JB Gayet

NGC 3109, du bleu dans les cieux.

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bonjour

Je vais etre franc ; j'ai pas tout lu , mais je trouve l'image somptueuse. Ce type de galaxie est tres etonnant.

Sur la full on dirait presque un amas globulaire allongé !!

 

Nicolas

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un retour avec une sacré belle image de cette galaxie :)

Et quel wiki . . . une véritable encyclopédie ;)

Bonne soirée,

AG

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique JB 

😦

j’ai lu le texte rapidement mais je reviendrais dessus sur ordi et avec l’image en full 

bravo !

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au niveau documentation, c'est juste parfait!!! vraiment tres enrichissant!!! Merci!!!!

Coté image, coté colorimétrie, en toute amitié, pour moi, c'est beaucoup trop rouge.

C'est un objet difficile à traiter, car si on le travail comme n'importe quelle galaxie, l'image est tres vite dure. Comme on la résout en étoile, on est bien plus proche d'un traitement comme si c'était un amas globulaire. Donc, il faut arrêter tres tôt l'accentuation des détails.

En tout cas comme toujour j'applaudit le travail de recherche!!! Chapeau!!!

 

Amitiés,

 

Laurent bernasconi

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une véritable "Somme théologique "  ce post qui signe un retour fracassant .....de consistance !

Voilà une morphologie atypique pour une galaxie qui semble de par le fourmillement, la densité d'étoiles perceptibles une sorte "d'amas en fuseau " par analogie ,comme le fait justement remarqué Astrogate,l à un amas globulaire soumis à des forces centrifuges. 

Le verbatim accompagnant les illustrations est à reprendre comme un cours magistral.

 

Bravo pour ce partage M'sieur Gayet!

Et bon retour ;)

 

Amitiés 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les cinq :)

 

@astrogatel:  oui on n'est pas loin, tellement la "résolution " de cette galaxie semble à notre portée :)

 

@ALAING  : coucou Alain, et je vois que tu es toujours aussi présent :) merci de ton commentaire :)

 

@Malik: merci l'ami :)

 

@Laurent51 : et tu as raison ! alors que je n'avais fait AUCUN ajustement de couleur après  le PhotometricCC de Pixinsight, je ne comprenais pas du tout. J'ai rouvert l'image sur mon PC et je viens de comprendre que c'est mon process ICCProfileTransformation (qui consiste à calibrer l'image sortie de Pix en fonction de l'écran) qui a rougi le tout... Je vais recalibrer l'écran, ça fait un bail que je ne l'avais pas fait, et pour cause... Le lunaire que je fais en backyard ici n'avait pas besoin de couleur :))

 

@hamilton : merci pour ce message et je vous rejoins tous les deux, avec @astrogatel : c'est ce caractère "touchable des doigts" qui m'a fasciné (ainsi que l''ensemble des galaxies de son regroupement).

 

Bon, je corrige la première image, que je "re-bleuis" :)  

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour JB

 

Alors ? c'est bon ? Coucou me revoilou ;)

Tu travailles avec un autre matos apparemment,

 

Merci pour toutes ces explications et bon retour sur le fofo AS :)

 

 

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelle résolution. Très bien faites tes explications !

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Christian, Hello Wil :) 

 

En fait, je travaille avec le même matos en remote, mais avec deux magiciens ;) Jonathan et Vincent, d'Obstech, ont pris les choses en main, et ça n'a plus rien à voir....

Par contre, oui, en France, je suis avec l'ancien C14 de Christian Viladrich dans le sud de Paris, pour le lunaire, et pour lequel j'attends des filtres pour du planétaire.

 

Et ..... une cam pour de l'autoguidage.... on ne se refait pas :D j'ai commencé la pause courte sur des NP pour voir, mais passer la nuit complète debout à corriger la dérive inévitable d'un setup nomade en bossant le lendemain n'est plus de mon âge, mais chuuuuut, ma femme pourrait me lire  :)) 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut JB,

 

une superbe image ! Ce gros post a du te demander un sacré boulot !

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, 

 

Une magnifique image et une présentation très intéressante (j'ai appris ce qu'était un dredge-up, je ne connaissais pas ce terme)

(pour chipoter je ne suis pas très cadre autour des images d'objets célestes mais c'est une marotte de ma part)

 

Bravo et merci pour ce fil complet, instructif et bien illustré.

 

:) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci JB pour cette rentrée superbe et instructive et comme d'habitude avec une pétouille originale 9_9

Là tu es été courageux de choisir un objet qui se situe moins de 20 dégrées de l'horizon.

J'ai uniquement l'impression que l'orientation de l'image est sens dessus dessous ???

Share this post


Link to post
Share on other sites

Helle JB, quel plaisir de te retrouver un temps j'ai pensé que tu avais abandonné l'astro, bon te voilà de retour avec tes posts qui ressemblent à des publications.

Belle reprise, sinon ton setup est où maintenant?

J Claude.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon boulot. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu atteins une sacrée résolution avec ton 8300 !

 

Bravo,

Fred

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ValereL oui et non, j'ai suivi pas mal de cours de physique cette année pour un éventuelle reconversion tardive (9_9), donc oui il y a du boulot de lecture, mais en même temps, je comprends beaucoup mieux  grâce aux cours plus "fondamentaux" que je suis. Merci :)

 

@Penn K  Merci pour ce petit message . Je me cherche encore sur le rendu final :)) cadre, pas cadre, toussa toussa ;)

 

@Jacques VAN DER MEER : bonjour Jacques :) C'est  mon setup Chilien,  donc cible facile  et d'où l'inversion ;) Je crois que je ne l'ai même pas dans mon ciel Barbizonnais avec les arbres de la forêt....

 

@skywatcher : merci beaucoup Daniel :)

 

@mariobross : mille mercis JC. Non, je n'ai rien arrêté du tout. Je suis passé en backyard cette année à cause des problèmes ahurissants que j'ai rencontré aux US, avec une sacrée dose de malhonnêteté. Je n'ai quasiment rien imagé en CP pendant un an.... Par contre, ça m'a permis de maîtriser d'autres postes , plus "mécaniques" ou logiciels grâce à mon setup Parisien/Barbizonnais :) et de mieux comprendre le remote par la même occasion de fait ;)

 

@fljb67 merci :)

 

@zeubeu : oui, tout à fait :) Mais je change tout de même... vous aurez bientôt des infos là-dessus ;(cf. message ci-dessous) ))

 

@Jean-Philippe Cazard  : Merci, m'sieur,  hâte de bosser avec toi , comme tu l'imagines :)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellente image d'un objet inconnu pour moi, et merci pour cette étude passionnante !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Ciel Austral
      Bonjour à tous
       
      L'équipe  CIEL AUSTRAL (Jean-Claude Cannone, Nicolas Outters, Didier Chaplain, Philippe Bernhard, Laurent Bourgon) vous présente notre dernière image LRVB de la galaxie NGC4753 dans la vierge, faite avec notre CDK500 depuis l'Observatoire El-Sauce au Chili
       
      Galaxie peu commune surtout dans sa couleur jaune. Les couleurs de l’image ont été calibrées photométriquement.
       
      Les FULL 4000x4000 pixels et détails
       
      http://www.cielaustral.com/galerie/photo116.htm
       
      Preview :

       
      l’équipe Ciel Austral
       
    • By yanneric
      Salut à tous,
       
      Cela pourrait ressembler à un compte-rendu de plongée sur le récif de corail : des antennes pour une langouste et notre serpent tricot-rayé régional !
       
      Coté antennes, La moisson a été plutôt longue et compliquée, commencée en 2019, poursuivie cette année en avril. 5 nuit auront été nécessaires pour rassembler les 12 heures de poses dans des conditions atmosphériques très moyennes. La bonne nouvelle a été le post traitement : une fois calibrées, les 3 bandes RVB m'ont révélées les couleurs que je n'osais espérer : les jaunes, les rouges, les bleus sont arrivés naturellement juste en augmentant la saturation. Au niveau colorimétrie, ça me semble proche des images de référence. 
      Cotés détails et piqué, je pense que ma petite 105 aurait pu en sortir davantage avec un meilleur seeing mais finalement l'essentiel des structures sont visibles. NGC 4027 pas inintéressante et NGC 4024 viennent compléter le tableau sur la full.
       
      APO CFF 105 F6 (focale 630mm)
      CCD SBIG ST8300M, échantillonnage 1,72"/pix
      RVB 24:24:24x300s (filtres astrodon true balance E-series Gen 2)
      L 72x300s
      Monture mesu200
       

       
      Coté serpent, j'étais davantage dans une démarche de vérification technique après avoir revu l'alignement de mon PO (FeatherTouch 3") à l'aide d'un laser de collimation. C'était une première pour moi. Je me suis d'abord assuré du bon alignement du laser lui-même (la rotation du laser dans le PO ne doit pas déplacer le point de projection qui était environ à 4m du laser). Ensuite l'alignement du PO s'est fait en inspectant le déplacement du point lors du déplacement du tube rentré/sorti et également lors de la rotation  à 90 et 180° du PO. Bilan : Mon tube nécessitait effectivement un petit alignement, le FT3 ne dispose que de deux vis de réglage mais cela s'est avéré suffisant.
       
      Voilà donc le champ d'étoiles qui valide a priori mes réglages et le serpent Barnard 72 qui se révèle
       
      RVB 18:18:18x300s


       
      Voilà pour la moisson d'avril
      Bon ciel à tous
       
      Yann-Eric
       
       
    • By JB Gayet
      Fraîchement débarqué dans le ciel austral, je continue d’en explorer nos plus proches voisines.
       
      NGC 5253 est un composant du sous-groupe M83 (dite la Galaxie du Moulinet Austral, en référence à M101) au sein du groupe Centaurus A/M83, un groupe relativement proche et complexe de galaxies situé dans les constellations de l'Hydre, du Centaure et de la Vierge, qui peut être grossièrement divisé en deux sous-groupes : le sous-groupe M83 à une distance de 14,9 milliards d'années-lumière(4,56 Mpc) centré sur M83 et le sous-groupe Cen A, à une distance de 11,9 milliards d'années-lumière (3,66 Mpc), centré sur Centaurus A, une radio galaxie proche. 
       
      Cen A / M83 est parfois identifié comme un seul groupe, parfois comme deux. Cependant, les galaxies autour des deux objets centraux sont physiquement proches les unes des autres, et les deux sous-groupes ne semblent pas se déplacer l'un par rapport à l'autre, ce qui plaiderait en faveur d'un seul groupe. Le groupe Cen A / M83 fait quant à lui partie du super-amas de la Vierge, le super amas local dont le Groupe Local est un membre périphérique.
       

       
      9H de pose en luminance,  3H de pose pour chaque filtre.
       
      Image Plate Solver script version 5.4.4
      ===============================================================================
       
      Resolution ............... 0.439 arcsec/px
      Rotation ................. -179.236 deg
      Observation start time ... 2020-04-22 04:14:40 UTC
      Observation end time ..... 2020-04-27 01:22:51 UTC
      Focal distance ........... 2536.89 mm
      Pixel size ............... 5.40 um
      Field of view ............ 24' 1.9" x 17' 34.6"
      Image center ............. RA: 13 39 56.913 Dec: -31 38 31.13
      Image bounds:
      top-left .............. RA: 13 38 59.825 Dec: -31 47 07.98
      top-right ............. RA: 13 40 52.901 Dec: -31 47 27.22
      bottom-left ........... RA: 13 39 01.103 Dec: -31 29 33.51
      bottom-right .......... RA: 13 40 53.824 Dec: -31 29 52.70
       
      Nouveaux cieux, nouveaux concepts encore une fois.
       
      Classée Im pec D (Mineo et al, 2014), NGC 5253 est une galaxie bleue compacte (Blue Compact Dwarf Galaxy ou BCD galaxy) à sursaut d'étoiles, c'est-à-dire une petite galaxie qui contient de grands amas d'étoiles jeunes, chaudes et massives. Ces étoiles dont les plus brillantes sont bleues donnent leur couleur à ce type de galaxie. La plupart des galaxies de type Blue Compact sont irrégulières ou lenticulaires, et quasiment toutes sont naines. Parce qu'elles sont composées de nombreux amas d'étoiles, les galaxies BCD n'ont pas de morphologie uniforme et consomment intensément leur gaz du fait de ces sursauts de formations d’étoiles. Ce faisant, elles se refroidissent en même temps qu’elles changent de morphologie au cours du temps.
       
      Parmi les BCD, il existe une forme particulière représentée par les Galaxies Naines Ultra-Compactes (UCD - Ultra Compact Dwarves) découvertes dans les années 2000, avec des densités stellaires très élevées. Leur diamètre est de l'ordre de 200 années-lumière alors qu’elles peuvent contenir jusqu'à une centaine de millions d'étoiles. Il est possible qu'elles correspondent aux noyaux résiduels de galaxies elliptiques naines qui auraient été dénuées de leur gaz et de leurs étoiles périphériques par des interactions de marée lors de passages au sein du cœur d'amas galactiques denses. On trouve des UCD au sein d'amas comme celui de la Vierge, du Fourneau, d’Abell 1689 ou de la Chevelure de Bérénice (aussi appelé l’amas de Coma, Abell 1656). Une centaine 100 UCD a ainsi été observé dans la région centrale de l’amas de la Vierge par l'équipe du Next Generation Virgo Cluster Survey. Les premières études sur les propriétés globales des UCD de l’amas de la Vierge suggèrent que les UCD ont des propriétés dynamiques et structurelles  distinctes des amas globulaires normaux. Sur la base des vitesses orbitales stellaires, d'ailleurs, il est supposé que deux des UCD de l'amas de la Vierge présentent des trous noirs supermassifs en leur centre, pesant 13% et 18% de la masse totale de leur galaxie hôte.
       
      Un exemple extrême d'UCD est M60-UCD1, à environ 54 millions d'années-lumière, qui contient environ 200 millions de masses solaires dans un rayon de 160 années-lumière, ce qui signifie que sa région centrale regorge d'étoiles avec une densité 25 fois supérieures à celle des étoiles de la région de la Terre dans la Voie lactée.
       

      M60-UCD1
       
      Un autre exemple est la galaxie M59-UCD3, approximativement de la même taille que M60-UCD1 mais avec un rayon de demi-luminosité d'environ 20 parsecs et étant 40% plus lumineuse ; elle présente une magnitude visuelle absolue d'environ −14,6, ce qui en fait la galaxie connue la plus dense après M85-HCC1 :
       

       
       
      il est estimé que la masse de matière noire de NGC 5253 est 9 fois supérieure à celle de la matière visible, soit un taux beaucoup plus élevé que les régions internes de la Voie Lactée.
       
      Mais NGC 5253 est surtout fameuse pour son superamas de plus d’un million d'étoiles, âgé de 3 millions d'années seulement (cad qu'il apparaissait à une époque où les Australopithèques parcouraient le Kenya et y taillaient déjà des outils lithiques), avec une luminosité totale d'environ un milliard de fois celle du Soleil ! Il nous est complètement caché par un nuage de poussière géant dont la masse est d'approximativement 15 000 masses solaires et qui présente des éléments carbonés et oxygénés. NGC 5253 présente des centaines d’autres grands amas, y compris plusieurs aussi jeunes. Celui du Nuage D est juste le plus spectaculaire d’entre eux.
       
       

      Photo composite (Hubble Space Telescope et Submillimeter Array).
      La partie la plus brillante correspond au nuage D, qui occulte le superamas de NGC 5253.
       
       
      L’étude de cet amas réellement exceptionnel soulève plusieurs questions …
       
      En premier lieu, la Voie Lactée n’a pas formé de tels superamas depuis des milliards d’années. Elle continue bien à former de nouvelles étoiles, mais plus en de telles quantité. Et il était même considéré jusqu’à récemment que de tels amas ne pouvaient se former que lorsque l’univers était encore jeune.
       
      La seconde concerne le taux de quantité de nuage de gaz transformé en étoiles au sein du nuage D. Bien que ce taux soit connu pour varier selon les régions de l'univers (à titre d’exemple, ce taux est inférieur à 5% au sein d’un nuage de taille comparable à celle du nuage D dans la Voie lactée), il est au moins 10 fois plus élevé au sein du nuage D.
       
      Motif de questionnement supplémentaire, il aurait dû survenir plusieurs milliers de supernovas dans un amas de cette taille or les astronomes n’ont pas observé de traces de SN.
       
      Autre curiosité, cet amas contient par ailleurs plus de 7000 étoiles massives de type O, les plus lumineuses de toutes les étoiles, plusieurs millions de fois plus lumineuses que le soleil.
       
      En fait, NGC 5253 est actuellement un très beau terrain de jeu pour mieux comprendre les dynamiques d’évolution des amas d’étoiles, comme l’atteste la liste des publications de ces-dernières années référencées ci-après (toutes publiées après 2015). En effet, la capacité des jeunes amas stellaires à expulser ou à retenir le gaz restant après un premier épisode de formation d'étoiles est un problème central dans tous les modèles visant à expliquer les populations stellaires multiples et les distributions d'abondance des éléments légers dans les amas globulaires. Les tentatives récentes de détection de gaz résiduel de la formation d'étoiles au sein des amas actuels de masses similaires n'ont pas révélé de quantité significative de gaz dans la majorité d'entre eux, ce qui semble restreindre fortement les scénarios de formation de populations stellaires multiples. Les modèles restent donc très « ouverts », certains faisant intervenir la présence de vents ionisants, d’autres des concepts comme la thermalisation de l'énergie cinétique des amas due aux vents stellaires proches et aux collisions d'éjectas des supernova (notamment dans le cas de nuages en formation d'étoiles très compacts et denses, où trois régimes de formation d'étoiles semblent possibles, selon la fameuse efficacité de formation d'étoiles dont nous avons parlé ci-dessus et de la concentration de masse au sein de l’amas). Mais quoi qu’il en soit, l’étude des amas NGC 5253 et de ses consœurs n’a pas fini d’interroger la communauté des astronomes.
       
      Derniers éléments concernant cette petite galaxie et qui intéressera plusles amateurs de supernovas, NGC 5253 fut le siège de SN1895b  et surtout de SN1972E, la deuxième supernova récente la plus brillante visible depuis la Terre avec une magnitude visuelle maximale de 8,5 (la plus brillante ayant été SN 1987A).
       
      Références :
       
      The brightest young star clusters in NGC 5253. D. Calzetti, K. E. Johnson, A. Adamo, J. S. Gallagher III, J. E. Andrews, L. J. Smith, G. C. Clayton, J. C. Lee, E. Sabbi, L. Ubeda, H. Kim, J. E. Ryon, D. Thilker, S. N. Bright, E. Zackrisson, R. C. Kennicutt, S. E. de Mink, B. C. Whitmore, A. Aloisi, R. Chandar, M. Cignoni, D. Cook, D. A. Dale, B. G. Elmegreen, D. M. Elmegreen, A. S. Evans, M. Fumagalli, D. A. Gouliermis, K. Grasha, E. K. Grebel, M. R. Krumholz, R. Walterbos, A. Wofford, T. M. Brown, C. Christian, C. Dobbs, A. Herrero, L. Kahre, M. Messa, P. Nair, A. Nota, G. Östlin, A. Pellerin, E. Sacchi, D. Schaerer, and M. Tosi. The Astrophysical Journal, 811:75 (26pp), 2015 October 1.
       
      Ionized Gas Motions and the Structure of Feedback near a Forming Globular Cluster in NGC 5253. Daniel P. Cohen, Jean L. Turner, S. Michelle Consiglio, Emily C. Martin, and Sara C. Beck. The Astrophysical Journal, 860:47 (12pp), 2018 June 10
       
      ALMA detects CO(3-2) within a super star cluster in NGC 5253. TURNER J.L., CONSIGLIO S.M., BECK S.C., GOSS W.M., HO P.T.P., MEIER D.S., SILICH S. and ZHAO J.-H. Astrophys. J., 846, 73-73 (2017/September-1).
       
      Gas expulsion versus gas retention: what process dominates in young massive clusters? Silich S., Tenorio-Tagle G. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 465, Issue 2, February 2017,
       
      Tests of star formation metrics in the low-metallicity galaxy NGC 5253 using ALMA observations of H30{alpha} line emission. G. J. Bendo, R. E. Miura, D. Espada, K. Nakanishi, R. J. Beswick, M. J. D'Cruze, C. Dickinson, G. A. Fuller. Mon. Not. R. Astron. Soc., 472, 1239-1252 (2017/November-3)
       
      A comprehensive comparative test of seven widely used spectral synthesis models against multi-band photometry of young massive-star clusters. A. Wofford, S. Charlot, G. Bruzual, J. J. Eldridge, D. Calzetti, A. Adamo, M. Cignoni, S. E. de Mink, D. A. Gouliermis, K. Grasha, E. K. Grebel, J. C. Lee, G. Östlin, L. J. Smith, L. Ubeda, E. Zackrisson. Mon. Not. R. Astron. Soc., 457, 4296-4322 (2016/April-3)
       
      The brightest young star clusters in NGC 5253.D. Calzetti, K. E. Johnson, A. Adamo, J. S. Gallagher III, J. E. Andrews, L. J. Smith, G. C. Clayton, J. C. Lee, E. Sabbi, L. Ubeda, H. Kim, J. E. Ryon, D. Thilker, S. N. Bright, E. Zackrisson, R. C. Kennicutt, S. E. de Mink, B. C. Whitmore, A. Aloisi, R. Chandar, M. Cignoni, D. Cook, D. A. Dale, B. G. Elmegreen, D. M. Elmegreen, A. S. Evans, M. Fumagalli21, D. A. Gouliermis, K. Grasha1, E. K. Grebel, M. R. Krumholz, R. Walterbos, A. Wofford, T. M. Brown, C. Christian, C. Dobbs, A. Herrero, L. Kahre, M. Messa, P. Nair, A. Nota, G. Östlin, A. Pellerin, E. Sacchi, D. Schaerer, and M. Tosi. The Astrophysical Journal, 811:75 (26pp), 2015 October 1
       
      Witness of gas infall and outflow in the young starburst dwarf galaxy NGC 5253. R. E. Miura, D. Espada, H. Sugai, K. Nakanishi, A. Hirota. Publ. Astron. Soc. Jap., 67, L1 (2015)
       
       
      Amitiés.
       
      JBG
      https://jeanbricegayet.jimdofree.com/
       

    • By Ciel Austral
      Bonjour à tous
       
      L'équipe  CIEL AUSTRAL (Jean-Claude Cannone, Nicolas Outters, Didier Chaplain, Philippe Bernhard, Laurent Bourgon) vous présente notre dernière image, une mosaïque 2x1 dans Vela (les voiles) réalisée la TEC160 en 123h de pose totale, depuis l'Observatoire El-Sauce au Chili
       
      3 versions :
      - SHORVB avec hélas quasiment rien en OIII
      - RHaVB
      - Starless HA+SII qui a aussi servi à booster les 2 autres images.
       
      PS: l'image est tournée de 90° pour des raisons d'affichage et d'esthétisme.
       
      Les FULL 8000x4000 et détails
      http://www.cielaustral.com/galerie/photo114.htm
       
      Preview :
       

       
      Amicalement
      L'équipe Ciel Austral
       
    • By JB Gayet
      Galaxie souvent mentionnée dans les études scientifiques récentes que l’on pourrait appeler « de catalogue », où d’innombrables objets sont analysés en mode semi-automatique, cette galaxie est une grande oubliée d’études scientifiques « dédiées » malgré sa grande taille. Sa localisation dans le ciel austral y est probablement pour quelque chose, et lorsque l’on teste son référencement dans la littérature, bien que citée directement ou indirectement dans 152 publications seulement, seule une la fait apparaître dans l’un des trois critères « Titre, abstract, keyword » et il s’avère que c’est une erreur de typo, car l’étude concerne NGC 5972… Bref, on ne la retrouve que dans ces études telles que Cosmicflows-3, superbe travail d’Hélène Courtois, dont vous pouvez lire la publi ci-dessous, ou surtout acheter le très bon bouquin de madame Courtois,  « Voyage sur les flots de galaxies », qui fait vraiment rêver.
       
      Au final, une très jolie galaxie, peu imagée, il s’agit d’une spirale barrée de type SAbc C de la Balance, avec une vélocité radiale de 1922.4 km/s et un z à 0.006433, soit une distance d’environ 83 millions d’années-lumière. Une étoile de magnitude 9.6 sur son bord nord-ouest a vite fait de saturer acquisitions et traitement.
       
      En voici une version, acquise entre le 26 et le 29 avril 2020 (qualité légèrement dégradée car l'upload de .png ne marche pas.... en cours de test)
       
      58 L9R 13G 9B soit 14H30 de L et 7H45 de couleur. J’aurai aimé plus insister sur la couche bleue, mais la lune est arrivée… ciel Chilien. Planewave CDK 12'5. SBIG 8900 MM. Paramount II. 
       
       
       

       
      Image Plate Solver script version 5.4.4
      ===============================================================================
      Resolution ............... 0.439 arcsec/px
      Rotation ................. -179.200 deg
      Observation start time ... 2020-04-26 07:36:30 UTC
      Observation end time ..... 2020-04-29 07:14:21 UTC
      Focal distance ........... 2537.03 mm
      Pixel size ............... 5.40 um
      Field of view ............ 23' 42.9" x 17' 34.5"
      Image center ............. RA: 14 58 23.277 Dec: -1 05 17.33
      Image bounds:
      top-left .............. RA: 14 57 35.352 Dec: -1 13 54.56
      top-right ............. RA: 14 59 10.221 Dec: -1 14 14.52
      bottom-left ........... RA: 14 57 36.338 Dec: -0 56 20.09
      bottom-right .......... RA: 14 59 11.198 Dec: -0 56 40.05
       
       
      Et pis c’est tout – et c’est peut-être plus facile à lire :)
       
      Amitiés
       
      JB
      https://jeanbricegayet.jimdofree.com/
       
      Référence, qui n’en est pas une :
       
      Fading AGN Candidates: AGN Histories and Outflow Signatures. William C. Keel, Chris J. Lintott, W. Peter Maksym, Vardha N. Bennert, S. Drew Chojnowski, Alexei Moiseev, Aleksandrina Smirnova, Kevin Schawinski, Lia F. Sartori, C. Megan Urry, Anna P. William C. Keel, Chris J. Lintott, W. Peter Maksym, Vardha N. Bennert, S. Drew Chojnowski, Alexei Moiseev, Aleksandrina Smirnova, Kevin Schawinski, Lia F. Sartori, C. Megan Urry, Anna Pancoast, Mischa Schirmer, Bryan Scott, Charles Showley, and Kelsi Flatland. The Astrophysical Journal, 835:256 (19pp), 2017 February 1
       
      Vraie référence :
       
      Cosmicflows-3. Tully R.B., Courtois H.M. and Sorce J.G. The Astronomical Journal, 152:50 (21pp), 2016 August.
       
       

       
  • Images