Maïcé

Nuit du 26 octobre Du moyen et du très bon

Recommended Posts

Cette année, les vacances de Toussaint ne sont pas favorables à l'observation, sauf à profiter des tous premiers jours. Et en effet, j'ai la joie de découvrir que sur le Larzac, il fait un temps extraordinaire pour la saison, chaud et ensoleillé, c'est l'été indien qui se prolonge… Ce serait absolument idyllique si… le trafic aérien ne nous pourrissait pas ce temps splendide, de nuit comme de jour. (Hein les astrams qui voyagent au loin en gâchant nos rares ciels encore bons:$)59f32f4a2fee1_cielcroa10-17.jpg.c759e29bcd2b8344aa3fdce29f0768fc.jpg

Mais soir après soir, les traînées s’élargissent en cirrus qui gâchent le ciel, surtout pour quelqu'un qui cherche le ténu et l'extrême.

 

Cette nuit était la nuit de la dernière chance, le flux s'inversait et les nuages allaient revenir. Alors nous avons mis le réveil à 2h du matin pour nous affranchir du phare lunaire et tenter une sortie.

Il fait doux, le SQM tourne autour de 21,4, rien d'extraordinaire, mais nous n'allons pas bouder cette unique sortie. Mais bien sûr la température diurne supérieure à 20° crée un delta bien difficile à rattraper pour une grosse galette et le début de nuit se passe dans la bouillie, qui n'est pas seulement instrumentale, vu comme les étoiles scintillent.

N'empêche, si on n'est pas trop regardant sur le bouillonnement du trapèze, M42 se présente majestueusement colorée, d'un vert tirant sur le cyan dans le cocon du trapèze à un rouge lie de vin un peu passé dans les ailes et M43. Les couleurs sont d'une évidence qui ne laisse aucune place au doute. C'est tout de même magnifique, même sans le piqué des étoiles. Et j'en profite pour analyser toutes les déchirures, échancrures, bulles que je peux mémoriser pour les comparer avec l' excellent dessin de Fred Burgeot.

La nuit s'écoule au gré d'une turbulence qui va et vient, limitant les grossissements, mais le sevrage a été long et je me gave de tout ce que je peux, pas de piqué, qu'à cela ne tienne, on a les couleurs, c'est moche en bas, pas grave, observons des objets hauts dans le ciel. C'est ainsi que j'ai voulu comparer le groupe de galaxies de M70 déjà bien bas à l'ouest à son grand frère autour de NGC 708 bien plus haut… Bien sûr, il n'y a pas photo, the Fath a gagné, plus lumineux, et champ plus riche. Pacman était bien beau tout de même avec ses chenaux sombres bien dessinés, et NGC 891 présentait son profil faussement diaphane avec une bande d'absorption irrégulière.

Et puis, sur le tard, un courant d'air tiède nous parvient… Sirius a presque cessé de scintiller à l’œil nu. Tentons Sirius B, je ne l'ai jamais vue… Il paraît que c'est une cible pas facile qui peut se noyer dans la diffusion de l'étoile principale ou disparaître dans l'épaisseur d'une lame d'araignée. Ah oui, Sirius éblouit quand on arrive à l'oculaire, mais elle est plutôt ramassée et ne se déforme pas, les aigrettes sont fines longues et interrompues, et là, toute proche de l'aigrette et sans aucune difficulté, une petite étoile peu brillante, ocre nous fait de l'oeil. Trop facile !

Si la turbu se calme, comme ça en a bien l'air, retournons sur le trapèze d'Orion, dans lequel j'avais eu l'occasion une unique fois de saisir H et G (que je trouvais plus difficile) au T1000. Cette fois, on a tout de même moins de diamètre, cette observation est-elle possible, sachant que tout à l'heure ni E ni F n'étaient visibles?

Cette fois au 8mm, E et F sont évidentes, et vient un glimpse puis un autre sur H, formant un triangle équilatéral un peu aplati avec A et C. Elle est faible et assez brune et va et vient au gré de la turbulence, une seconde par ci par là. G risque d'être plus ardue, surtout si le trapèze s'empâte, les étoiles A,B,C et D sont brillantes et trouver une étoile bien plus faible entre ne va pas être aisé. Mais la chance est avec moi, la turbu se calme par moment sur quelques instants, et je m'aperçois alors que G n'est pas si faible, plus brillante que H en effet, elle apparaît plus orange que brune. Mentalement je me représente sa position, mais je sais déjà que c'est elle, il n'y a pas d'autre étoile aussi « brillante » à l'intérieur du quadrilatère. Le vent de sud ouest se lève, brouillant l'image.

Nous changeons de cible : cap sur le casque de Thor. Ma dernière vision de cette belle nébuleuse autour d'une Wolf Rayet remonte déjà à quelques années, au T1000. L'image paraît plus fade que dans mon souvenir, mais le diamètre moins important et la nuit moins belle sont peut-être à l'origine de cette impression, sans compter le souvenir magnifié. Pourtant Fred inspecte le secondaire… Catastrophe, il est couvert d'une dense couche de buée, le primaire aussi est terni… Il faudra jouer du sèche cheveux un bon moment pour retrouver l'éclat des optiques, pour s’apercevoir que le paracorr en a besoin aussi ! Le vent du sud ouest chargé d'humidité sur les optiques à température n'a pas pardonné.

Retour sur une cible haut placée, l'eskimo… Pff, l'image est magnifique, ciselée, la fourrure fait des touffes de densité différente, le nez est ponctuel, le triangle du visage est parfaitement reconnaissable avec les creux plus sombres des yeux sous les sourcils, et une impression d'entrelacs de lignes ténues… Mais l'image s'assombrit, la fourrure disparaît, ne reste que la centrale… Les brumes poussées par le vent nous envahissent. Il est 6h30, il faut remballer.

 

 

  • Like 6
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bonjour Maïcé,

 

Hélas, voilà ce que j'ai parfois chez moi au réveil :

 

LeverVenus.jpg.a296f517a81b4cfcea24c8a564e6e1ad.jpg.87092b1a917eeecb51b33307a3034b06.jpg

 

Bonne journée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, ALAING a dit :

Bonjour Maïcé,

 

Hélas, voilà ce que j'ai parfois chez moi au réveil :

 

LeverVenus.jpg.a296f517a81b4cfcea24c8a564e6e1ad.jpg.87092b1a917eeecb51b33307a3034b06.jpg

 

Bonne journée,

AG

 C'est pareil chez moi !!!!!   

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

De mémoire, il me semble que tes croa sont rares. Et bien tu devrais récidiver plus souvent.

J'aime particulièrement ta description de M42 qui démontre une belle expérience.

 

Quelques photos d'ambiance??

Jc

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, jcb77 a dit :

Bonsoir

De mémoire, il me semble que tes croa sont rares. Et bien tu devrais récidiver plus souvent.

J'aime particulièrement ta description de M42 qui démontre une belle expérience.

 

Quelques photos d'ambiance??

Jc

Merci pour le compliment!

Mes CROAs  sont rares car mes observations le sont aussi, j'en suis bien frustrée. Et pour les photos d'ambiance, ben ça ruine la vision nocturne.:P

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens Jean-Christophe, c'est exactement ce que je m'étais dit ces derniers temps sur d'autres posts à propos des interventions de Maïcé, ça va droit au but et c'est de l'expérience visuelle pas de la dernière année.

Maïcé, si tu fais une traînée de plus dans le ciel, en venant me rendre visite, tu n'en n'auras aucune paradoxalement ici. Les pilotes respectent bien la consigne, les seuls aéronefs que j'ai perçus sont des hélicos pour la surveillance des feux de forêt et un passage rapide d'avions de chasse.   Chouette photo mais hélas pas glop pour la transparence. Pour le compagnon de Sirius, il me semble que c'est en rapprochement depuis quelques années et le test devient moins ardu. Lors de mes premières séances d'hiver sur l'île, en pointant Sirius juste pour jauger la turb, la composante la plus faible m'est apparue sans la chercher et j'en fus surpris.

Pas fait encore le test du trapèze (ça va plaire à Jean-Noël) mais de nombreux compte-rendus circulent avec cartes de situation précises. Hier soir aussi, il y avait de belles couleurs sur M42. Si tu as peur de dessiner Maïcé pour x raisons (ce que je comprends),  tu peux préparer des gabarits, voire assez complets et tu peux annoter ceux-ci par exemple en cochant les étoiles faibles du trapèze que tu as perçues. C'est juste une idée...

Bon retour en train,

Fabrice M.

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Fabrice, mes raisons pour ne pas dessiner sont essentiellement "médicales", presbytie sur hypermétropie prononcée, je ne distingue pas les traits de crayon la nuit sans une forte lumière et des verres grossissants assez peu compatibles avec l'oculaire (surtout les verres progressifs avec leurs abberrations). Alors j'observe pendant de longues minutes pour mémoriser des détails que je nomme, dont j'evalue la distance et l'éclat pour les retrouver en rentrant sur une représentation existante. Ça limite la quantité d'informations dont je me souviens mais c'est le lot des gens incapables de dessiner. Je vous admire avec une pointe d'envie, vous les dessinateurs!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et le dictaphone, cela peut être pas mal pour toi. C'est vrai que j'ai tendance à dessiner parce que j'ai pas de mémoire (ou grosse flemme de la faire travailler). Ah oui, tu as raison de citer la gêne de la presbytie comme une gêne pour ceux qui dessinent du faible en direct sans descendre de leur escabeau. Pour l'instant je suis épargné à cause de ma myopie mais on y viendra tous un jour. Comment font les "vieux" comme Serge pour dessiner et il est point myope le bougre ?

Lorsque je serai aveugle, je jouerai de la musique...

Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à tous des Ardennes 😃,

 

@Maïcé

Quel beau CROA Maïcé, l'observation des composantes "G" et "H" du trapèze d'Orion est Incroyablement fantastique à mes yeux  et souligne ton expérience émérite de l'observation, c'était quel instrument/focale ? Ta description de la structure complexe et des couleurs plaines de nuances de M42, me laisse rêver de l'ampleur du spectacle à l'oculaire et cela, malgré  les traînées s’élargissent en cirrus. L'observation de M70, NGC 708, NGC 281, NGC 891 et du  casque de Thor à dû être une ode à l'immersion dans le ciel profond. Sirius B represente pour moi toute une époque au T520 de l'observatoire de Reims. "Procyon B" serait peut-être perceptible au T1000 .:x

 

@Sky runner

Merci d'avoir eu une pensée pour moi Fabrice :)

Détecter la composante la plus faible  de Sirius sans la chercher prouve les qualités de ton ciel et de ta chaîne optique. Le test du trapèze va bien sûr me plaire, surtout si tu essaies les composantes "G" et "H" perçues par Maïcé. Ce serait cool si tu pouvais aussi tenter "Procyon B" (beaucoup plus difficile que Sirius B) sur ton excellent site. Cette étoile double est pour moi le graal de l'observation extrême :x (après celle d'un alien dans mon jardin :D).

 

Procyon AB

(Mv=0,46/10,80 ; ΔM=10,34)

Année.    Rho.      Theta

2017       4,31"      303,5°

2018       4,76"      310,2°

 

Bonne observation à tous les deux.

Jean-Noël ☔☔☔

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Sky runner a dit :

Lorsque je serai aveugle, je jouerai de la musique...

On fera un "boeuf" ensemble Fabrice 😃

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Sky runner a dit :

Et le dictaphone, cela peut être pas mal pour toi. C'est vrai que j'ai tendance à dessiner parce que j'ai pas de mémoire (ou grosse flemme de la faire travailler). Ah oui, tu as raison de citer la gêne de la presbytie comme une gêne pour ceux qui dessinent du faible en direct sans descendre de leur escabeau. Pour l'instant je suis épargné à cause de ma myopie mais on y viendra tous un jour. Comment font les "vieux" comme Serge pour dessiner et il est point myope le bougre ?

Lorsque je serai aveugle, je jouerai de la musique...

Fabrice M.

Oui, j'y pense, au dictaphone, j'en ai même un mais j'ai la facheuse tendance à me tromper de bouton dans le noir et à enregistrer tous les bruits parasites et à couper quand je dis des choses intéressantes. J'ai "enregistré" la chorale de mon école comme ça.o.O

Il y a 8 heures, Jean-Noel a dit :

Bonsoir à tous des Ardennes 😃,

 

@Maïcé

Quel beau CROA Maïcé, l'observation des composantes "G" et "H" du trapèze d'Orion est Incroyablement fantastique à mes yeux  et souligne ton expérience émérite de l'observation, c'était quel instrument/focale ? Ta description de la structure complexe et des couleurs plaines de nuances de M42, me laisse rêver de l'ampleur du spectacle à l'oculaire et cela, malgré  les traînées s’élargissent en cirrus. L'observation de M70, NGC 708, NGC 281, NGC 891 et du  casque de Thor à dû être une ode à l'immersion dans le ciel profond. Sirius B represente pour moi toute une époque au T520 de l'observatoire de Reims. "Procyon B" serait peut-être perceptible au T1000 .:x

 

@Sky runner

Merci d'avoir eu une pensée pour moi Fabrice :)

Détecter la composante la plus faible  de Sirius sans la chercher prouve les qualités de ton ciel et de ta chaîne optique. Le test du trapèze va bien sûr me plaire, surtout si tu essaies les composantes "G" et "H" perçues par Maïcé. Ce serait cool si tu pouvais aussi tenter "Procyon B" (beaucoup plus difficile que Sirius B) sur ton excellent site. Cette étoile double est pour moi le graal de l'observation extrême :x (après celle d'un alien dans mon jardin :D).

 

Procyon AB

(Mv=0,46/10,80 ; ΔM=10,34)

Année.    Rho.      Theta

2017       4,31"      303,5°

2018       4,76"      310,2°

 

Bonne observation à tous les deux.

Jean-Noël ☔☔☔

 

 

 

Merci Jean Noël pour le compliment. L'instrument est le 711 à 3.5  Stellarzac Instrument qui n'a pas encore rejoint son propriétaire.

Ah ! Procyon aurait été tentable hier et c'est justement le genre de défi que j'adore...  Beaucoup plus proche de Procyon mais Sirius B était tellement visible, presque comme une étoile double "ordinaire" que la difficulté supplémentaire ne parait pas insurmontable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Maïcé a dit :

Sirius B était tellement visible, presque comme une étoile double "ordinaire" que la difficulté supplémentaire ne parait pas insurmontable.

ça fait simplement rêver Maïcé :x

Jean-Noël ☔

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela serait un super challenge Fred.:)

grafico_orbita.png.811499b8c70dafd06914be5bd2339009.png

Jean-Noël 🌦

Edited by Jean-Noel
Ephémerides Procyon B
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/10/2017 à 10:06, Maïcé a dit :

L'instrument est le 711 à 3.5  Stellarzac Instrument qui n'a pas encore rejoint son propriétaire

 

Ha, je me posais aussi la question...

 

Le 27/10/2017 à 15:25, Maïcé a dit :

Retour sur une cible haut placée, l'eskimo… Pff, l'image est magnifique, ciselée, la fourrure fait des touffes de densité différente, le nez est ponctuel, le triangle du visage est parfaitement reconnaissable avec les creux plus sombres des yeux sous les sourcils, et une impression d'entrelacs de lignes ténues

 

Ha la la, observer l'Esquimau dans un 711, qu'est-ce que ça doit être ! :) J'en garde déjà un souvenir impérissable dans un 600 à la montagne de Lure, alors avec un 711...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est magnifique ce complément d'infos sur les faibles composantes d'étoiles brillantes. Merci Jean-Noël. Je ne savais même pas que Procyon était accompagné !!!

Donc, ce serait un test plus difficile.

 

Le 28/10/2017 à 00:20, Jean-Noel a dit :

Procyon AB

(Mv=0,46/10,80 ; ΔM=10,34)

Année.    Rho.      Theta

2017       4,31"      303,5°

Est-ce qu'il te serait possible de nous donner les mêmes indications pour Sirius en 2017, histoire de comparer (avec la même source de préférence).

Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui bien sûr Fabrice,

 

Sirius AB

(Mv= -1.47/8.44 ; ΔM=9.91)

Année.    Rho.      Theta

2017       10.77"   73.9°

2018       10.94"   71.9°

Note: Pour les éléments orbitaux annuels, les données se réfèrent au 1er janvier.

 

 

Le test de séparation de Procyon AB est nettement plus difficile que la résolution de Sirius AB :

 

image.png.1ab4211a39244d368ddc0fed3b4d9133.png

Ephémerides Sirius AB

 

Jean-Noël

 

 

 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Royale la comparaison et effectivement, on joue pas dans la même cour avec Procyon AB avec un delta de plus de 10 mag. Le seul avantage, une étoile  plus élevée de 22° dans le ciel local et en terme de turbulence, c'est un gros +. Cet hiver, on en reparle... Merci encore.

Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, ça c'est un défi. 

Enfait Sirius B cette année, c'est pour les gamins, elle est très éloignée !xD

Edited by Maïcé
Sirius Black, en effet, c'est vraiment pour les gamins. fichue tablette !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Maïcé,

 

eh oui, cette année les vacances scolaires sont calculées pour les amateurs de pleine Lune ! 

Merci pour tes descriptions précises, en te lisant on se surprend à imaginer le champ de l'oculaire et à y chercher ce que tu narres.

Bonne idée pour Procyon B, même si ça risque d'être chaud quand-même...

 

Fred.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, fred-burgeot a dit :

Coucou Maïcé,

 

eh oui, cette année les vacances scolaires sont calculées pour les amateurs de pleine Lune ! 

Merci pour tes descriptions précises, en te lisant on se surprend à imaginer le champ de l'oculaire et à y chercher ce que tu narres.

Bonne idée pour Procyon B, même si ça risque d'être chaud quand-même...

 

Fred.

 

L'an prochain, ça ne va pas s'arranger pour teepee, pleine lune à Noël et NL de part et d'autre de ses vacances d'été...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/11/2017 à 01:47, Sky runner a dit :

Royale la comparaison et effectivement, on joue pas dans la même cour avec Procyon AB avec un delta de plus de 10 mag. Le seul avantage, une étoile  plus élevée de 22° dans le ciel local et en terme de turbulence, c'est un gros +. Cet hiver, on en reparle... Merci encore.

Fabrice M.

Oui Fabrice,

Ta situation géographique et ta maîtrise de ta chaîne optique devrait-être des atouts pour réussir ce challenge. Je ne me fais personnellement aucune illusion  au T520 à plus de 50° de latitude nord.

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/11/2017 à 08:39, Maïcé a dit :

Ah oui, ça c'est un défi. 

Enfait Sirius B cette année, c'est pour les gamins, elle est très éloignée !xD

 

Merci pour tes bons points Maïcé, :)

Je suis sûr que tu dédoubleras Procyon B dans le flux intense de l'étoile principale, au T1000 de Stellarzac. Je te souhaites de pouvoir réussir ce superbe challenge. 9_9 ( à toi aussi Fabrice :)).

Jean-Noël

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Jean-Noel a dit :

 

Merci pour tes bons points Maïcé, :)

Je suis sûr que tu dédoubleras Procyon B dans le flux intense de l'étoile principale, au T1000 de Stellarzac. Je te souhaites de pouvoir réussir ce superbe challenge. 9_9 ( à toi aussi Fabrice :)).

Jean-Noël

 

 

Cette fois, il va falloir attendre au moins un an. Pas de lune favorable  pour un séjour pendant mes vacances scolaires pendant trèsssssssssssssss longtemps! :(

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, Maïcé a dit :

il va falloir attendre au moins un an.

Oups ! :(

Il ne reste plus qu'à prendre le train pour les Ardennes ☔, c'est comme dans "bienvenu chez les Ch'tis" :D

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt


  • Similar Content

    • By Stephane Zoll
      Bonjour,
       
      Je voulais partager avec vous ces photos prises à St Veran (AstroQueyras), lors de deux dernières campagnes, avec à chaque fois l'un des T500 f/8 Astrosib.
      Ce sont des nébuleuses assez exotiques associées à des étoiles jeunes n'ayant pas encore atteint la séquence principale.
       
      Tout d'abord, voici V633_CAS, dans Cassiopée :
       

       
      Un peu de bruit dans cette image ; les conditions étaient moyennes et j'ai manqué un peu de poses à cette ouverture.
      L'objet d’intérêt est bien sûr en haut à gauche.
      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CMOS ASI 1600 (-20°C).
      - L : 50x120s bin2
       - RGB : 3x8x120s bin2
       
      Et voici un champs très sympa dans le Cygne avec plusieurs objets remarquables, dont V1982 et V1331 :
       

      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CCD SBIG STX-16803 (-20°C).
      - L : 27x300s + 19x300s (mosaic) bin1
      - RGB en bin2
       
       
       
      V1331 a fait l'objet d'une image par Hubble :
      https://www.spacetelescope.org/images/potw1509a/
       
      Image avec description :

       
       
      V1982 est en fait un objet complexe avec plusieurs étoiles jeune et une nébuleuse primordiale associée.
       
      Merci pour votre passage,
       
      Meilleurs photons
      Stef
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 1er au 2 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8884 à 8893.
       
       Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric.
       De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit.
       
       Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule.
       
       Observation 8884 : M80.
       85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution.
       Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible.
       Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny.
       Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin.
       
       
       Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre!
       Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel.
       
       Observation 8885 : NGC5093.
       A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus.
       
       
       A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne.
       
       Observation 8886 : NGC7013.
       85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette!
       
       
       Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse.
       Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse.
       Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture.
       
       J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses.
       Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau.
       
       Observation 8887 : NGC7198.
       Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée.
       
       
       Observation 8888 : NGC7215.
       Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans.
       Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation.
       
       
       L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit.
       
       A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup.
       
       Observation 8889 : NGC7189.
       Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale.
       
       
       Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase.
       
       Observation 8890 : NGC7156.
       Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5).
       Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2).
       
       
       Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin!
       Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp.
       
       Observation 8891 : NGC7393.
       Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5).
       
       
       Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529.
       J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314.
       2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse.
       La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant.
       
       
       Observation 8893 : NGC7416.
       Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube.
       
       
       Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici.
       
       Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
    • By guillau06
      Bonjour,
       
      Hier soir avec deux amis astronomes, nous nous sommes retrouvés dans un lieu magique, cette soirée restera dans le top 3 des meilleurs soirée astro que j'ai pu faire (et elles sont nombreuses...)
       
      Arrivée sur les lieux vers 16h, l'endroit qui se situe dans les Alpes du sud, impose le respect.
       

       
      Installation du matériel, après avoir chercher un endroit bien placé pour voir la polaire, car les sommet sont hauts, 3143m pour le plus imposant , qui est aussi le plus haut sommet des Alpes maritimes, le "Gélas".
      Voici donc le bivouac  
       

       
       
      Repérant des chamois au loin, je décide de les approchées pour leurs tirés le portrait, j'ai réussi a être a 50m d'eux , mais je me suis fait griller , reste quand même ces deux photos.
       

       

       
      Le soleil déclinant , les couleurs commencent a devenir extraordinaire, ajouter a cela un fin croissant de lune, et le tableau et parfait (Précision importante , je n'ai absolument pas retoucher des couleurs des photos de la lune.)
       

       

       

       
       
       
      Ensuite, les étoiles commencent a apparaitre, le spectacle commence , la nuit PARFAITE pas de vent , pas d'humidité, pas trop froid, bref une nuit de rêve...
       

       

       

       
       
       
      Le coucher se fait a 4h du matin, pour un levé a 6h, dans la voiture...dur dur!
       
      Mais, la lumière du matin me fait vite oublier la fatigue....
       

       
       
      Bon c'est pas dans mes habitude de faire des CROA, mais c'était vraiment TOP, alors je partage
      Bien sur, j'ai fait des photos du ciel profond, qui promettent d’être sympa, la suite prochainement.
       
      Bon ciel
      Guillaume
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 30 au 31 juillet 2019
       Dobson 508/1920
       
       7 dessins : 8866 à 8872.
       
       La journée fut dure, car il fallut d'abord remballer aux Estivales de Webastro (vers Chambéry) toutes les affaires dont 2 tentes, puis faire 3 heures de route jusqu'à Valdrôme dont une partie montagneuse vers la fin, et réinstaller tout le bazar.
       D'ailleurs j'apprécie la modularité de mes 2 tentes, car je n'ai monté que celle pour dormir cette nuit, procrastinant au lendemain le montage plus complexe de la tente salon.
       J'ai déchargé les morceaux du télescope sur le parking avant, mis sous bâche, puis après 2 heures de sieste, j'ai monté le télescope à la lueur de la lampe rouge en faisant gaffe de ne pas gêner les observateurs autour, dont le plus proche Jean-Pierre B. le photographe, l'un des nombreux astropotes que je retrouve cette nuit.
       
       Je suis enfin opérationnel à 23h52 TU.
       
       Je pointe une nébuleuse planétaire d'Hercule.
       
       Observation 8866 : IC4593.
       85x, 631x. Je peine pour la repérer, car il y a une petite erreur de positionnement sur l'atlas Uranométria et elle est d'aspect stellaire à 85x. C'est finalement son assez bonne réponse au filtre Oxygène 3 et sa coloration verdâtre à 85x qui la trahissent.
       J'en profite pour corriger l'atlas pour faciliter la prochaine tentative.
       Malgré la turbulence forte de  4 sur 5 à 631x, je remarque bien son étoile centrale assez brillante entourée d'une nuée considérablement faible à bords flous.
       
       
       La demi-nuit sera contrariée par des passages de voiles, bien gênants parfois.
       
       Rendons visite à quelques galaxies d'Hercule après cette nébuleuse planétaire.
       
       Observation 8867 : NGC6083.
       85x, 201x. Elle n'est pas sûre à 85x, mais à 201x je la vois diffuse, très faible à VI1.
       
       
       Observation 8868 : NGC6078.
       85x, 201x. Contrairement à la précédente, elle est vue assez facilement à 85x. Je la note de brillance faible.
       
       
       Observation 8869 : NGC6074.
       201x. Elle est considérablement faible à faible.
       
       
       
       Je m'adapte aux voiles en visant dans les zones préservées.
       Ca me fait m'éloigner vers un amas ouvert puis une nébuleuse planétaire de Céphée.
       
       Observation 8870 : NGC7235.
       201x. Je le repère au chercheur 9x50 comme un point considérablement faible.
       Au Dobson 508, il est fourni et réhaussé de 2 étoiles colorées.
       
       
       Observation 8871 : PK103+0.1.
       85x, 201x. Elle est évidente en filtrant en Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement. Ce n'est pas le cas en HBêta où rien n'est visible.
       Par contre sans filtre elle est quasi invisible à 85x, mais confirmée à 201x, très faible sans filtre.
       Son étoile centrale est considérablement faible. En O3 les bords de la nébuleuse sont plus nets et une portion d'anneau apparaît.
       
       
       Des voiles s'amènent dessus, tout le ciel est touché.
       
       Je pars me balader sur le parking, rendant notamment visite à Jean-Bernard C. et Paul L.
       
       Observation 8872 : NGC7261.
       201x. Je reviens à la faveur d'une trouée observer un autre amas ouvert de Céphée, que je montre à Aymeric. Ca passe bien dans un ciel un peu dégradé, et le pouvoir collecteur du 508 les sublime en brillance et parfois couleurs.
       
       
       Notre Nicolas national, observateur émérite de comètes, est là pour sa dernière nuit et s'était relevé à 3h30 pour sans doute en chercher quelques-unes mais il y a trop de voiles pour qu'il opère. Il ne reste que nous deux comme jusquauboutistes dans le virage. Plus une chouette hulotte qui se fait entendre au nord.
       
       Je dors une demi-heure dans l'auto, espérant un ciel meilleur. Le ciel est encore voilé, mais ça s'améliore doucement.
       A 4h Nicolas remballe, je fais de même car fatigué et l'aube étant imminente.
  • Images