FRANKASTRO64

Taka CN 212 : avis et retour ?

Recommended Posts

Bonjour à tous, 

J ai possédé simultanément un excellent Mewlon210 et un CN212. 

LE CN212 me donnait de  belles vues planétaire mais manquait de piqué et de contraste en rapport au Mewlon 210... 

Gérard Therin est venu optimisé mécaniquement le CN212 en rétablissant l assiette du primaire et raccourssissant le baffle de celui ci. 

L œil à l oculaire le Mewlon 210 était toujours plus contrasté et piqué au centre que le CN212 par contre le CN212 avait retrouvé du peps en luminosité ... 

Le Mewlon210 avait son baffle rétrécit par mes soins  et 3 ventilateurs qui aspiraient légèrement l air lans le tube. 

Concernant la sous dimension du tube du Mewlon en rapport du CN212 cela est faux dans mon cas puisque le diamètre extérieur du Mewlon 210 mesure 244mm et celui du CN212 lui fait 242 mm... 

J ai revendu le Mewlon à un membre du forum qui observait avec un C11 et une FS152.

Il a revendu la lunette et le SC tellement le Mewlon210 le ravissait en visuel planétaire et solaire. 

Actuellement et depuis 5 ans je me suis fait sélectionné un superbe C11 edge sur lequel 3 ventilateurs sont montés en push-pull et la messe est dite, Mewlon 210, CN 212 sont visuellement bien derrière en terme de résolution, contraste et luminosité. 

Bonne observations

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 38 minutes, arnaud1 a dit :

LE CN212 me donnait de  belles vues planétaire mais manquait de piqué et de contraste en rapport au Mewlon 210... 

L'obstruction est un peu moins favorable au CN si tu compares 2 à 2. Et après même si on est chez Taka tu as de la dispersion entre le très bon et l'excellent, et cette dispersion peut être perçue. Entre L/20 et L/30 ça fait une différence et pourtant quand on a un tube à L/20 rms on peut être content déjà. Donc tu avais peut être un µ210 du haut du panier et un CN-212 plus standard. 
Le seul CN-212 que j'ai eu l'occasion d'essayer était meilleur optiquement que mon µ210, par contre je n'ai pas eu l'occasion de comparer le rendu d'image 2 à 2. 
Attention aussi au fait que le CN-212 est un Cassegrain c'est plus chatouilleux à aligner qu'un DK. Par contre une fois aligné il ne bouge pas, et on ne peut pas en dire autant du µ210 malheureusement. 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien dit, rien ne vaut le diamètre, du moment que l'optique est bonne et aujourd'hui beaucoup d'optiques sont bonnes pour un tarif raisonnable.

Il faut viser gros diamètre pour en avoir plein la vue..

jérôme

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben un µ250 ça tient bien la collimation et ça met tout le monde d'accord, sauf son prix...

jérôme

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, messier63 a dit :

Il faut viser gros diamètre pour en avoir plein la vue..

 

Dobson 500? :ph34r: 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement JLD, mon Mewlon210 était bien en haut du panier, la meilleure optiquement de mes 3 Mewlon. 

Le CN212 fesait jeux égal avec un très bon C9 d un ami sur Jupiter et Saturne, les Mewlon 210 les surpassait  ! 

Seul mon ancien Intes MN68 de luxe et l actuel C11 Edge actuel était aussi bon que ce Mewlon 210 en visuel planétaire avec bien sûr plus de résolution, contraste et luminosite à travers le C11 Edge ... 

J avais le C11 Edge, l'Intes MN68, le Mewlon210, le CN212 et le C9 du copain sortis les mêmes soirs où en journée pour des observations solaire ( feuille astrosolar) à de multiples occasions. 

Le CN212 était collimaté au top par mes soins et ceux de Gérard 

 

Edited by arnaud1
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, messier63 a dit :

rien ne vaut le diamètre, du moment que l'optique est bonne

C'est là que ce n'est pas toujours simple, et c'est comme ça que je me suis résolu à rester sur du Taka. 
Et en imagerie le µ-210 peut talonner un bon C11 qui va plafonner dans le V alors que le µ va plafonner dans le B. En visuel le pic de l’œil étant dans le vert, et le gain de lumière jouant sur la perception c'est une autre histoire. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Olili, je crois que la personnes qui voulait échanger ton TSC225 avec un Zeiss Meniscas a passé son annonce sur le site d'en face :D. C'est notre unique et bien connu ami espagnol !!

Edited by gagarine
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou Franck !

J'ai un CN212 depuis 10 ans, c'est mon tube préféré, favori, chéri !

Le truc que je ne vendrai jamais.

 

A noter que je design Cassegrain-newton n'est pas nouveau. C'était très utilisé sur les observatoires pro (T193 par exemple), et très à la monde à une époque, pas plus loin que chez nous (Trassud, Valmeca…).

D'ailleurs mon prochain tube est un CN300 de chez Skyvision, qui prendra dignement la relève du CN212.

 

Déjà au niveau optique, c'est excellent. J'en ai mesuré deux , ils étaient dans les 60-70nm PTV. Dans la crème de la crème, on est au niveau d'une AP sauf que c'est un réflecteur, et donc bien plus difficile à faire. Et avec un très bon état de surface.

A noter qu'en revanche les secondaires newton peuvent être astigmates. J'en ai deux, sur la dernière série, et ils ont le même souci. Ce n'est pas énorme, mais un peu dommage. Au pire ce n'ets pas le plus difficile à faire refaire. En Cassegrain c'est parfait, et sur une formule optique pas trivial.

On est clairement au dessus d'un µlon 250 (je n'ai pas mesuré de 210) en qualité.

Concernant le TSC, j'en ai mesuré qu'un qui était affligé d'un astigmatisme sur l'optique, pas dû au collage puisque le support secondaire a été décollé et recollé. Je pense qu'il y a de bons et de mauvais numéros. A noter que le primaire du TSC n'est pas sphérique.

 

A l'usage le CN est un télescope qui marche. En visuel en Cassegrain, si le ciel suit, on est à la limite du diamètre. J'ai pu voir à x1200 sur un ciel super stable à Mons une PSF de livre. En planétaire c'est vraiment magnifique. 

 

On peut parfaitement changer de secondaire sur le terrain. Il suffit de bien appliquer une petite rotation toujours dans le même sens quand on sert la bague, sinon il y a un tout petit peu de jeux qui compte en newton.

L'alignement tient bien. En revanche attention, sous forte contrainte le réglage du primaire peut jouer, et c'est quelque chose que vous ne voulez pas régler. Même moi avec le Haso, c'est une matinée à sortir le primaire à chaque réglage, et refaire le secondaire derrière. Et à chaque fois une chance d'ébrécher le primaire.

 

L'alignement en newton, comme le mentionne Seb, est difficile du fait du primaire troué, mais surtout parce que le réglage d'assiette du primaire, inaccessible en utilisation normale, est remplacé par un réglage d'assiette du porte oculaire. 

C'est chiant, long, mais à faire une fois si on est soigneux de son matériel. 

A faire sur la caméra directement dans un champ d'étoiles focalisé.

 

Trois/quatre inconvénients sur ce tube :

- Des courants de convection, typique d'un télescope fermé avec un pupille ouverte. C'est juste un question de durée de la mise en température, après c'est très stable.

- Lorsqu'il fait très froid, mon exemplaire devient un peu astigmate, problème de colle à l'arrière du primaire qui devient plus dure. C'est commun à tous les réflecteurs Takahashi (et d'autres…)

- Les branches de l'araignée sont assez costaude, donc un peu de diffraction. Moi j'aime bien, elles sont très jolies en narrowband monté en SHO. En revanche pour le chasseur de Sirius B, c'est un peu gênant !

- Le BF n'est pas immense, il faut un glasspath avec une bino en peu équipée comme ma Denk II avec PSX.

- Le correcteur du kit newton est mauvais, c'est un Ross. A remplacer par un SW quatre éléments par exemple.

 

En revanche :

- C'est un beau tube du moyen de gamme Takahashi : peinture émaillée très jolie, virole à l'entrée, mécanique costaude. On est en dessous d'un BRC ou µlon300, mais très au dessus d'un µlon 210.

- Le montage du PO est costaud !

- Il est simple de motoriser la MAP avec un moteur sur le bouton de MAP, et on fait newton et Cassegrain en même temps

- Le très bon chercheur indéréglable qui sert de poignée :)

- C'est un tube léger et facile à manier

- On change de secondaire en 1 minute, sans perte de collimation si on met bien l'onglet en portée d'un coté

- l'alignement en Cassegrain est trivial, et il tient !

- L'alignement en Newton n'est pas trivial, mais il tient !

- Pas de sphérochromatisme, parfait de l'UV aux SWIR

 

Bref, un keeper.

Je lui donne une côte de 2500€ en parfait état, donc à 1500€ c'est une super affaire.

J'ai beaucoup utilisé ce tube en imagerie en Newton, en planétaire en Cassegrain, en solaire, même en Ha avec un grand ERF.

A voir ici : http://astrochonum.com/

 

Par exemple en Ha en 2016 à St véran :

image.png.24ea2ae3ac5139c8e856e83f6649f55d.png

 

A noté que j'ai pu imager les feligrees en UV avec ce tube.

 

Une animation sur Jupiter :

 

Jupiter-2-crop.gif

 

Une tempête sur Saturne faire par Karine mon épouse :

 

image.png.c80072db1694335e52bf1f5600de0dd5.png

 

 

image.png

Edited by chonum
  • Like 6
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y a bon Jupiter pour le diamètre. Une déroation là dessus et ça explose tout, ça sortirait une image au niveau de ce que j'ai pu avoir sur le µ210 je pense. Vraiment un tube fantastique, en Cassegrain ce sont les qualités du Mewlon sans ses défauts, vraiment l'ultimate OTA dans ce diamètre. Le seul reproche possible finalement c'est qu'il y a 20/30 ans, on était fier et serein avec un 200 mm, mais aujourd'hui ça fait petit vu la démocratisation de l'optique et les progrès en imagerie. 
Ce sont des tubes à ne pas négliger néanmoins pour leur ratio plaisir/emmerdement maximum, et 200 mm ça n'interdit pas de faire des images qui peuvent servir pour faire de la science, donc ce n'est pas si ridicule. 

 

2018-06-19-2059_6.jpg.3b9c0d9c468e08c9ab9f9f4a30767e74.jpg

  • Like 3
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, jldauvergne a dit :

ratio plaisir/emmerdement

 

Ca va finir par rentrer dans le dictionnaire Astro ça :)

Faudrait inventer une échelle avec des jalons pour bien quantifier le RPE...

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et puis on peut faire des choses impossibles à un SCT, en UV par exemple !

 

Une Venus avec UVenus Astrodon (bon toute pourrite quand même…)

image.png.31b5048b05de9f92c3c8c046562f86a8.png

 

Et des Feligrees en KLine

 

Baader-KLine__2019-08-18_T_09-08-43-0684_L_lapl3_ap2677-P500K.jpg.af8164feb0e838920e8c744dbc60fe7a.jpg

 

 

Je pensais avoir le record de détection des feligrees en diamètre, mais même pas. François R. m'a avoué, mais avec toute la modestie et la gentillesse qui le caractérise, qu'il les avait déjà eu au 200mm !!

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Colmic a dit :

Faudrait inventer une échelle avec des jalons pour bien quantifier le RPE...

 

Heureusement notion très subjective et pas mesurable scientifiquement. Sinon le marché de l'astro se résumerait à 2/3 tubes :D

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, chonum a dit :

tube préféré, favori, chéri !

 

Bjr Frederic

 

Merci bcp de ton intervention claire et précise !

 Ton avis et retour d'expérience me confortent dans mon choix !

 

a priori, je comprends qu'il n' y a pas eu de bons et mauvais numéros du CN à la différence du TSC : correct ?

 

bon Ciel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/02/2020 à 13:02, chonum a dit :

A noter que le primaire du TSC n'est pas sphérique

Bonsoir à tous, du coup quelle est sa forme, même si on sort du sujet initial, c'est intéressant de la savoir...;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, gagarine a dit :

tu l'as pris

 

J'ai pris rdv avec le vendeur le we du 29/02 pour le voir et pour sans doute conclure l'affaire puis le ramener en France !

 

Merci à tous pour vos avis, conseils et retour qui m'ont été très utiles !

 

Je vous tiendrai au courant !

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/03/2020 à 17:20, gagarine a dit :

 

@FRANKASTRO64, alors ? Tu as récupéré ton CN212 ? On veut des photos !

 


On dirait bien que non... :S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By PATRICEM33
      Bonsoir à tous,
       
      Suite à mon sujet Quel tube planétaire principal après un Mak 127 ? , mon nouveau tube, un µ210 dédié pour le planétaire est arrivé aujourd'hui directement de chez OU. Un peu Noël avant Noël .
      Ça fleure bon la qualité Taka mais je le savais, étant ancien possesseur d'une FSQ-85ED.
      Il va être appairé avec une ASI224MC, un ADC ZWO, une barlow Taka 2X et l'adaptateur photo magique de @jldauvergne  pour pouvoir réduire le tirage du montage si besoin.
      Une question pratique : Comment stockez-vous votre Mewlon ? Soit je le laisse dans son carton à plat soit autrement en dehors du carton ?
      Place à quelques photos du tube avant j'espère très rapidement un baptême de mon nouveau setup sur la lune et les reines actuelles (Juju, Saturne et Mars).
       
      Patrice
       

       

       

    • By BobSaintClar
      Amis binaires, bonjour !
       
      Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années.
      Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit.
       
      Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur.
      Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"...
      C'est vrai ! Mais...
      ... Il y a un "mais"
       
      Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique.
      Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc).
       
      Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon !
       
      Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours :

       
      En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation.
      En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie.
      En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge.
      En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge)
       
      Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur !
       
      Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge :
       

       
      Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert !
       
      Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe :
       

       
      Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde...
       
      Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu !
       
      Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)...
       

       
      ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre !
       
      Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) :
       

       
      On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge...
       
      Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge.
      Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ??
      Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" !
      Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris !
       
      Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose :
       

       
      C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" !
       
      Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir :
       
      - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite.
      - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR.
       
      Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique.
       
      N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur.
       
      Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé...
       
      En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur.
      A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final :
       
      - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire
      - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu
      - L'eau très sombre, presque noire
      - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés
       
      Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé.
       
      L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal".
       
      Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ?
      Ce sera le sujet de mon prochain post...
       
      A suivre
    • By jean dijon
      Bonjour,
       
      j'ai un doublet de 60mm dont le baume ? (c'est peut etre de la colle UV) a complétement crystalisé, je l'ai mis à tremper depuis 3 semaines dans de l'essence de térebentine qui m'a permis de décoler sans problemes des lentilles de 30mm de diametre mais là rien ne se passe.  Avez vous une idée peut etre qu'en passant au four cela serait une solution est ce que quelqu'un a déjà pratiqué un tel décolement ?
      Merci pour votre aide
       
      Jean
    • By oliver55
      Pour ceux qui veulent se lancer tout seul dans la construction d'une grande lunette astronomique pour leur observatoire.
      Voici déjà les optiques :
      https://fr.aliexpress.com/item/4001201292918.html?spm=a2g0o.detail.1000060.3.2f68729fcKJSUP&gps-id=pcDetailBottomMoreThisSeller&scm=1007.13339.169870.0&scm_id=1007.13339.169870.0&scm-url=1007.13339.169870.0&pvid=9233b673-f76b-4c95-9a00-e131db8e7984&_t=gps-id:pcDetailBottomMoreThisSeller,scm-url:1007.13339.169870.0,pvid:9233b673-f76b-4c95-9a00-e131db8e7984,tpp_buckets:668%230%23131923%236_668%23808%234094%23522_668%23888%233325%235_668%232846%238109%23290_668%232717%237564%23655_668%231000022185%231000066058%230_668%233468%2315615%23680
       
      Sinon les autres objectifs sont ici :
      https://fr.aliexpress.com/store/group/Astronomique-Télescope-Lentille/5088105_518092387.html?spm=a2g0w.12010612.8148362.8.e53d4938l96Ahs&origin=n&SortType=price_desc&g=y
       
      Mais que cela vaut-il optiquement?
    • By Ellazanne
      Bonjour à vous, *s'incline*
       
      A la recherche actuellement d'un chercheur/viseur qui pourrait convenir à ma lunettes 72 ed, je vous demande humblement votre aide.
       
      L'ensemble du setup qui doit l'accueillir ne pèse pas lourd et la monture est légère. Je recherche donc un chercheur lui-même poids plume qui se fixerais au plus proche du corps de la Lunoche pour que l'ensemble ne soit pas déséquilibré.  Au passage je ne sais si d'un viseur point rouge ou d'un cherche à classique serait le plus pertinent.
       
      Pour la posture, si ça peut vous aider, je suis généralement genoux à terre, cul sur les talons,  la nuque a angle droit le regard tourné vers les dieux des cieux, en signe de soumission.
       
      Si l'un de vous est a même de m'aider je suis tout ouïe.
       
       
       
       
       
       
  • Upcoming Events