almak

Newton dédié LUNE et PLANÈTES 👌

Recommended Posts

Il y a 18 heures, jean dijon a dit :

tu n'es pas obligé d'aller dans des extrêmes F6 sur un 250 cela ne fait jamais que 1.5 m de focale

oui mais..... avec 150 cm de focale, tu perds le côté pratique du 250FD5 qui permet d'observer ASSIS !!!! luxe suprême. C’est un détail qui n'en est pas un. Là, tu es obligé d'avoir une chaise haute réglable en hauteur, ce n'est plus la même logistique. Et encore une fois, tu accentues le problème d'équilibre lors des changement d'oculaires.

comme je disais plus haut, un 250 à FD5 est vraiment un truc optimisé dans de multiples paramètres liés à l'observation (et pour l'image, j'en sais rien).

Pour moi, un télescope Newton visuel doit impérativement prendre en considération l’ergonomie à l'oculaire, et c'est principalement cette approche qui me fait dicter la focale souhaitée (et donc le FD qui en résulte). Ici, tu es assis, tu prends un mètre et tu constates la hauteur du PO qui est à la louche 120cm (mais pas 150).

Tous les télescopes que j'ai bricolés répondent à ce genre de questions.

Je constate que la réciproque est vraie : si tu as une optique de la mort-ki-tue-sa-race mais que tu "subis" une configuration d'observation un tant soit peu problématique, la qualité de ton observation s'effondre irrémédiablement, dans des proportions bien plus préjudiciables que le gain espéré. Même si ça ne peut se mettre en équation sur un abaque, c’est une réalité criante.

Nota : on peut avoir une optique de la mort-ki-tue-sa-race avec un FD de 5 et de mettre des trucs corrigeant la coma (encore faible à ce niveau)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Le ‎13‎/‎12‎/‎2020 à 21:29, almak a dit :

Je préfère un F/D le plus grand possible . 

 

Il y a 3 heures, serge vieillard a dit :

oui mais..... avec 150 cm de focale, tu perds le côté pratique du 250FD5 qui permet d'observer ASSIS !!!! luxe suprême. C’est un détail qui n'en est pas un. Là, tu es obligé d'avoir une chaise haute réglable en hauteur, ce n'est plus la même logistique. Et encore une fois, tu accentues le problème d'équilibre lors des changement d'oculaires.

Bonjour Serge,

tu te places dans la problématique d'un Dobson transportable la question d'almak était un newton typiquement planétaire, je ne pense pas qu'il y ait une seule réponse à la question. Tu insistes sur le coté confort à l'oculaire qui, je suis entierement d'accord avec toi, est trés important. En planétaire visuel on passe beaucoup de temps à l'oculaire et avec des grossissements de 250 à 400 fois au moins pour un 250 le coté dobson sans entrainement me parait beaucoup plus dommageable au confort de l'observation que la hauteur du PO qui en passant compte tenu de la hauteur des planetes la majeur partie du temps en France n'est pas ce que tu as calculé. Il faut utiliser quand les planetes sont à faible hauteur une chaise basse réglable;) et ce n'est pas confortable.

Contrairement à ce que tu as l'air de penser la qualité optique  du télescope en fonctionnement est pour moi fondamental et je suis d'accord avec almak qui souhaite avoir une longue focale.

 

Il y a 4 heures, serge vieillard a dit :

Tous les télescopes que j'ai bricolés répondent à ce genre de questions.

Ah Ok je ne savait pas que ton 400mm  était à F3;)

 

Il y a 4 heures, serge vieillard a dit :

 encore une fois, tu accentues le problème d'équilibre lors des changement d'oculaires.

Cela dépends des oculaires et de la monture tu peux trés bien équilibrer avec l'oculaire le plus lours (tu n'as pas besoins d'ethos sauf si ta monture n'est pas entrainée) et compenser avec des poids calibrés au niveau du PO l'utilisation d'oculaire moins lourds

 

Il y a 4 heures, serge vieillard a dit :

Nota : on peut avoir une optique de la mort-ki-tue-sa-race avec un FD de 5 et de mettre des trucs corrigeant la coma (encore faible à ce niveau)

oui une bonne barlow mais cela ne modifie pas le probleme de la collimation.

 

jean

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

( y a un truc qui m’échappe sur l’équilibrage des dobsons : il faut un poids +- équivalent des oculaires. Mais quand vous l’enlevez pour changer, le tube de déséquilibre complètement !?)

Share this post


Link to post
Share on other sites

comme quoi il y a plusieurs approches, j'ai presque envie de dire plusieurs philosophies.... A Almak de se déterminer.

 

la transportabilité,

si c’est en effet pour du poste fixe, ça peut être abordé différemment. Mais avoir un beau joujou visuel, nul doute qu'il sera aussi utilisé pour des virées ciel profond. Et dans ce cas, la transportabilité devient un critère essentiel, surtout avec ces caractéristiques dimensionnelles qui permettent sans difficulté d'y répondre

 

Sinon, mon 400 à la verticale (et oui, les planètes passent au zénith sous les tropiques, le ciel profond aussi) est pile poil à la hauteur de mes yeux quand je suis debout >>> FD4.5, ça a vraiment été calculé au poil de cul près tout comme la structure pour répondre impérativement à ce critère .

et pour les deux 600, ACA et M78 , c’est la focale qui a été déterminée au plus juste (avec une épure optique en conséquence) pour minimiser les marches de l'escabeau, cela en fonction d'un miroir fait au club (4.2 était un sacré chalenge pour nous)  ou d'un acheté chez nos artisans où là, le 3.3 s'impose pour un confort inégalé pour ce genre de diamètre.

 

Quant à la collimation, je n'ai jamais trouvé que c'était un réel problème >>> fô la faire, et bien la faire, ya rien d’insurmontable là-dedans même su un truc bien ouvert.

 

sinon, je trouve que c’est un échange très intéressant qui confronte divers poins de vue. Merci pour la qualité de cela !

 

pour répondre à Adamckiewicz sur l’équilibrage :

en effet sur un truc visuel, je trouve important que le centre de rotation ne soit pas confondu avec le centre de gravité (CG) avec le PO chargé à fond. Je détermine un CG moyen, la moyenne entre un CG mini PO à vide, et un CG maxi PO avec le train optique le plus lourd ( Il y a bien sûr des limites à cela si on prend un grosse bino bien garnie où il faudra s'en accommoder ou trouver des solutions palliatives). On voit que plus cet écart CG mini et CG maxi est grand (focale plus longue), plus ça va être pénible à gérer....

de cela :

- plus le télescope est lourd, plus cet écart se réduit à peanut - et réciproquement,

- sur un Dobson, plus on veut de "frein" pour contenir les déséquilibres, plus ils faut de grands tourillons d'altitude et/ou regarder les couples de matériaux qui assurent le glissement.

- des solutions mécaniques à base de contrepoids amovibles, de ressorts ou de rappel de charge aident à celà.

Edited by serge vieillard
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos messages qui apportent différents points du vue  , je n’aurais jamais pensé m’assoir pour observer par exemple , j’ai toujours été debout et c’est vrai que parfois ce n’est pas très pratique.

 

j’ai lu pas mal de choses hier en lien avec des sites trouvés aux usa sur des fanatiques d’observatio Planétaire , le fd est de 6 minimum et plutôt 8 pour un 200.

la qualité de l’image est meilleure d’apres Eux .

Je continue de réfléchir 

Share this post


Link to post
Share on other sites

en effet, pas facile de se faire une idée.

 

Ce que je peux te dire, c’est d'aller voir du factuel, d'aller voir les dessins planétaires dans la rubrique "observation visuelle".

Je peux me tromper, mais il me semble que les choses les plus détaillées, les plus creusées l'ont été faites avec des 400 à 4.5.....

j'ai vraiment eu les plus gros chocs planétaires sur ce genre d'instruments avec des FD de 3.3 à 4.5, du "ptit" 300 au T1000, de celles qui sont dotées de très belles optiques travaillées par Jean Marc ou tonton David, ou des choses perso bien réussies. Et cela non à cause du FD en tant que tel, mais avant tout parce que c'était de très belles optiques, et que la courte focale permettait une configuration optimale pour profiter au maximum de l'observation, de la creuser à fond les ballons.

Il est intéressant de remarquer dans le déroulé de ce post passionnant que tu t'es d'abord et principalement fixé sur un FD long - nonobstant le fait du confort OBLIGE de l’observation.

Et pour avoir été dans la star party de l’Oregon, j'avoue n'avoir pas été très convaincu par ce qui était montré dans les instruments présentés. Après, on peut toujours trouver d'autres avis.....

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

exactement. de mon coté l’instrument planétaire est le dobson 400 F/D 4 avec primaire "no limit" JML.

Une bonne optique, ça reste une bonne optique quelque soit le F/D.

C'est plus difficile à faire surtout en industriel, ça va être difficile à trouver. En industriel, les Mak avec optique toute sphérique sont plus facile à faire avec une qualité de surface meilleure qu'une optique plus complexe, parabolique ou hyperbolique. Ou alors il faut taper dans le très haut de gamme genre taka.

 

Et quand je suis pas sur des conditions je sors un Mak Newton ou une lunette apo. l'apo c'est toujours beau.

 

L'avantage de monter en F/D sur un petit diamètre c'est que tu va pouvoir réduire le secondaire et augmenter le contraste.

En proportion, le secondaire est d'autant plus gros que le diamètre est petit. Donc quand tu diminue en diamètre tu as intérêt à augmenter le F/D pour garder une obstruction faible tout an ayant un champ de pleine lumière suffisament large.

 

Pour donner une idée, sur mon dobson 400 F/D4 j'ai une obstruction de 25%. Par contre sur mon dobson de voyage 300mm pour cette même obstruction de 25% il fallait que je monte à un F/D de 4,5. Sur un 250 on va plutôt être à F/D 5 voir 6.

Le dobson 250 F/D6 est pas mal en planétaire d'ailleurs je trouve, ça donne un bon contraste, une bonne hauteur d'observation. c'est pratique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/12/2020 à 21:29, almak a dit :

(je crois en l’effet positif en visuel d’une très faible obstruction )

EER=(1-p²)²

ce n'est pas une croyance c'est la physique. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/12/2020 à 00:03, almak a dit :

J'ai testé le soft en ligne, en gros il me dit que pour un 200F8 je peux etre entre 15 et 20% d'obstruction sans probleme.

Un autre truc qui joue pas mal c'est l'araignée, si tu peux en faire une à 3 branche plutôt que 4 ça fait une grosse différence en planétaire. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui tu as tout a fait raison, les lois de la physique sont ce qu'elles sont...

on est tous d'accord qu'une lunette Achromatique de F/D 15 sera mieux corrigée et donnera une meilleure image qu'une F/D 6 ?

Pourquoi ce ne serait pas le cas aussi pour les télescopes ??

 

Pour l'araignée je voulais mettre une lame de fermeture plane comme sur les Clavé de la grande époque parait-il que ça a existé...

mais c'est plus cher et cela introduit d'autres problèmes semble t-il...

 

je souhaiterais commencer par le plus simple et on verra un jour pour la lame...

 

J'ai vu une araignée faite avec 2 Cercles de part et d'autre , un peu comme un 8 ?

je n'ai pas encore trop planché sur l'araignée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai un peu jeté un oeil sur ce sujet sur Astrosurf et Cloudynights, c'est intéressant , lames courbes, métal poli...

mon télescope va ressembler à un custom américain avec du chrome partout xD

une araignée qui marche apparemment tres bien en planetaire (Ed Grissom) ici sur un 317mm F/D6 ,

on voit un grand jour entre le miroir et le tube ; pour améliorer la mise en température j'imagine ?

le miroir secondaire semble rikiki...

 

araignéecourbeEdGrissom.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

hier soir j'ai regardé l'araignée de mon vieux 114/900 PARALUX (made in Japan),

c'est une 3 branches des plus simples !

ça m'a donné envie de retrouver mes premières images faites avec , et j'ai retrouvé ça, c'était il y a

exactement 20 ans !! le 12/12/2000

 

 

trichro14j10rez150.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

et la recette :

 

114/900 Barlow 2X + 5cm tirage, mais cette fois-ci la motorisation fonctionne et même si cela ne suit pas exactement ( pas de mise en station ),  j'ai pu capturer une vingtaine d'AVI de 50 images en moyenne. Il y  avait de la turbulence ce soir là et beaucoup de vent mais le ciel était clair. J'ai traité 3 films voici les résultats :

    capture AVI avec Qcamfocus  (de Patrick Chevalley)

    sélection des images et conversion en .BMP avec Avi2bmp   

    conversion des .BMP en .FITS (16 bit-séparation RGB) avec Qcamcopy 

    traitement de chaque composante et trichromie avec IRIS (de Christian Buil)

    ajustement des couleurs,  luminosité/contraste etc... sous PSP

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello,

 

je suis ton topic avec intérêt :).

 

Je rejoins ce qui a été dit par d'autres personnes, il y a un bond en planétaire entre 200mm et 250mm, il serait dommage de s'en priver.

 

Pour la matière du miroir, avec un diamètre de 200mm et 250mm  franchement le Sitall suffirait à mon sens. Mieux vaut je pense un miroir de 250mm en Sitall qu'un de 200mm en Zerodur ou Quartz...

  • Sitall/ anciennement Pyrex/Supremax : option la moins chère, 
  • Quartz: un peu plus cher, coeff de dilatation environ 8-10x inférieur aux matières citées au dessus . Son intérêt, si tu veux une image moins dégradée pendant la mise en température. Une fois mis en température, pas de différence avec les matières citées au dessus.
  • Zérodur : nettement plus cher que le reste. Coeff de dilatation encore 10X inférieur au Quartz, et densité supérieure pour viser des miroirs plus fins/léger si le barillet suit. Présente un intérêt  sur les diamètres > 400mm mais franchement discutable sur 200 ou 250mm à moins de vouloir se faire plaisir pour "la beauté du geste".

 

Pour le F/D "le plus grand possible", pourrais-tu nous expliquer dans quel but exactement? Un F/D de 5 par exemple est raisonnable (niveau coma, tolérance de mise au point et de collim) mais tu gagnes pas mal en encombrement par rapport à un F/d de 7 ou 8!

Quant à la revente, bonjour la revente d'un newton à F7 ou F8. Peut-être y-a-t-il d'autres éléments qui te poussent à viser un F/D long?

 

Parmis ceux ci, parlons de la taille du secondaire et de l'obstruction (plus le F/d est long et plus le secondaire peut être petit). Si je puis me permettre un petit conseil, attention à ne pas être trop obsédé par la taille du secondaire d'un newton en cherchant absolument le plus petit possible, ce qui amène à considérer d'autres facteurs tels que :

  • le champ de peine lumière vs les oculaires utilisés,
  • le risque de "diaphragmer" le primaire si le secondaire est trop rikiki, 
  • la backfocus, plus tu veux de backfocus et en même temps un secondaire le plus rikiki possible, plus ton champ de pleine lumière fond comme neige,
  • ou encore si les bords de ton secondaire introduisent quelques défauts optiques...ou quand le mieux se transforme en l'ennemi du bien.

 

A partir du moment où tu se situes en dessous de 25% d'obstruction, ça devient vraiment bien pour le contraste planétaire. Il semble y avoir plus de différence en FTM en passant de 30% à 25% d'obstruction qu'en passant de 25% à 20%. LE ratio gain/risque est à prendre en compte ici. En ce sens, viser moins de 20% d'obstruction amène d'autres contreparties ou risques à considérer.

Si tu veux du contraste, l'obstruction n'est pas le seul facteur. Entre autre, un miroir primaire avec une surface douce et une excellente qualité optique. Et surtout, une mécanique rigide (araignées en caoutchouc au revoir) et une collim au top.

 

Pour l'araignée du secondaire, en effet il y a plusieurs approches, 3 branches, 4 branches, en spirale etc. Le plus important étant une araignée rigide! Un moyen de réduire les aigrettes et la turbu est d'utiliser des araignes non peintes en noir genre inox poli. Oui, ça parait contre nature et pourtant ça limite les effets thermiques et je crois me souvenir la taille des aigrettes (mais pas sûr sur ce dernier point) :).

 

Pour la forme du tube carré ou rond, oui chacun a ses avantages et inconvénients. Le format carré permet de faire passer une veine de chaleur en dehors du trajet optique, tout comme le tube rond s'il est suffisamment surdimensionné vs le diamètre du miroir ^_^. Pareil, télescope carré, ça se voit beaucoup sur les vieux télescopes, pas sûr qu'à la revente ça envoie du rêve, c'est aussi moins flexible qu'un tube rond où on peut faire une rotation dans les colliers pour positionner le porte oculaire comme souhaité. Après tout est question de choix.

 

Bon ciel

 

Edited by HAlfie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Halfie,

 

D'accord avec vous tous, je m'oriente vers le 250mm :)

attention tu mets le sitall au meme niveau que le pyrex,  c'est plutot un équivalent du Zerodur d'après mes recherches.

Après avoir lu pas mal de choses, le pyrex ne semble pas si mal en terme de rapport qualité/prix et si le miroir est parfaitement en température

(tube surdimensionné et ventilé en permanence)

pour le F/D grand, je me répète :

aux usa en tout cas, il y a consensus dans tous les threads sur les newton planétaire que j'ai vu pour au moins F/D6 (avec des 300 et 400mm)

et certains font du F/D 8 sur des 250mm.

Avec un F/D plus grand je peux grossir un peu plus avec mes oculaires (Clavé).

Je n'ai pas de probleme de place ni d'encombrement. je ne prévois pas de me balader avec (ciel très propre et pas de pollution lumineuse chez moi)

(par contre faudrait que je sache quand sont les périodes les plus propices , sans turbu , sur mon site !???)

Je ne souhaite pas le revendre.

Ce qui compte c'est la qualité optique  pour l'usage planétaire. ( et avoir un 400 ou 500 F/D 4 pour le ciel profond... plus tard)

La faible obstruction pour un dédié planétaire semble avoir ses adeptes (effet WOW APO)

les ricains tournent autour de 16%

Sur Cloudynights j'ai meme trouvé que pour un 250mm avec 2 configurations :

FD4 (obstruction 25%) et FD10(obstruction15%) , le champ de pleine lumière 100% est plus grand (19,8mm) dans le FD/10 contre 17,0 mm dans le FD/4 !

et par contre à 75% ce champ est plus petit pour le F/D10 :

 

je pense qu'il y a des compromis à faire c'est sûr...

 

 

zone100.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ton tube, pense à la notion de "bouteille thermos".

 

Voir le paragraphe sur le tube ingénieux de Jean Texereau pour son cassegrain en PJ.

 

Il faut surdimensionner sinon gare à l'effet de cheminée.

Mon mak newt russe en LK5 (équivalent Pyrex original) fonctionne en dépression légère par aspiration autour de la lame de fermeture, ça limite aussi les grosses poussières provenant du sol.

 

laisser au moins 1cm d'air autour du miroir (voir le lien stellafane que j'ai donné plus haut).

intérieur en alliage alu-manganèse fin, peint noir intérieur et poli extérieur : non porteur.

Ça se trouve à la découpe, peut-être en plus épais : @zeubeu peut sans doute te renseigner et faire un approchant.

 

laisser un bon centimètre de couche d'air.

extérieur porteur en papier bakélite (phénolique rigide de 4mm épais dispo chez Gerd-Neumann )

 

Pense à rectifier le titre du sujet "l'une et planètes" c'est volontaire ou une erreur ?

Selene est nommée Lune en général.

 

TexCassegrain2.JPG

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

.... En visuel,

et pour les données dimensionnelles

 

un Newton de 250 de 2 mètres 50 de long, franchement, même si ça existe - et probablement uniquement en post fixe - ça me semble vraiment chiant à l'usage - et  en conséquence j'irais jusqu'à dire un peu déconnant.....

Les courbes et formules physiques indiscutables sont une chose, mais l'usage apporte son lot de correctifs à apporter pour arriver à un compromis, ou plus exactement un optimum, au risque d'avoir un superbe instrument théorique dont on arrive jamais à en tirer la moelle et faire la différence avec autre chose de plus raisonnable.

il y a une heure, almak a dit :

les ricains tournent autour de 16%

oui, mais je n'ai JAMAIS vu un dessin sorti de ces bidules qui creusent un pouillème d'écart avec des choses mieux optimisées telles qu'on on voit par ici, avec des FD plus courts et une obstruction de 20%

 

je ne dirais pas la même chose pour un instrument dédié à l'imagerie dont je n'y connais strictement rien.

Mais en visuel, un des principaux paramètres à considérer est l'élément situé entre le sol et l'oculaire. Et pour que cet élément tende à atteindre son plein potentiel, l’ergonomie ne doit pas être reléguée aux seconds rôles ou pire, aux abonnés absents.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, serge vieillard a dit :

je ne dirais pas la même chose pour un instrument dédié à l'imagerie dont je n'y connais strictement rien.

Tout à fait vrai, 20% bien configuré et fabriqué c'est mieux que d'essayer un 16% tiré par les cheveux, surtout quand tu dépasses le seeing courant qui de nos jours est difficile.

Pour la photo, je crois que ce n'est plus la peine de démontrer vu que les mewlons à 32% sont un exemple à suivre.

 

J'ai opté pour un 150 à 16% de mon côté, plus parce que le f/D était à 8 que pour les 16% d'obstruction : c'est du à un pool d'oculaire que j'ai. Je ne voulais pas claquer mon argent dans les accessoires.

Ce qui est important, c'est d'avoir en tête l'idée d'un champ pleinement illuminé vers 0.8D et environ 60° de champ apparent à l'oculaire (planétaire)

Sur un 250 f/6 (~1m50 de long) ça veut dire qu'à x200, tu as un oculaire de 7.5mm 60° avec 8mm de diamètre sur le plan focal environ, c'est à dire 3/5eme de la Lune.

Pour les multi-usages on prend le champ lunaire en entier, pour les photos on veille à 70% illuminé au bord d'un APS-C (30mm de diamètre) et 44mm pour un full frame 24x36 (44mm)

Un 250 "type", c'est du archi-connu, suffit de prendre le Texereau et de le mettre à f/6, on est plus à l'époque ou c'était galère pour les oculaires.

Quant à la coma à l'angle d'observation utile, tu peux même descendre en dessous de f/6 comme le dit Serge. Ensuite, sous f/5, là ça complique pour les optiques (barlow/oculaire/correcteur)

image.png.1bc8fbd3386f4eee1d920b61fee6b41e.pngimage.png.a31ab33f0bf04fd90e6135b5ed8a3160.pngimage.png.dfb7f89740f6363ce09c28eb8a8dcddf.png

250f6pl.newt

 

J'ai fait un design optique Schmidt-Cassegrain récemment, il est, pour le calcul optique à 16%, mais avec la marge de fabrication prise en compte, il va sortir à 20% environ (bafflage secondaire)

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Adamckiewicz a dit :

A 2m50 on risque de perdre en mécanique (rigidité, collimation, dilatation) ce qu’on gagne en optique non? 

non mais surtout en prix et en inconfort.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, lyl a dit :

Pour la photo, je crois que ce n'est plus la peine de démontrer vu que les mewlons à 32% sont un exemple à suivre.

 

Bonjour Lyl, bonjour tout le monde...

 

J'ai dans la tête depuis plus d'un an de réserver mon Newton 250 à f/D=6 exclusivement au planétaire PHOTOGRAPHIQUE.

Le miroir principal est en zérodur et le miroir plan est de 60 mm de petit axe soit 24% d'obstruction.

 

Je pensais réduire ce diamètre au minimum et placer un miroir plan de 40 mm.

 

Ce 40 mm doit convrir en pleine lumière le champ limité par la diffraction qui est dans mon cas  de 11 arcmin soit 4.8 mm

au foyer primaire. Je sacrifie (par obligation) le champ de pleine lumière de la lune de  0.5°.

 

Puis une barlow genre FFC pour la photographie......

 

Maintenant si pour un usage photographique c'est déjà bon à 32% d'obstruction, je  reste avec mon secondaire de 60mm.

 

Pouvez-vous confirmer qu'il n'y a pas  d'intérêt à avoir une obstruction de 16 à 18% pour le planétaire photographique? Merci

 

 

T250 planétaire.jpg

Edited by Marc S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Almak et tous,

 

Il y a 2 heures, almak a dit :

La faible obstruction pour un dédié planétaire semble avoir ses adeptes

 

Oui quand on raisonne à diamètre constant, l'obstruction a sa part à jouer dans le contraste et c'est normal qu'on cherche à la réduire. Mais si on s'autorise à augmenter le diamètre alors l'argument de l'obstruction n'est plus prépondérant. Pour une même qualité optique et sans considérer les soucis de mise en T°, l'instrument le plus spécialisé en planétaire visuel c'est le plus gros :) et pas celui qui a la plus petite obstruction.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, fred-burgeot a dit :

l'instrument le plus spécialisé en planétaire visuel c'est le plus gros :) et pas celui qui a la plus petite obstruction.

 

Et entre un gros beaucoup obstrué et un gros faible obstruction on ne voit pas de différence ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By FroggySeven
      Je n'arrive pas à comprendre le schéma. Comment peut-on séparer l'image en deux en utilisant un prisme comme deux miroirs très rapprochés, alors que le faisceau ne semble pas collimaté à l'infini à ce niveau.
      Ou alors, si, il est bien collimaté à l'infini ?
      C'est moi qui comprend mal le schéma ?
       
      Question subsidiaire : ça fonctionne toujours comme cela les binos;
      avec un prisme qui "coupe" le faisceau image ?
       
      D'avance merci pour votre aide
       
       

    • By Arnaud T60
      Bonjour à tous
       
      je souhaite remplacer mon miroir secondaire sur mon tube Geoptik Formula 25. A première vue celui en place est collé . Quelle type de colle pour le nouveau serait il judicieux d'utiliser pour fixer le nouveau ??
       
      D'avance merci
      Arnaud
    • By CPI-Z
      Convertir une image front-d'onde en PSF est peut-être un sujet qui peut intéresser certains.
      WinRoddier, DFTFringe, Aberrator ... donne directement la PSF en fonction d'un front-d'onde donné. Mais comment cette PSF est construite ?
       
      Vous avez certainement déjà vu ce post où l'on voit l'influence de l'obstruction sur la tache de diffraction (PSF)
      http://www.astrosurf.com/viladrich/astro/instrument/sensitivity/spider-diffraction.htm
       
      En fin de page de ce lien vous trouverez la phrase :
      "The previous images were calculated with Iris software using the formula" : PSF = [ Module FFT (Aperture) ]^2
      Autrement dit, le module au carré de la transformée de Fourier de l'image de la pupille donne la PSF, c'est utiliser pour retrouver l'impact des obstructions des miroirs secondaires, araignée ...
       
      Alors j'ai fais le test avec IRIS (<fftd) et effectivement cela fonctionne

       
      J'ai voulu utiliser la même méthode pour un front déformé et comme WinRoddier permet de faire des simulations je suis parti d'une coma pure car la PSF est bien déformée (voir la capture d'écran WinRoddier plus loin).
      En utilisant la transformation de Fourier d'IRIS en appliquant directement la commande  <fftd sur l'image front-d'onde ci-dessous, voici ce que j'obtiens

      On est très loin du résultat escompté produit par WinRoddier et l'image ne ressemble pas à celle d'une coma.
      Je peux donc dire que dans ces conditions avec IRIS la formule PSF = [ Module FFT (Aperture) ]^2   ne fonctionne pas pour un front-d'onde déformé , sait à dire lorsque tous les points de la surface d'onde ne sont pas en phase, comme au travers d'une optique imparfaite ou via les turbulences atmosphériques ...
      La notion de phase ou de différence de marche optique manque dans cette application FFT directe de l'image.
       
      Dans la littérature j'ai trouvé des formules comme celles-ci

       
      ainsi que des tableaux comme cela qui résume les transformation

       
      Ayant fait plusieurs essais sans résultat et ne sortant pas de sup-optique pour interpréter ces formules j'étais bloqué.
      J'ai alors contacté plusieurs personnes dont l'observatoire de Nice et celui de Paris.
      Nice m'a renvoyé vers 2 astro-amateurs réputés, mais au final le résultat n'était pas au RDV.
      L'observatoire de Paris m'a répondu en la personne de Monsieur Anthony Boccaletti qui avec patience et courtoisie m'a bien aidé. Je ne peux donc que le remercié une nouvelle fois ici.
       
      En fait quand on sait c'est relativement simple.
      Voici l'exemple, j'ai choisie un front déformé de coma pure car la PSF résultat est bien dissymétrique comme dans le cas général des tavelures mais en plus simple.
      WinRoddier permet de faire des simulations

      L'image du front d'une coma pure sera toujours la même, ce qui change sera l'amplitude de la déformée, son PTV, ici il est de 848 nm pour la longueur d'onde de 490nm et le terme Z8(3,-1) est de 150nm
      848 / 490 = 1.73 donc le PTV exprimé en rapport d'onde est de 1.73
      La différence de marche optique (ddm) entre le point le plus en avance et le point le plus en retard est de 1.73 onde
      Voici l'image front-d'onde :  
      Avec IRIS on peut soustraire la constante correspondant au fond de l'image, le fond devient 0 (zéro), ainsi les pixels positifs on une ddm en avance de marche et les pixels négatifs sont en retard de marche.
      donc le ddm d'un pixel de l'image par la règle de trois est :  
      ddm = valeur pixel * 1.73 / 251
      La phase s'écrit    phi = valeur pixel * 2 * pi * 1.73 / 251
      L'image phi est alors proportionnelle à l'image ddm et celle de départ.
       
      L'image pupille est simplement remplie de 1 dans la pupille et de 0 hors de la pupille :  
       
      Iris permet de transformer une image en tableau avec la commande < export_asc [nom] qui produit le fichier nom.asc
      Il s'ouvre avec l'éditeur de texte et se rentre facilement dans un outil type tableur excel
      Il y a 3 colonnes, les 2 coordonnées des pixels et sa valeur,  (x , y, valeur), on peut ainsi faire les calculs nécessaires et recréer l'image résultat. La commande < import_asc [nom] dans IRIS
      Ainsi l'image phi est la même que l'image d'entrée (proportionnelle), sauf qu'au lieu d'avoir un PTV en pixel de 251, le nouveau PTV en pixel va de -5.43 à +5.43 pour cet exemple
       
      La formule de la littérature peut s'écrire    PSF = | FFT ( A*exp( i phi)) |²   ou A est la fonction pupille. Le | |² correspond au module de la FFT au carré ce qui confirme la formule de départ lorsque le front est plan (phi = 0), sans ddm
      Mais qu'en est-il du exp( i phi)
      i c'est le nombre complexe imaginaire tel que i² = -1
      et exp( i phi) = cos(phi) + i*sin(phi)
      Dans le tableur il suffit de calculer en fonction de la valeur de la colonne phi, une colonne cos(phi) et une autre sin(phi). toutes les valeurs seront alors comprises entre -1 et 1
      Et comme les valeurs pixels ne peuvent être que des nombre entier il faut les multiplier par une constante par exemple 30000 pour remplir la plage d'IRIS 16 bits (32767 max)
      On peut ainsi créer les images cos(phi) et sin(phi)
      cos(phi)              et sin(phi)
      cos(phi)_30000.fit   et   sin(phi)_30000.fit
       
      Détail qui a son importante :
      sin(0) = 0 donc le fond reste à zéro
      cos(0) = 1 donc tous les points du fond qui étaient à zéro passent à 1. Et  multiplier par 30000 ils passent à 30000. Il faut alors multiplier cette image cos par l’image pupille (constituée de pixels 0 et 1), multiplier par 0 pour retrouver le fond à zéro, le reste est multiplier par 1 pour que l’image cos reste inchangées dans la zone pupille.
       
      Je fait simplement remarquer ici qu’une FFT est indépendante de l’intensité des pixels dans la mesure où les 2 images de même format sont proportionnelle en intensité.
      Mais que faire de ces 2 images ? On en cherche qu'une la PSF !
      De plus le module d'une FFT donne toujours une image symétrique alors qu'une PSF dans le cas général pour un front non plan est dissymétrique (exemple la PSF de la coma pure)
      Il reste que la solution de faire une FFT-1 la fonction inverse de la FFT qui à partir de 2 images l'une réel ou de fréquence, l'autre imaginaire ou de phase, donne une image résultat unique.
      Il est précisé également que le fond à zéro doit être agrandi au minimum à un format couvrant 2 fois le diamètre de la pupille (< padding dans IRIS)
      Et il faut que les images soit centrer pour une FFT-1   (fonction ffti dans IRIS)
       
      Au final voici ce que l'on obtient avec les 2 images au 2048 x 2048 :
       
      Capture d'écran dans ImageJ :

       
      On retrouve donc bien la PSF recherchée .
       
      En fait la formule de départ dans la littérature pour des novices comme moi aurait pu s'écrire
      L'image PSF est la transformée de Fourier inverse mise au carré, du couple d'images ( A*cos(phi) , sin(phi)) où phi est la phase en chaque point de l'image front-d'onde et A l'image pupille (0,1)         PSF = [ FFT-1[ A*cos(phi) , sin(phi)] ]²
       
      CPI-Z
       
       
    • By LE ROUX
      bonjour à tous,
      je suis en cours d'acquisition d'une monture eq6r -pro goto sky watcher dernière génération pour y monter mon tube lx200 1et 0" de f=2500mm (provient de ma  monture meade lx200acf maintenant trop lourde pour moi) ,et en vue de me mettre a l' astrophoto, j 'ai besoin d'avis pour choisir le type de guidage adapté a cette focale, lunette guide(mais poids et champ?...ou diviseur optique celestron( mais difficulté à trouver une étoile guide..) ou autres solutions.
      merci
    • By Daniel Malaise
      Bonne nouvelle ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous avons retrouvé « notre » photomètre !
       
      Il y a quelques semaines, mon fils avait pris contact avec l’Observatoire d’Ondřejov pour leur demander s’ils pouvaient par hasard remettre la main sur le spectrophotomètre quelque part dans leur grenier ou leur cave…
       
      Et ils l’ont retrouvé ! Nous avons d’ailleurs reçu une réponse fort aimable et sommes très reconnaissants! Nous nous rendrons en Tchéquie dès que la situation sanitaire le permettra, pour ramener cette « relique » dans nos archives
       
      Vous pouvez suivre cette aventure et d'autres sujets sur mon blog d'astronomie.
       
      Profitez de la vie et restez en contact !
       
      Daniel Malaise, Dr Sc
      Science lovers blog

  • Upcoming Events