soleil rouge

Mon nouveau tube ! APO 203 Fluorite Lichtenkneker

Recommended Posts

il y a 17 minutes, lyl a dit :

sphérique.

sur cette taille et f/D tu as un meilleur piqué à 0.5° et moins de soucis de collimation.

En sphérique, tu as moins de coma et c'est diffraction limited alors qu'en parabolique le strehl est plus bas à 0.6 à 0.5° hors d'axe.

J’étais justement en train de vérifier, il me semblait que justement le jpm était sphérique, ce qui est le cas! Et on peut dire qu’il marche bien :D 

 

ça doit pas être énorme la diff de courbe entre le parabolique et le sphérique à fd8? 

Edited by Adamckiewicz
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Adamckiewicz a dit :

ça doit pas être énorme la diff de courbe entre le parabolique et le sphérique à fd8? 

En parabolique, tu montes au maximum du savoir faire de la parabolisation à savoir strehl 1 au centre, mais c'est plus de soucis que de faire une belle sphère qui va de donner du 0.92 de strehl. En industriel, c'est plus sûr de faire la sphère tu auras une surface plus douce : l'un dans l'autre ça se vaut.

Note : j'ai refait le traitement sur Saturne, la débayérisation était foirée (cf page avant)

Edited by lyl
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, lyl a dit :

Note : j'ai refait le traitement sur Saturne, la débayérisation était foirée


Waooouh! Quelle différence! Maintenant, ça claque! 😝 Ça donne envie de passer à la 60mm, c’est sûr! 

Edited by Olivier Meeckers

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, Olivier Meeckers a dit :

Maintenant, ça claque! 😝 Ça donne envie de passer à la 60mm, c’est sûr! 

65mm

Voilà mon propos : le niveau de correction qu'apporte la "semi-apo".

Par rapport à la 80-1200 que j'ai pu installer alternativement.

La 80-1200 est un peu en dessous du niveau de correction Conrady.

A grossissement égal, l'image est plus belle sur la semi-apo, il n'y a pas à chipoter vers 150x (8mm RKE du coup ... sur la Astro 80M) contre 7mm ortho sur la Tak TS65.

Bien entendu la 80 est plus lumineuse et plus piquée mais il y a un plus sur les nuances de couleurs sur la TS65 qui rend l'image plus facile à déchiffrer (pour moi en tout cas)

 

----------------

 

Du coup, en se replongeant dans l'histoire du critère établit par A.E.Conrady :

ce critère est établit pour une utilisation terrestre à 2mm de pupille (fonctionnement "normal" de l'oeil en pleine lumière)

A ce niveau, l'oeil n'est pas achromatique et une lunette qui fait une correction diffraction limited de 500 à 620nm convient très bien pour ces grossissements de D/2.

Lorsque l'instrument est "Conrady" le défocus rouge 656  vert 546 , et bleu 486 vert 546 est de 5/8eme de lambda. Ça revient à être à strehl proche de 0.4 sur ces couleurs, c'est à dire à la limite de contraste.

En utilisation astro avec une lumière différente, Sidgwick a énoncé son critère qui indique une correction moins large.

 

Le soucis d'un instrument Conrady est que la perte de piqué sur les couleurs extrêmes ne se voit pas individuellement quand on monte le grossissement car l’œil d'une personne d'un âge moyen (40ans) peut compenser complètement le défocus de l'ordre d'une dioptrie en accommodant sur le détail désiré quand on grossit.

... mais l'image se délave car les couleurs extrêmes vont baver sur les couleurs plus précisément corrigées, nuisant au contraste.

 

Note : l’œil est achromatique (corrigé FC) quand on est entre 0.7 et 0.4mm de pupille d'entrée : ça dépend des personnes). Il faut que l'instrument soit corrigé à un niveau qui soit négligeable en perte pour lui faciliter l'accomodation°.

 

Quand on fait le ratio des corrections : 5/8 contre 2/8 pour la norme apo, on s'aperçoit que l'apochromat monte confortablement à 0.8mm de pupille ou 1.25D en terrestre et 2D en astro.

Le Conrady suit derrière mais c'est fatiguant pour l'observation quand l’œil doit chercher les détails colorés. Sur la Lune par contre, l'achromat est plus facilement à des strehls proches de 1 sur le pic de sensitivité/illumination, on attrape tous les détails importants sans avoir à se fatiguer sur la recherche de couleur.

 

La différence de potentialité achromat/apochromat est principalement là : l'effet du pic de strehl.

Une apo qui passe en pic à 0.97 de strehl va prendre sans problème le dessus sur un achromat car la meilleure correction couleur va favoriser la lisibilité en empêchant la perte de contraste par la décorrection des couleurs.

Par contre une apo moyenne à 0.92-0.93 voire 0.88 (ben oui ça arrive) va se prendre une claque face à l'achromat qui a une dé-correction bien maitrisée sur la plage pic qui fera la différence.

 

° sur la Tak TS 65, le niveau est haut, on est à lambda sur 5 entre 500 et 630nm et diff. limited sur 480-644.

Edited by lyl
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, lyl a dit :

faire de la parabolisation à savoir strehl 1 au centre, mais c'est plus de soucis que de faire une belle sphère qui va de donner du 0.92 de strehl

C'est tout sauf négligeable.  C est pour ça qu'il y a des 130/900 et 115/900 parabolisés. Ce n'est pas comme si c'est couteux ou compliqué 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, jldauvergne a dit :

C'est tout sauf négligeable.  C est pour ça qu'il y a des 130/900 et 115/900 parabolisés. Ce n'est pas comme si c'est couteux ou compliqué 

Oui, c'est plus compliqué, le JPM et ses équivalents sont des exceptions.

De toute façon tu le vois tout de suite à la collimation.

et désolée, j'avais pas embrayé sur le JPM mais sur les 115/900 chinois.

Ça copie mais ça copie à coût réduit.

-------------

Quand on trouve un JPM pour son premier achat, il peut se passer un long moment avant d'avoir envie de changer de tube.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, lyl a dit :

Bien entendu la 80 est plus lumineuse et plus piquée mais il y a un plus sur les nuances de couleurs sur la TS65 qui rend l'image plus facile à déchiffrer (pour moi en tout cas)

Une remarque hyper intéressante :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, Adamckiewicz a dit :

J’étais justement en train de vérifier, il me semblait que justement le jpm était sphérique,

A cette époque seule le PERL MIZAR AR 120 et le PERL MIZAR H 120 étaient et sont encore des télescope parabolisés ;-)

 

Il y a 16 heures, jldauvergne a dit :

C est pour ça qu'il y a des 130/900 et 115/900 parabolisés.

Tu as des exemples à nous donner ?

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Il y a 5 heures, jm-fluo a dit :

Tu as des exemples à nous donner ?

Les SW 130/900 sont parabolisés. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, jldauvergne a dit :

Les SW 130/900 sont parabolisés. 

C'est devenu sérieux comme tout ce que fait SkyWatcher.

La période gagne petit du monde chinois semble se dissiper. Je comprends mieux ta remarque sur les JPM.

J'en étais resté à un paquet de petits newton faciles que j'avais bricolé. Il y a toujours des personnes qui font des boulettes même avec des trucs réputés indéréglables.

Edited by lyl
rectification

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Bruno- a dit :

Attention de ne pas confondre 130/900 et 130/650 !

Ah oui au temps pour moi. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ben zut alors, c'est pas aussi amélioré que je pensais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Finalement la parabolisation est nécessaire à partir de quel F/D? Les 115/900 étaient sphériques comme le newton Vixen 100/1000. Avez-vous déjà vu un comparatif newton/réfracteur en 100/1000.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

Sur mon Newton Takahashi MT130 (130/800) le miroir est me semble t'il parabolique.

Etant maintenant en retraite  je vais  me remettre à observer . 

A qualité optique équivalente, je pense que la TSA 120 sera devant le MT130, je vais tester.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel était le prix du jpm en 1983 quand j'ai payé la Perl-Viven 83/910 neuve à 5500 francs  ?

NB: une lunette que je possède toujours :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, jm-fluo a dit :

Quel était le prix du jpm en 1983

De mémoire dans les 3500 francs, c'était mon premier télescope, après une toute petite lunette de 40mm sur pied de table, qui m'avait quand même montré les satellites de Jupiter et ses deux bandes équatoriales, et les anneaux de Saturne sous la forme d'un trait lumineux barrant la planète.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme ça ? (=> vidéos cliquez)

SaturneJupiter-TS65

 

Edited by lyl
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi aussi j'ai un 115/900, mais c'est juste pour faire le 1472eme message de ce sujet qui, si je me souviens bien, portait sur une lunette APO de 203mm :D

  • Thanks 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By lpalbou
      Bonjour à tous,
       
      Je suis dans les expérimentations ces jours-ci, notamment car je viens tout juste de racheter un Takahashi 76-DC à Simon (merci Simon !). A priori, ce scope est idéal avec un Quark puisqu'à F7.5, on atteint F31.5. Sans doute un peu d'over sampling avec la 174mm, mais ça dépend aussi des conditions d'observations, comme toujours. L'avantage du scope : sa taille (53cm), sa portabilité (1.5kg) et bien sûr, son optique.. 76mm n'aura jamais la même résolution qu'un 120 ou 150, mais c'est assez pour voir des détails assez fins et surtout, ça rentre dans mon sac à dos.
       
      Ce n'est pas un test complet car nous n'avons que de la pluie et des nuages et je n'ai pu faire que de l'imagerie opportuniste entre les nuages.. et parfois même au travers de nuages fins.. Les conditions sont donc bien loin d'être idéales, mais en attendant, j'ai testé ce que j'ai pu.
       
      Commençons par l'une des meilleures captures.
       
      Original sans gamma, sortie AS4 :

       
      Même image traitement simple avec IMPPG:

       
      Et en sortie photoshop (stretch / contraste):

       
      Avec couleurs:

       
       
      PS : pour ceux qui sont curieux et parce qu'il y a 1001 façon de traiter l'image sur IMPPG:


       
       
       
    • By Goofy2
      Bonjour   
       
      Une autre façon plus traditionnelle de réaliser la collimation. Cette méthode itérative est utilisée par plusieurs utilisateurs de Smart télescope Unistellar.
      Cette méthode est dérivée de la méthode que j'utilise pour collimater mes Schmidt-Cassegrain, mais à très fort grossissement et sur la tache d'Airy d'une étoile située sur l'axe de la chaîne optique.
       
      Nous réalisons une VA de 2 à 4 minutes dans la voie lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur) et on regarde la coma des étoiles sur tout le bord du champ de la capture, surtout dans les quatre coins (c'est l'endroit où la coma est la plus forte, car la plus éloignée du centre du capteur). Il est normal d'avoir de la coma sur les étoiles en bord de champ, car nos Smart Télescope ne possèdent pas de correcteur/aplanisseur de champ.
      Si la coma des étoile est homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur: c'est collimaté, pas besoin d'ajuster la collimation Si ce n'est pas le cas, alors la collimation doit être ajustée (un ou deux bords de champ montrent une coma stellaire plus prononcées que le ou les bords de champ opposés et les coma ne pointent pas en direction du centre du capteur)  
      ----
      Ajustement de la collimation:
      Au préalable faites une bonne mise au point de l'optique avec le masque de Bahtinov fourni avec l'instrument.
      Faire un Goto sur une étoiles brillantes située dans la Voie Lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur et avoir une étoile centrale comme référence bien visible). Puis faire une VA de 2 minutes (ou plus). Analyser la coma stellaire en bord de champ sur la capture de la VA (ne pas hésiter à zoomer). Repérer le bord ou le coin qui présente la plus forte coma stellaire En vision temps réelle et uniquement avec les vis de collimation, déplacer l'étoile de référence située au centre du capteur en direction du bord ou du coin présentant la plus forte coma stellaire. L'amplitude du déplacement est fonction de l'amplitude de la décollimation. Puis avec les mouvements lents de l'application, replacer l'étoiles de référence au centre du capteur. Refaire une VA de 2 minutes (ou plus) et recommencer les étapes 2, 3 et 4 jusqu'à ce que la coma stellaire en bord de champ soit homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur.  
      Il s'agit d'une méthode itérative.
      Bonne collimation...
    • By Close-to-focus
      Salut à tous,

      voici quelques images faites au newton trusstube désaluminé skywatcher 150/750.
      Camera apollo-m mini (imx429) et mars-m en bin2 (imx290). avec barlow 2.7x, 4x, 5x.. et filtre continuum 8nm, des combinaisons qui me donnent un échantillonnage entre 0.40" et 0.24" suivant le montage.

      Je trouve que j'ai de meilleurs résultats avec un échantillonnage proche de 0.40", mais d'un jour à l'autre le seeing évoluant, pas sûr que mes "tests" soient cohérents avec la réalité.
      Les poses sont de l'ordre de la milliseconde, voire moins (ce matin j'étais à 0.5ms).

      J'image sous un ciel la plupart du temps plus ou moins voilé, ciel gris/bleu pour vous donner une idée (ce matin c'était bien bleu, mais plein de vent ), dans une cour ombragée mais située dans une (toute) petite ville, donc bitume et pavés à proximité.
      Je n'arrive pas à avoir plus de netteté, du coup je me demande si changer de setup pourrait améliorer mes images ou si mon ciel me limitera de toute façon.

      J’envisageais, à qualité optique égale, de passer sur un 200 / 1000, (en truss tube pour limiter le poids et la turbu interne), le max que ma monture devrait accepter de porter correctement.
      Mais vais-je gagner beaucoup en résolution?

      j'envisageais aussi la possibilité de rester sur mon diamètre de 150mm (vu mon ciel, est-ce bien utile d'augmenter le diamètre?) mais avec un miroir d'artisan (zen ottiche en fait en petits diamètres).

      Autre question : quel échantillonnage serait  le plus approprié sous un ciel moyen à bon?
      si je reste sur les valeurs théoriques d’échantillonnage (si j'ai bien calculé elle se situe autour de 0.25") les résultats ne sont pas top.

      merci à vous

      voici les photos en question:
      imx 429

       

       
      imx 290 bin2

       


       
    • By Papy lulu
      Bonjour,  je débute,  la photo (M51) est le résultat de 261 fichiers empilés par le seestar S50 je présume que ce sont 261 prises de vues de 10" chacune.
      Bonne journée à tous.
      Papy lulu


    • By BobSaintClar
      En direct du japon, je vous présente un compte-rendu succinct de mon week-end au Festival des étoiles d'Hoshi No Mura
       
      il s'agit d'un rassemblement annuel (premier WE de Juin suivant la nouvelle lune) se tenant dans un observatoire public posé dans les montagnes de la préfecture de Fukushima !
      Ceci dit, ladite préfecture est vaste et nous sommes loins de la côte : lors de ma première édition, avant les années Covid, j'avais emporté mon radiomètre : la radioactivité du site était parfaitement normale...
      Le séisme de 2011 a pourtant eut des conséquences dramatiques pour l'observatoire, j'y reviendrai.
       
      Commençons par présenter les lieux : nous sommes à 650m d'altitude, à 20km de la côte Est du japon, dans une région de moyenne montagne. De mon domicile, il faut compte trois heures de voiture. Sur place résident un observatoire, deux parkings, un restaurant, diverses boutiques et une grotte ouverte aux visiteurs.
      Sur la route menant au site, je reconnais un "magasin" déjà vu les années précédentes : il expose des sculptures religieuses, notamment...
       

      ... mais oui, des bites géantes en pierre (note : j'ai servi de modèle pour l'artiste )
       
      Le Site
       
      Sur place, deux parkings sont réservés aux astronomes amateurs : le premier, "en haut", est généralement préféré au second, "en bas", parce qu'il est moins parasité par les lumières de l'évènement.
      Je me suis installé sur le premier
       

       
      Kurita-san, un ami de club arrivé plus tard, a du se contenter du second :
       

      Nous sommes Vendredi après-midi, l'évènement n'a pas encore officiellement commencé, le parking est encore vide. J'ai pris cette image depuis le toit de l'observatoire. Notez l'impressionnante falaise, qui abrite plusieurs grottes !
       
      L'observatoire en question, le voici :
       

      Le bâtiment, coté gauche, propose des toilettes, un dortoir, quelques pièces réservées au staff et une boutique de souvenirs "astro". Au centre, vous avez un vaste hall dédié à l'exposition de différents matériels & objets. 
      L'espèce de tour carrée cache essentiellement un escalier en spirale permettant d'atteindre le toit ET le pont menant au télescope de 650 abrité sous la coupole.
      Sur le parvis, la plupart des exposants sont déjà installés.
      Vendredi après-midi, le ciel n'est guère rassurant...
       
      Au rez-de-chaussée (que les japonais appellent le premier étage, pour l'anecdote) de l'espèce de ziggourat qui soutient la coupole se trouve une exposition permanente :
       

      Et au-dessus - avant d'arriver au troisième étage (celui du télescope) - se trouve un planetarium. Voilà, vous avez fait le tour !
       
      Les exposants
       
      Le festival aux étoiles d'Hoshi No Mura est un évènement "classique" : les exposants y tiennent une place centrale !
      Les marques les plus connues sont représentées (Takahashi, Vixen, SVbony, etc) et l'on trouve beaucoup de matériels "occasion / exposition / fins de série" intéressants. Dès mon arrivée, je suis tombé sur une offre que je n'ai pas su refuser... un oculaire Morpheus de 9mm bradé à 27000 yens (ça fait 158 euros, au taux de change actuel). Bordel, il m'en faut un deuxième, maintenant 
       
      Je ne les ai pas tous pris en photo, je pense que vous savez à quoi ressemble un stand de marque :
       

      Avec la dépréciation du yen, les bonnes affaires sont légion ! Les binos Vixen BT80, qui ont plutôt bonne presse, sont ici à 235 euros...
       
      Lui, il a tout un stock de jumelles de randonnée, de loupes, de chercheurs 8x30 et de bordel divers (filtres, caches, boites à oculaires, etc.) à 59 centimes d'euro pièce 
       

      (Notez le poster d'un personnage Moe, nous sommes bien au japon...)
       
      Coté matos, je n'ai pas repéré grand-chose de spécial, d'original ou de vraiment nouveau... mais bon, je ne suis pas le mieux placé pour en juger : je ne m'intéresse guère qu'à l'équipement dédié au visuel. J'ai quand même vu deux-trois trucs que vous ne connaissez peut-être pas, ou pas encore ? 
      Voyons cela :
       
      Sur le stand Vixen, je me suis attardé sur ces deux versions à diamètres réduits - 70 et 90mm - de l'astrographe VSD100SS.
      Je ne connaissais pas ces modèles, je suppose qu'ils sont plus abordables que leur ainé : de mémoire, le tube de 100mm est hors de prix (je n'en ai d'ailleurs jamais vu dans les rangs amateurs, même au Japon) !
       

      Malgré la déprise du yen, le VSD90SS est à plus de 4000 euros... mais sérieux, qui va acheter ça ??
       
      Les amateurs
       
      Autant j'avais vu des équipements remarquables au rassemblement d'Aichi (celui consacré aux grosses binos, aux dobsons et aux réalisations personnelles), autant le festival d'Hoshi No Mura est basique : les visiteurs sont avant tout venus avec... des lunettes équipées pour l'astrophoto, ad nauseum !
      Je n'ai vu que deux dobsons : le 660 déjà remarqué dans des rassemblements antérieurs (comme celui d'Aichi) et le 500 décrit dans mon compte-rendu sur la star-partie de Koumi.
       
      il y avait aussi ce Ninja :
       

      Si vous avez une impression de déjà vu, c'est normal : ce tube était présent lors du rassemblement d'Aichi, comme en témoignent ses autocollants Moe (décidément...)
       
      Le T500 (à F/D beaucoup trop, ouch, échelle de pompier obligatoire) du festival de Koumi, encore une pièce rapportée :
       

       
      Vous vous souvenez du proprio ? Non ? 
      Indice : Un homme inverti en vaut deux (sur les blagues de boomer, je ne crains personne )
      Bref, le voici  :
       

      Lorsque j'ai pris cette photo, l'évènement n'avait pas commencé, tout le monde s'installait tranquillement. Donc, notre gaillard n'est pas prêt... mais quelques heures plus tard, en soirée, il l'était ! 
      Au menu : mocassins noirs brillants à talons, longue robe grise plissée, haut bustier noir échancré et chapeau canotier à ruban rose orné d'un flot en forme de coeur...
      Ça y est, vous le remettez ??
       
      Le télescope suivant, je ne pouvais pas le manquer :
       

      Nous sommes toujours en territoire connu : c'est le 200 - diaphragmé à 198mm - F8 de Okubo-san. Le seul télescope amateur de moins de 200mm d'ouverture nécessitant l'usage d'un escabeau... 
       
      Coté binoculaires, ce n'est guère folichon :
       

      Des Miyauchi 20x100 (oculaires fixes) : j'ai eu la chance de posséder ce modèle l'année du passage de la comète Hyakutake, en 1996.
      Elle repasse dans 70.000 ans mais cette fois, j'ai des 150ED : j'ai hâte !
       
      Par le plus grand des hasards (non pas du tout, j'ai évidemment fait exprès), je me suis installé juste à coté du seul gars bien équipé en jumelles : il avait 7 ou 8 modèles, à minima, dont des Zeiss 7x50 antiques (très bonnes, une vraie surprise), des Zeiss stabilisées 20x60 (une autre bonne surprise, je les aurais pensé plus lourdes) et des Nikon 20x120 anciennes en provenance directe... d'un bâtiment de guerre (il m'a donné un nom que je n'ai pas su mémoriser) :
       

      (Oui, pardon, c'est de l'infrarouge couleur)
       
      Le CROA
       
      Et coté astronomie, me direz-vous ?
       
      La nuit du vendredi au Samedi était plutôt mal partie (cf images) mais dès 22h, les nuages sont sont espacés, puis évaporés ! J'ai profité de mes jumelles jusqu'à minuit environs, puis je suis passé en mode "monteur d'étoiles" lorsque diverses personnes - essentiellement des résidents du coin, venus en famille - sont venu dans notre secteur :
      Le ciel était très bon, peu pollué, la transparence excellente, les principales vedettes de l'été - du sagittaire au Cygne, pour faire court - en pleine ascension... succès garanti !
       
      Jusqu'à une heure et demie du matin, j'ai ainsi partagé notre passion avec les gens du cru, jusqu'à ce qu'un gars presque obèse (une rareté, au Japon), s'emmêlant les pinceaux dans le noir, s'assoit un rien brutalement sur ma chaise : CRAAACK ! Plus de chaise ! 
       
      Imaginez la scène, compte tenu de la culture du pays : le pauvre type ne savait plus où se mettre, il s'est répandu en excuses plus dramatiques les unes que les autres, je ne savais pas quoi dire ou faire pour l'arrêter !! Il ma fallut des trésors de patience pour lui faire comprendre, in fine, qu'une seule pièce de bois de 10x10cm avait lâché, que la refaire serait un jeu d'enfant (et en effet, j'ai réparé ma chaise ce Dimanche matin)... purée, il voulait absolument me dédommager en argent... oh wait, j'aurais peut-être du me laisser faire ? 
       
      Anecdotes
       
      J'ai quelque peu écorné ce chapitre, avec l'astronome transformiste (une combo rare, avouez) et le sculpteur de giga-bites (non, rien à voir avec l'informatique)... 
      Il vous reste quand même quelques curiosités à découvrir :
       
      1/ Les japonais sont honnêtes et très confiants ! On ne le dira jamais assez, le pays est sûr et au quotidien, l'on perd assez vite ses repères et ses habitudes ! L'observatoire d'Hoshi No Mura est ouvert aux quatre vents, il n'y a pas de caméras dans le bâtiment, vous pouvez vous y promener et ramasser ce qui vous plaît sans aucun problème...
      Par exemple, en montant au deuxième étage via la tour carrée, vous pouvez choisir le modèle de loupe binoculaire qui vous convient :
       

      Le détail qui tue : l'observatoire a acheté l'exemplaire du milieu (juste à droite de la caisse orange), sans doute pour le mettre à disposition du public (notamment des écoliers) il y a encore l'étiquette avec le prix affiché (20.000 yens)...
      Non seulement rien n'est sous clé ni même surveillé mais en sus, la valeur du matériel est commodément indiquée 
       
      Un peu plus haut, dans ce qui s'apparente à un débarras sans porte, vous avez tout un tas d'instruments en vrac, avec des caisses d'oculaires et de jumelles à même le sol :
       

      J'ai pris la photo sans arrière-pensée ni gêne aucune : j'étais absolument seul, dans la tour et sur le toit ! Je rappelle que le site, pour l'évènement, reçoit plusieurs centaines de personnes, de tous âges, qui vont vaquer dans tous les sens : et bien, comme d'habitude, rien ne sera volé. Les organisateurs ne sont pas des idiots : s'il en allait autrement, soyez sûrs que tout serait surveillé, ou hors d'accès. Mais ici, à quoi bon ?? 
       
      2/ Dans le grand hall / salle d'exposition du bâtiment principal, j'ai remarqué cet objet, quelque peu incongru dans un observatoire  :
       

      Vous l'aurez deviné en observant l'image en détail : c'est une sorte de glaive court dont la lame a été forgée à partir d'une météorite ferreuse. Cette arme n'est pas historique, elle a été faite sur commande de l'observatoire il y a quelques décennies, mais elle est néanmoins représentative d'un phénomène réel, dans l'histoire dujapon : les minerais de fer du pays étant de qualité médiocre, les artisans locaux ont du développer des techniques très élaborées pour forger leurs célèbres lames (on pense surtout au katana, évidemment). Du coup, lorsqu'ils avaient la chance de tomber sur un beau morceau de météorite ferreuse, bien plus riche en métal que n'importe laquelle de leurs pauvres caillasses, ils ne se privaient pas d'en faire une arme (sans même parler du coté "on ne va pas gâcher ce précieux cadeau des dieux")...
       
      3/ Pour transporter son matos astro et son nécessaire de camping, rien ne vaut une Keycar coupée sport :
       

      Voici la voiture de mon "autre" voisin (pour le distinguer du possesseur de jumelles, venu en minibus Totyota). Dans cet équipage minimaliste à deux places, ledit voisin a transporté une petite lunette (une 80mm à FD court), son trépied photo et une tente une place intégrée à son lit pliant !
      Mieux vaut être célibataire, sans enfants... et sans dobson !
       
      4/ L'été japonais est caniculaire. nous sommes toujours au printemps, officiellement, mais nous avons souffert de la chaleur en journée. Pourtant, une créature était bien plus à plaindre :
       

      Il ne fait pas bon être un gros chien à poils longs, au pays du soleil levant : sauf à habiter haut en altitude et latitude, la chaleur humide des mois d'été est très pénible. De plus, la loi du pays impose de ne jamais laisser divaguer votre toutou, en ville comme à la campagne, même s'il n'y a personne en vue : les chiens sont donc toujours attachés et ne sont jamais libres de leurs mouvements.
      C'est moyen, pour ces lointains cousins du loup  
       
      5/ Le séisme de 2011 dans la région de Fukushima, de sinistre mémoire, a eut des conséquences désastreuses sur l'observatoire d'Hoshi No Mura :
       

      Au plus fort de la secousse, le t650 et sa monture, installés dans la coupole, ont traversé trois étages avant de s'écraser au rez-de-chaussée, infligeant les dégâts qu'on imagine ! La carcasse de l'ancien télescope est toujours exposée dans le bâtiment, au pied de l'escalier menant au pont.
       
      Cette petite sculpture est un monument commémoratif de l'accident :
       

       
      6/ La photographie dans l'infrarouge proche, c'est beau, mais c'est aussi utile !
      Par exemple, pour discriminer le couvert végétal :
       

      on distingue beaucoup mieux les feuillus des conifères, entre autres...
       
      Clôturons ce rapport comme il convient : par une photographie astronomique !
      Voici donc la planète terre, observée depuis l'observatoire d'Hoshi No Mura, préfecture de Fukushima, Japon :
       
       
       
      Owari desu !


  • Upcoming Events