Sign in to follow this  
fred5620

Combien de temps ca vous a pris pour sortir des photos "potables"?

Recommended Posts

Bonjour,

Je pense que tout est dans le titre.
Je fais de l'astro depuis l'année passée. J'ai commencé par du visuel et depuis mars je me suis offert une Atik 314L. Je sais que l'astronomie est une école de patience (je l'ai déjà testé à plusieurs reprises...), mais j'aimerai savoir quel a été votre cheminement et ce que vous savez déjà faire maintenant. Parallèlement, si vous avez des projets d'avenir (ce que vous voudriez ou aimeriez faire en astro), ca serait sympa de partager ici.
Cordialement,

FCl

[Ce message a été modifié par fred5620 (Édité le 30-10-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

1an et demi après mes débuts d'astro, cad il y a 6 mois :-). J'utilise un reflex.

Jm

Share this post


Link to post
Share on other sites
bonjour,
c'est quoi potable ?? Plus j'avance, plus je suis exigeant, sur la map, le cadrage, le rapport s/b, le suivi... On n'en finit jamais, l'astrophoto, c'est une plaie (humour...)

Les premières que j'ai faites, 6 mois après avoir eu le matos, me satisfaisaient, quand je les regarde maintenant, je ne vois que le vignettage et le surtraitement informatique. C'est ça qu'est cool, la marge de progression reste importante 3-4 ans plus tard...

E.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"c'est une plaie"

Je dirais plutôt un sacerdoce, pour tout maitriser si on veut tirer le jus de ce que les conditions météo et matérielles veulent nous donner ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'en suis à 20 ans, et j'ai encore une bonne marge de progression
Amicalement,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
oulà, t'es un peu pressé toi, une CCD dès la 1° année d'astro...je sais bien que chacun a son parcours, mais bon çà implique un tas de trucs difficiles à maitriser (guidage, traitements etc...), tu devrais y aller plus cool
et comme le disent les copains, faut être patient, pour ma part toujours en progression après 6 ans d'astrophoto et bcp plus d'astro tout court (en comptant les années d'observation aux jumelles!) ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nous, on a tout de suite été très bon... ...


J'rigole ... .....mais avec le matos actuel, un peu de discipline et de recherche d'info...on peut évoluer très vite à mon avis....tant d'infos sont disponibles par internet....

Faut soigner les basiques....
-MES et réglage divers du matériel
-collimation vérifiée
-MAP soignée
-prétraitement rigoureux
-traitement simple

Après, l'expérience et les astuces etc....

Exemple en planétaire avec du matos modeste ( newton 200/1000 SW sur HEQ5) après 1 an ... http://astrosurf.com/sandragilles/1.7Saturne/saturne2004.htm

En CP avec une webcam longue pose....
http://astrosurf.com/sandragilles/1.11Galaxie/NGC4565_toucam.htm

Mais celà reste une école de patience.....
Gilles


[Ce message a été modifié par Sandra et Gilles (Édité le 31-10-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
La courbe d'apprentissage est très rapide au début pour avoir des résultats montrables et décents. Je dirai 3/4 mois.
Ensuite l'on s'aperçoit du chemin qu'il reste à faire. C'est comme souvent, les derniers % sont de très très loin les plus durs et les plus chers

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ca fait 10 ans que je fais de l'astro, 7 ans que je fais de la photo et 2 ans que je sors des images à peu près regardables... heureusement que je suis patient!

Share this post


Link to post
Share on other sites
ça dépend du prix que tu mets dans ton matos, plus c'est cher plus ça va vire

enfin c'est ce qui se dit par ici...

Erick

Share this post


Link to post
Share on other sites
Déjà ne pas se poser la question. Etre patient, pointilleux, persévérant et posséder aussi minimum de matos parfois très couteux. A+.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je me suis aussi acheté une Atik 314L, utilisée 3X, puis j'ai acheté une DMK31, en revisant ma copie, commençons par le palnétaire, surtout avec un Mewlon 210 ...
Sinon, une de mes premières photos de Jupiter reste ma meilleure, les conditions de turbulences, et la hauteur dans le ciel sont 2 paramètres tellement importants, jai de la chance à mes débuts, aujourd'hui j'en suis à ma deuxième année, le pire est lorsqu'on fait pas mieux qu'au début. Patience?
Marcus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ma toute première en ciel profond fut ma meilleure (publication dans une revue astro comme cérise sur le gateau); je venais de commencer l'aventure astro en 1998. Faite avec un TSC 225 sur EM 200 et en argentique Kodak. 20 mn de pose unique sur M 42. Je n'ai jamais égalé cette prise.
Comme quoi cela peut commencer très fort pour décliner par la suite ... .

amicalement rolf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Perso, environ 2 mois, en étant très pointilleux !.
Nota : Ma première photo CCD était très regardable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut,

Après 2 ans en planétaire, je dirais que je commence à bien maitriser mon matériel. En CP, j'ai renoncé pour l'instant car pas assez patient ni pour l'acquisition, ni pour le traitement.

Cricri

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour Fred,


Je souscris à ce qui a été dit plus haut : ce qu'il y a de bien en astrophoto c'est qu'on n'a jamais fini de découvrir et d'apprendre.

Pour répondre plus directement à la question

En 2004 mes débuts en numérique avec un 300D prêté par un copain et mon 135mm sur une monture Perl des années 70 bricolée pour avoir une motorisation en AD. Aucun traitement, c'était à mes yeux une photo extraordinaire.

En 2005 j'étais passé au numérique (pour la photo classique) avec un 20D sur une monture Sphinx au foyer d'un Intes M603 (acheté d'occas). Je découvre les problèmes de suivi et la turbulence. Premières utilisations d'IRIS et premières manipulations dans Photoshop. A l'époque j'étais super content du résultat.

Trois ans plus tard et plein de journées passées à imaginer des set-up souvent improbables, de nuits faire des prises en se prenant la tête pour ma MES, se bagarrant avec l'autoguidage et la MAP qui foutent le camp, des après midi entières à traiter des images avec divers soft, et des moments de découragement à jeter à la poubelle les résultats.

Avec une meilleure monture a poste fixe (mais un plus mauvais ciel), une bonne lunette, un autoguidage qui marche et un peu plus de savoir faire dans les traitements d'image.

Ce passe temps s'est beaucoup développé ces dernières années, le positif c'est qu'on trouve maintenant plein de matériels adaptés et d'informations sur le net, le négatif c'est qu'on est confronté à de très belles images qui font certes rêver mais qui sont de nature à décourager quand on les compares à ce qu'on fait soi même.
Au final je constate que le niveau moyen des images monte bien plus vite que les progrès que je peux faire.

Heureusement j'ai constaté qu'imaginer les montages, régler le matos et faire les prises m'intéresse finalement plus que la photo finale, alors mon truc maintenant, c'est essayer de faire des choses simplement "potables" avec du matos plus basique.

La même mais avec une optique de base, une espèce de retour aux sources .

Au final un passe temps passionnant, assez chronophage et qui peut vite devenir onéreux.
Et encore l'envie d'essayer plein de choses.

[Ce message a été modifié par astrild (Édité le 31-10-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Doublon

[Ce message a été modifié par astrild (Édité le 31-10-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai commencé l'imagerie avec une ST6 sur un Arcane 205 mm, utilisé dans le jardin de la maison familiale.

La première soirée, je n'ai même pas réussi à faire de mise au point correcte. J'avais fait l'erreur de tout monter de nuit, au lieu de commencer par des essais de jour. La deuxième soirée, je me suis arrêté parce que je n'arrivais pas à pointer. J'ai passé une bonne heure à m'entraîner au pointage précis avec le chercheur. J'ai trouvé l'astuce : orienter le chercheur pour avoir le réticule orienté selon l'ascension droite et la déclinaison. Du coup, mes premières "vraies" images, c'était à la troisième soirée.

Comme l'a dit un intervenant plus haut, au début on progresse vite. En une dizaine de soirées (donc quelques mois), j'ai pu réaliser des images de 10 minutes de poses grâce à un guidage en parallèle avec ma vieille lunette 60/700 (à l'époque on guidait encore à l'oeil). Les images ne valent pas grand chose par rapport à aujourd'hui, mais ça commençait à devenir intéressant.

À la fin de ma première année d'imagerie, j'ai eu la chance de pouvoir accompagner trois membres de mon club astro en mission au T60 du Pic du Midi, et la ST6 a donné des images que je trouve convenable. On peut certainement faire beaucoup mieux avec ce matériel (notamment en posant plus longtemps), mais la base y était : flats correctes, mise au point correct, darks correctes... Bref, des images potables.

À partir de l'année suivante, tout s'est compliqué parce que j'ai voulu devenir "nomade". Je dirais qu'en 6 ans d'imagerie "en nomade", je n'ai jamais réussi à refaire des images comme la première année.

- La mise au point ? La molette du Mewlon, puis du C8, ou la crémaillère du Perl-Vixen n'ont rien de la précision du cabestan de l'Arcane. Désormais, la mise au point est devenu un souci que je n'ai jamais réussi à résoudre.

- L'alimentation de l'ordinateur ? Il a fallu acheter un transformateur spécial, une batterie de voiture, et puis changer d'ordinateur quand le premier a rendu l'âme une nuit de givre...

- Les flats ? C'est le pire. Je n'ai jamais réussi à faire de flats correctes à la campagne. Avec l'Arcane, j'utilisais le capuchon semi-transparent du télescope. Au Pic, la coupole. En rase campagne, je sais pas...

Surtout : l'imagerie en rase campagne est tellement contraignante (vu tout le barda qu'on se coltine) que j'en faisais de moins en moins souvent. Donc je ne progressais pas.

Plus le temps passe, moins il y a de chances que j'en refasse. Je suis plus attiré par la vidéo, notamment parce qu'il n'est pas nécessaire d'emmener un ordinateur et parce que ce n'est pas la construction d'une image qui m'intéresse, mais l'observation de l'objet.

Share this post


Link to post
Share on other sites
D'accord avec tout ce que tu dis. Je rajouterai pour moi une bonne part de flemme qui m'empêche de me lancer dans du ciel profond photographique - C'est devenu tellement contraignant ... .
Ce refus de s'y mettre m'a d'ailleurs permis de retrouver le plaisir de visuel.

amicalement rolf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir,

J'ai mis 30 ans pour l'argentique (développement compris !!!), devenu débutant avec l'avénement du numérique depuis 10 ans, je suis en cours de perfectionnement !!!
Patience, tout viens à point pour ceux qui persiste .....

Share this post


Link to post
Share on other sites
passons sur le passé et les années 1970 où l'on faisait des poses sur film TriX guidées à l'oeil avec un équatorial en bois dont l'axe était un manche à balai, (plan de P. Bourge, vu en vrai lors du "congrès" Astronam de Triel/Seine en 1973 avec un nommé Laurent Koechlin alors gamin surdoué...)
je me suis contenté de ce systeme pdt longtemps car je n'avais pas d'argent à investir là-dedans.
maintenant que je suis retraité, bien que j'ai moins d'argent maintenant qu'en fin d'activité, je peux dépenser davantage pour mon loisir préféré car plus d'enfants à nourrir ni à aider...

et donc depuis 2003 je me suis remis à vouloir faire de l'imagerie astro avec les nouveaux moyens bon marché, webcam et newton chinois.
me suis bien fait attraper à l'hameçon... bon marché, bon marché...
qd on met la main dans l'engrenage, soit on la retire tout de suite soit le bras y passe et tout le reste.
j'en suis au bras, la tête est bien prise aussi.

améliorer le matos, changer de matos, choisir ce qui nous interesse entre planetaire, solaire, CP, finalement je me suis décidé pour le CP, et meme dans ce cas il y a à choisir entre champ large ou petits objets, APN ou CCD...
avec le recul je vois le cheminement que j'aurais dû suivre logiquement si j'avais été logique dans ma démarche, les errements font avancer c'est ce qui console.

pour répondre à la question primordiale de ce post, je commence maintenant fin 2009 à obtenir des images que je trouve potables à mes yeux.
disons que ça m'a pris 5 ou 6 ans.
combien d'euros ? beaucoup plus que ce que j'aurais imaginé au début.
je ne voulais pas d'abri astro, j'ai fini par m'en faire un.
j'estime que maintenant je suis équipé enfin pour pouvoir faire ce que je voulais comme images, et je n'irais pas plus loin dans les investissements.
quoique... peut-être une petite ccd en vue pour compléter l'APN ?

l'aventure continue...
cordialement.
jluc

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this