Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 04/24/23 in all areas

  1. 30 points
    Bonsoir, Aurore visible ce dimanche soir en France. Vue de chez moi (85) : Canon 5d MIV + Sigma Art 24/35 _MG_2675 by Frank TYRLIK, sur Flickr _MG_2664 by Frank TYRLIK, sur Flickr Mosaic_aurore_20230423 by Frank TYRLIK, sur Flickr _MG_2678 by Frank TYRLIK, sur Flickr Mosaic_aurore_20230423-2 by Frank TYRLIK, sur Flickr Frank
  2. 22 points
    Bonjour, Il y a plusieurs jours que j'avais repéré ce transit de la station devant le Soleil. Mais vu les prévisions météo, je n'y croyais guère. Même la veille, les prévisions étaient pessimistes. Le samedi matin, c'était couvert mais vers 10h00, le Soleil commence à être visible à travers les nuages. Suivant les sites météo, ils annoncent soit un ciel couvert à 90% ou pour d'autres, une éclaircie mais avec une présence de nuages et de ciel voilé... Sur l'image satellite, une trouée sans aucun nuage remontait du S-O. J'étais à la frontière. Je devenais confiant. Préparation rapide du transit, trouver un lieu car la bande de centralité passe à 3 km environ de chez moi. Je me trouve à limite Sud mais en dehors. Une fois le lieu trouvé, je prépare tout le matériel. Il est déjà 11h20, le temps de partir car le transit à lieu à 12h37. Après 15 mn de voiture, j'arrive sur le site et j'installe la monture et l'ETX 90 dessus. En attendant, je fais quelques films des deux taches solaires. Le ciel est complètement dégagé avec seulement de temps en temps, un petit nuage qui passe devant le Soleil pendant 2-3 minutes. A environ une minute avant le transit, le Soleil s'assombrit une nouvelle fois ! Je ne vois plus le Soleil sur l'écran du PC, image noire. Progressivement, la lumière réapparait. La fin du petit nuage défile sur l'écran. Je lance l'acquisition 10 secondes environ avant le passage. Le nuage a complètement terminé son occultation moins de 3 secondes avant le passage de l'ISS ! Ouf, c'est réussi, je la vois passé à l'écran ! Du vent était présent mais les arbres juste à côté me protégeaient. Peu de turbulence. ETX 90 - Foyer - Filtre Astrosolar ND3,8 - Filtre Rouge - Basler IMX265 - Genika - Astrosurface Heure du transit = 12h37m25s (HL) Durée du transit = 0,77 s Hauteur du Soleil = 51° Voici un gif animé du début du film, en taille réduite et de très mauvaise qualité. Je n'arrive pas à joindre une meilleure version (20 Mo). Un montage d'une ISS sur deux : Il y a une seule image pour la tache (pas d'addition). Même accentuation pour toutes les images de l'ISS et de la tache. La déformation des images à cause de la turbulence est bien visible. Et une photo du site 10 minutes environ avant le passage. Jérôme
  3. 10 points
    Bonjour, Ces derniers temps, dans chaque champ des comètes imagées, je croise une ou deux petites galaxies sympathiques et je ne vais pas m'en plaindre ! Je vous propose donc une nouvelle conjonction (comète à gauche) : La comète 364P/PANSTARRS a été découverte en 2013, elle effectuera le 14 mai 2023 son second retour au périhélie depuis celle-ci. ce n'est pas un astre spécialement brillant (magnitude absolue : 16.5), mais sa distance périhélique q=0.80 ua lui permet de s'approcher très près de la Terre (à 0.20 ua donc) ce qui l'amène potentiellement pendant quelques semaines vers la mag 11. Elle était observable quasiment toute la nuit durant la lunaison du mois de mars et idéalement placée dans le ciel. Mais elle n'était pas encore à son maximum d'éclat : magnitude nucléaire : m2 = 15.7 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 15.4 (rayon d'ouverture de 25") Ces deux mesuressont sont très proches, ce qui s'explique par la faible taille de la chevelure : à peine 15"... Si on augmente la taille de la fenêtre photométrique, on grapille 0,5 mag mais c'est dû alors à la queue, visible elle sur 1.7' de longueur au moins vers PA=255°. Quoiqu'un peu faible, 364P est plutôt photogénique, vous ne trouvez pas ? Les deux galaxies principales de cette conjonction céleste sont donc UGC 9317 et NGC 5635, mais il y en a plein d'autres das le fond de ciel du champ complet (comète au centre) : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Haut Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering Nuit du 15 au 16 mars 2023 entre 03h33 et 04h43 utc 59 poses de 60s à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 00 h 59 min Traitement Siril-1.2.0-beta2-x86_64, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage natif : 1.25"/pixel Le maximum d'éclat est atteint en ce mois d'avril, malheureusement la comète n'était plus visible qu'à l'aurore dès la mi-avril et elle deviendra diurne au mois de mai... Bon ciel à tous.
  4. 9 points
    Il y a quelques décennies (cela ne nous rajeunit pas), il y a avait un type qui publiait des livres de vulgarisation de l'astronomie. A l'époque, Internet n'existait pas et le seul moyen de s'informer et de s'émerveiller, c'était d'acheter des livres ou de les emprunter dans une bibliothèque. Il y en a un qui m'avait fasciné, c'était Architecture de l'Univers, d'un certain Serge Brunier. Bien plus tard, vint Le Grand Atlas des Etoiles . Une merveille. Internet existait depuis peu et c'était le début du crépuscule du livre. Quand je les relis, je me dis qu'il y avait quand même de très grosses banalités dans ces bouquins. Du genre "l'Univers, c'est grand" ou "les étoiles, c'est chaud". Bon, je simplifie mais c'était à peu près ça. Le but n'était pas de faire un cours d'astrophysique stellaire à des étudiants mais de faire rêver de jeunes astronomes amateurs, comme moi, avec des photos magnifiques du ciel. Il se baladait autour du monde, dans le désert, dans les observatoires, à l'image d'un Nicolas Hulot de l'astronomie. Il revenait avec des photos et des reportages. Et ça me fascinait. Je connais des gamins de 10 ans qui rêvent actuellement en regardant les photos de la Terre, de la France ou des Alpes prises par Pesquet depuis l'ISS. Ils écoutent aussi les banalités de Pesquet, sur Internet ; le livre est quasiment devenu has-been. Ils écoutaient même ses comptes-rendus hebdomadaires pendant sa mission ; il y avait un parfum d'aventure spatiale par procuration. On pouvait même lui poser des questions ! Magie de la technologie... Ils regardent fasciné les fusées lancées par les uns et les autres comme j'ai regardé le premier lancement de la navette spatiale. Nul doute que certains d'entre eux se verraient bien travailler au CNES plus tard, voire devenir les astronautes de la prochaine génération. Finalement, Brunier c'était le Pesquet de ma génération.
  5. 8 points
    Une petite nuit d’acquisition début Mars histoire de sortir le C11HD de son placard dans lequel il passe beaucoup trop de temps à mon gout! C11HD / AP900 60x300s en L sur une 2600MM Pro Réducteur de champs 0.7x Autoguidage 174MM mini sur un diviseur optique. Le backfocus n'est pas très bien réglé pour le moment, mais ça va venir. Il y a du tilt je pense également... ce n'est franchement pas parfait. 5h d’intégration au total sur la couche L, sans DOFs. Prétraitement sous Pixinsight. Je n’ai pas forcément soigné le fond de ciel car je souhaitais conserver un peu de signal sur les galaxies : IC4282, IC4278 et IC4277 et les innombrables autres galaxies visible sur le champs ci-dessous :
  6. 8 points
    Cette vidéo (réalisée avant le test orbital) est très instructive et surtout totalement prémonitoire dans la mesure ou elle mettait en exergue la fragilité du socle béton sous la table de lancement, ainsi que l’absence de déluge d’eau (qui semblait toutefois devoir intégrer la table ultérieurement (lors du 2ème ou 3ème test orbital). Un véritable carnage, tout est à repenser et à reconstruire. Sans en avoir la certitude, au vu de ce spectacle de désolation, il est maintenant envisagé que des raptors aient été endommagés par des projections de béton et/ou de ferraille dès le décollage, voire aussi par l'impact d'ondes acoustiques réfléchies par le socle (et donc non déviées). Une image surréaliste...
  7. 7 points
    Salut J'image à l'occasion depuis mon jardin du centre de Cognac... La ville (20000 habitants) a la bonne idée d'éteindre l'éclairage après minuit. Je me suis amusé à comparer l'effet sur les brutes CCD, une brute juste avant l'extinction et une brute juste après. C'est assez impressionnant car les niveaux passent de 6500-7000 à 4000.... Je précise que mon jardin est protégé de toute lumière directe... Donc petit comparatif sur NGC2903 et NGC3344 en mettant exactement les mêmes niveaux: (images prises avec une atik314L et un newton 200/1000)
  8. 7 points
    "exploration humaine", c'est un oxymore, dans l'espace : le système solaire entier a été exploré par des robots, des télescopes spatiaux automatiques observent le big bang, la Terre et Mars sont monitorées h/24 par des satellites ultra précis et ultra performants. "L'exploration humaine" c'est Thomas Pesquet qui twitte depuis l'ISS "Voir les Alpes enneigées me donne envie de faire du ski", ou, après près d'un an passé dans l'espace (véridique...) "Quand on se plonge dans l'ombre, au hublot, on voit beaucoup mieux les étoiles, j'aurais du faire ça plus tôt". C'est ça, l'exploration humaine. Je supporte plus cet abruti, je les supporte plus, je supporte plus leurs fans. Aaaaaaaaaaaaaah, ça va mieux....................... S
  9. 7 points
    Je confirme, concernant la fusion nucléaire, quel que soit le choix technologique (tokamak, stellarator, fusion inertielle, etc...), la piste privilégiée est celle de la fusion deutérium-tritium. Cette réaction produit un atome d'hélium et un neutron. Ce dernier peut être capturé par du lithium pour produire le tritium. Les ressources actuelles en deutérium et lithium sur Terre font de la fusion une ressource inépuisable à l'échelle des civilisations humaines.
  10. 7 points
    Merci à tous ! Xavier, J'imaginais qu'au regard de la proximité avec le caillou, vous auriez été quelques uns à tenter l'aventure, ça ne se boude pas ces p'tits plaisirs. Pour la méthode, je la décrirai par le menu une fois a la maison. Mais en vrac, . Grosse période d'entraînement préalable avec des images parlantes, dans un premier temps pour bien analyser ce type de phénomène et comment le retranscrire au mieux, puis ensuite avec montre en main dans le temps imparti. . Pendant l'observation, le dessin n'est qu'une vague ébauche jetée sur la papier, l'important étant de passer le maximum de temps à l'oculaire et non sur le papier (pas facile). Si ya des erreurs, on les mémorisé ou on les note par un griffonnage codé. . Dès le 3° contact, on jete tout ce qu'on a en mémoire. Quand yapu d'info dans la caboche, on attaque le rendu, l'image encore en mémoire. . Yapuka peaufiner, apporter les corrections notées, ensuite sur cette base, sans sortir des clous de finaliser tel ce qui est présenté sur le lien. . Viendra la numérisation, l'inversion, le collage des teintes, puis le rendu lumineux, du classique. . Il se peut qu'à cette étape, j'apporte des corrections suite aux annotations, genre recalage angulaire d'un plumet, plus facile à faire numériquement que de gommer et refaire la même quelques degrés plus loin. Ainsi, je conserve le trait initial ce qui me semble primordial. C'est un immense atout du numérique ! Fabrice, J'pense avoir répondu à ta 1° question. Pour la suivante, Ya pas un gars chargé de cette besogne, mais je prends soins d'enregistrer un compte à rebours vocal. Très important que de toujours garder la notion du temps dans cet exercice. Par exemple ici, je m'étais imparti 20" sur la chromosphere. Mais devant le spectacle inouï, j'ai laissé filer 10". Fort heureusement le compte à rebours m'a remis sur les rails.
  11. 6 points
    Bonjour, Juste avant de saisir le passage de l'ISS devant le Soleil (voir dans la section astrophotographie), j'ai pris qques films des deux taches. ETX 90 - Foyer - Filtre Astrosolar ND3,8 - Filtre Rouge - Basler IMX265 - Genika - Astrosurface AR 13282 : AR 13285 : Jérôme
  12. 6 points
    Salut, difficile d'imager en ce moment avec la météo maussade en IdF, sans compter sur l'ASIAIR qui me fait bien des misères ces dernier temps (qui persuade ma monture que j'habite au Cap Vert ou aux Açores en particulier ). Ça fait quand même du bien de s'y remettre Voici donc la galaxie M106 dans les Chiens de Chasse qui n'a pas besoin de présentation, accompagnée de NGC4217 et quelques autres. En tout, 5h30 en luminance et 3x30min en chrominance ces deux dernières nuits (avec une turbulence assez forte), combiné avec 9h30 de H-alpha acquis sous la pleine lune. L'apport du H-alpha reste modeste mais je n'ai pas trouvé la solution miracle pour le mix (j'ai bien évidemment essayé les recette standard). La luminance annotée, il y a du monde derrière (jusqu'au redshift z=3,741) bonne soirée, Dan Détails techniques : Astrographe 200/800 carbone optiques Zen + Wynne 2.5" sur AP900 ASI183mm (0,66"/pix) Guidage OAG + ASI120MM, ASIAIRv1 Luminance 320*60sec à gain 110, -10 °C à l Chrominance 30*60sec à gain 110, -10 °C par couche H-alpha 115*300sec à gain 110, -10 °C Turbulence médiocre (FWHM de 2,6" après empilement pour la luminance), pleine lune pour le H-alpha, pollution lumineuse
  13. 6 points
  14. 6 points
    Je reste très dubitatif sur les appréciations dithyrambiques à propos de ce tir et de sa prétendue réussite, je veux bien saluer la qualité des ingénieurs qui ont participé à faire en sorte que le bousin ait quand même réussi à s'arracher très momentanément du plancher des vaches (allusion aux cowboys), mais selon tout ce que j'ai lu après décorticage des résultats et constats, il ne s'agit finalement que de se congratuler pour avoir réussi « l'exploit extraordinaire » que la bombe ne leur ait pas pété à la gueule au décollage... Il y avait plus simple, moins coûteux et 100% garanti pour parvenir à ce résultat, c'était de s'en abstenir... Qu'une expérience à haut risque a fortiori stupide devienne à l’extrême limite potentiellement envisageable n'implique absolument pas la nécessité absolue de l'entreprendre... surtout dans une précipitation guidée uniquement par des objectifs économiques douteux, et promue de surcroît par un énergumène dont les intentions claironnées relèvent de l’extravagance tout comme ses combines témoignent d'un mépris scandaleux des populations, en désaccord total avec ses prétentions « humanistes » affichées voire claironnées. J'admets que des grandes choses se fassent parfois au mépris des populations ou promues par des autocrates, mais ça n'est déjà pas une raison pour s'extasier sur la méthode, et alors quand la « grande chose » elle même est discutable, l'hystérie est déraisonnable, La célèbre formule de Mark Twain sous-tendue dans la dithyrambe : « ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'on fait » ne peut pas s'appliquer ici à ce type de réalisation qui mélange et confond une impossibilité essentielle (colonisation extra-planétaire, voire même au delà) avec une impossibilité d'action qui elle peut éventuellement évoluer à la marge, mais le sur-dimensionnement implique toujours plus de risque et d'incertitude, ce qui nécessite un recul nécessaire pour une évaluation raisonnable. On ne confond pas vitesse et précipitation ... Partant de là, je ne comprends pas très bien le comportement extatique de commentateurs qui eux aussi amalgament la compétence d'une poignée d'ingénieurs remarquables avec leur insouciance coupable pour justement mettre cette compétence au service d 'un projet discutable et d'un hurluberlu affairiste sans scrupules. Sans vouloir comparer mais dans la même optique on peut aussi ne pas oublier que ce sont également des scientifiques et des ingénieurs très calés qui élaborent des armes du type « mines anti personnelles » dont on a du mal à justifier le dessein humaniste de mutilations visant des populations... Déjà dans son « Pantagruel » Rabelais nous disait : « Sapience n'entre point en âme malveillante, et science sans conscience n'est que ruine de l'âme... » Je me range donc résolument du côté des sceptiques. J'ai lu également dans les commentaires quelque chose sur la prétendue culture de l'échec en France qui tendrait à expliquer une perte de compétitivité... rien que ça !... Mazette, faut bien trouver des coupables... je sais que la science s'appuie beaucoup sur la statistique, mais généraliser aussi catégoriquement c'est faire fi de toutes les autres causes possibles et directement imputables au paradigme économique dans lequel nous évoluons. On pourrait aussi se demander si la motivation des enseignés, n'est pas directement corrélée à l’environnement de l’apprentissage et aux débouchés envisageables qu'il est censé offrir, voire mieux... quid de la performance des enseignants à ce compte? Après tout ce sont eux, avec leur mode de fonctionnement et leur système hiérarchique qui façonnent cette culture, parce que se lamenter et répéter à longueur de temps qu'on cultive l'échec plutôt que la réussite est déjà en soi bien peu pédagogique dans la méthode... l'élève à qui l'on rabâche qu'il est nul le devient nécessairement car il finit par le croire... cela relève de la prophétie auto-réalisatrice. Je ne crois donc absolument pas qu'un individu de quelque pays qu'il soit puisse être systématiquement responsable en tant que citoyen, d'une prétendue culture de l'échec, si culture il y a elle est collective ou elle n'est pas, un système peut effectivement la favoriser, mais on ne peut certainement pas en rendre responsables ceux qui en sont les premières victimes et ce phénomène n'est pas particulier à la France, il est inhérent à la condition humaine et à ses avatars multiples. Par ailleurs mettre en parallèle une prétendue culture de l'échec avec la culture « cowboy » individualiste égotiste et irresponsable n'est pas forcément une bonne idée, on constate chaque jour où nous conduit la compétition poussée à son paroxysme, et à tout prendre sur les sujets qui engagent des enjeux planétaires je préfère de loin le timoré raisonnable à l'extravagant irresponsable et inconséquent, même si médiatiquement le second sera toujours mis en exergue et le premier montré du doigt comme un looser. Et quand on voit la manière dont certains réussissent ça donne vraiment envie d'échouer... Donc non, je m'inscrit en faux sur l'imputation péjorative de motivation, le fait d’émettre des réserves sur cet exploit prétendu, voire même d'en critiquer le bien fondé n'a rien à voir avec une hypothétique jalousie, qui serait inspirée par cette même hypothétique culture de l'échec, on doit pouvoir émettre un avis discordant sans pour autant qu'il soit frappé d'anathème ou étiqueté de manière calamiteuse. Et je termine en disant que si je suis passionné par l'exploration spaciale (raisonnée), admiratif du fait scientifique, fasciné par les prouesses technologiques pour le coup réelles, telles que les missions Pionner, Hubble, le JWST, l'exploration robotisée martienne, JUICE et beaucoup d'autres qui permettent de repousser toujours plus loin les limites de la connaissance, je reste très hermétique à la démesure et surtout perplexe devant l'engouement irrationnel qu'elle suscite, notamment par l'étalage de vociférations hystériques constatées sur certaines vidéos et dans certains commentaires... j'ai déjà du mal à supporter ça après un match, alors je me demande à quand les klaxons et les déferlements à la hooligan après un tir de gros super pétard dont l'utilité réelle reste à démontrer?
  15. 6 points
    Et bien justement, cet article donne la parole à des gens tres dubitatifs. Ce passage là par exemple : "D’après un article paru sur BFM Business le 19 juillet dernier, le Centre national d’études spatiales (CNES) considèrerait que la r(e)conquête de la Lune pour « les nations spatiales émergentes, essentiellement asiatiques », ne serait qu’une « démonstration de force sur la scène géopolitique internationale ». La Lune serait « une excellente cible pour asseoir leurs capacités en termes de lanceurs et de conception robotique. Réussir un alunissage revien(drait) à prouver (leur) capacité à rivaliser techniquement avec les grandes puissances spatiales... ». L’hélium-3 ne serait donc pas, à proprement parlé, un objectif pour la Chine mais plutôt un moyen d’affirmer sa volonté de puissance et sa souveraineté"
  16. 6 points
    finalement le dépassement de budget de l'EPR paraît très raisonnable
  17. 5 points
    Bonjour, Voici des premières photos de l'éclipse totale de soleil du 20 Avril 2023 observée à Exmouth en Australie. Matériel Trépied Manfrotto MK055XPRO3-3W Canon EOS R5 Canon EF 600m f/4 + Canon Extender RF 2x Monture équatoriale Sky Watcher Star Adventurer 2I Pro Pack Filtre solaire Spectrum Prises de vue Automatisé par un petit programme perso Mode RAW + Conversion JPG avec Canon Digital Photo Professionnel Proéminences / Grains de Bailly. T=1/500s, f/11, 100ISO Couronne interne. T=1/50s, f/11, 100ISO Couronne externe. T=1/5s, f/11, 100ISO La vue d'ensemble a été prise avec un Canon EOD 5D + Canon Fish-eye 15mm f/2.8
  18. 5 points
    Salut, Avec un peu de retard, quelques images solaires du 21 avril, au So'Ex (H alpha et Calcium ) et en lumière blanche Lunette 72 ED + Sol'ex + ASI 178 mm en Halpha La carte des champs magnétiques : Animation du champ magnétique sur 5 jours ( vidéo de 11.5 Mo ) Puis en Calcium, raie Ca II ( H ) Pour finir, la lumière blanche, 80ED +Astrosolar D=3.8 + ZWO 178mm + Kline Baader Daniel
  19. 5 points
    Je cite Stuart Atkinson : "J’ai vraiment apprécié de lire ceci, c’est une vision très sensée et réaliste de la façon dont le lancement de Starship s’est déroulé et comment cela affecte les plans futurs de la NASA et de SpaceX. Excellente écriture aussi." Je confirme.. https://lavieohana.medium.com/starship-oft-thoughts-15573f6b9cea Écrit le 21 avril 2023 par Lavie Ohana Rédacteur en chef @ spacescout.info. Un extrait ci-dessous : "Je pense que sur presque toutes mes photos, il y a quelque chose qui ne va visiblement pas avec le vaisseau. Qu'il s'agisse des réservoirs qui évacuent constamment du carburant à la mer, des moteurs qui s'enflamment ou des unités de puissance qui tombent en panne, la fusée a été au bord de l'échec pendant toute la durée du vol. Honnêtement, je suis très impressionné par le fait qu'elle ait pu aller aussi loin. Le lancement a été d'une grande beauté, mais il a pris fin lorsque le vaisseau s'est lentement mis à culbuter, se retournant quatre fois (un spectacle incroyable au sol) et, dans un dernier acte, a explosé à 30 kilomètres au-dessus de nos têtes. Le bruit du lancement s'est poursuivi pendant quelques minutes encore, jusqu'à ce qu'il s'achève par un léger bruit sourd et peu convaincant. Il ne nous restait plus qu'une rampe de lancement vide et un nuage de fumée qui s'élevait à des kilomètres de hauteur. Qu'est-ce que je pense du lancement ? En tant que simple témoin, c'est sans doute la chose la plus géniale que j'aie jamais vue. Je suis incroyablement heureux d'avoir pris l'avion pour y assister, et je reviendrai pour le vol 2. Je recommande à tous ceux qui me lisent de venir au prochain lancement si vous le pouvez. Vous ne serez pas déçus. D'un point de vue technique, les choses se compliquent. Avec cette mission, il est plus facile de commencer par ce qui n'a pas mal tourné plutôt que par ce qui a mal tourné. La structure de la fusée s'est incroyablement bien maintenue, bien mieux que ce à quoi je m'attendais. La tour a fonctionné, du moins, les déconnexions rapides ont fonctionné. C'est à peu près tout. Le lancement lui-même a projeté des débris à des milliers de mètres dans certains cas. J'ai regardé David et Derek essayer de savoir si leurs caméras à distance existaient encore, et j'ai vu la photo de l'Orbital Launch Mount avec un trou de 40 pieds creusé sous lui par la fusée, les fondations exposées et tout le reste. Pour le dire gentiment, je suis inquiet pour l'avenir du programme. Il faudra probablement attendre au moins 2024 pour qu'un autre essai en vol orbital, un OFT-2 en tant que tel, soit réalisé. L'aire de lancement est totalement inopérante, le parc de réservoirs est gravement endommagé et d'importantes modifications de l'infrastructure et probablement du véhicule sont en cours d'élaboration. Ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas d'une situation similaire à celle de l'atterrissage de Falcon 9, où un échec n'avait que peu d'implications pour les missions opérationnelles, mais plutôt un retard important pour l'ensemble du programme. Starship avait pour mission de faire atterrir des humains sur la lune l'année prochaine. Oui, c'était peut-être un objectif incroyablement irréaliste, mais aujourd'hui, il est probable qu'il n'aura même pas atteint l'espace au début de cette année-là. Un OFT-2 est nécessaire, mais aussi une nouvelle rampe de lancement, des permis révisés, des réservoirs fixes, de nouvelles conceptions et, inévitablement, des révisions de l'ensemble du système. Ce vol a permis de tirer de nombreux enseignements. Leur mise en œuvre ne sera pas facile. À l'heure actuelle, le Starship HLS doit reproduire cet exploit au moins seize fois - un chiffre que plusieurs sources ont vérifié à plusieurs reprises - dans une succession (relativement) rapide afin de mener à bien sa mission. Si la journée d'aujourd'hui a constitué un premier pas incroyable, il s'agit d'une étape parmi cent autres, et elle n'a certainement pas obtenu la note de passage d'un point de vue programmatique. Si l'on suppose au minimum un retard jusqu'au début de 2024, Starship a maintenant deux ans de retard sur la première étape. Il reste à réaliser un essai de transfert de propergol, un essai de vol de longue durée et une démonstration d'atterrissage. Chacun d'entre eux exige beaucoup plus que le précédent. N'en déduisez pas que ces choses sont impossibles. La journée d'aujourd'hui a été une preuve de concept remarquable et louable. Mais personnellement, je crains que SpaceX ne puisse supporter qu'un nombre limité de reconstructions et d'échecs avant que les choses ne se gâtent et que le programme ne prenne le chemin de son frère soviétique. Le développement d'un tel véhicule de lancement coûte des milliards - les estimations et les fuites suggèrent que SpaceX a dépensé bien plus de 10 milliards de dollars jusqu'à présent. Il s'agit là d'un montant extrême de dépenses en capital normalement réservées aux États-nations. Pourront-ils continuer à le faire ? Combien de temps auront-ils accès à cet argent ? Je n'en sais rien. Très peu de gens connaissent réellement la situation financière de SpaceX. Du point de vue du client, la situation n'est pas bonne. Le contribuable américain a payé plus de 3 milliards de dollars pour que Starship débarque un équipage sur la Lune - aujourd'hui avec Artemis III, mais aussi avec Artemis IV, et peut-être aussi pour de futures missions. Le SLS d'Artemis III sera prêt à partir fin 2025. Artemis IV, même avec ses propres retards pour le ML-2 (une plateforme qui, bien que coûteuse, existera idéalement toujours après un lancement) et l'étage supérieur d'exploration, devrait être prêt en 2028. Starship sera-t-il prêt à temps pour l'une ou l'autre mission ? L'inspecteur général de la NASA a déjà recommandé l'annulation de l'atterrissage d'Artemis III dès la fin de l'année 2021. Le rythme de production du SLS ne faisant que s'accélérer, cela semble désormais quasiment certain. De plus, la NASA prévoit de stocker des étages centraux, ce qui permettra de faire de la place dans le Michoud (*) et dans les hautes baies de réserve du VAB pour le stockage du SLS. Si vous aviez dit à quelqu'un, il y a seulement deux ans, que le SLS battrait Starship, volerait parfaitement et deviendrait la composante du programme Artemis qui contribuerait le moins aux retards, on vous aurait ri au nez. Et pourtant, nous en sommes là : sur les deux nouveaux lanceurs super-lourds américains qui ont volé, l'un a envoyé un vaisseau spatial capable de transporter un équipage dans l'espace lointain vers la Lune et en est revenu, tandis que l'autre a détruit sa rampe de lancement, s'est débattu et a échoué pendant tout le trajet, et a finalement explosé alors qu'il n'avait même pas parcouru un tiers du chemin vers l'espace - sans parler de l'orbite - ne transportant rien d'autre que les espoirs et les rêves de la génération Artémis. Pour réaliser nos rêves, nous devons faire preuve d'audace. Nous devons faire face à l'adversité, aux difficultés et, inévitablement, nous devons parfois attendre. J'aimerais voir un avenir où nous aurions deux lanceurs super-lourds en ligne, transportant des équipages et des cargaisons vers l'orbite terrestre, la Lune, puis Mars. Notre avenir est dans les étoiles, mais notre heure n'est peut-être pas encore venue." (*) Le centre d'assemblage Michoud est un site de fabrication et d'assemblage de la NASA, situé 24 kilomètres à l'est de La Nouvelle-Orléans en Louisiane aux États-Unis.
  20. 5 points
    Et je pense que tu dis des âneries. Pour ta gouverne, et pour ton édification technique, scientifique, historique, épistémologique et morale, Mars, on l'explore depuis 1976. S
  21. 5 points
    Bonjour, Une image prise de la belle rencontre entre la Lune et Vénus. Canon 5d MIV + Sigma 150/600. Évidement, nuages et pluie pour compliquer la chose... Lune_Venus_20230423 by Frank TYRLIK, sur Flickr Lune_Venus_20230423-b by Frank TYRLIK, sur Flickr Lune_Venus_20230423-c by Frank TYRLIK, sur Flickr Bon après midi, Frank
  22. 5 points
    OH ! c'est juste que ça : celui qui a la plus grande ....hum ? Je pense que ton propos est désabusé et faux en même temps : il s'agit à terme d'établir une base lunaire et ça va demander des années...pourquoi ? afin de pouvoir viser Mars ultérieurement mais parce que décoller de la terre vers Mars c'est une super-super fusée qu'il faut ou un moteur nucléaire (bonjour les radiations ! ) mais décoller de la Lune c'est beaucoup moins d'énergie....
  23. 5 points
    M101 Galaxie du moulinet saisie avec Sharpcap Pro le 07 08 2022 , 60s avec un gain a 400 , ccd zwo 385 Mc + Lunette 80ed sur heq5 goto Compilation de 40 photos et traitement sous Siril +LR +Ps
  24. 4 points
    Bonjour, Une petite éclaircie mercredi soir m'a permis d'imager le couple de galaxies M88 et M91. Au traitement j'ai du me battre pour éliminer des artefacts et reflets générés par le tube du porte oculaire qui rentre de près de 20 mm dans le champs de lumière. Télescope Newton Skywatcher 150/750 mm PDS, un correcteur MaxField TS Optics x095, un filtre Optolong L-Pro et un APN Fuji X-T1 à 800 ISO sur monture Skywatcher HEQ5+ (sans autoguidage). 86 poses de 90 secondes traitées avec SIRIL et Photoshop Stéphane
  25. 4 points
    Bonsoir à tous, Saison des galaxies oblige,pendant que le 200/1000 tournait sur Abell 1656, j'ai imagé en grand champ un des endroit du ciel les plus emblématique. L'amas de la Vierge et sa cohorte de galaxies. Petit bonus j'ai même 2 petits astéroides dans le champ.On retrouve pas mal d'objets bien connus autour de la chaine de Markarian. Setup:Samyang 135mm,heq5,Canon 1200d astrodon+filtre CLS.Traitement Pixinsight. L'amas de la Vierge 90x120": Et une version annotée pour visualiser tout ce beau monde: Bon ciel!
  26. 4 points
    Tu as peut-être raison et c'est dramatique. Serge Brunier (j'ai plusieurs de ses livres, j'y ai passé des plombes) donnait envie d'apprendre et de comprendre. Pesquet donne au mieux l'envie d'être spationaute, au pire d'être influenceur, mais certainement pas d'ouvrir un livre d'astronomie. Serge Brunier nous faisait regarder vers le haut, Thomas Pesquet ne regarde que vers le bas.
  27. 4 points
    Certes, certes... Tandis qu'un occis-mort c'est un pléonasme Détends-toi Superagacé : t'es juste jaloux d'un gars payé pour dire et écrire des platitudes en orbite pendant qu'il tourne en rond ! (ça c'est un paradoxe )
  28. 4 points
    De deuxième ou troisième génération après des réacteurs D-T. La température requise pour la fusion H3 est quatre fois plus élevée que pour la fusion D-T, et ces derniers sont quasi inépuisables alors que Le H3 est virtuellement inexistant. Même sur la Lune son abondance est de l'ordre de 0,01 ppm je crois. Le H3 n'est en effet pas une chimère, c'est un prétexte.
  29. 4 points
    Splendide Frank Aurore et des espoirs Bonne journée, AG
  30. 4 points
    Ben oui, 44 milliards sur 20 ans pour un truc qui peut assurer l'avenir énergétique de notre espèce si ça marche, 93 milliards de dollars pour Artemis en presque moitié moins de temps pour un truc qui servira à quoi? Avoir des photos de la Terre prise par Thomas Pesquet?
  31. 4 points
    Salut à tous, Je profite du mauvais temps pour faire quelques mesures de filtres avec Sol'Ex. Cette fois-ci, je me suis amusé avec les deux filtres bande G sont je disposais : - L'Edmund Optics 430 nm FWHM 10 nm qui est facile à trouver, - et l'Andover 430.8 nm FWHM 2 nm. Tout d'abord, rappelons l'intérêt de la bande G pour détecter les "points brillants intergranulaires" que l'on peut voir à partir d'un diamètre de 200 mm environ, et plus sûrement avec un diamètre de 250 mm comme a pu le montrer Pascal Paquereau. Voici ce que l'on peut obtenir avec 300 mm de diamètre : La bande G est également intéressante pour les images du disque en entier et mettre en évidence les plages faculaires : Le contraste est plus faible qu'avec un filtre proche UV (Baader K-line, Antlia 393-3nm, etc.), mais à 430 nm la turbulence est plus faible, et l'aberration chromatique des lunettes bien plus faible. La bande G n'est pas une raie "simple" (comme Ha), mais un ensemble de raies de la molécule CH. Sur cette série de spectres (Sol'Ex avec réseau de 1200 tr/mm), on a de haut en bas : - le spectre du Soleil autour de 430 nm, - le spectre obtenu avec le filtre Edmund Optics de 10 nm, - le spectre obtenu avec le filtre Andover de 2 nm et qui est assez bien centré sur le paquet de raies du CH qui constitue la bande G. Observé avec plus de résolution (Sol'Ex avec objectifs de 200 mm de focale, réseau de 2400 tr/mm), la bande G est l'ensemble de raies plus sombres centré sur 4308 nm avec une largeur de bande de 15 A environ. Pour la petite histoire, la raie la plus sombre visible à 4307.9 A n'est pas une des raies du CH mais une raie du fer : J'ai mesuré mes deux filtres bande G avec Sol'Ex (avec réseau de 1200 tr/mm et focales de 125 mm). Bonne nouvelle, l'Edmund Optics de 10 nm a une FWHM de 8.4 nm (au lieu des 10 nm nominaux) : Il y a quelques temps déjà, on avait mesuré l'Andover de 2 nm avec Simon, Alex, et Fred , avec un spectro Ocean Optics HR4000 : La dispersion de ce spectro était un peu juste (0.27 nm/pixel) pour mesurer un filtre aussi étroit, notamment la bande passante à 10% du pic de transmission est surestimée. Quand on passe à Sol'Ex, la dispersion augmente d'un facteur supérieur à 10, ce qui permet de s'apercevoir que le profil de transmission est beaucoup plus carré qu'observé avec le HR4000. Il s'agit en effet d'un filtre 3 cavités (équivalent d'un triple stack): La courbe mesurée est alors très proche (mise à part les ondulations sur le pic de transmission qui sont des artéfacts) de celle mesurée par Andover avec un gros spectro considérablement plus cher que Sol'Ex
  32. 3 points
    Petite consolation après avoir subi le brouillard lors de ma dernière tentative en montagne et avoir raté LA superbe soirée d'hier , dont les copains ont profité au col d'Issarbe. La météo prévoit une soirée et une nuit nuageuses mais le ciel plutôt bleu la journée se dégage au coucher du soleil. Beaucoup de turbulences à l’œil nu. Je sors à minuit après l’extinction de l'éclairage. Le ciel est clair et stable. Assez humide. Bortle 4-5. Première cible : M51 au zenith, qui montre deux détails : le pont de matière et une irrégularité dans m51B. Pas de bandes d’absorption . La meilleure vue est obtenue entre 150 et 230x (oculaires de 13 et 8mm). Ce n'est pas exceptionnel; par contre même dans des conditions médiocre, le 400mm apporte beaucoup par rapport au 200mm. Puis M3 dont l'image est formidablement stable et résolue à 400x. Je vais voir M104 qui est au, elle parait étendue à 230 puis 400x au 400mm, assez détaillée avec sa forme caractéristique. Échec sur M101 qui n’est pas visible au chercheur, je ne perd pas de temps à l’observer, il manque trop de transparence et il y a trop de pollution pour en profiter correctement. Je tente une cible plus simple avec M97 qui me montre ses yeux et m108 que je ne parviens pas à détailler. Les deux objets entrent dans le champs de l'ethos 21 qui me donne nettement plus de contraste que le nagler 31. Je vais essayer ngc31718/3729 sans grand succès (j'avais en tête ce printemps d'aller chercher Hickson 56 ....Mais en montagne). J'en profite pour observer M109 qui laisse présager de belles structures sous un meilleur ciel. Puis dans les chiens de chasse je tente NGC5005/5033 sans grand succès. Je me contente de M63 que j’observe pour la première fois, je devine des débuts de spires. Je vais observer à côté du côté de la galaxie de la baleine (4631) dont le baleineau (4627) se laisse à peine voir. «La crosse de hockey est bien vue dans le même champ au n31 (ngc4656) Je vais regarder ngc 3079 que je dessine avec sa forme de galaxie vue par la tranche et irrégulière, un côté courbe et élargi, l’autre plus fin et courbe dans l’autre sens. (erreur sur la légende : observations au 13mm : 150x et 8mm : 230x) Coup d’œil sur M13 qui commence à monter , laissant voir ngc6207. M13 est fabuleux à 300x en bino avec les pano 24. Puis m57 splendide en couleurs (anneau bleu légèrement verdâtre, entouré de rouge!!! Elle supporte le grossissement de 400x mais ne laisse pas voir sa centrale. Il faut dire qu'elle est encore un peu basse. Le ciel se voile légèrement. Il est 2h30, le miroir secondaire se couvre de buée… il faut rentrer. Ce n'était pas phénoménal comme conditions mais quel plaisir de retrouver les étoiles!
  33. 3 points
    Bonjour à tous, Un coin de ciel que j'adore je le trouve toujours aussi vertigineux,l'amas Abell 1656 dans la Chevelure de Berenice.En parallèle j'ai essayé de glaner sur le web et Aladin les positions et distances de Quasars qui j'aurais éventuellement pu capter.Si je ne me suis pas trompé j'en ai capté quelques uns et leurs distances donnent le tournis. Setup: Skywatcher 200/1000+correcteur,Eq6,Zwo 294mc Pro+ filtre Idas lps,Guidage 224mc.Traitement Pixinsight. Abell 1656 100x180": La version Ab: https://astrob.in/dx7qq2/0/ Et une version annotée avec les Quasar (si je me suis trompé n'hésitez pas à me corriger): D’après mes recherches les distances seraient plus ou moins équivalentes pour les 3 entre 10 et 12 milliards d'années lumière.Il y en a sûrement d'autres mais je n'ai pas trouvé.
  34. 3 points
    Bonsoir La belle y était , elle est sortie loin de l'horizon, mais elle était là, et moi, je suis au foot Bonne nuit .
  35. 3 points
    bonjour à tous et à toutes ! un peu de soleil , un poil de vent d'est , une belle tache ! que du bonheur d 'imager !! CFF 300 f/d de 20 Player one 533MM filtre continuum film de 40s 8/100 de retenues traitement astrosurface ! cliquez pour la full : pour les deux , attendre + pour la 2 qui fait 7Mo ! à 9h01tu : à 9h07tu : bon ciel ! polo
  36. 3 points
    La méthode itérative utilisée dans le spatial et dans le cadre de l'élaboration de ce nouveau lanceur peut conduire à la perte de celui-ci , mais n'induit pas nécessairement la destruction totale du socle béton du pas de tir, des dommages graves sur la table du lanceur et sur la tour, sur l'ensemble de la ferme à ergols voisine (probablement à reconstruire et à déplacer), et quelques autres joyeusetés dont la projection de blocs de béton sur plusieurs km dans l'environnement. Je n'ose pas imaginer ce qu'une explosion au sol aurait pu produire. Le projet ayant déjà pris près de deux de retard, il y a eu manifestement de la précipitation et donc de l'impréparation.. Tout ça va se payer cash, au sens propre, et avec une sérieuse remise en question des délais. Comme Lavie Ohana (voir plus haut) il me parait clair aujourd'hui qu'il faudra réviser pas mal d'aspects du projet chez SpaceX, et surtout conserver les appuis politiques. Sur ce dernier point Musk a perdu un joker, mais je ne doute pas de ses ressources dans le domaine, sachant entre autres que l'armée US lorgne sérieusement sur le concept Starship pour pas mal de ses objectifs terrestres et spatiaux.
  37. 3 points
    Pas que. Ce n'est pas l'endroit pour développer mais il y a un nombre d'antinucléraires (le plus souvent totalement manipulés) que l'on ne soupçonne pas dans les organes de contrôle et de validation. On pourrait faire une série netflix rien que sur les soudures, mais c'est trop pointu et pas aussi vendeur que la fin du monde ou l'arrivée des zombies mutants. Et pendant ce temps le lobby mondial des énergies fossiles, étendues avec les saloperies 'de schiste', se frotte les mains et le portefeuille. Portefeuille qui a une progression proportionnelle au taux de CO2 dans l'atmosphère. Bizarre non? (pas besoin de vous dire qui sont les cocus)
  38. 3 points
    Bonsoir, Je vous propose ce soir une nouvelle conjonction, imagée le mois dernier entre : une comète peu spectaculaire, il faut bien le dire, mais assez intriguante par son aspect fantomatique : C/2020 J1 (SONEAR) et côté galaxies : principalement NGC 3877 que je trouve bien photogénique, puis NGC 3811 plus discrète, et bien sûr d'autres tâchouilles qui le sont plus encore. Voici donc le crop montrant la comète (en haut) et NGC 3877 (en bas) : et le crop sur NGC 3811 : Concernant la comète C/2020 J1 (SONEAR), elle apparaît donc comme une tâche fantomatique sans condensation centrale marquée. Ce n'est pas nouveau, je vous en avais déjà parlé sur une observation réalisée le 28 décembre 2022 : Elle a cet aspect depuis novembre 2022 et ne se désintègre donc pas pour autant, sinon elle ne serait plus visible 6 mois après. Zoom à 200% La coma fait 44" de diamètre, ce qui lui donne une magnitude totale encore correcte, c'est comparable aux mesures du 28/12. magnitude nucléaire : m2 = 19.7 (rayon d'ouverture de 6") : c'est 0.5 mag plus faible que le 28/12 magnitude totale, m1 = 17.4 (rayon d'ouverture de 30"), comparable au 28/12 Si vous voulez vous balader dans la full, voici le montage avec le champ complet : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering Nuit du 15 au 16 mars 2023 entre 19h55 et 23h37 utc 90 poses de 02min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 03 h 00 min Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage natif : 1.25"/pixel Le phare en bas, c'est Chi Uma de mag 3.7. Bon week-end et bonnes observations
  39. 3 points
    ... on va dire que le terme utilisé ici est quand même assez troublant..
  40. 3 points
    https://twitter.com/ispace_inc/status/1650506233575604227 Une somptueuse photo, où l'on peut voir sur notre Terre l'éclipse de Soleil qui a eu lieu il y a quelques jours dans l' océanie !!
  41. 3 points
    L'emission scientifique sur Culture démarre maintenant....consacrée au Starship. Yoann
  42. 3 points
    Va falloir que les américains se remuent un petit peu :
  43. 3 points
    Je sais pas, on trouve aussi des papiers qui évoquent l'hydroxychloroquine comme solution miracle au Covid. A ma connaissance, mais chu aussi un ultracrépidentiste, ITER, c'est du Deutérium et du Tritium. L'hélium 3 était la "solution miracle" dans les années 1990, depuis, on s'est rendu compte que c'était pas aussi simple, pour plein de raisons que je ne connais pas, sauf une, au moins, la température de fusion serait bien supérieure à celle du DT, etc. Et je parle pas de la "récolte", genre moissonner entièrement l'océan des Tempêtes pour récolter deux grammes d'H 3. Je blague, mais tu vois l'idée. Bref, y a des gens qui bossent sur la récolte d'or, de pétrole et de diamant sur les astéroïdes, d'autres qui veulent déployer un parasol à L 1 pour limiter le réchauffement climatique, d'autres qui veulent récolter l'hélium 3 sur la Lune... La vraie raison, on la connait tous : l'URSS a été remplacée par la Chine, et, après l'extraordinaire succès symbolique d'Apollo, les deux grandes puissances jouent à çui qui pisse le plus loin sur la Lune. S
  44. 3 points
    Plus personne n'évoque cette absurdité (récolter de l'hélium 3 sur la Lune) depuis au moins vingt ans... Plus généralement, personne ne doute qu'on puisse faire, dans l'ISS ou sur la Lune, des "manips" scientifiques amusantes, c'est une évidence : en apesanteur, c'est un champ infini d'expérimentations décisives qui s'ouvrent. Est ce que les poissons rouges nagent en apesanteur dans une orientation privilégiée ? Est ce que Thomas Pesquet est constipé lorsqu'il fait caca en apesanteur ? Etc. Ces expérimentations décisives sont d'ailleurs tellement décisives qu'aucun astronaute n'en parle jamais, lorsqu'on lui demande ce qu'il branle là-haut. Vous avez déjà vu Pesquet évoquer, disons plus de dix secondes, ces décisives expériences dans l'ISS, à part des généralités banales, du style "On part dans l'espace pour faire de la science", ou "notre programme scientifique est très important, j'ai peu de temps, dans la journée, pas plus d'une quinzaine d'heures, pour tweeter des conneries ou faire de jolies photos de la Terre" ? Bref, la question, c'est : est ce qu'on devrait pas investir ce ponyon dans d'autres activités ?
  45. 3 points
    Et un 2ème ATel pour le suivi de cette Nova en spectro : https://www.astronomerstelegram.org/?read=16006
  46. 3 points
    Qu'il y ait des choses à faire si on va sur la Lune, j'imagine. Qu'elles justifient qu'on aille sur la Lune , vu ce que ça coûte, non.
  47. 2 points
    Bonjour tout le monde ma meilleure M42 de la saison... mak 127 sur sa monture nexstar_ reducteur de focale X0.5_camera svbony 305 pro. stack et traitement Astrosurface_finition photoshop ça donne envie de prendre une lunette bon ciel a tous
  48. 2 points
    Extraordinaire photo de Deimos prise par la sonde : https://twitter.com/Bottlaeric/status/1650500620166602754
  49. 2 points
    Salut Ici on a eu droit à une météo d'été en ce milieu d'avril! Des températures nettement au dessus des normal. Et surtout, 4 nuits dégagées d'affilées!!! J'en ai profité pour imager M104 le sombrero. Une autre galaxie fascinante situé dans la constellation du corbeau!!! Je l'ai fait sur trois bouts de nuits et conservé un total de 7,5 heures de poses. La voici. CT16 f4 sur EQ8 QSI683wsg Correcteur 1.0x Riccardi Design 3" Filtres Astrodon LRVB=360-30-30-30 minutes. Bin 1x1, sub de 5 minutes. Autoguidage. ASI224mc sur diviseur optique. Avec PHD2. prétraitement CCDSoft. Traitement final PS CS3. Bon visionnement! Martin
  50. 2 points
    Salut, Un grand classique du printemps pour enfin tester ma nouvelle camera 2600MM. J'ai choisi le trio du Lion avec la FSQ106 EDX4 au foyer 120 poses de 180 sec. Traitement Siril, Photoshop et un peu de Denoise. J'ai commencé la couche rouge, un peu de verte mais pas eu le temps de finir. Pour ce premier essai, je suis parti sur 45 mn ( en pose de 3 mn ) par couche. J'espère que ca suffira... Version un poil recadrée car faite sur 2 nuits avec un cadrage à peine différent. Et un crop sur les galaxies : La suite à venir quand le ciel le permettra.... Philippe