AstroSurf
  Astronomie Pratique
  Structures sandwich & composites pour instruments astronomiques (Page 1)


Profil | S'enregistrer | Options | FAQ | Rechercher


Post New Topic  Post A Reply
Ce sujet possède 14 pages:   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  Prochain sujet | Sujet précédent
Auteur Sujet:   Structures sandwich & composites pour instruments astronomiques
JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 rire généreux Envoyé 29-11-2009 18:20     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Structures sandwich et composites pour instruments astronomiques

Bonjour à tous,

Je souhaitais depuis longtemps écrire ce post afin de faire partager mes réflexions sur l’utilisation des matériaux sandwichs et composites dans la construction d’instruments astronomique à vocation photographique ou visuelle nomade. C’est bien sûr en toute modestie que je mets ceci en ligne, et vous invite à me contredire et donner vos opinions afin d’ouvrir un débat constructif sur ce sujet passionnant.

L’utilisation des composites, et des sandwiches en particulier, n’est pas nouvelle dans le domaine de l’astronomie d’amateur, et on ne peut pas citer l’histoire de cette technique sans nommer Jacques Civetta , qui a été sinon le premier, en tout cas un précurseur dans l’utilisation particulièrement habile de ces matériaux. Son site est d’ailleurs bourré d’astuce plus particulièrement dans l’utilisation de sandwich mousse. D’autres après lui ont su tirer le meilleur parti des caractéristiques particulières de ce composite, on peut citer récemment Serge Vieillard par exemple et son incroyable T400-c poids plume (monolithique et sandwich balsa).

Etant moi-même possesseur depuis peu d’un bon diamètre en visuel, j’ai eu aussi, comme beaucoup, envie de me lancer dans la construction d’un astrographe.

Pourquoi faire léger ?

La première question qui m’est alors apparue a été de déterminer le cahier des charges du matériau à utiliser. J’ai ainsi noté :

- Rigidité spécifique importante (que d’autres traduiront par « masse faible », « spécifique » signifiant que l’on rapporte les propriétés mécaniques à la densité du matériau) ceci prenant en compte le fait que les sollicitations mécaniques de nos lunettes et télescopes sont surtout hors plan, c'est-à-dire que ceux-ci travaillent préférentiellement en flexion plutôt qu’en traction ou compression pure.
- Faible dilatation thermique (afin de garantir une faible différence de longueur engendrée par la dilatation thermique et d’ainsi obtenir une bonne tenue de la mise au point)
- Possible intégration de fonction (c'est-à-dire nombre de pièces limités, assemblages les moins nombreux possibles)
- Formes complexes d’un seul tenant possible
- Facilité de mise en œuvre
- Prix abordable (évidemment c’est très subjectif et dépend des moyens et envie de chacun…)

Le premier de ces points traduit la volonté d’obtenir un ensemble mécanique le plus léger possible. Par ensemble mécanique, on entend la totalité de la structure primaire, soit tous les organes essentiels à la réalisation des fonctions principales. On intègre donc bien sûr la structure porteuse (tube ou autre), mais également potentiellement les autres organes tels le barillet, l’ensemble du secondaire dans le cas où il est présent, et éventuellement le porte oculaire.

Pour les photographes
La raison principale derrière la volonté d’avoir la masse finale la plus faible possible est que pour une masse d’instrument donnée, il correspond une monture équatoriale donnée, déterminée par sa charge optimale. Si l’on parvient à bâtir un ensemble mécanique léger, on peut parvenir à faire correspondre une gamme de monture normalement réservée à la gamme d’instrument de diamètre inférieur. Les avantages sont alors un plus faible coût, et une facilité de déplacement accrue pour une astronomie nomade.
Pour s’en convaincre, jetons un œil sur le coût des montures en fonction de leur charge donnée pour « nominale », soit le coût du Kg transporté. Cela reste bien sûr relatif à ce que chaque constructeur se donne comme marge de « sécurité », et il est clair que certains sont plus prudents que d’autres. J’ai taché de donner les prix pour des équipements similaires (électronique minimum pour astrophoto, pas de trépied) mais il est parfois difficile de partager entre plusieurs options.

A une masse de télescope donnée, il existe une monture adaptée. Ce graphe montre clairement ce que nous savons tous, la masse d’une monture est liée à sa charge utile. Encore une fois les marges des constructeur ou leurs appréciations ne sont pas les mêmes.

Notion de taux d’échange : si l’on veut aller un peu plus loin, on peut s’amuser à diviser le prix de la monture par la charge utile, donc ce qu’est censé être capable de supporter la monture en astrophoto. Nous avons alors accès au coût du Kg supporté par une monture donné. Ayant accès à plusieurs types de montures de différentes charges utiles, nous pouvons estimer une notion connue dans le domaine des transports : le taux d’échange.
Il s’agit de savoir combien coûte un Kg gagné. Dans le domaine ferroviaire ou automobile, ce taux varie de 10 à 100 €/Kg, sur un avion commercial par exemple, ce taux peut varier de 200€/Kg à 1000€/Kg, et cela peut monter très haut dans les applications spatiales (plusieurs dizaines de milliers d’Euros le Kg gagné).

Nous pouvons ainsi évaluer combien nous « rapporterait » de gagner un Kg sur notre tube, c'est-à-dire combien nous couterait au Kg de tube le passage à la catégorie de monture supérieure si nous n’allégions pas notre tube.
On peut ainsi estimer le taux d’échange en astrophotographie entre 200 et 300€/Kg.

Le graphe suivant ne nous donne pas le coût du Kg gagné, mais le coût du Kg transporté, cela pourra nous aider à voir où trouver le meilleur compromis en terme de prix par rapport à la charge embarquée désirée.

Bien sûr nous savons tous que le choix d’une monture ne s’arrête pas à ces seules considérations (précision, qualité viseur polaire, transportablité, tension d’alimentation, SAV, équipements périphériques, etc.), mais cela donne selon moi de bonnes indications.

Pour les observateurs voyageurs
La nécessité d’alléger la structure est aussi imposée par l’astronome amateur désireux d’aller emmener son engin avec lui lors de voyages en avion. Aux contraintes de volume s’ajoutent dans ce cas celle de la masse. C’est tout naturellement que le bricoleur va s’orienter vers ces solutions, car elles sont susceptibles d’offrir une masse finale imbattable sans compromission sur la rigidité de l’ensemble.

Un des meilleurs exemples est le magnifique T400 de Serge Vieillard

Matériaux

Depuis l’antiquité l’homme utilise différent matériaux pour différentes applications. Voici un résumé très succin des matériaux les plus courants au regards de leur performance en termes de densité, résistance en traction et module en traction.

On s’aperçoit que les composites peuvent offrir les avantages cumulés d’une faible masse, d’une grande résistance et d’une grande rigidité

Le Web regorge d’exemple en tous genres de matériaux utilisé pour la confection de composites et sandwich utilisés de diverses façons. On peut citer, sans être exhaustif, par ordre croissant de performance et donc de coût :

Fibres : Verre, Aramide, Carbone (Haute Tenacité, Module Intermédiaire), …
Résines : Famille Polyester, Epoxy Cuisson Température ambiante (Bas Tg), Epoxy cuisson Haute température (Haut Tg), …
Ames : Mousses (PS, PVC, PET, Acrylique, PU, Phenolique…), Nid d’abeille Thermoplastique (Polypropylène …), Balsa, Nid d’abeilles Nomex (Aramide/résine phénolique), Nid d’abeille Aluminium, …

On distingue les matériaux composites monolithiques des matériaux sandwich. Les premiers sont simplement constitués de fibres (verre, carbone, autre) et de résine (Thermodure par exemple Epoxy ou Thermoplastique par exemple Polyester), alors que les seconds se caractérisent par deux peaux réalisées en matériau composite composées également de fibres et de résine, et d’une âme (balsa, mousse, nid d’abeille…) caractérisée en ce que son épaisseur est plusieurs ordres de grandeurs plus importantes que les peaux. Cette épaisseur n’engendre que peu de masse supplémentaire, mais apporte des propriétés hors plan considérables.

Voici une idée des capacités d’un matériau sandwich en comparaison avec son homologue monolithique.

Très synthétiquement, l’avantage du sandwich sur le composite monolithique est un gain de masse sur des pièces qui travaillant essentiellement hors de leur plan.
Par exemple, une poutre sandwich encastrée soumise à un effort vertical du haut vers le bas à son extrémité verra sa peau supérieure travailler en traction (sollicitant principalement la fibre de ces plis) alors que sa peau inférieure travaillera en compression (sollicitant majoritairement la résine de ces plis). La même poutre monolithique de même masse totale aura un comportement bien plus médiocre. L’épaisseur a joué son rôle (l’inertie peut se calculer pour s’en convaincre), et on met ici en évidence l’inutilité relative de la « fibre neutre » (celle du centre des plis monolithique) dans cette sollicitation.

On montre ainsi par exemple qu’un tube monolithique d’épaisseur par exemple 5mm tiendra certainement les charges et déplacements demandés par son utilisateur, mais qu’un tube de même épaisseur en sandwich aura le même comportement mais de masse bien inférieure.

Voici une idée des performances des différentes fibres en stratifié (alors que l’on trouve souvent des valeurs de fibres nues sans résine).

A noter un coefficient de dilatation faible voire nul du carbone, très intéressant pour les photographes afin d’éviter un changement de mise au point pendant les variations de température de la nuit.

Tissus et autre renforts

Je pense qu’il n’est pas inutile de faire un petit rappel sur ce que l’on peut trouver en terme de renforts pour composite. J’ai vu plusieurs fois sur ce forum et celui d’en face des questions sur ce sujet.
Pour faire simple, les matériaux de base sont des fils, eux-mêmes constitués de filaments. Ces fils sont ensuite mis en œuvre pour former les renforts. Ceux-ci se classent en plusieurs catégories, les plus courantes étant les tissus, les tresses, les multiaxiaux.
Les tissus sont faits sur métier à tisser, et on peut les reconnaitre à ce qu’ils ont une chaine et une trame, soit deux directions de fils. Ces tissus se différencient par
- leur masse au m²
- leur armure, c'est-à-dire la façon dont ces fils sont entrecroisés
- le type de fil utilisé

Ces trois facteurs influencent les caractéristiques mécaniques du composite final, mais aussi la façon dont ceux-ci vont se comporter, c'est-à-dire leur facilité à être manipulé, placé en différentes formes (appelé drapabilité).
Pour nous autres amateurs bricoleurs, c’est surtout le coût qui va guider notre choix. Si j’ai un conseil à donner, c’est de réfléchir à la masse totale des plis à stratifier, c'est-à-dire quelle épaisseur on veut. On reviendra plus loin sur les ordres de grandeurs qui me semblent bon d’avoir en tête. A titre d’exemple et à la grosse louche, compter 0,1mm pour 100g/m² de renfort en carbone.

Une fois cette épaisseur donc masse surfacique totale de tissu déterminée, il suffit de choisir le tissu le moins cher pour atteindre cette masse totale. Si vous devez draper des surfaces compliquées, ne dépassez pas 200g/m², car le tissu pourra être plus difficile à déformer et à maintenir en place. Si vous n’avez que des surfaces planes ou simples, prenez le grammage le moins cher au Kg/m². Cela peut être deux plis de 200g/m², ou un seul de 400g/m². Attention, pour les puristes, je pourrai revenir sur ce point, c’est vraiment un énorme raccourci, mais cela peut aider les plus débutants à se lancer.

En résumé, ne tenez pas compte des arguments de certains vendeurs sur « c’est du 3K et c’est mieux que du 6K », ou bien « c’est un sergé avec des meilleurs propriétés dans le plan qu’un taffetas etc. ». Même lorsqu’il y a (quelques fois) un fond de vrai dans ce genre d’arguments, nous sommes à des parsecs de devoir en tenir compte dans la construction de nos engins. Les propriétés des fibres seront de loin prépondérantes dans le résultat final, en tout cas tant que le bricoleur n’est pas entré dans d’autres considérations telles que simulations numériques de déformation de structure, d’optimisation des masse et de procédé de mise en œuvre.

Voici l’ordre dans lequel un même tissu sera plus facile à difficile à déformer, mais sera aussi plus facile à manipuler (fils du bord qui se détachent, difficulté à maintenir le « droit fil »…) :
- satin 5 (plus déformable)
- sergé
- taffetas ou toile (plus stable)

Vous allez aussi trouver des renforts appelé Unidirectionnels (UD). Ceux-ci peuvent aussi également être tissés (mais aussi cousu ou tricoté), mais seule une direction (la chaine) est en fibre de renfort. La trame (le fil à 90° dans la largeur) n’a pour fonction que de maintenir les fils de renforts en place, et n’ont pas pour vocation à renforcer la structure. Ces renforts sont très utiles, et permettent d’exploiter au mieux les propriétés des composites en tenant compte la non isotropie possible du composite.

Matériaux d’âme

Je ne connais que très peu l’utilisation de mousse, mais on trouve assez facilement des pages web qui décrivent leur utilisation (voir pages web déjà citée de J .Civetta).

A noter en ce qui concerne les nids d’abeille, qu’il existe une version spéciale pour forme courbe. En effet, un nid d’abeille à cellule hexagonale se plie en déformation anticlastique, c'est-à-dire en selle de cheval. En d’autres termes, vous ne pourrez jamais faire un tube avec un nida à cellule hexagonale. Pour cela, il vous faudra opter pour des cellules rectangulaires ou en forme de vagues. La photo ci-dessous vous montre les cellules hexagonales (bas) et des cellules rectangulaires (haut) aptes à être déformées facilement.

Le Balsa est également très intéressant pour nous les amateurs. Voici un dessin qui montre la structure en alvéoles de ce bois aux remarquables propriétés.

En résumé, un sandwich doit être conçu pour satisfaire aux critères structuraux de base suivants :
- les peaux doivent être assez épaisses pour supporter les contraintes de traction et de compression
- l'âme doit être assez résistante pour supporter les contraintes de cisaillement
- l'âme doit être assez épaisse et avoir un module de cisaillement suffisant pour prévenir un flambage généralisé
- l'âme doit avoir assez de résistance à la compression pour empêcher l'écrasement du panneau sous charge normale

Inserts

Il existe plusieurs types d ‘inserts. Ces pièces mises dans le sandwich permettent d’assurer différentes fonctions telles que des assemblages vissés. Il existe des inserts en thermoplastiques mais nous préférerons les inserts métalliques plus faciles à trouver ou même à se faire soi même. Quelques exemples :

Les pièces ci-dessus ont l’immense avantage de se trouver en grande surface ou magasin spécialisé de bricolage. La résistance à l’arrachage de ces inserts est fonction de leur forme, diamètre, etc, mais peut être assez grande si ces pièces sont utilisées à bon escient.
Par exemple, et ceci est vrai spécialement pour les sandwichs avec âme en mousse, il est préférable d’insérer ces pièces dans des « blocs » à intégrer dans l’épaisseur du sandwich, afin que les efforts sur l’insert soit repris sur une âme plus résistante à l’arrachement, et sollicite les peaux sur une surface importante. Ces « blocs » pourront être par exemple en bois (pin, balsa, voir photo). L’insert pourra être collé, le bloc étant lui aussi collé à l’âme.
Un insert ne doit pas être mis tel quel dans l’âme surtout lorsque celle-ci à un module de cisaillement hors plan faible (cas des mousses).
Il est aussi possible d’insérer une pièce avec un épaulement important sous une peau et faire traverser une partie plus fine de l’autre coté de l’âme. Cette méthode est possible mais ne doit être utilisé que lorsque l’on connaît le sens de l’effort. Celui-ci devra évidemment s’appliquer de telle façon à solliciter l’épaulement en compression sur la peau. Dans le cas de forces tantôt en compression sur une peau, tantôt sur l’autre, il existe des pièces ressemblant à des « vis de reliure » (à chercher sur les moteurs de recherche).

Le must, pour les plus courageux, reste bien-sûr de se faire ses inserts en Alu sur mesure en fonction de l’épaisseur de son âme et de ses peaux, et de l’anodiser si utilisation de carbone (voir corrosion galvanique ci-dessous).

Corrosion galvanique des métaux par le carbone

L’association particulière du carbone avec des pièces métalliques peut engendrer un phénomène de corrosion galvanique. Celui-ci se traduit par la détérioration de la pièce métallique (poudre blanche) et est d’autant plus marqué que les deux éléments sont éloignés l’un de l’autre sur l’échelle galvanique. L’aluminium est ainsi particulièrement connu pour se détériorer au contact du carbone. A noter que la présence d’eau, qui plus est salée, accélère nettement le phénomène.
La solution la plus simple consiste alors à isoler le métal en contact avec le carbone. Cela peut se faire en intercalant un pli de tissu de verre entre les deux matériaux lorsque c’est possible, ou en traitant le métal par anodisation. Ces solutions ne sont à envisager que lorsque le métal rencontre réellement le carbone (perçage, inserts sur renforts secs avant imprégnation…), pas lorsqu’il est simplement en contact avec une surface carbone/epoxy (présence de résine isolante en surface).

Ce post traite notamment de la chose. Le graphique de l’échelle galvanique que j’avais mis à l‘époque a disparu du post, mais en voici un autre.

Structure

Aux critères matériaux s’ajouteront ceux de la structure à proprement parlée. Les plus fous ou les plus patients (dont je suis) pourront, afin de faire durer le plaisir ajouter un critère de compacité dans la conception de leur structure afin d’augmenter la transportabilité (et la complexité !). Il faudra néanmoins faire attention à ne pas grever la contrainte masse et tenue/répétabilité des réglages notamment de collimation dans le temps.

Nous n’aborderons pas ici le cas de l’allègement d’un autre organe principal, et pas des moindre, quelques fois même le plus lourd de tous les éléments, le(s) miroir(s) dans le cas de réflecteurs. L’avenir nous dira si on y reviendra dans quelques années…

L’utilisation des composites en général a souffert et souffre toujours d’un mimétisme avec les métaux. Beaucoup de structures, même parmi les plus complexes et récentes, ne sont que des copies fibre/matrices à peine déguisée de constructions métalliques. On appelle ça le « Black Metal ».
Toute la difficulté pour l’amateur désireux de sauter le pas dans le monde des composites est de s’affranchir de cette route toute tracée.
Quoi de plus naturel en effet que de dupliquer une conception métallique existante avec un matériau offrant par simple remplacement un gain de masse conséquent ?

Ayant cela en tête, l’astronome constructeur amateur intrépide pourra profiter pleinement d’une des armes maitresses du composite : l’intégration de fonctions. Cette notion est en fait plus innée qu’il n’y parait. On a tous en nous les principes d’assemblage vis/écrou, rivets, clous, etc. En réalité, le composite permet si on s’en donne les moyens (pas seulement financier, mais de motivation personnelle et de patience aussi) de s’affranchir de tout ceci et de concevoir une structure « toute intégrée » comme un enfant non pollué par les conceptions d’adultes pourraient le dessiner.
Pour l’exemple, je ne peux que me référer encore une fois aux superbes réalisations de Jacques Civetta, qui démontrent clairement ce principe.

Il n’a suffit que d’une seule pièce sans assemblage pour assurer plusieurs fonctions : support barillet, support secondaire et support PO.

Un autre bon exemple est un ce tube, intégrant un méplat sur lequel sera fixée la monture. Il sera ainsi inutile de rajouter des anneaux qui ne feraient qu’augmenter la masse embarquée.

C’est ce genre d’avantage des composite qui permet à une structure d’être allégée au maximum, car évitant les assemblages couteux en temps et en « surmasse ».
Un moyen intermédiaire possible est le collage définitif, qui s’avère pour être honnête quelques fois plus pratique pour de multiples raisons. J’entends par là la réalisation de plusieurs sous-ensembles et d’un assemblage par collage des éléments distincts.

Une particularité des matériaux composites - Isotropie

Les métaux si l’on généralise, ont des propriétés sensiblement équivalentes dans toutes les directions, on dit qu’ils sont isotropes. Lorsque ces matériaux sont utilisés dans des pièces de structures, le concepteur ne profite des propriétés de son matériau que dans certaines directions sans profiter de l’isotropie de son matériau en tout point de sa pièce.
Les matériaux composites tirent leurs propriétés de l’association d’un renfort et d’une résine. Si l’on peut considérer que ce second ingrédient a bien des propriétés égales en toutes directions, ce n’est pas du tout le cas des renforts. Ils sont pour la plupart plan, et leurs propriétés sont liées aux orientations des fils qui les composent.
Un des avantages des composites est ainsi de pouvoir profiter de ces orientations pour concevoir la pièce en conséquence. Ce peut être un avantage, mais aussi un inconvénient, les propriétés « en épaisseur » pouvant être difficilement importantes. La conception des structures devra donc idéalement tenir compte de cette non isotropie, en adaptant les drapages des renforts ainsi que leur nombre à la charge ou au déplacement maximal souhaitée.
Dans nos cas, on peut par exemple renforcer des parties chargées dans une direction par un ou plusieurs plis de renforts unidirectionels sans ajouter de masse inutile en prenant un tissu équilibré, dans lequel les fibres à 90° de la sollicitation principale n’auraient pas été du tout sollicité.

Ceci est bien sûr vrai dans le cas des composites monolithiques ou sandwich.

Les règles de base d’une conception optimisée (« best practice »)

Cette partie est faite pour les concepteurs désireux de partir sur de bonnes bases ou d’optimiser leur design. Suivre ces quelques règles peut permettre d’éviter certain problèmes. Toutes ne sont pas complètement indispensables, mais toutes sont fondées. Je pourrai, pour ceux qui le veulent, donner les raisons de chacune de ces lignes

Ayant également le paragraphe ci-dessus en mémoire, on peut très succinctement donner les règles suivantes:

- Essayer d’avoir une structure symétrique, c'est-à-dire un empilement qui utilise des plis de même orientation de part et d’autre du centre de la pièce
- Utiliser une grande fraction de plis à +/-45° sur les zones soumises à cisaillement (torsion…)
- Utiliser une grande fraction de plis à 0° sur les zones soumises à chargement dans cette direction (se comprend bien intuitivement)
- Utiliser le drapage 0/90 - +/-45° (un tissu à 0° et le suivant à 45°) dans les zones « classiques » soumises à des sollicitations nécessitant un matériau quasi-isotrope
- Minimiser les concentrations de contraintes en renforçant les zones fragiles (cela peut se savoir plus ou moins intuitivement ou en utilisant un logiciel de simulation numérique)

Que pouvons-nous faire, nous les amateurs ?

On s’aperçoit que bons nombres des caractéristiques du cahier des charges énoncé au début ont des points communs avec d’autres domaines que l’astronomie instrumentale, comme certains secteurs industriels, le sport de compétition, ou l’aéronautique. Les matériaux en questions (composite et sandwich) sont ainsi utilisés dans ces domaines depuis parfois plusieurs dizaines d’années.

C’est donc tout naturellement que dernièrement des sociétés tels qu’ ASA http://www.astrosysteme.at/eng/hot.html en Europe, ou Dreamscopes http://www.dreamscopes.com aux Etats-Unis ont commencé à proposer des instruments à base de composite et de sandwich utilisant des techniques déjà éprouvées dans ces domaines hors astro.

Face à ces sociétés offrant du matériel haut de gamme à des prix souvent dissuasifs, que peut-on, nous les amateurs, espérer développer de nos mains ?

Le but de ce post n’est pas de faire une liste exhaustive des matériaux disponibles sur le marché, ou de décrire toutes les possibilités de mise en œuvre. Il est évident que le prix des matériaux et des périphériques nécessaires à la réalisation des pièces va grandement influencer le choix du bricoleur.

En fonction de ce critère de coût, il conviendra à chacun de savoir où il veut mettre la barre en termes de performance, et voir ce qu’il a à gagner à faire soi-même son réflecteur. Les motivations peuvent être uniquement financières, mais sont à mon avis aussi voire quelque fois surtout de l’ordre de la passion et de la satisfaction du « fait maison ».

En pratique, ceux qui comme moi se lanceront vont peut-être s’apercevoir que l’on atteint vite une limite financière également, car qui dit intégration dit complexité des moules et outillages à mettre en œuvre. C’est là que l’amateur devra se creuser la tête pour faire baisser les coûts de ce qui n’est au final pas sur la structure…

Des exemples réalisés ces derniers temps, en attendant la suite…

Afin d’illustrer tout ceci, et en préparation à la réalisation de mon Astrographe, j’ai réalisé quelques éléments simples de démonstrateurs qui ont servi à valider les principes de mise en œuvre de certains de ces matériaux J’ai ainsi pu me rendre compte des difficultés et des écueils qu’il me faudra éviter lors du passage à la construction proprement dite.

Les matériaux alors en ma possession (chutes) étaient des tissus de carbone de 300g/m² équilibrés (c'est-à-dire 150g/m2 dans une direction 0° et autant à 90°), de la résine polymérisable à l’ambiante et du nid d’abeille Nomex de 8mm d’épaisseur.

Voici la liste du matériel et des périphériques nécessaires à la réalisation des démonstrateurs ci-dessous. Les prix sont disponibles sur les liens des fournisseurs donnés plus bas.

- Pompe à vide ou pompe de frigo trafiquée
- Connecteur vide
- Tuyau pour le vide
- Pinceaux
- Rouleaux débulleurs (ou « ébulleurs » selon les régions)
- Mastic
- Scotch
- Plaque de verre ou tout autre matériau non poreux
- Bâche à vide
- Film ETFE ou cire de démoulage
- Tissu d’arrachage (« peel-ply », non indispensable, mais peut-être utile)
- Ciseaux
- Cutter plat et circulaires
- Papier essuie-tout
- Blouse
- Gants étanches
- Solvants pour nettoyage
- Balance de cuisine (à ne pas remettre dans le placard au dessus de l’évier après usage…)
- Vernis et autre ustensiles pour aspect de surface (mais quand on en est là on est content…)
- Moule ou tôles pliées en tout genre, c’est là que ça devient drôle…
- …

J’ai évolué en plusieurs étapes, et je suis loin d’avoir fini, il faut dire que je me suis un peu compliqué volontairement la vie avec la contrainte de compacité, mais ça m’amuse…
Il est d’ailleurs possible que j’enlève cette contrainte si je vois que cela me complique trop la tache.
Etant donné que je n’en verrai probablement pas le bout avant plusieurs mois/années, je vous livrerai les étapes au fur et à mesure de mes avancées. Voilà où j’en suis aujourd’hui.

Validation 1 : Plaque plane simple

Validation 2 : Simple courbure (Equerre simple)

Validation 3 : Simple courbure : Tube D300mmxL400mm

Validation 4 : inserts (indispensables à priori au moins pour l’attache du tube à la platine de la monture dans le cas d’instruments pour la photo, mais cela peut servir à différents autres endroits, y compris pour les Dobson de voyage utilisés en visuel)

Validation 5 : Coin de malle, toujours en nida, mais une version monolithique plus fine mais un peu plus lourde sera peut-être utilisée au final. Première pièce effectuée sans mise sous vide, avec fabrication d’un moule contre moule. Photo comme d'habitude sortie d'atelier, sans aucune finition ou ponçage.

Exemple de mode opératoire pour réaliser une plaque simple avec la méthode d’imprégnation manuelle

1) Découper vos deux morceaux de tissus (un par face du sandwich) à la taille finale désirée augmentée d’environ 5cm
2) Découper votre nida (ou mousse) à la taille voulue augmentée d’environ 5cm
3) Préparer votre mélange Résine + Durcisseur dans un pot lisse
4) Disposer un film ETFE ou de la cire de démoulage sur une plaque en aluminium ou une vitre assez épaisse, de telle sorte à ce que la zone protégée dépasse largement de la zone qui verra la résine
5) Déposer le premier pli de renfort sec sur la zone protégée (film ou cire)
6) Imprégner ce premier pli avec votre mélange résine + durcisseur (sur la forme ou à part selon la tenue du renfort une fois imprégné. Pour ce faire, badigeonner le pli avec la résine au pinceau, et appliquer le rouleau débulleur jusqu’à ce que le pli ne montre plus de zones sèches.
7) Déposer l’âme
8) Imprégner le deuxième pli avec votre mélange résine + durcisseur directement sur le matériau d’âme
9) Déposer un cordon de mastic autour de la plaque, en prenant soin de laisser la totalité du film à l’intérieur de la surface dans le cas de l’utilisation d’un film de démoulage
10) Découper un morceau de bâche à vide dans lequel vous disposez le connecteur à vide relié à la pompe
11) Déposer la bâche à vide sur votre pièce et collez là au mastic en prenant soin de ne pas créer de zone de passage d’air
12) Vérifier le bon niveau de vide (manomètre pratique à cette occasion)
13) Défaire les plis de bâche au cas ou vous en apercevez en relâchant le vide par intermittence (ou jouer avec le tuyau en le pinçant pour faire retomber le vide)
14) Laisser la résine polymériser (entre 4 et 8 heures selon la référence et la température)
15) Couper le vide
16) Débâcher
17) Détourer la pièce à la scie circulaire diamantée à eau ou avec une simple scie à bois en se protégeant des poussières avec un masque et en arrosant d’eau
18) Finition : vernis PU ou brut

Exemple de mode opératoire pour réaliser un tube avec la méthode d’imprégnation manuelle avec un tube carton

1) Choisissez un tube carton au bon diamètre et à la bonne longueur
2) Enveloppez le de film de démoulage en prenant soin de bien le tendre, sans plis
3) Découpez ses plis de carbone et son nida. Les plis de renfort devront être plus grand d’environ 80mm de la circonférence. Attention, un des deux plis sera plus grand (rayon extérieur).
4) Le nida sera coupé de préférence en biseau afin d’éviter tout problème de fente à la jonction. Ceci est d’autant plus vrai que le diamètre du tube est petit.
5) Préparez le mélange résine durcisseur. Comptez environ 40% à 50% de résine en masse pour le composite final, l’optimum étant à 35%. Toute résine superflue ne sera que de la masse inutile. Utilisez un récipient de préférence sans aspérités.
6) Imprégnez au pinceau puis au débulleur. Insistez bien dans toutes les directions
7) Enroulez votre tube sur le premier pli de renfort préimprégné (le plus petit). Si vous comptez mettre des sones renforcés en bout, faites le maintenant. Ceci peut par exemple être utile si vous désirer attacher des pièces mécaniques au tube aux extrémités. Les inserts sont bien sûr aussi possible (voir ci-dessus).
8) Prenez soin de soigner l’alignement des bords et d’éviter la distorsion des fils et rabattez le bout du tissu en le plaquant avec le débuleur sur lui même. Il tiendra alors en place par sa propre pégosité (tack).
9) Placez le nida autour du premier pli. Afin d’éviter qu’il ne se déroule, utilisez du ruban adhésif le plus fin possible. Celui-ci sera noyé sous le pli supérieur et n’aura pas d’impact visible sur les propriétés mécaniques du tube. Ne pas tout de même en mettre trop, mais suffisamment pour que le nida ne fasse pas de bosse. Ceci facilite très efficacement le placement du second pli. Procédez ensuite comme précédemment, et prenez également soin de ne pas créer de poches d’air, en les marouflant avec le rouleau débulleur.
10) Préparez votre sac à vide
11) Tirez le vide en prenant soin que le sac ne fasse qu’une ligne sur le tube afin de ne faire qu’un pli de résine qu’il suffira d’éraser après cuisson.
12) Après cuisson (à température ambiante c’est plus simple si vous avez choisi la bonne résine), découper le sac.
13) Le sac n’a fait qu’un petit pli à l’endroit déterminé en 11)
14) Vous avez votre tube sandwich prêt, mais il reste à éliminer le tube carton
15) Placez du ruban adhésif blanc sur les deux extrémités afin de délimiter la zone de coupe. A l’aide d’une scie égoïne, et une fois muni d’un masque respiratoire, découper le long du ruban.
16) Plongez le tube ainsi découpé dans l’eau pendant un bonne demi-heure et autant de fois que nécessaire si les étapes suivantes vous paraissent difficile. Pas de crainte d’humidifier le nida, les cellules du nida sont étanchées par le pli de carbone cuit. Arracher par bout le carton rendu très fragile par sa période dans l’eau.
17) Votre tube est presque prêt, il suffit d’enlever le film de démoulage mis à l’étape 2)
18) Votre tube est fini. Les extrémités peuvent être recouvertes par diverses pièces ou par une couche de préimprégné à éraser après cuisson.

Fournisseurs

Voici une liste non exhaustive de fournisseurs de matériaux tels que décrits ci-dessus. Vous pouvez trouver leurs catalogues en ligne en recherchant leurs noms sur les moteurs de recherche:

SF Composites
Polyplan
Sicomin
COS Outillages
Atelier Du Composite
Composite Solutions
MAP Yachting (les rois du coating)
Esprit Composite
Jenny&Co
Neovents
Power Composite
Havel Composites
Discount Composite
Espace Modele (modélisme avec une partie composites)
Pyrennes Modeles (modélisme)


Mots clefs
Pour plus de recherches sur le sujet, les mots clefs sont :
composite carbone, nid d’abeille, honeycomb, fasteners, inserts, sandwich structure, skin, core, galvanic series

A travers ces quelques paragraphes, j’espère vous avoir convaincu que les seules limites qu’ont les astronomes amateurs dans l’utilisation des matériaux composites et sandwich sont leur imagination…une bonne dose de courage et un peu de moyen financier.

Amicalement,
JMarc


-------------------------- Newton D410 / F1610 corrigé -----------------------------


Design possible (à murir…)

Il sera dessiné prochainement pour intégration des éléments (barillets etc. le plus finement possible). La partie noire est un méplat pour s’affranchir de colliers. La partie araignée est à revoir.

barillet

Il sera intégré à la structure par-dessous, avec démontage possible une fois le télescope pointant au zénith. Son design est indépendant de celui du télescope et peut donc démarrer.
Il sera sur rotule afin de maintenir une mise au point fixe indépendamment du réglage de collimation. Une question importante reste en suspend, à savoir un possible problème d’astigmatisme lorsque le télescope sera sur un seul point d’appui proche de l’horizontale et jusqu’à environ 30°. Je regarde les possibles solutions.

- Modification Septembre 2014 pour problème d'affichage - Passage d'Imageshack à un hébergeur personnel -

[Ce message a été modifié par JMBeraud (Édité le 28-09-2014).]
 

dark_sky
Membre
422 messages
Signaler
 c’est cool Envoyé 29-11-2009 20:25     cliquez ici pour voir le profil de dark_sky     Editer/Supprimer le message
salut,
le voilà le fameux post sur les structures sandiwchs composites
bravo a toi bon boulot,a peine fini de lire que j'ai oublié le début !
de bons conseils a suivre en tout cas,c'est un peu ainsi que je realise aussi mon T410 ultra leger et compact comme celui de serge,qui est le meilleur exemple a suivre...
et je realise aussi les tourillons de cette maniere,un sandiwch mousse PVC/carbone,a la maniere de serge mais lui l'a fait en sandiwch balsa/carbone.
en tout cas magnifique aventure que de construire son dobson en composite,certe y'a du taf,de multiples problemes a resoudre,mais quel bonheur de construire son instrument !
sujet a garder dans les favoris a lire et relire !
bon ciel a tous
guillaume

 
Sébastien Lebouc
Membre
1208 messages
Signaler
 notes Envoyé 29-11-2009 20:44     cliquez ici pour voir le profil de Sébastien Lebouc     Editer/Supprimer le message
Quel travail de synthèse!!!
Je suis épaté. Moi qui suivais les réalisations en composite du coin de l'oeil, y a plus de raison de ne pas franchir le pas désormais.

Chapeau et tiens nous au courant de tes réalisations.
 

jacbag
Membre
149 messages
Signaler
 notes Envoyé 29-11-2009 20:51     cliquez ici pour voir le profil de jacbag     Editer/Supprimer le message
Trés bon post, fouillé, précis et réaliste.
Tu cernes deux aspects qui me tiennent particulièrement à coeur et sont liés : la tentation de recopier les procédés connus mais avec des matériaux nouveaux, le "black métal", qui conduit actuellement à la construction de beaucoup de scopes en "contreplaqué carbonne" avec tous les inconvénients des surfaces planes qui brident totalement la créativité et n'apportent qu'un avantage, non négligeable c'est vrai, le gain de poids à résistance égale.
Ça débouche sur le deuxième point,"s'affranchir des schémas connus" et pouvoir ainsi profiter pleinement des possibilités offertes par les composites . Partir des éléments fixes tels que primaire/secondaire/oculaire et construire autour une structure fonctionnelle et esthétique , c'est ce que j'essaye de faire depuis des années avec plus ou moins de réussite mais avec la même constance ( 7 scopes )
La première étapes est en train d'être franchie par pas mal de constructeurs amateurs, j'espère que la deuxième va suivre et qu'on verra fleurir des "objets" auxquels personne n'avait pensé et qu'on cessera de cloner à l'infini le même scope qui à fait pourtant nos délices en son temps.
Bravo encore pour ton post
Jacques

 
bricodob300
Membre
2387 messages
Signaler
 notes Envoyé 29-11-2009 21:10     cliquez ici pour voir le profil de bricodob300     Editer/Supprimer le message
Salut JM,

Formidable travail, quel exposé y a tout ! J'ai tout lu et très interressant tout ça. Impatient d'y voir une bonne optique là dedans.

Après le tube, on peu imaginer une fourche dans cette matière...

JPierre

[Ce message a été modifié par bricodob300 (Édité le 29-11-2009).]
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 29-11-2009 21:18     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Guillaume, Jean-Pierre, merci pour vos commentaires .
Sebastien, je suis content si cela peut donner l'envie de franchir le pas, c'était un peu le but, démocratiser et désacraliser l'utilisation des composites.

Jacques, merci de ton intervention. Tu mets bien le doigt sur la finalité de tout ceci et de l'utilisation de ces matériaux. Ce n'est pas étonnant, et tes réalisations montrent bien cette démarche que trop peu de concepteurs ont en tête, et ce commentaire n'est pas limité au monde astro!

A bientôt,
JMarc

[Ce message a été modifié par JMBeraud (Édité le 29-11-2009).]
 

ebondoux
Moderateur
2887 messages
Signaler
 notes Envoyé 29-11-2009 23:02     cliquez ici pour voir le profil de ebondoux     Editer/Supprimer le message
wow....

bon juste un petit mot pour te remercier du temps passé pour écrire ce post.
je relis, je digère et je reviens avec des questions


encore merci

Erick
 

serge vieillard
Membre
4021 messages
Signaler
 rire généreux Envoyé 29-11-2009 23:25     cliquez ici pour voir le profil de serge vieillard     Editer/Supprimer le message
Alors là cher ami,
mille mercis,
mille bravos !!!
un topic qui va faire date, à archiver précieusement.
C'est important d'avoir ces notions, ces concepts à l'esprit. C'est utile aussi d'avoir un pense-bête pour se rappeler de tout le jour où....
Bien évidemment, on attend la suite avec impatience.
Mais peut-être, plutôt que de voir ce précieux document s'enfoncer dans les abimes d'un forum, pourquoi ne pas aussi en faire quelques pages html, directement accessible en ligne ?
De nombreux conseils "pro" sont certainement encore à venir, vivement le 2eme épisode !

Serge
 

Kentaro
Membre
3262 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 10:34     cliquez ici pour voir le profil de Kentaro     Editer/Supprimer le message
Woahoo, Jean Marc!! Bravo et merci pour ce post! Une belle synthèse de la part d'un pro! A très bientot !


 

Christel & Fabrice NOEL
Membre
1082 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 18:05     cliquez ici pour voir le profil de Christel & Fabrice NOEL     Editer/Supprimer le message
bonsoir
En effet un sacré travail de synthèse.
Comme Serge, je me demande si la réalisation d'une page WEB ne serait justifiée, et j'irai même plus loin en proposant la réalisation d'un mini site web, avec ce topic et les quelques pages que nous avons réalisés.
Je vais bientôt reprendre le travail du Carbone pour la réalisation un Newton 200/800 dédié photo et je me propose de réaliser quelques vidéo You tube qui pourraient également étoffer une page.
A nous de voir !!

Cordialement
Fabrice NOEL

 

Vincent STEINMETZ
Membre
3986 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 19:52     cliquez ici pour voir le profil de Vincent STEINMETZ     Editer/Supprimer le message
Salut !

un site serait une super idée effectivement.

Fabrice, tu pourrais me recontacter en private, que je rechoppe tes coordonnées ?

A+
Vincent

 

pulsar67
Membre
4677 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 19:59     cliquez ici pour voir le profil de pulsar67     Editer/Supprimer le message
Je vais lire ça en détail dès que je trouve un peu de temps (pas ce soir, à priori demain soir voire après-demain soir).

En tout cas, le sujet est déjà dans mes favoris! Merci pour ce travail!
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 21:38     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Bon, ben...je suis content que ces quelques lignes vous plaisent.

Serge, quelques pages html, voire un site web, c'est sûr que cela m'a traversé l'esprit quand j'ai commencé la semaine dernière à écrire ceci entre deux portes, car il y a beaucoup à dire. Je ne voyais en fait pas vraiment comment me limiter, alors j'ai été assez succin.
Chaque paragrpahe pourrait être démultiplié, et il manque un sacré paquet de paragraphes...j'ai juste essayé de coller aux sujets les plus "pratiques" et communs abordés ici, une introduction en quelque sorte.

Mon seul souci, c'est que je n'aurai pas à court terme beaucoup de temps pour remplir des pages entières, je me suis donc volontairement limité à ce post pour commencer. Bien sûr je l'étofferai au fur et à mesure de mes avancées sur les pièces faites chez moi (dernier paragraphe), mais je ne pourrai pas aller beaucoup plus loin ces prochains mois, faute d'un emploi du temps qui s'est dernièrement lourdement chargé...

Fabrice, tous, je suis cependant à votre disposition pour alimenter un quelconque site qui se créerait, avec grand plaisir même, mais à mon rythme...

Bien amicalement,
JMarc

 

freemind
Membre
33 messages
Signaler
 c’est cool Envoyé 30-11-2009 22:17     cliquez ici pour voir le profil de freemind     Editer/Supprimer le message
Bonjour
Tout d’abord merci pour le poste, il semblerait qu’on ne soit pas encore totalement envahi par les " ça marchera jamais ".
Pourriez vous fournir quelques adresses où se procurer les matériaux: fibres, résines et surtout nida.

 
Christel & Fabrice NOEL
Membre
1082 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 22:30     cliquez ici pour voir le profil de Christel & Fabrice NOEL     Editer/Supprimer le message
l'idée du site ou d'une page si elle fait des émules, regrouper les expériences des volontaires, simplement, suivant les disponibilités de chacun.
C'est pour éviter que ce savoir ne se perde dans le volume du forum.
Comme avait fait Altaz pour regrouper les idées de construction de Dobson.
Je ne sais pas si ce site est encore actif ?

Hello Vincent , un mail: fanoel91"at"free.fr

Fabrice


 

Christel & Fabrice NOEL
Membre
1082 messages
Signaler
 notes Envoyé 30-11-2009 22:36     cliquez ici pour voir le profil de Christel & Fabrice NOEL     Editer/Supprimer le message
pour les fournisseurs, un peut de google sur :

Polyplan, Sicomin, COS Outillage, Composite Solutions, MAP Yachting, sf-composites, espritcomposite, jenny&co, neovents, atelierducomposite, powercomposite, pyrenneesmodeles, discount-composite, espacemodeles, havel-composites…
C'était indiqué plus haut.
Perso je connais Polyplan et esprit composite. Petite préférence pour le premier car il est plus proche de chez moi et il commence à connaitre nos besoins.

Fabrice
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 01-12-2009 22:04     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Merci Fabrice. Oui c'était dans le post, je n'ai pas eu le temps de mettre les liens directs. J'ai d'autres fournisseurs en raccourci sur un autre PC, je les mettrai dans la semaine.
JMarc

 
ebondoux
Moderateur
2887 messages
Signaler
 notes Envoyé 02-12-2009 13:43     cliquez ici pour voir le profil de ebondoux     Editer/Supprimer le message
Hello,

je viens d'envoyer a JP un mail pour avoir son avis sur la création d'un "centre des techniques" astrosurf

l'idée, une page regroupant des techniques pas forcement liées à l'astro mais utilisable dans notre domaine.
usinage, menuiserie, travail des composites, électronique, optique, CAO...

la source proviendrait soit des post AS avec accord des éditeurs bien entendu, soit d'articles ou de liens vers des sites.

je sais pas ce que vous en pensez, si c'est pertinent, et surtout sous quelle forme on pourrait faire ça.

Erick
 

ABDEL
Membre
516 messages
Signaler
 rire généreux Envoyé 02-12-2009 23:29     cliquez ici pour voir le profil de ABDEL     Editer/Supprimer le message
salut,
un site ça serait super,car ce genre de travaux c'est vachement interessant pour qui veut emporter avec soi son scope poids plume loin des cieux pollué de france comme au maroc au sud de marrakech dans les montagnes par exemple,le ciel y est très noir et y fait super beau en ce moment.
En tout cas bon courage

 
Christel & Fabrice NOEL
Membre
1082 messages
Signaler
 notes Envoyé 03-12-2009 20:27     cliquez ici pour voir le profil de Christel & Fabrice NOEL     Editer/Supprimer le message
pourquoi pas, je serai OK pour y participer de ma modeste contribution!

Fabrice
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 03-12-2009 20:42     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Idem pour moi. Dans l'attente de la réponse de maître JP.
JMarc

 
Maïcé
Membre
2092 messages
Signaler
 c’est cool Envoyé 04-12-2009 07:57     cliquez ici pour voir le profil de Maïcé     Editer/Supprimer le message
My two cents : Plutôt qu'un site, je préférerais une section du forum.

Je m'explique, une section du forum permet la consultation quotidienne (pour une accro comme moi ) et même si on n'a pas de projet en cours, ça permet de garder un oeil sur les idées nouvelles et de faire évoluer les projets de ses prochaines réalisations.
En effet, prenons l'exemple de la page ALTAZ, qui va la consulter tous les jours? Et le forum bricoleurs sur WA?

On peut très bien avoir dans ce forum des sujets différenciés sur les techniques de construction (composite, travail du bois, du métal...), les astuces mécaniques et des réalisations "in progress".
L'inconvénient de cette formule, c'est la multiplication des fils et la recherche pas forcément facile avec un moteur de recherche pas très performant.
Le gros avantage, c'est la contribution de tous sans avoir besoin d'une personne pour tenir la page à jour.
Voilà, je serai ravie de consulter cette rubrique quelque soit sa formule.

 

ebondoux
Moderateur
2887 messages
Signaler
 notes Envoyé 04-12-2009 17:48     cliquez ici pour voir le profil de ebondoux     Editer/Supprimer le message
hello,

En fait Maîcé ça serait un mélange des deux, une sorte de wiki. quasiment tout le monde sur le principe pourrais poster avec une charte graphique standardisée enfin je vois ça comme ça, même si j'imagine qu'on ne donnera pas les clefs a tous le monde. JP a une idée en tête attendons de voir. ça serait vraiment lié au forum mais en essayant de limiter le "bruit" pour ne garder que l'essentiel des sujets intéressants. Peut être aussi que certains articles pourraient être repris pour la revue papier. ha pour info chez lidle depuis hier il y a des plateaux rectangulaires en verre (vendu par deux) qui je pense sont très sympa pour la réalisation de petite pièces car très solides. 14€ les deux, j'en ai pris un set (j'allais à casto faire découper un bout de verre et je suis tombé la dessus).
voilà.

Erick


 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 04-12-2009 23:09     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
J'ai complété la partie mécanique et textile, et j'ai fini par jeter l'éponge sur les liens des fournisseurs, il y en avait toujours deux ou trois qui se collaient aux autres, un vrai cauchemard...
Je me demande combien de temps on peut modifier un post, quelqu'un peut me dire?
JMarc

 
Chris277
Membre
1313 messages
Signaler
 c’est cool Envoyé 05-12-2009 15:47     cliquez ici pour voir le profil de Chris277     Editer/Supprimer le message
Merci JMarc, tres bon post, très interressant.. Je suis deja un convaincu des composites mais tu m'as appris de nouvelles choses...
Christophe

 
Lblanc
Membre
728 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 17:20     cliquez ici pour voir le profil de Lblanc     Editer/Supprimer le message
Bonjour,
post tres interessant !
je suis tombé sur le net sur des tissus carbone de ce type,
tres beau en bleu, només cabone hybride.... je ne sais pas trop ce que c'est? du carbone à 100% ?

c'est du 3k 2X2 sergé en 200gr




que pensez vous de ce type de produits?
Merci,
Lio

[Ce message a été modifié par Lblanc (Édité le 05-12-2009).]
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 18:48     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Bonsoir Lio,

Non, ce n'est pas du 100% carbone celui-ci ne se trouve pas sous d'autre couleur que le noir.
Il y a deux possiblités pour le bleu, soit c'est de l'aramide teinté (comme certains tubes de Meade de mémoire), soit c'est du polyester teinté (les deux existent). Pour le savoir, une paire de ciseau. Seul le polyester va se laisser couper.

Pour mon avis sur ce tissu, à part le coté cosmétique bleu et une bonne marge au vendeur, cela n'apporte rien. Si c'est de l'aramide c'est un moindre mal. Mais on peut aussi chercher l'aspect, ce n'est pas interdit !

JMarc

[Ce message a été modifié par JMBeraud (Édité le 05-12-2009).]
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 18:48     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
doublon

[Ce message a été modifié par JMBeraud (Édité le 05-12-2009).]
 

Lblanc
Membre
728 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 19:07     cliquez ici pour voir le profil de Lblanc     Editer/Supprimer le message
je vous mets un lien d'un vendeur pro sur ebay au us qui vend tout type de tissus carbone.
au niveau du prix....
en largeur de 1,3 metre(50") par 91 cm (1 yard) pour... 27 dollars
soit 18 euros! (si tu trouve moins chere ailleurs.....)
bon par contre les frais de port sont pas donné, mais ça vaut le coup quand même (faut compter une 30ene d'euros)
et il y en à pour tous les gouts
http://stores.shop.ebay.fr/cjcompositestechnology__W0QQ_armrsZ1

A+, Lio
 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 19:13     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Attention, comme déjà dit, le carbone n'est que dans une seule direction, donc si c'est pour faire une pièce structurale, c'est à prendre en compte.
Pour le coût, c'est pareil, il n'y a que la moitié du tissu qui est du carbone, ce qui justifie un prix plus bas. Voir sur les sites mentionnés dans le post du début, il y a peut-être la même chose en France aum même prix.
JMarc

 
Lblanc
Membre
728 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 19:21     cliquez ici pour voir le profil de Lblanc     Editer/Supprimer le message
le prix que j'ai donné est pour une toile 100% carbone et pas hybride comme sur mes photos. je mets le lien du produit:
http://cgi.ebay.com/ebaymotors/Carbon-Fiber-Cloth-2x2-Twill-50-W-27-yd_W0QQcmdZViewItemQQhashZitem4a9c7a1821QQitemZ320452827169QQptZLHQ5fDefaultDomainQ5f100

c'est du sergé de 170gr environ.
il y en a plein d'autre en toutes taille et tout grammage en 100% carbone.
qu'en penses tu?

 

JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 19:38     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Avec les frais de port, tu es déjà à (27+12)/1.5=26€, et je ne sais pas si tu ne vas pas avoir des frais de douane etc. qui peut t'amener le m² aux alentours de 35€(?).
Chez SF Composites par exemple, mais chez d'autre sûrement, tu as des tissus aux alentours de 200g/m² en 12K qui te donneront le même grammage avec un fil 12K moins cher d'origine, et tout ça pour des prix autour de 35€ ttc/m². Il faut aussi regarder les promos de temps à autres.
Et puis écologiquement, j'ai du mal avec les achats aux US de matériaux qui se trouvent aux même prix chez nous (à qques euros près parfois). Ceci dit il faut comparer plus précisemment, c'est juste un avis.

JMarc

[Ce message a été modifié par JMBeraud (Édité le 05-12-2009).]
 

Lblanc
Membre
728 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 20:12     cliquez ici pour voir le profil de Lblanc     Editer/Supprimer le message
oui c'est certain.
par contre les frais de port tu ne les payes qu'une seul foix, si tu prend 5 yard par exemple ça te fait 30 euros de prot + 90 euros de toile soit 120 euros pour un peut moin de 6m2 de toile.
je n'y connais pas grand chose aux frais de douanes mais je ne suis pas sur que ce genre de produit soit taxé à l'export?

 
JMBeraud
Membre
2859 messages
Signaler
 notes Envoyé 05-12-2009 20:15     cliquez ici pour voir le profil de JMBeraud     Editer/Supprimer le message
Aucune idée.

 
Christel & Fabrice NOEL
Membre
1082 messages
Signaler
 notes Envoyé 06-12-2009 02:20     cliquez ici pour voir le profil de Christel & Fabrice NOEL     Editer/Supprimer le message
hello
il me semble que tous les produits sont plus ou moins taxés. Pour info 1m sur 10 m m'a couté environ 320€.
voici un lien sur quelques tarifs, il doit y avoir moins cher. http://www.polyplancomposites.com/p_document/p_pdf/TF.Tissus2009.pdf

Petite présentation de mon nouveau projet. L'astrograph composite. http://fanoel91.free.fr/astrographe/Astrographcarbone.htm
je devrais commencer le travail fin Janvier, après une formation à Bordeaux, devinez sur quoi ?? sympat le pro !!

Je ferai vivre cette page avec la construction.

Cordialement

Fabrice NOEL
 

Ce sujet possède 14 pages:   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14 

Toute les heures sont pour la région France

prochain sujet | Sujet précédent

Option d'administration: Fermer sujet | Archiver/Déplacer | Supprimer Sujet
Soumettre un nouveau sujet  Post A Reply
Sauter à:

Nous contacter | Astrosurf

Directeur de Publication : Jean-Philippe Cazard

Nous vous invitons visiter les sites Internet de nos partenaires :