BobMarsian

TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

Recommended Posts

"TNOs are Cool! A Survey of the transneptunian Region XV. Physical characteristics of 23 resonant transneptunian and scattered disk objects"
Aniko Farkas-Takács (Konkoly Observatory, Hongrie) et al.
https://arxiv.org/abs/2002.12712 (28 fév. 2020) ---> Astronomy & Astrophysics (2 mars 2020)

 

15ème publication, donc, concernant les résultats des mesures de flux thermiques enregistrées par l'observatoire spatial Herschel (2009-2013) de l'ESA, ciblées sur une sélection d'objets du Système Solaire externe ---> programme de recherche : "TNOs are Cool!".

 

Quelques résultats notables parmi les plus gros objets + un troyen de Neptune :

            Object                       Cl. dyn.    Data      Diamètre (km)     Albédo

 - (303775) 2005 QU182    SDO            P        584 +155/−144     0,129    Réanalyse
 - (145451) 2005 RM43      SDO            P        524  +96/−103      0,102
 - (455502) 2003 UZ413     Plutino       P        472 +122/ −25      0,151
 -   (26181) 1996 GQ21       SDO          P/M    456  +89/−105       0,060
 -   (82075) 2000 YW134    Rés. 8:3    P/M    437 +118/−137     0,133    Réanalyse - Binaire (382 & 210 km)

 -                  2001 QR322     Rés. 1:1      M      178  +61/ −37        0,033    1er troyen de Neptune découvert

 Data --->  P: Herschel/PACS (70-100-160 μm),  M: Spitzer/MIPS (24-71 μm)

 

Principales résonances avec Neptune :
  1:1 (troyens),  4:3 (interne),  3:2 (plutinos),  5:3 ,  7:4,  2:1 (twotinos),  5:2 (distante), ... 9:1 (2 objets).

 

L'étude a aussi permis (en élargissant l'échantillonnage d'objets) de mettre en évidence un troisième regroupement d'objets selon le critère d'association albédo-couleur ("Albedo-colour clustering groups") :

  - DN (dark-neutral)     pV = 0,046 ±0.008    Lacerda et al. (2014)
  - BR (bright-red)          pV = 0,121 ±0.056    Lacerda et al. (2014)
  - BN (bright-neutral)   pV = 0,538 ±0.221    Cette étude !

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Trans-Neptunian Objects Found in the First Four Years of the Dark Energy Survey"
Pedro H. Bernardinelli (University of Pennsylvania, Philadelphia) et al.
The Astrophysical Journal Supplement Series (AAS, 10 mars 2020)
https://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-4365/ab6bd8
https://arxiv.org/abs/1909.01478 (3 sept. 2019 (v1), 11 fév. 2020 (v2))

 

Méthodologie & bilan des quatre premières années (2013-2017) de recherche d'objets du Système Solaire situés au-delà de Neptune (TNOs), effectuée au foyer de la Dark Energy Camera (DECam *) de 520 Mpixels montée sur le télescope Víctor M. Blanco (4 m) du CTIO (Cerro Tololo Inter-American Observatory, Chili).

 

Ce sondage profond du Système Solaire dit Dark Energy Survey (DES **), étalé sur 5000 deg² de l'hémisphère Sud, a repéré parmi les 7 milliards objets célestes enregistrés sur 60 000 clichés :  22 millions au statut transitoire ("transients"), réduits à 400 candidats TNOs observés durant au moins 6 nuits.

Au final, une liste validée de 316 TNOs catalogués (distants de 30 à 90 UA) est établie, dont 245 découverts par le DES et 139 totalement nouveaux (pas trop compris la différence entre les deux !).

Le DES s'est poursuivi durant deux années supplémentaires (2018-2019) qui pourrait engendrer la découverte d'environ 500 nouveaux TNOs jusqu'à la magnitude r 23,3 voire > 0,3 mag. sur l'ensemble du catalogue final réalisé sur six années de "survey" ...

 

* L'équipe de Scott Sheppard & Chad Trujillo utilise aussi ce capteur pour effectuer des recherches similaires.

** Voir aussi : "Dynamical Classification of Trans-Neptunian Objects Detected by the Dark Energy Survey"
Tali Khain (University of Michigan, Ann Arbor) et al.
https://arxiv.org/abs/2001.06060 (16 janv. 2020) ---> AJ (The Astronomical Journal)

 

"'Minor planet' bonanza: 139 new objects discovered beyond Neptune"
https://www.space.com/minor-planets-beyond-neptune-dark-energy-survey.html

 

DES_2013-17_316-TNOs_location-distance_Bernardinelli_2020.png.c18b3fe660cc239e7dfab7839a9b8aa5.png

 

DES_2013-17_316-TNOs_a-vs-incl-and-ecc_Bernardinelli_2020.png.9ddb7a7410fce94208a35668698fc45b.png

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

De la même équipe du Dark Energy Survey (*) et du même auteur que l'article précédent : une étude pour tester l'hypothèse "Planet 9" basée sur un petit échantillon de sept (**) objets extrèmes trans-neptuniens (eTNOs avec a > 150 UA & q > 30 UA) extrait du catalogue DES de 316 objets établi sur les 4 premières années (sur 6 : 2013-2019) du sondage.
Conclusion, selon 12 différents tests : pas d'évidence d'un regroupement ("clustering") orbital qui serait induit par la présence d'une super-Terre circulant à grande distance. Cependant, il est remarqué que la couverture limité du "survey" et le nombre d'objets ne faussent en aucun cas l'hypothèse "Planet Nine" ...

 

(*) la plus importante découverte à l'actif du Dark Energy Survey reste à ce jour : 2014 UZ224 "DeeDee" ("Distant Dwarf"), gros objet trans-neptunien détaché (~ 635 km, 38.3-176 UA, 1112 ans) qui était à l'époque de sa découverte le second (après Eris) plus distant TNO (92 UA).

http://www-personal.umich.edu/~gerdes/2014_UZ224.html
https://iopscience.iop.org/article/10.3847/2041-8213/aa64d8

 

(**) curieux que l'eTNO  2013 RF98  (a = 357,6 UA, q = 36,07 UA) découvert visiblement par le DES n'est pas inclus cette l'étude !  https://en.wikipedia.org/wiki/2013_RF98

 

"Testing the isotropy of the Dark Energy Survey's extreme trans-Neptunian objects"
Pedro H. Bernardinelli (University of Pennsylvania) et al.
https://arxiv.org/abs/2003.08901 (19 mars 2020) ---> AAS journals

 

5e7e5518351b1_DES_2013-17_7-eTNOs_orbits-parameters_Bernardinelli_2020.png.974772eaaff81301431ab999b751aa38.png

 

Commentaires de l'auteur :

https://twitter.com/phbernardinelli/status/1240832345726468096

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/05/2020 à 04:09, symaski62 a dit :

https://arxiv.org/abs/2005.08881

On 28th January 2018, the large Trans-Neptunian Object (TNO) 2002TC302

The resulting ellipse has major and minor axes of 543 ± 18 km and 460 ± 11 km

 

Matthieu * ;) (M. Conjat, co-auteur, OCA) avait donc raison vs le Groupe de Rio qui indique toujours à ce jour sur son site de résultats d'occult. ( http://occultations.ct.utfpr.edu.br/results/ ) :
"Radius (equatorial) = 551.0 km - Equivalent radius = 499.0 km" ---> grosse confusion rayon/diamètre :ph34r:

* http://www.astrosurf.com/topic/19982-tno-kbo-sdo-plutinos-co/?page=8

 

Aussi, l'albédo est de 14,7 ± 0,5 % et la période de rotation particulièrement longue d'~ 56.1 h !
Autrement, le diamètre équivalent à la surface de l'ellipse (499.8 km) apparaît 84 km inférieur à celui évalué par flux thermiques (Herschel & Spitzer, Fornasier et al. (2013)) tout en restant ultra limite vs la marge d'erreur (584.1 +105/−88 km) ce qui pourrait quand même impliquer l'existence d'un satellite inconnu pour rendre compte du flux thermique total mesuré.
Cette occultation stellaire avec 12 cordes positives constitue la plus riche jusqu'à présent pour un objet trans-neptunien hors Pluton ...

Edited by BobMarsian
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En décembre 2019, Icarus avait publié un numéro spécial de 110 pages consacré aux objets trans-neptuniens dont malheureusement la plupart des articles sont d'accès payant & chers : 36 $ l'article  ! o.O

 

"The Trans-Neptunian Solar System" - Alessandro Morbidelli, William Grundy
https://www.sciencedirect.com/journal/icarus/vol/334/suppl/C

 

Quelques articles :
"The mass and density of the dwarf planet (225088) 2007 OR10" *
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019103518304354
"The mutual orbit, mass, and density of transneptunian binary Gǃkúnǁ'hòmdímà (229762 2007 UK126)"
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019103518306286
"Haumea’s thermal emission revisited in the light of the occultation results"
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019103518304159
"Ongoing resurfacing of KBO Eris by volatile transport in local, collisional, sublimation atmosphere regime"
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019103518304330

 

* 2007 OR10 = "Gonggong"

 

1-s2.0-S0019103519X00147-cov150h.gif

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, jackbauer a dit :

C'est du martien ou c'est une blague ce nom ??

 

C'est du san', péjorativement du bochiman, peuple d'Afrique australe. 

Il est vrai qu'il faut un peu d'entrainement pour bien prononcer. 

Perso, j'aime bien. :)

 

Signé 8Zil'H2OPoKTLi

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/04/2019 à 18:31, BobMarsian a dit :
Le 10/04/2019 à 14:10, jackbauer 2 a dit :

C'est vrai que celui-là est particulièrement imprononçable (pour nous) mais pourquoi faudrait-il toujours puiser dans la culture occidentale pour désigner les objets du ciel ? Au moins cela fait appel à notre curiosité et nous aide à nous ouvrir (un tout petit peu) à d'autres cultures...

 

Plutôt d'accord.
Ici, le nom retenu pour 2007 UK126 est empreinté à la langue pratiquée par les Bushmen ou Boshimans de l'Afrique australe que l'on peut découvrir au ciné dans "Les dieux sont tombés sur la tête" des années '80, film qui a obtenu un joli succès à l'époque.
Pour eux, leur monde (le bout de la Terre) se termine au niveau de la grande chute d'eau !
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19415351&cfilm=2577.html

 

Dans cette langue khoïsan, le caractère en double barres verticales ǁ correspond à une sorte de "clic" vocal.
Une première dans la nomenclature de l'UAI.  Unique et pas aisé à reproduire !
Prononciation* du nom de 2007 UK126 :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Gǃkunǁ'homdima.ogg

 

http://www.arroukatchee.fr/infos.namibie/bushmens.htm

 

* en passant, ça me rappelle celui du volcan islandais qui nous a causé quelques soucis aériens en 2010 :

https://fr.wiktionary.org/wiki/Eyjafjallajökull

Modifié 10 avril 2019 par BobMarsian

 

Tu nous l'expliquais d'ailleurs en détails il y a un peu plus d'un an. ^_^

Edited by Huitzilopochtli

Share this post


Link to post
Share on other sites

:P ouai bin j'avais oublié, faut pas compter sur moi pour apprendre le bochiman...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Spécialement pour les objets lointains (TNO), l'UAI continue de surfer sur la vague exotique avec cette dernière fournée de nommage publiée dans la circulaire du MPC datée du 6 juin :

https://minorplanetcenter.net/iau/ECS/MPCArchive/2020/MPC_20200603.pdf

 

- "Mbabamwanawaresa", déesse zoulou de la pluie et de bien d'autres choses comme l'art de brasser la bière :P

 

(184314) Mbabamwanawaresa = 2005 EO302      (KBO,  a = 45.47 UA,  H = 6.4)
Discovered 2005 Mar. 11 by M. W. Buie at Kitt Peak.
Mbaba Mwana Waresa is a Zulu goddess of rain, agriculture, and the harvest.
She is the goddess of rainbows, a symbol of the link between heaven and Earth. She is particularly revered for teaching the people of Southern Africa the art of making beer (Umqombothi).

 


- "Leleākūhonua", attribué à l'Extrême TNO (un des 19 ETNOs avec a > 250 UA & q > 35 UA) 2015 TG387  (q = 65 UA,  a = 1031.5 UA,  H = 5.5) que l'équipe de Scott Sheppard avait surnommé "The Goblin".  3ème objet au périhélie le plus élevé après 2012 VP113 "Biden"  &  Sedna.      
  Pour le nom, il est question d'oiseaux, c'est de l'hawaïen (*) d'une jolie forme poétique, je trouve 9_9
  "Me he manu i ke ala pō`aiapuni lā, he pa`a mau nō ia i ka hui me kona pūnana i kumu mai ai."

 

5ee97902edad1_Lelekhonua_2015TG387_MPC123453_2020-06-03.png.6c773d8c6bd1789fa212ead17a689537.png

 

(*) l'objet a été découvert au sommet d'un des volcans hawaïen et David Tholen (l'un des co-découvreurs) bosse pour l'Université d'Hawaï !

 

 

Autrement, les noms donnés actuellement aux objets de la ceinture principale (MBA) semblent plus attachés à des personnes réelles et pas forcément liés à l'astronomie. Heu ! C'est pas bientôt la Fête de la Musique ?

 

(343134) Bizet = 2009 FG5       (MBA,  a = 3.14 UA,  H = 16.0)
Discovered 2009 Mar. 19 by B. Christophe at Saint-Sulpice.
Georges Bizet (1838 - 1875) was a French composer of the Romantic era.
Bizet achieved few successes before his final work, Carmen, which has become one of the most popular and frequently performed works in the entire opera repertoire.

 

(470600) Calogero = 2008 PA7      (MBA,  a = 2.60 UA,  H = 17.2)
Discovered 2008 Aug. 6 by M. Ory at Vicques.
Calogero Joseph Salvatore Maurici (b. 1971), better known as Calogero, is a French singer and a songwriter and composer. His greatest hits include "En apesanteur", "Tien an men", "Face à la mer" and "Un jour au mauvais endroit".

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Varda, qui appartient au groupe de la trentaine des plus gros TNOs (H < 4), vient d'être mesuré par occultation stellaire (10/09/2018) pour la 1ère fois ce qui fait l'objet d'une publication, enfin d'une prépublication :

 

"A multi-chord stellar occultation by the large trans-Neptunian object (174567) Varda"
Damya Souami (LESIA, Observatoire de Paris-Meudon) et al.
https://arxiv.org/abs/2008.04818 (11/08/2020) ---> Astronomy & Astrophysics

 

(174567) Varda (2003 MW12) est un KBO binaire (lune : Ilmarë) "classical" (a ~ 46,1 UA) dit "hot" (i = 21,5°) de magnitude app. V = 20,3 (vs mag. G = 14,7 pour l'étoile occultée) au moment de l'occultation et alors distant de 46,6 UA de la Terre.

 

L'occultation résulte de prédictions du projet Lucky Star (LESIA Paris-Meudon, Grenade Andalousie et Rio Brésil) dirigé par Bruno Sicardy, selon, entre autres, des données du catalogue stellaire Gaia DR2. https://lesia.obspm.fr/lucky-star/

 

Sur les 13 stations d'observation, 5 occultations positives on été enregistrées côté Ouest américain par des membres du réseau US RECON (Research and Education Collaborative Occultation Network) et possiblement aussi par certains du groupement IOTA (International Occultation Timing Association).

 

Des 5 cordes, ont été déduites les valeurs suivantes :
   - Diamètre équatorial = 762 ± 6 km
   - Diamètre équiv. du disque apparent = 746 ± 16 km
   - Albédo géométrique  pv = 0,097 ± 0,004
   - Densité  ρ :  entre 1,52 ± 0,05  et  1,25 ± 0,04 g/cm3  selon la période de rotation retenue, respect. 5,91 h (la plus probable) et son double 11,82 h <--- solutions issues du modèle de la sphéroïde de MacLaurin préféré à celui de l'ellipsoïde triaxiale de Jacobi.
   - Magnitude absolue  HV = 3,81 ± 0,01
   - Diamètre équiv. du satellite Ilmarë  ~ 356 km

 

Valeurs à comparer (dans la plage d'erreur) avec les mesures thermiques de l'observatoire spatial Herschel ---> "TNOs are Cool" X, Vilenius et al. (2014) :
   - D système Varda-Ilmarë = 792 +91-84 km  -  Albédo = 0,102 +0,024-0,020  -  Densité = 1,25 +0,40-0,43 g/cm3
   - D Varda = 705 +81−75 km  -  D Ilmarë = 361 +42−38 km ...

 

200811_Souami-et-al._Varda-occultation_Fig.3.png.6d86b72c434318c20be8943ee79e3086.png

200811_Souami-et-al._Varda-occultation_Fig.6.png.79054d428bbb7dc0ed5f38f5d8baa903.png

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même punition pour cet autre gros KBO "classical hot" (934 km selon Herschel), mais lui, sans lune découverte autour jusqu'à présent :(

Ça se présente plutôt bien :)

 

 

"First observation reports are coming in for the stellar occultation by TNO 2002 MS4. Prediction of path by the Lucky Star project was very accurate. At least 4 positive chords. Waiting for more positive reports... Well done, guys!" B|

12:08 AM · 9 août 2020

https://twitter.com/IOTAEuropeanSec/status/1292221175926591488

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The Dwarf Planet Makemake as seen by X-Shooter"
Alvaro Alvarez-Candal (Universidad de Alicante) et al.
https://arxiv.org/abs/2008.01472 (04/08/2020) ---> MNRAS (Monthly Notices of the Royal Astronomical Society)

 

Pour faire court, en fait, il ne s'agit nullement d'observations faites suite à un exercice de tir aux rayons X sur cette pauvre planète naine, mais plus sérieusement d'analyses de spectres (visible & proche IR) effectuées au VLT indiquant une similitude entre Makemake et Eris au moins au niveau des bandes d'absorption du méthane (CH4) solidifié à la surface de ces deux planètes naines, méthane très probablement mixé avec de la glace d'azote (N2).

 

200804_Alvarez-Candal-et-al._Makemake-spectra_Fig.1.png.1018d2d14643747b996848cc4392cd58.png

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/08/2020 à 01:42, BobMarsian a dit :

Même punition pour cet autre gros KBO "classical hot" (934 km selon Herschel), mais lui, sans lune découverte autour jusqu'à présent :(

Ça se présente plutôt bien :)

 

===> 22 occultations positives (cordes) enregistrées, dont 4 françaises ;) probables, délimitant une section elliptique provisoire de  808,0 ± 10,8 km  x  748,0 ± 15,3 km,  problématique :S avec la valeur du diamètre mesurée en thermique (Spitzer + Herschel) de 934 ± 47 km ("TNOs are Cool VI" - Vilenius et al., 2012) pour (rappel) le KBO (307261) 2002 MS4 ...

 

https://euraster.net/results/2020/index.html#0808-307261

 

20200808-2002MS4_crd.gif

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The Eris/Dysnomia system I: The orbit of Dysnomia"
Bryan J. Holler (Space Telescope Science Institute) et al.
https://arxiv.org/abs/2009.13733 (29/09/2020) ---> Icarus (février 2021) :
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019103520304723

 

Nouvelle évaluation du couple orbital Eris-Dysnomia selon des données observationnelles enregistrées entre 2005 et 2018 par les observatoires (+ instruments-caméras) :  Keck/NIRC2, HST/ACS-HRC, HST/WFPC2-PC1 et HST/WFC3-UVIS (janv.-fév. 2018).

 

===> paramètres de l'orbite de Dysnomia :
 -  a = 37273 ± 64 km,  e = 0.0062 ± 0.0010,  P = 15.78590 ± 0.00005 jours  
 -  i (vs l'équat. d'Eris ?) = 45.49 ± 0.15°,  i (vs l'écliptique) = 61.59 ± 0.14°
 -  incl. du pôle de l'orb. de Dysnomia vs le plan orbital héliocentrique d'Eris = 78.29 ± 0.65° (orbite prograde)
===> il faudra attendre 2239 pour observer les phénomènes d'événements mutuels (passages, ombres, éclipses, ...)
 - autrement, la densité du système Eris-Dysnomia a pu être réévaluée a :  2.43 ± 0.05 g/cm3

 

Rappel : précédemment, les diamètres d'Eris & de Dysnomia avaient pu être mesurés respectivement à :
 - 2326 ± 12 km (occult. stellaire 2010, Sicardy et al. 2011)
 - 700 ± 115 km (therm. ALMA, Brown & Butler 2018)

 

200929_Holler-et-al._Eris-Dysnomia_HST-WFC3_Fig.1.png.e7682d087d7df8b5071a50e07d7bd01e.png

----> dist. :  entre 95.9 et 96.5 UA de la Terre,  mag.v = 18.8

200929_Holler-et-al._Eris-Dysnomia_projected-orbit_Fig.2.png.a43b01c2faac39f865231a412c7d723e.png

Crédit :  Holler et al.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/10/2019 à 12:45, BobMarsian a dit :

"A TESS Search for Distant Solar System Planets: A Feasibility Study"
Matthew J. Holman, Matthew J. Payne & András Pál
https://arxiv.org/abs/1910.06383 (14 oct. 2019)

 

Après l'étude de faisabilité, ... les TP :

 

"Exploring Trans-Neptunian Space with TESS: A Targeted Shift-Stacking Search for Planet Nine and Distant TNOs in the Galactic Plane"
Malena Rice & Gregory Laughlin (Yale University)
https://arxiv.org/abs/2010.13791 (26/10/2020) ---> The Planetary Science Journal (PSJ)

 

En plus de son activité extra-solaire, TESS se propose selon une chaîne originale d'opérations ("pipeline") effectuée suivant trois étapes algorythmiques spécifiques, de rechercher des TNOs détachés particulièrement distants dans le cadre d'une validation éventuelle de l'hypothèse "Planet Nine".

L'efficacité de la méthode a été démontrée avec le redécouverte des trois ETNOs (Extreme Trans-Neptunian Objects, a > 250 UA & q > 35 UA) suivants :  Sedna (mag.V 20.64),  2015 BP519 "Caju (mag.V 21.81)  et  2007 TG422 (mag.V 22.32).

Par la suite, cette recherche en aveugle a été éprouvée sur deux secteurs célestes (18 & 19) incluant une portion de la Voie Lactée de l'hémisphère Nord, avec 70-800 UA comme plage de distances cibles !
Côté résultats : 17 candidats identifiés, dont un à plus de 200 UA (vs 2018 VG18 “Farout" ~ 120 UA et "FarFarOut" ~ 140 UA) et deux potentiellement bien plus gros que Pluton & Eris, mais restons calme vu que la co-auteure Malena Rice, sur son site web, précise que la plupart représentent probablement de faux positifs (vérification en cours avec des télescopes au sol) ---> "We expect that most of these candidates are likely false positives due to the low expected number density of large, distant, and highly-inclined TNOs;"
http://www.astro.yale.edu/malenarice/#researchhighlight4

Aussi, il a été montré que des objets de mag.V < 21 peuvent être repérés dans le plan galactique à des distances courantes ≲ 150 UA.
Ces résultats encourageants permettent d'envisager une couverture complète du ciel dans le cadre d'une extension de mission prévue après deux années d'opérations.

 

https://news.yale.edu/2020/10/27/lighting-path-planet-nine
https://www.scientificamerican.com/article/in-the-hunt-for-planet-nine-astronomers-eye-a-new-search-technique/

 

5f9ccc03c9272_201026_Rice--Laughlin_TESS_TNOs-search_field-of-view_Fig.1.png.c414644f35cab43e35818d7f88287aae.png

 

5f9ccc1a70e61_201026_Rice--Laughlin_TESS_TNOs_candidates-recovered_Tab.2.png.e7958c9a7cbce318e8ed86778f36111c.png

+ 5 autres ... (les tailles sont estimées en affectant l'albédo de Sedna pV = 0.32)

 

https://twitter.com/malena_rice/status/1321261634250133505

https://twitter.com/malena_rice/status/1321261797580492801

 

 

Edited by BobMarsian
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux récents "surveys" de TNO/KBO ayant fait l'objet de présentations au dernier congrès annuel (52ème et virtuel cette fois : 26–30 oct. 2020) de la Division for Planetary Sciences (DPS) de l'American Astronomical Society (AAS) :

 

- Le SSOLS (Solar System Origins Legacy Survey) qui utilise Hubble pour rechercher et caractériser des systèmes binaires parmi un échantillon de 212 KBOs dits "cold classical" (à faible inclinaison) :

 

SSOLS_preleminary-results_DPS2020_Parker_1.jpg.48c7591c8514d25189dbb710c0c68446.jpg

SSOLS_preleminary-results_DPS2020_Parker_2.jpg.1b762d47a450e40bf68ac9ea3ab9f648.jpg

https://twitter.com/Alex_Parker/status/1321501840710590464

https://www.ssols.space/location

 

 

- le Latitude Density Survey qui semble aussi, décidément, s'intéresser au couples binaires :

 

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trois papiers récents :

 

"Stellar occultations enable milliarcsecond astrometry for Trans-Neptunian objects and Centaurs"
Flavia Luane Rommel (Observatório Nacional/MCTIC, Rio de Janeiro) et al.
https://arxiv.org/abs/2010.12708 (23/10/2020) ---> Astronomy & Astrophysics (A&A) :
https://www.aanda.org/component/article?access=doi&doi=10.1051/0004-6361/202039054

 

===> 37 mesures astrométriques ultra-précises de 19 TNOs & de 4 Centaures, incluant 21 résultats d'occult. publiés pour la 1ère fois, par ex. :
(55638) 2002 VE95, D = 280.9 ± 1.8 km (occult. Australie 3/12/2015, 1 seule corde) vs D = 249.8 +13.5/-13.1 km (thermique Spitzer/Herschel, Mommert et al. 2012)

 


"A Single-chord Stellar Occultation by the Extreme Trans-Neptunian Object (541132) Leleākūhonua"
Marc W. Buie (Southwest Research Institute, Boulder, Colorado) et al.
https://arxiv.org/abs/2011.03889 (08/11/2020) --->  The Astronomical Journal (mai 2020) :
https://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-3881/ab8630

 

Prédiction : Lucky Star, observations : RECON (Research and Education Collaborative Occultation Network)
Occultation du 20 oct. 2018, côté Ouest américain & Canada ---> 1 occult. positive + 1 "near miss"
===> pour l'ETNO Leleākūhonua (2015 TG387) :  D = 220 +28/-20 km, albédo géométrique pV = 0.21 +0.03/−0.05, pour une mag. absolue assumée Hv = 5.6

 


"Compositional study of trans-Neptunian objects at λ > 2.2 μm"
Estela Fernández-Valenzuela (Florida Space Institute, Orlando) et al.
https://arxiv.org/abs/2011.07121 (12/11/2020) ---> The Planetary Science Journal (PSJ)

 

Une des dernières contributions du télescope spatial IR Spitzer avant sa "mort" fin janvier 2020.
Sur un échantillon d'une centaine de TNOs, en résumé :
 - 86 % possèdent au moins un certain taux de glace d'eau en surface.
 - 73 % apparaissent comme un mélange de glace d'H2O, de silicates amorphes, et de matières organiques complexes.
 - 23 % peuvent aussi inclure d'autres composés comme des glaces de CO, CO2, CH4 ou de méthanol.
 - Enfin, seuls les petits objets semblent avoir leur surface dominée par des silicates ...

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux nouveaux objets découverts en 2020 aux aphélies distants plus de 1000 UA :

 

2020 QN6 (damocloïde): q =  4.823 UA, Q = 1196 UA, a = 600.6 UA, P = 14718 ans, i =   76.8 °, e = 0.992, H = 14.6
2020 YR3  (SDO)            : q = 16.490 UA, Q = 1023 UA, a = 520 UA,    P = 11857 ans, i = 169.3 °, e = 0.968, H =   9.3

 

Source :  MPC - https://minorplanetcenter.net//iau/lists/MPLists.html

Edited by BobMarsian
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a une heure, BobMarsian a dit :

Deux nouveaux objets découverts en 2020 aux aphélies distants plus de 1000 UA

 

Une illustration d'une partie de leur orbite (l'ellipse complète est vraiment longue) et de leur position ce jour dans le système solaire interne : on notera que 2020 QN6 a une forte inclinaison par rapport au plan de l'écliptique (comme la plupart des damocloïdes) et que 2020 YR3 circule sur une orbite rétrograde (inclinaison orbitale de 169°).

 

2020QN6.JPG

2020YR3.JPG

Edited by Bill46
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The 2017 May 20th stellar occultation by the elongated centaur (95626) 2002 GZ32"
Pablo Santos-Sanz (Institut d'Astrophysique d'Andalousie, Grenade) et al.
https://arxiv.org/abs/2012.06621 (11/12/2020) ---> MNRAS

 

Jusqu'à présent, 5 objets Centaure (circulant entre Jupiter & Neptune) ont pu faire l'objet d'occultations stellaires enregistrées : Asbolus, Bienor, Chariklo, Chiron & Echeclus, dont 3 (Chariklo, Chiron & Bienor) en multi-cordes, ... 2002 GZ32 étant le 4ème ---> 6 occultations positives (5 observatoires en Espagne et en Grèce) sur 29 télescopes engagés en Europe.  L'étoile occultée ---> mag.V = 14.0


Période de rotation = 5.80 ± 0.03 h (Dotto et al., 2008)
Mesures précédentes : D = 237 +12/−11 km, albédo = 0.036 +0.006/−0.005 (Spitzer/Herschel/ALMA, Lellouch et al., 2017)

 

Mesure de l'ellipse (2a'x 2b') au moment de l'occult.:  305.2 ± 16.8 × 146.0 ± 8.4 km ===> D équiv.min = 211 ± 12 km
Réestimation suite à l'enregistrement d'une courbe de lumière (amplitude max. 0.13 ± 0.01 mag.) durant le rotation de 2002 GZ32, peu de temps après l'occult. (télescope 1,23m, Obs. de Calar Alto, Almeria) ===> D equiv.max = 225 ± 12 km
Combinée avec la 1ère (D équiv.min) ===> D équiv. = 218 ± 12 km
Possible dim. 3-D de l'ellipsoïde (2a x 2b x 2c) :  366 km × 306 km × 120 km
Albédo géométrique pV = 0.043 ± 0.007

 

201211_Santos-Sanz-et-al._2002GZ32-occul_map_Fig.2.png.e61460a0344aca118f0d046ce5c910d4.png

201211_Santos-Sanz-et-al._2002GZ32-occul_fit_Fig.6.png.2de5e4f19d0aefe05e86401e7993a011.png

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En ce qui concerne les occultations stellaires par des Centaures en 2021, et si on se limite à des étoiles relativement brillantes, on n'a a priori pour l'instant qu'une prévision pour le 19 janvier. Il s'agit de l'occultation d'une étoile de magnitude 10,8 par le Centaure (60558) Echeclus (Échéclos en français). La trace de l'ombre nous emmène en grande partie en plein Pacifique, et plus défavorable pour le Mexique ou le Japon. Y aura t-il des tentatives d'observations ?

 

https://lesia.obspm.fr/lucky-star/occ.php?p=50350

 

Echeclus occultation track.png

 

 

(60558) Échéclos fait partie du groupe des Centaures qui tournent autour du Soleil sur des orbites instables entre Jupiter et Neptune. Cet astéroïde a été découvert par Terry Bressi du Spacewatch Survey le 3 mars 2000 et a reçu la désignation 2000 EC98 puis (60558) Échéclos dont le nom provient de la mythologie grecque (un Centaure bien sûr). Il atteint son aphélie à 15,54 UA et donc ne croise pas l'orbite de Neptune. En revanche, il croise celle de Saturne avec un périhélie à 5,82 UA. En chemin, il peut s'approcher à 0,83 UA de Jupiter et à 0,2 UA de Saturne. Il effectue une révolution en 34,9 ans. Des mesures effectuées avec le télescope Spitzer lui confèrent un diamètre de 84 km, d'autres avec NEOWISE 59 km seulement. On estime sa période de rotation à 26,8 heures.

 

En décembre 2005, un nuage de poussières a été observé autour de cet astéroïde avec le télescope de 5 m du Mont Palomar, ainsi qu'un fragment détaché. On pensait toutefois qu'Échéclos était un objet inactif et que la sublimation de glace d'eau ne pouvait être à l'origine de cette éruption, l'objet étant trop éloigné du Soleil à ce moment-là (13 UA). Donc plutôt la conséquence d'un impact ou d'un dégagement explosif de substances volatiles. Des mesures infrarouges effectuées en 2006 ont cependant montré que la distribution des particules de poussières laissait plus penser à une activité de type cométaire qu'à un impact. Résultat : Échéclos a reçu également une désignation de comète périodique avec 174P/Échéclos !

 

En s'approchant du périhélie, Échéclos a de nouveau fait l'objet d'un sursaut de luminosité à la distance de 8,5 UA. Des observateurs en Australie ont même signalé la "présence d'un jet de 6" émanant d'une condensation centrale et d'une faible coma de magnitude 16 et de 40" de diamètre à la structure en spirale".

 

Échéclos a finalement atteint son périhélie en avril 2015. Des observations visuelles faites en Australie au mois d'août 2016 enregistrent un autre sursaut qui sera confirmé quelques heures plus tard avec un télescope de 1 m en Afrique du Sud (image ci-après). Entre mai et juin 2016, la coma d'Échéclos alors à 6 UA du Soleil, avait été analysée et les mesures avaient relevé un dégazage de CO environ 40 fois plus faible que sur 29P/Schwassmann-Wachmann 1 (bien connue pour ses sursauts) à cette distance.

 

Une seule occultation stellaire par Échéclos, le 25 juin 2012, a été observée et un diamètre de 55 km a été déduit d'une seule corde.

 

Échéclos est maintenant reparti vers les régions externes du Système solaire. Mais l'enregistrement de nouvelles occultations stellaires pourraient peut-être permettre d'éclaircir le comportement étrange de ce Centaure.

 

(Cet historique est basé en grande partie sur l'article publié par Oliver Klös dans Journal of Occultation Astronomy, IOTA/ES, https://iota-es.de/JOA/JOA2017_4.pdf)

 

Outburst2011.JPG

 

Outburst2016.JPG

 

Edited by Bill46
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Dans la continuité du projet d'imager l'intégralité du catalogue Messier, je me suis attardé sur le beau duo de M95 et M96 en mars/avril.
       
      Quelques surprises dans le champ :
      tout d'abord une supernova, "2024gda" qui s'est invitée dans un bras de M96 le 9 avril, je vous en ai déjà parlé ici: et une véritable invasion d'astéroîdes, dont les traînées sont bien mises en évidence sur ce compositage somme :
      avec d'autres intrus plus artificiels ceux-là
       
      Voici donc le résultat final du compositage moyenné, à regarder en full,  je les trouve bien photogéniques ces deux galaxies Messier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour 1 pose sur 2
      Sur 4 nuits les :
      * 15/16 mars 2024
      * puis les 09/10, 11/12 et 12/13 avril 2024
      379 poses 60s, Temps d'intégration de 06 h 19 min
       
      Traitement Siril-1.2.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 1,5"/pixel
      et j'espère qu'elles vous plairont aussi
       
      Très bon week-end à toutes et tous.
       
       
      *** Edit 04 juin 2024 ***
      Voici une v2, suite à vos remarques judicieuses, corrigée du magenta et un peu plus claire
       

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Le mois dernier, je vous avais proposé le compte-rendu d'une observation en mode rapide de M40, juste avant que le ciel ne se voile totalement, dans des conditions non optimales mais que je considérais alors comme suffisantes pour tirer le portrait d'un banal couple d'étoile, cette 40ème entreé du célèbre catalogue ne résumant en fait à 2 étoiles !
      Sauf qu'en traitant les images, j'ai trouvé dans le champ :
      de belles galaxies qui méritaient largement un peu plus de poses, et une étrange nébulosité rouge dans le coin supérieur gauche de l'image  
      Toute cette première partie est relatée dans ce post :
       
      Cela faisait donc de bonnes raisos pour y retourner, et j'ai craqué dès la première nuit de cette lunaison de février
       
      Le mystère de la nébulosité est levé, il s'agit juste de reflets :

      soit :
      liés à 70 Uma (V=5.5) présente dans le champ, soit, plus vraisemblablement, à Megrez alias Delta Uma de V=3.3 située à 01°06' de 70 Uma...  
      Avec l'ajout de poses supplémentaires, le gain sur les trois belles galaxies du champ est appréciable :
       
      * De gauche à droite : NGC 4284 et NGC 4290 et UGC 7534 dans le cadre de droite :

       
      je ne l'avais pas remarqué sur le compositage avec les seules images du mois de janvier, mais le champ contient aussi une grande concentration de petites galaxies faibles juste au-dessus de l'étoile HD 107949 :

      On les retrouve sur la carte Simbad :

       
      çà ressemble à un cluster de galaxies, mais je n'ai pas trouvé de nomenclature associée.
      ==> si quelqu'un a des infos, je suis donc preneur !
       
      Voici le résultat du compositage des deux sessions d'images, ramené à un échantillonnage de 2"/pixel plus en adéquation avec le FWHM de l'image, c'est du bio sans réduction d'étoiles ou réelle atténuation du bruit, j'ai juste adouci la transition pour les bouts inférieur et supérieurs de l'image finale qui comporte moins de poses que la zone de recouvrement centrale(*) :
      (*): à cause la possible nébulosité sur le haut de l'image, la cession de février a été cadrée plus vers le haut que celle de janvier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Sur deux nuits les 13/14 janvier puis 03/04 février 2024
      53 poses de 02 min à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 46 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Un visiteur est venu se balader en ce matin du 4 février au-dessus de 70 Uma :

      Il est connu, il s'agit de (36273) 2000 AM68, il était de V=17,4.
       
      Et voilà, au départ je n'aurais jamais pensé consacrer tant de temps à M40, mais j'ai finalement pris un grand plaisir à imager cet objet et espère vous l'avoir fait partager
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une petite conjonction assez photogénique entre la comète à sursauts, 29P/Schwassmann-Wachmann 1, et la galaxie spirale NGC 2595, plus quelques galaxies plus faibles :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 15 au 16 janvier 2024, de 00h15 à 03h00 utc
       
      71 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 02 h22 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      29P/SW1 présente une très large chevelure résultant des sursauts à répétition du mois de décembre où elle fut particulièrement active, et elle a d'ailleurs eu un nouveau sursaut de 2 magnitudes le soir mème (!) :

      © Richard MILES, BAA : https://britastro.org/section_information_/comet-section-overview/mission-29p-2/latest-lightcurve-plot-of-29p
       
      Elle s'étend sur 5.3' de diamètre avec une coma interne plus marquée de 1.3' de diamètre.
      On devine aussi une petite et faibe extension de 30" vers PA=43° :

       
      Voici le résultat des mesures photométriques :
      magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 5') magnitude nucléaire : m2 = 16.3 (rayon d'ouverture de 6")  
      La zone s'avère également riche en astéroîdes de passage, j'i annoté la trace laissée par quatre d'entre eux particulièrement bien visible
       
      Bonne soirée et très bon ciel à vous
       
    • By jfleouf
      Salut à tous,
       
      Depuis quelques temps je me suis remis à fond dans les observations d'occultation d'étoiles par des astéroïdes et je crois bien être tombé sur une chouette observation. Le 14 Janvier vers 6h UTC, l'astéroïde (10424) Gaillard (magnitude 18) occultait l’étoile UCAC4 558-046959 (magnitude 12.96)  et ma maison se situait dans la zone de 7km de large. Un événement à priori anodin, mais qui peut permettre d'affiner l'astrométrie de l'astéroïde ainsi que ses dimensions. OccultWatcher me donnait 76% de probabilité d'observer une occultation (les imprécisions dans l'astrométrie des astéroïdes fait qu'on a une marge d'imprécision plus ou moins grande dans la prédiction de leur position et ces occultations servent entre-autres à affiner ceci) avec une durée max de 0.7 secondes (le diamètre estimé de cet astéroïde est de 6.5 km et il se baladait à la vitesse de 0.64" par minute).
       
      Grosse surprise pendant l'enregistrement : je vois l'étoile disparaître deux fois, avec une réapparition d'une fraction de secondes entre les deux. Voici la courbe de lumière tirée de l'analyse du fichier .ser avec PyMovie. C'est fait avec une ASI533MM sur un C11 F/1.9 (échantillonnage = 1.44" par pixel). Shutter speed = 90ms et gain à 95% (oui, je sais, c'est bourrin)
       
      (Juste un petit bout de la courbe, centré sur la double occultation)

       
      Il y a deux explications possibles pour ce genre de courbe : (1) l'étoile cible est une binaire serrée ou (2) l'astéroïde est binaire. Je me suis fait une analyse assez détaillée pour conclure que ça ne peut pas être une étoile binarie. Le détail est ici (en anglais, sorry...): https://jfgout.github.io/occultations/gaillard-20240114.html
       
      En gros, si c'était une étoile binaire on devrait toujours voir le signal d'une des deux composantes. Et là, la chute de signal est bien plus importante que la division par deux attendue dans le pire des cas (= un système binaire avec 2 étoiles de même magnitude).
       
      Bref, je pense bien avoir observé une occultation par un astéroïde binaire  
       
      A noter que cet astéroïde est nommé pour Boris Gaillard, un astronome amateur qui avait bossé sur le programme informatique de détection d’astéroïdes utilisé par les découvreurs (http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=10424). Découvreurs qui ne sont autres que les membres du projet ODAS (OCA-DLR Asteroid Survey  https://fr.wikipedia.org/wiki/OCA-DLR_Asteroid_Survey). Une affaire bien française donc.
       
      Ça serait sympa de faire passer l'info à Boris Gaillard. Je ne le connais pas, mais une petite recherche sur google me fait penser que certains ici doivent le connaitre, notamment @Laurent51. Donc si vous connaissez Boris Gaillard, merci de lui faire suivre cette info  
       
      Je vais aussi envoyer un petit mail à Alain @maury pour lui signaler cette observation, vu qu'il me semble que c'est lui le découvreur/nomeur de cet astéroïde.
       
      Bonus: le GIF de la double occultation :
       

       
      Et l'image de repérage pour ceux qui ont du mal :
       

       
      JF
       
       
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Je vous propose aujourd'hui un long compositage sur ... l'amas DoDz 1 dans le Bélier et quelques tâchouilles de fond de ciel
       
      Au départ, j'avais espoir de capturer la comète périodique 39P/Oterma donnée à la mag 21.1 (le 05 janvier dernier), passée au périhélie le 10 juillet 2023 puis au périgée 5 mois plus tard.
       
      Pas facile à cette magnitude mais je pensais le challenge atteignable, pour paraphraser @exaxe17, moi aussi :
      "j'aime bien tenter des trucs! sur un malentendu cela pourrais passer un jour!"
       
      39P était alors observable pendant près de 5h et, en plus, elle se déplaçait très lentement (0.02"/min) ce qui facilitait grandement l'analyse de l'image compositée sur elle !
       
      Malheureusement, elle ne ressort pas malgré le long temps d'exposition, je suis donc déçu et, en même temps, content d'avoir tenté le coup quand même histoire de n'avoir aucun regret !
       
      A défaut de comète, le compositage montre les traînées de deux astéroïdes de mag 18 à 18.5, et donc en vedette l'amas DoDz 1 (groupe d'étoiles à gauche de l'astéroîde Seine)
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 11 au 12 janvier 2024, de 17h29 à 22h32 utc
       
      141 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 04 h42 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      39P/Oterma se trouve dans le cadre dessiné au milieu de l'image.
      La magnitude limite du compositage est vers V=20,6, çà s'est donc joué de peu, sans doute à cause de la forte humidité de la nuit
       
      Si on regarde de près, il y a un vague signal à la position attendue :

      mesuré à V=21,6 mais c'est tellement dans le bruit de fond qu'il est totalement impossible de valider une telle détection...
       
      A moins de 10° de là, brillait fièrement le coupable principal de cet échec : la planète Jupiter comme pour me narguer
       
      En effet, si elle est devenue aussi faible c'est parce que le 12 avril 1963, la comète est passée à 0.095 ua de Jupiter à peine, ce qui a eu pour conséquences :
      d'augmenter la distance périhélique de 3.39 à 5.47 ua, et la période orbitale de 7,9 à 19,4 ans  
      Avant cet évenement, c'était une comète nettement plus accessible !
      Quand elle fut découverte en 1943, elle était de magnitude 15,  sa période était alors  de 8 ans seulement. Elle fut d'ailleurs observée aux deux passages suivants, en 1950 puis 1958.  
      Mais la comète n'a pas été retrouvée lors de son passage suivant, en 1983, et finalement imagée lors de celui d'après, en 2002, mais à la magnitude 22 !
       
      Pour ce passage, elle a été observée dès la fin 2019, mais totalement hors de portée de nos instruments amateurs, à la magnitude 24
       
      Ce début d'année représentait vraiment la meilleure opportunité, pour ce passage, mais c'était un poisson trop gros un astre trop faible pour mon T20cm 
       

       
      Je l'avais déjà tentée en septembre 2021, sur 3 nuits consécutives, mais sans résultat probant...
       
      On ne gagne pas à tous les cas, il faut savoir l'accepter en attendant de gagner au loto pour monter en diamètre
       
      Très bon week-end à toutes et tous
  • Upcoming Events