Recommended Posts

Bonsoir,

 

Un copain de la fête du Soleil chez P.Bourge a dégoté dans une brocante voisine une boîte complète d'oculaires Zeiss (CZJ) orthoscopiques. 😀

Si ça vous parle...

IMG_20190623_113306.jpg

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Sous 6mm c'est extrêmement rare : jamais vu

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir Myriam,

 

Je ne connaissais pas du tout, ils sont fournis avec un tas de bagues en laiton à la fonction inconnue...

Le précédent propriétaire utilisait ces oculaires sur 3 instruments aux focales différentes...

2 Lunettes : 48mm et 86mm

1 télescope : 203mm

Edited by zirkel 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, zirkel 2 a dit :

Bonsoir Myriam,

 

moi c'est GG ;) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

et çà donne quoi en observant dedans?

parce que c'est le but tout de même!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

 

C'est moi l'heureux nouveau propriétaire. Pour les observations avec ces oculaires, il faut d'abord que je me dégote une bague de conversion 24,5/31,75 (c'est en cours). Mais une chose est sure : le relief d’œil est rikiki sur les courtes focales.

 

Il y a deux séries d'oculaires. La premières est effectivement une série d'oculaires Carl Zeiss Jena  "Orthskop Okular" focales 25, 9, 7, 5, 4 et 3 mm et "Huyghens'sches Okular" 18mm. Ces 7 oculaires sont en coulant 24,5 mm.

 

L'autre série comporte 5 oculaires en laitons de formule Huygens. Ces oculaires ne portent pas de marques excepté les nombres 165, 225, 335, 500  et 750. Ils sont au coulant 35mm (je ne connaissais pas) et il y a une bonnette en verre fumé qui se visse dessus pour l'observation solaire (à éviter).

 

Enfin parmi les bagues se trouve un adaptateur 24,5/35 mm et un œilleton au coulant 27mm.

 

Dernière chose, au fond de la boite, j'ai trouvé une lentille cylindrique qui s'ajuste dans l’œilleton. Est-ce une tentative de correction de l'astigmatisme de l'ancien utilisateur ?

 

Si vous avez des infos sur l'origine des oculaires en 35mm, je suis preneur.

 

A bientôt

Jean-Christophe  

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une petite photo de la série en 35mm dans leur état d'origine.

IMA_5947.thumb.JPG.454fe57f6b917445ca62fcabcd47ce53.JPG

 

Et après un bon nettoyage (qui viens de m'occuper toute l'après midi), une photo de toute la boite.

IMA_5960.thumb.JPG.b826b3abd2ade95598ee37b544612c41.JPG

 

A bientôt

Jean-Christophe

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce serait beau dans une vitrine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Posté(e) il y a 7 minutes

Ce serait beau dans une vitrine.

 

Ou plutôt dans le porte oculaire d'une belle lunette ancienne toute en laiton. Un jour peut être ...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu veux dire à mettre comme pièce d'exposition (la lunette):D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Posté(e) il y a 44 minutes

Tu veux dire à mettre comme pièce d'exposition (la lunette)

 

C'est clair que si j'avais un tel instrument, il trônerai en expo dans le salon. Maintenant le but est aussi de faire revivre ces instruments anciens. Comme les collectionneurs de voitures, si elles sont la plupart du temps bien alignées dans un garage ou un showroom, il leur arrive de temps en temps de reprendre la route ou de faire quelques tours de pistes (cf "Le Mans Classique").

 

Par exemple, je possède une lunette Unitron 100mm F/15. Ce n'est pas l'instrument que j'utilise le plus (J'ai une Skywatcher 100ED plus performante), par contre c'est l'instrument qui me suit lors des rassemblements astro.

 

Bon arrêtons le hors sujet, je relance l'appel aux infos sur les oculaires en 35mm.

 

A bientôt

Jean-Christophe

Edited by J-Christophe
orthographe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir

 

Un petit compte rendu à chaud d'une séance de test des ces oculaires orthoscopiques Zeiss.

 

Instrument : lunette skywatcher ED100

cible : Jupiter

Oculaires de référence : Clavé 10 ; 8 ; 6 et 4 mm

 

Ce soir le vent c'est calmé et les images sont plus stables qu'hier. La NEB est bien visible avec quelques beaux festons. La SEB est moins évidente surtout à proximité de la GTR proche du limbe. 

Un satellite est collé au disque de Jupiter. Il s'agit de Io qui va passer derrière la planète géante.

Voici une image vite faite, vite traitée pour illustrer.

 

5d16a079098ee_2019-06-28ED100btqhyIIm.jpg.4d7a5b999f6ef630b6222103d9dcec46.jpg

 

Les oculaires testés sont les 9 ; 7 ; 5 ; 4 et 3 mm

 

Tout d'abord, réglons tout de suite le cas du 3 mm. C'est un oculaire difficile d'utilisation, son champ apparent est réduit et son relief d’œil minuscule. On est littéralement collé à la lentille. De plus avec un grossissement de 300x (3X le diamètre de ma lunette) l'image est très empattée et peu exploitable.

 

Les 4 mm sont les seuls pour lesquels je pouvais comparer deux oculaires aux focales identiques. Mais là encore à plus de 2X le diamètre, ma lunette est dans ses retranchements. Peut être qu'avec un ciel meilleur cela aurait était plus parlant. Néanmoins, les différences les plus marquantes sont un champ plus réduit chez le zeiss (formule orthoscopique oblige) ainsi que plus de reflets internes.

 

Les meilleurs observations de la soirée ont été faites avec les Clavé 8mm et Zeiss 7mm. Si les détails m'ont semblé mieux visible dans le Clavé, c'est peut être parce que c'est mon oculaire fétiche et que je ne suis pas totalement objectif. On retrouve chez les Zeiss les problèmes de réflexions internes évoquées précédemment alors qu'il sont absent chez Clavé. Par contre, l'image est plus blanche dans les oculaires Zeiss.

 

En conclusion, je dirai que mis à part les reflets, ces oculaires sont difficiles à départager et les petites différences de perception peuvent être dues aux légères différences de grossissement d'un oculaire à l'autre.

 

Bon maintenant Saturne à du s'extraire de l'horizon, j'y retourne.

 

A bientôt

Jean-Christophe

 

 

 

 

Edited by J-Christophe
insertion de l'image

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonjour Jean Christophe,

 

Merci pour ce compte rendu intéressant, j'aimerai bien tester tes Orthos Zeiss cet été pour me faire une idée... pour les reflets je pense que le bord des lentilles n'est pas noirci et je ne suis pas sûr de la présence d'un quelconque traitement anti-reflets vu l'age vénérable de tes oculaires ;-)

 

@lyl si tu passe par ici : à ton avis, verres Schott? Parra-Mantois comme certains Clavé?

Edited by zirkel 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

@zirkel 2

Salut Stéphane

Pas de problème si tu passe en vendée cet été. De toute façon, j'y emmène ma 80ED, je prendrai donc aussi les Zeiss. 

 

A bientôt

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Gabm12
      Salut à tous.
      Suite à mon poste sur M42 à la ASI224 et vue le mauvais temps.
      Je me suis fait une étoile artificiel et j'ai fait un petit test de Roddier
      A première vue, je trouve le résultat pas trop mauvais, mais j'aimerai bien avoir votre point de vue ou même peut être lancer un comparatif ou chacun posterai ces résultats

      test réalisé sur un 200/1000 Skywatcher avec une asi224mc avec une étoile articiel (fait maison donc pas de Dimensions) placée à 20 mètres  
    • By Anthony sch
      Bonjour, 
      j’ai depuis maintenant 1 an un skywatcher 150/1200 f8 dont je suis extrêmement satisfait pour le prix. Cependant d’ici quelques mois j’aimerais changer de matériel et passer sur du plus gros. (Je souhaite rester chez skywatcher) 
      j’ai donc vu 2 modèles dit en « treillis » :
      le 254/ 1200: 735€
      - f:4,7  
      - pouvoir collecteur de lumière: 1317 
      - magnitude Max: 13,8 
      - grossissement utile: 508
       
      le 305/1500: 1185€
      - f4,9 
      - pouvoir collecteur de lumière: 1886
      - magnitude Max: 14,2 
      - grossissement utile: 608
       
      J’observe de tout, mais je suis plus ciel profond que planétaire. 
      Que pensez vous de ces 2 télescopes? Le quel me conseilleriez-vous? Merci et bon ciel. 
    • By Haltea
      Bonjour,
      J'ai déjà échangé avec certains d'entre vous au sujet de mon changement de set up qui se rapproche 😋.
      Je me demande si je ne vais pas diviser mon budget pour 2 instruments, ce qui me permettrai d'avoir un large éventail de cibles potentielles. 
      1) c11xlt , pour le planetaire et les cibles peu étendues,  comme mes galaxies préférées,  a 1 m de focale et a f/d 4, en poses courtes (avec un night owl qui corrige le champs sur un cercle de 16 mm).
      Pour les possesseurs de ce tube, rencontrez vous de grosses difficultés optiques ou mécaniques, qui  rendraient nécessaire l'achat d'un edge ? (Avec 2000 e de plus je sortirai un peu du buget). Je vois de très belles choses avec des C11 xlt  sur astrobin alors je m'interroge 
       
      2) un epsilon 130 edTakahashi a f/d 3 et toujours en poses relativement courtes,  pour le grand champs.
      J'ai vu sur le forum des utilisateurs de ce tube qui sortent de très belles images.
      Je pense qu'il n y a aucun doute sur la qualité optique et mécanique mais j'ai lu des articles sur cloudy night qui parlent de difficultés avec la collimation (critique à f/d 3) qui tiendrait difficilement,  alors que sur les forum français on parle  d'une collimation relativement aisée (même si elle doit être très soignée) et tenant très bien, certains indiquant que de ce point de vue,  l'epsilon est un vrai tank, qu'en pensez vous?
       
      Ces tubes iraient sur mon azeq6, avec une 385mc pour le planetaire et les petites cibles, que je completerai avec une 533mc (qui correspond pile au champs corrigé du night owl) , ou par une 294 MC (et donc rognage avec le c11 mais plus grand champs avec l'epsilon). Tout ça sous un ciel de campagne , pondéré par 2 ou 3 lampadaires du village.
       
    • By Meade45
      Bonjour à toutes et tous en ce beau premier dimanche pluvieux de Décembre !
          Etant l'heureux détenteur d'un C8 Edge tant attendu et acquis via une  PA, je me pose des questions sur la manière d'organiser le train optique.
      Avec le réducteur , le tirage optimal est de 105mm. Là,  pas de souci, un adaptateur T2 +bague EOS et l'APN et ça devrait le faire.

      Mais le visuel m'interpelle. De mémoire, le tirage optimal de ce tube passe à 140 mm . Exit le réducteur, et posons un porte-oculaires Crayford avec tirage : 100mm minimum et une course de focalisation de 30mm. Soit ! il reste  40 mm, un PO 2" devrait passer...
      La question maintenant qui va déterminer si l'usage d'un PO Crayford est possible sans sortir du foyer:
      En  cas d'ajout d'une barlow 2X, que devient le tirage? est-il modifié?  la barlow est-elle transparente dans l'ensemble du train optique ou bien est-ce carrément pas possible?
      Il est vrai que rien n'est dit sur les barlow concernant leur positionnement.
      La question peut sembler béotienne mais un proverbe chinois dit  « Celui qui pose une question risque  d’avoir l’air bête 5 mn, celui qui ne la pose pas, le restera  toute sa vie »."
      Merci pour vos retours d'expérience..
      Cordialement
      Guy
    • By BobSaintClar
      Après la merveilleuse nuit de la star-party d'Aichi du WE dernier, j'avais quelques appréhensions à l'idée d'employer mes jumelles géantes sous le ciel médiocre de ma campagne urbanisée. C'est donc avec un enthousiasme modéré, surtout motivé par l'idée de réaliser un comparatif (c'est excitant), que j'ai installé tranquillement mon engin dans le jardin ce Samedi.
       
      Le ciel a été dégagé toute la journée et ce soir, il affiche un bleu profond qui promet une transparence nocturne correcte et peut-être, un halo de pollution relativement contenu. Une heure plus tard, lorsque la nuit astronomique est bien installée, je dois déchanter : le fond de ciel est crémeux jusqu'au zénith. Il n'a pas la "qualité hivernale" attendue : pas de voie lactée, alors que le Cygne est encore assez haut. A l’œil nu, je ne vois pas le double amas de Persée. Je cherche les Pléiades et quand je les trouve, on ne peut pas dire qu'elles me sautent aux yeux ! Si l'équipement n'était pas déjà prêt, franchement, je ne le sortirais pas. Mais bon, après tout, la séance sera instructive : voir quelque chose de sympathique, dans ces conditions, serait une excellente nouvelle ! Je m'attends au pire, qu'est-ce que je risque ?
       
      Je m'installe, c'est parti ! J'équipe les jumelles de leurs filtres Fujinon et commence par le Cygne, avant qu'il ne s'esquive. Ayant bien en tête la récente et superbe observation menée sur North America, je navigue autour de Deneb. Le fond de ciel est atténué par les filtres, mais... les nébuleuses sont invisibles. C'est une blague ? Qu'elles soient ténues ou moches, passe encore, mais rien ? Je prends mon temps, peine perdue. Oh purée, ça commence mal !
       
      Douché, je pars vers les Dentelles. Même constat : je ne les vois pas. Au contact de l'étoile brillante de l'arc le plus fin, je note une vague excroissance... et encore, j'ai un doute ! L'arc le plus étendu, celui qui m'évoquait une grande plume festonnée quelques jours plus tôt, est noyé dans la fadeur ambiante. Cette misère !
       
      Poursuivons le jeu de massacre. Je retire les filtres et retourne l'instrument vers le sud-est, direction les Pléiades. Je les trouve, c'est déjà ça ! La réalité n'a pas grand-chose à voir avec mon souvenir : il n'y a pas de luminosité globale tranchée, qui distingue l'amas de son environnement plus sombre. Ce n'est qu'une collection d'étoiles individuellement lumineuses, pas vraiment un objet en soi. Plus grave : il n'y a pas de gaz ! Même en vision indirecte, il n'y a strictement rien à voir aux alentours de Merope (les autres, n'en parlons pas). Dans le quadrilatère, je compte neuf étoiles (14 en montagne), mais peu importe : ce n'est pas moche, c'est pire que ça... c'est triste.
       
      Je pointe le double amas de Persée : finalement, c'est l'objet le moins décevant du moment. Il perd beaucoup en contraste et donc, en beauté, mais la foultitude d'étoiles - même moins serrées - détourne l'attention du fond de ciel blafard. Les couleurs sont perceptibles mais l'effet 3D est très atténué, au détriment du plaisir d'observation.
       
      Puisque je traîne dans le coin, allons voir Andromède. Elle est très haute, c'est plutôt bon signe, la voil... doux Jésus ! Ce n'est qu'une tache asymétrique, un nuage pâle sans forme ni structure qui se perd dans le fond de ciel ! M110 est loin (!) et misérable... quant à M32, je la cherche encore...
       
      Il est 20h30, je décide de rentrer au chaud (température extérieure 2°) et de m'occuper une paire d'heures, le temps qu'Orion émerge de la vase. Ce serait dommage de ne pas conclure sur l'albatros (je n'ai pas pointé la Rosette, vous ne m'en voudrez pas)...
       
      A 23h, je ressors. Le ciel s'est amélioré : plus sombre, avec une zone zénithale presque propre. Du coup, je revisite les Pléiades, maintenant à ma verticale : c'est mieux ! La patate globale de l'amas est perceptible (mais sans plus), la nébulosité près de Merope est devinée en vision indirecte. Je compte désormais 11 étoiles dans le quadrilatère principal. Si je n'avais pas récemment vu le même amas sous un ciel de rêve, j'aurais trouvé l'image jolie...
       
      Je remets les filtres et vise enfin M42, la reine des nuits d'hiver. Houuu là là, elle a pris cher, Sa Majesté ! Au sud-sud est, elle est assez haute - 10° de plus qu'en France métropolitaine - mais ne s'extraie pas du halo lumineux de l'agglomération tokyoïte et de ses extensions ferroviaires : elle étend peu ses ailes, sa tête d'oiseau n'est vue qu'en vision indirecte, aucune boucle ne vient la refermer, "l'homme qui court" est à la limite de la perception... ça craint ! Autour du trapèze, les nodosités complexes du cœur se laissent voir, quand même. Avec les filtres, la nébuleuse s'étend un peu plus mais paradoxalement, je perds en détails dans la partie centrale ; au final, c'est décevant ! Quand je repense au même objet, vu d'Aichi...
       
      Je ne reste dehors qu'une grosse demi-heure : le ciel ne s'améliorera plus et j'ai vu ce que je voulais voir (ou pas). La rosée de début de nuit se change progressivement en givre... Il est temps de venir témoigner, ici même
       
      Le bilan est déprimant, mais je tire quelques enseignements de cette demi-nuit d'observation :
       
      - Ma monture me donne satisfaction : je l'ai améliorée en dotant l'axe de la bascule d'un frein. La visée est confortable, surtout au-delà de 60° d'élévation.
      - Avec mon instrument, sous un ciel médiocre à moyen, les amas ouverts sont la cible à privilégier. Les galaxies, on oublie (cette M31 de cauchemar...) et les nébuleuses gazeuses, on les filtre à bande étroite : mes Fujinon à bande large, ça va bien sous un bon ciel... sinon, ils sont trop permissifs.
      - En-dessous de 70-75° d'élévation, la pollution lumineuse ruine tout !
       
      Sur ce, bonne nuit !
       
  • Images