jackbauer 2

INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

La planète Mars est de loin la plus visitée par nos sondes spatiales, à tel point que les missions sont maintenant spécialisées dans un domaine bien précis. MAVEN étudie l’atmosphère, Exomars TGO recherche les traces de méthane, MRO observe le sol en haute résolution.

Dans le cadre du programme DISCOVERY de la NASA (budget moyen), InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) va entreprendre l’exploration des entrailles de Mars.

Le lancement est prévu pour samedi 13h05 (heure française) depuis Vandenberg en Californie par une fusée Atlas V (voir fil de VNA1)

Son arrivée sur la planète rouge est pour le 26 novembre prochain sur Elysium Planitia

 

3 instruments scientifiques sont à bord :

- SEIS (sismomètre)

- HP3 (capteur de flux de chaleur)

- RISE (Rotation and Interior Structure Experiment)

- 2 caméras

 

La mission était prévue pour  la fenêtre de 2016 mais l’instrument le plus important, le sismomètre SEIS, construit par la France, n’était pas prêt.

Aucun instrument de ce type n’a jamais fonctionné sur Mars : celui des sondes Viking n’a enregistré… que le vent ! Une autre tentative (déjà française) était à bord de la mission soviétique Mars 96 : échec, la fusée échoue au décollage. Un autre projet, NETLANDER (3 stations déployées en différents endroits) fut abandonné.

 

Les deux instruments SEIS et HP3 seront délicatement déposés sur le sol grâce à un bras télécommandé…

 

Lien Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/InSight (en français, très fourni)

Lien sur la mission : https://mars.nasa.gov/insight/

Lien vers le CNES : https://spacegate.cnes.fr/fr/bientot-un-drapeau-francais-sur-mars

Je recommande aussi le dernier n° de L’Astronomie (mai) avec 25 pages consacrées à la mission (participation de Francis Rocard et Philippe Lognonné, concepteur de SEIS) ; Le dernier n° de La Recherche (mai) qui consacre 22 pages à la planète rouge.

 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.JPG

5.JPG

6.JPG

7.jpg

 

8.jpg

Modifié par jackbauer 2
  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
il y a 55 minutes, jackbauer 2 a dit :

Les deux instruments SEIS et HP3 seront délicatement déposés sur le sol grâce à un bras télécommandé…

il existe des vidéos du processus ... :|:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ce n'est pas une question ... c'est juste qu'une grande partie de la mission se joue à ce moment là, il faut que tout se passe bien.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'atterrissage sur Mars déjà en soit donne des sueurs froides...

A noter qu'il s'agit de la même plateforme que Phoenix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tant qu'il ne se mets pas à neiger ça va :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Fichtre, j’allais oublier !  :o

Cette aventure comporte une innovation : pour la 1ère fois une mission interplanétaire sera accompagnée de 2 CubSat, MarCO A & MarCO B, des nano-satellites de 13.5 kg qui serviront de relais de telecom entre INSIGHT et la Terre durant la phase d’atterrissage

 

Lien Wiki (en français) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mars_Cube_One

 

Extrait :

« …Les deux satellite MarCO sont lancés avec InSight en mai 2018 depuis la base de lancement de Vandenberg par une fusée Atlas V 401. Les deux nanosatellites sont fixés à la base de l'étage supérieur Centaur (coté moteur et donc à l'opposé de la coiffe recouvrant InSight). Après extinction de l'étage et une fois la sonde spatiale InSight libérée, l'étage Centaur effectue une rotation de 180° et libère le premier MarCO puis après une deuxième rotation libère le deuxième nano-satellite. Les deux satellites débutent alors leur transit vers Mars de manière autonome. Des corrections de trajectoire sont effectuées au début de cette phase de la mission à l'aide du système de propulsion pour garantir un passage à la distance souhaitée de Mars. Les deux satellites ne disposent pas de capacité de mise en orbite. Arrivés à proximité de Mars vers fin novembre 2018, ils assurent à titre expérimental le rôle de relais entre InSight et la Terre durant la descente vers le sol martien de la sonde spatiale. Ils transmettront en temps réel vers la Terre les télémesures envoyées par InSight reflétant son fonctionnement durant cette phase cruciale de sa mission. Le transfert des données sera assurée en parallèle par l'orbiteur martien MRO mais avec un différé de quelques heures découlant de la position non favorable de ce satellite. Durant les quelques minutes de la descente, les satellites devront orienter leurs deux antennes déployables simultanément vers Mars et la Terre pour jouer le rôle de relais. Les batteries prendront le relais des panneaux solaires car ceux ci ne pourront pas être tournés vers le Soleil durant cette phase de la mission. Les nano-satellites doivent par la suite poursuivre leur orbite autour du Soleil… »

 

 

9.jpg

10.jpg

  • J'aime 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Ce samedi 5 May après 13 heures, heure française il y aura un envoie d'une sonde: "InSight" depuis Vandenberg AFB en Californie, qui se déposera sur Mars pour observer les tremblements martien! (si il y en a?)

Un article très bien fait et plus ou moins "interactif" dans le NYT qui retrace toutes les sondes envoyées sur Mars.

 

https://www.nytimes.com/interactive/2018/05/01/science/mars-nasa-insight-ar-3d-ul.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=second-column-region®ion=top-news&WT.nav=top-news

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Jack  passionnant...:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En espérant que ce sera la huitième sonde qui se posera sur Mars.

L'un des instruments va "essayer" de pénétrer le sol martien jusqu'à 16 pieds ou à plus de 4,50m de profondeur pour mesurer la température.

D'autre part ce sera le premier lancement depuis la Californie pour une autre planète.

Malheureusement la trajectoire est vers le Sud au dessus de Los Angeles/San Diego!

 

"A smaller device will try to hammer itself about 16 feet into the Martian soil, to measure heat flow from the interior of the planet."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

 

FOCUS sur LES CAMÉRAS DU LANDER :

 

InSight_instrument_callouts_Cameras.jpg.f9a5d73d75022a92ff487b1b27ec338c.jpg

 

 

L'atterrisseur InSight possède deux caméras d'ingénierie complémentaires qui aident au déploiement des instruments et à l'évitement des risques. Une des caméras est montée sur le bras; l'autre sur le devant de l'atterrisseur.
• Caméra sur bras - Caméra de déploiement d'instrument
• Caméra sur le corps de la sonde - Caméra de contexte de l'instrument

Caméra sur le bras
La caméra sur le bras s'appelle "'Instrument Deployment Camera" (IDC). Elle est similaire aux caméras de navigation Navcam embarquées sur les rovers Opportunity et Curiosity, avec une capacité de couleur complète ajoutée. Elle a un champ de vision de 45 degrés et offre une vue panoramique du terrain entourant le site d'atterrissage. Cette caméra va visualiser l'espace de travail en détail afin de prendre en charge la sélection des meilleurs endroits pour placer les instruments. Cette caméra prendra des images en couleur des instruments sur le pont de l'atterrisseur et une vue en 3D de la région autour de l'atterrisseur. Les informations reçues de la Navcam aident les ingénieurs et les scientifiques à guider le déploiement du sismomètre et de la sonde de flux de chaleur. Les scientifiques peuvent orienter la caméra dans n'importe quelle direction, ce qui permet de combiner les images en un panorama à 360 degrés des environs de l'atterrisseur.

Caméra sur le corps de Lander
L'autre caméra de l'atterrisseur, "Instrument Context Camera" (ICC), est montée juste en dessous du pont, sur le bord de l'atterrisseur faisant face à l'espace de travail, qui est la zone de terre à portée du bras. Le CCI a un champ de vision "fisheye" de 120 degrés. Elle fournira des vues grand angle de tout l'espace de travail.
Comme la Navcam, elle est basée sur une caméra similaire qui équipe Opportunity et Curiosity. Elle est montée sous le bord du pont de l'atterrisseur et offre une vue complémentaire de la zone de déploiement de l'instrument.

Les deux caméras ont un détecteur à dispositif à couplage de charge carré (CCD) de 1 024 pixels par 1 024 pixels.

 

Si tout va bien, le 28 26 novembre 2018 InSight va atterrir sur la plaine d'Elysium (Elysium Planitia), une région située non loin du cratère Gale et à proximité de l'équateur, par 4° nord de latitude.

La surface du site est, assez ancienne (datant de l'hespérien, soit entre 4 et 3,5 milliard d'années)

Elle est surtout plate et peu caillouteuse, sans aucun relief ou pente escarpée.

 

 

Source principale :  https://mars.nasa.gov/insight/mission/lander/cameras/

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

Si tout va bien, le 28 novembre 2018 InSight va atterrir sur la plaine d'Elysium

 Pour l'instant c'est toujours prévu pour le 26 !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/insight-mission-insight-cartes-ultraprecises-bruits-mars-faites-france-71071/

 

Sur le site de Futura Sciences, un article décrit l’extrême difficulté du déploiement des instrument SEIS et HP3 à la surface de Mars, qui pourrait prendre des semaines…

 

Extrait :

 

« …Pour aider la Nasa à choisir le meilleur emplacement possible pour l'instrument, l'ISAE-Supaéro, en charge du modèle de l'instrument, a réalisé « des cartes de performances et de bruit de chaque point autour du lander. Elles recensent tous les bruits susceptibles de perturber les mesures de l'instrument et prennent en compte toutes les caractéristiques connues de l'environnement martien ». Elles seront mises à jour si la configuration d'InSight après son atterrissage le nécessite, en fonction de la pente et de la géométrie particulière du site d'atterrissage. « Dans l'idéal, on souhaiterait un site d'atterrissage plat et morne, sans cailloux ! »

Pour Raphaël Garcia, professeur à l'ISAE-Supaéro, sismologue et co-investigateur de la mission, « il sera ainsi plus facile de discerner et détecter des séismes martiens, dont la magnitude attendue est de l'ordre de 3,5 à 4,5 du bruit du fond ». Notez qu'on estime qu'un ou deux tremblements se produisent chaque année sur Mars avec une magnitude de plus de 5,5 mais plus de quarante avec une magnitude supérieure à 4.

Quant au choix du site d’atterrissage d'InSight, pour Naomi Murdoch, chercheur à l'ISAE-Supaéro, « il n'a pas été simple et nous avons dû tenir compte de nombreux paramètres » qui expliquent le choix de la plaine d'Elysium, un endroit très peu risqué pour atterrir.

Première contrainte, l'utilisation de panneaux solaires impose « d'atterrir dans une bande de ltitude réduite autour de l'équateur pour avoir suffisamment de lumière du soleil ». À cela, s'ajoute que la faible densité de l'atmosphère martienne impose à toutes les missions martiennes d'atterrir à très faibles altitudes pour avoir suffisamment de temps pour freiner leur descente. InSight n'échappe pas à cette règle. Enfin, troisième contrainte, la Nasa veut poser InSight sur un « terrain avec au moins cinq mètres de régolithe » pour utiliser un capteur de flux de chaleur HP3, fourni par le DLR (l'agence spatiale allemande) dont le but est de s'enfoncer jusqu'à cinq mètres de profondeur de façon à acquérir des profils de température à différentes hauteurs, afin de « mesurer le flux de chaleur qui monte de l'intérieur de la planète, une contrainte importante pour déterminer la structure interne de la planète ».

 

Quant au déploiement du bras pour poser l'instrument, ce ne sera pas une partie de plaisir. « C'est la première fois qu'un instrument est déployé par un bras robotique sur une autre planète. » La manœuvre est « prévue pour durer plusieurs semaines », souligne David Mimoun. Les ingénieurs, qui piloteront ce bras, le feront de façon très progressive. À chaque étape du processus, les mouvements du bras seront suivis de l'acquisition de plusieurs clichés de façon à comprendre la situation, et à mettre à jour le modèle numérique de l'environnement, utilisé pour simuler en temps réel tous les aspects du déploiement. Tous les paramètres physiques (température, courants électriques, premières mesures de l'instrument...) seront analysés par l'équipe instrument avant d'autoriser l'étape suivante. Quant à la calibration du sismomètre, elle « prendra également du temps »

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bin !!??? Personne pour suivre le décollage ??

La sonde a été correctement lancée dans la nuit californienne ; Tout se passe bien aux dernières nouvelles

La sonde et les deux petits satellites qui l'accompagnent sont séparés et placés sur la bonne trajectoire

RDV en novembre !

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, jackbauer 2 a dit :

Et bin !!??? Personne pour suivre le décollage ??

 

Merci pour la vidéo, mais c'était trop tôt pour se lever--surpris qu'il n'y avait pas de brouillard parce que plus au Nord on y est encore dedans!

Ce n'est pas aussi dramatique l'envole la nuit, je me demande pourquoi "ULA" ne fait pas revenir le premier étage? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, jackbauer 2 a dit :

Et bin !!??? Personne pour suivre le décollage ??

 

il y a une heure, VNA1 a dit :

Merci pour la vidéo, mais c'était trop tôt pour se lever--surpris qu'il n'y avait pas de brouillard parce que plus au Nord on y est encore dedans!

Ce n'est pas aussi dramatique l'envole la nuit, je me demande pourquoi "ULA" ne fait pas revenir le premier étage?

 

J'étais debout à 3h30 du mat pour essayer de voir le nuage de la fusée depuis Phoenix (la Falcon 9 de Décembre dernier avait créé un super spectacle). Rien vu :( Je ne sais pas si le soleil était trop bas sous l'horizon ou si l'éclairage par derrière est obligatoire pour voir quelque chose, mais j'ai perdu une occasion de rester au plumard !

Pour les spectateurs sur place, ils n'ont pas du voir grand chose des premières secondes du décollage à cause du brouillard, mais une fois la fusée haute dans le ciel ça devait se voir.

 

En tout tout à l'air de bien se passer, c'est tout ce qui compte !

 

jf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, jackbauer 2 a dit :

Et bin !!??? Personne pour suivre le décollage ??

 

Et bin, j'étais en balade à profiter du beau temps plutôt que devant mon PC ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, jfleouf a dit :

J'étais debout à 3h30 du mat pour essayer de voir le nuage de la fusée depuis Phoenix (la Falcon 9 de Décembre dernier avait créé un super spectacle). Rien vu :(

 

J'avais lu plutôt que la fusé passerait au large de Los Angeles et San Diego donc plein Sud!

Je n'avais pas vu le brouillard sur la vidéo qui est assez tenace aujourd'hui (le grand plaisir que de vivre au bord du Pacific!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 27 minutes, VNA1 a dit :

J'avais lu plutôt que la fusé passerait au large de Los Angeles et San Diego donc plein Sud!

Je n'avais pas vu le brouillard sur la vidéo qui est assez tenace aujourd'hui (le grand plaisir que de vivre au bord du Pacific!)

 

Oui, la fusée passait plein Sud (comme tous les lancement depuis Vandenberg il me semble). Mais parfois on peut tout de même voir de loin (Phoenix) le panache éclairé par le soleil tandis que le fond de ciel est encore sombre. Visiblement cette fois-ci les conditions n’étaient pas réunies (soleil trop bas pour éclairer le panache je pense).

 

Pour références, les images prises par un ami lors du lancement de Falcon 9 en décembre dernier: http://www.pbase.com/polakis/falcon_launch_2017

 

jf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On approche tout doucement de l'arrivée (risquée) de la sonde sur la planète rouge (26 novembre)

La NASA vient de mettre en ligne ce gros press kit (68 pages) qui explique la mission :

 

https://www.jpl.nasa.gov/news/press_kits/insight/landing/download/mars_insight_landing_presskit.pdf

Modifié par jackbauer 2
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant