communicationrel

Hypothèse de l'Univers sphérique et euclidien (3-sphère euclidienne)

Recommended Posts

@edubois3, tu es courageux ;) tu essaies de répondre à ses propos en argumentant.

il vient de prouver grâce à l'analyse remarquable de @dg2   qu'il était dans le cas ii)

Le 02/09/2021 à 15:27, dg2 a dit :

 .... des propos totalement dénués de sens. Donc inutile de demander à qui que ce soit si on est d'accord avec ce que vous dites

 

Je suis plus sévère : @machin-irrationnel est l'exemple même de l'imbécilité : il ne comprends pas ce qu'on lui dit, il ne comprend pas ce que sont le temps, l'espace, une courbure, une invariance, une force, une métrique, une vitesse, l'inertie la masse...etc... et donc il peut mélanger ces termes à vau-l'eau sans que cela puisse avoir un quelconque sens... l'exemple typique est son post précédent... et je ne suis pas certain qu'il se comprenne lui-même tant il se contredit... Bref,  il ne devrait pas avoir le champ libre sur un forum sérieux

En plus, il est méprisant en n'écoutant pas les conseils et est inculte sur l'histoire des sciences

Il y a 7 heures, communicationrel a dit :

Tes explications ne sont pas des explications. "(la physique newtonienne s'applique avec des vitesses de déplacement v << c)" oui mais pourquoi ?

Juste un rappel : dans la théorie de la relativité générale, la gravitation n'est pas une force comme le sont les interactions électromagnétique, faible et forte.

il n'y a pas de vecteur (boson) connu. l'attraction des masses s'explique par la courbure qu'elles exercent sur l'espace-temps. de plus ces masses restent en chute libre si aucune autre force ou choc ne vient les dévier.

Newton n'a pas fait d'erreur de calcul, sa théorie de la gravitation universelle basée sur une force "simple" était incomplète et donc elle est tout bonnement obsolète et fausse.

Cependant pour des "simplifications" de calculs nous pouvons toujours utiliser ses lois pour des champs gravitationnels faibles : https://fr.wikipedia.org/wiki/Approximation_des_champs_faibles

Les "diagrammes" de truc ne sont que des représentations locales et qui ne peuvent donc pas se généraliser... c'est comme si je voulais prouver que la Terre était plate en restant sur une surface infiniment petite... elle est donc plate CQFD 9_9

 

Donc je comprends la curiosité que peut inspirer la relativité générale, avec toutes ses conséquences sur nos observations, tant elle est complexe.

Mais le point de départ d'une vraie démarche intellectuelle, en ayant la chance d'avoir des bases solides en mathématique et en physique, c'est de reprendre l'histoire des sciences et de comprendre pourquoi Einstein en est un des génies les plus remarquables en ayant réussi cet exploit de la théorie de la relativité

 

Les salamalecs de truc n'expliquent rien, n'aboutirons jamais à rien. il ne pourrait jamais aboutir à l'équivalence masse énergie, ni à l'existence des trous noirs, ni à l'évolution de l'équation de Schrödinger vers l'équation de Dirac en physique quantique. il ne pourra pas prédire une quelconque observation inédite.

Il ne fait qu'embrouiller les lecteurs.

 

bon normalement nous devrions franchir la page 38... la surchauffe

Edited by marco polo
Orthographe
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Marco Polo,

 

Tu remplaces juste "à volo" par "à vau-l'eau" et ce sera perfecto !

 

😁

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

dg2 n'a pas répondu à ma question. S'il montre que ma relation est fausse alors je serai obligé de reconnaître que j'ai tout faux. Mais alors qu'il le fasse.

En attendant je vais préparer un petit topo sur la relativité restreinte.

 

il y a 36 minutes, marco polo a dit :

En plus, il est méprisant en n'écoutant pas les conseils et est inculte sur l'histoire des sciences

C'est qui déjà celui qui avait raconté que l'espace-temps euclidien ça existe depuis Galilée ?

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, communicationrel a dit :

'est qui déjà celui qui avait raconté que l'espace-temps euclidien ça existe depuis Galilée

Je ne sais pas, mais pas moi :D

il y a 20 minutes, JPP 78 a dit :

Tu remplaces juste "à volo" par "à vau-l'eau" et ce sera perfecto !

Merci, je change, ce n'est pas de l'italien ! 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si vous photographiez les deux extrémités d'un objet en mouvement mais à deux moments différents la distance entre ces deux extrémités parait plus courte.

D'abord on photographie l'extrémité de l'objet qui se trouve dans le sens du déplacement.

Ensuite on photographie l'extrémité arrière.

Entre les deux photos l'objet se sera déplacé et par conséquent sur la deuxième photo l'extrémité arrière ne sera pas placée au même endroit que si les photos avaient été prises en même temps.

On a donc l'impression que l'objet est plus court.

La contraction des longueurs, c'est exactement ça. La personne qui prend une photo de l'objet qui se déplace la prend en un seul et même instant dans son référentiel, mais elle est prise à deux instants différents dans le référentiel en mouvement et l'objet est vu raccourci.

Il faut noter là que la VRAIE longueur de l'objet est sa longueur au repos, l'autre mesure est mal faite.

Si le photographe mesure un objet en mouvement qui a une horloge à chaque extrémité, elles ne marqueront pas la même heure pour lui ; donc sa photo ne sera pas prise au même moment. L'horloge de l'arrière sera en avance et donc aura fait plus de chemin que l'horloge de l'avant, et c'est ainsi que l'objet paraîtra contracté.

 

Maintenant, géométriquement, on peut se représenter cela dans un espace à 4 dimensions euclidien.

L'objet en mouvement a effectué une rotation dans la dimension du temps, ne laissant entrevoir qu'une partie de sa longueur entière dans l'espace.

L'autre partie étant plongée dans le temps, les deux extrémités sont à deux époques différentes, ce qui peut se représenter spatialement par une profondeur orthogonale au sens de déplacement.

 

Cette représentation euclidienne de l'espace-temps est-elle en accord avec les transformations de Lorentz oui ou non ?

 

A-t-on ou non Longueur totale ² = longueur visible ² + différence de temps indiquée par les horloges ²

 

Bien entendu le temps et l'espace doivent être dans la même unité pour les calculs.

 

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a un fait indéniable pour moi dans ce fil :

 

- La personne à l'origine de ce fil est totalement ignare en physique, n'en maîtrise ni les aspects historiques, ni les aspects expérimentaux, ni les aspects mathématiques, ni les aspects en "vigueur" qu'elle prétend remettre en cause. Elle invente une physique qui n'existe que dans sa tête et essaye de démontrer que le monde réel n'a pas de sens. 

Cela engendre un discours délirant, auquel s'ajoute un ego démesuré et une absence de capacité de discernement, etc...

Bref, c'est un esprit malade. On ne raisonne pas un esprit malade. On n'échange pas, on ne construit pas un dialogue avec un esprit malade, c'est un non sens.

 

et il y a pour moi deux choses mystérieuses :

 

- La capacité des individus un minimum censés à se retrouver entraînés dans le délire d'un esprit dérangé rien qu'en essayant de construire une réflexion intellectuelle avec lui, au motif qu'ils pensent naïvement qu'en toute personne il y a quelque chose de censé.

 

- Pourquoi le taulier continue à laisser s'exprimer une personne qui contribue à l'immense délire ambiant et actuel qui porte aux nues le Grand Relativisme, consécration de l'effet Dunning-Kruger, encourageant tout à chacun à penser que sa pensée vaut bien celle d'un chercheur cumulant des années et des années d'études et d'expérience dans sa spécialité ?

 

En tout cas, cela encourage à ne pas recommander Astrosurf aux élèves du secondaire ou aux jeunes étudiants du supérieur !

  • Like 6
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'explication de la contraction par des photos prises à des instants différents c'est du délire ça ?

Voici le genre de discussions que l'on peut trouver par ailleurs, ont-elles l'air plus rationnelles ?

 

https://forums.futura-sciences.com/physique/69365-contraction-longueurs.html

 

Voilà ce qu'on peut lire dans ce lien :

"C'est là que le bât blesse : la simultaneité n'est pas absolue en relativité. En fait lorsque la règle est en mouvement, l'observateur ne considère pas les mêmes "moments" comme simultanés qu'un observateur en mouvement avec la règle. Les deux positions des extrimités sont différentes et comme la règle a bougé, la longueur trouvée est différente."

 

Et encore :

"Pour faire "sentir" cet effet de contraction des longueurs, le physicien et épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond parle d'un effet de parallaxe.
L'exemple qu'il avait donné une fois, lors d'une conférence grand public, était une analogie avec la mesure de la longueur d'un bureau.
Si on demande à quelqu'un de mesurer un bureau, il va placer son métre le long d'un côté du bureau et relever la mesure d'un bord à l'autre. Il s'est placé dans le référentiel du bureau.
Par contre, il comprend bien qu'en se plaçant un peu plus loin du bureau et de biais par exemple, et qu'il mesure (de loin) la longueur apparente du bureau, sa mesure est faussée et ne correspond pas à la longueur réelle (propre) du bureau."

 

PS : Pourquoi ne faites-vous pas les calculs que je demande ? En êtes-vous incapable ?

 

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Communicationrel 

Tu a quoi comme bagage en math et en physique ‽???????    et ton Qi est de combien 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, communicationrel a dit :

Et encore :

"Pour faire "sentir" cet effet de contraction des longueurs, le physicien et épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond parle d'un effet de parallaxe.
L'exemple qu'il avait donné une fois, lors d'une conférence grand public, était une analogie avec la mesure de la longueur d'un bureau.

Et tu trouveras cette vidéo dans ces cycles de conférence 

 

Est-ce que tu les as visionné ?

C'est peut-être mieux de regarder ces vidéos plutôt que de lire des commentaires sur ces vidéos. Non  ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bien, ça prouve que je ne déraille pas complètement, contrairement aux affirmations des deux furieux ci-dessus. Ce qui m'inquiète, c'est qu'ils sont soi-disant profs et qu'ils ne comprennent rien à tout cela.

Je vais essayer de faire les calculs moi-même puisqu'ils en sont apparemment incapables.

Edited by communicationrel
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, communicationrel a dit :

Très bien, ça prouve que je ne déraille pas complètement, contrairement aux affirmations des deux furieux ci-dessus. Ce qui m'inquiète, c'est qu'ils sont soi-disant profs et qu'ils ne comprennent rien à tout cela.

Je vais essayer de faire les calculs moi-même puisqu'ils en sont apparemment incapables.

Ou alors visionne les vidéos tu as peut-être 2 ou 3 trucs à apprendre. 

On ne résume pas la RR et la RG en faisant juste référence à une ANALOGIE prise dans une vidéo que l'on a pas soi soi-même visionné. 

 

 

Édit : Et au passage on notera tout le mépris que tu as pour les "sachant" qui ne font pas les calculs de TA théorie.

 

TA Théorie = TES Calculs .

Edited by Plina

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, George Black a dit :

- La capacité des individus un minimum censés à se retrouver entraînés dans le délire d'un esprit dérangé

 

Je pense Georges, que la folie est la chose la plus mystérieuse qui soit. Autant on n'attend pas d'un unijambiste des choses non pertinentes par rapport à son handicap, autant il nous est quasi impossible d'imaginer que la folie place notre interlocuteur dans un autre monde et donc qu'il ne faut pas attendre du raisonné d'un esprit borderline. D'où les efforts insensés par la communauté humaine pour ramener dans notre monde sensé celui qui physiquement ne porte aucun stigmate d'un quelconque dysfonctionnement.

Perso, je n'aime pas le mot "folie".

 

Je pense que la physique ne s'aborde qu'avec des outils mathématiques qui sont aujourd'hui franchement complexes et pas du tout par des salmigondis. A aucun moment je n'ai vu une idée dans ce fil issue de calculs.

Il y a 1 heure, communicationrel a dit :

L'objet en mouvement a effectué une rotation dans la dimension du temps, ne laissant entrevoir qu'une partie de sa longueur entière dans l'espace.

 

 

De la part de @Comme_une_hirondelle_irrationnelle, je ne comprends pas ta logique. Tu tiens ici le rôle de l'idiot voire de l'idiot utile. Que viens-tu chercher cher Irrationnel2.0 ici alors que tout un chacun te prend pour au mieux un aimable amuseur, au pire et de plus en plus pour un crétin prétentieux ?

Quel est ton objectif ultime ? Je m'interroge avec une pointe de compassion.

 

 

Oui, je trouve que ce fil n'a pas sa place en astro générale... et effectivement cela ne donne pas envie de recommander ce site.  Un comble.

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Là tu déraisonnes, je n'ai pris aucune analogie nulle part. J'ai juste cherché des références pour répondre au message juste avant qui m'agressait. J'ai trouvé ces phrases par hasard, je ne les avais jamais lues avant. Mais elles confirment la pertinence de mes deux points de vue : expliquer la contraction par la différence de la simultanéité et la représenter en 4 dimensions par un effet de perspective. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, communicationrel a dit :

Là tu déraisonnes, je n'ai pris aucune analogie nulle part. J'ai juste cherché des références pour répondre au message juste avant qui m'agressait. J'ai trouvé ces

Je faisais référence à  l analogie dans la vidéo (celle du bureau).

Regarde les vidéos tu auras certainement 2 ou 3 trucs à  apprendre. 

 

Voilà je m'arrête là avant de me laisser embarquer une nouvelle fois 😏

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cher @dg2, voici le petit calcul que vous n'avez pas su faire, mais ne vous inquiétez pas il n'est jamais trop tard pour apprendre :

 

Soit un objet en mouvement par rapport à un référentiel R' et à l'arrêt vis à vis de R.

Les coordonnées de cet objet dans R' sont x1' et x2' et les mesures sont faites en même tempst1' et t2'

Dans R, les coordonnées correspondantes à x1' et 2' sont x1 et x2 avec x2-x1 = L = longueur propre de l'objet

Les coordonnées de temps correspondantes à t1' et t2' sont  t1 et t2. Le tau que nous cherchons est donc t2-t1, différence marquée par les horloges à chaque extrémité de l'objet mesuré tandis que dans le référentiel de mesure la mesure sera instantanée avec t1' = t2'

 

 

D’après les transformations de Lorentz, avec v en unités naturelles,  on a :

x'2-x'1 = γ(x2- vt2) - γ(x1- vt1)

et

t'2-t'1 = γ(t2-vx2) - γ(t1-vx1) = 0

=>v(x2-x1) = t2-t1 cad vL = tau

par conséquent = tau² +x²  = v²L² + (1/γ)²L² avec x = (x2'-x1'), la longueur contractée vu depuis R'

 

Or vL = sin α*L et (1/γ)L = cos α* L avec α l'angle entre les axes du temps de R et R'

donc il vient (v²L²) + (1/γ)²L² = L², c'est à dire tau² +x² = L²

 

Note : On voit très bien ici que v = x/T est la composante spatiale de la vitesse totale et 1/γ = tau/T la composante temporelle. Il aurait d'ailleurs été plus judicieux de définir γ par rac(1-v²) et non par son inverse.

 

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://atlantico.fr/article/decryptage/et-si-l-univers-etait-une-sphere-fermee--c-est-que-pourraient-suggerer-des-observations-de-l-agence-spatiale-europeenne-espace-fond-diffus-cosmologique-olivier-sanguy-

 

"Comprenez qu'on parle là d'un univers en 3 dimensions qui a une courbure spatiale positive, donc un univers fermé. Le terme sphérique est en fait une analogie à un univers en 2 dimensions repliée en sphère dans une troisième dimension."

 

Si leur idée est que la courbure spatiale est dans le temps alors c'est le même univers que celui dont je parle dans ce fil.

 

https://www.gurumed.org/2019/11/06/crise-cosmologique-lunivers-est-il-plat-et-ouvert-ou-sphrique-et-ferm/

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-si-univers-netait-pas-plat-mais-spherique-51832/

 

Dans mon hypothèse l'univers est une sphère à 3 dimensions avec une courbure extrinsèque dans le temps.

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et le mateux!!!!!

A ce jour personnes ne sait où commence et ce termine l’univers,  qu'il soit sphérique, carré, rectangulaire, même par des calculs les plus poussé ont ne sais pas et ce n'est pas toi ,par tes calculs de CM 2 que tu va nous  donner ton intelligence 🥳

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, communicationrel a dit :

Cher @dg2, voici le petit calcul que vous n'avez pas su faire, mais ne vous inquiétez pas il n'est jamais trop tard pour apprendre :

 

Soit un objet en mouvement par rapport à un référentiel R' et à l'arrêt vis à vis de R.

Les coordonnées de cet objet dans R' sont x1' et x2' et les mesures sont faites en même tempst1' et t2'

Dans R, les coordonnées correspondantes à x1' et 2' sont x1 et x2 avec x2-x1 = L = longueur propre de l'objet

Les coordonnées de temps correspondantes à t1' et t2' sont  t1 et t2. Le tau que nous cherchons est donc t2-t1, différence marquée par les horloges à chaque extrémité de l'objet mesuré tandis que dans le référentiel de mesure la mesure sera instantanée avec t1' = t2'

 

 

D’après les transformations de Lorentz, avec v en unités naturelles,  on a :

x'2-x'1 = γ(x2- vt2) - γ(x1- vt1)

et

t'2-t'1 = γ(t2-vx2) - γ(t1-vx1) = 0

=>v(x2-x1) = t2-t1 donc  v(x2-x1) = tau = vL

par conséquent = tau² +x²  = v²L² + (1/γ)²L² avec x = (x2'-x1'), la longueur contractée vu depuis R'

 

Or vL = sin L et (1/γ)L = cos L

donc il vient (v²L²) + (1/γ)²L² = L², c'est à dire tau² +x² = L²

 

Modifié il y a 9 heures par communicationrel

 

Ah la la, l'orgueil du dilettante....

 

Cher @communicationrel ,

 

si je vous ai dit que votre propos était mal défini... c'est qu'il était mal défini. Et même avec votre, euh, calcul détaillé, il faut y relire à plusieurs fois pour essayer de comprendre ce que vous voulez dire (qui n'était pas ce que je pensais que vous vouliez dire au départ, pour être franc).

 

Donc je vais essayer de reformuler ce que vous dites pour en tirer la, euh, substantifique moelle. J'espère que vous n'avez pas trop faim.

 

En gros, vous considérez deux événements que vous appelez 1 et 2. Vous définissez ensuite ce que sont ces événements, quoique vous le fassiez de façon terriblement maladroite ici, et que vous ne l'aviez même pas fait dans votre, euh, énoncé initial. Mais en fait on s'en fout, cf plus loin.

 

OK, donc ensuite vous considérez deux référentiels inertiels R et R' et vous dites que les coordonnées de l'événement 1 sont (x1, t1) dans R et (x'1, t'1) dans R'. Idem pour l'événement 2, de coordonnées (x2, t2) dans R et (x'2, t'2) dans R". C'est franchement mal dit dans votre texte (bis) mais c'est ce que vous faites. On est d'accord, on n'a pas inventé l'eau tiède en disant ça.

 

Ensuite, vous vous amusez à calculer la distance spatio-temporelle entre ces deux événements (enfin, le carré de), vous le faites dans R puis dans R', c'est-à-dire que vous calculez d'une part (x1 - x2)2 - c2 (t1 - t2)2 et d'autre part (x'1 - x'2)2 - c2 (t'1 - t'2)2. Là non pus, on n'a pas inventé le fil à couper le beurre.

 

Et donc, roulements de tambours, vous trouvez que c'est la même chose.  

 

Et donc là vous avez, euh, réinventé la roue (c'est mieux de réinventer la roue que de ne pas inventer l'eau tiède, ceci dit). Quelle que soit la définition de l'événement 1 (la date + le lieu de naissance d'Einstein, votre règle qui atterrit sur Arcturus ou que sais-je), et quelle que soit la définition de l'événement 2 (la date + la mort d'Einstein ou le jour + le lieu où vous passerez votre bac, qui sait), les quantités U =  (x1 - x2)2 - c2 (t1 - t2)2 et U' =  (x'1 - x'2)2 - c2 (t'1 - t'2)2 seront toujours, rigoureusement les mêmes. La façon dont les x et le t se transforment lors d'un changement de référentiel vous assure que ce sera la cas. Toujours. Ces formules de changement de référentiels ont été construites pour cela. On se fout complètement que vous vous amusiez à noter que v / c comme le sinus d'un angle ou 1  / γ par son cosinus. Cela n'a aucune importance. Aucune, aucune, aucune.

 

En langage vaguement savant, on dit que l'intervalle spatio-temporel entre deux événements est un invariant. C'est-à-dire qu'il ne dépend pas du référentiel dans lequel on le calcule (et où, éventuellement, on le mesure), il a donc une signification intrinsèque. En particulier si l'intervalle est de genre temps (U est strictement  négatif), on peut toujours trouver un référentiel dans lequel l'événement 1 et l'événement 2 se produisent au même endroit, auquel cas leur distance spatio-temporelle s'interprètera comme la durée qui les sépare (dans ce référentiel). De même, si l'intervalle est de genre espace (U strictement positif), on peut trouver un référentiel où les événements 1 et 2 se produisent au même moment, auquel cas U n'est rien d'autre que la distance (au carré) qui sépare ces deux points (dans ce référentiel).  Bien sûr, si on peut faire l'une des manips on ne peut pas faire l'autre.

 

C'est pareil pour un vecteur en géométrie euclidienne. Les composantes d'un vecteur dépendent du système d'axe utilisé, sa norme, non. Ici, la distance spatiale |x1 - x2| entre deux événements 1 et 2 dépend du référentiel (= rien n'assure qu'elle sera égale à |x'1 - x'2|), leur distance temporelle pareil (|t1 - t2| n'est pas forcément égal à |t'1 - t'2|) mais la différence des carrés des distance spatiales et temporelles (x c2) ne change pas.

 

Mais tout ça, c'est le B-A-BA de la relativité, non ? Vous avez pollué 38 pages de ce fil pour nous réciter le B-A-BA de la relativité ? Tout en disant que les gens n'avaient pas compris ? Tout en disant que vous réfléchissiez à la question ? En 38 pages ? Au rythme où on va, je prédis qu'en page 234 vous nous parlez de E = m c2, peut-être ? Et en page 451 de l'effet Sagnac ? Puis en page 1723 du tenseur de Riemann ? Pour, qui sait, parler des équations de Friedmann en page 6290 ? On peut même imaginer qu'en page 27384 vous parlerez des vecteurs de Killing, à moins que là ce ne soit plus vraiment de votre niveau (l'était-ce déjà avant, de toute façon ?).

 

Edited by dg2
  • Like 1
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

La cafetière va rentrée en éruption,  et moi avec mes trois bacs à cochons je suis largué

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cher @dg2,

 

C'est vous qui dites que j'ai calculé (x'1 - x'2)² - c²(t'1 - t'2)².

Moi je dis que j'ai calculé (x'1 - x'2)²  + c² (t1 - t2)²

 

Et c'est vous aussi qui dites qu'il s'agit de 2 évènements. Il s'agit d'un objet matériel dont les extrémités ont pour coordonnées spatiales x1, x2 et pour coordonnées temporelles t1et t2 dans R, et dont les mêmes extrémités ont pour coordonnées spatiales x'1 et x'2  et pour coordonnées temporelles t'1 = t'2 dans R' (ici il peut y avoir confusion car nous ne parlons pas du même espace,  car dans l'espace de Minkowski t'1 = t'2 mais ce ne sont pas les coordonnées de temps de l'espace euclidien correspondant.)

L'invariant ici est la longueur L de l'objet c'est à dire (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² et non (x'1 - x'2)² - c² (t'1 - t'2)²

La transformation de Lorentz s'interprète comme une rotation de l'objet dans un espace-temps à 4 dimensions EUCLIDIEN

 

Encore une fois la différence géométrique entre l'espace de Minkowski et l'espace euclidien est qu'il faut inverser t et tau

 

tau² = t²-x² => t² = tau² +x²

 

Tandis que l'invariant dans l'espace de Minkowski est (x'1 - x'2)² - c² (t'1 - t'2)², dans l'espace euclidien c'est (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² si on reprend les coordonnées de Minkowski.

 

Et on déduit que L, longueur physique d'un objet au repos reste invariante par changement de référentiel dans l'espace euclidien. La preuve étant que (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² = L² quel que soit le référentiel utilisé dans l'espace euclidien.

Donc on peut interpréter la contraction des longueurs comme la rotation d'un objet dans l'espace euclidien à 4 dimensions de métrique x² +tau² et de longueur d'espace-temps T, L, ou un mélange des deux, selon qu'on considère une longueur de temps, une longueur d'espace ou un mélange des deux.

 

ATTENTION il y avait confusion de coordonnées mais c'est corrigé (enfin je crois)

C'est un peu compliqué car la transformation de Lorentz n'utilise pas le système de coordonnées euclidien.

 

 

[On peut supposer à mon point de vue qu'un objet qui se déplace dans l'espace possède une énergie qui fait tourner l'axe d'espace dans le temps sur son passage. C'est la courbure spatiale, la même que celle induite par la masse au repos mais induite ici par la masse relativiste, la même qui donne sa forme sphérique à l'univers selon le modèle euclidien.]

Edited by communicationrel

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, danielL a dit :

La cafetière va rentrée en éruption,  et moi avec mes trois bacs à cochons je suis largué

 

Même pas... Je crois plutôt que la cafetière est bouchée, l'éruption est pour plus tard... Peut-être... Ou pas

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.



  • Similar Content

    • By Bernard_Bayle
      Bonjour tout le monde .
       
      J'ai des soucis avec Photoshop en niveau de gris  images du soleil et de la Lune par exemple .
       
      Je m'explique pour une image en niveau de gris  :
      - sur n'importe quel viewer , les lumino contraste
        sont corrects, idem quand cette image est sur Astrosurf   par exemple .

      - par contre sur Photoshop , la même image apparait très claire
        de ce fait , quand je retouche une image avec PS , je suis
        obligé de biaisé en rendant cette image très claire ...
       
      ## Précision importante , en mode couleur
      - une image sur Photoshop, dans un viewer , sur Astrosurf
        a strictement les même niveau de couleurs et de lumino/contraste ??
      Si vous avez des idées ? Merci .
       

       
      Bernard_Bayle
    • By Vicc2803
      Bonjour à tous !
      Je viens de remplacer mon 1200D par une caméra astro (la ASI 294MCPRO) et là je viens de faire mon premier test avec Siril et voilà ce que ça me donne après le dématriçage de mes brutes !!
      Quelqu'un sait d'où vient le problème ? Je n'avais jamais de soucis avec les acquisitions faites avec mon APN.
      Merci à ceux qui pourront m'aider 😁
       

    • By frédogoto
      Salut à tous
      Habitant désormais en Normandie ( Nord de l'Orne / sud Calvados) dans un joli coin de la vallée de la Vie dans le Pays d'Auge, je cherche des astropotes.
      je précise que je ne suis la que du vendredi soir au lundi soir, après je travaille à Paris
      chez moi c'est assez grand et on peu s'organiser des soirées astro sympatoche
      si vous etes sympas et astronome alors ce serai bien de ne pas "travailler" tous seuls dans nos coin tout le temps
      ftapissierAchelouGmailpointcom
    • By Bohns
      Bonsoir à toutes et tous 
       
      Mon problème est le suivant : je vois toutes mes prises de vues de M63 (90 x 120s) quand ma clef USB est sur l’ASIAIR pro, mais je n’en vois plus que 5 quand je me mets sur le mac (OS Monterey).
      C’est la première fois que j’ai ce souci. J’ai laissé mes captures de M106 sur la clef USB et les vois toujours sur le mac. Je vois aussi les darks faits après les « captures invisibles ». Ma clef a été reformatée avant les captures visibles de M106.
       
      Pouvez-vous m’aider 
       
      Cordialement,
      Stef.
    • By STEF N
      Bonjour
      comme tous les ans, la SF2A et la SAF récompensent une collaboration Pro / Am remarquable en astronomie durant les journées de l'astrophysique Française  (7 au 10 Juin 2022 à Besançon) .
      Nous lançons un appel à candidature pour concourir à ce prix Gemini.
      Informations sur : https://proam-gemini.fr/appel-a-candidature-pour-le-prix-gemini-2022/
      Dossiers à envoyer avant le 1er mai.
      Stéphane
  • Upcoming Events