Cédric Perrouriefh

Maksutov 127 : exemples d'observations

Recommended Posts

Salut,

 

J'ouvre ce sujet entre autres pour les débutants et/ou autres personnes intéressées par l'achat d'un Mak 127 (j'ai constaté qu'il y en avait pas mal ! ;)) qui se demandent ce qu'ils peuvent espérer tirer de ce matériel. Voici donc quelques comptes-rendus dans des situations diverses de lunaison, avec différents objets observés en fonction. J'alimenterai au fil du temps et des nouvelles observations, et vous êtes bien sûr les bienvenus à participer (même si vous n'avez pas exactement le même Mak ;))

 

Je possède un Mak SW 127/1500 (le fameux tube bleu !) depuis une dizaine d'années, mais je le redécouvre avec plaisir depuis la vente de mon lourd Dobson ! :)

 

Observations du 22 octobre 2018

 

- Saturne et M25

 

Saturne est basse sur l'horizon sud-ouest. Dans le Pentax XW 20 (grossissement 75x), elle est petite, souffre de la turbulence et de la dispersion atmosphérique. Pourtant, l'image est loin d'être affreuse, ce n'est pas un pâté, c'est même plutôt fin malgré les désagréments cités. Les anneaux assez ouverts se détachent sans équivoque 100% du temps, et dans les trous de turbulence on voit bien comment ils "coupent" le globe en passant devant lui, masquant toute la partie inférieure. Cette coupure est matérialisée par une bande très sombre caractéristique qui épouse la forme arrondie des anneaux et les sépare du globe tronqué. Cette ombre est visible 1/4 à 1/3 du temps, mais quand elle y est elle y est et c'est très joli. Il faut rappeler que Saturne n'est qu'à une quinzaine de degrés au-dessus de l'horizon, tout au plus !

 

Le passage à un grossissement de 150 fois (Delos 10) n'apporte rien de plus sur Saturne, pas de bandes nuageuses contrastées sur le globe. Ha oui, peut-être la division de Cassini qui semble vouloir s'extraire de la turbu sans vraiment y arriver. Mais soulignons quand-même que ce doublement du grossissement n'a pas non plus dégradé l'image ! :) On note aussi la présence de Titan non loin de là.

 

Juste à côté de Saturne, M25 entre entier dans le champ du Delos 10. Ses quelques étoiles les plus brillantes sont largement visibles en vision directe et je suis très satisfait de leur piqué pour un grossissement de plus de 1D dans la turbulence de l'horizon. Pour aller plus loin, quelques étoiles beaucoup plus faibles se laissent deviner dans ce fond de ciel très éclairci par la quasi pleine Lune. Bien sûr on ne peut pas les compter tellement c'est subtil, mais il n'y a aucun doute possible, on a bel et bien un amas ouvert sous les yeux.

 

- Mars

 

Je pensais que cette cible plus haute que la précédente souffrirait moins de la turbulence, mais il n'en fut rien ! Dès 75 fois l'image bouillonne, pourtant on arrive quand même à sentir que la surface est contrastée. De façon moins évidente qu'au C14 (quelle est la part du diamètre, de la turbulence, de la clarté de l'atmosphère ?), mais en tout cas il y a bien un prémisse de contraste. Je ne m'y attarde pas (j'ai un doute après coup, je ne sais pas si la mise au point était vraiment au top car la turbu était étonnamment forte, signe parfois d'une légère défocalisation. Ma foi...)

 

- La Lune

 

Voici le dernier objet, et le clou de la soirée. Je ne comprends pas comment marche la turbulence. Elle en souffrait aussi, mais beaucoup moins. C'est avec ce genre d'observation qu'on peut juger la qualité optique de façon assez sûre, et je dois dire que je n'ai pas été déçu :) Ce télescope m'avait déjà surpris cet été par la finesse des images planétaires quand l'atmosphère était stable, mais je n'avais pas eu l'occasion de le pousser comme hier soir dans ses derniers retranchements en observation lunaire.

 

La turbulence est là, mais sans plus. L'image est fine, ciselée, pure, dépourvue de toute aberration. Pour le coup, je n'ai pas de doute sur la mise au point que j'ai soigneusement réglée jusqu'à avoir le meilleur contraste (qui ne laisse pas à désirer). Je passe du XW 20 au Delos 10 sans qu'il y ait un chouia de différence question netteté. Les fronts de turbulence se voient juste un peu plus, donnant l'impression amusante d'un pli rectiligne qui avance à la surface de la Lune. Mais c'est tout... je m'attarde sur les cratères Pythagore, Philolaus ou encore Carpenter, pris dans le terminateur ou proches de lui. C'est un régal de finesse et de contraste, on embrasse du premier regard leur contour qui descend en gradins, formant des strates à peu près circulaires et concentriques qui se touchent par endroits, se confondent puis s'écartent à d'autres. Leurs pitons centraux, simples ou doubles selon le cratère, sont très nets, éclairés ils ressortent de l'obscurité du fond du cratère.

 

L'image est tellement bonne que je pousse le grossissement à 330x avec le Delos 4,5, pour voir ce que ça donne. Hé bien, à 2,6D, le piqué reste diabolique (je ne dis pas "correct", non, l'image n'a carrément rien perdu en netteté par rapport au XW 20, ou alors ce n'est quasiment pas perceptible O.o). La turbulence assombrit l'image par vagues, quand même assez espacées, mais rhâ là là, le contraste, les détails sont toujours là, ils ne sont pas pâteux du tout, au contraire on en voit même des nouveaux. D'autres reliefs dans le fond des cratères les mieux éclairés accompagnent les pitons centraux, le sol tourmenté de leurs environs apparaît clairement, précisément, bosselé, dans les trous de turbulence. Notamment autour de Philolaus (dont je ne connaissais rien avant hier soir, étant un ignare total en lunaire !). J'y reste longuement et songe abasourdi à un truc...

 

4,5 est ma plus courte focale (aussi la plus courte que j'utilisais généralement sur mon Dob 350 à f/4,5 xD). Mais vu la qualité d'image presque hallucinante, on aurait pu monter tranquillement à 3D. Et après ? 3,5 ? 4 ??? O.oO.o Non je vous jure, à 2,6 il ne souffrait pas du tout, mais alors pas du tout du tout. (Bien sûr je tiens à préciser pour enfoncer le clou que la collimation n'a jamais été touchée une seule fois en 10 ans ! Je sais même pas comment ça marche xD)

 

Enfin bref, pour une première batterie de test, je suis vraiment très satisfait, je me suis même régalé. Ca promet pour les observations planétaires les nuits de bonnes conditions. D'autres comptes-rendus d'observations à venir, mais déjà ça peut vous donner une première idée ;)

 

PS comme c'est d'usage sur d'autres posts, je joins une image (pas de moi !) de la zone dont je parle :

 

th-1.jpg.d8aa9437dd859055767961822516c3c2.jpg

 

Pythagore, à gauche, était pris dans le terminateur, Carpenter au-milieu est situé au bout d'une sorte de coeur pointé vers la droite (qui ressortait magnifiquement bien d'ailleurs ;)) , et Philolaus, le grand et profond cratère sur la droite avec ses deux pitons centraux.

 

Source de l'image : http://www.astrosurf.com/astromak/vierge3.html

  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

bonsoir,

j'ai possédé ce tube pendant quelques années et je m'y retrouve dans ces comptes-rendus (en déplacement à la campagne et sur Saturne, Titan était naturellement visible ainsi que 3 autres satellites). Son domaine de prédilection était bien sûr la Lune, les planètes et les étoiles doubles sur lesquelles ce mak se défend très bien (bon piqué).

Dans mes souvenirs et sur le ciel profond, pas mal de cibles sont accessibles, surtout les amas ouverts;  Je suis passé depuis au mak 180 et j'y retrouve les mêmes qualités avec en plus un ciel profond qui devient largement plus abordable, surtout les amas globulaires.

merci et bon ciel

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir @Cédric Perrouriefh

 

Très bonne idée ce post sur l'un de mes tubes favoris !

 

Je vous le présente en action :

mak127sw3.thumb.jpg.94dfd5e789303c10602f24e523086cde.jpg

 

j'aurai deux questions :

1/ avez-vous installé dessus un PO Crayford ? si oui lequel ?

2/ avez-vous des référencs de tubes d'extension se vissant sur un filetage SC (bague de conversion SC sur le Mak127) avec un filetage SC mâle en sortie pour y fixer un Crayford SC ?

 

Merci de vos retours les amoureux du Mak127 !

 

Bon Ciel

 

Frank

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C’est un tube très polyvalent, outre les images en planétaire.

ce tube donne des images très correctes en ciel profond.

sauf peut-être sur les amas globulaires, granuleux mais un peu fade.

j’aime bien ce tube sur des nébuleuses comme la lagune.

stephane 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cédric, cela peut faire un joli matériel de voyage, non ? Sur ta photo, je reconnais également une sacré ligne d'oculaire (Plössl Celestron) que j'avais beaucoup appréciée à l'époque. Ton Sky watcher est sublimé par l'ajout de bons accessoires et de plus, les Maksutov ne déçoivent que rarement quelque soit la marque. Même en ciel profond grand champ, tu auras de bonne surprises à l'oculaire ...    Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Stéphane et Fabrice ! :) Puisque vous mentionnez tous les deux le ciel profond, je rajoute que j'ai prévu de m'y frotter (puisque c'est ce qui m'attire le plus ;)) dès que la lunaison le permettra, pour que les observations relatées couvrent le plus grand champ des possibles. Les souvenirs de ciel profond avec ce télescope sont lointains et imprécis, forcément remplacés par ceux du Dob que j'ai utilisé entretemps... Merci pour vos conseils ! ;)

 

PS @Sky runner La photo n'est pas de moi, je ne connais pas encore les Plössl Celestron. Par contre j'apprécie grandement les Delos et XW pour leurs multiples qualités. Ce sont des oculaires confortables et quasi parfaits optiquement qui m'ont charmé autant sur le Dob à f/4,5 que sur le Mak à f/plus de 10.

Edited by Cédric Perrouriefh
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

La nuit dernière était belle, malgré un fort mistral. J'ai donc pu continuer les essais du Mak 127, pour la première fois depuis des années, en ciel profond.

 

La soirée avait déjà bien commencé lorsque j'ai pris la route, avec un minuscule croissant lunaire dans les lueurs orangées du couchant. Mais le temps d'arriver sur le lieu d'observations, il n'était plus là depuis longtemps déjà ;)

 

Chaudement couvert, je monte le télescope sous un vent glacial. Je n'ai pas encore fait tous les bricolages nécessaires sur cet appareil depuis que je le réutilise, je n'ai donc ni GoTo (ça c'est d'origine), ni viseur fonctionnel. Je pointe tous les objets au pif et me cantonnerai donc ce soir, en attendant mieux, à des cibles évidentes.

 

Je commence donc par M42 à G 75x dans le XW 20. La nébuleuse est encore basse sur l'horizon, le trapèze est vu une grande majorité du temps comme un triangle irisé par la dispersion atmosphérique. Le contraste est quand-même là, des zones très sombres enveloppent M43, des nervures noires semblent partir du trapèze à 120• les unes des autres, formant une sorte d'étoile à trois branches dont deux d'entre elles rejoignent les extrémités de l'"arc en ciel". Celui-ci n'est pas très coloré, mais a une extension perpendiculaire à peu près de même diamètre angulaire, repartant vers l'intérieur de la nébuleuse. On devine d'autres boursouflures sombres juste derrière l'arc en ciel en partant du trapèze. Et bien sûr, de lointaines extensions diaphanes mais contrastées, les fameuses "ailes". C'est moins coloré et marbré qu'au Dobson 350, forcément, mais c'est quand même déjà très joli !

 

Un peu plus loin, NGC 1977 est bien là, bon, je reconnais, surtout parce que je le savais ;) Moins évident qu'au 350 là aussi, mais on sent quand même de la nébulosité entre les étoiles...

 

Malgré le vent et les tremblements induits, je sors le Delos 10. Le trapèze apparaît maintenant entier, on voit les quatre principaux membres. Les cavités sombres jouxtant l'arc en ciel sont plus évidentes en vision directe. Le contraste semble augmenté, on en devine maintenant dans la longueur du filament de l'arc lui-même. Assez chouette !

 

Puis, comme je suis aussi là pour expérimenter, je passe ensuite au Delos 4,5, soit un grossissement de 330 fois. La nébuleuse est plus grossière, comme un dessin d'enfant divisé en grandes zones de contraste différent, mais celui-ci a malgré tout encore augmenté dans l'arc-en-ciel par rapport au grossissement précédent ! Pfiou... Sans la motorisation, le trapèze défile en quelques petites dizaines de secondes d'un bout à l'autre du champ. Même si on ne voit pas l'étoile E, le vent ne le permettant pas, le piqué des étoiles visibles reste surprenant pour un grossissement de 2,6D dans ces conditions assez mauvaises !

 

J'observe ensuite M31 qui commence à redescendre du zénith où elle était trop difficile d'accès à ma monture azimutale monobras. Ha bien voilà une belle image ! Des extensions à perte de vue dès 75x, la principale bande sombre est là, de façon évidente. En vision décalée on perçoit la seconde (et mon ciel n'est pas parfait, c'est donc assez encourageant !), et plus étonnamment, du contraste dans le corps de la galaxie, de larges zones plus claires, même si c'est infime, entre le noyau et les extrémités. Je n'y avais jamais porté attention avec le 350 !

 

M32 ressemble à une étoile mal définie, à peu près circulaire, son coeur est plus brillant et son contour diffus. M110 est assez fantomatique, mais accessible sans équivoque en vision directe 100% du temps.

 

J'observe ensuite M33 dans mes jumelles 10x60 où elle saute aux yeux. J'ai un moment l'idée d'y aller avec le Mak, mais l'absence de chercheur, la fatigue et le vent glacial ont raison de ma motivation. La nuit avance, j'ai déjà passé de longues heures sur les objets précédents !

 

J'arrête là pour cette fois, à nouveau ravi de ce petit bestiau ! Dès que j'aurai monté un Telrad et trouvé un meilleur système d'alimentation que ces piles qui craignent le froid, d'ici quelques semaines, je creuserai encore plus profondément le ciel d'hiver ! ;)

 

___

 

@Sky runner je viens de remarquer que tu as mis un smiley "confus" à mon dernier message. Était-ce parce que je ne suis pas à l'origine de la photo publiée ? Si tel est le cas, je précise que je l'avais bien mentionné dans mon message initial avec ajout d'un lien vers la source de l'image, justement pour qu'on ne m'en attribue pas à tort la paternité ;)

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut , 

 

j'observe beaucoup avec mon etx 125 , et te rejoins sur la qualité optique de ces petits tubes ! Toujours performants et souvent bluffant , cet été j'ai passé de longs moments  sur Mars avec un hyperion de 3,5 donnant un petit 542x de grossissement ...plus de 4d , la c'est sur j'étais bluffé !! Évidemment sous un ciel parfait , dénué de toutes perturbations, c'est d'ailleurs la première année ou j'ai eu droit à autant de belles nuits , dont trois complètement parfaites , où les observations commençaient à 23h et se terminaient au lever du jour, un régal !! 

 

C'est pour moi l'instrument de voyage idéal malgré sa focale un peu longue , réducteur de focale possible, sur les objets "brillants" du cp il donne quand même de bons résultats, j'ai un souvenir de m13 avec un hyperion de 10 (190x) des plus plaisants !! 

Bien sûr il reste surtout axé planétaire , Saturne m'a montré une surface contrastée et détaillée comme je ne l'avais jamais vu avec mon dobson de 300 f5 , quel piqué !

idem sur Mars , que j'avais totalement loupée il y a quelques années à la dernière opposition, comme relaté plus haut , a 542x c'était magique !  

Bon je ne parle même pas de la lune ou pour elle le mak est l'instrument de prédilection, on peut tout se permettre ou presque ! 😀😀

 

tu l'auras remarqué, comme toi , j'adore mon mak 125 , et je conseille à tout le monde de s'en procurer un !! 😉😉😍

 

bon ciel

seb

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci avec un peu de retard @sbab pour ta contribution... décisive ! ;)

 

542x, 4D, houa ! Ca ne m'étonne pas tant que ça, vu comme 2,6D passe encore très bien, mais merci dans tous les cas de nous en faire part :)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Cédric,

 

Je me doutais que je lirai bientôt l'un de tes CROA réalisés avec ton Mak SW 127/1500.

Quel plaisir de suivre la description des objets, et plus particulièrement, celle de la surface lunaire, dont l'observation détaillée constitue l'une de mes principaux centres d'intérêts. Ta description de la vision de la région située entre Pythagore et Philolaus au Mak 127, complétée par une image aidant à la compréhension, est une invitation à découvrir ou redécouvrir l'astre Séléné  au 12ème jour de lunaison. Bravo. 

2,6xD est une superbe performance pour ce beau maksutov.

 

Jean-Noël 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cédric,

Sympa de voir comment se comporte ton petit mak, ça à l'air d'être une bonne (demi-)surprise!

Astronomicalement
José

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Cédric Perrouriefh

 

Oui c'est beaucoup beaucoup et peut paraître un peu optimiste mais c'était bien le cas , et c'était sympa surtout ! j'ai revendu une lunette achro récemment avec laquelle j'atteignais facilement 3,5d , si j'argument c'est simplement pour dire qu'un bon instrument sous un bon ciel peut prétendre a quelques folies en terme de grossissements !

 

bon ciel

seb

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Stephane Zoll
      Bonjour,
       
      Je voulais partager avec vous ces photos prises à St Veran (AstroQueyras), lors de deux dernières campagnes, avec à chaque fois l'un des T500 f/8 Astrosib.
      Ce sont des nébuleuses assez exotiques associées à des étoiles jeunes n'ayant pas encore atteint la séquence principale.
       
      Tout d'abord, voici V633_CAS, dans Cassiopée :
       

       
      Un peu de bruit dans cette image ; les conditions étaient moyennes et j'ai manqué un peu de poses à cette ouverture.
      L'objet d’intérêt est bien sûr en haut à gauche.
      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CMOS ASI 1600 (-20°C).
      - L : 50x120s bin2
       - RGB : 3x8x120s bin2
       
      Et voici un champs très sympa dans le Cygne avec plusieurs objets remarquables, dont V1982 et V1331 :
       

      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CCD SBIG STX-16803 (-20°C).
      - L : 27x300s + 19x300s (mosaic) bin1
      - RGB en bin2
       
       
       
      V1331 a fait l'objet d'une image par Hubble :
      https://www.spacetelescope.org/images/potw1509a/
       
      Image avec description :

       
       
      V1982 est en fait un objet complexe avec plusieurs étoiles jeune et une nébuleuse primordiale associée.
       
      Merci pour votre passage,
       
      Meilleurs photons
      Stef
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 1er au 2 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8884 à 8893.
       
       Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric.
       De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit.
       
       Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule.
       
       Observation 8884 : M80.
       85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution.
       Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible.
       Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny.
       Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin.
       
       
       Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre!
       Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel.
       
       Observation 8885 : NGC5093.
       A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus.
       
       
       A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne.
       
       Observation 8886 : NGC7013.
       85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette!
       
       
       Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse.
       Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse.
       Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture.
       
       J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses.
       Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau.
       
       Observation 8887 : NGC7198.
       Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée.
       
       
       Observation 8888 : NGC7215.
       Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans.
       Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation.
       
       
       L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit.
       
       A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup.
       
       Observation 8889 : NGC7189.
       Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale.
       
       
       Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase.
       
       Observation 8890 : NGC7156.
       Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5).
       Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2).
       
       
       Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin!
       Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp.
       
       Observation 8891 : NGC7393.
       Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5).
       
       
       Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529.
       J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314.
       2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse.
       La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant.
       
       
       Observation 8893 : NGC7416.
       Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube.
       
       
       Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici.
       
       Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
    • By guillau06
      Bonjour,
       
      Hier soir avec deux amis astronomes, nous nous sommes retrouvés dans un lieu magique, cette soirée restera dans le top 3 des meilleurs soirée astro que j'ai pu faire (et elles sont nombreuses...)
       
      Arrivée sur les lieux vers 16h, l'endroit qui se situe dans les Alpes du sud, impose le respect.
       

       
      Installation du matériel, après avoir chercher un endroit bien placé pour voir la polaire, car les sommet sont hauts, 3143m pour le plus imposant , qui est aussi le plus haut sommet des Alpes maritimes, le "Gélas".
      Voici donc le bivouac  
       

       
       
      Repérant des chamois au loin, je décide de les approchées pour leurs tirés le portrait, j'ai réussi a être a 50m d'eux , mais je me suis fait griller , reste quand même ces deux photos.
       

       

       
      Le soleil déclinant , les couleurs commencent a devenir extraordinaire, ajouter a cela un fin croissant de lune, et le tableau et parfait (Précision importante , je n'ai absolument pas retoucher des couleurs des photos de la lune.)
       

       

       

       
       
       
      Ensuite, les étoiles commencent a apparaitre, le spectacle commence , la nuit PARFAITE pas de vent , pas d'humidité, pas trop froid, bref une nuit de rêve...
       

       

       

       
       
       
      Le coucher se fait a 4h du matin, pour un levé a 6h, dans la voiture...dur dur!
       
      Mais, la lumière du matin me fait vite oublier la fatigue....
       

       
       
      Bon c'est pas dans mes habitude de faire des CROA, mais c'était vraiment TOP, alors je partage
      Bien sur, j'ai fait des photos du ciel profond, qui promettent d’être sympa, la suite prochainement.
       
      Bon ciel
      Guillaume
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 30 au 31 juillet 2019
       Dobson 508/1920
       
       7 dessins : 8866 à 8872.
       
       La journée fut dure, car il fallut d'abord remballer aux Estivales de Webastro (vers Chambéry) toutes les affaires dont 2 tentes, puis faire 3 heures de route jusqu'à Valdrôme dont une partie montagneuse vers la fin, et réinstaller tout le bazar.
       D'ailleurs j'apprécie la modularité de mes 2 tentes, car je n'ai monté que celle pour dormir cette nuit, procrastinant au lendemain le montage plus complexe de la tente salon.
       J'ai déchargé les morceaux du télescope sur le parking avant, mis sous bâche, puis après 2 heures de sieste, j'ai monté le télescope à la lueur de la lampe rouge en faisant gaffe de ne pas gêner les observateurs autour, dont le plus proche Jean-Pierre B. le photographe, l'un des nombreux astropotes que je retrouve cette nuit.
       
       Je suis enfin opérationnel à 23h52 TU.
       
       Je pointe une nébuleuse planétaire d'Hercule.
       
       Observation 8866 : IC4593.
       85x, 631x. Je peine pour la repérer, car il y a une petite erreur de positionnement sur l'atlas Uranométria et elle est d'aspect stellaire à 85x. C'est finalement son assez bonne réponse au filtre Oxygène 3 et sa coloration verdâtre à 85x qui la trahissent.
       J'en profite pour corriger l'atlas pour faciliter la prochaine tentative.
       Malgré la turbulence forte de  4 sur 5 à 631x, je remarque bien son étoile centrale assez brillante entourée d'une nuée considérablement faible à bords flous.
       
       
       La demi-nuit sera contrariée par des passages de voiles, bien gênants parfois.
       
       Rendons visite à quelques galaxies d'Hercule après cette nébuleuse planétaire.
       
       Observation 8867 : NGC6083.
       85x, 201x. Elle n'est pas sûre à 85x, mais à 201x je la vois diffuse, très faible à VI1.
       
       
       Observation 8868 : NGC6078.
       85x, 201x. Contrairement à la précédente, elle est vue assez facilement à 85x. Je la note de brillance faible.
       
       
       Observation 8869 : NGC6074.
       201x. Elle est considérablement faible à faible.
       
       
       
       Je m'adapte aux voiles en visant dans les zones préservées.
       Ca me fait m'éloigner vers un amas ouvert puis une nébuleuse planétaire de Céphée.
       
       Observation 8870 : NGC7235.
       201x. Je le repère au chercheur 9x50 comme un point considérablement faible.
       Au Dobson 508, il est fourni et réhaussé de 2 étoiles colorées.
       
       
       Observation 8871 : PK103+0.1.
       85x, 201x. Elle est évidente en filtrant en Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement. Ce n'est pas le cas en HBêta où rien n'est visible.
       Par contre sans filtre elle est quasi invisible à 85x, mais confirmée à 201x, très faible sans filtre.
       Son étoile centrale est considérablement faible. En O3 les bords de la nébuleuse sont plus nets et une portion d'anneau apparaît.
       
       
       Des voiles s'amènent dessus, tout le ciel est touché.
       
       Je pars me balader sur le parking, rendant notamment visite à Jean-Bernard C. et Paul L.
       
       Observation 8872 : NGC7261.
       201x. Je reviens à la faveur d'une trouée observer un autre amas ouvert de Céphée, que je montre à Aymeric. Ca passe bien dans un ciel un peu dégradé, et le pouvoir collecteur du 508 les sublime en brillance et parfois couleurs.
       
       
       Notre Nicolas national, observateur émérite de comètes, est là pour sa dernière nuit et s'était relevé à 3h30 pour sans doute en chercher quelques-unes mais il y a trop de voiles pour qu'il opère. Il ne reste que nous deux comme jusquauboutistes dans le virage. Plus une chouette hulotte qui se fait entendre au nord.
       
       Je dors une demi-heure dans l'auto, espérant un ciel meilleur. Le ciel est encore voilé, mais ça s'améliore doucement.
       A 4h Nicolas remballe, je fais de même car fatigué et l'aube étant imminente.
  • Images