jackbauer 2

Exoplanètes : dernières découvertes

Recommended Posts

http://www.eso.org/public/france/news/eso1735/?lang

 

Formidables résultats d’ALMA qui vient d’observer Proxima du Centaure !!

On sait déjà qu’il y a une planète dans la ZH, mais ce que vient de découvrir l’interféromètre géant c’est un système complexe avec des ceintures de poussières, synonyme de promesse pour l’existence d’autres planètes (comme le suggère le Survey en cours de HARPS)

 

Extrait :

 

Guillem Anglada de l’Institut d’Astrophysique d’Andalousie (CSIC), Grenade, Espagne, et auteur principal de la nouvelle étude, explique toute l’importance de cette découverte : “La détection de poussière autour de Proxima fait suite à la découverte de l’exoTerre Proxima b. Elle suggère, pour la toute première fois, l’existence d’un système planétaire complexe ne se résumant pas à une simple planète, autour de l’étoile la plus proche de notre Soleil.”

Les ceintures de poussière constituent les vestiges de la matière qui ne s’est pas agglomérée en corps de dimensions plus élevées telles les planètes. Les particules de roche et de glace qui composent ces anneaux arborent des tailles variées, allant du grain de poussière le plus fin, de diamètre inférieur au millimètre, aux corps semblables à des astéroïdes de plusieurs kilomètres de diamètre .

La poussière semble former une ceinture dont la distance à Proxima Centauri avoisine plusieurs millions de kilomètres et dont la masse totale est estimée au centième de la masse terrestre. La ceinture est caractérisée par une température voisine de -230 degrés Celsius, semblable à celle de la Ceinture de Kuiper située en périphérie du Système Solaire.

En outre, les données d’ALMA suggèrent l’existence d’une autre ceinture, dix fois plus éloignée et composée de poussière de température moindre. Cette découverte, si elle se trouvait confirmée, soulèverait bien des questions quant à la nature de cette ceinture périphérique située dans un environnement particulièrement froid et à distance élevée d’une étoile de température et de luminosité inférieures à celles du Soleil. L’une et l’autre ceintures sont plus éloignées de Proxima Centauri que la planète Proxima b, qui orbite autour de son étoile hôte à quatre millions de kilomètres seulement [3].

Guilhem Anglada détaille les conséquences de cette découverte : “Ce résultat permet d’envisager l’existence, autour de Proxima Centauri, d’un système planétaire complexe, fruit de multiples interactions ayant abouti à la formation d’une ceinture de poussière. Une étude plus approfondie devrait révéler les localisations de planètes non identifiées à ce jour.”

(…)

Pedro Amada, co-auteur de l’étude et également chercheur à l’Institut d’Astrophysique d’Andalousie, revient sur l’importance de cette observation : “Ces premiers résultats montrent qu’ALMA est capable de détecter des structures de poussière en périphérie de Proxima. De prochaines observations nous procureront une image plus détaillée du système planétaire de Proxima. En les combinant avec l’étude des disques protoplanétaires autour de jeunes étoiles, de nombreux détails des processus qui ont conduit à la formation de la Terre et du Système Solaire voici 4600 millions d’années seront dévoilés. Ce que nous observons aujourd’hui constitue un simple amuse-bouche comparé à ce qui nous attend !”

 

Article sur le site de C&E :
http://www.cieletespace.fr/actualites/proxima-du-centaure-un-systeme-planetaire-complexe

 

Article de Guillaume Cannat sur le site du Monde :
http://autourduciel.blog.lemonde.fr/2017/11/03/lexistence-possible-dun-systeme-planetaire-complexe-autour-de-proxima-centauri-et-autres-rendez-vous-astronomiques/

 

Papier des découvreurs :

https://arxiv.org/abs/1711.00578

ALMA Discovery of Dust Belts Around Proxima Centauri

 

Schéma expliquant le système de Proxima

En 3 (« unknow source »), une nouvelle planète ?

Fx32dKiP_o.jpg

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

http://www.eso.org/public/france/news/eso1736/?lang

 

eso1736fr — Communiqué de presse scientifique

 

Découverte, à très grande proximité du Système Solaire, d’un monde tempéré autour d’une étoile calme

L’instrument HARPS de l’ESO a découvert une exoplanète de type Terre autour de Ross 128  :o:)

 

La publication scientifique :

 

https://www.eso.org/public/archives/releases/sciencepapers/eso1736/eso1736a.pdf

 

A temperate exo-Earth around a quiet M dwarf at 3.4 parsecs

 

La masse minimum de ROSS 128b est de 1,35 fois celle de la Terre

Sa période est de 9,9 jours

Elle reçoit 1,38 fois la lumière que la Terre reçoit du Soleil (du moins sur sa face éclairée, car à cette distance de son étoile la planète présente toujours la même face…)

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent, tout comme la possible future detection de l'O2 de ce monde par les ELT (en premier lieu l'EELT donc..), extrait du pdf donné par Jack ci-dessus.

 

Sinon Jack, le papier (déjà l'abstract) dit que Ross128 tourne lentement, et ne rpésente donc pas toujours la même face, sauf si quelque chose m'échappe !

JMarc

elt2.JPG

elt-o2.JPG

Edited by JMBeraud

Share this post


Link to post
Share on other sites

à peine un petit degré de déclinaison, l'étoile est visible depuis les deux hémisphères. on ne va plus la laisser tranquille.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, JMBeraud a dit :

Sinon Jack, le papier (déjà l'abstract) dit que Ross128 tourne lentement, et ne rpésente donc pas toujours la même face, sauf si quelque chose m'échappe !

JMarc

 

 

Ross 128 c'est l'étoile ! La planète (b) est, j'imagine, "tidally locked" comme disent les anglo-saxons

 

Par ailleurs, on peut noter avec satisfaction que les chercheurs abandonnent le terme "zone habitable" pour situer la planète dans le système :

 

 

ross.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui quel boulet je suis ! J'ai confondu Ross128 et Ross128b, merci Jack, c'est plus clair. Drôle de monde possible, une face sombre et froide, une face chaude et claire, et entre les deux une zone "tempérée"...

intéressant en effet on passage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

il n'est mentionné nulle part que la planète est verrouillée en rotation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si ici: https://fr.wikipedia.org/wiki/Ross_128_b

 

"Il est fort probable que la planète soit étroitement liée à son étoile, ce qui signifie qu'un côté de la planète fait toujours face à Ross 128. Cela donne pour Ross 128 b une période de rotation hypothétique d'environ 9,9 jours terrestres."

 

A voir qui a écrit l'article mais je pense que cette rotation synchrone peut s'expliquer par une fusée en la matière (dont tu fais peut-être partie soit dit en passant).

 

EDIT:

voir ça: "En absence de perturbation externe, tout objet en orbite circulaire autour d’un autre aboutira en un temps fini à une rotation synchrone" sur cette page assez bien faite. https://fr.wikipedia.org/wiki/Rotation_synchrone#cite_note-1

 

Edited by JMBeraud
Ajout lien rotation synchrone

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, JMBeraud a dit :

Si ici: https://fr.wikipedia.org/wiki/Ross_128_b

 

"Il est fort probable que la planète soit étroitement liée à son étoile, ce qui signifie qu'un côté de la planète fait toujours face à Ross 128. Cela donne pour Ross 128 b une période de rotation hypothétique d'environ 9,9 jours terrestres."

 

A voir qui a écrit l'article mais je pense que cette rotation synchrone peut s'expliquer par une fusée en la matière (dont tu fais peut-être partie soit dit en passant).

 

 

 

Houla non, je ne peux que t’indiquer la page wiki traitant de la rotation synchrone.

Il est bien évident que lorsqu’un petit objet gravite autour d’un gros, et que la distance qui les sépare est très faible, alors les forces de marées sont telles qu’elles deviennent irrésistibles pour le satellite ou la planète :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rotation_synchrone

 

Pour le cas particulier de Ross 128 b, le découvreur Xavier Bonfils en parle peut-être dans son interview sur le site de C&E

Hélas c’est devenu payant… :

 

http://www.cieletespace.fr/actualites/xavier-bonfils-les-exoplanetes-de-la-masse-de-la-terre-sont-les-plus-abondantes

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon Edit a croisé ton message, on donne le même lien wiki. Je répondais à asp06 sursa question en haut de la page.

 

Sinon je suis tombé sur ça: http://www.washington.edu/news/2017/08/14/tidally-locked-exoplanets-may-be-more-common-than-previously-thought/

 

mais surtout ça: https://arxiv.org/pdf/1708.02981.pdf

 

qui explique pourquoi ces système d'exoplanètes sont (en majorité?) en rotation synchrone. Bon j'avoue je n'ai pas encore tout lu !

 

JMarc

Share this post


Link to post
Share on other sites

A à la fin de l'abstract la conclusion est claire. Bref il va falloir trouver des planètes un poil plus grosse et éloignés pour imaginer les bestiaux sur place profiter de beaux levers d'étoile :).

 

 

tidal locking.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

ce sont des hypothèses qui demandent à être vérifiées par l'observation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a des modèles qui concluent que la vie est possible sur ce genre de planètes...

Tout est possible, c'est cela qui est fascinant ; Peut-être des réponses dans les années qui viennent !

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui on est bien d'accord, on attend que ça même, m'enfin y'en a qui se décarcassent pour les faire ses hypothèses. Je viens de parcourir le dernier papier, c'est super intéressant, un poil technique par endroit, mais en zappant ces moment là, c'est agréable  lire, je le conseille.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais, m'enfin nous sommes la seule planète qui abrite de la vie dans nôtre système solaire ainsi que dans la galaxie et dans tout l'univers.

Je commence a suspecter que quelques uns sont prêt à remettre en cause le paradoxe de Fermi. 

C'est pas bien. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La bonne blague. Le paradoxe de Fermi ne dit pas que nous sommes la seule vie dans l'Univers...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a un an l’équipe de HARPS annonçait la découverte d’une planète autour de Proxima du Centaure, Proxima b, d’une période de 11 jours ; Un autre signal à plus longue période était détecté et fait l’objet actuellement d’une nouvelle campagne d’observation pour confirmer qu‘il s‘agit bien d‘une planète. Verdict dans quelques mois…

Une récente observation du réseau ALMA tend à démontrer qu’il y aurait d’autres planètes à découvrir autour de notre plus proche voisine.

Mais pour revenir à Proxima b, les découvreurs estimaient à seulement 1.5% de chances de la détecter par transit depuis la Terre. Un petit satellite de photométrie, MOST, avait détecté quelque chose mais rien de convainquant.

Hors, les chinois viennent d’annoncer du nouveau… Depuis le Dôme A en Antarctique (peut-être le meilleur site du monde pour l’astronomie) ils ont détecté un nouveau signal en décalage de 138 mn avec ceux de MOST, qui pourrait être provoqué par la présence d’une deuxième planète (variation de temps de transit)

Tout cela est à confirmer évidemment, mais on a pas fini d’entendre parler de Proxima du Centaure…

 

https://arxiv.org/abs/1711.07018

Searching for the Transit of the Earth--mass exoplanet Proxima~Centauri~b in Antarctica: Preliminary Result

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une dizaine d'années - ou plus - je me frittais déjà avec certains ici (amicalement bien sûr, et pas à la manière de Rolf ;)) en affirmant que notre vision de la population exoplanétaire était forcément largement biaisée par les limites de nos moyens observationnels.

A la lumière des dernières découvertes autour de notre plus proche voisine, qu'en pensent mes contradicteurs de l'époque concernant la statistique probable des petites planètes encore invisibles - tous moyens de détection confondus - qui orbitent à distance plus importante de leur étoile (ce qui ralentit d'autant leur détection puis leur confirmation) ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/11/2017 à 13:24, Alain MOREAU a dit :

Il y a une dizaine d'années - ou plus - je me frittais déjà avec certains ici (amicalement bien sûr, et pas à la manière de Rolf ;)) en affirmant que notre vision de la population exoplanétaire était forcément largement biaisée par les limites de nos moyens observationnels.

A la lumière des dernières découvertes autour de notre plus proche voisine, qu'en pensent mes contradicteurs de l'époque concernant la statistique probable des petites planètes encore invisibles - tous moyens de détection confondus - qui orbitent à distance plus importante de leur étoile (ce qui ralentit d'autant leur détection puis leur confirmation) ?

 

Je ne sais pas avec qui tu te frittais, mais ce qui ressort d'un quart de siècle de découvertes exoplanètaires, c'est la diversité inouïe des systèmes, et le fait que, dans cette diversité inouïe, le système solaire est, jusqu'à plus ample informée, une singularité. On observe très peu de "jupiter" à grande distance de leurs étoiles, on les observe près, on observe aucun système hybride "géantes gazeuses/planètes telluriques", mais plutôt des systèmes "super terres". Enfin, les seules planètes telluriques connues sont observées à faible distance de naines rouges, dont toutes les études montrent que le vent solaire décape les atmosphères.

 

En bref et en clair, on a trouvé 4000 systèmes, et rien qui ressemble de près ou de loin au système solaire, avec ces étrangetés que sont Jupiter et Saturne ensemble, pas de "superterres", et une planète tellurique à une UA dotée d'un champ magnétique, d'une tectonique des plaques et d'une lune qui en fait une "planète double".

 

Voilà l'état de l'art en exoplanètologie.

:-)

S

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Superfulgur a dit :

Voilà l'état de l'art en exoplanètologie.

 

De l'art oui dans un certain sens. Il faut prendre ces estimations avec des pincettes, souvenez vous des premières mesures de Pluton auquel on attribuait 16 000 km de diamètre, et que dire des canaux sur Mars, pourtant des observations directes .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Superfulgur a dit :

On observe très peu de "jupiter" à grande distance de leurs étoiles, on les observe près, on observe aucun système hybride "géantes gazeuses/planètes telluriques", mais plutôt des systèmes "super terres". Enfin, les seules planètes telluriques connues sont observées à faible distance de naines rouges, dont toutes les études montrent que le vent solaire décape les atmosphères.

 

Je pense que ce que tu viens d'écrire ne contredit pas l'argument de notre Robinson.

 

Plus une planète sera éloignée de son étoile, plus la probabilité d'un transit sera faible, et plus sa détection par les variations de la vitesse radiale de l'étoile sera difficile.

Si les informations que je trouve sur le web sont justes (https://fr.wikipedia.org/wiki/ESPRESSO), ce n'est qu'avec la mise en service d'ESPRESSO au VLT que l'on sera capable de détecter la jumelle de la Terre (planète de 1 Mt à 1 UA d'une étoile d 1 Ms). Ce qui veut donc dire qu'aujourd'hui on ne sait pas faire. Donc qu'on n'en trouve pas parait assez logique.

 

Par ailleurs, et c'est un argument que je ne vois jamais écrit nulle part, la détection par la méthode des vitesses radiales consiste à mesure les oscillations de cette vitesse autour de la moyenne. Or ces oscillations ont la même période que la révolution de la planète qui les cause. Donc les valeurs extrêmes de vitesse radiale du Soleil dans le système Soleil/Neptune sont peut-être détectables, mais ne donnent toute leur ampleur qu'au mieux sur une demi période. Pour Neptune , une demi période, c'est 82 ans...

 

On pourrait donc, peut-être de façon naïve, penser que si on ne détecte des planètes telluriques que près des naines rouges, et des Jupiter pas trop trop loin de planètes plus lourdes, c'est peut-être parce qu'on ne peut pas encore détecter des planètes de ces tailles plus loin de leurs étoiles (sensibilité), ou qu'on n'en a pas encore eu le temps (période de révolution).

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now