fred-burgeot

Membre
  • Compteur de contenus

    1 784
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

400 Très bonne réputation

4 abonnés

À propos de fred-burgeot

Informations personnelles

  1. Salut, en fait, l'aspect rectiligne on l'a quand on ne dessine pas les zones plus ténues de M31. Les bandes sombres ne "prennent leur virage" que dans les extensions, loin de la zone centrale bien lumineuse qui monopolise notre attention. D'ailleurs, même avec un oculaire grand champ à faible grossissement, si on centre le champ sur le noyau, ces extensions sont hors champ. L'idéal pour dessiner M31, c'est d'avoir un champ stellaire préparé, pour obliger à aller voir dans les extensions. Le fond stellaire permet de placer correctement les morceaux de zones poussiéreuses, et c'est après coup qu'on constate que les divers morceaux ne forment pas quelque-chose de rectiligne. Il y a une autre condition pour percevoir les tronçons de bandes sombres dans les extensions : agrandir l'image, ce qu'on ne fait souvent pas sur M31. Fred.
  2. Salut Yves, encore un super festival ! Et dans ton récit on ressent le plaisir pris à décrypter l'image. En particulier ta M1 est vraiment bien retranscrite, elle est subtilement hérissée en périphérie ce qui reflète bien la sensation à l'oculaire. La forme d'ensemble est réussie, quant au filament il est bel et bien là, chapeau de l'avoir choppé sans OIII (avec lequel il est visible sans ambiguïté). M77 : oui elle est facile, au moins la partie centrale qui est très lumineuse, ça aide énormément pour percevoir de façon évidente les deux départs de spires. C'est une très belle galaxie et tu lui rends bien justice. Fred.
  3. ciel d'été

    Le dessin à l'oeil nu avec les sapins, la brume et le ciel est vraiment splendide et plein de sensibilité. La classe ! Fred.
  4. RCE, j'ai acheté la bible

    Ne crois pas ça. Si on est honnête avec soi-même ça n'existe pas. Parfois on passe à côté de choses évidentes quand on ne sait pas qu'elles sont visibles, ou quand elles sont à côté de choses qui monopolisent l'attention. Exemple : il est facile de ne pas voir les festons sur Jupiter parce qu'on est concentré sur le transit d'une ombre de satellite, bien contrastée et définie. Il faut faire l'effort de détacher son attention de l'ombre pour percevoir les festons. Et là ce n'est pas la photo qui avertit de la présence de festons, mais le copain qui observe aussi et qui mentionne les festons. Ou bien l'expérience : on sait qu'il doit y avoir des festons à tel endroit (parce qu'on en a déjà vu), donc on les cherche... Dans ce cas, il n'y a pas de doute et le plaisir n'est pas enlevé. OK mais là, c'est une influence positive, c'est de l'émulation. Fred.
  5. RCE, j'ai acheté la bible

    Salut, question intéressante Stef, que beaucoup se posent sans oser en parler. En planétaire, pas vraiment de progrès depuis des décennies, les meilleurs dessins actuels montrent le même niveau de détail que ceux de l'époque des Dollfus, Camichel, Lyot, etc... cela dépend du diamètre et actuellement les amateurs ont la même puissance instrumentale qu'à l'époque. A la rigueur, il y a maintenant la bino, qui permet une fatigue zéro et donc une surveillance plus efficace. En deepsky, on ose maintenant les forts grossissements, "interdits" jusqu'à il y a peu. On a aussi pris conscience que le temps passé à l'oculaire est un facteur déterminant sur la qualité de la perception (et en ce sens, le dessin aide). Et puis les gros diamètres de qualité sont assez récents. La fameuse influence de la photo L'intérêt de la photo, c'est qu'elle peut attirer l'attention sur un truc qu'on n'avait pas remarqué jusque-là, par exemple une extension lointaine et faiblarde de galaxie. Dans ce cas la photo donne l'idée d'aller voir. Mais si ladite extension n'est pas vue, elle n'est pas vue, l'influence est donc de zéro. Pour les détails vus à la limite, un dessin avec les étoiles environnantes est sans pitié : si on a imaginé sous l'influence d'une photo, alors la comparaison après coup avec la photo montre que ça ne colle pas. Fred.
  6. Premier vrai dessin lunaire: Lansberg

    Une sensation de relief efficace ! Fred.
  7. Telescope Dall Kirkam 315 mm: qualité optique et collimation ?

    Claude, pas facile de te dire à partir de ta photo. Déjà il faudrait être sûr qu'elle est prise dans l'axe méca du PO. Et puis on ne voit pas ce qui se passe au bout de la lorgnette On voit tout au bout une couronne noire, qui doit être la limite entre l'intérieur du baffle du secondaire et le bord du miroir secondaire (ou en tout cas, la portion que le baffle primaire nous en laisse voir). Mais pas possible de dire si le secondaire est parfaitement bien tilté à partir de cette photo. On y voit surtout que tu as des reflets à l'intérieur de ton baffle primaire ! Sur un cassegrain, ne pas respecter la distance prévue entre les miroirs génère de l'aberration de sphéricité. J'imagine que c'est pareil pour un DK (avec quelle tolérance ?). J'aurais dit l'inverse quant à la correction du champ : un DK est plutôt fait pour les petits champs, à cause de la coma liée au design optique. Peut-être que le fort back focus est volontaire de la part de SV ? L'ancien proprio doit pouvoir renseigner là-dessus. Fred.
  8. Telescope Dall Kirkam 315 mm: qualité optique et collimation ?

    Fred Zeubeu a raison, il faut que tout soit coaxial, l'axe mécanique du PO est une bonne référence. Donc avec le laser, tu vérifies si cet axe passe par le centre de ton secondaire. Pour orienter le secondaire, regarde le reflet du primaire dans le secondaire : la couronne entre le bord extérieur de celui-ci et le bord ext du secondaire doit être régulière. Fred.
  9. Telescope Dall Kirkam 315 mm: qualité optique et collimation ?

    Salut, pour un cassegrain : d'abord tu orientes ton secondaire en plein jour, puis tu orientes le primaire (en plein jour puis sur étoile). De nuit, uniquement le primaire, donc. Fred.
  10. Nébuleuse Helix + bonus extrême

    Salut Fabrice, purée, j'étais même pas au courant qu'une galaxie se cachait derrière une extension de Hélix ! J'imagine bien qu'il fallait un Gr proche de 400X pour voir une nébulosité et pas juste un point insignifiant. Pour l'aspect "filandreux centripète", Laurent (Arch Stanton) a fait un dessin qui est totalement semblable au tien avec son T400, comme quoi vous avez eu la même perception de la texture. Si Laurent passe par là il affichera peut-être son dessin. Fred.
  11. Trésors enfouis de Pégase et des alentours

    Merci pour ce rapport détaillé, avec de nombreux objets, dont certains me sont encore inconnus... Apparemment tu t'es fait plaisir Allez, la prochaine constellation automnale à dépouiller, c'est la Baleine ! Elle n'a rien à envier à Pégase en termes de galaxies intéressantes. Fred.
  12. Mars 2018 : bilan en dessins

    Merci à vous pour vos dernières contributions J'y étais aussi hier soir, et comme toi j'ai trouvé l'image sympathique. Certainement la combinaison entre plusieurs facteurs : - la stabilité était bonne (en tout cas chez moi), - Mars suffisamment haute (on est nettement au-delà des 17° de juillet-août, disons qu'on a franchi allègrement la barre fatidique des 20° de hauteur), - les formations montrées sont parmi les plus contrastées (Syrtis Major, Mare Srepentis, Sinus Sabaeus), ça accentue la sensation de découpe, - la poussière qui a accéléré sa descente ? Le croquis, on verra plus tard pour la colorisation : à 18h35 TU, MC=315°. Dia=13,6". On est à -17,2° de déclinaison terrestre, ça penche dur ! Fred.
  13. Où faire contrôler son miroir primaire

    Airylab : http://airylab.fr/services-pour-les-entreprises-et-la-recherche/ Fred.
  14. Mars 2018 : bilan en dessins

    Nicolas, on a les mêmes détails, notamment l'aspect hirsute de Mare Serpentis. Olili, merci pour ton commentaire. L'image à 600x serait jugée par certains comme excessive, mais quand on part à la chasse aux détails ça aide de pousser fort. Et puis en bino le fort Gr passe mieux, sans compter qu'avec un T400 Mars ne manque pas de jus à 600X. Fred.
  15. Mars 2018 : bilan en dessins

    C'est vrai que les deux pointes de Sinus Meridiani, habituellement faciles, ne sortent que par instants. Mais je l'ai trouvé aussi sombre (si l'on peut dire) que Sinus Sabaeus et Mare Serpentis. Margaritifer Sinus, oui il se dessine confusément, surtout quand il est encore dans la grisaille de l'aube (comme sur mon dessin de gauche). C'est le principal intérêt du forum de mon point de vue : partager ce qu'on observe entretient l'émulation Fred.