LaurentLab

Montage innovant d'une boussole

Recommended Posts

Mais où ai je été péché cette idée ?

C'est pourtant simple ,il suffisait d'y penser .

Jamais facile d'orienter son scope au nord avec précision quand on est seul

Je vous présente ma solution très simple :1 boussole , 2 magnets de frigo , 2 morceaux d'adhésif double face .

A tester sans tarder ,demain il sera trop tard ....

Laurent

 

IMG_20190328_122456.jpg

IMG_20190328_122529.jpg

  • Like 1
  • Haha 7

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

C'est sur que ton nord sera toujours vers la vache qui rit… magnétique ! :D

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais c'est bon sang bien sûr :)

C'est dingue qu'aucun constructeur n'y ait pensé avant ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et comme ça tu ne perdras jamais le nord, quelle que soit la direction pointée, toujours droit devant :D!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca marche mieux avec des poissons (surgelés ?) plutôt que des vaches (qui rient) non ?

 

Marc

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

...et surtout avec un poisson pêché an Atlantique Nord, forcément...:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut juste faire attention que la boussole ne soit pas influencée par la présence des aimants et ça devrait bien fonctionner ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, skywatcher a dit :

Faut juste faire attention que la boussole ne soit pas influencée par la présence des aimants et ça devrait bien fonctionner ;)

 

En fait, le mieux c'est de prendre une boussole avec une aiguille en plastique :)

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

attention, par expérience ce genre de boussole, n est pas très fiable, de plus posée sur un tube de tôle cela peut influencer , l idéal est d avoir un compas sphérique (type Bateau) CI JOINT PHOTO   c est ce que j utilise, et il n est pas posé sur le tube, il suffit de faire une visée avec la tête de monture, et non le scope, et ca fonctionne très bien.

 

bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites

et pour le niveau, on prend aussi un fil de pêche, accroché au dos de l'instrument?

Share this post


Link to post
Share on other sites

voici le type de boussole( compas) c est mieux.

 

c est un modèle basique, le mien est plus précis, on peut toujours en trouver d occase dans les boutiques nautiques.

 

 

IL FAUT  faire coincider le trait blanc vertical du milieu avec le trait rouge au fond, et aussi  ces deux traits sur l azimuth Nord

 

tu recules d un mètre et ta tête de monture doit être alignée sur ces deux traits, axe viseur polaire, ca marche du tonnerre..

 

bruno

2010_020.jpg

Edited by vindematrix

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention à ne pas oublier de prendre en compte la DMR (déclinaison magnétique relative) dans tes pointages, sinon, c'est le loose topo garanti:ph34r:

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

c est exact, une vérif de nuit avec la polaire, et viseur, pour régler, le COMPAS ,  lelendemain faire une comparaison .Un étalonnage en quelque sorte

On sait si notre pointage nord est bon.

Ceci est surtout utilisé pour une MES de jour sans étoiles, en rando ,car rien ne vaut une MES DE nuit.

 

bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Philippoïde a dit :

ça pointe vers le taureau ?

Non, je ne crois pas, plutôt 2 constellations avant sur le zodiaque... d'avril ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Philippoïde a dit :

ça pointe vers le taureau ?

 

Plutôt vers les poissons... xD

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous n'avez rien compris. L'idée est génialissime.

 

Ce n'est pas pour rien qu'il y a DEUX aimants : les deux aimants s'annulent, donc la boussole donne le nord pour de vrai !

 

Sur mon tube en alu, ça marche nickel et je peux faire ma mise en station aussi bien qu'avec les yeux fermés, les bras dans le dos et les fingers in the nose.

Edited by Fred_76

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben moi je mets directement un bocal sur mon tube avec un Saumon Rouge de l'arctique à l'interieur. Il indique le Nord quand il essaye de remonter le courant. Il reste horizontal, donc quand j'incline le scope l'angle entre le Saumon et la surface penchée de l'eau donne la hauteur. Simple et efficace aussi.

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Philippoïde
      Bonjour,
      Comme je crois qu'il y a encore pas mal de bricoleurs dans le monde des astrams, j'ai mis en ligne une page pour vous présenter un petit système d'aide au pointage de type "PUSH TO", c'est à dire un truc qui vous dit où pointer le télescope tout en comptant sur vos muscles.
      Evidemment il y a déja de nombreux sytèmes commercialisés mais c'est toujours amusant et instructif de faire soi-même.
      vous trouverez la page à cette adresse
      Bonne lecture
      Glob
    • By nicephore
      Bonsoir,
       
      Celestron : des télescopes brillants fait par des ingénieurs brillants! 
      Mes propos sont évidemment ironiques.
      Pourquoi dis-je cela?
      Car j'ai acheté mon premier télescope un C8 en 1993 avec mes premiers salaires, le tube intérieur était déjà brillant à l'époque ! J'ai mis des anneaux anti-reflets à l'intérieur avec un gain en contraste très net!
      Puis il y a 2 ans j'ai acheté un C11 RASA, et bim tube toujours brillant  --> démontage (percage pour ventilation) et pose de feutrine dans le tube. En 25 ans toujours les mêmes erreurs...
      Je l'ai refait ensuite dans des C11, C14 et meade 305mm.
       
      Donc j'ai proposé à mon club (SAHL à Vevey en Suisse) de poser de la feutrine dans le tube du C14 qui se trouve sous la coupole.
      Et voici les photos avant -> après = c'est sans appel la différence !
       
      Y a plus qu'a voir ce que ca donne (sur mars par exemple) ...mais vu la météo va falloir être patient...
      David.

    • By 6fab
      Juste un petit mot pour remercier Sauveur qui m'a filé une astuce quand on utilise ces chercheurs réticulés mais pas éclairés :
      diriger sa frontale rouge de façon parallèle au chercheur et mettre ses doigts devant ledit chercheur : miracle le réticule devient visible !
      Bon ciel !
      Fabien
    • By gruon11
      Bonjour. Ayant acquis une platine adm pour monter une skywatcher 80/400 sur mon C8, je dois assembler les 2 à l'aide de cales. Toutefois les cales proposées en magasin (geoptik par ex) sont percées d'un trou central non taraudé. Côté barillet du C8 (2 vis latérales pour visser la cale au tube), je suis donc embêté pour assembler la platine au C8 qui, elle, a un trou central de diam 5. J'avais envisagé de retarauder le trou de la cale à M6, et il me faudrait refraiser le trou oblong de la platine à 6,5 pour le passage de vis et rainurer à  presque 8... mais je n'ai pas de fraiseuse. Quequ'un aurait il monté une adm sur un C8, et comment ? Merci pour l'aide


    • By BobSaintClar
      Amis binaires, bonjour !
       
      Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années.
      Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit.
       
      Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur.
      Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"...
      C'est vrai ! Mais...
      ... Il y a un "mais"
       
      Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique.
      Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc).
       
      Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon !
       
      Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours :

       
      En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation.
      En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie.
      En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge.
      En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge)
       
      Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur !
       
      Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge :
       

       
      Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert !
       
      Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe :
       

       
      Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde...
       
      Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu !
       
      Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)...
       

       
      ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre !
       
      Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) :
       

       
      On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge...
       
      Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge.
      Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ??
      Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" !
      Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris !
       
      Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose :
       

       
      C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" !
       
      Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir :
       
      - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite.
      - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR.
       
      Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique.
       
      N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur.
       
      Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé...
       
      En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur.
      A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final :
       
      - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire
      - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu
      - L'eau très sombre, presque noire
      - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés
       
      Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé.
       
      L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal".
       
      Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ?
      Ce sera le sujet de mon prochain post...
       
      A suivre
  • Upcoming Events