bricodob300

Fabrication d'une apo vixen

Recommended Posts

Bonsoir

Pour ceux qui aiment voir naître un refracteur... Et sa monture.

 

Edited by bricodob300
  • Like 8
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vidéo qui revient de temps en temps mais qui fait toujours plaisir aux amateurs de Vixen, de lunettes en général, à ceux qui aiment les jolis instruments bien faits, aux amateurs de bricolage et d’industrie :) 

Edited by Adamckiewicz

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceci m'a rappelé une autre vidéo qui est proposée à la suite de celle-ci automatiquement et qui contient une partie qui n'est pas dans celle de Vixen

Un complément qui intéressera certains.

Et voici donc Vic Maris et Dennis di Cicco.

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai pas pigé comment on passe du verre pilé aux disques prêts à être polis.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, JD a dit :

J'ai pas pigé comment on passe du verre pilé aux disques prêts à être polis.

https://www.guardianglass.com/eu/fr/tools-and-resources/resources/glossary/annealed-glass-definition

 

Je ne suis pas expert, mais probablement une étape de recuite et refroidissement lent pour permettre au verre de libérer ses contraintes internes.  D'où cette phase de verre plat avant découpe.

https://www.neuralword.com/fr/article/comment-le-recuit-affecte-les-proprietes-du-verre

Edited by ClaudeS

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le verre pilé ou frit que vous voyez n'est que le résultat suite à un mélange et première fusion.

Le plat est cassé et trié pour enlever les parties qui ne sont pas transparentes ou homogène.

 

Il faut savoir que les matériaux optiques surtout ceux de haute performances sont instables entre le cristal et le verre ; ils peuvent recristalliser (les "pierres" ) si des germes purs se forment pendant la première fusion. Le mélange initial est très inhomogène.

 

Si on laisse des cristaux il ne seront jamais refondus : ils tiennent 1630°C avant de passer à l'état liquide et, lors du recuit il ne fonderont pas et nuiront à l'homogénéité.

 

C'est une alternative moins dangereuse au guinandage (cf Pierre-Louis Guinand)

Dans le lien :

image.png.5b9c6b21747cb03227e13b601e802f05.png

 

Sur la vidéo Vixen on ne peut pas apprécier la vitesse à laquelle ils font le tri entre verres et "pierres", ce n'est pas montré.

Edited by lyl
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, JD a dit :

J'ai pas pigé comment on passe du verre pilé aux disques prêts à être polis.

Évidemment c'est un rapide et incomplet exposé

Ce que je n'ai pas compris c'est pourquoi le bout du tube métallique était déformé par écrasement ?

Edited by bricodob300

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le grip de la navette de tréfilage.

image.png.31e29b72b53f0b2afa9dbb1d484f2083.pngimage.png.cfad7ed81904d39323a0c5ce49d6abb5.png

Le tube passe dans une filière pour améliorer sa forme (amincir) et surtout sa rectitude. En même temps, il est durci par l'écrouissage.

 

Tube industriel, tube tréfilé à la dimension désirée (épaisseur de la paroi)

image.png.ce751128c15ddbd860c32a121500b525.png

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vraiment impressionant toutes ces etapes dans la fabrication.

Les machines industrielles n'ont pas l'air du dernier cri, mais les produits Vixen en sortie sont pimpants.

La video nous permet egalement d'entrevoir  l'impact ecologique, malheureusement.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

rock'n roll la peinture sans masque. 
Une pensée pour se travailleur qui donne sa vie pour nous, ... 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'en sais-tu ?

N'est-ce pas une usine japonaise ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, jldauvergne a dit :

rock'n roll la peinture sans masque. 

 

Super, ce petit film.

Mais c'est loin des ateliers modernes nettement plus cleans. On dirait une fabrique il y a 30 ans.

Edited by rolf

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, rolf a dit :

On dirait une fabrique il y a 30 ans

Je dirais même 50 ans ;)

 

Mais je ne serai pas partial car j'ai toujours eu un faible pour Vixen :x

Edited by dd

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si cette vidéo date d'une cinquantaine d'année, c'est un peu normal. De quand date t'elle? Il y a encore 40 ans, nos usines de lubrifiants françaises n'exigeaient aucun casque antibruit, aucun casque de protection,  ni aucun masque contre les aérosols cancérogènes. Les guss n'avaient pas le temps de profiter de leur retraite.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'instrument semble être un nouveau modèle et non un ancien modèle.

Si cette usine est au Japon et non en Chine, je pense qu'ils savent ce qu'ils font et cette peinture n'émet peut-être pas de substances toxiques dans l'air.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 04/12/2023 à 12:07, ClaudeS a dit :

Si cette vidéo date d'une cinquantaine d'année, c'est un peu normal. De quand date t'elle? Il y a encore 40 ans, nos usines de lubrifiants françaises n'exigeaient aucun casque antibruit, aucun casque de protection,  ni aucun masque contre les aérosols cancérogènes. Les guss n'avaient pas le temps de profiter de leur retraite.

Wha c'est plus le cas maintenant, depuis les années 80-90, l'écologie est à l’œuvre.

On voit des gens avec des masques FFP à la verrerie, là c'est obligatoire, les poussières de certains composants (facile : oxyde de plomb, oxyde de lithium ...)

 

Pour la peinture, c'est problématique J'ai eu vent qu'on pouvait avoir des finis similaire avec le thermolaquage (projection avec adhésion électrostatique + cuisson), et là : oui, le masque est obligatoire, la tenue de cosmonaute, c'est de la projection de poudre chargée électriquement, il n'y a pas pire pour les poumons et la peau.

Idem pour les peintures à solvant volatils et en bombe chez les brico-machins, à base d'uréthane, polyesters (fréquent en marine), époxyde. Je me suis déjà fait avoir et avec celle-là c'est gants, lunettes et masque.

Une bombe entière suffit à se sentir mal et à être irrité.

 

A ce que je vois sur la vidéo, ça ressemble plus à une peinture acrylique, et vu ce qu'il utilise, c'est de laque thermodurcissable projetée avec un compresseur à air, on voit le passage au four ensuite.

La toxicité est nettement moindre quand c'est de l'eau comme solvant, c'est sans doute pour cela que la cuisson est nécessaire pour polymériser et durcir pour faire un effet gloss/gel coat.

D'ailleurs le gars il est tout propre sur sa chemise et ses mains.

 

--------------------------------------

La 81SD est apochromatique : S-FPL53 placé devant.

la 103 : RC index = 1.17 semi-apo

la 115 : RC index = 1.3 semi-apo

 

Le champ corrigé est étendu, catégorie supérieure pour un doublet. (faible astigmatisme)

La 115SD :

Vixen115SDr.png.194a1acff675f41002e162584db8f0a2.pngimage.png.9e306a57af729fa474c1853508895443.png.76e41f11d82ff5fbb73bc7595bf10343.png

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/12/2023 à 21:37, bricodob300 a dit :

Pour ceux qui aiment voir naître un refracteur... Et sa monture.

trop bien la peinture au pistolet sans masque. Je ne vais plus voir mon télescope pareil maintenant que je sais qu'un Nippon a sacrifié sa vie pour le fabriquer. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme je dis souvent à des amis qui me questionnent sur le prix de ces optiques : "la passion n'a pas de prix, mais elle a un coût !".  On comprend mieux avec ces vidéos, pourquoi ces réfracteurs sont si chers !   Vixen,  Stellarvue, et toutes les autres grandes marques ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By tresabern
      bonjour,
      j'ai lu avec un grand plaisir dans ciel et espace n°575  février&mars 2021 LE SURDOUE DE L'OBSERVATION PLANETAIRE LE TELESCOPE TAKAHASHI MEWLON 210...... "Ces 2 photos de Jupiter ont été prises à gauche avec un filtre rouge, et à droite avec un filtre bleu.
      Le gain de résolution dans le bleu est net".
      j'ai acheté de suite chez Pierro Astro le filtre bleu, mais lorsque je l'ai mit pour faire Jupiter sur ma caméra asi 224 mc couleur l'image était noire sans voire le bleu que j'avais vu très net sur le reportage !
      de quoi cela provient.?
      merci de me donner tout explication !
      es-que le filtre était un mauvais bleu ? existe-t-il un autre filtre bleu qui soit le même que sur le reportage ?
      merci de votre aide
      bon ciel
      bien cordialement
      Bernard
    • By NUNKY
      Essentiellement pour du planétaire sous un ciel urbain.
      Je suppose que le verre de ma 120 ED doit être le FL51 contre FL53 pour la Vixen !?
      Cette différence peut elle être significative et compenser les 2cm de difference sur la lune, mars, venus etc ?
      Merci pour vos retours 
       
    • By lpalbou
      Bonsoir à tous,
       
      Un petit test rapide dans des conditions moins qu'idéales à Paris avec un voile léger de nuages.. Mais on fait avec ce que l'on a !
      J'avais tenté un peu tous les types d'astronomie, mais pas encore l'imagerie solaire, et vu que nous entrons dans le pic d'activité, je me suis dit que j'allais m'y tenter
       
      J'ai tenté d'avoir une image full disc du soleil mais effectivement le Quark est un barlow 4.3x et non 4.2x (les deux sont écrits dans différentes sources), d'où quelques coupures malheureusement.
       
      Setup:
      - Askar FMA180 + Reducer (F4.5)
      - DayStar Quark Chromosphere
      - Filtre ERF
      - Player One Apollo M (174)
      - AZ GTI (polar alignm avec une application smartphone)
       
      Capture avec FireCapture, full resolution, 80 fps, séquence de 20 secondes. Process Autostakkert!, Registax et Photoshop en contraste inversé. Je dois encore travailler mon processing mais je découvre encore comment travailler ce type de données.
       
      Globalement, vu les conditions d'observations, j'ai trouvé que le FMA 180 s'était pas mal débrouillé pour un 40mm. J'espère avoir un peu de beau temps pour faire des tests plus avancés..
      Qu'en pensez- vous ?
       

    • By Adamckiewicz
      Un an après le télescope, et après avoir essayé la table équatoriale gentiment prêtée par un copain (une TMS astro prévue pour un 300mm et qui a supporté malgré tout mon 400mm, même si c'était pas optimal), je me suis décidé à faire la mienne.
      J'ai retenu l'efficacité et le confort du système automatisé de la tms qui prévient ( avec un buzzer) de l'arrivée en fin de course, attend un peu avant de se remettre toute seule au départ. Ceci évite les manipulations de nuit et permet de se préparer pour maintenir le scope sur la cible pendant le retour à zéro!!
       
      Quelques critères de conception :
      - se servir du plateau supérieur comme base du rocker pour limiter le poids, la hauteur, les flexions
      - secteur nord vertical parce que c'est plus élégant et rigide
      - secteur étroit pour améliorer la géométrie
      - légèrement réglable en latitude
      - gratter sur la hauteur autant que possible pour limiter la hauteur de l'oculaire et les flexions. Notamment comme sur la TMS, les secteurs nords viennent dans des encoches de la table inférieure pour gagner 21mm. Ces encoches servent aussi de butée en cas de panne électronique.
      - vitesse lunaire pour son observation prolongée
      - motorisation pas à pas pour avoir une motorisation à vitesse fiable et switch sidéral/lunaire et l'automatisation
      - moteur installé sous la partie supérieure pour qu'elle ne se prenne pas dans les pieds
       
      Difficultés envisagées :
      - je n'ai aucune connaissance en électronique et programmation, il a donc fallu s'y mettre. L'arduino pour cela est formidablement simple et très documenté.
      - pas de logiciel de conception pour dessiner les secteurs nords, et difficulté d'usinage de ceux-ci
       
      La table est calculée pour mon télescope en fonction de la taille de sa base, de la hauteur de son centre de gravité, et de la latitude de mes chères Pyrêêênêêuuuu!!!
      La géometrie est calculée grâce au site de référence : Reiner Vogel :
      http://www.reinervogel.net/index_e.html?/Plattform/plattform_VNS_e.html
      je passe sur cette partie, qui n'a pas été simple  ...il y eut des ratures sur le papier millimétré 
       
      La table s'articule autour de l'axe polaire matérialisée par une rotule au sud :
      Cet axe est obtenu en utilisant une vis M5 inox sur laquelle je visse un écrou moleté haut, dont le diamètre est celui d'une rotule montée dans un lamage du plateau supérieur.

       

      Pour rappel sur 1h de suivi la table ne tourne que de 15°. Donc on n’a besoin sur cette pièce que de 8° de mobilité de part et d’autre de l’axe.
       
       
      Les secteurs nords sont une portion du cercle perpendiculaire à l'axe polaire et le croisant au centre de gravité du télescope. Ces portions ne sont donc pas verticales, elles subissent ensuite deux déformations par projection :
      - d'abord sur le plan vertical
      - ensuite en orientant ce plan vertical pour être tangent au cercle dont le centre est la rotule et le rayon la distance entre celle-ci et les galets d'entrainement ( pour éviter le mouvement de translation le long du galet pendant le suivi)
       
      Pour calculer ces sections sans outils informatique adapté, j'ai tracé sous word les secteurs avant projection.
      Ensuite j'ai enregistré l'image que j'ai déformé sous gimp en jouant simplement sur les dimensions de l'image, des valeurs données par les calculs de Vogel.
      J'obtiens ainsi les gabarits qu'il faudra reproduire sur de l'équerre alu 60x60

       
      Le reste est assez simple à usiner.
      Sur la conception on notera : 
      - les équerres alu sont fixées par le dessous au plateau supérieur (à mon sens beaucoup plus  logique puisque c'est elles qui supportent le télescope)
      - ces équerres me semblent plus rigides qu'une plaque simple vissée sur une surépaisseur du plateau supérieur?
      - j'ai essayé de limiter au maximum la longueur de la vis de l'axe sud pour améliorer la stabilité
      - les galets d'entrainement (en fait un seul est entrainé) sont en barre alu pleine de 12mm (en fait 12,5mm  il a fallu réduire le diamètre au papier de verre en faisant tourner l'axe avec une perceuse.....) maintenus par des paliers sur roulement.
      - le bois est du cp de bouleau, très rigide, de 21mm.
       

      sur cette photo on voit donc l'écrou moleté qui rentre dans la rotule et dont l'épaulement soutient l'ensemble. On voit aussi un contre écrou qui permet de régler finement le parallélisme des plateaux supérieurs et inférieurs (et permet d'ajuster la latitude si besoin, mais le pied le permet aussi).
       
      Le plan géométrique horizontal de la table est confondu avec le dessous du plateau supérieur. Pour cela : 
      - la rotule sud est à moitié enfoncée dans le plateau de sorte que son centre de rotation est dans le plan de la surface inférieure du plateau.
      - les équerres de vns sont fixées dans un lamage du plateau de sorte que le haut du profil de vns ( dans l’angle interne de l’équerre) se situe sur le plan de la surface inférieure du plateau supérieur. 
      - donc dans le calcul de hauteur du centre de gravité du télescope on doit ajouter les 21mm d’épaisseur du plateau.
       

       

       

       
      Electronique :
      - arduino nano every
      - moteur pas à pas nema 17 avec réducteur planétaire 1/19
      - driver moteur TMC 2208 (beaucoup moins bruyant que le 4489, en fait la table est complètement inaudible même en approchant les oreilles , sauf quand elle se remet à zéro)
      - deux capteurs début et fin de course IR
      - un interrupteur pour sélectionner la vitesse sidérale/lunaire (indiqué par une belle gommette gracieusement offerte par ma fille 
      - un bouton pour faire revenir la table en début de course si l'on débute une observation lorsque la table s'approche de la fin de course)
      - une prise jack et un interrupteur pour l'alimentation 12V
      - un buzzer pour signaler le débuts et fin de course 
      - (une led de témoin de fonctionnement que j'ai déconnecté parce que les capteurs de présence IR ont des led dont on voit déjà la lumière  )

      le support du moteur fait dans un bout d’équerre alu : le tout monté dans une defonce de la plaque inférieure pour arriver en face de l’axe , et couplé au ar coupleur souple. J’ai mis un petit bout de feutrine entre le support moteur et la plaque en bois.
       

       
      le programme arduino : ne riez pas c'est mon second, le premier ayant comme il se doit brillamment fait clignoter une led 
       
       
       
      *****************************
      int TMC2208Stepper_pas = 2; int TMC2208Stepper_direction = 7; int avoid; // pour le reset : brancher tout simplement un bouton entre RST et GND, il sera en parallèle avec celui de la carte et jouera le même rôle #define OBSD A2 // detec IR debut de course #define OBSF A1 // detec IR fin de course #define BUZZER 11 #define MS1 5 #define MS2 6 #define ENABLE 4 #define selecvitesse 9 int vitesse = digitalRead(selecvitesse) ; //********************SETUP*********************************** void setup() // On initialise les pins 2 et 3 en sortie { pinMode(TMC2208Stepper_pas,OUTPUT); pinMode(TMC2208Stepper_direction,OUTPUT); Serial.begin(9600); pinMode(OBSD, INPUT); // capteur début de course pinMode(OBSF, INPUT); // capteur fin de course pinMode (BUZZER, OUTPUT); //Pin relié au buzzer et configuré comme sortie pinMode (MS1, OUTPUT) ; pinMode (MS2, OUTPUT); pinMode (ENABLE, OUTPUT) ; pinMode (selecvitesse, INPUT_PULLUP) ; } void loop () { // moteur orienté antistellaire if (vitesse == HIGH) //bouton lunaire non appuyé car inversion valeur en pull-in { do { digitalWrite (MS1, HIGH) ; digitalWrite (MS2, LOW) ; digitalWrite(TMC2208Stepper_direction,HIGH); // Permet au moteur de tourner dans une direction avoid = digitalRead(OBSD); // lecture de la valeur du signal digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,LOW); // On fait un tour avec 200 pas pour le Nema 17 delayMicroseconds(500); digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,HIGH); delayMicroseconds(500); } while (avoid == HIGH) ; delay (5) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (5) ; // depart pour suivi stellaire do { digitalWrite (MS1, HIGH) ; digitalWrite (MS2, HIGH) ; digitalWrite(TMC2208Stepper_direction,LOW); // moteur orienté stellaire avoid = digitalRead(OBSF); // lecture de la valeur du signal digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,LOW); // suivi 1/16 delayMicroseconds(8200); digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,HIGH); delayMicroseconds(8200); } while (avoid == HIGH) ; // detec fin de course delay (50) ; // bips fin digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (5000) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (500) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (50) ; } else { do { digitalWrite (MS1, HIGH) ; digitalWrite (MS2, LOW) ; digitalWrite(TMC2208Stepper_direction,HIGH); // Permet au moteur de tourner dans une direction avoid = digitalRead(OBSD); // lecture de la valeur du signal digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,LOW); // On fait un tour avec 200 pas pour le Nema 17 delayMicroseconds(500); digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,HIGH); delayMicroseconds(500); } while (avoid == HIGH) ; delay (5) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (5) ; // depart pour suivi lunaire do { digitalWrite (MS1, HIGH) ; digitalWrite (MS2, HIGH) ; digitalWrite(TMC2208Stepper_direction,LOW); // moteur orienté stellaire avoid = digitalRead(OBSF); // lecture de la valeur du signal digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,LOW); // suivi 1/8 delayMicroseconds(8700); // vitesse lunaire digitalWrite(TMC2208Stepper_pas,HIGH); delayMicroseconds(8700); } while (avoid == HIGH) ; // detec fin de course delay (50) ; // bips fin digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (100) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (200) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (5000) ; digitalWrite (BUZZER, HIGH) ; delay (500) ; digitalWrite (BUZZER,LOW) ; delay (50) ; } }  
      *****************************
       
      observez ce montage de qualitay!!! 
       

       

       
      L'intervalle des pas est approximativement calculé et ajusté sous le ciel.
       
      Modification :
      Le contact alu - alu n'accrochait pas assez  à mon gout, notamment avec le poids de la bino en observant à l'horizon est ou ouest (le centre de gravité est alors légèrement trop haut pour la table, d'une part, et d'autre port le déport de masse sur la gauche du télescope déplace le centre de gravité sur la gauche par rapport à l'axe optique du miroir primaire). Et puis ça avait tendance à déraper quand on oriente le scope un peu rapidement d’une cible à l’autre.

      J'ai donc rajouté de la courroie fine (0,9mm) sur la surface de contact du secteur nord, collé au Néoprène.
       

       
       
       

       
      Qualités :
      - rigidité au rendez vous malgré le porte à faux de l'axe sud 
      - hauteur très contenue (10cm sans les pieds, 13 avec)
      - suivi sans problème à 800x en sidéral et en lunaire
      -1h05 de suivi
      - le couple énorme du réducteur et du moteur. Si le courant est coupé, on ne peit pas faire tourner le moteur en tournant son axe. En pratique en cas de panne de batterie ou oubli de câble ou autre, la table reste parfaitement fixe et ne gêne pas l’observation  
      - sans doute 10 ou 15h d’autonomie à 6° avec une batterie de 20000mAh ( environ  à moitié bouffée après 7h d’utilisation mais j’ai pas d’indicateur précis)
       
      definition :
      1 micropas toutes les 8,2ms (121 micropas/sec ) soit 0.12seconde d’arc par impulsion  
       
      Défauts :
      - l'absence de vitesse rapide en sens stellaire ne permet pas l'ajustement fin sur la polaire en faisant aller la table d'une extrémité à l'autre de sa course
      - encombrement lié au choix d'un axe sud plutôt que d'un secteur sud
      - consommation du moteur pas à pas par rapport à un moteur standard
      - mon programme nécessite de remettre la table à zéro pour le changement de vitesse.... ca c'est mon talent de programmateur 
       
       
      Evolutivité envisageable sur ce modèle :
      l'axe sud étant monté sur une vis, on peut imaginer de motoriser la rotation de cette vis pour faire de la correction pour de la photographie
    • By tresabern
      bonjour,
      j'ai relevé ce qu'à dit Colmic sur le mewlon 210 il a écrit :
      Salut issam......Mais ça reste un excellent tube, tu te feras plaisir avec.
      Ya quelques combines pour limiter la casse comme tu dis :
      -tapisser l'intérieur de velours noir
      -poser sur l'extérieur une couverture de survie ou un tapis de sol grand froid de chez Decathlon
      -essayer d'isoler le tube pare-lumière qui sort du primaire, c'est aussi lui qui rayonne la nuit, mais là j'ai pas trop d'idée pour y arriver.
      es que quelqu'un a fait cet essai sur ce que dit Colmic ?
      je possède un taka 210 et j'hésite à faire ce que préconise Colmic, le plus simple, c'est mettre la couverture de survie à l'extérieur !!!
      merci de votre aide pour ces informations
      bon ciel
      bien cordialement
      Bernard
  • Upcoming Events