Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé le 21/09/2017 dans Messages

  1. 4 points
    Bonjour à tous, Je ne fais que retransmettre la demande que m'a faite Peter Aniol de poster les images suivantes de l'éclipse de Soleil du 21 août 2017. Les images ont été faites à Mitchell, Oregon, USA, par Peter Aniol, Miloslav Druckmueller et Shadia Habbal Première image : Grain de Baily et protubérances : il s'agit de crop de 2 images faites du disque entier. Celestron 9 Edge HD, Fuji GFX 50s, traitement par Peter Aniol http://sguisard.astrosurf.com/Im_astro/Aniol_Druckmuller_1.jpg Deuxième image : Cette image de la couronne est le résultat de l'empilement et traitement d'une centaine d'images RAW prises avec des temps de pose allant de 1/500 sec a 2 secondes. Appareil Nikon D810 et D800E associés à des lunettes apo de 115mm (foc 800mm). Traitement par le Pr. Miloslav Druckmueller. http://sguisard.astrosurf.com/Im_astro/Aniol_Druckmuller_2.jpg
  2. 2 points
    alors qu'il aura fallu prés de deux ans pour préparer ce voyage...que le temps passe vite !
  3. 2 points
    Bonjour à tous, En attendant d'avoir le temps de traiter mes projets d'été, je vous présente une photo dans la région de la pipe que j'ai commencé en luminance et qui malheureusement n'aura pas sa couleur cette année. Beaucoup de nébuleuse sombre dans cette région, dont celle du serpent. J'aurais voulu faire une grande mosaïque de la pipe mais ça ne saura pas pour cette année. Pour cette première partie seulement 12 poses de 600s en luminance. Aucun traitement particulier, tout juste une montée d'histo en mode auto dans Pix. Bref...une photo en mode faignant, histoire de garder la main. J'en profite aussi pour dire : UN GRAND BRAVO POUR CE NOUVEAU ASTROSURF / super beau forum, classe, et bien fait ! En plus grand : http://www.astrosurf.com/crepuscule/Perso/snakenebulamedium.jpg Merci A bientôt
  4. 2 points
    bonsoir une image de NGC 6960 en Ha , du 25 août dernier , avec la fs60 et atik 314 filtre astrodon 5nm , 24 poses de 10mn pré et post traitement PI. Olivier
  5. 1 point
    Salut , Pour un premier post sur les techniques des poses rapides, je voudrais vous proposer une petite etude sur les DARKS avec l'ASI224mc. C'est une camera couleur qui ne possède pas de système de refroidissement, ce qui implique une gestion des DARKS assez précise. Évidement cette étude est valable sur différent type de camera (planétaire et dans le cadre des prises de vue du ciel profond), camera NB comprise. Lors des acquisitions en ciel rapide , il est préférable de prendre les DARKS en cours de capture , surtout avec une camera couleur non refroidi. c'est une photo de M57 réalisé en 2016 avec des poses de 500ms stacking de 5500images , la température est de 20-21°. Tout d'abord regardons la photo sans dark: des points chauds parcourent la photo et l'amp glow domine les bords droit et bas de l'image. Apres voyons le resultat avec des DARKS de temperature superieure (24°): il reste quelques points chauds mais l'amp glow est surtout toujours present. Ensuite, il existe plusieurs façon de soustraire les darks ,voyons avec le logiciel PIPP: j'ai utilisé des DARKS pris avec la bonne température (celle du fichier d'origine), tous les points chaud sont partis et l'amp glow semble avoir disparu . Et maintenant les même DARKS soustraient cette fois ci avec AS!: pareil que PIPP mais le fond bleu à quasi disparu. Y a t'il besoin d'autant de DARK?essayons avec 400: pas de différence flagrante avec les 1200 d'au dessus. diminuons a 100: Resultat équivalent pour moins de temps à passer pour capturer les DARKS. Ce n'est pas parfaitement corrigé ce probleme d'amp glow mais c'est plus facile à supprimer avec les logiciels comme Maximdl ou IRIS. Resumé en GIF: Maintenant j'utilise AS! pour soustraire mes DARKS et je dépasse pas 100 images .Que du temps de gagné.
  6. 1 point
    RR Lyr est une étoile pulsante qui est régulièrement observée en spectroscopie par les amateurs depuis 2013. Dans le cadre d’un programme de collaboration pro/am initié par Denis Gillet, astrophysicien et directeur de recherche au CNRS à l’Observatoire de Haute Provence, un groupe d’observateur s’est ainsi constitué et porte le nom de GRRR (Groupe de Recherche sur RR Lyrae). Grace à leurs nombreuses mesures, il a été possible d'observer pour la première fois au niveau mondial dans RR Lyr la présence de la troisième apparition en émission de la raie Halpha dans son cycle de pulsation, autour de la phase 0,3. L’article vient d’être accepté dans la revue Astronomy & Astrophysics (A&A) et est disponible publiquement ici : https://arxiv.org/abs/1709.03556 L’originalité de cette publication réside dans l'importante implication des amateurs : c’est la première publication en spectroscopie où un amateur, Benjamin Mauclaire, a réalisé l'analyse des données, produit les mesures et les graphes, et a rédigé une grande partie de l'article. Ce travail et notamment l'interprétation ont éte réalisé en étroite collaboration avec deux astronomes professionnels passionnés : Denis Gillet et Philippe Mathias astrophysiciens respectivement à l'Observatoire de Haute Provence (OHP) et à l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP). L’un des buts de cette collaboration est de permettre aux amateurs qu'ils apprennent à analyser leurs propres données en vue d’une publication dans un journal à comité de lecture comme c’est le cas ici de la revue Astronomy & Astrophysics. Outre les observations réalisées par chaque amateur avec son matériel personnel tant en photométrie qu'en spectroscopie, des observations ont également été réalisées sur le T152 de l’Observatoire de Haute Provence avec le spectrographe Aurelie par des amateurs à l’occasion de plusieurs campagnes de mesures, des moments mémorables, qui ont contribué à l'élaboration cet article. Pour tout savoir sur le groupe GRRR : https://www.pulsating-stars.org Cependant, il reste un certain nombre de phénomènes qui ne sont pas encore compris, notamment le fameux effet Blazhko. Si vous souhaitez participer à cette aventure scientifique et humaine, vous pouvez rejoindre le groupe pour soumettre vos observations spectroscopiques et/ou photométriques : https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/Groupe_RR_Lyrae/info
  7. 1 point
    Bon là on est encore à la limite de nos instruments. en voyant l'image vous comprendrez ce que je dis. Sur lezs brutes on voit rien, sur les images calibrées on distingue à peine du signal. Sur les images stackées on peut vite comprendre que le traitement va être coton ! résultat : y a plus de bruit qu'autre chose. Ya pas grand chose au niveau étude de rémanent : https://www.mrao.cam.ac.uk/surveys/snrs/snrs.G179.0+2.6.html Données techniques de prise de vue Object : snr-179.0+2.6 Coordonnées : 05 53 40 +31 05 Date images du 231 décembre 2016 au 15 mars 2017 Optics : Newton SV400 F3,8 Mount : Paramount ME Numéro 1 Location : Orange observatory Seeing : FWhm de 2.22 à 3.58 Ccd : Moravian G4 filter wheel : Moravian filters : Astrodon Ha OIII Focuser :Atlas Guiding : Atik 314L+ Temp. out : T° de -1.50 à +12 Temp ccd : -25° Total exposure : 17.3 h tout en binning 1×1 Ha 35 x 10′ OIII : 66 x 10′ RVB : 10 x 1mn par couche Les version stackées sans traitement La Halpha qui reste maigre http://outters.fr/wp/wp-content/uploads/2017/09/snr-179-0-2-6-ha-inv.jpg La version OIII intéressante http://outters.fr/wp/wp-content/uploads/2017/09/snr-179-0-2-6-o3-inv.jpg VERSION snr-179.0+2.6 cliquez sur l'image pour afficher la full.
  8. 1 point
    bonsoir tout le monde ! comme beaucoup de monde j imagine hier soir soirée photo y avais longtemps et ca manquait ! alors je vous presente ma nebuleuse d'iris faite a la lunette ts130/905 asi 1600 monture gemini g53f 18 x 600 sec pour la luminance 4 x 600 pour les couches couleurs . sans guidage ! Fred Lumiv1-LRGB-V2 by LAMAGAT Frederic, sur Flickr
  9. 1 point
    Salut Voici une galaxie assez faiblard! Comme on la voit pas souvent. j'ai essayé de lui tirer le portrait! AT12IN f4 sur EQ8. QSI683wsg à moins 25 degrés. Autoguidage. ASI120mm sur diviseur optique. Avec PHD2. Filtres Astrodon. LRVB=160-45-30-30 minutes . En Sub de 10 minutes pour la luminance et de 5 minutes pour le RVB. prétraitement CCDSoft. Traitement final PS CS6. Bon visionnement Martin
  10. 1 point
    Bonsoir à tous ! J'ai d’abord essayé sur les deux petites taches présentes mais le seeing n'était pas bon. Puis, à un moment donné quand j'ai eu fini de faire mes flats sur le centre du soleil, j'ai refocalisé et la la turbu s'est calmée quelque seconde, alors déclenchement immédiat ! Je pense que ma collimation a du bouger un peu, pas encore eu l'occasion de la vérifier, la transparence est trop mauvaise et le seeing aussi. Bon ciel à vous tous ! Will
  11. 1 point
    Coucou, On bosse dur pour terminer notre observatoire de campagne et remonter notre 400/2000 avant cette date Une chose que je ne comprends pas très bien : c'est l'importance de la datation-synchronisation et comment faire cette synchro sur le PC qui enregistre ?
  12. 1 point
    Ton bruit n'augmente pas non. Ce n'est pas ce que j'ai dit d'ailleurs. Mais pour reprendre ton exemple, si tu tombes à 10 e- en 1/50 s et que ton incertitude de mesure est de 10 électrons tu l'as dans l'os. Alors que sur un paquet de 1000 e- c'est quasi négligeable. Tu oublies aussi une autre notion utile, c'est le bruit de photon dont l'impact est bien plus fort sur le court temps de pose.
  13. 1 point
    Nan t'inquiètes, je reviendrai aussitôt l'engin essoré sous un ciel correct. Il pleut, soirée film ou Scrabble !
  14. 1 point
    Je ne suis pas un passionné de l'imagerie, donc je ne fréquente que très peu cette partie du forum... Mais j'admire quand même vos travaux et vos résultats digne pour certains de certaines images d'Hubble...
  15. 1 point
    Christophe, ton essai montre que c'est jouable avec 1 seconde de pose et un 200 à f/10 en bin 2. ça en fait des observateurs potentiels
  16. 1 point
    +1 olivier ! c'est sur les posts foireux attirent plus que les belles images malheureusement ! polo
  17. 1 point
    Salut à tous, en guise de présentation présent sur d'autres forums mais nouveau sur celui-ci je laisse le lien vers mon site internet qui manque encore de photos mais cette version n’existe pas encore depuis très longtemps. D'ailleurs pour ceux qui l'auront visité n'hésitez pas à me dire si il s'adapte bien à votre navigateur/résolution. ++ https://www.max-astrophotographie.fr/ Et mon Astrobin : http://www.astrobin.com/users/astrophotons34/
  18. 1 point
    Bonjour , je place ici une image brute faite au 40d... J'ai en stock 13 images, 25 darks, 23 flats, et 11 offsets, je vais essayer de m'y remettre . que pensez vous de cette image juste un peu améliorée, ça vaut le coup que je veuille encore faire un miracle, ou pas? bonne nuit . les infos de la brute: 120 secondes de poses, 40d, 135 mm Canon fd2 à 2.8, et 640 iso merci à tous un clic dans l'image pour la full http://www.casimages.com/i/170123100326887318.jpg.html [Ce message a été modifié par PETIT OURS (Édité le 23-01-2017).]
  19. 1 point
  20. 1 point
    Extrait et traduit de : http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2017/0915-cassini-the-dying-of-the-light.html Cassini : La mort de la lumière Cassini n'est plus. À 10h31 selon sa propre horloge, ses propulseurs ne pouvaient plus tenir son antenne radio pointée vers la Terre, et elle s'est détournée. Une minute plus tard, la sonde s'est vaporisée dans l'atmosphère de Saturne. Ses atomes font maintenant partie de Saturne - les plus légers dans l'atmosphère, les plus lourds (en particulier les granulés au dioxyde de plutonium revêtu d'iridium qui étaient, hier, au centre de sa source d'énergie nucléaire) sont probablement descendus beaucoup plus profondément avant de fondre. /../ Au total, la mission a duré environ 30 secondes de plus que prévu. Il est étonnant de penser que, dans toute cette distance, dans une atmosphère qui n'avait jamais été explorée auparavant, les ingénieurs ont prédit la fin exactement. Je ne sais pas si ces 30 secondes supplémentaires étaient dans le niveau de bruit de leurs prédictions, ou si c'était une véritable surperformance du vaisseau spatial, ou de la capacité du réseau Deep Space Network à maintenir le verrouillage sur un vaisseau spatial hors pointage. Probablement un peu de tout. Tout le monde a été élogieux pour la performance "parfaite" de l'engin spatial jusqu'à la fin. Il transmettait des données complètes. Selon le chef de projet Earl Maize, ils sont très sûrs que le dernier paquet de données provenait de l'instrument magnétomètre. J'ai parlé avec le chef d'équipe du magnétomètre Michelle Dougherty au sujet de ces derniers bits de données. Elle a dit que ce sera de trois à six mois avant de pouvoir signaler tout résultat, mais elle espère qu'ils trouveront enfin une séparation angulaire entre l'axe de rotation et le pôle magnétique. /../ Je pourrais terminer l'article là, parce que ce sont toutes les nouvelles qu'il y a aujourd'hui. Bien sûr, aujourd'hui, c'est plus important que cela. C'est la fin d'une ère. C'est un peu difficile de saisir l'ambiance ici. C'est une véritable mer d'émotions. Beaucoup d'entre eux sont heureux. L'émotion dominante que je ressens des équipes scientifiques et d'ingénierie est la fierté, ce qui fait que votre cœur gonfle et que votre colonne vertébrale se redresse. C'est un bon vaisseau spatial. Et l'équipe a vraiment réussi à l'exploiter. /../ Bien sûr, il y a aussi de la tristesse. Pour beaucoup d'entre nous, il est difficile d'imaginer que nos vies manquent soudainement de ce vaisseau spatial. Tout le monde ici dans la salle de presse du JPL utilise Cassini pour mesurer sa carrière. Quelques-uns étaient ici des journalistes scientifiques professionnels qui couvraient l'espace en 1997 lorsque Cassini a été lancé. Pour la plupart d'entre nous, la mission de Cassini vers Saturne constitue la majorité de notre vie professionnelle. Pour moi en particulier, ma carrière professionnelle en journalisme scientifique est exactement la même que la durée de la mission Cassini autour de Saturne. J'ai commencé à écrire des articles de nouvelles pour le site Web The Planetary Society quand ils m'ont demandé de commencer à couvrir Cassini à l'approche de Saturne. Plus tôt cette année, j'ai voyagé pour être au chevet d'un oncle qui était en train de mourir. C'était un événement triste, mais aussi intéressant d'être avec la famille, d'avoir ce regroupement familial et de réfléchir à la gentillesse de mon oncle et de raconter ses blagues stupides préférées. Quand il a finalement poussé son dernier soupir, tout le monde savait qu'il était temps, et sa vie était bien vécue. C'est ce que j'ai ressenti ces derniers jours. J'espèrais que Cassini pourrait fonctionner pour toujours, mais je sais que cela ne se peut pas et je ne lui aurais pas demandé de faire plus dans sa longue mission. Au moment de la fin cependant, j'ai ressenti quelque chose de différent et d'inattendu : La colère. Je pensais à Dylan Thomas : "N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit, Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ; Rager, s’enrager contre la mort de la lumière". J'étais (et je suis) en colère que cette grande mission se soit terminée. Je suppose que ce n'est qu'une des étapes de la douleur. Et il est bon d'être entouré d'amis dans les médias et les équipes scientifiques qui subissent cette douleur ensemble. Il est communément admis que les funérailles sont pour les vivants, pas pour les morts. S'il s'agit de funérailles pour Cassini, quelle consolation cela nous offre-t-il ? La fin d'une mission réussie exige des réponses à la question : Maintenant ? Qu'en est-il des gens qui ont travaillé sur la mission? Quels vides sont laissés derrière ? Qu'allons-nous faire ensuite ? En vérité, l'équipe scientifique est également informée, soulagée de ne plus avoir le fardeau de planifier de nouvelles observations scientifiques ; ils peuvent se recentrer sur la pratique de la science avec les données. Pour les équipes d'ingénierie et de navigation, la plupart d'entre elles ont déjà migré à temps partiel vers d'autres missions, et le JPL absorbera éventuellement presque toutes les autres activités. Une partie de l'équipe d'ingénierie restera au travail pendant plusieurs mois pour finaliser les rapports sur les opérations du vaisseau spatial. Pour nous dans les médias, il n'y a certainement aucun manque d'activité dans le système solaire en ce moment. OSIRIS-REx va revenir survoler la terre dans seulement deux semaines. Curiosity et Opportunity sont encore en train de parcourir Mars. Et il y a beaucoup plus d'engins spatiaux assez négligés opérant à travers le système solaire (négligés, c'est-à-dire en termes d'attention publique). Il y a beaucoup de spatial à écrire. Mais une lumière est partie. Nous ne sommes pas allés vers Uranus et Neptune depuis les années 1980. Notre horizon s'est maintenant contracté, à distance de l'orbite de Jupiter. (Je n'oublie pas New Horizons, mais son survol rapide d'un petit objet de la ceinture de Kuiper sera un bref et bon flash éclairant une région autrement plus sombre du système solaire). C'est une part de ma tristesse. Là-bas, Saturne, ses anneaux et ses lunes vont être des lieux impressionnants. Ainsi seront Uranus et Neptune, leurs anneaux et leurs lunes. Toutes les images de Cassini et des Voyagers avant cela ont été merveilleuses, et je suis triste à propos de la perte de notre fenêtre sur la vie d'un système planétaire géant. Il y a une consolation. Cassini a renvoyé un demi-million d'images. Chaque fois que je plonge dans les archives de données, je trouve quelque chose de merveilleux et amusant à regarder. De nombreux scientifiques et journalistes ont passé cette semaine à partager les images préférées. Je refuse d'avoir des favoris, et je ne me suis pas contentée de ce passe-temps cette semaine. Au lieu de cela, je prévois d'aller plonger directement dans les données et de partager de jolies images dans les semaines et les mois à venir, et je vous garantis que vous continuerez à profiter de merveilleuses et extraordinaires vues de Cassini. Pour cette raison, ce n'est pas fini. FIN DE TRADUCTION (j'espère fidèle) Merci ! On compte sur toi Emily, et comme d'hab' on ne sera certainement pas déçu !!
  21. 1 point
    On le sait, pour ce qui concerne le capteur CMOS Panasonic de la ASI1600MM, pour un prix inférieur, on dispose d'un capteur significativement plus large que ce que l'on aurait en CCD. J'en ai profité pour mettre cette caméra à l'arrière de mon spectro VHIRES-MO, particulièrement résolvant (on voit des détails de 0,01 nm environ dans la lumière de nos étoiles), plus particulièrement le modèle couleur dans un premier temps (ASI1600MC). Ca donne ceci le spectre en vraies couleurs visuelles : En général, on fait toujours les acquisition avec un capteur N&B, mais parfois, les couleurs parlent (en particulier en spectro bien sur !). Le spectro est de type "echelle", un principe qui permet de caser sur la surface du capteur plusieurs bouts du spectre de l'étoile les uns au dessus des autres. Ici il s'agit du spectre du soleil (la raie Halpha est l'échancrure large dans la partie supérieur (rouge), un peu à gauche du centre. En exploitation, on fait des courbes de tout ceci, cette fois avec la version noir et blanc (ASI1600MM-C). Par tronçons donc, le spectre de l'étoile Capella ; Le partie bleu est en haut. L'ordre (tronçon) qui contient la raie Halpha est en bas à gauche. La même chose sur l'étoile alpha Per (raies bien plus larges car l'étoile tourne plus vite sur elle même, élargissement Doppler donc, et aussi type spectral différent) : Les raies en émission sur l'étoile phi Per : etc, etc, etc. Bref, il est bien clair que l'on peut faire de bonnes images avec ces capteurs CMOS en planétaires, en CP, mais aussi finalement en spectro (et là on pousse au bout du bout certaines capacités, le faible bruit en particulier). Au passage félicitation à Jean-Philippe Cazard pour le nouveau look du forum et ces fonctionnalités. Tiens, je teste l'outil "lien" (ici sur ma page consacrée spectro VHIRES - où comment faire de la spectro à l'arrache !) : http://www.astrosurf.com/buil/vhires/test.htm Christian B