Sign in to follow this  
Fourmi103

Actualités de Curiosity

Recommended Posts

Et la couleur fut ! Assemblage panoramique produit par le JPL a partir des seules miniatures disponibles pour l'instant.


Et il ne s'agit que de vignettes de 128px de large chacune. Imaginez avec 1024 px ! Et aussi, ce n'est que la MastCam34. La MastCam100 n'a pas encore dévoilé ses capacités. J'ai hâte

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Fantastiques ces images, qu'il s'agisse de la descente dans l'atmosphère ou de celles faites par Curiosity.

Merci de nous tenir au courant d'une manière aussi vivante !

Share this post


Link to post
Share on other sites

En attendant la HD, on fait encore avec les vignettes miniatures, mais la situation devrait changer très bientôt (du fait de l'amélioration progressive du débit des communications avec le rover).
Ici à gauche, les premières pentes du Mont Sharp, à droite au lointain la caldera du cratère, et au premier plan, au sol, deux dépressions creusées par un des couples des huit rétrofusées du skycrane :

Pano Matscam version miniature provisoire de 130 images (Matscam, caméra photo couleur principale située en haut du mât) face au Mon Sharp. On perçoit les couples de dépressions au sol dûes aux rétrofusées :

Image cliquable :
http://planetary.s3.amazonaws.com/assets/images/4-mars/msl/mars_msl_sol3_mastcam_panorama_thumbnails_PIA16029.jpg

Une tentative d'Emily Lakdawalla pour coloriser une partie d'une image Navcam du flanc oriental du Mont Sharp avec le panorama en couleur miniature Mastcam :



NASA / JPL / MSSS / Emily Lakdawalla

Share this post


Link to post
Share on other sites


Pour ceux,et ils sont nombreux,qui s'interrogent sur les coûts/avantages d'une telle épopée technologique...

J'imagine aisément le sourire qui doit illuminer,là où il se trouve,mon "ami", Ray Bradbury

NB: transporter ce "biniou" qui est quasiment aussi encombrant que le rover lunaire et réussir ce "touch down" quasi parfait,ça reste un brin magique (et que dire des premières images!!!)

@mitiés.

[Ce message a été modifié par hamilton (Édité le 10-08-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
salut
oui mais,met jeff gordon ou junior,voir meme stewart au volant de curiosity cela va pas le faire......tandis qu'avec du ford!!!!!
meme si ils sont en chevy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Caractéristiques géologiques de la zone d'atterrissage avec, en orange, le trajet visé pour le rover dans les mois à venir (Clays signifie argiles). Pour atteindre le pied de la montagne le rover devra traverser la zone des dunes sombres. (Doc. NASA/Milliken/Anderson and Bell/Ryan Anderson)


En direction du Mont Sharp,Curiosity commencera son escalade en empruntant le cheminement d’un canyon qui facilitera sa progression et lui permettra d’examiner sur ses deux parois les strates traversées. C’est là, tout au début de cette ascension, que se trouvent les terrains les plus intéressants, les argiles (roches sédimentaires formées dans l’eau liquide).

Plus haut, remontant dans le temps de l’époque la plus ancienne, le Noachien (ou Phyllosien) à l’Hespérien (ou Theiikien), le rover pourra examiner les sulfates (roches formées sous une atmosphère riche en soufre, probablement par percolation d’eau du sous-sol).
Les roches suivantes (strates plus élevées) seront moins intéressantes car relevant d’une époque plus récente ou l’eau n’a plus eu qu’un rôle épisodique sous une atmosphère extrêmement raréfiée.


Le Mont Sharp n'est pas simplement un "pic de rebond" de l'impact d'astéroïde qui a excavé le cratère Gale. Il existe peut-être un tel pic à la base de la montagne, mais celle-ci présente en plus des centaines de couches géologiques qui peuvent être lues comme autant de chapitres d’une histoire complexe de plusieurs milliards d'années.
L'empilement de couches dans le Mont Sharp résulte de l'évolution des environnements dans lesquels elles se sont déposées, les plus jeunes au-dessus des plus anciennes, millénaires après millénaires, et ensuite de leur érosion.
Plusieurs cratères sur Mars contiennent des buttes ou des mesas qui se sont formées de façon similaire au Mont Sharp, et de nombreux autres anciens cratères restent emplis par ou enfouis sous des strates de roches déposées après leur formation. Quelques exemples, y compris Gale, contiennent un mont plus élevé que le bord du cratère qui l’entoure, ce qui indique que ces monts sont des masses résiduelles à l'intérieur de cratères autrefois complètement remplis. Cela pose des questions sur la façon dont les conditions environnementales ont évolué sur Mars.

Certaines couches inférieures du Mont Sharp pourraient témoigner d’un lac dans le cratère Gale il y a très longtemps, ou de sédiments éoliens ensuite gorgés d’eau souterraine. Les orbiteurs ont cartographié des minéraux révélateurs de roches hydratées dans ces couches. L'eau liquide est un point de départ pour décrire des conditions favorables à la vie, mais juste le début de ce que sur quoi Curiosity est à même d’enquêter. Les couches supérieures peuvent être des dépôts de poussière soufflée par le vent, après le grand dessèchement de Mars.

"Le Mont Sharp est le seul endroit accessible sur Mars où l'on peut étudier cette transition dans une séquence stratigraphique", déclare John Grotzinger, responsable en chef pour Mars Science Laboratory au CalTech. "L'espoir de cette mission est de trouver des preuves d'un environnement habitable, la promesse est d'obtenir l'histoire d'un point d'inflexion important de l’histoire ancienne de l'environnement de la planète".

Source :
http://www.planete-mars.com/geographie-du-lieu-datterrissage-de-curiosity/?doing_wp_cron

Processus géologique de formation du cratère Gale :


Gale Crater, peu de temps après sa formation :


Première série de couches de matériaux déposés (matériaux probablement similaires à l'extérieur du cratère).



Nouvelles couches de sédiments :


Phase de lithification et d'érosion. La lithification est un phénomène qui détruit par compression les porosités entre les sédiments par compactage en combinaison avec un phénomène de cimentation :

Nouveaux matériaux déposés :

Pluieurs nouvelles couches de matériaux déposés. Cette fois, le cratère est même rempli au delà de la hauteur du pic central :


Les sédiments sont plus tard lithifiés, puis les matériaux sont érodés, Gale et Sharp prennent leur forme actuelle :



Source :
http://marsoweb.nas.nasa.gov/landingsites/msl2009/memoranda/sites_jul08/GaleCrater_Edgett_etal_Jun08.pdf


Share this post


Link to post
Share on other sites

Si si Tryphon ..

Au dessus des schémas, j'ai pris soin de mentionner cet extrait :

Certaines couches inférieures du Mont Sharp pourraient témoigner d’un lac dans le cratère Gale il y a très longtemps, ou de sédiments éoliens ensuite gorgés d’eau souterraine. Les orbiteurs ont cartographié des minéraux révélateurs de roches hydratées (*) dans ces couches.

(*)Argiles et sulfates

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bjorn Jonsson d'umsf a colorisé le panorama en noir et blanc (créé à partir des vignettes de résolution inférieure) en utilisant les données Navcam couleur et la luminosité des images Mastcam, et le résultat est à couper le souffle :

http://planetary.s3.amazonaws.com/assets/images/4-mars/msl/Curiosit y-color-navcam-from-mastcam-panorama.jpg


Source : http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/jason-davis/20120810-curiositys-high -res-navcam.html


Pendant les quatres prochains sols, le système informatique du rover sera mis à niveau avec l'installation d'un nouveau logiciel (déjà téléchargé dans ses fichiers) qui lui permettra d'évoluer sur la surface de Mars en évitant les obstacles et d'utiliser son bras robotique en particulier dans le processus de récolte d'échantillons.

Le rover intègre deux ordinateurs redondants aux capacités relativement limitées en stockage et traitement.. La version de logicielle embarquée comprenait des applications intégrant entre autres les phases de croisière et d'EDL. Maintenant que Curiosity est à poste sur la surface de Mars, la nouvelle version supprimera les applications inutiles..
Une première étape consistera à démarrer l'ordinateur principal puis secondaire dans la nouvelle version sans réellement l'installer, ce qui leur permettra de le tester..

Si tout va bien, au début de la semaine prochaine au sol 9, Curiosity devrait être fin prêt..


Source : http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/jason-davis/2012-08-10-curiosity- sol-4-edl-updates.html

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 11-08-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

De Vaufy : Au dessus des schémas, j'ai pris soin de mentionner cet extrait :

Certaines couches inférieures du Mont Sharp pourraient témoigner d’un lac dans le cratère Gale il y a très longtemps, ou de sédiments éoliens ensuite gorgés d’eau souterraine. Les orbiteurs ont cartographié des minéraux révélateurs de roches hydratées (*) dans ces couches.

Avant tout merci Vaufy de nous présenter ces documents riches en informations.

Je crois avoir quelques éclaircissements à apporter au sujet de l'influence de l'eau sur les couches stratigraphiques à la base de Aéolis Mons (Mont Sharp) et sur le plancher du crater. Après sa formation gale a été noyé par des flux d'eau qui provenait grossièrement du nord, région d'Aéolis Mensae. On peut probablement penser que cela s'est produit à plusieurs reprises sur une périodes relativement courte. Une des preuves les plus probantes de cela est le fait que la moitié nord du rempart est très netement mois haute qu'au sud comme érodée par les submersions qu'elle a subi. Aussi, on le voit très bien en rouge sur la carte géologique, les traces de multiples court d'eau subsistent et s'écoule du versant intérieur de la caldeira vers l'intérieur du cratère. L'empreinte d'un écoulement plus important, ou plus tardif, a généré un delta de dépot sédimentaire (zones entourées de violet et de bleu clair), lui même est marqué par des reliefs inversés (non visibles sur cette carte mais très bien observés sur les images de la HiRISE de MRO). Ceci prouve qu'alors que la majeure partie de l'eau de submersion n'était plus présente au fond de Gale, des cours d'eau ont encore existé un moment pour créer ses formations caractéristiques. La partie bleu clair, sud du delta, a été mise a nu par l'érosion éolienne et nous donnerait facilement accès à des trèsors géologiques...

Curiosity s'est posé tout près de la limite sud de ce delta. Quelque part, c'est un peu un problème car s'il est décidé de mette le cap immédiatemnt dans la directions des couches d'argiles à la base du Mont Sharp, qui sont sans doute la cible prioritaire de la mission, cela pourrait nous priver d'aller étudier la richesse géologique du delta. La cratérisation de ce secteur nous aurait permis d'acquérir des informations précieuses sur les anciennes périodes où l'eau façonnait la surface de Mars.

Pour en revenir au lointain passé hydrologique de cette région, selon ce scénario, la couche de phyllosilicates apparraissant à la base de Sharp pourrait être le résultat d'un transport des ces argiles par l'eau dans les premières phases décrites sur les schémas (voir dessin N°3) présentés dans le doc de Daniel. Ce n'est qu'une hypothèse parmi beaucoup d'autre...

Il y a encore plein de points d'interrogation dont un certain nombre ne manqueront pas d'être levés par notre nouvel explorateur martien, il faut le croire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Huitzy', c'est clair qu'il reste du travail..

Huitzy' > "Curiosity s'est posé tout près de la limite sud de ce delta. Quelque part, c'est un peu un problème car s'il est décidé de mette le cap immédiatemnt dans la directions des couches d'argiles à la base du Mont Sharp, qui sont sans doute la cible prioritaire de la mission, cela pourrait nous priver d'aller étudier la richesse géologique du delta"

Sauf revirement de dernière minute, il semble que la décision d'aller directement chercher les argiles au pied du Mont Sharp ait été prise depuis pas mal de temps.. Dès lors que l'ellipse d'atterrissage a pu être réduite, le choix d'une position encore plus proche de cet objectif parait confirmer cette option (au désespoir de certains géologues)...


PS > Bien qu'"Aéolis Mons" soit la dénomination choisie récemment par l'UAI pour le mont central de Gale, pendant ces missions je préfère utiliser "Sharp", cad l'appellation choisie antérieurement (et il est vrai unilatéralement ) par les "explorateurs".. Pour Spirit et Oppy, je ne sais pas si les collines Columbia ou le cratère Endeavour (entre autres) ont été renommé par l'UAI, mais dès lors que je relate une mission, je participe au schisme en m'alignant sur les appellations choisies par ceux qui la mènent.
Mais tout ça est assez secondaire..

Share this post


Link to post
Share on other sites
On voit bien les excavations laissées sur 270° par la grue du ciel et on voit bien bien que c'est très aride, limite désertique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
on voit bien bien que c'est très aride, limite désertique

Limite... un peu sans vie aussi ?
;-)
(ne tapez pas, je suis déjà sorti)

Share this post


Link to post
Share on other sites
"... on voit bien bien que c'est très aride, limite désertique."

C'est limite à s'demander si quelque chose peut y pousser... dans ce désert... aride ?? ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Juste une immixtion furtive et modeste dans le véritable travail de bénédictin que notre vénéré collégue phocéen est en train de mener relativement à cette mission (et dont le nom lui sied à merveille tant sa soif de savoir pourra à peine s'étancher au contact de l'eau martienne!!).


Comme une petite pause à vocation pédagogique,pour les béotiens comme moi qui,dans l'arridité des échanges d'experts en géologie,perdent un peu le fil,le sens premier de cette mission.

(extrait de "Ciel de hommes").

Bonsoir l'équipe, en quoi Curiosity nous apportera plus que les deux frangines sur Mars dont l'une toujours en vie. Pour deux milliard d'euros n'auriont nous pas mieux fait de l'envoyer sur Titan ou Europe ?


réponse du 08-08-2012, par Didier Jamet

Non, Mars est de loin notre meilleure chance de découvrir des traces de vie extraterrestre passée, voire présente, dans le système solaire. Titan et Europe sont à la fois très éloignées, et baignant dans des environnements incroyablement hostiles (froid extrême pour Titan qui ne permettrait pas à un rover de rouler (vous lubrifiez comment des roues, des engrenages et des moteurs à -180°C ?), ceintures de radiation de Jupiter pour Europe qui grilleraient très vite l'électronique, ce qui supposerait des blindages énormes, etc). Mars, on y est en 8 mois, et nous y avons actuellement un environnement à peine plus hostile que la Sibérie sur le plan thermique. Surtout, nous avons des indices à la fois morphologiques (traces de réseaux fluviaux, deltas, etc) et minéralogiques (argiles, divers minéraux se formant en présence d'eau liquide) indiquant une présence durable et abondante d'eau liquide dans la jeunesse de Mars. Sur Terre, dans des conditions très semblables, la vie est apparue, et toute la question est de savoir si, comme les exobiologistes le pensent, la vie apparaît dès que les conditions favorables sont réunies.

Pour le déterminer, les Américains ont mis le paquet et la charge utile scientifique de Curiosity est 10 fois plus massive que celle d'Opportunity et de Spirit. La gamme d'expérience qu'elle peut mener est donc beaucoup plus étendue et subtile. On n'est pas loin des expériences aux résultats si controversés des Viking dans les années 1970, mais avec des possibilités de lever cette fois toute ambiguité. Par exemple si on trouve des composés contenant du carbone, on pourra déterminer si c'est le fruit d'une activité biologique ou pas, car un même composé ne se décompose pas à la même température selon les processus qui ont mené à sa formation. la suite instrumentale SAM, grâce aussi à la réserve d'énergie illimitée du plutonium 238 embarqué, a la capacité de faire chauffer les échantillons à différentes températures, pour justement discriminer les processus de formation de ces composés. Pour schématiser, on pourra savoir si la calcite qu'on trouvera peut-être est le fruit d'une précipitation purement chimique, ou bien le fruit d'une biominéralisation par un coquillage ou des sortes de coraux (ça parait fou mais c'est vraiment ça l'idée en fait..). Bref nous allons vraiment vivre deux années passionnantes avec ce succès de l'atterrissage de Curiosity sur Mars.


@mitiés.

nb:véritablement une "Magnificent Desolation" ,Mars..................

[Ce message a été modifié par hamilton (Édité le 12-08-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
ceintures de radiation de Jupiter pour Europe qui grilleraient très vite l'électronique, ce qui supposerait des blindages énormes

C'est d'ailleurs pour cela que la mission Galileo a été un fiasco et que la mission JUNO aura le même destin. Pour les mêmes raisons, l'ESA a laissé tomber la mission JUICE !
Et la marmotte...

JUNO est copieusement blindée. Le blindage n'est pas un souci a priori.

quote:
Mars, on y est en 8 mois, et nous y avons actuellement un environnement à peine plus hostile que la Sibérie sur le plan thermique

Y'a des mammouths aussi ?

quote:
Par exemple si on trouve des composés contenant du carbone, on pourra déterminer si c'est le fruit d'une activité biologique ou pas

C'est bizarre j'ai des doutes sur la fiabilité !

quote:
grâce aussi à la réserve d'énergie illimitée du plutonium 238 embarqué

Hummmm !

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'énerves pas Tournesol ...

Pour les mammouths, va savoir , mais si la réserve d'énergie est relativement assurée dans le temps (Le rover dispose nominalement de 2,7 kWh/jour au lieu de 0,6 à 1 kWh/jour pour Oppy et Spirit dans les meilleures conditions d'ensoleillement), dans l'absolu les systèmes de Curiosity consomment plus que ce que le MMRTG peut fournir, de sorte qu'il existera plusieurs cycles de charge et décharge par jour pour les deux batteries rechargeables lithium/ion ayant chacune une capacité de 42 Ah. ..

Destination Mont Sharp..
Image couleur MASTCAM (avec balance des blancs) vers Sharp et le sud du site d'atterrissage. Les prochaines cibles géologiques sont là, en commençant par le terrain rocailleux s'étendant vers le champ de dunes sombres. Au-delà, se trouvent les buttes et mesas, et les couches de roche sédimentaire :

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 12-08-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les "fulls" images couleurs de la caméra Mastcam 34 (mm) sont arrivées hier. L'occasion pour moi de les prendre et de les assembler. Du gros gros travail d'assemblage, le panorama est devenu rapidement lourd, d'autant que les images individuelles sont plus larges que celles de la Pancam de MER. 1200 px contre 1024 px.


http://www.db-prods.net/marsroversimages/curiosity.html#sol3

Et d'autres images sont arrivées, je suis en train d'augmenter le pano, qui montre notamment les deux roues droite (avant et milieu) du rover.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah!!!
je savais qu'il y avais quelque chose de louche sur cette planète!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le panorama en couleur de la Mastcam 34 est peu à peu complété. Voir mon précédent post, je remplace l'image régulièrement. Actuellement, il ne manque plus qu'une image pour que le pano soit complet .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,
D'ici quelques Sols maintenant les premiers tours de roues pour des déplacements tests, puis premières analyses d'un caillou et du substrat rocheux dégagé par le souffle du skycrane avec utilisation, entre autres, de la ChemCam.

Glenelg sera, d'ici 4 ou 5 semaines la prémière grande étape de son périple dans le cratère Gale. Cet endroit se trouve à la jonction de trois types de terrains (La partie dans le coin supérieur droit de l'image, sensiblement plus claire, montrant le Sud-Est du grand delta ocuppant le centre de l'ellipse initiale d'atterrissage). Curiosity devrait stationner près d'un mois dans ce secteur pour l'explorer en détail....

http://www.nasa.gov/mission_pages/msl/multimedia/pia16065b.html


Maintenant, il n'y a plus d'ambiguïté, la route du rover ne sera pas obligatoirement celle la plus courte possible vers les argiles à la base du Mont Sharp. Sans parler naturellement des embûches et difficultés de franchissements qu'ils faudra prendre en compte pour définir une route sûre, les scientifiques ont des objectifs à atteindre qui neccessiteront à l'occasion quelques détours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this