LANTHA

un 400 de 30kg maxi?

Messages recommandés

Bonjour Michael

J'ai construit un newton 330 F 4.5 ultra light de 18 kg tout équipé de sa caméra et de son chercheur.
J'obtiens ce poids avec un miroir mince de 28 mm de 5 kg monté en serrurier alu / carbone époxy.

Après cette expérience je pense qu'avec un miroir classique de 50 mm d'épaisseur ton projet seras limite pour respecter les contraintes que tu t'es fixé mais ce n'est pas impossible.

Bonnes cogitations.

Steev

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Famax, mes legos ont passé 43 ans dans un grenier sous une verrière, donc à la chaleur, et sous la lumière, et n'ont pas bougé. A voir si le fait que cela soit imprimé change la donne mais j'ai des pièces imprimées à l'atelier, en pleine chaleur et lumière, depuis 2 ans, qui n'ont pas bougé, même la couleur n'a pas changé. Et puis, un télescope, on le sort la nuit... . Donc, à voir.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Passionnant ce fil, euh steev on pourrait avoir des photos et plus soyons fous, vi les plastiques n'aiment pas du tout les UV mais la nuit... Le principal problème des plastiques c'est leur coefficient de
dilatation, en fonction de la température et de l'hygrométrie, y'en a de très performant genre peek mais le prix est dissuasif, pour du visuel les plastiques peuvent le faire pas pour de l'imagerie. AMHA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le plastique se dilate en effet, mais dans l'exemple que je donne (les connections des tubes carbone), cette dilatation n'aurait pas d'effet (j'y ai pensé, j'essaie de pas être si idiot que ça!!). Les embouts sur lesquels sont collés les tubes jointent directement sur l'anneau carbone. La matière qui pourrait se dilater et changer la longueur globale du tube optique est minimale.

Mais bon, hein, je partage une idée, moi, si ça plait pas, vu que tout le monde sait tant de choses sur tout avec introduction et conclusion générale à l'emporte pièce en même temps, ben tant pis, je les garderai pour moi, mes idées...tchao bonsoir... Je remballe.

[Ce message a été modifié par Kentaro (Édité le 14-09-2015).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kentaro t'es pénible des fois, perso je t'admire enfin surtout tes réalisations, j'en ai vu de près, reste plus qu'à nous rencontrer et partager ma "science" des plastiques.

Dans tous les cas je suis à 100% pour ta démarche dans l'impression 3D, il faut que je fasse quoi pour mettre les choses à plat, baisser ma culotte?

[Ce message a été modifié par jmpg86 (Édité le 14-09-2015).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour a tous.
L'idée de réaliser des pièces en impressions 3D n'est pas une mauvaise idée en soit, pour du prototype ou des maquettes, pour de la pièce mécanique, cela est une autre histoire, surtout avec une imprimante 3D grand public. j'utilise une imprimante a dépôt filamentaire depuis maintenant presque une année, elle me permet de réaliser certaines pièces pour validation avant mise en production et de petits boitiers de connectiques ou de protections sur nos instrument mais cela s'arrête la, car les pièces réalisées avec cette technologie peut couteuse ne possèdent pas une résistance mécanique suffisante pour être utilisées directement (fusion du plastique non homogène). Il est possible aujourd'hui d'utiliser des imprimantes a frittages laser ou a poudre a injection de résine, mais l'achat de ce type d'imprimante reste inabordable pour une petite structure, de plus les pièces ne présente pas forcément la résistance mécanique requise pour la conception de manchons comme le décrit notre amis Pierre, est n'apporte pas forcement non plus un gain de poids significatif par rapport a une pièces usiné optimisé (vive la modélisation 3D) ou a une pièce en composite. Certaine entreprises proposent ce type de service sur le net, mais les tarifs restent extrêmement chers voir inabordables selon la technologie utilisée, dans quelques années cette technologies permettra certainement de réaliser nos pièces a un prix raisonnable avec la même résistance et longévité que les pièces en aluminiums mais pour l'instant cela reste de la fiction pour les amateurs que nous sommes.
Cordialement Thierry Ruiz

Mon Blog: http://skyvisiondev.blogspot.fr/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui thierry, memes tests et memes conclusions mais en ce domaine, cela va aller tres vite (esperons...)
les machines dont tu parle sont a 300K€... ca reste moin cher qu'un 5 axes je crois...

Kentaro on discute hein...c'est pas les idées qu'il faut remballer...
d’ailleurs pour ceux intéressés il y a plein de bibliotheques d'objets pret a imprimer sur le net , y'a du matos astro.
Sinon, avec sketchup doit y'a voir moyen de faire du modèle compatible.

mais bon, on sort déja trop du fil initial...
pardon au proprio du fil....

[Ce message a été modifié par Famax (Édité le 15-09-2015).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+1 avec Thierry

J'ai aussi depuis quelques mois une imprimante 3D qui me rend pas mal de services, et j'utilise des services d'impression pro pour des pièces qui sont commercialisées.
C'est très bien, très pratique, et l'ABS et surtout le nylon sont très performants. Mais cela reste un peu souple et ne remplace pas des pièces alu ou frittés si il y a contrainte structurelle.

Coté prix, les pièces faites en frittage ou même en litho sont aussi chère que les pièces faites en usinage traditionnel, donc il faut encore attendre un peu que le frittage soit plus accessible.

@Pierre : d'un autre coté, les UV derrière une fenêtre...
Je connais un 500 RC avec un primaire conique, le gain de poids et la simplicité du support arrière sont incontestables. Je ne vois pas comment un miroir conique pourrait être plus lourd qu'un dos plan avec son barillet, sans parler des qualités intrinsèques de ce type de miroir face aux déformations.


[Ce message a été modifié par chonum (Édité le 14-09-2015).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pierre :
"J'ai toute une collection de legos dans mon grenier qui datent d'il y a 45 ans".
T'es fou Pierre !
C'est comme si tu disais :
"J'ai toute une collection de lingots enterrés dans mon jardin qui datent de la ruée vers l'or"
A part ça, l'impression 3D est une technique qui va très rapidement évoluer vers des possibilités hautement séduisantes pour les concepteurs d'instruments que nous sommes, notamment pour le prototypage et la très petite série - voire l'instrument unique entièrement réalisé sur mesure
Mais pour le moment, les matériaux utilisables à prix raisonnable restent encore un peu fragiles, du moins de la façon dont ils sont mis en oeuvre.
Nous sommes certainement à l'orée effectivement d'une véritable révolution ; juste un peu de patience et ça devrait devenir vraiment performant et abordable

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"l'ABS et surtout le nylon sont très performants. Mais cela reste un peu souple "

Oui, d'un autre coté un copain qui fait des trucs vraiment étonnants avec son imprimante 3D, dont des pièces sympathiques pour la pratique de l'astronomie, m'a proposé de me faire une pièce en carbone...Plus cher(mais pas énorme), mais selon ses dires bien plus rigide...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lantah ;"mais je sais déjà quel miroir ce sera, et il est conventionnel."

Ok, je ne savais pas, je pensais que tu voulais alléger de partout, donc, il te reste un peu plus de 15 kg de libre pour faire le tube ...

fr.G

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait l'idéal serait une imprimante 3D capable de manipuler toutes sortes de tissage synthétique (y compris carbone, kevlar, aramide pour la couleur... car les goûts et les couleurs justement ça se discute ) emprunté à l'industrie textile (Peut-être se rapprocher de la grande École d'Ingénieurs Textiles de Mulhouse - ISTA, ils ont a priori de réelles compétences dans ce domaine) en pratiquant des dépôts lamellés de résines avec adjonction de plus ou moins d’additifs. Dans l'idéal, il y aurait 5 types de contrôle sur une machine 3D de ce type: 1) le placement dans l'espace X,Y,Z 2) le type de tissage 3)type de fibre 4)type de résine 5) type d’additifs. SI je reprends mon sérieux je dirais que les plastiques que l'on voit pour relier des tubes carbones c'est utilisé pour fabriquer des panneaux et structures dans les halls d'exposition... C'est surement parfait pour le prototypage mais comme a dit Thierry Ruiz, qui, sauf erreur de ma part, est le seul fabricant français qui intègre des considérations de RDM dans la conception de télescope via la modélisation 3D. Et il ne s'agit pas de différentier le visuel de l'imagerie pour l'utilisation éventuelle des plastiques... A F/D court, vu les contraintes à la collimation pour un gros télescope... s'agit pas pas de faire un télescope au rabais en termes de rigidité sous le prétexte que ce n'est que du visuel... Donc ce n'est pas demain que j'irai chez JouetShopPlus pour acheter ma boite de Lego techniques carbone pour faire un télescope et qu'en petit derrière la boîte je lise: Attention le miroir d'artisan n'est pas compris dans le kit

[Ce message a été modifié par maire (Édité le 15-09-2015).]

[Ce message a été modifié par maire (Édité le 15-09-2015).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel visionnaire cet Eric.
Par exemple un truc dans ce genre tu veux dire?

Tu google "3D woven Nodal structure" ou un truc du genre et tu auras de quoi te faire plaisir.

Jean-Marc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...par contre pour moi ce n'est pas la (bonne) solution à votre problématique. Je m'arrête là ! (épatant cet Eric...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui oui, un truc du genre... mais que la machine à tisser le fasse avec des angles différents que des simples 3 manchons à 90°, du tissage pultrudé qu'on aime bien etc... Tu as le lien de l'image?
Bon allez Jean Marc donne nous ta solution au problème

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est simple, pour ne pas avoir à relier des tubes entre eux, il faut n'en garder qu'un seul, et faire passer le flux lumineux dedans, ça donne un tube plein comme montré ci-dessus...

Blague à part, sur mon prochain, donc pas demain la veille, pourquoi pas un truss avec connecteurs dédiés, pour l'exercice de style, mais c'est se compliquer la vie pour rien...

Encore une fois je ne vois pas d'avantages flagrants au truss, surtout pas le poids.

Pour le lien, tape donc dans Google Image ce que j'ai mis, tu vas tomber dessus, j'ai mis un lien universitaire question de rester neutre (Dresde Uni), mais y'en a d'autres...

JMarc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le gros avantage du truss, c'est en terme de turbulence instrumentale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+ 1 avec chonum et surtout le truss se démonte et se met dans une simple valise

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.... ou à faire un truss non démontable, monolythique, comme évoqué. et là, plus de chape, plus de tracas, plus de surpoids, et une gamme de fabrication absolument minimaliste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Fred, on en a déjà débattu ici, avec des esapces entre le miroir et la paroi suffisant (j'ai pour ma part à peu près 100mm...), le tube fermé ne fait-il pas jeu égal avec le truss ouvert?
Aussi, dans ces conditions, n'est-ce pas meilleur sur la turbu locale?

En tout cas certains qui postent ici depuis des années avec des 500 sandwich s'en sortent pas mal (L. Bernasconi, JP Brahic en cours et autres), d'autres avec le même type de tube découvrent des comètes et astéroides à la pelle (C.Rinner), donc c'est techniquement valable.

De plus, on voit souvent les truss avec des chaussettes (lumière parasite?), ce qui les ramène à des tubes, au niveau de la turbulence instrumentale parlant, non?

Eric, je t'explique pas la taille de la valise, et surtout la précision du montage / démontage

Serge, oui mais finalement, quel intérêt ? Tu as 10 ou 20 pièces à assembler ou coller, alors qu'avec un tube plein, tu n'en as pas (ou que deux à assembler dans mon cas). Après je peux comprendre que 1- ce soit plus "joli" pour certain (ça "fait" plus technique), et que surtout 2- c'est moins facile à faire (un tube qu'un truss).

La conclusion que l'on avait tiré c'est qu'à partir d'un certain diamètre (genre 500 ou 600mm et plus), le truss commençait à avoir des intérêt, notamment en terme de fabrication de par l'encombrement des pièces à mettre en place (moule etc.).

Bon en tout cas pour moi c'est plié...!

Jmarc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ils sont beau ces telescopes . reste a voir ce que vaut le miroir. Par contre 38 kg le 400. donc encore 8 kg de trop

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

zeubeu: merci pour ce lien
et le barillet, il est renforcé, pour les chocs !?
tout le monde a le droit de savoir !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant