Messages recommandés

Le 10/11/2017 à 14:47, lyl a dit :

Je mets ma pierre dans la discussion : un des plus célèbres engins construits pour le planétaire dans le milieu amateur depuis 20ans.

Sacrée brochette de personnes autour.

C'est clair qu'elle tient pas sur mon balcon celle là. :P

TomRoland.jpgTheBoys1.jpg

203LensData.jpg

 

 

 

 

Le meilleur engin en planétaire actuellement et depuis un moment, c'est le 1m du Pic du Midi. Les clichés qu'ils sortent à chaque saison sont époustouflants. Parce que rien ne vaut plus que le diamètre et l'absence de chromatisme pour les détails planétaires. Et on ne peut pas parler de sensibilité à la turbulence, je doute que les cellules de cohérence même au Pic fassent un mètre de diamètre. Les images dans une lunette sont jolies, mais les détails seront dans le newton  de plus grand diamètre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

u

Il y a 11 heures, Jean-Noel a dit :

 

Bonsoir Stanislas,

 

Merci pour ces références que je n'avais pas consultées depuis longtemps. Comme je le disais, dans ma première réponse, je suis allé revoir tous cela et les éléments déjà exposés sur d'autres sources d'informations. Je n'ai pas encore relu "Lunette et télescope" d'André Danjon et André Couder, le C.T.A. de Jean Texereau ni la "Conception et Construction de télescopes et Astrographes amateurs" sous la direction de Charle Rydel", ouvrages dans lesquel, je trouverais peut-être d'autres réponses. Il ne semble pas que l'atelier d'optique de la Société Astronomique de France par des effets liés à l'obstruction, je devrais peut-être mieux chercher. Voici mes remarques après lecture.

 

 

L’importance des autres facteurs comme l’impact de la qualité optique globale, sensibilité à la collimation, effets thermiques et dispersion de la lumière après réflexions multiples ne fait aucun doute et les effets sont certainement plus déstructeur de contraste que l'obstruction. L'expérience de l’observateur a également sont importance bien sûr. La mécanique de l'instrument doit également suivre.

 

 

Jean Texereau recommandait pourtant un télescope Newton ou Cassegrain de 500 à 800 mm d’ouverture, avec une obturation centrale aussi faible que possible, qui serait pourvu d’un verre de fermeture. Tu as toi même considéré l'importance de l'obstruction par cette citation : "Une petite règle empitique qui donne bien en visuel, à considérer le D-d pour le contraste c'est celui-la qui est le bon et avec optique moyenne inutile de pousser au-dela de (D-d)x2 ou x2.5, soit pour un sct de 200mm 270 à 330."

 

 

Glubs !  O.o

 

 

1 ) Vladimir Sacek (telescope-optics.net)

 

Merci de m'avoir rappelé cette excellente page. J’ai relu le chapitre 7 "LES EFFETS DE L'OBSTRUCTION DE L'OUVERTURE" dans lequel il est expliqué que "toute obstruction placée dans le trajet de la lumière d'un système d'imagerie empêche les ondes provenant d'une partie du front d'onde d'atteindre la zone focale. La conséquence est le changement de la contribution de l'onde à chaque point du diagramme de diffraction." Le changement de la distribution de l'onde à chaque point du diagramme de diffraction n’a t’il selon toi aucun impact sur la perception des petits détails peu contrastés ? je parle ici des ½ tons planétaires reliés au modèle MTF sinusoïdal et non au modèle MTF carré.

image.png.13b812e50cd1de9cb3467cdb11e2f1b3.png

Vladimir Sacek a écrit "L'effet est similaire à celui des aberrations du front d'onde en ce sens qu'il modifie la distribution d'intensité du motif", "et du contenu énergétique du disque d'Airy - d'un facteur (1- ο²)²". ok...

image.png.14307e7d7dd1ef9374ea702fee206cdc.png

cela se traduit par le tableau ci-dessous :

image.png.9aa98decdaddc33cc18ae477058bbf72.png

  et son impact :

image.png.c8ee7b55dfee067d539a184f1ce34dfc.png

 

On observe bien ici, un transfert d’énergie entre le disque d'Airy et le 1er anneau de diffraction. Le 2ème anneau de diffraction commence à bien être impacté à 0,5D d’obstruction. Cela ne devrait provoquer une dégradation assez notable de la fonction d’étalement PSF à la moindre turbulence, donc une plus grande sensibilité à l’agitation atmosphérique non ?

 

L'Article de Vladimir Sacek poursuit "Comme l'indiquent les graphiques ci-dessus, la plus grande partie de l'énergie perdue vers les maxima centraux est transférée au premier anneau brillant avec des obstructions de 0,4 D et moins, tandis que des obstructions plus grandes éclairent également le deuxième anneau lumineux." Je me pose également la question sur la visibilité d’un détail peu contrasté situé sur le premier anneau de diffraction comme Sirius B ou Procyon B perçu au T520 chez Michel Walbaum en 1975.

 

"La similarité s'étend à la chute de contraste pour la gamme de fréquences spatiales inférieure à ~ 0,5 (approximativement, côté gauche du graphique MTF ), qui est la gamme de détails résolvables à faible contraste" et  "résultant du CO est comparable au rapport de Strehl pour les aberrations du front d'onde par rapport à l'effet sur le contraste et la résolution". C’est intéressant quant on sait que un front d’onde) L/4 descend le Strehl à 0,8 et provoque une baisse de contraste bien perceptible par rapport au critère de Rayleigh.

 

image.png.b97e5015a52c6102d75a725c691ea08e.png 


La courbe ci-dessous montre l’équivalence de l’impact au modèle MTF entre une obstruction à 32.5% un front d’onde à 0.25L.

 

image.png.a417b29c1d20124b159ad342f748a4ca.png

 

Hors, il s’avère qu’une optique à L/4 PTV n’est qu’à 62% de l’efficacité d’une optique parfaite dans la distinction de ces contrastes. (voir http://airylab.fr/critere-de-francon/).

 

Vladimir Sacek finit par "l'effet global sur le transfert de contraste est similaire, avec probablement la différence la plus significative étant que la résolution à faible contraste est quelque peu réduite pour le modèle MTF sinusoïdal standard (https://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/frequence-spatiale/), mais pas pour le modèle à onde carrée.", cela me paraît évident à la détection de la division de Encke qui est à positionner dans la mire de traits à contour nets (Square wave MTF).  On parle ici des 1/2 tons planétaires et je ne lis aucunement dans les lignes de Vladimir Sacek, que l'obstruction sur les petits détails peu contrastés n'a pas d'effet. Ci-dessous l'impact sur les demi-tons planétaires selon le modèle MTF sinusoïdal standard.

 

image.png.41c74e63acad53c494a28e08b7c6852d.png

 

 

 

2) Star Testing Astronomical Telescopes de Harold Richard Suiter

 

image.png.e468d32a9f84d0eac12ec6bccc0c4bab.png

 

Page 156  Chapter 9. Obstruction and Shading : "These curves demonstrate that a little breathing room is available between 20% and 25% of the  perture. The negative effects of central obstruction have begun to show them selves, but they are saving their full fury for obstructions beyond 30%. Any aperture that is 25% obstructed can be very good, and telescopes  hat block 20% of the diameter can be excellent." Je ne lis toujours pas que l'obstruction sur les petits détails peu contrastés n'a pas d'effet mais simplement qu’une ouverture obstruée à 25% peut être très bonne, et les télescopes qui bloquent 20% du diamètre peuvent être excellents. Les termes « excellent » et « very good », utilisés par Harold Richard Suiter semblent suggérer une différence visible entre deux instruments obstrués à 20% et 25%.

 

 

Je ne dispose malheureusement pas de cet ouvrage. Mais j’ai par contre relu d’autres commentaires qui pourront peut-être paraître utiles comme ceux de :

 

3) Airylab

 

Airylab explique : "La seconde conséquence est d’entraîner une diffraction supplémentaire qui va transférer une partie de l’énergie lumineuse du pic central vers les anneaux de diffraction, et notamment le premier. Le pic central dépend de l’obstruction selon la formule approchée I'obstruction = (1-ο²)² . " et, "Cette redistribution va logiquement impacter le contraste de l’instrument et cela sera visible sur la partie gauche de la MTF. Cette redistribution de l’énergie sur les anneaux est comparable à une aberration sphérique qui a un effet similaire sur la réponse impulsionnelle d’un instrument. Ainsi une obstruction de 32% a le même effet qu’une aberration sphérique de troisième ordre L/4 PTV."

 

4) Damain Peach

 

Damain Peach explique dans cette page "Trois graphes MTF montrant comment, plus l'obstruction est grande, plus les performances sont dégradées dans les moyennes et basses fréquences (comme les détails des nuages joviens). Au niveau du détail fin élevé (comme les divisions de Saturne), la performance du télescope obstrué est légèrement supérieure à une ouverture non obstruée. Les obstructions supérieures à environ 35% se dégradent à la fréquence moyenne et basse jusqu'à un niveau non acceptable dans l'imagerie planétaire."

 

image.png.2b36064f9a5e24f920aa4a2531f56c58.png

 

 

5 ) J'ai relu deux discussions intéressantes sur le sujet :

obstruction scope > 50% = - cher + top !        

Rapport de strehl et obstruction

 

 

Mes tests et observations, effectués depuis 1970 avec plus de 60 instruments, sont assez en accord avec l'ensemble des constats ci-dessus.

 

 

 

Tu parles peut-être de celle-ci, je lirai cette étude avec intérêt.

J'aime beaucoup ta série de dessins sur l'alpo jpn. Jean Dragesco écrivait, dans la revue Pulsar n°690 de Mai-JUIN 1992, que "Dans un bois sombre je ne pourrais différencier des détails peu contrastés sous tendant 3 minutes d'arc". Comment opères-tu pour obtenir des détails planétaires sur Uranus avec un C8  et Neptune au MC180 ? C'est très impressionnant et bien meilleur que les résultats obtenus au T520 F/D 6. 

 

image.png.d7bb01467d3a34ab3fcbb6ac3234b391.png

 

Here is the observation of Neptune with the MC180 under good images in spite of the planet elevation. Notes are given on the sketch.

image.png.cd6b4e6f8e12f7c96357af6a6f8ea4dc.png

 

 

Merci de m'avoir lu.

Jean-Noël

 

 

 

 

Beaucoup de travail, lecture et reflexion dans ce post.

Je vous propose quelque liens après pour poursuivre.

Je pense que vous êtes convaincu que dans ces courbes FTM le LCB n'est que conventionnel pour construire une réflexion.

Ce n'est aussi qu'un raccourci.

Dans les années 70-80, des professionnels de l'observation planétaire avaient étudié cette capacité de l'oeil  en termes de résolution.

C'est repris dans ce qui suit

http://alpo-j.asahikawa-med.ac.jp/kk14/u140304rp1.pdf

Il y a ce faisceau de courbes qui donne le contraste accessible en fonction des objets observés compte tenu de leur clarté surfacique et leur taille

Chapman et Cruikshank l'ont établi à partir d'une population de personnes communes.

C'est autre chose que ce LCB conventionnel.

A titre perso il est nécessaire de pouvoir se placer par rapport à ces courbes à titre de capacité perso: des tests en labo le permettent.

Ensuite une capabilité sur le papier doit être confrontée à une situation en vraie grandeur cad à des tests simulant une réalité. Cela a été des tests sur cibles placées à grande distance.

Ce n'est pas une idée perso, mais celle reprise de pratiques effectuées par Pickering en son temps, tant l'observation de Mars apportait des controverses.

Uranus aussi aujourd'hui et il est heureux qu'il n'y ait pas sur la période de publication pro sur ce sujet. Faut se "mouiller" un peu.

Ce style d'évaluation intègre aussi l'effet de la turbulence qui y est présente.

 

Ensuite, ce lien

http://www.cloudynights.com/page/articles/cat/user-reviews/findings-on-a-home-built-refractor-with-a-150mm-f10-achromat-doublet-from-istar-r2378

qui est une évaluation d'une ouverture de 150 placée dans un site moyen.

Il y aces courbes FTM couleurs qui donnent pour 3 ouvertures parfaites, et 3 niveaux de turbulence, la réponse en contraste au travers de FTM.

Courbes du site de W.Sacek qui résument au final le comportement d'un diamètre dans une situation.

On pourra s'amuser à combiner obstruction, précision optique, etc... pour n'y voir au global peu de transfert en contrastes et l'influence +/- forte de paramètres.

La précision optique est le plus influent.

150 peuvent faire aussi bien que 300 et parfois mieux que 600.

Ce ne sont que des prévisions et cela fait aussi réfléchir sur l'opportunité d'investir dans un design qui apporte assez peu en considérant un usage très fréquent comme le suivi planétaire.

Quand on a toutes ces notions quantifiées avec des chiffres et le moyen de les combiner, c'est tranché au final.

Alors,

le book de de Suiter est tjs en librairie

le book de Rutten et Van venrooij aussi

le Chapman et Cruikhank est accessible au Arkansas sky observatory, entre autres. Je l'ai trouvé en 80 aux us.

 

Désolé Lyl mais il fallait une réponse ici.

Je clos.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas de soucis stanislas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juste un petite aparté à Stanislas.

Le rapport d’opposition d’Uranus 2013-2014 répond à une partie de mon interrogation sur l’adéquation entre la visibilité des demi-tons planétaires de Neptune/Uranus et le constat de Jean Dragesco sur la visibilité des détails peu contrastés en milieux sombre. Je reste cependant en désaccord (après tests factuels) sur l’affirmation qu’une lunette de 150mm, si bonne soit-elle, puisse faire aussi bien qu'un 300 mm et parfois mieux qu'un 600mm (sauf si ce sont des culs de bouteilles). Désolé Lyl d’avoir de nouveau pollué ton beau post. :|

Je clos également.:)

Jean-Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Absolument rien d'étonnant dans la comparaison de la lunette 232 et du dobson 300, à partir du moment ou vous titiller les 1xD ou plus, surtout Nagler en main...

Pour ma part avec un tel tromblon à f/12, j'aurais laissé le Nagler de côté et tenté sans hésiter un mono, un ortho Abbe voire même un plossl Clave 9-10mm ou moins si le ciel était content. Faudra qu'on ouvre un post à part un de ces 4 sur les combinaisons optimales d'oculaires et d'instruments. (Je préjuge de rien, je connais juste le Nagler 31 et le RKE 15 en champ profond)

Modifié par lyl

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Maïcé a dit :

mais les détails seront dans le newton  de plus grand diamètre.

Bonjour Maïcé,

 

Je pense que tu voulais dire le Cassegrain de plus grand diamètre et non le Newton !

 

En effet, ce n'est pas pour rien que la formule Ritchey Chrétien est la formule optique plébiscitée par les astros pro !

 

bon ciel à toi

 

Frank

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, FRANKASTRO64 a dit :

Ritchey Chrétien est la formule optique plébiscitée par les astros pro !

Pour le planétaire ? Je ne pense pas.

Hubble reste une exception de RC (choisi je pense pour des raisons de température dans l'espace) à f/D=24 et à obstruction faible (12,5%)

Si t'en vois d'autres comme ça, tu peux les citer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, lyl a dit :

Si t'en vois d'autres comme ça, tu peux les citer.

 

Bsr Lyl,

 

Suite à ta demande, les télescopes ci-dessous ne sont-ils pas des Ritchey Chrétien :

  • Les deux télescopes de 10 m de l'observatoire Keck
  • Les quatre télescopes de 8,2 m du Very Large Telescope au Chili
  • Les deux télescopes de 8 m de l'observatoire Gemini
  • Le Gran Telescopio Canarias de 10,4 m à l'observatoire du Roque de los Muchachos
  • Le télescope Subaru de 8,2 m à l'observatoire du Mauna Kea
  • Le télescope spatial Hubble de 2,4 m actuellement en orbite autour de la Terre
  • Le télescope spatial Herschel infrarouge de 3,5 m
  • le télescope T106RC de l'observatoire de PUIMICHEL (04) http://puimichel.obs.free.fr/puimichel-t1m.htm

Si tu le souhaites, je pourrai demander un listing plus complet à mon collègue de la commission Instruments de la SAF : fais le moi savoir !

 

bien à toi

Frank

Modifié par FRANKASTRO64

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce sont des RC ... non dédiés à du planétaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir lyl

 

pour en revenir à ton choix de départ, je pense que l'avantage est l'ouverture et la possibilité de monter des 2", l'inconvenient par rapport à un mak 127 l'obstruction peut-être, et une legére perte en diamètre.

J'ai un mak 127 celestron, j'ai de la chance, pas de shifting, en Cp il m'a surpris plus d'une fois !! sincèrement !!

je l'ai acheté pour les vacances,  il est très exploitable pour de nombreux objets, et le piqué est excellent !

 

bien à toi

 

fred:)

 

 

Modifié par fredo38

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 21 minutes, lyl a dit :

Ce sont des RC ... non dédiés à du planétaire.

 Re-Bsr,

 

Quels sont alors les télescopes pro dédiés au planétaire ?en fait, la question devrait plutôt être : existe-t-il des télescopes pro dédiés au Planétaire ?

 

car il me semble que les télescopes cités dans mon post vont aussi du planétaire même si je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il fasse plus de CP !

 

en effet, tu trouveras ci-dessous les liens pour des images planétaires pro faites par ces RC pro :

Donc, selon moi, l'on ne peut pas dire que les RC pro ne font pas de planétaire !

 

Bien à toi

Frank

 

Modifié par FRANKASTRO64
exemples d'images planétaires faites par des RC pro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le T1M a été crée sous financement NASA pour la cartographie préliminaire de la Lune pour la mission Apollo

Pas équipé pour les même images.

VLT :

eso0204a.jpg

Hubble : Cassini projet

image_4331-Saturns-Rings.jpg

T1M : cet été

s2017_06_11picdp.jpg

 

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OUUFFFF !!!!!

effectivement !! ça c'est du planétaire !:)

 

fred !

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, lyl a dit :

Le T1M a été crée sous financement NASA pour la cartographie préliminaire de la Lune pour la mission Apollo

Pas équipé pour les même images.

 

Donc, il s'agit bien de Cassegrains qui ont pris ces photos et pas des Newtons ! le T1M en est un bel exemple, non?

 

Merci de ces belles photos ! Lyl !

 

good night

 

frank

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, fredo38 a dit :

 

OUUFFFF !!!!!

effectivement !! ça c'est du planétaire !:)

 

 

Bsrr Fredo,

 

Si tu veux en voir plus sur du planétaire pro : suit les liens de mon avant-dernier post !

 

Bon Ciel à toi

Frank

  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, FRANKASTRO64 a dit :

voir plus sur du planétaire pro

 

Je pense quand même que Frank n'a pas tout à fais tord, Ritchey Chrétien est une bonne combinaison pour le planétaire. Cela dit il ne vaudra pas une bonne lunette à diamètre égale :)

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, capt flam a dit :

Cela dit il ne vaudra pas une bonne lunette à diamètre égale :)

 

Merci Capt Flam,

 

Tu viens de me donner une idée :

a la prochaine réunion de mon club astro breton, je leur proposerai que l'on fasse un match planétaire entre mon futur RC 203 et une Apo Triplet  de 200mm dans les mêmes conditions d'observations, même si mon spot astro basque des vacances est plus propice à ce genre de comparaison car pas de PL et à 1.600m!

 

Bon Ciel à toi

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Jean-Noel a dit :

Je reste cependant en désaccord (après tests factuels) sur l’affirmation qu’une lunette de 150mm, si bonne soit-elle, puisse faire aussi bien qu'un 300 mm et parfois mieux qu'un 600mm (sauf si ce sont des culs de bouteilles).

 

Cela me semble une évidence à moi aussi !

Même si, dans l'absolu, le contraste maximal d'un réfracteur "plait" à l'observation, l'observation visuelle étant flattée par le contraste. Mais passé cet instant, la résolution est et restera celle d'un instrument de diamètre modeste semblable à n'importe quelle résolution de diamètre semblable.

 

J'avais lu, ici même, un rapport FTM non normalisé, bien plus apte à rendre compte de ce que l'on voit réellement (typiquement L150 vs SC200). Là les courbes ne sont plus du tout les mêmes et on voit que l'obstruction, si on lui ajoute un tant soit peu de diamètre, l'emporte toujours. Après je conviens qu'une lunette de 150 c'est un beau bébé, un peu long pour la balade, un peu (euphémisme en APO/ED/FL) cher ... mais beau quand même.

Un C5 ou un mak, c'est pas si beau mais c'est aussi beaucoup moins cher, plus compact, plus léger, et nettement plus évolutif (surtout le C5).

Allez, je remet une pièce : Pour de la balade, et si la compacité n'est pas un problème, un petit dobson de 200/F5 ou F/4 sera quand même supérieur à n'importe quel réfracteur de 150 ! Et si on cherche de l'évolutivité, il faudrait mieux partir sur un instrument avec sa monture EQ et le "dobsoniser" pour l'emporter presque partout. La monture servira bien un jour pour de la photo.

 

Marc

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, patry a dit :

 

Allez, je remet une pièce : Pour de la balade, et si la compacité n'est pas un problème, un petit dobson de 200/F5 ou F/4 sera quand même supérieur à n'importe quel réfracteur de 150 !

 

Salut

On va pas relancer le débat apo contre réflecteur (quoique...) mais si je dois chosir pour une observations planétaire dans une star party entre un dobson 200/f5 ou f/4 (pire!) et une apo de 150,  je choisis l'apo (et je devrai faire la file! ;) ).

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, mais un dob de 200 c'est abordable alors que la lunette coute la peau . . . :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Jean-Noel a dit :

Juste un petite aparté à Stanislas.

Le rapport d’opposition d’Uranus 2013-2014 répond à une partie de mon interrogation sur l’adéquation entre la visibilité des demi-tons planétaires de Neptune/Uranus et le constat de Jean Dragesco sur la visibilité des détails peu contrastés en milieux sombre. Je reste cependant en désaccord (après tests factuels) sur l’affirmation qu’une lunette de 150mm, si bonne soit-elle, puisse faire aussi bien qu'un 300 mm et parfois mieux qu'un 600mm (sauf si ce sont des culs de bouteilles). Désolé Lyl d’avoir de nouveau pollué ton beau post. :|

Je clos également.:)

Jean-Noël

Pas besoin de culs de bouteille pour ces comparatifs.

Il suffit d'une bonne 150 style L/6+ (pas le résultat de tets interféro souvent optimisé) et de diamètre supérieur avec L/4 +/-(trouvé le + souvent sur le market) dès que le seeing va au-delà de 2", plus que souvent le cas dans la bouillie du ciel parisien.

J'ai connu Dragesco et ses constats perso en 80...

La démarche de tests donnés pour ces capacités de vision ne vaut que sur un point, la convergence entre l'estimation sur le papier et ces tests en vraie situation, tests de vue perso en plus. Si ce n'était pas le cas c'est que quelque chose ne va quelque part.

 

Concernant les RC, les japonais les utilisent très souvent en planétaire, avec les obstructions que l'on connaît.

La dominante est que ce sont des tubes avec précision optique élevée.

Dans nos commentaires ici et là trop peu, amène la valeur de précision optique de tubes utilisés de sorte qu'une certaine légende persiste sur des modèles surévalués.

J'ai beaucoup observé avec un VC200L, 42% de CO ces planètes visuellement. Optique L/6, global.

Curieux de constater que le banding sur Vénus et Uranus apparaisse sur ces disques à l'oculaire, grossissements à l'optimum.

Ce n'est pas le plus approprié mais cela peut donner aussi valablement.

 

 

 

  • J'aime 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, babar001 a dit :

 

Salut

On va pas relancer le débat apo contre réflecteur (quoique...) mais si je dois chosir pour une observations planétaire dans une star party entre un dobson 200/f5 ou f/4 (pire!) et une apo de 150,  je choisis l'apo (et je devrai faire la file! ;) ).

 

 

Effectivement ce n'était pas le débat !

Simplement de trouver un instrument pour débuter (et progresser) entre 100 et 150mm. Il se trouve que dans cette plage on peut trouver des réfracteurs, mais de là a proposer une APO de 150 à un débutant je ne m'y risquerais pas.

Et de là a proposer une achro de 150 (histoire d'économiser 10~15k€ d'un coup) et de le trouver meilleure qu'un N200, là non plus je ne m'y risquerais pas.

 

Je plussoie stanislas (comme quoi ça arrive), comme quoi l'obstruction n'est qu'un défaut mineur qui finalement n'est gênant que dans des conditions d'observation particulières. Et évidemment, ce n'est pas un problème en photo car le post-traitement va permettre de retrouver le contraste perdu. N'est-ce pas là le rôle des ondelettes (et équivalent) ?

Il est bien plus important d'avoir un RMS au top qu'un peu d'obstruction d'après moi.

 

Marc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais lol, ouvrez des fils en dehors de celui-là si vous voulez vous crêpez le chignon mais pitié restez dans le sujet !

 

... Un C5 disponible présenté dans ce fil a changé de main : il va sans doute faire le bonheur du récipiendaire et un peu d'argent de poche pour le vendeur.

 

Sujet clos pour moi

 

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, patry a dit :

 

Il est bien plus important d'avoir un RMS au top qu'un peu d'obstruction d'après moi.

 

Marc

 

Oui mais comme l'obstruction agit  comme un défaut (je sais plus lequel , aberration de sphéricité???)  qui fait diminuer le RMS ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant