vaufrègesI3

Derniers vols des navettes spatiales > C'est pas la joie

Messages recommandés

Euh, c'est quoi l'United Space Alliance? Qui la dirige? J'en avais jamais entendu parler

Et puis ça parait étonnant de diminuer à ce point les coûts, alors que l'on a vu récemment que les vols de navette sont très risqués. Ça me laisse songeur ce truc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est le principe de l'externalisation. C'est prétendu moins cher, ça dégage des responsabilités, et ça améliore le compte d'exploitation à court terme.

A moyen et long terme, ça détruit tout, qualité, sécurité, maitrise de l'avenir, vie... Mais notre moderne époque n'a que faire du moyen et du long terme, elle s'est définitivement prosternée devant le veau d'or (rebaptisé finance internationale pour l'occasion).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait, cette entreprise est déjà largement intégrée par la Nasa comme prestataire principal au programme des navettes ..

"United Space Alliance" est issue d’une fusion entre Lockheed Martin et Boeing. C'est cette entreprise qui est déjà chargé par la Nasa de pas mal de choses pour la navette : maintenance, réparations, préparations. En partie aussi pour le contrôle et le suivi en vol, même les 2 navires chargés de récupérer les boosters !

Il est évident que l'abandon des navettes a de lourdes conséquences pour elle et ses employés.. Leur proposition a peut-être un peu aussi pour but de servir de "pare feu social" interne..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vaufrèges : "Dans les années 60 et 70, les responsables politiques US et les administrateurs de la Nasa baignaient dans l'atmosphère particulière de cette époque, celle ou après tous les succès de l'astronautique et Apollo, tout ou presque paraissait possible, les progrès de la technologie semblaient pouvoir être sans limites."

Oui, je me souviens bien de cette période (suivi avec grand intérêt les programmes Gemini et Apollo jusqu'au 8ème du nom, ensuite c'est devenu sopo). A mon avis, et avec le recul, ils avaient déjà commencé de mentir sur les risques et les possibilités...


[Ce message a été modifié par Gordon (Édité le 18-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ont menti dès le début ! Peu importaient les risques, ils fallait griller les soviétiques, à n'importe quel prix ! Ils ont eu un pot invraisemblable avec Saturn V, qui n'a jamais failli, un authentique miracle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le programme Apollo, c'est autre chose..

Je cite un dénommé S. Brunier, quelqu'un qu'on ne peut guère suspecter de complaisance envers les vols habités :

"Aux débuts de l'exploration spatiale, il y avait une vraie légitimité à aller dans l'espace et j'ai beaucoup d'admiration pour les pionniers, Gagarine ou Armstrong, par exemple. A l'époque, l'espace était terra incognita, un lieu d'exploration au sens noble. Armstrong a découvert un nouveau monde dont on n'avait aucune image"
(Interview mars 2006 -TF1)

En effet, au delà de la compétition américano-soviétique, il y avait un véritable esprit "pionnier" dans cette entreprise. Personne parmi les politiques ou les responsables de la Nasa n'ignorait véritablement les risques encourus, même si on peut juger à postériori que ceux-ci ont été assez largement sous-estimés.

Selon le même auteur : "..le programme Apollo restera comme un chez d'oeuvre de volonté, d'organisation, et de gestion".
Bon... faut dire aussi que dans les 283 pages de son livre "L'impasse de l'espace", c'est l'unique point positif que j'ai laborieusement pu relever .

Les navettes avaient comme ambition de révolutionner le spatial, et en particulier le vol habité en le banalisant, tant au niveau d'un abaissement radical des coûts que de la sécurité des vols, la fiabilité des engins..
Des flotilles de navettes devaient sillonner l'orbite terrestre avec des passagers genre "monsieur ou madame tout le monde" se substituant aux militaires hyper-entrainés de jadis (on se souvient de l'institutrice de Challenger)..

Bien avant la phase opérationnelle, il est clair que les ingénieurs avaient compris très vite que ces perspectives n'étaient pas réalistes. D'énormes pressions politico-financières ont alors remisé tout ça sous l'éteignoir, vite fait... On connait la suite.

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 19-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis moins complaisant que Brunier
Les soviétiques, eux, bossaient avec une kalachnikoff entre les deux omoplates: ingénieurs (au premier rang desquels Korolev, évidemment), cosmonautes, étaient fortement "invités" à ce que tout baigne. Sinon, goulag ! Tous les risques étaient donc permis, si ce n'est encouragés et personne n'avait vraiment le choix de refuser, pas même Gagarine...
Quant aux américains, il y a eu un véritable combat des astronautes contre les ingénieurs et les politiques pour plus de sécurité, étant au départ traités comme des cobayes. Des modifications mineures leur ont été concédées (hublots dans les cabines (!!!), fusées de secours au-dessus de la capsule), mais il n'empêche que Saturn V n'avait effectué qu'un seul vol de qualification à moitié foireux autour de la Terre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est sûr qu'après les trois victimes d'Apollo 1 provoquant un retard de deux ans, les choses ont beaucoup changé, tout le programme a été réexaminé...

Donald Slayton, chef des équipes d'astronautes déclara :

"Je suis persuadé que nous aurions fini par nous casser la figure à plusieurs reprises avant d'arriver sur la Lune, peut-être même n'y serions-nous jamais arrivés s'il n'y avait pas eu Apollo 1. /../ Les problèmes auraient été traités petit à petit, sur plusieurs vols, en zigouillant plusieurs personnes au passage. L'incendie nous a obligés à arrêter tout le programme et à faire le grand nettoyage."

Mais même ensuite, on est passé très près de la catastrophe (pas seulement Apollo 13), ce n'était toujours pas la "sécurité sociale"..
Comment aurait-il pu en être autrement avec un pari aussi audacieux pour l'époque ?


Pour en en revenir à Discovery, les responsables ont décidé de revenir à la date lancement initiale, à savoir le jeudi 24 février, malgré le report du lancement de l'ATV au 16..

L'ATV-2 doit donc s'amarrer à la station orbitale six heures seulement avant le lancement de Discovery. A noter qu'un problème d'amarrage de l'ATV aurait un impact sur ce lancement, mais on peut imaginer que cette probabilité soit très faible..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 19-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
mais il n'empêche que Saturn V n'avait effectué qu'un seul vol de qualification à moitié foireux autour de la Terre...

Faux Kaptain … Apollo 4 succès total de la configuration complète (hallucinant quand même vu la complexité du bazar avec quelques premières à son actif). Apollo 6, quelques ennuis moteurs sans perte de la charge utile.

quote:
il y a eu un véritable combat des astronautes contre les ingénieurs et les politiques

Tendancieux Kaptain. Et simplificateur… Synergie plutôt dans la mesure où l’on avait affaire à des « ingénieurs pilote d’essai astronautes », déjà bien rodés de par leur carrière particulièrement étoffée dans l’industrie et la recherche aéronautique, à la conception d’engins volants fameux.

C’est peut être cette intense coopération entre personnel naviguant et gratte papiers qui s’est perdue. Une époque unique j’vous dis. Tiens, au hasard, demandez à un gosse de donner un nom de pilote d’essai de nos jours qu’on rigole.

Je dis peut être une bêtise finalement… Oui, oui, c’est vrai il y a Buzz finalement, ultime clin d’œil de l’histoire…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'est pas juste non plus de dire que les soviétiques bossaient avec une Kalachnikov entre les épaules.
L'Urss ne s'est lancé qu'en 1964 dans la course à la lune et avec deux programmes différents , l'un de survol et l'autre d'atterrissage, avec des lanceurs et des équipes qui se concurrençaient pour avoir du fric...

Ce qui à manqué à l'URSS,c'est paradoxalement une institution qui aurait centralisé et coordonné les efforts.
Et je pense aussi que l'accident d'Apollo 1 a permis de faire du programme Apollo un succès.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui en effet, b.nomblot
Pour la Lune il s'agissait bien sûr d'un coté de Sergeï Korolev qui a porté les succès de Spoutnik et de Gagarine, les Luna aussi, et de l'autre de Vladimir Chelomeï, constructeur en chef de la future Proton qui avait comme principal avantage d'avoir le fils de Krouchtchev comme collaborateur.
Pour ne pas avoir à choisir, les dirigeants soviétiques optèrent pour la pire des solutions : solliciter les deux équipes, Korolev devait s'occuper de l'alunissage et Chelomeï du vol en orbite lunaire, deux équipes non intégrées, ce qui portait en germe l'échec final.

Sans parler de la N1 qui a beaucoup souffert du conflit ouvert entre le motoriste Gloushko et Korolev, ce qui mènera celui-ci à se tourner vers un nouveau larron, Kuznetsov, qui concevra la propulsion cauchemardesque de la N1 : 30 moteurs impossibles à synchroniser !
La mort prématurée de Korolev en janvier 1966 n'arrangera rien..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 20-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
Apollo 4 succès total de la configuration complète

Autant pour moi, tu as raison. J'ai confondu avec Apollo 6...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'écusson de la mission STS-133 Discovery cousu sur le blouson de l'astronaute Nicole Stott.... Cherchez l'erreur... sans doute volontaire .


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kaptain :

quote:
Les soviétiques, eux, bossaient avec une kalachnikoff entre les deux omoplates: ingénieurs (au premier rang desquels Korolev, évidemment), cosmonautes, étaient fortement "invités" à ce que tout baigne. Sinon, goulag ! ...

C'est là, je trouve, une vision assez caricaturale (et très occidentale) de la réalité soviétique de cette époque du style "Tintin aux Pays des Soviets".
On était plus du temps des grandes purges des années 30 et en fait Korolëv avait été au contraire SORTI du goulag du fait de ses compétences pour développer une gamme de lanceurs à partir des V2 du IIIème Reich capturés ...

C'est peut-être aussi depuis cette époque que l'URSS et son système universitaire avaient aquis un très haut niveau dans la recherche théorique, au moins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien vu vaufrègesI3, le Kopra remplacé par Bowen. On dirait qu'ils ont cousu le nouvel écusson par dessus l'ancien mais en laissant les noms apparents ... Peut-être que sur l'ancien écusson figurait un vélo en lieu et place de la navette

En tout cas pour le moment ça se présente bien pour le 24 Février, avec notamment des prévisions météo plutôt optimistes.

jf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
Korolëv avait été au contraire SORTI du goulag du fait de ses compétences

Parfaitement exact. Et il y serait resté s'il ne les avait pas eues...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi ce qui m'étonne, c'est le nombre de satellites américains en orbite !
C'est astronomique !

Et le nombre de missions de maintenance, c'est ridicule.
Il y a quelque chose qui ne colle pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est à dire??

Il faut quand même savoir que l'immense majorité des satellites ne sont pas conçus pour être réparés. A part Hubble qui est un cas à part, je n'ai pas d'exemple en tête de satellites qui ont subi une ou plusieurs opération de maintenance après leur lancement.
Je ne comprends donc pas ton allusion...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

blakbird > Il n'a jamais été envisagé d'assurer une "maintenance" de tous les satellites en orbite, celà couterait bien trop cher, plus cher que d'en lancer un nouveau le plus souvent.
Alors bien sûr, il y a l'exception des missions pour Hubble.. Et la navette au début, a été employé à quelques exercices du genre. On peut lister les missions suivantes :

Avril 1984
STS-41-C
Première expérience de capture et réparation du satellite Solmax avant remise en orbite

Novembre 1984
STS-51-A
Les satellites Palapa B2 et Westar-6, lancés à partir de Challenger neuf mois plus tôt et qui n'avaient pu rejoindre l'orbite géostationnaire à cause d'une défaillance moteur, furent récupérés puis ramenés sur Terre dans la soute de Discovery. Une fois remis en état, ces deux satellites furent à nouveau lancés cinq ans et demi plus tard, à quelques jours d'intervalle : Palapa B2 a été satellisé le 13 avril 1990 par une fusée américaine, tandis que Westar-6, entre temps revendu à un consortium asiatique et rebaptisé Asiasat 1, avait été lancé le 8 avril 1990 par une fusée chinoise Longue Marche.

Avril 1985
STS-51D
Réparation de satellite de télécommunications Syncom au cours d'une sortie extravéhiculaire de 3 heures et 10 minutes réalisée par Jeffrey Hoffman et David Griggs.

Janvier 1990
STS-32
Récupération d'un satellite expérimental LDEF de 10,5 tonnes orbitant silencieusement depuis 1984.

Mai 1992
STS-49
Réparation du satellite de télécommunications Intelsat-VI.


Hier soir, le compte à rebours a enfin commencé pour Discovery, toujours prévu pour le 24..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 22-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vaufrèges :

"Novembre 1984
STS-51-A
Les satellites Palapa B2 et Westar-6, lancés à partir de Challenger neuf mois plus tôt et qui n'avaient pu rejoindre l'orbite géostationnaire à cause d'une défaillance moteur, furent récupérés puis ramenés sur Terre dans la soute de Discovery. Une fois remis en état, ces deux satellites furent à nouveau lancés cinq ans et demi plus tard, à quelques jours d'intervalle : Palapa B2 a été satellisé le 13 avril 1990 par une fusée américaine, tandis que Westar-6, entre temps revendu à un consortium asiatique et rebaptisé Asiasat 1, avait été lancé le 8 avril 1990 par une fusée chinoise Longue Marche."

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh Palapaaaaaaaaaaaaaaaaaaa et Westar 6...............

Mon auteur préféré a tordu le coup dans un ouvrage historique à ces mythes spatiaux... La récupération, très médiatisée, et la remise en état de ces deux boîtes de conserve a du, à la louche, coûter trois fois plus cher que leur remplacement.

S

PS : Des mythes boites, si j'osais, mais elle ne fonctionne pas, désolé, Vaufrèges, pardon, pardon à ta famille, à tes proches


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

M'enfin Supernikon, t'es pénible ...

Relis le début de mon post je suis parfaitement en accord avec ton "auteur préféré", je l'ai lu aussi (et même plusieurs fois, je dois être un peu maso.. )

Lister ces quelques opérations démontrait à blakbird (qui lui n'a pas notre grande culture ) qu'elles ont été très rares parmi les quelques 130 vols de navettes.
Car vu leur coût prohibitif, ces exercices ont bien sûr été abandonné assez rapidement...

Et pi Super, au lieu de faire le clown, tu ferais mieux de commenter mon post sur l'ELT et autres TMT/GMT. T'en sais bien plus que moi..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 22-02-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui mais non, vaufrèges, je t'accusais pas d'y croivre, j'ajoutais juste mon grain de sel... et pour tenter d'en faire une avec mythe mais j'ai pas réussi Pour l'autre sujet, nan, j'ai rien à dire de spécial pour l'instant.

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant