jackbauer 2

Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Posted (edited)

ça décolle dans 5 minutes !!

 

Et non… reporté à demain !

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

En attendant les sauts de puce du vaisseau futuriste "Starhopper", ambryon d'un succédané de "l'USS Enterprise", je me permet de soumettre à votre attention quelques menues considérations concernant les projets grandioses et humanistes de "l'Homme du futur", promoteur distingué de "l'Espèce Humaine Interplanétaire" (puis Interstellaire et Intergalactique).. 

 

"Les humains ne coloniseront jamais Mars"

 

George Dvorsky

30/07/2019

 

Source : https://gizmodo.com/humans-will-never-colonize-mars-1836316222

 

Traduction :

 

La suggestion selon laquelle des humains installeront bientôt des colonies animées et durables sur Mars est une chose que beaucoup d'entre nous prenons pour acquis. Ce que cette haute vision ignore cependant, ce sont les défis monumentaux, voire insolubles, qui attendent les colons qui souhaitent vivre de façon permanente sur Mars. À moins d'adapter radicalement nos cerveaux et nos corps à l'environnement martien sévère, la planète rouge restera à jamais inaccessible aux humains.

 

Mars est la chose la plus proche de la Terre dans tout le système solaire, et cela ne dit pas grand chose.

La planète rouge est un endroit froid et mort, avec une atmosphère environ 100 fois plus fine que celle de la Terre. La faible quantité d'air qui existe sur Mars est principalement composée de dioxyde de carbone nocif, qui ne protège guère la surface des rayons nocifs du Soleil. La pression atmosphérique sur Mars est très basse ; à 600 Pascals, elle ne représente que 0,6% de celle de la Terre. Vous pourriez aussi bien être exposé au vide de l’espace, ce qui se traduirait par une forme sévère de décompression, notamment des poumons brisés, une peau et des tissus corporels gravement enflés et, au final, la mort.

 

La faible atmosphère signifie également que la chaleur ne peut pas être retenue à la surface. La température moyenne sur Mars est de -81 degrés Fahrenheit (-63 degrés Celsius), avec des températures pouvant descendre jusqu'à -195 degrés F (-126 degrés C). En revanche, la température la plus froide jamais enregistrée sur Terre était à la station de Vostok en Antarctique, à -128 ° F (-89 ° C) le 23 juin 1982. 

 

Mars a également moins de masse que ce qui est généralement apprécié. La gravité sur la planète rouge correspond à 0,375% de celle de la Terre, ce qui signifie qu'une personne pesant 81 kilos sur Terre pèserait seulement un peu plus de 30 kilos sur Mars. Bien que cela puisse sembler attrayant, cet environnement de faible gravité pourrait causer des ravages sur la santé humaine à long terme et éventuellement avoir des effets négatifs sur la fertilité humaine.

Pourtant, malgré ces problèmes et une multitude d'autres problèmes, il existe une idée répandue selon laquelle nous pourrons bientôt installer facilement des colonies sur Mars. Le PDG de SpaceX, Elon Musk, projette des colonies sur Mars dès les années 2050, tandis que l’astrobiologiste Lewis Darnell, professeur à l’Université de Westminster, a proposé une estimation plus modeste, affirmant qu’il faudrait environ 50 à 100 ans. Les Emirats Arabes Unis envisagent de construire une ville martienne de 600 000 habitants d'ici 2117, dans l'une des perspectives les plus ambitieuses de l'avenir.

Malheureusement, c'est littéralement de la science fiction. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les humains finiront par se rendre sur Mars et construiront même une base ou deux, mais l'idée de créer des colonies peuplées de centaines ou de milliers de personnes est un non-sens pur et un déni absolu des énormes défis à relever posés par une telle perspective.

 

Louis Friedman, ingénieur en astronautique pionnier, cofondateur de la Planetary Society et auteur de Human Spaceflight: de Mars aux étoiles, compare cet enthousiasme sans fondement aux visions non réalisées proposées dans les années 1940 et 1950.

«À l'époque, des articles de magazines comme Popular Mechanics et Popular Science montraient des colonies sous les océans et dans l'Antarctique», a déclaré Friedman à Gizmodo. Le sentiment était que les humains trouveraient un moyen d'occuper tous les coins et recoins de la planète, aussi difficile soient-ils, voire inhospitaliers, a-t-il déclaré. «Mais ce n'est tout simplement pas arrivé. Nous faisons des visites occasionnelles en Antarctique et nous avons même des bases là-bas, mais c'est à peu près tout. Sous les océans, c'est encore pire, avec quelques opérations humaines limitées, mais en réalité, c'est vraiment très, très peu. »Pour ce qui est des colonies humaines dans l'un ou l'autre de ces environnements, pas tellement. En fait, pas du tout, malgré la relative facilité avec laquelle nous pourrions y parvenir.

 

Après l’atterrissage de la Lune, Friedman a déclaré que ses collègues et lui étaient extrêmement optimistes quant à l’avenir, estimant que «nous ferions de plus en plus de choses, comme placer des colonies sur Mars et la Lune», mais le fait est qu’aucun programme de vols spatiaux n’est humain, qu’Apollo, le programme de la navette spatiale ou la station spatiale internationale », a jeté les bases nécessaires à l’installation de colonies sur Mars, telles que la construction de l’infrastructure requise, la recherche de moyens sûrs et viables d’approvisionnement en nourriture et en eau, l’atténuation des effets néfastes de rayonnement et faible gravité, entre autres problèmes. Contrairement à d'autres domaines, l'évolution des vols spatiaux habités, a-t-il déclaré, "est devenue statique". Friedman a convenu que nous allons probablement construire des bases sur Mars, mais les "preuves de l'histoire" suggèrent que la colonisation est improbable dans un avenir proche.

La neuroscientifique Rachael Seidler de l'Université de Floride a déclaré que beaucoup de gens ne réalisent pas aujourd'hui à quel point il sera difficile de maintenir des colonies sur la planète rouge.

 

"Les gens aiment être optimistes quant à l'idée de coloniser Mars", a déclaré Seidler à Gizmodo , spécialiste de l'apprentissage moteur et des effets de la microgravité sur les astronautes. «Mais ça sonne aussi un peu dans le ciel», a-t-elle déclaré. «Beaucoup de gens pensent que nous ne devrions pas nous limiter à des considérations pratiques, mais je suis d’accord pour dire qu’il existe de nombreuses conséquences physiologiques négatives potentielles.»

Seidler a déclaré que la NASA et d'autres agences spatiales travaillent actuellement très fort pour créer et tester des contre-mesures pour les divers impacts négatifs de la vie sur Mars. Par exemple, les astronautes de l'ISS, qui subissent une perte musculaire et osseuse considérable, tentent de contrecarrer ces effets en faisant de la musculation et de l'aérobic tout en évoluant dans l'espace. En ce qui concerne le traitement des impacts négatifs sur la santé qui en résultent, qu’ils soient causés par des séjours de longue durée sur l’ISS ou par une vie de longue durée dans l’environnement de faible gravité de Mars, «nous n’y sommes pas encore», a déclaré Seidler.

 

Dans son dernier livre, Sur l'avenir: des perspectives pour l'humanité , le cosmologiste et astrophysicien Martin Rees a abordé la question de la colonisation de Mars de manière assez succincte:

 

En 2100, les amateurs de sensations fortes… ont peut-être établi des «bases» indépendantes de la Terre, sur Mars ou peut-être sur des astéroïdes. Elon Musk (né en 1971) de SpaceX dit qu'il veut mourir sur Mars, mais pas par impact. Mais ne vous attendez jamais à une émigration massive de la Terre. Et ici, je suis tout à fait en désaccord avec Musk et avec mon regretté collègue de Cambridge, Stephen Hawking, qui s’enthousiasment pour l’augmentation rapide du nombre de communautés martiennes à grande échelle. C'est une illusion dangereuse de penser que l'espace offre une issue aux problèmes de la Terre. Nous devons résoudre ces problèmes ici. Faire face au changement climatique peut sembler décourageant, mais c’est un sacré coup comparé à la terraformation de Mars. Aucune place dans notre système solaire n'offre un environnement aussi égal que l'Antarctique ou le sommet de l'Everest. Il n'y a pas de «planète B» pour les gens ordinaires opposés au risque.

 

En effet, il y a toute la question de la terraformation à considérer. En réalisant la terraformation, les scientifiques se réfèrent à l'hypothèse hypothétique de la géoingénierie d'une planète pour la rendre habitable pour les humains et pour la vie. Pour Mars, cela signifierait l'injection d'oxygène et d'autres gaz dans l'atmosphère pour augmenter la température de surface et la pression atmosphérique, entre autres interventions. Un argument courant en faveur de la colonisation de Mars est que cela nous permettra de commencer le processus de transformation de la planète en un état habitable. Un certain nombre d’auteurs de science-fiction, dont Kim Stanley Robinson dans sa célèbre trilogie de Mars, s’est attaqué à ce scénario. Mais comme Friedman l’a dit à Gizmodo, «il s’agit au moins de milliers d’années».

Briony Horgan, professeure adjointe en sciences planétaires à l'Université Purdue, a déclaré que la terraformation martienne était un processus épineux, une perspective «bien au-delà de toute technologie dont nous disposerons bientôt», a-t-elle expliqué à Gizmodo.

S'agissant de la terraformation de Mars, il convient également de prendre en compte la logistique et les matériaux mis à la disposition des géo-ingénieurs qui osent se lancer dans un projet de ce type multigénérationnel. Dans leur article de 2018 sur la Nature, Bruce Jakosky et Christopher Edwards de l'Université du Colorado, Boulder ont cherché à comprendre combien de dioxyde de carbone serait nécessaire pour augmenter la pression atmosphérique sur Mars, au point que les humains pourraient travailler à la surface sans porter de pression. costumes, et d’augmenter la température de sorte que de l’eau liquide puisse exister et persister à la surface. Jakosky et Edwards ont conclu qu'il n'y avait pas assez de CO2 sur Mars requis pour la terraformation , et que les futurs géo-ingénieurs devraient importer les gaz nécessaires pour le faire.

 

Pour être clair, la terraformation n'est pas nécessairement une impossibilité, mais les délais et les technologies requises excluent la possibilité de maintenir de grandes colonies vibrantes sur Mars dans un avenir proche.

 

Jusque-là, une planète non terraformée offrira un environnement hostile aux pionniers aventureux. Tout d’abord, il faut faire face à l’intense irradiation qui confrontera les colons avec un fardeau de santé constant.

Horgan a déclaré que la colonisation de Mars présentait de nombreux défis, dont l'exposition aux rayonnements. C'est un «problème auquel beaucoup de gens, y compris ceux de SpaceX, ne pensent pas trop clairement», a-t-elle déclaré à Gizmodo. Vivre sous terre ou dans des bases blindées peut être une option, a-t-elle déclaré, mais nous devons nous attendre à ce que les taux de cancer soient encore "d'un ordre de grandeur supérieur" compte tenu de l'exposition accrue au fil du temps.

«Vous ne pouvez faire que beaucoup avec la radioprotection», a déclaré Horgan. «Nous pourrions quantifier les risques pendant environ un an, mais pas à très long terme. Le problème est que vous ne pouvez pas rester là-bas [c.-à-d. Sous terre ou dans des bases] pour toujours. Dès que vous sortez pour faire quelque chose, vous avez des problèmes », a-t-elle déclaré.

Horgan a souligné une étude récente de Nature indiquant que les radiations sur Mars sont bien pire que ce que nous pensions, ajoutant que "nous n'avons pas encore les solutions à long terme, à moins de vouloir risquer des maladies dues aux radiations". En fonction du degré d'exposition, des radiations excessives peuvent provoquer des brûlures cutanées, des radiations, des cancers et des maladies cardiovasculaires.

 

Friedman convient que, en principe, nous pourrions créer des environnements artificiels sur Mars, que ce soit en construisant des dômes ou des logements souterrains. Le problème des radiations pourrait être résolu, a-t-il déclaré, "mais les problèmes sont toujours énormes et, dans un sens, anti-humains."

La vie dans une colonie martienne serait misérable, avec des personnes obligées de vivre dans des bases souterraines éclairées artificiellement, ou dans des stations de surface très protégées avec un accès très réduit au plein air. La vie dans cet environnement clos, avec un accès limité à la surface, pourrait entraîner d'autres problèmes de santé liés à une vie en intérieur exclusive, tels que la dépression, l'ennui dû au manque de stimulus, une incapacité à se concentrer, une vue faible et une pression artérielle élevée - ne pas mentionner une déconnexion complète de la nature. Et comme la Station spatiale internationale, les habitats martiens seront probablement un désert microbien, abritant seulement un petit échantillon des bactéries nécessaires pour maintenir un microbiome humain sain. 

 

Un autre problème concerne la motivation. Comme Friedman l'a fait remarquer plus tôt, nous ne voyons pas de colons vivre en Antarctique ou sous la mer, alors pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que des tas de gens veuillent vivre dans un endroit beaucoup plus désagréable? Cela semble être une alternative médiocre à la vie sur Terre, et certainement un important pas en avant en termes de qualité de vie. On pourrait même faire valoir que, pour les familles potentielles qui espèrent engendrer de futures générations de colons martiens, il s’agit à la limite d’une cruauté .

 

Et cela en supposant que les humains pourraient même se reproduire sur Mars, ce qui est une question ouverte. Abstraction faite des effets néfastes des radiations sur le fœtus en développement, la question de la conception est à prendre en compte dans le contexte de la vie dans un environnement de gravité minimale. Nous ne savons pas comment le sperme et l'ovule vont agir sur Mars, ni comment vont se dérouler les premières étapes critiques de la conception. Et surtout, nous ne savons pas comment la faible gravité affectera la mère et le fœtus.

Seidler, un expert en physiologie humaine et en kinésiologie, a déclaré que la question de la gestation humaine sur Mars est une inconnue gênante. Le fœtus en développement, a-t-elle dit, risque de s'asseoir plus haut dans l'utérus en raison de la gravité inférieure, ce qui exercera une pression sur le diaphragme de la mère rendant difficile la respiration. La faible gravité peut également «confondre» le processus gestationnel, retarder ou entraver les phases critiques du développement du fœtus, telles que la chute du fœtus à la semaine 39. Sur Terre, les os, les muscles, le système circulatoire et d'autres aspects de la physiologie humaine se développent en travaillant contre la gravité. Il est possible que le corps humain s'adapte à la situation de faible gravité sur Mars, mais nous ne le savons tout simplement pas. Un utérus artificiel est peut-être une solution possible, mais encore une fois, ce n’est pas un problème auquel nous aurons bientôt accès, ni le problème de faible gravité en ce qui concerne le développement du fœtus (à moins que l’utérus ne soit placé dans une centrifugeuse simuler la gravité).

 

On peut faire valoir que toute tentative de procréer sur Mars devrait être interdite jusqu'à ce que nous en connaissions plus. L’application d’une telle politique sur une planète aussi éloignée que 34 millions de kilomètres est une autre question, bien que l’on puisse espérer que les sociétés martiennes ne régresseront pas au mépris de la loi et à un mépris total de la sécurité publique et des normes éthiques établies.

 

Pour d'autres colons, la gravité minimale sur Mars pourrait entraîner de graves problèmes de santé à long terme. Les études d'astronautes ayant participé à des missions de longue durée d'une durée d'environ un an présentent des symptômes inquiétants , notamment des pertes osseuses et musculaires, des problèmes cardiovasculaires, des troubles immunitaires et métaboliques, des troubles de la vision, des problèmes d'équilibre et de sensorimoteurs, parmi de nombreux autres problèmes de santé. Ces problèmes peuvent ne pas être aussi graves que ceux rencontrés sur Mars, mais encore une fois, nous ne le savons tout simplement pas. Peut-être qu'après cinq, dix ou vingt ans d'exposition constante à une gravité faible, des troubles similaires liés à la gravité vont s'installer.

 

Les recherches de Seidler sur les effets de la microgravité suggèrent que c'est une possibilité distincte.

"Oui, il y aurait des changements physiologiques et neuronaux qui se produiraient sur Mars en raison de son environnement à gravité partielle", a-t-elle déclaré à Gizmodo. «On ne sait pas si ces changements se stabiliseraient à un moment donné. Mon travail a montré un mouvement ascendant du cerveau dans le crâne en microgravité, certaines régions de la substance grise augmentent et d'autres qui diminuent, des changements structurels dans la substance blanche du cerveau et des mouvements fluides vers le haut de la tête. "

Seidler a déclaré que certains de ces changements étaient proportionnels à la durée de l’exposition en microgravité, allant de deux semaines à six mois, mais elle n’a pas regardé plus loin.

"Certains de ces effets devraient éventuellement atteindre un plateau - il existe par exemple une limite structurelle au volume de fluide que le crâne peut contenir", a-t-elle déclaré. «Et le système nerveux est très adaptable. Il peut «apprendre» à contrôler les mouvements en microgravité malgré les modifications apportées aux entrées sensorielles. Mais encore une fois, on ne sait pas quelles sont les limites supérieures. "

Les effets de la gravité partielle par rapport à la microgravité ne sont peut-être pas aussi graves, a-t-elle dit, mais dans les deux cas, différentes entrées sensorielles pénètrent dans le cerveau, car elles ne sont pas chargées de poids comme d'habitude. Cela peut entraîner un mauvais sens de l'équilibre et des fonctions motrices compromises, mais des recherches suggèrent que les astronautes en microgravité s'adaptent finalement.

 

«Il reste encore beaucoup de questions sur les effets de la microgravité et de la gravité partielle sur la physiologie humaine», a déclaré Seidler à Gizmodo. «Nous ne comprenons pas encore les implications pour la sécurité ou la santé. Il faut en faire plus. "

 

Les astronautes qui reviennent de missions de longue durée ont des difficultés à rentrer sur Terre au cours des premiers jours, souffrant de nausées, de vertiges et de faiblesses. Certains astronautes, comme Scott Kelly de la NASA, ne se sentent plus jamais comme avant , avec notamment une baisse des résultats aux tests cognitifs et une altération de la fonction des gènes . Les travaux de Scott Wood, de la NASA, ont montré que le temps de récupération des astronautes est proportionnel à la durée de la mission: plus la mission est longue, plus la récupération est longue.   Fait troublant, nous n’avons aucune donnée concernant l’exposition en microgravité au-delà d’un an environ, et la question des effets de la gravité sur le corps humain après des années, voire des décennies, reste ouverte.

 

En gardant cela à l’esprit, la question de savoir comment les colons martiens pourraient se comporter lors d’une prochaine visite sur Terre reste ouverte. Il peut s’agir d’une expérience brutale, surtout après des années passées dans un environnement de gravité partielle. Les enfants nés sur Mars (si c'est même une possibilité) pourraient ne jamais être en mesure de visiter la planète d'origine de leur espèce.

Et ce sont les problèmes de santé qui, selon nous, pourraient poser problème. Une foule d'autres problèmes sont susceptibles d'exister, donnant lieu à des maladies martiennes spécifiques affectant nos cerveaux, nos corps et notre bien-être émotionnel. La durée de vie humaine sur Mars sera probablement beaucoup moins longue que sur Terre, mais encore une fois, nous ne le savons tout simplement pas.

 

Enfin, il faut tenir compte de la survie quotidienne. L'accès limité aux ressources fondamentales, telles que la nourriture et l'eau, pourrait limiter davantage la capacité d'une colonie à se développer et à prospérer.

"Il est possible d'établir des ressources stables pour pouvoir vivre longtemps, mais ce sera difficile", a déclaré Horgan. «Nous voudrons être proches de l'eau et de la glace d'eau, mais pour cela, nous devrons aller assez loin au nord. Mais plus on va vers le nord, plus les conditions deviennent rudes. Les hivers sont froids et il y a moins de soleil. Les colons auront également besoin de sources de nourriture stables et trouveront un moyen de garder les plantes loin des radiations. Le régolithe, ou sol, sur Mars est toxique, il contient des produits chimiques dangereux à base de perchlorate, ce qui doit également être évité. Pour faire pousser des cultures, les colons vont probablement construire des serres hydroponiques souterraines. Cela nécessitera un éclairage spécialisé, des plantes génétiquement modifiées conçues spécifiquement pour Mars et beaucoup d'eau, ce qui sera difficile à obtenir sur Mars.

«Les gens ne réalisent pas à quel point c'est compliqué», a déclaré Horgan. "Essayer de créer des colonies pour cibler ce que nous considérons comme sûr sera un grand défi."

 

Des solutions technologiques à ces problèmes peuvent exister, de même que des interventions médicales pour traiter des maladies spécifiques à Mars. Mais encore une fois, rien que nous pourrions éventuellement développer bientôt. Et même si nous développons des thérapies pour traiter les humains vivant sur Mars, ces interventions auront probablement une portée limitée, les patients nécessitant des soins et une attention constants.

 

Comme Martin Rees l'a souligné, Mars et d'autres environnements spatiaux sont «intrinsèquement hostiles aux humains», mais comme il l'a écrit dans son livre :

[Nous] (et notre progéniture ici sur Terre) devrions encourager les courageux aventuriers de l'espace, car ils auront un rôle central à jouer pour diriger l'avenir post-humain et déterminer ce qui se passera au XXIe siècle et au-delà.

 

Par avenir post-humain, Rees fait référence à une ère hypothétique d'avenir au cours de laquelle l'homme a subi d'importantes modifications biologiques et cybernétiques telles qu'il ne peut plus être classé comme tel. Ainsi, même si Mars restera inaccessible à l' Homo sapiens ordinaire et banal, la Planète rouge pourrait devenir disponible pour ceux qui osent se modifier et modifier leur progéniture.

Une solution possible consiste à modifier radicalement la biologie humaine pour rendre les colons martiens spécialement adaptés à la vie, au travail et à la procréation sur la planète rouge. Comme Rees l'a écrit dans On the Future :

 

Donc, parce qu'ils seront mal adaptés à leur nouvel habitat, les pionniers explorateurs auront une incitation plus convaincante que ceux d'entre nous sur Terre à se redéfinir. Ils exploiteront les technologies génétiques et cyborg super puissantes qui seront développées au cours des prochaines décennies. On espère que ces techniques seront fortement réglementées sur Terre, pour des raisons prudentielles et éthiques, mais les «colons» sur Mars seront bien au-delà des griffes des régulateurs. Nous devrions leur souhaiter bonne chance dans la modification de leur progéniture pour s'adapter aux environnements extraterrestres. Cela pourrait être le premier pas vers la divergence vers une nouvelle espèce. La technologie cyborg viendrait compléter la modification génétique. En effet, il pourrait y avoir une transition vers des intelligences totalement inorganiques. Ce sont donc ces aventuriers de l'espace, et non ceux d'entre nous qui nous sommes bien adaptés à la vie sur Terre, qui seront le fer de lance de l'ère posthumaine.

 

En effet, modifier les humains pour les rendre adaptables à la vie sur Mars nécessitera des changements spectaculaires.

Notre ADN devrait être spécialement conçu pour permettre une vie longue et saine sur Mars, y compris des modifications génétiques pour une bonne santé des muscles, des os et du cerveau. Ces traits pourraient être rendus héréditaires, de sorte que les colons martiens pourraient transmettre ces caractéristiques à leur progéniture. Dans les cas où la biologie n’est pas à la hauteur de la tâche, les scientifiques pourraient utiliser des améliorations cybernétiques, notamment des neurones artificiels ou une peau synthétique capable de lutter contre les rayons UV dangereux. Les nanotechnologies sous forme de machines moléculaires pourraient fournir des médicaments, effectuer des travaux de réparation et éliminer le besoin de respirer et de manger. Ensemble, ces changements donneraient naissance à une toute nouvelle espèce d’homme - une espèce spécialement conçue pour Mars.

 

Craig Venter, biologiste et généticien de synthèse, estime que cette possibilité est tout à fait différente. Tout en prononçant un discours lors d'un événement de la NASA en 2010, Venter a déclaré : «Peu de choses excitent mon imagination en essayant de concevoir des organismes - même des personnes - pour un vol spatial à long terme et peut-être une colonisation d'autres mondes."

 

Comme certaines des solutions proposées, cela n'arrivera pas de si tôt et ce ne sera pas facile. Et cela peut même ne pas arriver. Ce qui évoque une perspective plutôt décourageante : nous sommes peut-être coincés sur Terre.

Comme Friedman l'a souligné, cela comporte des implications existentielles et philosophiques assez lourdes. Si les humains ne peuvent pas se rendre sur Mars, cela signifie que nous sommes destinés à être «une espèce à une seule planète», a-t-il déclaré. De plus, cela suggère que les civilisations extraterrestres pourraient être dans le même bateau et que le potentiel de "vie intelligente qui se propage dans l'univers est très très sombre", a-t-il déclaré à Gizmodo.

«Si nous ne pouvons pas nous rendre sur une planète proche avec une atmosphère, de l'eau et une surface stable, ce qui, en principe, suggère que nous pourrions le faire, nous ne pourrons certainement pas aller au-delà», a déclaré Friedman. "Mais si nous sommes condamnés à être une espèce à planète unique, nous devons reconnaître à la fois psychologiquement et technologiquement que nous allons vivre dans les limites de la Terre."

Ce qui est un bon point. Que nous devenions éventuellement une espèce interplanétaire ou interstellaire reste une question ouverte. Nous devons travailler pour que cette perspective futuriste devienne une réalité, mais en attendant, nous devons nous assurer que la Terre - la seule planète habitable que nous connaissons - reste ainsi.

Edited by vaufrègesI3
  • Like 1
  • Thanks 8

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin un regard lucide sur cette folie furieuse... Merci Daniel. 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

:o:o:o

 

EXTRAORDINAIRE

FANTASTIQUE 

PHENOMENAL

PRODIGIEUX

 

L'extraordinaire vaisseau s'est élevé majestueusement dans le ciel texan !!!!!!

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca impressionne de voir voler un chauffe eau de cette taille !!

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

ca fait quand même beaucoup plus de fumée qu'un hélicoptère...

  • Like 1
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste un point de traduction au sujet du texte proposé par notre cher Vaufrèges.

La phrase «Mais ça sonne aussi un peu dans le ciel», au paragraphe 7, ne veut pas dire grand-chose en français, aussi suis-je allé vérifier la phrase originale.

 

Le texte d'origine est

“People like to be optimistic about the idea of colonizing Mars,” Seidler, a specialist in motor learning and the effects of microgravity on astronauts, told Gizmodo. “But it also sounds a bit pie-in-the-sky,”

 

Ce pie-in-the-sky est une expression dont le sens se rapproche de "utopique", ou "chimérique", et qui correspond à nos "promesses en l'air".

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai survolé en diagonale, mais l'idée c'est que les conditions de vie à long terme sur mars (notamment les conditions de gravité et d'exposition au rayonnement,...) exigent une adaptation qui se fait lentement au terme de mutations et sélections naturelles... donc il faudra envoyer des milliers d'hommes en comptant que 99% en crèveront pour que à terme de plusieurs générations une infinité s'adaptent en homo-marsus? :S

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, biver a dit :

J'ai survolé en diagonale, mais l'idée c'est que les conditions de vie à long terme sur mars (notamment les conditions de gravité et d'exposition au rayonnement,...) exigent une adaptation qui se fait lentement au terme de mutations et sélections naturelles... donc il faudra envoyer des milliers d'hommes en comptant que 99% en crèveront pour que à terme de plusieurs générations une infinité s'adaptent en homo-marsus? :S

 

Ce n'est pas tout à fait cette hypothèse qui est évoquée dans l'article. Car dans le cadre d'une très hypothétique évolution lente et de mutations dites "naturelles", on peut très certainement compter sur une mortalité de 100% avant même qu'un début de commencement d'évolution génétique puisse être envisagé :D

 

En fait l'article envisage une modification volontaire de notre ADN ainsi que des modifications génétiques, en clair modifier les humains pour les rendre adaptables à la vie sur Mars. Créer une autre espèce quoi, genre cyborg. C'est la solution ultime en quelque sorte, et elle est évoquée ici pour mieux en démontrer l'inanité.

 

Je cite l'article :

 

Par avenir post-humain, Rees fait référence à une ère hypothétique d'avenir au cours de laquelle l'homme a subi d'importantes modifications biologiques et cybernétiques telles qu'il ne peut plus être classé comme tel. Ainsi, même si Mars restera inaccessible à l' Homo sapiens ordinaire et banal, la Planète rouge pourrait devenir disponible pour ceux qui osent se modifier et modifier leur progéniture.

Une solution possible consiste à modifier radicalement la biologie humaine pour rendre les colons martiens spécialement adaptés à la vie, au travail et à la procréation sur la planète rouge.

/../

En effet, modifier les humains pour les rendre adaptables à la vie sur Mars nécessitera des changements spectaculaires.

Notre ADN devrait être spécialement conçu pour permettre une vie longue et saine sur Mars, y compris des modifications génétiques pour une bonne santé des muscles, des os et du cerveau. Ces traits pourraient être rendus héréditaires, de sorte que les colons martiens pourraient transmettre ces caractéristiques à leur progéniture. Dans les cas où la biologie n’est pas à la hauteur de la tâche, les scientifiques pourraient utiliser des améliorations cybernétiques, notamment des neurones artificiels ou une peau synthétique capable de lutter contre les rayons UV dangereux. Les nanotechnologies sous forme de machines moléculaires pourraient fournir des médicaments, effectuer des travaux de réparation et éliminer le besoin de respirer et de manger. Ensemble, ces changements donneraient naissance à une toute nouvelle espèce d’homme - une espèce spécialement conçue pour Mars.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avant de parler des difficultés insurmontables pour coloniser Mars je me demande si on ne devrait pas se poser la question : coloniser Mars, pour quoi faire ?

Sur Terre nous avons tous les paramètres ad hoc alors que sur Mars il n'y en a aucun ...

Si c'est le RC qui préoccupe, puisons dans nos milliards pour rétablir une Terre qui nous voulait du bien . Ce sera, et de très loin la solution la plus facile et la plus économique .

  • Like 4
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Très juste, si ça continue, nous serons obligés de terraformer... la terre, que nous aurons rendue inhabiltable...

Edited by Kaptain
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, ALAING a dit :

Envoyer un silo à 150m de hauteur, c'est tout simplement prodigieux ;)

Avec ça la colonisation de Mars n'est plus très loin ;)

 

Oui mais mine de rien, ça donne du grain à moudre aux   "utopoastronautranshumanisto-délirants " qui continuent à rouler dans la farine les naïfs qui ne voient pas plus loin que leur bout de doigt en pointant , admiratifs , cette jolie fusée vintage.

 

Après , si ladite fusée passe à plus de 500 mètres , faut voir...Si tous les "platistes" du monde voulaient bien se donner la main pour grimper dans cet engin , avec ses créateurs , on peut rêver à un joli tir groupé de charlatans et de crétins :ph34r:

Un premier geste non négligeable pour la planète et l'intelligence serait alors accompli ! -_-

 

 

Amitiés

Edited by hamilton
  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, Alain 31 a dit :

Si c'est le RC qui préoccupe, puisons dans nos milliards pour rétablir une Terre qui nous voulait du bien . Ce sera, et de très loin la solution la plus facile et la plus économique .

 

économique, économie, c'est là que le bât blesse !

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 53 minutes, iblack a dit :

économique, économie, c'est là que le bât blesse !

 

Oui, mais le problème c'est que beaucoup d'économistes agitent un plan dégressif..

  • Haha 8

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

Oui, mais le problème c'est que beaucoup d'économistes agitent un plan dégressif..

 

Aucun d'entre eux n'est d'accord avec l'autre, en fait. L'économie n'est pas une science, ils passent leur temps à remettre leurs calculs avant qu'on ne les rembarre.

  • Like 2
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Superfulgur a dit :

Aucun d'entre eux n'est d'accord avec l'autre, en fait. L'économie n'est pas une science, ils passent leur temps à remettre leurs calculs avant qu'on ne les rembarre

 

Enfin un peu de laideur dans cette belle rubrique!

  • Like 1
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop forts les mecs, j'ai pas pigé la première à Vaufrèges :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, ALAING a dit :

Trop forts les mecs, j'ai pas pigé la première à Vaufrèges :)

 

Je me suis renseigné,  aucun plan dégressif à Beaumont le Vicomte.. 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 45 minutes, ALAING a dit :

Trop forts les mecs, j'ai pas pigé la première à Vaufrèges :)

 

Ça se passe sur les 2 derniers... :)

Moi c'est celle de Piotr que je vois pas... :(

Edited by Kaptain

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now