Sign in to follow this  
comarnanda

des nouvelles des montures ASA ?

Recommended Posts

christian viladrich "Au fait, est-ce que vous avez pu la mettre en station rapidement cette DDM60 ?"
Non pas de MES, mais le ciel n'était pas de la partie. Pas de viseur polaire, mais un laser vert (en option) qui est dans l'axe et permet de pointer la polaire. Vu la très faible latitude de mouvement sur la DD60 (pas la 85 qui à des vis de réglage) il faut obligatoirement la mettre en station de nuit avec la polaire bien visible pour pointer le laser dessus.

christian viladrich "Tu exagère peut-être en disant que passer d'un 6 mm à un 40 mm fait décrocher le truc ;-)"
Non je n'exagère pas du tout, en soufflant sur le tube, tu fait bouger les curseurs d'analyse de vibration....

seb le p'tit belge "Si tu as des photos du site et de l'ambiance, juste pour avoir une idée de ce que j'ai manqué, je suis preneur"
J'ai aussi une Mach1 et la même idée de changement que toi!
Concernant les photos , je prépare tout ça et le poste rapidement.
En tout cas l'ambiance était super.

Aujourd'hui ASA paramètre en remote les montures existantes en l'absence de toute documentation technique sérieuse.
Le responsable de l'OHP m'à confirmé qu'il était en ligne avec ASA sur son téléphone, pendant qu'ils réglaient à distance tous les paramètres.

Je pense réellement qu'il s'agit du futur, mais que le acheteurs actuels vont essuyer les plâtres.
Je pense que dans 2 ou 3 ans, cette monture sera une vrai alternative aux montures d'aujourd'hui... pas aujourd'hui.

Mais bon ce n'est que mon avis, et j'attendais tant de cette nouvelle technologie que je suis forcément décu.

En tout cas je remercie Damien Elisei pour l'organisation et le temps qu'il à passé, et la patience qu'il à témoigné pour réaliser ces 2 journées forcément difficiles pour lui aussi.

Fred

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

si déjà ça s'arrête sur un changement d'oculaire, je ne vois pas bien comment on va pouvoir faire au moindre souffle de vent, même avec une config CCD figée...

A part ça, petite précision sur la rotation de champ : elle est indépendante de la focale puisque c'est un angle. Elle ne dépend que de la dimension du capteur (en mm ou en pixels, suivant comment on mesure la dérive en rotation). Autrement dit, à capteur égal et à erreur de mise en station égale, un instrument de 1m et un de 4m de focale auront exactement la même rotation de champ

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Thierry ;-)

Pour la rotation de champ, voici un petit calculateur en ligne bien utile:
http://celestialwonders.com/tools/rotationMaxErrorCalc.html

Ça permet de remettre quelques idées en place pour la précision nécessaire des viseurs polaires.
Prendre au hasard : 530 mm de focale (= la FSQ), distance étoile guide = 3.5° (c'est la distance entre le capteur de guidage de la STL11000 et le coin le plus éloigné du capteur principal) et 30 mn de pose (typique en Haplha).
=> 2 pixels de rotation de champ dans les coins pour une mise à station précise à 5'd'arc.

La tolérance augmente quand on s'éloigne du pôle, c'est déjà ça ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est-ce que un dérotateur de champ type PYXIS de chez OPTEC pourrait alors résoudre le problème (à condition que la correction soit programmée à partir du cerveau de la monture qui connait le modèle de pointage) ?

Stéphane

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Alors en petite conclusion, le revendeur, nous à confirmé que la monture était compatible autoguidage avec maxidDL pour régler ce problème.
Bon alors il est ou la fin de l'autoguidage ?????????"

c'était ma seconde "grosse" inquietude, peut on faire de l'autoguidage avec ces montures...
J'attends de voir l'état des étages de sorties commandant les moteurs quand on va leur envoyer de l'impulsionnel pendant 6h d'affilé... vu le courant qui passe dans ces trucs, ils ont intérêt à être béton Et encore si c'est l'étage de puissance qui lâche avant le moteur .

Ce qui me rassure quand même c'est que la démos confirme ce qui semblait presque évident.

Erick

Share this post


Link to post
Share on other sites

...intéressante cette petite monture.

J'avais déjà je crois exprimé quelques réservés sur les montures direct drives "sans frein". Dans le cas des ASA, cela répond certainement a une économie pour proposer quelques choses "d'abordable" aux amateurs (par rapport a une NTM d'Astelco par exemple)... idem pour le choix (couple max et donc prix) des moteurs pour ces petites montures ... il y a des contraintes d'utilisation (équilibrage) et des risque associés à ces choix d'économie : en cas de 'décrochage' des moteurs (choc sur la monture, rafale de vent etc ....), ces économies peuvent couter chères si on ne fait pas gaffe !
Je déconseille de toute façon ce type de monture pour des observations publiques (car il y aura toujours quelqu'un qui "s'accrochera a l'oculaire" .

Pour pouvoir profiter pleinement du potentiel (je parle de poses 'rondes' de dizaines de minutes a plusieurs mètres de focale) de ces montures il faut aussi :
-une mise en station soignée (quelques " d'arc), ou connaitre le défaut de MES avec cette précision et modifier les vitesses de suivi en alpha et delta en fonction de la position du télescope (dans ce dernier cas ca ne règlera pas le pb de la rotation de champs mais cela permet d'augmenter significativement la durée d'une pose élémentaire)
-un tube optique "rigide", qui maintient l'axe optique stable par rapport a la monture. Ici aussi, un système de suivi qui adapte les vitesses alpha et delta en fonction des flexions (élastiques) de tube optique données par le modèle de pointage est un atout et permet aussi d'augmenter la durée d'une pose élémentaire, ou 'relaxer' les spec au niveau du télescope.
Je ne pense pas que les montures ASA permettent de corriger les valeurs de guidage en alpha et delta en fonction de tels paramètres.

Stephane

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Etant cité et fortement impliqué, je me permet d'intervenir et de compléter le sujet. Je me présente brièvement, Damien Elisei - 28 ans, je m'occupe du site Internet de Galileo et je fais essentiellement de l'observation visuelle (Dobson)... difficilement entre 2 lampadaires Villeurbannais.

Bien qu'ayant toujours refusé d'intervenir sur le forum (Astrosurf et Webastro étant des lieux à mon sens de liberté de parole des utilisateurs et non des tribunes pour les fabricants ou revendeurs) je me permet d'apporter des précisions par rapport aux derniers messages. Des confrères interviennent régulièrement, sans que cela ne perturbe les échanges, et nous (Galileo) avons eu la nécessité de réagir sur un sujet il y a quelques mois.

J'aimerais indiquer au préalable avoir commis une erreur en ayant maintenu la programmation du stage au Centre d'Astronomie et la démonstration à Chinon alors que nous n'étions pas prêt (réception du mode d'emploi en anglais une semaine avant Chinon, et premier exemplaire de la DDM60 livrée la veille de mon départ). Pour ce genre d'innovation (comme d'autres) il faut un minimum de recul et d'expérience. Je me suis jeté à l'eau en pensant que j'arriverais aux résultats recherchés malgré le peu de temps dont je disposais avant ces 2 échéances. 2 nuits n'ont pas suffit, une de plus au moins, n'aurait pas été du luxe afin de valider entièrement la procédure de mise en station (pour le reste : paramétrage des moteurs, l'équilibrage assisté, les essais de jour ont été validé).

Je referais une démonstration à Mandelieu (Explor'Espace), à priori, je vais compléter mes tests dans les jours qui viennent et procéder à un chronométrage pour voir en combien de temps une mise en station satisfaisante est atteinte afin de répondre aux doutes exprimés. Voici cependant des réponses aux questions/remarques des posts précédents :

- Le laser vert est intégré sur la DDM60 et la DDM60 Pro mais en option sur la DDM85. Normal pour la DDM85 dans le sens que l'utilisateur en poste fixe n'en a aucune utilité (et n'a donc pas à le payer en standard). Pour le nomade c'est une option fortement conseillé qui permet rapidement de positionner la monture dans la bonne direction. C'est dans ce sens qu'il est inclus dans les DDM60. Le logiciel AutoSlew apporte plus de précision grâce au mapping, le laser vert offre une précision suffisante pour du visuel mais pas pour l'astrophoto.

- La présence du laser est complémentaire du nouveau système de réglage ALT/AZ présent sur la DDM60. Etant suffisamment précis il n'est pas handicapant d'utiliser ce nouveau système (qui dispose d'une "latitude" de réglage moins grande qu'un système classique cf : DDM85). Dommage que le temps sur Saint-Michel n'est pas permis aux participants de tester ce système. L'ayant utilisé la veille il est un peu surprenant au début mais n'est en rien un frein à l'utilisation de la monture. Si les 2 bases (montures/trépied) sont parallèles et les vis de serrage desserrées au maximum l'angle maximal est de 2.5° (donc +/- 2.5° dans chaque sens tant en altitude qu'en azimuth). Les 2 bases font 25 centimes de diamètre, il y a un pivot central où s'appuie la monture/base. L'espace entre les 2 bases est de 0.55cm (donc si je ne me trompe pas tangente alpha = 0.55/12.5 soit alpha=2.5°).

Le laser permet de positionner l'ensemble monture/trépied facilement (avant la pose des contrepoids et du tube pour que les pieds du trépied restent facilement déployables). En visant la Polaire avec le laser, les réglages ALT/AZ permettent de tomber sur le vrai Nord sans problème(décalage de 0.5° de la Polaire).

Malheureusement je suis le seul en France à l'avoir testé! Donc avant de considérer que ce système n'est pas bon (en théorie) j'invite les intéressés à le tester (en pratique). On a droit de le juger moins bon... mais après test, pas avant! C'est un système différent qui mérite un temps d'adaptation mais la monture est prévue pour l’utilisateur nomade, ASA ne sait pas tirer volontairement une balle dans le pied (sachant que le système de la DDM85 marche parfaitement).

- Pour l'arrêt des moteurs il y a bcp de peur alors que la réalité est tout autre. Je n'ai visiblement pas été convaincant, je tente une nouvelle fois. Tout d'abord il y a des vis de serrage sur les axes! Lorsque la monture est livrée elle n'est pas utilisable de suite, l'utilisateur doit dévisser une vis sur l'axe RA et une autre sur la DEC. Donc oui la monture peut être fixe! Si vous comptez changer tout un train CCD lourd (caméra, roue à filtres) vous pouvez couper le suivi sidéral (tout en conservant les moteurs allumés) puis vous serrez les vis, effectuez le changement (oculaire léger à la place d'une CCD), réalisez un nouvel équilibrage manuel juste après avoir desserré les vis. A aucun moment votre tube ne partira contre le trépied!

Pour faire décrocher les moteurs il faut une poussée qu'on ne rencontre pas habituellement (personne ne s'appuie d'habitude sur une barre de contrepoids!). Le vent ne suffit pas non plus à poser de problème. Si la monture est équilibrée (et elle l'est avec l'équilibrage assisté) en cas de décrochage elle s'arrête vite... à moins de vouloir le faire exprès.

Tout l'été le Centre d'Astronomie a utilisé la DDM85 à des fins pédagogiques avec 20-30 enfants autour de la monture sans aucun décrochage malgré des changements d'oculaires et le fait que des enfants touchaient au renvoi-coudé (Schmidt-Cassegrain). Donc non, la monture ne part pas en vrille au moindre souffle ou changement d'oculaire. Si le déséquilibre est trop important (retrait indiqué plus haut) alors il existe une procédure simple par le serrage des vis de sécurité. Bien que cette monture s'adresse aux astrophotographes, un observatoire public peut l'utiliser (à condition qu'un enfant ne s'agrippe pas dessus... mais ce ne fut pas le cas avec des centaines de personnes à Saint-Michel)

- Concernant une coupure de courant. ASA a déconné (faut le dire des fois) en annonçant un frein puis en ne le présentant pas sur les premiers modèles (raison économique, le prix de la monture aurait été dissuasif). Une solution simple existe cependant. L'achat d'un onduleur et d'une batterie de secours est en effet bien plus économique qu'un frein intégré. En cas de coupure, en plein pointage, la batterie prend le relais, la monture continue son trajet sans souci. Il est aussi possible de limiter la vitesse à moins 5° par seconde pour éviter tout problème (mais la probabilité que la coupure est lieue lors d’un pointage qui dure 30sec par rapport à des poses de 4h est ultra-faible). A cette vitesse, les frottements font que le tube ne risque rien (mais avec une batterie de secours il n'y a pas ce problème).

Je terminerais la dessus, à chacun de se faire son idée, nous ferons un maximum de démo, et probablement un autre stage pour éviter les malentendus. Les DDM sont particulières et nécessitent une utilisation spécifique qui implique de la part de l'utilisateur de faire attention à certains points (et d'apprendre ainsi d'autres procédures non classiques). Mais il n'y a rien de compliqué, dérangeant ou pénalisant pour l’observateur nomade… le but est de facilité la vie de l'utilisateur en supprimant l’autoguidage. Notre premier client suisse vient de sortir une pose de 10min à l'aide de la procédure AutoSlew avec des étoiles ne montrant pas de défaut de suivi (à la manière des premiers utilisateurs autrichiens ou allemands).

Il y a eu du retard à l'allumage (jamais en programmant le stage fin juillet et Chinon) nous n'aurions pensé recevoir le manuel quelques jours avant. J'aurais du mettre à jour notre site internet mais j'avais prévu de le faire seulement après notre visite en Autriche début octobre et le stage.

Maintenant si on parle business nous touchons une marge 2 fois moins importante sur ASA que sur Losmandy ou la Paramount... donc pour l'instant c'est par simple curiosité (ce n'est pas tous les jours qu'une telle innovation est présente sur les montures) que nous passons du temps et en pariant sur l’avenir. Mais il est bcp plus simple et rentable pour nous de vendre d'autres marques actuellement.

Désolé pour l'intervention j'espère qu'elle ne sera pas jugée déplacée.

Bons cieux à tous,

Damien ELISEI


[Ce message a été modifié par Elisei Damien (Édité le 29-10-2009).]

[Ce message a été modifié par Elisei Damien (Édité le 02-11-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir, suite à mes remarques "agressives", Damien Elisei, m'a proposé de venir à la maison pour refaire une manip complète.
Christian Viladrich nous à rejoint vers 21h30, et nous avons pu commencer, malgré la présence d'un brouillard gênant, qui c'est quand même levé vers 1H du matin.

"Sur la ddm60, pas de réglage en azimut, ou alors quelques degrés en agissant sur les 4 vis sur le plateau. mais alors plus d'horizontalité de la table, et la, big problème ! La monture n'ayant pas de freins, mais alors pas du tout, il faut un équilibrage ultra, ultra..... ultra précis."

Bon je n'avais pas tout compris, mais l'horizontalité n'est pas un problème avec ce type de monture. Nous l'avons validé en pointant le laser sur la polaire, table non horizontale, et avons tourné le tube dans tous les sens.
Le laser ne bouge pas d'un electron et vise la polaire.
L'équilibrage demande bien une bonne précision, mais une fois les moteurs en prise, plus de problèmes, ont peut en effet enlever la caméra mettre un oculaire plus léger, plus rien ne bouge. J'avais pas tout compris au stage !

"Bon mis à part que sur 5h d'essais la DDM60 n'a jamais voulu démarrer, tout vas très bien."

La, plus de bug, la DDM60 à fonctionné dès la mise en route. en fait un problème de batterie était la cause du dysfonctionnement à l'OHP.
ici, tout à démarré normalement, et la monture réagit de manière très rapide, mais tout en douceur, sans aucun a coups. Très impressionnant.

PRISM gère de manière impeccable la monture, et nous avons pu tester le mode de MES en visant 6 étoiles.
Après la prise de vue, le logiciel intégré donne la correction à faire sur les 4 vis de réglage pour finaliser la MES.

La météo et la fatigue nous ont fait arrêter à 3h du matin.

Je tenais à publier cette rectification, car cette monture le mérite bien.
C'est simplement une nouvelle génération qu'il faudra prendre en main.

En conclusion:
Points forts:
- Qualité de fabrication
- Précision et rapidité des mouvements
- Plus d'autoguidage
- Compatible avec les logiciels standards (TheSky, Prism) en fait tout -
logiciel gérant l'ASCOM
Points faibles:
- Documentation (en train de se régler)
- Connectique (Au prix de la monture, la livrer avec un câble et des -
"sucres" pour la brancher à une batterie, çà fait un peu chip.

En tout cas un grand merci à Damien Elisei, qui à poussé le "risque" à venir à domicile refaire une démo et me prouver que j'avais tord.
A+
Fred

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous avez mis quel poids sur la monture (quel instrument par exemple avec quels accéssoires)? Elle supporte combien raisonnablement?

amicalement rolf

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah voilà un correctif qui est le bien venu. Merci pour nous faire partager cette session de rattrapage

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon bhé il va falloir qu'on se déplace pour aller voir ça de prêt, la tester et publier

Erick

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle est en expo à Cuers ? Je passerai bien la voir pendant les fêtes...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

J'aurais 2 petites questions, en particulier à Damien Elisei :

- Exit l'autoguidage avec la DDM60. Excellente nouvelle
Mais pourra-t-on faire du dithering avec cette monture ?

- Je l'avais vue aux RCE montée sur une embase de Losmandy G11.
La DDM60 peut-elle être installée également sur une embase de G11 ?

Merci et bon dimanche,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis l'organisateur des Journées Techniques de Chinon qui a lourdement insisté auprès de Galileo pour ramener la monture DDM60. Je souhaiterai apporter quelques précisions car devant remplacer ma monture, j’ai essayé de passer un peu de temps dessus.

Transport :
La monture est transportable, bien qu'il n'y est pas de prise en main qui facilite le transport. Mais ceci est un détail. Est elle vraiment faite pour être transporter ? Il ne faut pas oublier que cette monture n'a pas de raquette de commande et qu'elle nécessite obligatoirement un ordinateur. De plus, avec une erreur périodique nul, cette monture est destinée à faire de l'imagerie et n'a pas trop intérêt pour le visuel. Donc il vous faudra une bonne batterie car il faudra alimenter la monture, l'ordi et la CCD.
La mise en station ne doit pas poser plus de problème qu'une autre monture tout est une question d'habitude

Equilibrage, moteur :
C'est le gros point faible. Oublié l'équilibrage approximatif, il faut qu'il soit parfait. Ceci oblige pour un newton d'avoir l'axe du porte oculaire parallèle à l'axe de la déclinaison (dessus du tube) donc oublié les observations visuelles, au risque de vous petez les cervicales. Oublié aussi la multiplication des tubes dessus ou le changement rapide entre 2 tubes, (exemple C8, Newton, Lunette solaire,….)
Pour en avoir discuter avec un fabricant de moteur, le couple de la DDM60 ne doit pas excéder 10Nm soit environ 1Kg à 1 mètre. C’est peu. Il est conseillé d'avoir un couple de 20-30Nm pour ce type de monture. Les "moteurs couples" peuvent atteindre des couples phénoménaux (1 million Nm). C'est le même genre de moteur qui alimente les plus grands observatoires du monde comme le VLT, mis à part la taille ce n'est pas un problème de conception. Le hic est l'alimentation. Le rendement de ce type moteur a très très faible vitesse, est compris entre 15 et 20% donc si vous avez un couple de 25Nm, il vous faut une alimentation de 150W soit plus 12,5A sous 12V ! C'est pour cela qu'il est nécessaire de faire un équilibrage parfait car vous diminuerez la consommation.
Vous me direz qu'en cas de vent fort, le moteur risque de décrocher, mais qui observe avec une météo pareille ? A moins d'habiter dans le couloir du mistral

Frein :
C’est un faux problème. Moi aussi je m'en faisais toute une histoire. Mais après avoir vu l'équilibrage parfait et vu les essais, le risque de taper le tube en cas de coupure est nul (autant joué au loto) ou alors à une très faible vitesse. Vous avez plus de risque de casser votre instrument en le nettoyant. Quant à avoir une coupure d'électricité au moment d'un pointage, je dis alors jouez à l'Euro Million ! Il existe des moyens palliatifs pour les anxieux, en ayant des batteries tampons ou encore un onduleur (vous avez plus de risque d'avoir une panne onduleur qu'une coupure de courant)

Fiabilité :
Je n'ai aucune inquiétude pour les moteurs. Un moteur bien conçu peut tourner 24h/24h pendant 20 ans. Donc avec le peu d'utilisation que l'on en fait vous allez vous en lasser avant. Généralement ce sont les pics de courants et la température de fonctionnement qui détériorent les moteurs. Ce type de moteurs peut travailler à 130°C et ceux de la DDM60 ne chauffent pas. Donc pas de risque.
Là où je suis plus inquiet c'est les codeurs. Imaginez un grain de poussière qui tombe sur la piste... qui ont des traits espacés de 20µm. De plus le réglage de ces codeurs est fait au micron prés, donc gare aux chutes. J'espère qu'ils les ont montés en salle blanche et que la monture est étanche aux poussières. Certains constructeurs proposent des blocs de surpressions afin d’éviter l'entrée de poussière, c'est pas pour faire de la trompette.

Conclusion :
Je n'ai pas pu faire ES = Erreur de Suivi (On ne parle plus de EP) et tout l'intérêt de ce type de monture est là. Mais vu la régulation il ne devrait pas y avoir de problème. Le faible couple la réserve à une utilisation très limitée (CCD) et avec de préférence le même tube. Préférez la DDM85 qui à mon avis est plus coupleuse mais bien plus chère et intransportable aussi. Je partage aussi l'avis de certains sur l'exclusivité du logiciel par ASA qui peut poser à l’avenir des problèmes.
Quant à l’avenir de ces montures j’y crois dur comme fer comme Cyril. Marre des EP qui varient dans le temps ! Le coût de la mécanique est incompressible, mais on peut encore faire des économies sur des moteurs couples avec des constructions dédiées qu’à ce type d’utilisation (Rotor avec aimant collé et non fretté)

Je tiens aussi à rassurer Damien Elisei. Dans ce monde de plus en plus déshumanisé, ou les commerciaux sont prêts à vous vendre des confettis en sortie de cimetière, ça fait plaisir de voir un vendeur se mouiller la chemise. (Ont ils revu les livres de cours des commerciaux ?). Si tu ne vends pas de DDM, tu auras eu des contacts chaleureux et tu n'as à mon avis pas perdu ton temps.

PS: Ce message est en hommage à notre ami Marc MICHEL, astronome/photographe depuis de nombreuses années qui est parti trop tôt ce matin du 03 novembre 2009 et qui n'a pu voir la DDM60 qu'il attendait avec impatience à Chinon. Les soirées astro et les RCE vont être bien tristes sans toi ! Adieu l'ami...

Gérald Rousseau www.astrochinon.fr


Share this post


Link to post
Share on other sites

Bé alors ?
A pu person pour répondre à mes questions ?
Amicalement,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello,

"La mise en station ne doit pas poser plus de problème qu'une autre monture tout est une question d'habitude"

bha un peut quand même si l'on veut faire des poses à longues focale sans guidage c'est un peu plus que faire un Bigourdan de 10 min ou un de centrer une étoile dans un viseur polaire tout va dépendre de la qualité du soft d'aide à la mise en station. C'est quand même ce qui fait que cette monture sera utilisable ou pas en itinérant.

"Le rendement de ce type moteur à très très faible vitesse, est compris entre 15 et 20% donc si vous avez un couple de 25Nm, il vous faut une alimentation de 150W soit plus 12,5A sous 12V ! C'est pour cela qu'il est nécessaire de faire un équilibrage parfait car vous diminuerez la consommation."


Géralde, tu as une idée de la consommation de la monture? Avec une batterie de 180 Ah un peu fatiguée (camion) on tiens en gros deux longues nuits avec une CCD, un PC et une monture classique.

" Généralement ce sont les pics de courants et la température de fonctionnement qui détériorent les moteurs. Ce type de moteurs peut travailler à 130°C et ceux de la DDM60 ne chauffent pas. Donc pas de risque."

Justement, penses tu que l'on peut faire de l'autoguidage sans risque pour les moteurs?

Eb tout cas Bravo à Damien Elisei pour la prise de risque et sa volonté de nous faire partager son expérience a chaud avec cette monture qu'il n'avait jamais eu entre les mains.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, ben j'vais les reposer alors :

Pourra-t-on faire du dithering avec cette monture ?

La DDM60 peut-elle être installée également sur une embase de G11 ?

Merci,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

AG, pourquoi veux tu faire du dithering avec ce type de monture ?

Sauf erreur de ma part j'ai compris que le dithering est une dégradation de l'image (= trame) provoquée par une flexion en guidage paralléle (= alignement des "trous" et des "bosses" du bruit au moment du prétraitement).

Pourquoi veux tu qu'il y ait flexion en absence d'autoguidage ?


Christian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

le dithering, c'est l'action de décaler le champ à chaque image pour qui les defauts pixelliens ne soient pas toujours au même endroit. Tu peux le faire avec n'importe quelle monture. Entre chaque pose, soit tu decales, soit tu fait un goto quelques arcsec à coté.

A+
Vincent

[Ce message a été modifié par Vincent STEINMETZ (Édité le 12-11-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Christian, je ne suis pas certain que cette trame soit systématiquement dûe à un défaut d'autoguidage.
Et il est évident que le dithering améliore considérablement les images prises à l'APN et dans une moindre mesure celles prises à la CCD (du moins en ce qui me concerne avec mon 350D et ma SXV)
D'ailleurs, c'est pourquoi je l'utilise systématiquement.

Vincent, je suis bien d'accord avec toi, mais il me serait tellement agréable que cette fonction soit automatique entre 2 images
Comme le font les logiciels de prise de vue que j'utilise aujourd'hui.
C'est un peu dommage d'investir une telle somme dans cette superbe monture pour se taper les décalages à la main à chaque photo non ?

Enfin, wait and see
Amicalement,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

la fonction est informatique, quand la pose est fini, le logiciel coupe le guidage, lance le decalage et reprend le quidage, donc c'est deja automatique, mais c'est au niveau des programmes qu'il faut voir pas de la monture ( ou j'ai rien compris ! )

A+
Vincent

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça permet de virer aussi une grosse partie des pixels chauds par le stacking median ou Sigma clipping. Enfin ce que les darks peuvent laisser...
Et sur les APNs, ça arrange les soucis de trames.
Maxim sait gérer le dithering sans passer par le guidage, donc ça doit être bon avec cette monture.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour le temps nécessaire à la mise en station, et la précision atteinte, c'est difficile à dire car on n'a pas pu aller jusqu'au bout (buée + batteries à plat).
Ce que l'on peut dire, c'est que le logiciel est bien fait.

D'après ce que j'ai pu voir sur le liste ASA, il faut tabler sur un modèle de pointage de 5 à 10 étoiles pour atteindre la précision suffisante sur l'axe polaire.
Ça dépend bien sûr de l'amplitude des flexions éventuelles du tube. Mais avec ce genre de monture ... on va supposer que le tube a une bonne mécanique ..

Si l'on suppose qu'il faut une mn pour pointer, et surtout recentrer chaque étoile, ça donne 10 mn pour faire ce premier modèle de pointage (ça dépend du temps de lecture de la CCD).

Ensuite, le logiciel donne l'erreur de position sur l'axe polaire et pointe sur une étoile qu'il faut recentrer en jouant sur l'orientation de l'axe polaire. C'est très rapide, ça prend 1 à 2 mn.

Donc au total : 10 à 12 mn. Avec un peu d'entrainement ça parait jouable.

Ensuite, il faut faire un 2e modèle de pointage (10 à 15 étoiles ?), c'est celui qui va servir à corriger le résidu et permettra au soft de calculer les offsets de vitesse à appliquer en AR et DEC pour suivre pile-poil (la réfraction est aussi prise en compte), mais la rotation de champ est bien sûr fixée par la précision atteinte à l'issue de la 1er manip.

Dans une prochaine version du soft, ce 2e modèle de pointage sera réalisé automatiquement par le soft (ce sera alors le temps de lecture de la camera qui prendra le plus de temps dans l'établissement de ce 2e modèle de pointage).

Mon sentiment, mais je n'ai pas pu tester jusqu'au bout, c'est que le facteur limitatif, c'est la précision mécanique du tube optique, mais pas la monture.

Le soft corrige des défauts de perpendicularité, flexions, bref tout ce qui est reproductible... du moment qu'il y a assez d'étoiles dans le modèle de pointage.

En tout cas, un grand merci à Damien pour m'avoir donné l'opportunité de voir cette monture de plus près :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si si Vincent, tu as bien tout compris
Et si moi aussi j'ai bien tout compris, cette monture est pilotée par un logiciel fourni à installer sur son petit PC perso
Or, pour faire du dithering, il faut que le logiciel qui pilote la monture gère également les prises de vues. Ou à l'inverse, que le logiciel de prises de vues gère aussi les décalages de la monture.
Sinon, je ne vois pas comment synchroniser les deux !
C'était le sens de ma question.
Ou alors j'ai pas tout compris
Bonne journée,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this