yapo

Eitiaro d’èsta

Recommended Posts

Une synthèse de mes observations de l’été va suivre ci-dessous. Il y aura un post par nuit d’observation, histoire d’éviter le flooding et le dispersement : moins facile pour retrouver tel ou tel objet, mais rien ne vaudrait un site dédié pour cela (le projet de Serge de répertoire communautaire de dessins est à ressusciter). C’est toujours depuis mon site queyrassin au bon ciel avec mon léviathan (au niveau poids/encombrement) de 45cm.

 

La nuit du 30 au 31 juillet, j’ai commencé par Saturne (je demande solennellement à ceux qui me connaissent et commencent à sourire en coin de cesser immédiatement :ph34r:). Ben ouais, en montrant la planète aux anneaux à des curieux de passage, j’avais trouvé la configuration d’étoiles à proximité suffisamment étonnante pour qu’il s’agisse -à n’en pas douter- de satellites. J’ai croqué ça vite fait pour la postérité, mais je regarde tellement rarement les planètes que je ne vous présenterai pas mon 1er jet tellement j’ai honte :$. Heureusement, le daao donne quelquechose de montrable.

 

saturne_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

T445x364

 

fiche d'observation

 

Mais je suis rapidement passé à des choses plus sérieuses (comprenez le ciel profond) car la nuit avançait rapidement et je n’avais pas commencé très tôt (il faut reprendre ses marques les premières nuits lorsqu’on s’est éloigné trop longtemps de son matériel). La turbulence était exceptionnellement calme (S=2) pour mon site de vallée alors j’en ai profité pour tenter d’observer un challenge pour mon optique (médiocre) que d’aucuns pourraient trouver aisé pour l’instrument que j’utilise, mais qui lui a cependant échappé à de nombreuses tentatives : la centrale de M57. C’est un peu mon graal et j’y allais cette fois encore plus par abnégation que par enthousiasme. 4 à 5 glimpses par minute sont venus, ô miracle, récompenser ma ténacité : pourquoi maintenant, et comment ? Difficile à dire, sans doute une combinaison collimation/seeing/expérience. En tout cas, j’ai localisé l’endroit précis sur lequel centrer la vision pour que l’étoile centrale soit dans la bonne zone rétinienne décalée (pour un G de 364x) : le bord externe de l’anneau, immédiatement au dessus (à la verticale) à 0.8’ de la centrale, soit à l’extrémité d’une extension latérale soit très légèrement à l’extérieur s’il s’agit du petit axe (point indiqué VD sur le champ explicatif de ma fiche d’observation). Ce soir là, j’étais dans une configuration propice à fixer l’extrémité de l’extension Sud-Ouest. Yes, un bon début !

 

m057_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

T445x364 sans filtre

 

fiche d'observation

 

J’ai continué par un objet déjà observé à d’autres ouvertures, mais dont je n’avais pas enregistré la silhouette au T445 : Minkowski 1-92, l’empreinte de pas. J’avais oublié combien cette nébuleuse est petite et bien que la turbulence fusse coopérante, l’empreinte n’était pas hyper-évidente (en tout cas la séparation plante-talon). Je vous propose donc un zoom du dessin pour mieux apprécier l’empreinte qui reste minuscule dans le daao réduit en jpg.

 

m1-92_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

T445x364 sans filtre

 

m1-92z_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

zoom

 

fiche d'observation

 

Un dessin fut ensuite réalisé du groupe de galaxies autour de NGC 7146 & 7147, croquis complété quelques nuits plus tard (je vous le présenterai à ce moment là) et un peu fatigué, je terminais cette première séance d’observation un peu avant la fin de nuit astronomique vers 2h TU.

  • Like 8
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Chapeau pour l'ensemble et mention spéciale pour la Lyre. Magnifiques coups de crayon.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui, avec ces champs hyper peuplés on se croirait à l'oculaire ! Je n'ai pas tenté souvent la centrale et n'y suis encore jamais parvenu ...Mais je pense que c'est comme Sirius B, tu tentes 10 fois avec 10 échecs parce que  les conditions ne sont pas là, et le jour où tout va bien tu t'étonnes presque de la facilité (relative pour la CS de M57 quand même !)

 

Bon ben on attend la suite ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, STF8LZOS6 a dit :

Magnifiques coups de crayon.

Plutôt des clics de souris sur les daaos présentés ici.

 

Il y a 3 heures, etoilesdesecrins a dit :

on se croirait à l'oculaire !

ça fait plaisir, c'est le but ! ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Yann,

Bien que la turbulence fut coopérante, j'eusse préféré que tu évitasses la dispersion 9_9

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Bertrand13 a dit :

Bien que la turbulence fut coopérante, j'eusse préféré que tu évitasses la dispersion 9_9

Je te rassure, le croquis ne m'a pris que quelques minutes… C'est la configuration des satellites qui m'a interpellé, je ne sais pas pourquoi, un instant d'égarement. Je n'ai pas récidivé depuis, mais mea maxima culpa.

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

D’ailleurs la nuit suivante, du 31 juillet au 1er août, la turbulence est redevenue normale (S=3) avec une transparence à peine atténuée par un léger voile de cirrostratus provoquant un halo autour des étoiles brillantes seulement. La magnitude visuelle limite à l’oeil nu dans la Petite Ourse n’en souffrait pas, constante à 6.8 comme la veille.

 

J’ai commencé par un petit et faible quatuor de galaxies, plutôt trio de prime abord avec NGC 6161, 6162 et 6163 qui s’articulent en triangle rectangle assez remarquable et que la faible PGC 58231 vient transformer en parallélogramme étiré. Le groupe est un de ceux compacts d’Hickson (n°82).

 

N6161-6162-6163-hcg082_daaoT445x271-0.30

T445x271


fiche d'obs 6161

fiche d'obs 6162

fiche d'obs 6163

 

Après l’empreinte de pas hier, j’ai visité sa consoeur la nébuleuse de l’oeuf (PK 80-6.1) dont je voulais tâter le degré d’accessibilité des extensions radiales si photogéniques sur les clichés du Hubble Space Telescope. Alors on commence à les distinguer (mais pas les vagues tout de même) comme des prolongations bien plus faible au delà des deux lobes. Bien sûr, j’ai réitéré l’observation désormais bien documentée de sa polarisation, bien plus importante sur le lobe Sud qui "s'éteint" quasiment quand on tourne l’oculaire muni d’un filtre polarisant simple dans le porte-oculaire. On arrive même à déterminer une valeur assez proche du maximum d’extinction vers PA 90° (soit vers l’Est).

 

pk080-061_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

pk080-061pola_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271, filtre polarisant vers l'Est

 

 

pk080-061z_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

zoom


fiche d'obs

 

Et puis j’ai terminé la nuit par la petite nébuleuse planétaire Hu 1-2 (PK 86-8.1) que je n’avais pas encore dessinée dans le Léviathan de la Clapière. Elle est difficile à lire et son aspect proche du sablier à la M27 n’est pas très marqué (sans doute par une répartition plus anarchique de densité). J’ai noté un centre plus brillant à l’OIII et un faible résidu central au Baader Solar Continuum (le filtre anti-nébuleuse de Bertrand, propre à révéler les étoiles centrales enfouies), cependant je ne pense pas qu’il s’agisse de la centrale (m=16+) mais sans doute du noyau [OIII] en acte de résistance!

 

pk086-081_daaoT445x271-0.300bdo.jpg

T445x271 sans filtre

 

pk086-081wr65a_daaoT445x271-0.300bdo.jpg

T445x271, filtre vert Wratten 65A

 

pk086-081uhc_daaoT445x271-0.300bdo.jpg

T445x271, filtre UHC

 

pk086-081oiii_daaoT445x271-0.300bdo.jpg

T445x271, filtre OIII

 

pk086-081bsc_daaoT445x271-0.300bdo.jpg

T445x271, filtre BSC

 

fiche d'obs

 

Et hop, au dodo ce soir là (et maintenant aussi)...B|

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann qui a observé une planète au risque de bousiller son acclimatation nocturne, c'est une première !!

J'espère que tu n'avais consommer de guillestrine juste avant parce que si tu ajoutes un apport de vitamine E en plus t'es foutu pour la soirée ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

De mémoire j'avais aussi perçu la différence de luminosité dans les 2 parties de l'Oeuf au T300. Et je ne voudrais pas dire de bêtise mais il me semble qu'elle était déjà devinée à la lunette il y a quelques années (avais-je alors meilleure vue ?). Sa mag de 12 a 12.5 selon les sources et sa taille modérée la placent dans une possible candidature, mais je crois aussi me rappeler d'une sacré galère pour le repérage à ce diamètre !

Pour les autres objets, je ne connais pas

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/10/2019 à 11:50, laurent13 a dit :

Yann qui a observé une planète au risque de bousiller son acclimatation nocturne, c'est une première !!

Que veux-tu, tout fout le camp dans ce pays ! 9_9

 

Le 30/10/2019 à 11:50, laurent13 a dit :

J'espère que tu n'avais consommer de guillestrine juste avant parce que si tu ajoutes un apport de vitamine E en plus t'es foutu pour la soirée ;)

J'ai observé avec l'oeil non-directeur… et j'avais ingurgité des myrtilles pas bien mûres sur les sentiers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une moisson... extrême!

 

Marrant le coup du filtre polarisant. Y a-t-il d'autre objets qui présentent le même phénomène?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann, on ne retiendra que ton  dessin planétaire à la L60 ! Ton empreinte de pas doit rappeler à certains un certain dossier spécial dans Ciel extrême... On n'y retournerait presque (sur l'objet mais aussi sur la revue papier). Amicalement Fabrice.

C'est quoi le titre "extrême" de ton post !?!

Edited by Sky runner

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Merope a dit :

Marrant le coup du filtre polarisant. Y a-t-il d'autre objets qui présentent le même phénomène?

A priori, des zones sur la nébuleuse du Crabe, mais je pense qu'il faut du diamètre. Dans la littérature professionnelle j'ai trouvé NGC 7023 polarisée à 12% (Egg Nebula c'est 30 à 40%), M42 polarisée de 7 à 12%, NGC 2261 la nébuleuse variable de Hubble de 20 à 40%. De ton côté de la planète, il y a la nébuleuse du Boomerang (GN 12.41.9) dans le Centaure qui a l'air également fortement polarisée (jusqu'à 60% en intensité "in the walls of the lobes"), mais ça n'a pas l'air d'une nébuleuse facile.

De manière générale, les jeunes objets stellaires (YSOs) montrent un propension générale à la polarisation. Reste à trouver les objets suffisamment brillants où la polarisation locale est suffisamment forte pour être observée. J'avoue ne pas faire de recherche systématique à ce sujet (alors que ce serait très novateur en observation visuelle).

 

il y a une heure, Sky runner a dit :

Yann, on ne retiendra que ton  dessin planétaire à la L60 !

Au Leviathan, Saturne, mon cher ! Je n'ai pas de L60 en activité.

 

il y a une heure, Sky runner a dit :

C'est quoi le titre "extrême" de ton post !?!

Ah enfin, un observateur qui ne lit pas le patois queyrassin dans le texte ou encore qui ne me croit pas capable d'une avalanche anarchique de doigts sur le clavier ! B| J'ai fait des recherches littéraires pour celui là : c'est "étoiles d'été" dans ce dialecte viaran-occitan mâtiné de termes ligures.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/10/2019 à 01:10, yapo a dit :

Bien sûr, j’ai réitéré l’observation désormais bien documentée de sa polarisation, bien plus importante sur le lobe Sud qui "s'éteint" quasiment quand on tourne l’oculaire muni d’un filtre polarisant simple dans le porte-oculaire. On arrive même à déterminer une valeur assez proche du maximum d’extinction vers PA 90° (soit vers l’Est).

Pour PK 80-6.1 et sa polarisation, le 31 juillet 97, tu avais fais un dessin un peu près similaire que j'ai conservé et tu parles d'un vecteur orienté PA = 110° +/- 10°. Yann, pourrais-tu trancher entre ces 2 valeurs d'observation ou alors on moyenne. Ce n'est pas pour te taquiner, c'est juste pour mes notes. Et merci pour tes commentaires généraux sur la polarisation.  Fabrice.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Sky runner a dit :

Yann, pourrais-tu trancher entre ces 2 valeurs d'observation ou alors on moyenne.

Je pense qu'un professionnel moyennerait. Mais si vous ajoutiez vos propres mesures, on pourrait même pondérer statistiquement ! B|

Share this post


Link to post
Share on other sites

La nuit exploitable suivante fut celle du 2 au 3 août, pour laquelle j’ai essayé de me mettre en place plus rapidement que les soirées précédentes. Bon, c’est les vacances quand même et faire acte de présence pour la famille se conçoit, même si un ciel piqué d’étoiles est une tentation immédiate à la désertion. Pendant l’installation, un très brillant satellite (ISS ou autre) m’a distrait quelques instants avec une trajectoire Nord-Ouest/Sud-Est très nonchalante. Le ciel était là encore bien transparent et sans nuage, mais avec une turbulence accrue (S=4).

 

J’ai commencé par NGC 6629, brillante nébuleuse planétaire du Sagittaire, particulièrement soumise à la turbulence donc. Je l’ai rapidement repérée grâce à un petit spectroscope (prisme d’Amici) adapté sur un oculaire de faible focale, comme un astre stellaire perdu parmi une jungle de spectres continus des étoiles adjacentes.

 

n6629_daaospT445x74-0.583_YPrbdo.jpgT445x74, spectroscope d'amici

 

A faible G, ce qui semble être une étoile centrale dominante est entourée par une belle (mais petite) couronne diffuse. La centrale est confirmée avec le filtre BSC qui éteint la nébuleuse et épargne (un peu) l’étoile centrale. En grossissant un peu, on note une partie centrale plus brillante (particulièrement à l’OIII), ce qui stratifie la nébuleuse. La nébuleuse répond bien aux filtres (sauf au Hß comme bien souvent pour ces objets).

 

n6629_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

n6629oIII_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271, OIII

 

n6629bsc_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271, filtre Baader Solar Continum

 

fiche

 

Comme c’est la saison, j’ai enchaîné avec deux nébuleuses planétaires, successives numériquement parlant dans le PK, mais assez différentes en ce qui concerne leur apparence. D’abord, Kohoutek 4-5 (PK 26-1.1) dans l’Ecu, bien révélée par les filtres et finalement assez « facile » à l’OIII, qui de plus m’a infligé une surprise : une fois le dessin terminée, je note le commentaire et j’y retourne quelques instants plus tard juste pour estimer l’éclat de quelques étoiles et c’est M11 qui est dans le champ ! La différence de position en ascension droite n’est effectivement que d’environ 5 minutes et la déclinaison quasiment constante.

 

pk026-011_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

pk026-011oIII_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271, OIII

 

 

fiche

 

Puis, c’est Peimbert 1-16 (PK 26-2.1) que je suis allé visiter à proximité toujours dans l’Ecu. Bien plus petite (quasi-stellaire à faible G) mais plus brillante vers le centre (surtout à l’OIII). Les champs stellaires en pleine Voie Lactée sont toujours réjouissants à admirer et plaisants à dépeupler à l’aide de filtres interférentiels pour mieux révéler les nébuleuses qui s’y cachent.

 

pk026-021_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jpg

T445x271

 

pk026-021oIII_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271, OIII

 

fiche

 

Une petite pause besoin naturel m’a donnée l’occasion de repasser par la terrasse du chalet et du coup fait naître l’idée de l’observation suivante. Piètre observateur à l’oeil nu (heureusement qu’un télescope comble mes lacunes), je me suis dit qu’un dessin de M33 sans aide optique en simple aveugle sans se référer aux cartes de repérage pouvait être un bon test. Mon repère habituel est une symétrie de position de M31 par rapport à beta AND, mais j’ai souvent un doute avec un amalgame toujours possible d’étoiles faibles non-résolues à proximité. Donc, j’ai scrupuleusement dessiné des étoiles jalons de M31 à M33, en passant par le grand amas NGC 752 également perceptible dans ces conditions. Le croquis original permet de constater que l’écart de position est suffisamment faible pour m’ôter le doute.

 

m033-m031-n0752_daaoON-30deg_YPrbdo.jpgdaao à l'oeil nu

 

m033-m031-n0752original_daaoON-30deg_YPrdessin original

 

fiche M31

fiche M33

fiche NGC 752

 

Ma période de doute persistant, j’ai également voulu vérifier l’ultra-faible nébuleuse planétaire que j’avais décelée à la limite autour de FG SGE (PK 60-7.1) en 2001. A l’époque, j’avais noté « à 400x, voile sans forme ni texture précise, visible de 125 à 400x sans filtre (!), disparaît avec les filtres (UHC=OIII=Hß=0/-1; halo d’humidité ? pourtant le halo est plus faible autour d’autres étoiles environnantes de même éclat...; ø d’environ 31”; centrale de m=13; étoile de m=16 sur la périphérie NE à 15” de la centrale. » Eh bien, là, la vérification m’a conforté dans l’idée d’avoir sans doute été trompé à l’époque par un biais observationnel et deux petites étoiles faibles très proches de la centrale à l’Est (moins de 10’’ de distance), l’ensemble « imitant » une étoile et sa couronne nébuleuse.

 

pk060-071_daaoT445x364-0.283_YPrbdo.jpg

T445x364

 

fiche

 

Ensuite, c’était au tour d’un petit groupe de galaxies autour de NGC 7146 et NGC 7147 d’être ausculté et en allant le chercher, j’ai été attiré par deux astérismes pauvres mais assez remarquables dans le champ. Baptisés ANR 2153+0316 et ANR 2153+0317 (les nostalgiques de Ciel Extrême apprécieront), ce ne sont que de pâles squelettes d’amas stellaires bien qu’ils m’aient semblés bien détachés dans le champ à faible G.

 

anr2153+0316-anr2153+0317_daaoT445x83-1.

T445x83

 

fiche ANR 2153+0316

fiche ANR 2153+0317

 

Pour le groupe de galaxies proprement dit, il regroupe six membres (dont une stellaire), dont une majorité de faibles autour de deux principales plus évidentes.

 

n7146-n7147_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.jp

T445x271

 

fiche LEDA 1242733

fiche LEDA 1243712

fiche NGC 7146

fiche NGC 7147

fiche PGC 67517

fiche PGC 67521

 

Le 3ème objet du catalogue d'Arp s’est ensuite offert à la voracité de mes oculaires, PGC 69293, dans le Verseau, mais ses nombreuses régions HII et son aspect tourmenté ont échappé à mon observation attentive, même avec l’utilisation de filtres interférentiels. A retenter par turbulence moins sévère…

 

p69293_daaoT445x182-0.458_YPrbdo.jpg

T445x182

 

fiche

 

J’ai poursuivi par un trio de galaxies gravitationnellement liées : NGC 7474, NGC 7475 et PGC 70382 plus hautes sur l’horizon que la précédente, dans Pégase. Sans détail particulier, ce trio ne vaut que par son alignement linéaire et la proximité de la galaxie PGC.

 

n7474-n7475-p70382_daaoT445x271-0.300_YP

T445x271

 

fiche NGC 7474

fiche NGC 7475

fiche PGC 70382

 

En cette fin de nuit, avant l’aube astronomique, j’ai tenté de voir un IFN (Integrated Flux Nebula), vous savez, une nébuleuse généralement de haute latitude galactique éclairée non pas par quelques étoiles proches mais plus globalement par la Voie Lactée elle-même. J’ai cherché celle proche de la galaxie NGC 7497 parce qu’elle semblait bien contrastée sur le DSS, mais chou blanc, que dalle, nada… Mel Bartels qui est le précurseur dans l’observation visuelle de ces objets avec ses propres optiques «Rich Field», l’a classée d’ordre « faible », donc comme il y a quelques exemplaires "brillants" dans ses listes, cela me laisse un espoir pour d’autres tentatives. J’ai tout de même dessiné la galaxie qui présente des extensions simili-boudougnes très faibles.

 

n7497_daaoT445x182-0.458_YPrbdo.jpg

T445x182

 

fiche

 

Pour clore cette nuit, j’ai pointé un couple physique de galaxies par la tranche (ce qui n’est pas si commun): UGC 12430 et UGC 12427. Le différence d’éclat est marquée ce qui rend l’allongement plus difficile à percevoir pour le membre le plus faible.

 

u12430-u12427_daaoT445x271-0.300_YPrbdo.

T445x271

 

fiche UGC 12427

fiche UGC 12430

 

Une nuit finalement longue et productive.

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon cher Yann,

 

j'avoue que j'ai du mal avec tes dessins où je ne vois généralement.... rien !

La vision décalée sur un écran, c'est pas trop mon truc.

Et pour étayer mon propos - tout personnel qu'il soit et qui n'engage que moi - je préfère infiniment ton croquis papier pour M31-M33 où là, on comprend l'observation. En le disant autrement, je trouve que d'avoir un rendu strictosenso identique à la vision à l'oculaire est dommage, car se noie dans les profondeurs des gris les plus sombres les quelques glimpses patiemment perçus sur de petites particularités, parfois après un rude combat avec soi-même. Et quelque part, le fait de percevoir ces glimpses fait -comme par magie, mais probablement davantage par perception de contrastes faibles - rehausser les nébulosités générales qui l'entourent. Pour témoigner de cela, seul un petit "up" sur les curseurs permet d'en témoigner, c'est donc aussi plus fidèle à une vision d'ensemble d'où sont perçus ces glimpses.

Une chose est par contre certaine, tes champs étoilés ainsi réalisés DAAO sont magnifiques.

En toute amitié, cela va de soi, et avec un immmmmense respect pour tes travaux hors normes.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, serge vieillard a dit :

j'avoue que j'ai du mal avec tes dessins où je ne vois généralement.... rien !

Oui Serge, je suis d'accord avec tout ce que tu dis (c'est finement analysé et c'est exprimé avec délicatesse, ce qui n'est pas toujours le cas sur les forums). D'ailleurs, c'est bien le but recherché, mais enfin pas jusqu'au point où le curieux se lasse de ne rien voir. D'ailleurs, vous avez peut-être remarqué que dans Astrosurf, le dessin ressort rarement de manière glorieuse dans ma chronique.... 

 

Alors d'abord, une fois lu le texte, ça vaut le coup de cliquer sur les images et de faire défiler (elles sont un peu plus grandes et lisibles). Ensuite, je trouve ça réaliste sur mon écran mais sur les vôtres pas forcément calibrés pareil, c'est possible que les seuils resserrés passent à la trappe.

 

Ensuite, comme je l'ai déjà dit à l'occasion, je souffre du stress post-traumatique provoqué par mes débuts en observation visuelle, victime comme beaucoup des mensonges photographiques*. Pour rappel : j'ai vainement cherché M42 pendant une semaine avant d'envisager que si, finalement, c'était ce petit brouillard diffus à la limite de perception la plus brillante nébuleuse du ciel vantée par l'ouvrage "Poussières d'étoiles". A cette époque et encore maintenant je pense -encore que je ne m'imagine pas débuter en 2019-, il était bien trop rarement mentionné, expliqué, illustré le différentiel qui sépare l'imagerie de la sensation visuelle. Bon, je m'en suis remis, mais j'ai des cicatrices.;) Donc, depuis, je cherche à tricher le moins possible dans mes rendus.

 

Il y a 3 heures, serge vieillard a dit :

je préfère infiniment ton croquis papier pour M31-M33 où là, on comprend l'observation.

Toi tu comprends le croquis papier parce que tu es un dessinateur. Pas sûr que ce soit le cas d'un débutant ou en tout cas d'un observateur qui ne connait pas l'objet en question (M31-M33 ne sont forcément pas le bon exemple et il faudrait plutôt prendre les autres dessins en considération de ce point de vue là).

 

On conseille souvent au néophyte en quête du premier instrument qui cherche à appréhender ce qu'il va pouvoir admirer, d'aller regarder des dessins pour se faire une opinion. Riche idée, mais… comment pourraient-il conceptualiser la faiblesse de M33 par rapport à M31 (pour reprendre ton exemple) sur mon croquis ? On a l'impression que les deux objets ont la même densité sur le dessin (mal soigné j'en conviens) alors que le DAAO propose une meilleure échelle de profondeur si j'ose dire. L'avantage du DAAO c'est qu'on peut graduer plus finement l'échelle de brillance qu'avec la couche de graphite (pour laquelle je n'ai pas ton niveau d'expertise artistique non plus). Et pas seulement pour un seul daao avec plusieurs objets mais également entre daaos d'objets différents (genre NGC 7146 est plus faible que 7475). En bref, l'information "on voit généralement rien" me semble pertinente à diffuser pour éviter de remplir les salles d'attentes des psychologues d'amateurs ayant mal débutés dans mon genre.:D 

 

Moi, je veux bien multiplier mes calques par 2 ou 3 histoire d'augmenter les contrastes si vous pensez que cela les rendra plus "lisibles" sur tous écrans, mais je crains que leur côté "artificiels" (je ne trouve pas le terme exact de la sensation) ne se décuple, en tout cas à mes yeux. Si vous pensez que Serge a raison et que je devrais changer mon fusil d'épaule (ou y mettre plus de poudre), mettez un petit "j'aime" pour son commentaire et j'envisagerai la chose.

 

amitiés, Yann

 

*je sais bien que c'est exagéré, le visuel n'est philosophiquement pas plus une vérité que l'imagerie, mais pour mon cerveau reptilien, si, quand même.:ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann, merci pour tes précision utiles quant à ta façon d'appréhender ce beau sujet du CP en dessin. Je pense que je les connaissaient déjà mais il est bon de le rappeler.

Mais surtout, NON !!!! ne change rien, surtout pas !!!!! c'est TA façon, TON approche, infiniment respectable, ta récente façon d'appréhender la discipline en DAAO. Pi on peu dire sans trop te faire rougir que tu es une sacrée référence en la matière.

Juste que c'était mon état d'âme quant à ma vision de tes dessins sur écran (pas forcément calibré de la même façon, et surtout regardé sous le soleil des tropiques, ce qui n'aide pasxD), ce qui n'est en rien une vérité.

Ah oui, j'ai omis de dire combien je trouve épatant ton champ au prisme mince, avec la mise en évidence de l’intrus.

Amitiés

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, serge vieillard a dit :

je trouve épatant ton champ au prisme mince, avec la mise en évidence de l’intrus

 

 

Pareil , ça m'interpelle cette astuce .... ça peut se trouver où ce genre de petit spectromètre ? (j'ai fait une recherche rapide de prisme d'amici mais je vois surtout des RC ...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Serge,

En cliquant maladroitement sur ton profil, je fus surpris par l'image des Monts Harbinger que je connais bien :  le sujet, le style, le ... Nous avons donc un ami commun ; j'en suis ravi. Perso j'aurai mis pour ton profil, ton dessin de RIMA HYGINUS , c'est plus toi, il est simple (ça c'est pas toi), il ne fait pas peur, il inscite ... Ce n'est que mon point de vue bien sûr.  Arf, quand les bandits se mettent à dessiner, ça déchire ... Pour notre plus grand plaisir :) 

Norma

PS je ne réussis toujours pas à saisir un champ comme Yapo y parvient :x : superbe !

Share this post


Link to post
Share on other sites

hors sujet,

mais oui Norma, l'image de mon avatar a changée à l'insu de mon plein gré, et en effet c'est pas mon image. Caramba et consternation.....

Ca y est, c'est corrigé, youpi !

/hors sujet

Edited by serge vieillard

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso je militerais bien pour que Yann continue à faire de la sorte, c'est vrai que sur les objets les plus extrêmes on ne voit pas  grand-chose mais ça fait partie du truc, de sa démarche de précurseur extrémiste ! Et franchement ces champs ultra étoilés on se croirait dans la Voie lactée d'été à l'oculaire, et quand il dessine une petite pétouiille de rien, on se croirait avec ladite pétouille dans le champ (même si le piqué des étoiles apparaît différemment selon les champs).

Un plus aussi pour le coup du spectro, et pour le comparo de la NP sans OIII et avec OIII.

 

Yann en duos de galaxies vues par la tranche y a NGC 7332 et 7339 en ce moment bien positionnées (enfin, il paraît, derrière les nuages ...) mais pour toi leur célébrité doit s'apparenter à ton observation de Saturne ...désolé ...!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En ce qui me concerne, la bonne visibilité des tachouilles très faibles sur les dessins de Yann dépend de beaucoup de paramètres : écran (selon ordi ou smartphone), niveau de luminosité réglé sur ledit écran, sa propreté, et niveau de luminosité ambiant aussi. Bref ça en fait des choses qui jouent... c'est pourquoi je consulte souvent ces dessins à différents moments, dans différentes conditions et il y a de nouveaux éléments qui m'apparaissent parfois.

 

Et je suis d'accord avec @etoilesdesecrins , ces tachouilles de très faible luminosité sont fidèles en cela à ce que l'on voit à l'oculaire... j'aime bien ce côté réaliste et non "amélioré" :) (même s'il faut parfois s'y reprendre à deux fois avant de voir le dessin comme il faut...)

Edited by Cédric Perrouriefh

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now