Sign in to follow this  
frédogoto

climatoogue vs climatoseptique

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Ben le RCA il s'ajoute, il vient en plus. Toute chose égale par ailleurs, s'il fait un peu moins froid tu as un peu plus de sublimation.
Simple hypothèse...

Share this post


Link to post
Share on other sites
"haaaa d'accord, mais ça (la sublimation) c'est du fait du réchauffement climatique ?"

heu moi j'ai jamais parlé de réchauffement climatique, j'ai juste apporté une poussière d'explication à ta question...
dejà que les spécialistes s'en sortent pas alors je serais bien audacieux de conclure quoi que ce soit

Erick

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il n'y a pas aussi une histoire de rechargement du stock de glace de l'inlandsis par les précipitations neigeuses ? Le glacier continue de s'écouler par son propre poids, s'il n'est pas rechargé, il perd de la masse sans qu'il y ait de fonte (vêlage glaciaire par exemple). La sublimation est ici, à mon avis, négligeable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Il n'y a pas aussi une histoire de rechargement du stock de glace de l'inlandsis par les précipitations neigeuses ? Le glacier continue de s'écouler par son propre poids, s'il n'est pas rechargé, il perd de la masse sans qu'il y ait de fonte (vêlage glaciaire par exemple). La sublimation est ici, à mon avis, négligeable."

Humm certainement, celà dit les précipitations augmentent sur l'antarctique si j'ai bien tout compris la litterature sur le sujet.
La sublimation c'est pour expliquer à Fredo que même quand ça caille très fort, on peut perdre de la masse.

Après le reste... c'est une affaire de spécialistes je dirais. mais le truc plus ou moins "nouveau" c'est la fonte par dessous.

Erick

Share this post


Link to post
Share on other sites
le problème c'est aussi le transfert du surplus d'énergie thermique reçu au niveau de l'équateur (effet de serre en sus) vers les pôles: il fait fondre la banquise plus rapidement, ce qui augmente l'albédo et accélère le réchauffement des pôles, surtout au nord.
C'est moins sensible au sud , mais ça s'observe. La recharge peut etre plus importante grâce a des précipitations plus abondantes, mais le nombre de bédiaires limite l'effet de la recharge de l’inlandsis surtout au groenland. Donc le stock de glace de la banquise baisse assez rapidement, et celui de l'inlandsis n'est pas facile à déterminer avec le temps , mais il me semble avoir lu qu'il baisse aussi , mais moins rapidement.

laurent

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ca s'améliore pas vraiment ...

quote:
La banquise de l'Antarctique ouest fond plus vite que prévu

La banquise de l'Antarctique ouest fond à un rythme plus élevé que ce qui avait été observé jusqu'en 2010. C'est ce qu'indiquent des recherches de l'Agence spatiale européenne (ESA) présentées mercredi.

La banquise de cette région perd 150 km3 de glace par an, un volume beaucoup plus élevé que les mesures précédentes. Sur la base des observations conduites pendant trois ans grâce au satellite CryoSat, l'ESA indique que la part de la fonte de la banquise de l'Antarctique ouest dans l'élévation du niveau des mers serait de 15% plus importante que les estimations précédentes, basées sur la période 2005-2010.

Andrew Shepherd de l'Université de Leeds (Royaume-Uni), qui a supervisé les travaux, relève toutefois que la perte de glace supplémentaire pourrait être due à une fonte accélérée mais aussi aux mesures plus précises du satellite CryoSat. "CryoSat nous permet de surveiller les régions côtières et d'altitude de l'Antarctique qui étaient hors de portée des instruments précédents et il semble que ces régions soient cruciales pour déterminer le déséquilibre global", explique-t-il.

La fonte des banquises de l'Antarctique et du Groënland est particulièrement surveillée par les chercheurs du fait de son impact sur le niveau des océans. La hausse du niveau des mers est également due à la fonte d'autres glaciers, ainsi qu'au phénomène d'expansion thermique provoqué par le réchauffement des masses d'eau.

Le niveau moyen des mers a augmenté de 19 centimètres entre 1901 et 2010, soit une moyenne de 1,7 mm par an. Mais la hausse a été plus importante ces trente dernières années avec une moyenne de 3,2 mm par an (1993-2010). Ces travaux de l'Agence européenne ont été présentés à une rencontre de l'American Geophysical Union à San Francisco.

(ats / 11.12.2013 22h01)


Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y en a un qui n'est pas sceptique du tout en tous cas, c'est GroPognon Man :

quote:
This debate is no longer about whether global warming is real (it is) or whether humans are the most likely cause (you are), but rather, some very interesting and different questions that might be more professionally relevant to finance: How is this going to affect business? What are the investing consequences? Who will be the financial winners and losers of climate change?

Tiré de cet article :
http://www.bloomberg.com/news/2014-01-27/global-warming-battle-is-over-market-share-not-science.html

Accessoirement, Bloomberg est une des plus grosses agences d'infos financières et une des mieux renseignées. Bon à savoir...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et oui Kaptain.

-Le réchauffement climatique combien ça va nous rapporter?

-Comme d'hab un max!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quelle "pause" du réchauffement ? De quoi parlons-nous au juste ?

quote:
L'année 2013 sixième année la plus chaude depuis 1850

L'année 2013 a été la sixième année la plus chaude depuis 1850, a confirmé mercredi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Le XXIe siècle compte déjà 13 des 14 années les plus chaudes jamais observées.

Confirmant un rapport préliminaire publié le 13 novembre, l'agence de l'ONU a précisé que l'an dernier la température moyenne à la surface des terres et des océans a dépassé de 0,5 degré la normale calculée pour la période 1961-1990 et de 0,03 degré la moyenne de la dernière décennie (2001-2010).

Le record des températures les plus chaudes est jusqu'ici détenu par les années 2010 et 2005, caractérisées par une température moyenne dépassant d'environ 0,55 degré la normale, suivies de 1998, marquée par un phénomène El Nino particulièrement puissant.
Réalité indéniable

"La température moyenne de 2013 confirme la tendance au réchauffement sur le long terme", a déclaré le secrétaire général de l'OMM Michel Jarraud. "C'est là une réalité indéniable, même si le rythme du réchauffement n'est pas uniforme. Vu les concentrations records de gaz à effet de serre qui sont mesurées dans l'atmosphère, la hausse des températures moyennes va se poursuivre sur plusieurs générations", a-t-il averti.

L'année 2013 fait partie des quatre années les plus chaudes qui aient été caractérisées par des conditions sans Nino ni Nina, a précisé l'OMM. Les phénomènes El Nino et La Nina, connus respectivement pour réchauffer ou refroidir le climat, font partie des principales causes de la variabilité naturelle du climat.
En 2014 aussi

Ils ont été notoirement absents en 2013, année plus chaude que 2011 ou 2012, où La Nina avait provoqué un refroidissement. Ces conditions neutres vont perdurer en 2014, selon l'OMM.

L'agence de l'ONU ajoute que si l'on prend en compte seulement les terres émergées, la température moyenne de 2013 est supérieure d'environ 0,85 degré à la normale calculée pour la période 1961-1990 et de quelque 0,06 degré à la moyenne de la décennie 2001-2010.
Novembre et décembre chauds

Elle se classe ainsi au quatrième rang des températures les plus élevées jamais observées, ce qui est dû en partie au fait que les mois de novembre et décembre ont été particulièrement chauds.

(ats / 05.02.2014 11h32)


Share this post


Link to post
Share on other sites
Il me semble avoir entendu que janvier 2014 avait été le mois de janvier le plus chaud depuis au moins 1950 !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et même mieux : " Le mois de janvier 2014 a été le mois de janvier le plus chaud observé depuis 1900 ex-aequo avec 1936 et 1988, a annoncé aujourd'hui Météo-France dans son bilan climatique mensuel. "

Et moi j'ai entendu un météorologue (fin d'automne 2013 sur une chaîne nationale) dire que l'hiver 2013/2014 serait très froid chez nous à cause de la température anormalement basse de l'océan Atlantique...
Voila à quelles conclusions on peut arriver lorsqu'on se base sur un paramètre isolé !
Bon l'hiver n'est pas fini... et 1956 peut se répéter...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joël va devoir revoir ses éléments de langage sur la soit disant pause du réchauffement : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2014/02/le-r%C3%A9chauffement-climatique-stopp%C3%A9-depuis-1998-.html

C'était prévisible en même temps. Ce qui est prévisible c'est qu'il va continuer à s'émouvoir du fait que ça ne croit pas de façon régulière et que ça a augmenté plus vite à d'autres époques. Ces modulations ne sont pas un scoop, mais il faut faire feu de tout bois, même après avoir épuisé la forets des mensonges multiples diffusés sur pensée unique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this