétinien ce qui réduit l'acuité (car l'acuité visuelle n'est pas une constante, elle est fonction de l'aspect de l'image et ... de l'éclairement rétinien). Si la luminance de la planète le permet, descendre sous le mm de pupille peut être très bénéfique, surtout en bino ! Pour ceux que ces considérations intéressent, je conseille la lecture du bouquin "Vision", de Buser et Imbert, qui est un recueil de moultes expérimentations psychophysiologiques. Et si vous n'avez pas l'envie de vous attaquer à ce pavé, il y a un topo sur tout ça, adapté à notre usage, avec les luminances des planètes, les grossissements, les éclairements rétiniens, l'acuité et la sensibilité aux contrastes qui en découlent etc... dans un bouquin qui s'appelle Astronomie Planétaire Et en plus même pas besoin de lire l'anglais, elle est pas belle la vie ? Fred.
  7. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Il me semble que dans le sujet "4 ou 5 pouces c'est le maxi sur la Lune" (tiens, encore un sujet initié par... toi !) il s'était bien dit qu'un r0 de 10cm ne voulait pas dire que la résolution maxi était celle d'un instru de diamètre 10cm, car le r0 est une valeur statistique. Pendant mettons 10 secondes "estampillées" r0=10cm, tu peux très bien avoir une durée cumulée de plusieurs secondes avec une résolution superbe, de 0,5'' ou moins. Fred.
  8. Tout ça en supposant que les simulations de l'illustration soient bien faites, à partir d'un modèle mathématique correct de la turbulence ! Fred.
  9. Voilà les deux images remises à la même échelle angulaire, avec à gauche un 2'' et à droite un 16'', sous un r0 de 35mm (noté 2X, par rapport au r0 de 70mm). C'est déjà un seeing particulièrement pourri. Est-ce qu'on a vraiment la même résolution dans les deux cas ? Et les mêmes détails sur les planètes ? Fred.
  10. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Comme dit par jm-fluo, article "connu" depuis pas mal d'années. Mais peut-être pas assez "lu" En plus, il y est question des effets de la luminosité sur les images d'étoiles doubles et de planètes, ce qui est assez fondamental également.
  11. C11 vs AP 155 en visuel sur la lune !

    Les images de cette illustration ne sont pas toutes à la même échelle angulaire, celles qui sont en bas sont plus "zoomées", ce qui fait faussement croire que la PSF du 16'' est plus étalée que la PSF du 2''. Faudrait le dire, ça aussi, STF8 pour éviter toute mauvaise interprétation. Mince, ça veut dire que c'est pas demain qu'un chercheur fera mieux qu'un T400 en planétaire... Fred.
  12. Cette illustration donne -faussement- l'impression que l'image stellaire est plus étalée angulairement dans un 16'' que dans un 2'' !! Si toutes les lignes étaient à la même échelle angulaire, ce serait mieux. Car en l'état, gros danger de contre-sens. En tout cas, telle qu'elle est là, elle va faire plaisir à ceux qui préfèrent se persuader que les petits diamètres font mieux que les gros en résolution Fred.
  13. Possible que non, sur cette catégorie de diamètres (200-300) Terence a l'air de dire que la production est assez homogène, surtout sur l'état de surface. Bon, même si Synta fait mieux que GSO en la matière, on est quand-même loin de ce que font les artisans en termes d'état de surface, pour éviter toute conclusion hâtive Fred.
  14. Salut, le point négatif sur les miroirs industriels, c'est surtout l'état de surface. Terence Pelletier (qui est opticien -> Bigowlbinoscope) a testé sur banc optique pas mal de ces miroirs industriels, les Synta (qui équipent les Orion, Skywatcher...) sont meilleurs que les GSO sur le critère de l'état de surface. Apparemment la différence est substantielle. Au niveau de la forme, les deux marques sont assez équivalentes et correctes sur les diamètres 200-300mm. Au-delà de 300 la forme n'est pas toujours satisfaisante. Fred.
  15. Bafflage sur maksutov

    Plus discret que le tronc de cône des mak chinois, c'est sûr. Discret ne veut pas dire inefficace. Si un jour tu as un SC à ta dispo, fais l'expérience suivante : tu mets l'oeil proche du foyer et tu bouges la tête jusqu'à essayer de voir le fond de ciel autour du secondaire. Eh bien tu n'y arriveras pas ! Preuve que le baffle du secondaire n'a pas besoin d'être plus grand (et qu'il est bien étudié pour bien travailler avec le tube-baffle qui sort du primaire). Pour répondre à ta question initiale, j'avais un cassegrain 250 que j'avais construit avec baffle primaire mais sans baffle secondaire, pour maintenir l'obstruction centrale à une valeur minimale (le bafflage secondaire augmente forcément l'obstruction). J'avais donc une couronne de fond de ciel autour du secondaire, très étroite, le baffle primaire venait vraiment chercher le contour du miroir secondaire. Cette couronne ne me gênait pas en planétaire. J'avais bien essayé de baffler temporairement le secondaire en ajoutant un disque de papier cartonné sur le support secondaire, et là je masquais tout le fond de ciel, mais ça n'apportait pas de contraste supplémentaire sur les planètes. Fred.