Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés

Il y a 2 heures, Kaptain a dit :

On dirait des roches très différentes de tout ce qu'on a vu jusqu'ici ?...

 

Non, pas vraiment, ce qui est surprenant c'est de trouver une telle variété dans une zone aussi restreinte..

 

"Askival" est constituée de gypse comme rencontré assez souvent sur la route du rover, entre autres à "Garden City"- image ci-dessous - en Mars 2015 :

 

5ace5dbb4320a_FIGARDENCITY.thumb.jpg.4529317ca741386e696fae2e387e3d54.jpg

 

 

"Hopeman" est un conglomérat de type brêche, cad avec des morceaux anguleux cimentés.. ce qui n'a rien d'exceptionnel non plus. Curiosity a rencontré plusieurs types de conglomérats, le plus intéressant étant celui trouvé au sol 27 en septembre 2012 sur l'affleurement de type "poudingue" - image ci-dessous - nommé "Link". La forme arrondie de certaines pierres dans ce conglomérat indiquait un transport à grande distance et dans un cours d'eau depuis le rempart Nord où un canal nommé "Peace Vallis" prend sa source depuis un delta  alluvial. L'abondance des canaux dans le delta entre le rempart et le conglomérat suggère que les écoulements se sont poursuivis sur une longue période :

 

5ace61ffcdc63_FICONGLOMERATLINKSOL272012sept.jpg.2b67b737d547f1f3fa0df504eb878557.jpg

 

5ace624242d7b_FICONGLOLINK2.jpg.2d90a2f3f2f49218efc54893a2eda50d.jpg

 

 

Quant à la pyramide nommée "Tyndrum", comme je l'indiquais dans ma mise à jour précédente elle ressemble étrangement à celle nommée "Jake Matijevic" - image ci-dessous - trouvée près du site d'atterrissage.

Il s'agit d'un dreikanter, une roche sculptée par l'érosion éolienne dont la composante essentielle est très probablement du basalte : 

 

5ace66783d07e_FIMatijevik2.jpg.f4175a5d0f76ad7edce7894b27bb9a33.jpg

 

 

La quatrième cible nommée "Staffa" semble être de l'hématite comme celle qui abonde sur la crête Vera Rubin et sur laquelle le forage a été tenté, sans succès..

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

 

Le 11 avril 2018 (sol 2019), toujours perché sur la crête "Vera Rubin", Curiosity continue à explorer un assemblage de roches et de galets très divers afin d'essayer de comprendre comment ce gisement a pu se constituer, et ce que la variété de roches peut nous dire des processus géologiques dans le cratère Gale.

 

L'équipe a été en mesure de planifier 3 autres cibles scientifiques de contact, et d'acquérir une suite complète d'images MAHLI et de données APXS sur chacune d'entre elles. Les cibles comprennent une roche grise lisse nommée "Minginish", une roche bien cimentée et finement laminée appelée "Sanquhar", et une roche bien stratifiée appelée "Rousay". Le groupe thématique de géologie a également planifié plusieurs observations ChemCam LIBS (Laser Induced Breakdown Spectroscopy) - soit "Spectroscopie de décomposition induite par laser" - pour évaluer la composition de différents types de roches, et trois mosaïques MastCam pour documenter un affleurement proche, plus une vue dirigée au dessus de la vallée argileuse vers l'unité géologique contenant des sulfates. Le groupe thématique sur l'environnement a planifié des observations standard des instruments DAN et REMS, et une surveillance NavCam pour trouver et caractériser les "diables de poussière".

 

IMAGE MAHLI DE "Minginish" - 11 avril (sol 2019) :

5ad31af3361b8_FI2019MHMinginish.jpg.6ecc010c3c6a13748b6dc13005c078bf.jpg

 

 

IMAGE MastCam de "Rousay" (au centre de l'image) - 11 avril (sol 2019) :

 

5ad3233e4e7d2_FI2019MASTCSTRAT.jpg.c210f22c3817dd60f625f19843a538dd.jpg

 

 

IMAGEs MastCam et MAHLI DE "Sanquhar" - 11 avril (sol 2019) :

 

MastCam

5ad31cfe000b7_FI2019MASTCLAMINE.jpg.91412a55b1dced98254892678570a8ec.jpg

 

MAHLI

5ad31d7dc42e8_FI2019MH2.jpg.d351817b631b02dd5d5545c06258fa1e.jpg

 

 

5ad31dc09adf2_FI2019MH11AVR.jpg.77f0e90b8e4e28e629ba056983869762.jpg

 

 

 

Le 12 avril 2018 (sol 2020) la MastCam droite a été utilisée pour réaliser une mosaïque de l'espace de travail du bras robotique et de la zone environnante, des cibles ChemCam LIBS et une mosaïque du terrain intermédiaire vers de prochaines destinations au Sud. ChemCam mesurera la chimie élémentaire de 4 cibles rocheuses proches nommées "Ledmore", "Minginish", "Askival" et "Tyndrum". "Minginish" a déjà été examinée par MAHLI et l'APXS. Ensuite, la MastCam droite prendra des images "d'Askival" et "Ledmore", ainsi qu'une qu'une grande mosaïque pour couvrir complètement la zone devant le rover, zone nommée "Bressay", et une mosaïque de la région vers le Sud. Toutes les données permettront à l'équipe scientifique de réfléchir à la diversité des roches situées dans la zone de "Bressay".
 

Le départ de "Bressay" s'est déroulé plus tard, ce même jour 12 avril 2018 (sol 2020), pour un parcours de près de 11 mètres au Nord-Ouest qui fait revenir le rover sur les traces de son parcours du 6 avril 2018 (sol 2014). La cible visée est une roche de conglomérat nommée "Waternish".

 

Tôt le 13 avril 2018 (sol 2021), MastCam analysera la quantité de poussière dans l'atmosphère en mesurant son opacité, et Navcam recherchera des nuages. Plus tard, NavCam va rechercher des "diables de poussière" et Mastcam mesurera à nouveau la quantité de poussière atmosphérique. Ensuite, ChemCam va acquérir des données d'étalonnage et utilisera le logiciel AEGIS (Autonomous Exploration for Gathering Increased Science) soit "exploration autonome pour un recueil scientifique accru"), qui guide l'instrument ChemCam pour un choix automatique des échantillons de roches martiennes à analyser.

Auparavant le choix des cibles nécessitait de multiples échanges entre Curiosity et la Terre ce qui prenait donc beaucoup de temps. Installé depuis la Terre en octobre 2015 et testé durant des mois, le logiciel AEGIS se charge désormais de la sélection. Dans 93 % des cas, les échantillons choisis se sont révélés pertinents. Sans lui, ce pourcentage n’aurait été que de 24 % !

 

Le parcours du sol 2020 a placé Curiosity en bonne position pour démarrer les activités scientifiqes "au contact" sur le conglomérat "Waternish".

Les activités du 14 avril (sol 2022) incluent le brossage de deux spots, le spectro APXS et beaucoup d'imagerie MAHLI. Auparavant le laser ChemCam visera "Waternish" et la roche voisine nommée "Arrochar". Après le brossage, MAHLI va acquérir des suites complètes d'images de l'un des spots brossés et "d'Arrochar", ainsi qu'une mosaïque d'images en se plaçant à 5 cm au-dessus des spots APXS, et à 25 cm des images de contexte. Ensuite, l'APXS ira travailler sur "Waternish", suivi d'un placement sur "Arrochar" pour une longue intégration de nuit.


Le 15 avril 2018 (sol 2023), Mastcam prendra un ensemble multispectral complet d'images de Waternish et une mosaïque de "Waternish" et "Arrochar". ChemCam observera deux autres points sur "Waternish", et la Mastcam droite prendra une image de la cible ChemCam sélectionnée par AEGIS sur le sol 2021. Ensuite, le rover s'intéressera à une proche ondulation de sable pour planifier son observation a vec une imagerie rapprochée .

 

IMAGES NAVCAM ET NAVCAM - 12 Avril 2018 (sol 2020) :

 

NAVCAM

5ad31f0c38bb3_FI2020NAVCWaternishetArrochar..jpg.4f01eb7c131d4415f15f4a60cefd26a7.jpg

 

MASTCAM - "Waternish" (à droite de l'image)

5ad3204792237_FI2020MASTC2.jpg.a2255ecf9e23f161e9b80cf90e5fe5a4.jpg

 

MASTCAM

5ad3207f89f92_FI2020MASTC.jpg.700e59bccfc6e186bb6ad6a0d09830cb.jpg

 

 

 

 Le 16 avril (sol 2024), ChemCam recueillera des données d'étalonnage, MastCam mesurera l'opacité de la poussière dans l'atmosphère et NavCam recherchera les "diables de poussière".

 

Par ailleurs et même si les derniers sites n'étaient pas vraiment en situations favorables pour un forage, on peut noter que cette éventualité n'est plus évoquée pour le moment.


 

POSITION AU 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :


5ad321925b58f_FILocation_Sol2020-full.thumb.jpg.df717aaac555d073a0b48fbf7ee85d44.jpg


 

HAZCAM AVANT - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

 

5ad321d8d6505_FI2020HAZCAV12AVR.jpg.98a50fa9df17e1b12330fc1df364287f.jpg

 


HAZCAM ARRIÈRE - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

5ad32200bfa66_FI2020HAZCAR.jpg.0e0899c1aa7546841c0603e62cfa8fcc.jpg

 


PANO NAVCAM – JAN Van DRIEL - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

5ad3225a9a65d_FI2020_PanoJvD_NL_B.thumb.jpg.5075615816065bcfa2be89cff84eb09d.jpg


 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Retour au bac à sable ¬¬..

 

Le 15 avril 2018 (sol 2023), Curiosity a parcouru environ13 mètres au Nord-Ouest revenant ainsi sur ses traces pour se positionner sur une ondulation de sable nommée "Suilven Ripple" avec l'objectif de caractériser la taille des grains et la morphologie des ondulations.

Les observations scientifiques prévues sur cette ondulation comprennent les instruments APXS, MAHLI et ChemCam. Mastcam imagera toutes les cibles sur les ondulations environnantes et réalisera une observation multispectrale et une vérification de l'état de la plate-forme du rover..

 

Le spectromètre de masse à quadrupôle "QMS " (Quadrupole Mass Spectrometer) du labo "SAM" (Sample Analysis at Mars) sera utilisé pour étudier la composition de l'atmosphère.

Quant à l'APXS il intégrera "sur l'air" plutôt que sur les matériaux de surface pour mesurer la quantité d'argon dans l'atmosphère.

 

Aujourd'hui l'atmosphère martienne est 100 fois plus fine que celle de la Terre, laissant penser aux spécialistes qu'elle en aurait perdu une bonne partie.Pour en savoir plus, Curiosity a donc identifié et quantifié les gaz présents dans l'atmosphère actuelle. Ses instruments ont ainsi déterminé que 95,9% de l'air martien est composé de dioxyde de carbone (CO2), 2% d'argon (Ar), 1,9% de diazote (N2), 0,14% de dioxygène (O2) et 0,06% de monoxyde de carbone (CO).

Les résultats des mesures de Curiosity suggèrent que la perte d'une partie de l'atmosphère s'est faite par l'intermédiaire d'un processus physique de rétention des isotopes lourds de certains éléments et que ceci a constitué un facteur significatif dans l'évolution de la planète. Plus en détail, les données livrées par SAM ont montré une augmentation de 5% de la concentration des isotopes les plus lourds du carbone dans le CO2 de l'atmosphère actuel comparé à celle estimée et présente lors de la formation de la planète. Cette hausse suggère que la partie haute de l'atmosphère a pu être perdue dans l'espace interplanétaire, expliquant ainsi la réduction des isotopes les plus légers. Outre le carbone, les isotopes d'argon montrent aussi un enrichissement en éléments plus lourds, ce qui concorde avec les estimations faites sur la composition de l'atmosphère et dérivées de météorites martiennes tombées sur Terre. Ces informations permettent d'en apprendre plus sur l'histoire de Mars et apportent surtout de nouveaux éléments pour déterminer si la planète a pu un jour être habitable.

Les mesures des instruments de Curiosity beaucoup plus précises que celles réalisées par les missions précédentes ont permis de confirmer le scénario d'un échappement de l'atmosphère originelle dans l'espace. Ainsi, selon les mesures de l'instrument SAM, l'isotope 36Argon est quatre fois plus fréquent que 38Argon alors que le rapport est beaucoup plus élevé à l'origine si on s'en réfère à la composition du Soleil ou de Jupiter.


 

POSITION DE CURIOSITY – 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

5ad656bd0303c_FILocation_Sol2023-full.thumb.jpg.d35083759ff19c685ded69c5dd0f51cf.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

5ad656f5105c7_FI2023HAZCAV.jpg.0d25f54a045995c3d6c2bf930d5aa7eb.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

5ad6571dba74c_FI2023HAZCAR15AVR.jpg.17778080651d74eff875b1174dde83a5.jpg

 

 

NAVCAM - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

Un sable qui paraît très fin 

5ad6575d9a461_FI2023NAVC.jpg.1b17d120298eca6f9f0b4877f081f940.jpg

 

5ad657b4ca788_FI2023NAVC2.jpg.0862353741217c4f1b08f9c7c117a28b.jpg

 

 

5ad657f498302_FI2023NAVC7.jpg.1275d313dcb87b2bef3e5089cf94cdef.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM DE Damia BOUIC - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

5ad6583a58202_FI2023_panoDB.thumb.jpg.669da0644558aa39c8174c8a06e41bf3.jpg

 

 

 

MASTCAM - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :

 

5ad6588ed88f1_FI2023MASTC.jpg.9f8a456e3211470e4cbc91a7aa6d91c0.jpg

 

 

5ad658ba5b895_FI2023MASTC2.jpg.a076876740d9b74397d0f9f342e70f39.jpg

 

 

 

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Une relation est faite par Emily sur le Planetary Blog des échecs des tentatives de forage sur le site de Lake Orcadie.

Je laisse Daniel traduire et commenter. :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Huitzi' :)..

 

Voici ce que je retiens de la mise à jour du 17 avril 2018 d'Emily Lakdawala concernant l'échec des deux tentatives de forage ("Lac Orcadie" et "Lac Orcadie2") des 27 février et 4 mars 2018 (sols 1977 et 1982).

(Emily mentionne la date du sol 1983 pour le deuxième forage. Je persiste et signe pour le sol 1982)

 

Source : http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2018/0417-curiosity-update-sols-1972-2026.html 

 

Extraits :

Pourquoi ça n'a pas marché? C'est impossible à savoir à coup sûr. Cela n'a probablement pas aidé le rover d'utiliser le forage rotatif uniquement plutôt que forage rotatif et percussion, une technique que le rover n'avait pas utilisée sur Mars auparavant. Ils devaient tester des forages rotatifs uniquement sur le site nommé "Precipice" fin 2016, lorsque le forage a échoué. Mais selon ce qu'ils comprennent du rover et des roches, le forage rotatif seul devrait fonctionner, à moins que la roche à forer ne soit plus dure que les roches que Curiosity a déjà rencontrées auparavant.

Par conséquent, l'équipe considère qu'il est probable que les roches de Vera Rubin Ridge soient inhabituellement dures. Ce qui est logique, si vous y réfléchissez. Voilà pourquoi c'est une crête! Il est raisonnable que les rochers eux-mêmes soient plus durs que ceux que Curiosity a forés auparavant. Pas certain, mais raisonnable.

/../

Les ingénieurs travaillent à l'essai et à la validation du forage rotatif avec percussion. La prochaine fois qu'ils essaieront de forer, ils évalueront la technique qui, selon eux, devrait produire un bon résultat avant de commencer.

 

FIN DE CITATION

 

Voici ce que j'écrivais alors à l'époque et qui semble en accord avec ce qui précède :

 

- Premier forage 27 février 2018 (sol 1977) - Voir page 105 – mon message du1er mars 2018 :

 

Les raisons pour lesquelles le forage s'est interrompu prématurément semblent liées à la dureté de la roche. En forant à 20 cm à peine de la première tentative, ce problème demeurera

 

- Deuxième forage 4 mars (sol 1982) – Voir page 106 – mon message du 5 mars 2018 :

 

Jusqu'ici les 15 roches ciblées se sont révélées remarquablement tendres et faciles à forer, même sans la percussion. Il est possible en effet que cette roche (à priori en haute teneur en hématite) soit plus dure.

 

Et page 106 - mon message du 6 mars 2018 :

 

C'est bien la dureté de la roche qui est responsable de l'échec du forage.

 

Dans la dernière mise à jour de la mission, le titre est déjà évocateur - je cite :

"À la recherche de pâturages plus doux" 

"Vera Rubin Ridge est aussi dur qu'un rocher! Après deux tentatives de forage, Curiosity n'a pas pu creuser suffisamment dans le substrat rocheux pour recueillir un échantillon de roche à cet endroit. Les ingénieurs de Curiosity continuent d'affiner la nouvelle méthode de forage. À l'avenir, cela pourrait inclure l'ajout de percussions, ce qui pourrait permettre de forer dans la roche plus dure."

 

FIN DE CITATION

 

Par ailleurs Emily Lakdawala confirme que de nouveaux forages devraient être entrepris sur la crête Vera Rubin.. Il en était prévu quatre, mais nul ne sait s'ils vont comptabiliser les deux échecs.

 

 

VIDEOS du 1er échec à "Lac Orcadie" : 

 

On observe un déplacement latéral du foret qui dérape sur la roche (ce qui était malheureusement prévisible vu l'absence des stabilisateurs dans la nouvelle méthode de forage)

 

drill-attempt-lake-orcadie-sol-1977-20180227.gif.141dea9ed0650351f7101996aad82ffe.gif

 

 

drill-depth-analysis-sol-1977-20180227.g

 

 

 

 

 

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Sur Mars la saison des nuages a pris fin car, au cours des dernières semaines, l'équipe scientifique a pu noter une diminution marquée de l'activité des nuages de glace dans les images Navcam du ciel. La saison "poussiéreuse" se profile, il va falloir concentrer les observations sur les tourbillons de poussière et les tempêtes. L'atmosphère commence à se faire plus sombre, comme le montre les images brumeuses de la bordure Nord du cratère Gale :

 

NAVCAM - 19 AVRIL 2018 (SOL 2027) /

5adcb876cd399_FI2027NAVCS.jpg.bac9643ed1c9a83b76da08b7501c6c42.jpg

 

Dans ce cadre, l'équipe a commencé à pré-planifier la campagne annuelle pour étudier une éventuelle tempête de poussière globale afin d'être prêt si, et quand, une telle tempête se développe cette année (la dernière s'est produite en 2008 !).. La saison poussiéreuse sur Mars se situe à peu près dans la seconde moitié de l'année martienne, soit de fin mai 2018 à février 2019.

 


Le 19 avril 2018 (sol 2027) Curiosity a viré direction Ouest-Nord-Ouest pour une longue et inhabituelle chevauchée d'environ 85 mètres qui lui a fait perdre 10 mètres en altitude !

Ainsi Curiosity ne respecte en rien le trajet prévisionnel qui devait le mener en direction inverse, un peu plus bas au Sud-Est vers la vallée argileuse au pied du Mont Sharp.

Ci-dessous la carte du trajet prévisionnel.. Le tracé jaune correspond au trajet déjà parcouru (sauf le dernier parcours du 19 avril (sol 2027).

J'ai actualisé la fin du tracé jaune qui correspond donc à peu près à la position du sol 2023 :

 

5adcb9807be15_FIMSL_Landing_to_MtSharp_traverse_yellowpath_MSARv6-orange-added.thumb.jpg.fdf75b1d6753480aaa02b50602dc82fe.jpg

 

 

Selon une information fournie par Emily Lakdawalla, il est possible que Curiosity retourne au delà du Nord de la crête "Vera Rubin" pour réaliser un forage dans la "formation Murray".

La "formation Murray", formation géologique typique des roches parcourues depuis "Parhump Hills" en passant par "Namib Dune" et "Murray Buttes", jusqu'aux abords de la crête "Vera Rubin". La "formation Murray" représente probablement le socle rocheux le plus ancien du cratère Gale, là où le dernier forage tenté à "Sebina" fin octobre 2016 avait été un échec du fait du blocage du système qui permet l'avancée du foret..

Ce qui est clair, c'est le fait que les roches "Murray" sont "tendres", et pourront éventuellement permettre d'étalonner la capacité réelle de forage du nouveau mode opératoire.

Affaire à suivre..

 

 

POSITION AU 19 MARS 2018 (SOL 2027) :

 

5adcb9bb5d51c_FILocation_Sol2027-full.jpg.3ed7f0f94b7a623fe9ca3bc65ae79efd.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 20 MARS 2018 (SOL 2028) :

 

5adcb9ec23c0a_FI2028HAZCAV20AVR.jpg.a4daae95bf07784ad5bc93b217adddbd.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 19 MARS 2018 (SOL 2027) :

 

5adcba0b2743e_FI2027HAZCAR.jpg.96b7eccb4dc22335ec6eec8e597f0d31.jpg

 

 

 

NAVCAM - 19 MARS 2018 (SOL 2027) :

 

5adcba8352b01_FI2027NAVC3.jpg.138ac16cfb6f93cfaac5555122807a15.jpg

 

5adcbaaa90458_FI2027NAVCX.jpg.4a8e69f22f4c30f18cf6e9fc364983be.jpg

 

 

 

PANO DE Jan van DRIEL - 19 MARS 2018 (SOL 2027) :

 

5adcbb31a0d48_FI2027_PanorJvD_NL_B.thumb.jpg.b34f5a4fd481fb0c4233756693d3ef08.jpg

 

 

 

MASTCAM - 19 MARS 2018 (SOL 2027) :

 

Une partie de l'espace de travail du bras

5adcbb99d1f91_FI2027MASTC.jpg.a4c202d4ca1ef58143a8fa2c8a011e7c.jpg

 

 

 

MAHLI – 21 MARS 2018 (SOL 2029) :

 

Des dégâts qui commencent à devenir... sérieux

5adcbc29b62b7_FI2029MAHLI3.jpg.c5b6e0d0899777be248fbaba07d957d3.jpg

 

5adcbc6fcd3bf_FI2029MAHLI4.jpg.fc8ec5f6007aaf19b3fb9b507e8ec244.jpg

 

5adcbc9b33c94_FI2029MAHLI5.jpg.db1f79d50f2f33eb58990a0b0ba76495.jpg

 

 

Noter la couleur de la roche brossée (au centre de l'image)

5adcbcf40a23e_FI2029MAHLI.jpg.f7097120d2f5f2f14e3aca1880f2c126.jpg

 

 

La même roche en gros plan

5adcbd77c9176_FI2029MAHLI21AVR.jpg.ea0c5784708e81ec1436000693e939c8.jpg

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2014/08190630-curiosity-wheel-damage.html

 

Apparement quelques pierres sont très pointues?

 

Il y a une superbe vidéo présentée par une des scientifiques Dr. R. Aileen Yingst responsable d'une des caméras sur Curiosity et a un sens de l'humour assez particulier.

 

Je me demande si on met les sous titres seront ils en Français?

 

 

Modifié par bentley

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a une heure, bentley a dit :

Apparement quelques pierres sont très pointues?

 

 

La dégradation des roues de Curiosity est apparue très rapidement en début de mission (comme le montre l'article d'Emily Lakdawalla d'Août 2014 que tu as "déterré")..

Ce problème a donné quelques cauchemars aux responsables, et à tous ceux qui suivent cette mission, mais les roues ont globalement tenu bon jusqu'ici, et on peut penser qu'elles tiendront encore jusqu'à son principal objectif, les argiles au pied du Mont Sharp.   

 

Ce sujet a été évoqué régulièrement dans ce fil tout au long de ces années, en dernier lieu à la fin de mon message du 21 mars 2017 page 93, ainsi que dans quelques messages qui suivent..  

 

 

http://www.astrosurf.com/topic/113977-actualités-de-curiosity-2013/?page=93&tab=comments#comment-1439275

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cher Bentley,

 

Ce qui est bien avec ce genre d'intervention (voir ci-dessus) c'est que, d'une certaine manière, elle démontre que le voyage dans le temps est déjà une réalité. "Voyage vers le passé" ! ^_^ 

 

Très cher Vaufy,

 

Perso, j'aime bien lorsque le rover se dirige vers la très fameuse strate d'argiles dénommée, dans les milieux autorisés, "l'Arlésienne". "Voyage vers le futur" ?. Chaque tour de roue qui l'en éloignerait m'évoque un peu un supplice chinois ...

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, je suis littéralement scotché par la qualité et la définition des images.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Perso, j'aime bien lorsque le rover se dirige vers la très fameuse strate d'argiles dénommée, dans les milieux autorisés, "l'Arlésienne". "Voyage vers le futur" ?. Chaque tour de roue qui l'en éloignerait m'évoque un peu un supplice chinois 

 

Pareil pour moi...

Le plus grave, c'est qu'il semble bien que Curiosity va continuer à se diriger à l'opposé de la vallée argileuse, alors même qu'il en était ENFIN vraiment tout proche et que cet objectif était annoncé comme un des points fondamentaux de la mission : Un milieu argileux permettant de vérifier la présence éventuelle de chimie prébiotique.. voire plus.. Même F. Rocard s'est déjà étonné du peu d'empressement apparent des responsables à atteindre cette région.

On nous aurait menti ???..O.o-_-

 

Il semble surtout que, à ce stade de la mission et très bizarrement...  les géologues aient pris le pouvoir ??.. ..

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

La dégradation des roues de Curiosity est apparue très rapidement en début de mission (comme le montre l'article d'Emily Lakdawalla d'Août 2014 que tu as "déterré")..

Donc les pierres pointues étaient là dès le début et ils ont pas bien prévu!

Pourtant ce genre de relief ne manque pas, pas bien loin de Los Angeles!

Curiosity a parcouru près de 19 km!

 

Modifié par bentley

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 32 minutes, bentley a dit :

Donc les pierres pointues étaient là dès le début

 

Oui, présence quasiment partout de pierres aux angles vifs, sculptées par l'érosion éolienne, et fichées dans le sol comme des lames verticales...

 

 

il y a 32 minutes, bentley a dit :

et ils ont pas bien prévu!

  

Non, en effet. Mais on peut les comprendre dans la mesure où les terrains rencontrés par les missions MER n'avaient pas révélé une telle continuité dans la présence de roches agressives, aux angles vifs. 

Il était difficile d'imaginer qu'il en serait tout autrement dans le cratère Gale.. Par ailleurs la conception des roues devait obéir à un cahier de charge très strict sur le plan du poids des roues, bien sûr pour des raisons concernant la masse globale de MSL, mais aussi par le fait que juste avant l'atterrissage et en bout des câbles de descente , les roues de Curiosity (qui étaient repliées) se "libéraient" sous leur poids (ce qui pouvait poser des problèmes si celui-ci était excessif) . D'autre part il fallait aussi que les roues absorbent avec souplesse le choc de la rencontre avec le sol martien (choc qui n'était pas négligeable vu le poids de l'engin).

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apparement non seulement les pierres pointues mais aussi la fatigue de la structure de la roue elle même ce qui engendre des déchirures de l'enveloppe d'après ce que je peux lire. (metal fatigue)

Ils essayent de rouler moins vite et sur des surfaces moins accidentées.

D'ailleurs ce weekend Curiosity a parcouru seulement 13 mètres!

Depuis Float Rocks jusqu'à Suilven Ripple, d'après le blog ci dessous.

http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2018/0417-curiosity-update-sols-1972-2026.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, bentley a dit :

Ils essayent de rouler moins vite et sur des surfaces moins accidentées.

D'ailleurs ce weekend Curiosity a parcouru seulement 13 mètres!

 

Moins vite.. ce n'est pas vraiment le problème, car le rover se déplace le plus souvent à 2 cm à la seconde, voire moins.. Il existe d'autres dispositifs dont j'ai déjà parlé ici, désolé mais là tu débarques avec des éléments un peu brut de fonderie, qui nécessitent d'être "digérés", précisés et complétés..

Sinon lis d'abord un peu mes compte rendus :

- La distance parcourue ce week-end, plus précisément le 19 avril, est de 85 mètres (voir le compte rendu correspondant plus haut)

- Les 13 mètres auxquels tu fais allusion se rapportent au parcours du 15 avril, et ça n'a rien à voir avec la nécessité d'économiser les roues (voir un peu plus haut) ..

  

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Oui.. bon.. à moment donné.. il faut aussi savoir siffler "la fin de la récréation" (comme dirait Super U -_-).. 

 

 

La dernière mise à jour du JPL précise je cite ".. un énorme ~ 85 m au nord-ouest dans le plan du sol 2027"  ;)  - ce qui marque un tournant dans la campagne stratégique de Curiosity sur la crête "Vera Rubin" :

- La reconnaissance initiale de la crête est terminée !

 

Surtout, il est annoncé que commence un voyage vers le Nord pour atteindre une zone où il est question de "tester le foret".

 

L'objectif est très certainement d'atteindre l'unité géologique nommée "Formation Murray" au Nord, derrière la crête, une opération qui éloigne notablement le rover de la vallée argileuse située du côté opposé, au Sud.

Ce n'est pas du tout la stratégie retenue initialement, c'est même totalement l'inverse ! (voir la carte du trajet prévisionnel plus haut).

 

Le 23 avril 2018 (sol 2030) Curiosity s'est dirigé vers l'Ouest et a roulé environ 14 mètres, se rapprochant encore ainsi de la rive Nord de la crête.

 

Sauf si un intérêt scientifique particulier surgit à un moment quelconque, il faut s'attendre à ce que les déplacements se succèdent assez rapidement afin que le rover arrive à destination au plus vite sur la zone de forage.

 

 

POSITION AU 23 AVRIL 2018 (SOL 2030) :

 

5ade3f2685a32_FILocation_Sol2030-full.thumb.jpg.f8574f1858e0d77dd16c3326890a4c7c.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 23 AVRIL 2018 (SOL 2030) :

 

5ade3f4d4cdc8_FI2030HAZCAV.jpg.c474fba46dcbf3e66a11e8156d7b3061.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 23 AVRIL 2018 (SOL 2030) :

 

5ade3fc557727_FI2030HAZCAR.jpg.b8c10bbcfda71ecefe358c512e39ad49.jpg

 

 

NAVCAM - 23 AVRIL 2018 (SOL 2030) :

 

Regard vers le Sud-Ouest et la vallée argileuse qui s'éloigne.. sniff'.... 

5ade40654da4a_FI2030NAVC23AVR.jpg.44d9b4319ea6dd13eee8137b16eb6d8a.jpg

 

Les remparts Nord obscurcis par une atmosphère désormais plus poussiéreuse

5ade40f264d67_FI2030NAVC4.jpg.82d8d4fd9a42cea957071e013149abdc.jpg

 

 

5ade41639dc7e_FI2030NAVC5.jpg.976a6579f0d0086cce09e720af6287ab.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM DE Jan van Driel - 23 AVRIL 2018 (SOL 2030) :

 

5ade41b26ceb6_FI2030JvD_B.thumb.jpg.66f024fceacd1294ad6a4484b06cb353.jpg

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour ce travail, en plus des superbes clichés prise par le rover "martien",  qui nous donne beaucoup de détails sur les différentes formation martienne, à ce propos voilà une image où deux de Shergottite échoué sur terre, grâce à ses météorites tombé sur mars et qui nous envoient des éjectas "jusqu'à notre porte" les amateurs peuvent aussi profiter à une petite échelle.

 

échantillon de météorite martienne DAG 476 (Shergottite)

030b36_732cf66134a344d19b8f585b57ddde6e~030b36_be812a82c8554a2ea94c55a9c4ad8955~

 

bon ciel martien

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Bien..

Le Boss a fait le ménage, tout est redevenu propre et bien rangé, nickel ! ¬¬ Merci à lui !:) Et merci à vous tous !!

 

PS1 : En échange de leurs compliments, Motta et JPC m'ont forcé à signer un engagement de 15 ans supplémentaires sur Astrouf pour suivre l'actualité martienne.. À la réflexion, tout ça est un peu exagéré (les compliments et les 15 ans :SxD)..

 

PS2 : En conséquence, et pour tenir le choc, je suis en train de négocier l'achat d'un fauteuil roulant électrique .. Question : Est-ce dans le catalogue de Tesla ??...:|:ph34r:

  • Haha 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je doute que les roues durent encore 15 ans... 15 mois, ce serait bien... Mais d'ici 15 ans, une Tesla ou une Audi rouleront sur Mars...

Vu la vitesse faible, on ne peut pas parler d'impact mais juste de tenue statique à un objet perforant... Étonnant que cette faiblesse n'ai pas été davantage prise en compte. Je suppose que si un "bandage" est totalement cisaillé de part en part, la roue devient immédiatement inutilisable ?

 

Oui, la résolution des images est étonnante !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, tant que c’était que l’enveloppe en alu, ça avait l’air d’être pas trop grave. Sauf que là, on a vraiment l’impression que c’est la structure même de la roue qui est atteinte... :S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais poser une question d'une grande naïveté : Comment peut-on affirmer d'une météorite qu'elle vient de Mars ou de la Lune par exemple ?

 

Sinon, j'avoue que la dégradation des roues ne me choque pas plus que ça. Ce robot, et le fait d'avoir réussi à le poser sur Mars tient déjà du miracle technologique ! Alors un "peu" d'usure sur les roues, au regard de la moisson scientifique, cela me paraît un moindre mal.

Je me mets à la place des ingénieurs qui ont conçu tout ceci, j'imagine qu'on doit en éprouver une grande fierté et satisfaction. 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, Tournesol a dit :

Je vais poser une question d'une grande naïveté : Comment peut-on affirmer d'une météorite qu'elle vient de Mars ou de la Lune par exemple ?

 

Je me posais la même ...

 

il y a 10 minutes, Tournesol a dit :

 Alors un "peu" d'usure sur les roues, au regard de la moisson scientifique, cela me paraît un moindre mal.

Je me mets à la place des ingénieurs qui ont conçu tout ceci, j'imagine qu'on doit en éprouver une grande fierté et satisfaction. 

 

Je me demande si les concepteurs n'ont pas fait plusieurs essais de configurations différentes de roues sur nos regs terrestres .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a 11 heures, Pascal C03 a dit :

Je doute que les roues durent encore 15 ans... 15 :Dmois, ce serait bien..

 

Pour les 15 ans je plaisantais bien sûr.. J'ai rien signé :D:D..

Et je parlais "d'actualités martiennes", pas spécifiquement de Curiosity..

 

 

Il y a 11 heures, Pascal C03 a dit :

Mais d'ici 15 ans, une Tesla ou une Audi rouleront sur Mars...

 

Je suis beaucoup beaucoup moins optimiste que toi..

Il me semble que le plus souvent les difficultés de l'entreprise sont très loin d'être évaluées à leur juste niveau..

 

 

Petit mémoire concernant les roues de Curiosity :

 

Les roues de Curiosity sont en aluminium et mesurent 50 cm de diamètre sur 40 cm de large. Pour la résistance structurelle il existe une jante verticale sur chaque bord de la roue (Inner rim et Outer rim) .. On trouve une autre jante située à peu près au tiers intérieur de la roue (Stiffening rim), qui agit en raidisseur structurel auquel sont attachées les rayons souples (Wheel flexures). Les nervures en zig zag sont des chevrons qui ont également un rôle structurel.

Entre les chevrons existe une peau d'aluminium ultra-mince de 0,75 millimètre d'épaisseur dont le rôle essentiel est d'éviter aux roues de trop s'enfoncer dans le sable, mais elle n'a aucun rôle structurel.

 

5ae03cb6edab0_FIROUECURIO.jpg.b9a50dd6896ae52c6ca0741a8d841a12.jpg

 

 

 

On peut remarquer aussi que chaque roue comporte des orifices carrés ou rectangulaires alignés sur trois niveaux.

 

5ae03cf5a2485_FIROUESMORSE2.jpg.d76b76f3edc97aa0644f73249dc4a67d.jpg

 

 

Ces alvéoles codent le message "JPL" en morse dans les traces de roulement !..Pourquoi en morse ? Parce que la Nasa a refusé que ce sigle apparaisse en clair ^_^.

Le JPL (pour Jet Propulsion Laboratory) est la structure chargée de la construction et de la supervision des vols non habités comme par exemple le programme dont fait parti le robot Curiosity. Ce sigle sert aussi de marqueur d'odométrie permettant au logiciel de navigation du rover de mesurer sa progression sur des surfaces molles (en photographiant les traces de roulement).

 

Depuis 2013, les déchirures constatées dans les roues concernent essentiellement la peau en aluminium.

Ce sont surtout les deux roues centrales qui ont subies des dégats. En particulier du côté gauche où un chevron cassé a entrainé un affaissement de la partie centrale de la roue.


5ae03d780f6f1_FI2030MAHLIX.jpg.a3070d7cfa3f46e9f1a007435b3d6078.jpg

 

 

Quand le rover roule sur un terrain plat toutes les roues tournent à la même vitesse. Mais quand il y a un obstacle, la roue qui est en avant tire sur la roue qui attaque l’obstacle, et la roue qui est derrière pousse celle-ci sur l’obstacle.

 

En mars 2017, après 18 mois d’essais au JPL, un nouveau logiciel a été téléchargé sur Curiosity afin de limiter l’usure des roues. Ce logiciel a été testé sur Mars durant plusieurs mois et déclaré bon pour le service le 8 juin 2017.

Ce nouveau logiciel corrige la vitesse des roues en fonction des déplacements de la suspension. Des réductions de 11 à 20% des efforts ont été mesurées grace un «contrôleur intelligent» sur le courant de chaque roue et en permettant aux taux de rotation des roues de varier intelligemment en réponse aux conditions détectées. Ce logiciel détecte aussi quand une roue tourne dans le vide et ajuste la vitesse des autres jusqu’à ce que la roue soulevée reprenne contact avec le sol.

 

Selon Francis Rocard, que la tôle d’aluminium soit percée n’est pas problématique. Le risque serait que la tôle se replie et arrache le câble d’alimentation du moteur de la roue, un risque qui semble quand même très limité . Doubler l'épaisseur de la "peau" des roues du rover (de 0,75 mm à 1,50) augmenterait approximativement la masse de l'ensemble de celles-ci d'un total de 3,6 kg, ce qui n'était pas envisageable.

Ce qui peut inquiéter davantage, c'est le déchirement des chevrons qui sont structurels. Les tests de longévité réalisés sur Terre indiquent que lorsque 3 chevrons sont cassés, les roues ont atteint environ 60 % de leur durée de vie. Pour le moment il semble qu'on en soit pas encore là.

 

Pour mémoire, Curiosity utilise une suspension sans ressorts baptisée "rocker-bogie" (déjà mise au point pour les rovers "MER") qui limite l'inclinaison de la caisse du rover. L'engin peut ainsi résister à une inclinaison d'au moins 50 degrés dans n'importe quelle direction sans se renverser, des capteurs automatiques limitent toutefois l'inclinaison à 30 degrés.

Cette conception permet au rover de se déplacer sur des objets à peu près aussi grand que le diamètre de la roue (0,50 m) tout en gardant les six roues au sol.. Le dégagement sous le corps du rover est de 66 cm. Chaque roue avant et arrière peut être piloté indépendamment, permettant au véhicule de tourner sur place. Sur un sol dur et plat le rover peut atteindre une vitesse de 4 à 5 cm/s, mais le plus souvent en système de navigation autonome ("autonav") il a une vitesse moyenne d'environ 1,5 cm/s.

 

Pour l'anecdote : Chez les super-passionnés d'astronautique du forum UMSF (d'ailleurs souvent excellentissimes), le début de la dégradation des roues en 2013 avait fait surgir l'angoisse, et un fil dédié à ce problème avait été ouvert. Ayant conclu au bout de quelques pages que ce problème n'était pas aussi grave que redouté, certains se demandaient s'il ne fallait pas fermer le fil...
L'un des membres a suggéré ironiquement de le conserver, parce qu'au fond ce fil servait aussi à assurer une "thérapie de groupe pour les pessimistes morbides »:D .

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant