christian viladrich

Member
  • Content count

    11351
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    15
  • Last Connexion

    Soon available - 42413

christian viladrich last won the day on June 14 2023

christian viladrich had the most liked content!

Community Reputation

7672 Excellent

About christian viladrich

  • Rank
    Hyperactive member
  1. Seeing - meteoblue

    A signaler sur Meteoblue, la section "bulles de convection" destinée aux planeurs. Je me suis toujours demandé si cela pouvait présenter un intérêt pour nous. Mais je n'ai jamais essayé vu que le truc est payant :
  2. Seeing - meteoblue

    Je rebondi la dessus parceque ça existe au niveau amateur et ce n'est pas très difficile à mettre en place (j'en profite, je viens enfin de migrer l'un de mon site web) Déjà pour démêler les termes liés à la turbulence : https://www.btregon-astro.org/home/comprendre-la-turbulence/ Pour ce qui est des mesures, j'avais fait avec un copain des estimations sur site avec un DIMM modifié pour avoir simultanément l'indice de scintillation, le r0 et le temps de cohérence. https://www.btregon-astro.org/seeing-metre-amateur-mesurant-r0-temps-de-coherence-et-isoplanetisme-blismm/ Pour le temps de cohérence, j'ai un papier en route avec un pro pour valider l'analyse, mais pour la partie DIMM (pour ceux qui ne connaissent pas c'est un masque devant le télescope, avec deux trous dont l'un possède un prisme à angle faible. L'analyse du mouvement différentiel des deux spot au foyer permet de déduire les seeing courte pose, donc le r0 Ca existe en version commerciale (https://www.alcor-system.com/new/SeeingMon/DIMM_masks.html) mais c'est pas très compliqué de se le faire soi même. Pickering, c'est bien, mais c'est fortement dépendant du diamètre de l'instrument (plus la pupille est grande, et plus on aura de tavelures à r0 donné). La cotation en pickering est moins objective qu'une mesure quantitative. Super que tu passes par là Bernard A la réflexion, il y aurait un truc très simple à faire pour avoir une estimation quantitative du seeing, ce serait d'inclure dans les logiciels comme Firecapture ou SharCap, un module de mesure du jitter de l'étoile Polaire. Une fois que l'on a le jitter, on a l'estimation du seeing (mais bien évidemment, c'est loin de la précision d'un DIMM). Comme maintenant, on a des capteurs CMOS de plus en plus gros, et des petites lunettes de bonne qualité, ce n'est pas très difficile de pointer son télescope sur la Polaire pendant quelques minutes pour voir ce que cela donne. Faut juste retrouver la formule qui va bien. Faut que j'en parle à Torsten
  3. Seeing - meteoblue

    Voici ce que l'on sait du modèle de Meteoblue (source = Planetary Astronomy ): Comme tu peux le voir la nébulosité n'entre pas en compte. Ce n'est donc pas un bug, mais une limite de modélisation. Après pour le lien entre nébulosité faible et seeing, de mon côté - mais en solaire uniquement - j'ai pu observer une amélioration très significative du seeing lors du passage du nuages de poussières venant des incendies du Canada l'an dernier. Pas simple ces choses-là...
  4. Seeing - meteoblue

    Je t'accorde volontiers qu'utiliser un mot anglais quand on a l'équivalent sous la main en français n'est pas de bon aloi - scintillation n'est pas vraiment équivalent, car on peut avoir de bonnes images avec de la scintillation, et de très mauvaises sans scintillation, - turbulence : c'est sûr que c'est le terme "historique" classiquement utilisé. Pour autant, "turbulence" renvoie plutôt aux mouvements des masses d'air, comme quand on parle de profil de turbulence ici : - le seeing, c'est plutôt le résultat de la "turbulence" intégrée sur les différentes couches "turbulentes" depuis le miroir jusqu'à l'espace. Bon, tout ça c'est juste du pinaillage et affaire de définition.
  5. Solaire Débutant

    OK, c'est un Newton Skywatcher de 130 mm ouvert à f/5 : https://www.astroshop.de/fr/telescopes/telescope-skywatcher-n-130-650-explorer-130pds-ota/p,25455 C'est bien cela ? Tu aurais plutôt intérêt à commencer à faire du solaire avec ta lunette de 61 mm. Il y a déjà des choses à faire vu que tu as déjà un filtre Astrosolar ND5. Il te faudrait juste une Barlow pour augmenter la focale. Et comme tu as une roue à filtres, récupère le filtre vert pour le monter devant l'ASI290.
  6. Groupe AR 3624

    Pas grand chose à se mettre sous la dent en ce moment Juste un truc, un tache, c'est un ombre avec une pénombre. Quand il y a juste une ombre, c'est un pore. Les pores sont numérotés (ARxxxx) quand au moins deux observateurs (pro) les ont confirmé. J'imagine qu'il doit y a voir des trous dans la raquette quand les pores sont tout petits comme dans l'image initiale.
  7. Solaire Débutant

    Salut Kaelig, C'est quoi un 130PDS ? Sinon, pour la turbulence, le truc est simple : elle diminue quand on passe d'un filtre bleu, à un filtre vert, et ensuite à un filtre rouge (voire IR). Il y a aura donc moins de turbu avec un filtre rouge qu'avec un filtre vert (Baader continuum). D'un autre côté, le contraste des images quand on passe du filtre rouge à un vert, ou du vert à un bleu. Du coup, on a deux phénomènes qui marchent dans deux sens opposés
  8. Seeing - meteoblue

    Vouloir c'est une chose, pouvoir en est une autre Comme je l'ai déjà dit, prévoir la valeur du seeing est extrêmement difficile à faire. Il faudrait pour cela des données météo très fines. Dit autrement, il n'y a pas pour le moment de modèle capable de le faire sur une échelle géographique relativement grande. J'avais lu un papier il y a quelques temps sur la mise au point d'un modèle de prévision pour le site du VLT. Je ne sais pas s'ils ont finalement abouti à quelque chose. Déjà en amateur, un des sujets serait la mesure quantitative du seeing. En effet, c'est une chose très différente de dire "les images sont bonnes ou mauvaises" ou de dire le r0 est égal à 15 cm. Il y a très peu d'amateurs équipés avec des monitors de seeing nocturne. D'autre part, le seeing varie très rapidement sur des échelles de temps très courtes. Voici par exemple l'évolution de seeing mesuré sur une nuit à St Véran : Il est assez évident que ce n'est pas demain la veille que l'on aura un modèle capable de prévoir ce genre de chose En plaine, les évolutions sont beaucoup plus lentes. Pour la petite histoire, au lancement du module de prévision de seeing de Meteoblue, il y a eu une campagne de "mesures" pour essayer de voir si ça collait ou pas. Mais vu que personne n'avait de monitor de seeing à l'époque, on ne risquait pas d'aller très loin. Pour le seeing diurne, la mesure plus facile, il y a des "scintillation solar monitors" qui ne marchent pas trop mal, même s'ils ont leur limite comme tout appareil de mesure. PS : une petite précision, en français on utilise le même terme "seeing" comme en anglais. On n'utilise pas le terme "vision".
  9. La plus grosse caméra astro 3.2 Milliards de pixels

    3.5° de champ et un "capteur" de 61 cm. Les pixels font de 10 micron. Chaque capteur CCD fait 21 Mpx. Et les filtres 75 cm de diamètre. Impressionnant tout ça
  10. comete Pons Brooks par dan Bartlett, l'APOD du jour

    Magnifique !
  11. Seeing - meteoblue

    Il est très difficiles de prévoir le seeing. il n'y a malheureusement pas de recette magique. Les prévisions de meteoblue ne sont pas vraiment fiables. Le jet stream est un indicateur intéressant. Pour ma part, l'autre info que je retiens de meteoblue est surtout la hauteur de la couche turbulente (car j'observe en montagne). Être au-dessus ou en-dessous peut faire la différence. Certains utilisent Skyppy (basé sur la vitesse du vent au sol) : https://www.skippysky.com.au/Europe/
  12. Puisqu'il fait mauvais, partagez vos plus beaux Clavius !

    Salut à tous, Bonne idée William, avec cette météo désespérante, ça permet de revoir de belles images. J'y vais d'un Clavius pris au RC 500 de St Véran avec filtre rouge le 28 octobre 2021. Les conditions étaient bonnes sans être extraordinaires vu que je n'avais pas pu utiliser le filtre vert. Bien évidemment, la comparaison de toutes ces images est rendu difficile du fait des différences de libration et de lunaison. Mais cette région est toujours très belle à voir
  13. Spot-diagram et imagerie

    Le calcul est simple 2 arsec avec une focale de 600 mm, cela fait une tache de 5.8 micron de diamètre sur la caméra. Si tu compares à la taille des pixels de la caméra cela fait un rapport de 1.5x environ. Et tu peux comparer bien sûr à la taille des spots (prendre deux fois la valeur des rayons en rms, donc 4.8x2, 8.8x2, etc.). Une autre façon d'arriver à la même conclusion que Danielo Faut voir aussi que les spot ne sont pas vraiment top dans le bleu. Mais ce n'est pas le même prix d'une Taka FSQ. On ne peut pas tout avoir ... Voici ce que donne le test de la ZWO 80/600 : http://astrosurf.com/viladrich/astro/tests/optique/full-frame/ZWO-FF80-600mm/ZWO-FF-80-600mm.html On peut comparer avec les spots théoriques que l'on trouve sur leur site (ou celui d'ASKAR vu que le design est le même). En résumé, ça fait le job. Le champ est relativement homogène. Et c'est nettement en dessous de la FSQ, et le prix aussi d'ailleurs .
  14. Aux possesseurs d une monture AP 900

    Bonne nouvelle que tu aies pu trouver la solution ! La diode est jaune s'il y a un problème : tension pas assez haute, moteur bloqué, etc. Elle est rouge quand tout va bien.
  15. Soleil du 29 mars

    Salut Yves, J'ai l'impression qu'elle ne fait pas bon ménage avec la Lunt 50. J'ai eu une Powermate 2.5x il y a très longtemps. Les images avec ma petite Fluo 55 mm f/8 était vraiment mauvaises. Le champ couvert ici est celui de la ST10 (14x10 mm), soit sensiblement la taille de l'iMX533. Le même champ avec la Clavé 2x : A mon avis, tu devrais de débarrasser de cette Powermate2.5x, c'est la plus mauvaise des Powermate. N'importe quelle Barlow classique 2x de 100 mm à 150 mm de focale fera mieux. Demande par exemple à Siebert. Une autre option serait de prendre une TZ-2 de chez Baader, mais c'est plus cher et je n'ai aucune idée si tu auras suffisamment de backfocus pour faire la mise au point sur la Lunt.