thierry91

Mauvaises nouvelles du Webb space telescope

Recommended Posts

Dernières nouvelles du programme : parait que pour une fois ça "avance " de façon satisfaisante, les tests sont positifs...

 

Je veux bien admettre un truc : si le JWST est un jour lancé, ce sera le plus bel objet jamais envoyé dans l'espace, à prix d'or (d'ailleurs il en est recouvert)

 

 

EIy_awDXYAAdjqi.jpg

EIzCJu_XsAASAoE.jpg

EIzEOyCWoAEmnD5.jpg

EIzGMUWXsAIeOHZ.jpg

EIzHpJ-WwAAE7z_.jpg

EIzJy-LWwAE45Wc.jpg

  • Like 4
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 14 heures, Yves BACHELET a dit :

C'est quand même une sacré pièce a envoyer là-haut.

 

Nan, nan, il est entièrement replié dans sa coiffe, au décollage, c'est juste un gros origami, ça va bien se passer, t'inquiète.

 

 

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 Pfffffffffff o.O>:(….. RAZ LE BOL!!!!!!!!!!! OUVREZ UN AUTRE FIL svp !!!!!!!!!!!!!!……………

 

Chaque fois que je vois ce fil s'afficher avec son titre déprimant.. j'ai une crise d'angoisse :| !!

  • Like 1
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, vaufrègesI3 a dit :

 Pfffffffffff o.O>:(….. RAZ LE BOL!!!!!!!!!!! OUVREZ UN AUTRE FIL svp !!!!!!!!!!!!!!……………

 

Chaque fois que je vois ce fil s'afficher avec son titre déprimant.. j'ai une crise d'angoisse :| !!

 

On changera de fil un jour si :

- l'engin est enfin lancé dans l'espace de notre vivant

- il arrive à se déployer correctement

- on constate pas qu'il est myope (remember HUBBLE)

 

Dans le n° 567 de C&E, Thomas Zurbuchen, n°2 de la NASA déclare :

 

"...En effet le JWST est une mission risquée. C'est même la plus risquée que j'ai jamais eu à gérer. Je dois avouer d'ailleurs que j'aurais préféré qu'elle se soit envolée avant que je prenne ce poste !  elle comporte 300 points d'échec différents, c'est-à-dire 300 étapes qui, si elles se passent mal, compromettent toute la mission. Rendez-vous compte : sur CURIOSITY, qui était hautement risquée, il n'y avait "que" 80 points d'échec. Angoissant n'est-ce pas ? Il nous reste encore des problèmes techniques à résoudre, et nous devons encore assembler le télescope avec son vaisseau et secouer le tout, mais dans l'ensemble la situation est plutôt bonne : le lancement est prévu pour le 21 mars 2021..."

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

xD hi hi hi

 

https://www.theverge.com/2020/1/28/21112504/nasa-james-webb-space-telescope-delay-gao-audit-march-2021

 

"...La sombre nouvelle est détaillée dans le dernier rapport du Government Accountability Office (GAO), qui effectue des vérifications des programmes gérés par le gouvernement fédéral. Le GAO, qui surveille le développement du télescope depuis des années, affirme qu'il n'y a que 12% de chances que l'agence atteigne son objectif de mars 2021, grâce à une analyse récente réalisée en octobre par ceux qui travaillent sur le programme. La NASA trouvera une nouvelle date au printemps de cette année, selon l'audit..."

  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/11/2019 à 00:05, jackbauer 2 a dit :

300 étapes qui, si elles se passent mal, compromettent toute la mission

 

Avec une proba de réussite de 0.995 pour chaque étape (ce qui ne me parait pas si mal) on est à 22% de chance de réussir les 300 étapes... (sauf erreur) Normal qu'ils retardent. Je n'aurais de cesse de passer la patate chaude à un successeur pour éviter les nuits blanches.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Finalement et bien malheureusement, neuf années après le lancement de ce fil et contrairement à ce que j'écrivais plus haut, son intitulé demeure encore justifié..

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/11/2019 à 00:05, jackbauer 2 a dit :

..En effet le JWST est une mission risquée. C'est même la plus risquée que j'ai jamais eu à gérer.

C'est un serpent de mer, mais il se murmure que dans les milieux autorisés on s'autorise à penser que en fait non, il y a un certain nombre de satellites militaires qui ont été lancés dans des configurations de type origami encore plus compliquées. Je ne sais pas à quel point c'est juste une rumeur savamment entretenue pour faire taire les pessimistes ou si c'est vraiment un fait qu'on a déjà fait plus compliqué, mais la seconde hypothèse ne me semble pas complètement exclue.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, jfleouf a dit :

Un petit time-lapse sympa sur les tests du James Webb:

 

Avec la bonne grosse musique derrière, on croirait voir la bande annonce du prochain Marvel.  ;) Ils sont incorrigibles ces ricains...

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Patrick Sogorb a dit :

Avec la bonne grosse musique derrière, on croirait voir la bande annonce du prochain Marvel.  ;) Ils sont incorrigibles ces ricains...

 

Je n'avais pas remarqué, j'avais le son coupé. Effectivement, ca fait vraiment bande annonce du prochain block buster :)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans ma boite il m'arrive de me servir de ponts roulants, je pensais en regardant la vidéo au pontier chargé de ça, vous imaginer le mec vautrant le bestiau à chai pas combien de milliards de dollars! :D

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intitulé du sujet, hélas toujours d'actualité et le JWST n'avait vraiment pas besoin de ça :(

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Bob,

 

Le cas du James Webb Space Telescope était justement évoqué dans le lien que j'ai donné dans le topic concernant Mars Rover 2020 (Perseverance). Mais alors que dans les nouvelles qui y étaient livrés hier,  un responsable de la NASA expliquait que la pandémie ne devrait pas impacter l'avancement des préparations de cet instrument très attendu, il semble qu'aujourd'hui ce ne soit plus d'actualité. La situation évolue tellement rapidement.

Cette interruption n'est  pas rédhibitoire car le lancement ne doit normalement intervenir que l'année prochaine mais surtout la NASA peut très bien le décaler de quelques mois sans effets majeurs sur le programme.

Cela ne serait naturellement pas trop la même chanson si ce type de contre-temps s'appliquait à "Persévérance" ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, JMBeraud a dit :

Quelques nouvelles sur ce post élu meilleur titre de l'histoire d'Astrouf:

 

On discutera de la qualité, de l'opportunité, de la légitimité, de la visionnarité du titre de ce post quand JWST observera le cosmos, dans quelques années…

 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais, bon : superbe, mais toujours sur Terre...

Pis faut qu'y z'arrêtent de se la péter les ricains, avec leur origami en béryllium doré : un seul grain de sable dans la jointure et leur machin part au tapis !

Y devraient attendre sagement la première lumière avant de nous la jouer space opéra, because s'il faut expédier un robot-nettoyeur en L2 pour sauver la mise, ça va couiner grave !

(I'm deeply desoled, but a little bit enerved by this long long long wait...)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Alain MOREAU a dit :

Ouais, bon : superbe, mais toujours sur Terre...

 

Alain… entre nous...… Je préfère te dire ça en MP,  pas dans le fil public JWST...…...

Mais au vu du retard du bazar, je commence vraiment à m'inquiéter, un, que forcément, le truc coince et marche pas, deux, qu'en 2024, par là, Monsieur Musc avec sa fusée géante, propose d'en mettre un de 8 mètres mais direct, sans ce pliage à la con...

Voilà………………..

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Alain MOREAU a dit :

un seul grain de sable dans la jointure et leur machin part au tapis

Bah c'est ptêt bien déjà fait: dans la vidéo à 47", on voit déjà en haut à gauche un joint qui est plus large que les autres!:(

Le gusse, il a laissé son mégot traîner... :D

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Simon Fabre a dit :

on voit déjà en haut à gauche un joint qui est plus large que les autres

Oui mais ça ce n'est qu'un effet de perspective, épi de toute façon on s'en presque fout (car plus on est de presque fous plus on rit :D) :

L'espacement par défaut entre les segments n'est pas hyper-critique, vu que toute la géométrie doit être ajustable une fois le télescope entièrement déployé dans l'espace ;

Par contre l'orientation relative des panneaux les uns par rapport aux autres, oui, car ensuite la latitude de réglage proposée par les hexapodes à 6 degrés de liberté sous chaque segment reste faible !

M'enfin, allez fouiner là-dedans en cliquant sur la vignette "miroir" si ce bidule vous intrigue : https://www.jwst.fr/

Ou directement là : http://jwst.fr/wp/?p=6

Et sur tout le reste si cette magnifique machine vous fait fantasmer (il y a de quoi !)

Le JWST sera le premier télescope spatial civil à géométrie contrôlée par optique active (voir ici p16 : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01347238/document)

Je vous mets ici le lien original plus technique de la Spie, dans la langue de Shakespeare : 

https://spie.org/news/3570-optical-alignment-of-james-webb-space-telescope-breaks-new-ground?SSO=1

En voici une traduction automatique corrigée et illustrée vite fait (il est 2h40 du mat' chez moi, ne m'en veuillez pas d'être expéditif ;)) sachant que l'instrumentation, sur cet article de 2011, est incomplète, puisqu'on est passé depuis de 4 à 7 instruments :

 

L'ALIGNEMENT OPTIQUE DU TÉLESCOPE SPATIAL JAMES WEBB INNOVE

Le prochain télescope phare de la NASA sera pré-aligné avant le lancement, mais sa grande taille exige qu'il soit replié dans la coiffe du lanceur puis réaligné sur l'orbite.

01 avril 2011, Joseph Howard et Raymond Ohl.

 

Le prochain grand observatoire spatial de la National Space and Aeronautics Administration (NASA) des États-Unis, le télescope spatial James Webb (JWST) (voir figure 1), explorera de nouvelles frontières en astronomie et en astrophysique. 
Ce nouveau télescope, successeur scientifique du télescope spatial Hubble vieillissant, est si grand qu'il doit être replié dans le carénage de la fusée pour le lancement, puis déplié et aligné en orbite. Un bon alignement optique est essentiel pour permettre une science révolutionnaire.

Les éléments fixes seront alignés avant le lancement et les éléments mobiles dans l'espace. Les composants mobiles comprennent les miroirs primaire et secondaire du télescope, ainsi que les mécanismes de mise au point des instruments scientifiques tels que les caméras. 
Les composants fixes comprennent l'optique arrière du télescope et le train optique interne des instruments scientifiques.

Le programme d'essai et de vérification au sol du JWST est conçu pour assurer un alignement optique final correct, et que les performances puissent être atteintes en orbite lors de la mise en service.

 

image.png.f30e36d1e5b37f4d89cd5b04d774ef10.png

Figure 1. Image conceptuelle du Télescope Spatial James Webb de la NASA en 2011 (JWST)

 

La conception optique du JWST est un anastigmat à trois miroirs avec quatre surfaces optiques d'intérêt : les miroirs segmentés primaire, secondaire, tertiaire et de pointage fin. Le miroir primaire est composé de 18 segments hexagonaux montés sur une structure en "fond de panier" qui sert d'ossature à l'observatoire. Chaque segment de miroir primaire s'étend sur environ 1,3 m de plat à plat, ce qui donne à l'observatoire une ouverture totale d'environ 6,6 m. Les miroirs primaire et secondaire sont tous deux déployés après le lancement, ce qui nécessite un alignement en orbite de l'observatoire. Le miroir secondaire est positionné par un hexapode autorisant un contrôle total du mouvement du corps rigide. Chacun des segments du miroir primaire est également monté sur un hexapode, avec un actionneur supplémentaire permettant d'ajuster le rayon de courbure afin qu'il corresponde aux autres segments. Le contrôle du miroir primaire qui en résulte comporte deux composantes : un mouvement d'alignement global, où le miroir primaire se déplace dans un mouvement de corps rigide commun dit monolithique, et un contrôle de figure segmenté où le miroir primaire peut se plier dans divers modes de basses fréquences spatiales.

Les deux commandes de miroir primaire et secondaire fournissent ainsi trois compensateurs fondamentaux pour aligner le JWST.

Les autres optiques du télescope comprennent des miroirs tertiaires fixes et des miroirs plats à orientation fine, qui fournissent une petite quantité de mouvement de bascule et d'inclinaison pour la stabilisation de l'image. Chacun est monté sur une structure appelée sous-système optique arrière (AOS), qui est à son tour fixée au fond du panier du miroir primaire. La lumière du télescope entre dans l'AOS par un déflecteur situé près de l'image interne qui se forme entre les miroirs secondaire et tertiaire. Un autre déflecteur se trouve à la pupille de sortie du télescope, près du miroir de guidage fin.

Lors de la mise en service en orbite, les miroirs primaires et secondaires mobiles sont alignés sur l'AM fixe et les instruments scientifiques.

Le module d'instruments scientifiques intégrés (ISIM) est également monté sur le fond du panier, au cœur duquel se trouve une structure (voir figure 2) qui contient les quatre (sept à présent) instruments scientifiques de la mission : la caméra proche infrarouge (NIRCam), le spectromètre proche infrarouge (NIRSpec) (voir figure 3), la caméra mi-infrarouge (MIRI) et le capteur de guidage fin/filtre ajustable (FGS/TFI). À l'exception de la caméra MIRI, chaque système optique possède un mécanisme de mise au point. La NIRCam peut également aligner sa pupille. Lors de l'intégration, les instruments scientifiques et l'ISIM sont chacun alignés en utilisant la photogrammétrie, ainsi que par d'autres méthodes pour positionner la surface de leurs objets sur une surface focale commune du télescope.

Leurs pupilles d'entrées sont alignées sur une pupille de sortie commune, près du miroir de guidage fin. 3, 4

Ces réglages fixes sont vérifiés dans des conditions de vol à l'aide d'un simulateur de télescope au Goddard Space Flight Center de la NASA.

 

image.png.1cb427a12d365a9a0436ce2255fd8d5b.png

Figure 2. La structure de mesure du banc optique composite du module d'instruments scientifiques intégrés en vol, juste avant la vérification de l'alignement cryogénique dans une chambre à vide du Goddard Space Flight Center (GSFC) de la NASA.

Une boîte contenant une caméra photogrammétrique se trouve juste au-dessus et à gauche de la tête du travailleur.

 

image.png.49dbb2da7f628777eacb1c6ac0507bad.png

Figure 3. Métrologie de l'alignement ambiant en cours sur l'unité d'essai technique du spectromètre proche infrarouge (au centre, à gauche) dans la grande salle blanche du GSFC de la NASA. L'ISIM est ensuite intégré dans le fond de panier du miroir primaire afin que la pupille commune et la surface focale soient correctement alignées sur la pupille et la surface focale présentées par l'AOS du télescope. Cet alignement fixe est également vérifié dans des conditions de vol lors d'un test au niveau de l'observatoire situé au Centre spatial Johnson de la NASA. Lors de ce test, les alignements des miroirs primaire et secondaire sont aussi vérifiés afin de s'assurer qu'ils ont une amplitude de mouvement suffisante pour réaliser l'alignement final en orbite.

Après ce test, les miroirs primaires et secondaires sont rangés pour le lancement afin de permettre l'intégration de l'observatoire sur son lanceur.

 

Le processus d'alignement en orbite pour la mise en service est rendu possible grâce à des méthodes de détection et de contrôle du front d'onde (WFSC), par la récupération de phase sur les données d'image de la fonction d'étalement du point de focalisation (PSF) prises par les instruments scientifiques.

Le processus d'alignement comprend des ajustements grossiers sur les segments du miroir primaire pour corriger les erreurs d'inclinaison de la pointe et d'alignement du piston, suivis d'ajustements fins pour mettre le miroir en phase afin qu'il forme une surface monolithique avec la figure souhaitée.

Le miroir secondaire et les mécanismes de mise au point des instruments sont également contrôlés, ce qui donne environ 140 degrés de liberté pour aligner le JWST. Après l'alignement initial, les données PSF sont prises à travers les champs d'observation dans le but d'assurer un alignement global correct du télescope pour tous les instruments. Ce processus WFSC est vérifié expérimentalement à l'aide d'un télescope à banc d'essai optique, à une échelle d'environ 1/6 du JWST (voir figure 4), ainsi que par une modélisation optique approfondie. 5

Des cas d'urgence ont également été traités, comme une erreur de figure du miroir primaire de type Hubble.

Ils n'ont montré qu'une dégradation marginale (et gracieuse) des performances optiques de l'observatoire. 6

 

image.png.7627581d063735b2a2c58e9b1e1ee9b3.png

Figure 4. Le télescope au banc d'essai du JWST utilisé pour les études d'alignement optique.
L'approche du JWST en matière d'alignement optique ouvre de nouvelles perspectives à la NASA, tant en termes de complexité que de vérification.

Ces méthodes seront probablement reproduites dans les futurs observatoires spatiaux de la NASA.

 

Joseph Howard, Raymond Ohl
National Aeronautics and Space Administration (NASA)
Centre de vol spatial Goddard
Greenbelt, MD


Joseph Howard a obtenu son doctorat en conception optique à l'Institut d'optique de l'Université de Rochester. Il est le concepteur optique principal du télescope spatial James Webb (JWST), le successeur du télescope spatial Hubble. Il siège au conseil d'administration de SPIE.

 

Raymond Ohl est le responsable de l'intégration optique et des essais du JWST, le module d'instruments scientifiques intégrés de la NASA. Il est chargé de cours en ingénierie à la Whiting School of Engineering de l'université Johns Hopkins, où il donne un cours d'optique. Il fait partie des comités de programme de SPIE pour les conférences "Cryogenic Optical Systems and Instruments" et "Optical System Alignment, Tolerancing and Verification". Il a été reconnu comme membre senior de SPIE en 2011.

 

Références :


1. http://www.jwst.nasa.gov/ Consulté le 14 mars 2011.
2. Brian McComas, Rich Rifelli, Allison Barto, Adam Contos, Tony Whitman, Conrad Wells, John Hagopian, Optical verification of the James Webb Space Telescope, Proc. SPIE 6271, pp. 62710A, 2006. doi:10.1117/12.672448
3. J. Hagopian, Optical alignment and test of the James Webb Space Telescope Integrated Science Instrument Module, IEEE Aerospace Conf, pp. 1-4244-0525-4/-07, 2007.
4. R. Ohl, Updates to the optical alignment and test plan for the James Webb Space Telescope Integrated Science Instrument Module, Proc. SPIE 7433, p. 743305, 2009. doi:10.1117/12.828584
5. Adam R. Contos, D. Scott Acton, Allison A. Barto, Laura A. Burns, James Contreras, Bruce Dean, Erin Elliott, Verification of the James Webb Space Telescope wavefront sensing and control system, Proc. SPIE 7010, pp. 70100S, 2008. doi:10.1117/12.786984
6. Joseph M. Howard, Lee D. Feinberg, Activités de modélisation optique pour le télescope spatial James Webb de la NASA : VI. compensation de la figure du miroir secondaire à l'aide des mouvements du segment du miroir primaire, Proc. SPIE 7436, p. 74360C, 2009. doi:10.1117/12.825420


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) puis rectifié et remis en pleine forme par ma pomme ;):D

 

Edited by Alain MOREAU
  • Like 2
  • Love 2
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Article fort intéressant

Une p'tite remarque tout de même, quand je lis :

 

Il y a 10 heures, Alain MOREAU a dit :

Le prochain grand observatoire spatial de la National Space and Aeronautics Administration (NASA) des États-Unis, le télescope spatial James Webb (JWST) (voir figure 1), explorera de nouvelles frontières en astronomie et en astrophysique. 

 

Mettre astronomie et astrophysique sur le même plan ne parait pas correct. L'astrophysique est une branche de l'astronomie au même titre que l'astrométrie, la mécanique céleste, etc... 

Bon ok, pas taper ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonsoir;

 

D'après ce que je lis l'astrophysique et l'astrométrie sont deux branches de l'astronomie, car sans la dernière il n'y aurait pas les deux premières.

 

Courage.

Edited by roul

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now