Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 05/16/20 in all areas

  1. 22 points
    bonjour à toutes et à tous ! Pas de vent ce matin , un ciel moins transparent , levé à 4h00 car le jour se lève de plus en plus vite maintenant ! un petit moment d'accalmie vers 3h25tu pour jupiter et saturne dans la foulée et contrairement à hier le lever du soleil n'a pas amélioré les conditions de turbulence ! cff 300 f/d 20 asi 224c adc film de 90s pour jupiter et 300s pour saturne ! as2 + astrosurface à 3h25tu : à 3h20tu : bon ciel et merci ! polo
  2. 15 points
    Hello, petit (gros) croissant hier soir 17h56 TU, au T250 f/4, barlow 5x, ASI385 MC, SER 300s (7000 images conservées), Astrosurface et PS. C'est juste pour l'esthétique.
  3. 13 points
    Salut à tous Les beau temps est enfin revenu, et j'ai pu accumulé assez de brutes pour finir cette image de cet amas globulaire , un classique du ciel de Printemps. Pour une fois je me suis bien amusé au traitement avec cet amas très brillant. J'aurais pu baisser les temps de poses unitaires, le centre est limite surexposé... je pense que des poses de 2 minutes auraient été idéales pour une beau noyau grumeleux. Les données techniques : CTA 320 f/d 4 (correcteur Wynne Keller) Caméra ZWO ASI2600MC 27 poses de 300 secondes à -15°c (1x1) @+ Christian
  4. 11 points
    Salut les amis, bon bah je commence à me dépatouiller avec mon ciel tout crade de Grand Quevilly ( zone industrielle de Rouen ) A7s en mode APS-C + objectif Canon 85mm ( monture NEQ5 ) 165 RAWS de 10s à F4.5 ( 3200ISO ) + 3 darks + 3 flats ( avec un écran blanc 40x40cm de chez Lidl ) Traitement sous Iris : NOFFSET2, COREGISTER2, COMPOSIT, retrait du gradient ( 2 passes ), retouche des niveaux. Je vous présente la version à la taille de 60% : - AVANT ( une brute ) : - APRES : La version à 100% : C'est beaucoup plus propre avec 165 images additionnées cette fois ci !
  5. 9 points
    Bonjour à tous, Je ne post pas souvent sur le forum mais je vais me remettre à jour progressivement ! Je vous présente donc cette galaxie qu'on ne voit pas souvent sur le forum alors que je la trouve très sympa. Sur les brutes elle ressort assez fortement, donc en visuelle elle doit aussi être chouette. Elle aurait mérité d'être cadrée sous un autre angle mais je n'avais pas voulu changer l'orientation de la caméra (flats, couches couleurs,...etc). L'acquisition date de fin mars. J'habite une région polluée du nord (centre du Brabant Wallon Belge) et je pratique la "pose courte" pour la simple raison que je n'arrive pas à autoguider suffisamment bien que pour profiter du diamètre de l'instrument et du ciel. Setup: SW254/1200 sur eq-6, zwo asi 178mm et filtre LRGB Baader L = 5000*3", seeing: 1.8" après empilement (une très bonne nuit par chez moi) RGB = 200*8" par filtre. L'image manque un peu de rouge et le fond de ciel est un peu bruité mais j'aime ne pas trop le lisser. Il faut dire qu'il y a du monde. Bon week-end à tous, Astrolulu
  6. 9 points
    Hello, au 250 f/4 tout à l'heure vers 17hTU, donc ya pas longtemps et Altaïr 290 mono, Powermate 5x, IR742, AZEQ6, SER 600s à 400 fps, 5 % conservées. Pas d'ADC, hauteur planète entre 30 et 40°. 4 SER sur 5 montrent les mêmes détails (le dernier pourri par nuages). J'ai donc réaligné les 4 images résultats entre elles et les ai réempilées multipoints pour gagner encore un peu (puisque la rotation de la planète est négligeable sur 40 minutes) Ca donne ça avec les détails bien visibles. Par contre la simu Winjupos n'est pas complètement raccord (???)
  7. 9 points
    Salut, Cette nuit, comme c'était dégagé, j'en ai profité malgré le vent pour aller imager un peu dans l'attente de la comète SWAN. Je pensais pouvoir shooter une petite demi heure, de 4H45 à 5H15 avant que l'aube ne devienne trop gênante. Que nenni, déjà à 4H45 un joli dégradé orangé-bleuté se lève à l'horizon. Et elle est encore bien basse la bougresse (vers 5-7°). J'avais pourtant préparés mes deux petits setup orientés sur elle. Avec la lunette TS71 et l'A7S, je ne l'ai même pas trouvée. Au Samyang 135 avec l'A7III j'ai réussi à la cadrer, et mettant un filtre IDAS D1 pour limiter un peu la montée du fdc. Pour vous donner un idée, les arbres loin à l'horizon sont juste en dessous du bord inférieur de l'image (on voit d'ailleurs un artefact de réjection). Bon, je vous présente l'image quand même, il n'y a pas que des réussites en astrophoto : Samy135 à F2, A7III, IDAS D1 clip, 16x30sec à 800 ISO C'est con, avec M33 au dessus que l'on devine à peine, ça aurait fait une jolie compo. La trouverez vous la micro tachouille ? Bon, comme la météo est assez clémente (pas de pluie quoi), je la retenterai peut être dans 2-3 jours, elle devrai être un peu plus haute. A+ David
  8. 9 points
    Hello, hier soir deuxième essai en poses courtes, cette fois avec le 250 f/4 (et toujours la 290 mono) Encore pas mal de zef de NE donc seeing moyen Environ 80% des poses conservées, 3000 x 2s. SER unitaires de 5 mn, fort dithering entre chaque, malgré tout encore un peu de trame. Je suis persuadé qu'il faut autoguider, c'est prévu (j'ai un peu de matos en commande pour ça) Cette fois fort gain apporté par les poses courtes. Faut dire que mon image longue pose avait souffert d'un mauvais seeing à l'époque (2017) 2 heures en post-traitement pour faire tout ce qui suit, ca va encore. Les poses courtes colorisées par la pose longue : La pose longue avec incrustation de la pose courte pour l'objet principal (mixte pose longue-pose courte) : L'anim entre l'image mixte et la pose longue, qui montre clairement le gain apporté par l'incrustation de la pose courte :
  9. 7 points
    Salut à tous, Cela pourrait ressembler à un compte-rendu de plongée sur le récif de corail : des antennes pour une langouste et notre serpent tricot-rayé régional ! Coté antennes, La moisson a été plutôt longue et compliquée, commencée en 2019, poursuivie cette année en avril. 5 nuit auront été nécessaires pour rassembler les 12 heures de poses dans des conditions atmosphériques très moyennes. La bonne nouvelle a été le post traitement : une fois calibrées, les 3 bandes RVB m'ont révélées les couleurs que je n'osais espérer : les jaunes, les rouges, les bleus sont arrivés naturellement juste en augmentant la saturation. Au niveau colorimétrie, ça me semble proche des images de référence. Cotés détails et piqué, je pense que ma petite 105 aurait pu en sortir davantage avec un meilleur seeing mais finalement l'essentiel des structures sont visibles. NGC 4027 pas inintéressante et NGC 4024 viennent compléter le tableau sur la full. APO CFF 105 F6 (focale 630mm) CCD SBIG ST8300M, échantillonnage 1,72"/pix RVB 24:24:24x300s (filtres astrodon true balance E-series Gen 2) L 72x300s Monture mesu200 Coté serpent, j'étais davantage dans une démarche de vérification technique après avoir revu l'alignement de mon PO (FeatherTouch 3") à l'aide d'un laser de collimation. C'était une première pour moi. Je me suis d'abord assuré du bon alignement du laser lui-même (la rotation du laser dans le PO ne doit pas déplacer le point de projection qui était environ à 4m du laser). Ensuite l'alignement du PO s'est fait en inspectant le déplacement du point lors du déplacement du tube rentré/sorti et également lors de la rotation à 90 et 180° du PO. Bilan : Mon tube nécessitait effectivement un petit alignement, le FT3 ne dispose que de deux vis de réglage mais cela s'est avéré suffisant. Voilà donc le champ d'étoiles qui valide a priori mes réglages et le serpent Barnard 72 qui se révèle RVB 18:18:18x300s Voilà pour la moisson d'avril Bon ciel à tous Yann-Eric
  10. 7 points
    Bonjour à tous, Voici l'amas de coma, abell 1656, situé à environ 330 millions d'années lumière de nous, dans la chevelure de bérénice, et contenant plus de 1000 galaxies! Bien sûr, la plupart des galaxies ne sont que quelques traits plus ou moins diffus, mais on en trouve de remarquables comme une belle spirale vue de face, ngc4921. Deux nuits claires, les 30/04 et 6/05, avec néanmoins des passages nuageux et surtout deux rembobinages du secteur lisse ratés, m'ont quand même permis d'additionner 4h de luminance, 40mn de bleu et 25mn de rouge... cela se ressent sur les couleurs, puisque la couche rouge n'est pas terrible et que j'ai du faire avec elle un vert synthétique... Fwhm 2.6" sur l'empilement, binning 1 en luminance et 2 en couleurs, newton 253/934 et icx814. Images et matériel Nathanaël clic-clic pour la full :
  11. 6 points
    Bonjour à tous, Afin de bien entamer le week-end j'ai tenté d'imager NGC7023 la Nébuleuse de l'Iris sous des conditions pas géniales : - un peu de vent - suivi défectueux... avec l'asi air pro et le polar align j'ai un suivi nettement moins bon que quand je faisais au viseur polaire et PhD Guiding, je vais enqueter sur ce problème rapidement. Néanmoins, j'ai réussi à sortir 220 images de 60s potables (RASA 8 / ASI183MC) avec le résultat suivant : Bon, j'y suis allé peut être un peu fort sur les détails de la nébuleuse avec Pixinsight et je n'ai pas réussi à faire ressortir mieux que ca les nuages de poussières (j'apprends...) Si vous avez des conseils je suis preneur. Bon week-end à tous Guillaume
  12. 6 points
    Bonjour à tous, Après M13, voici M51 la nuit du 25 avril 2020. RASA 8 - 204x30sec ASI183MC Pro Filtre IDAS LPS D2 Lieu : Rambouillet EDIT : suite aux différentes remarques, une symétrie verticale a été appliquée C'est un peu juste quand meme les 400mm de focale. Bon ciel à tous, et bon week end. Guillaume https://www.astrobin.com/1bnu0o/B/?nc=user
  13. 6 points
    Bonjour et bonne chance aussi
  14. 5 points
    Bonsoir, Les nuages et les nuages ce soir à n'en plus finir. Je n'ai eu que une ou deux minutes à près correctes : sans voiles nuageux ou presque. On inaugure ici le retour de la CCD : mon ancienne DMK21AU618AS avec le filtre IR1000. Avec des poses unitaires de l'ordre de la seconde. Mewlon 250 au foyer. Moins de 45 secondes en fait. C'est quand même plus propre en si peu d'images. J’espère que demain on aura plus de chance et on verra des détails de surface. Sept ou huit ans après, ça commence à faire. Finalement j'ai eu de la chance. Bonne soirée,
  15. 5 points
    bonjour à toutes et à tous ! à 4h00 du matin , en sortant dehors , j'entendais le vent souffler dans le bois à 300m , pas bon j'ai failli retourner coucher !! pis faut voir quand même ! Certes , c'était très mauvais et puis le vent s'est calmé et au lever du jour une petite accalmie ! jupiter , vite mars : je l'avais repérée au dessus de la lune , je la trouve au chercheur et Saturne ....je ne l'ai pas retrouvée par contre! CFF300 f/d 20 asi 224c adc à 3h41tu: à 3h51tu : bon ciel et merci ! polo
  16. 5 points
    Bonjour, J'étais occupé ces derniers jours, et pris dans le test d'un gadget que j'ai acquis un ADC qu'on m'a revendu (enfin !) Et puis vérifié que j'ai assez de tirage, la notice de fonctionnement. . Et je n'ai pas eu le courage de faire les planètes à 4h30 ! Oui alors je n'ai pas oublié Sélène avec une apparence de transparence, noyé dans l'eau... Bon ciel lunaire
  17. 5 points
    Ouaaaah...on voit même M57, la nébuleuse de la Lyre !!! Je suis certain que bientôt tu vas installer ton boîtier sur une optique plus conséquente et nous révéler les splendeurs du ciel profond.
  18. 5 points
    Vend télescope super meade 1266 complet diamètre du miroir 31cm Focale fd6 précision lambda 12 constructeur. miroir impeccable monture motorisé doubles axes alimentation 12v ou 220v Lunette guide 80 /1200 et télescope grand champ 108/4.5 Collier rotatif par friction 360 degrés Poids de l ensemble 150kg Démontable sur roulettes d origine Prix 2500e 06 50 42 15 79
  19. 5 points
    Bonjour à tous, Alors cette nuit nouvel essai sur NGC 6946 en suivant les conseils de fljb67. Donc j'ai fait 5 vidéos SER à 60 s d'expo (25 images) + 8 darks (40 images) soit un total de 65 images. Gain à 150, brigthness à 50, RAW 16. Autoguidage correct. Empilement de 28 images sous Siril. Légère retouche avec Gimp. J'ai baissé le gain pour essayer de ne pas trop saturer les étoiles mais je constate que j'aurai du le baisser davantage. Qu'en pensez-vous ? Logiquement plus on expose longtemps plus on baisse le gain ??? Ce qui me fait plaisir c'est que l'autoguidage a l'air correct donc je pourrai envisager l'achat d'une caméra refroidie pour gagner en qualité. Il y a effectivement du mieux quant à la réduction de la trame et de l'effet amp-glow. Ci-joint le résultat. Bonne journée. Mick
  20. 4 points
    Bonjour, Hier soir le ciel était potable chez moi malgré quelques nuages passagers. J'ai donc sorti le télescope pour pointer un objet proche du zénith où c'était plus dégagé. C'est mon premier traitement d'image depuis que je pratique le suivi. Newton Bresser Messier 203/800 EQ6 R Pro + autoguidage (ASI 120MC) Images faites avec une ASI 178MC Le tout piloté avec l'Asiair 90 lights (40 conservées) + 20 darks de 60 secondes. BIN1 et gain 80. Pré-traitement et traitement avec Siril et traitement cosmétique avec photoshop L'orientation de la galaxie n'est pas top, j'aurais dû le faire à la prise de vue en tournant ma CCD et il y a pas mal de coma. J'ai un réducteur en commande. Si vous avez quelques conseils, je sui preneur, merci d'avance.
  21. 4 points
    Salut les amis, un premier essai avec une MES approximative c'est à dire sans viseur polaire. Beaucoup de déchets dans les poses du coup.. A7s au foyer du C8, 72 poses RAW ( sur 127 ) de 10s ( 3200ISO) + 3 darks + 3 flats. Je passe sur le protocole du traitement dans Iris qui est le même que les fois précédentes, mais cette fois ci c'est le asinh qui a sorti mieux que le ddp. - Une brute à la taille de 60% : -- version à la taille de 60% ( plein champ ) : - Version à la taille de 100% ( crop ) : Il me semble que je commence enfin à maitriser un peu mieux le traitement CP pour ciel crade Ce soir, ce sera beaucoup plus sérieux avec Bigourdan pour la MES nom di diou, je devrais améliorer notablement tout ça.
  22. 4 points
    La météo étant redevenue favorable, j'ai repris quelques photos avec ma lunette Explore Scientific 480/80 M101 : 31 poses de 120 s, 50 bias, 16 darks, 11 flats 1600 iso Canon 100D défiltré dithering Phd2 NGC6888 40 poses de 120 s, 50 bias, 16 darks, 11 flats 1600 iso Canon 100D défiltré dithering Phd2 Les critiques sont les bienvenues Bon ciel Patrick
  23. 4 points
    Des revues scientifiques "généralistes" ? Il n'y en a pas 36... D'abord les revues "pointues" dont les articles sont souvent rédigés par les chercheurs eux-mêmes, il y a La Recherche et Pour la science Concernant les revues "grand public", Science & Vie et Science et Avenir Comme la presse écrite en général, les magazines scientifiques ont du mal à survivre ; La crise de la distribution ne fait qu' aggraver les choses en ce moment : je n'ai pas trouvé au Furet du Nord les n° de mai des deux premiers cités... Ciel & Espace (longue vie à lui) est passé à 8,50 € !
  24. 4 points
    Bonjour et bravo mais tu trouves ça normal? , qu'il fasse toujours beau, chez toi? ..... et pas chez moi ? .....
  25. 4 points
    Décidément, 2020 est une sale année, même pour les comètes ! C'est l'année "des comètes du siècle" qui font pschitt ! On va essayer de garder un peu d'espoir (c'est ce qui restait au fond de la boite de Pandore... ) pour Swan. Dans le sud il fait moche, alors je n'ai rien pu faire, mais la semaine prochaine (la météo devant s'améliorer) si elle est encore là et comme la Lune sera plus discrète, on verra ce que ça donne. Finalement depuis Hyakutake et Hale-Bopp, on a mangé notre pain blanc en comètes ! Bon en même temps on avait eu deux comètes exceptionnelles en 1 an ! Depuis il fallait habiter l'hémisphère sud, parce qu'entre Mc Naught (C/2006 P1) et Lovejoy (C/2011 W3), ils ont été servis Sans compter Lemon, ou Swan y quelques jours... Pour C/2019 U6, ça ne va pas être facile pour l'hémisphère nord, car elle ne sera observable qu'après son passage au périhélie et vu sa hauteur (et la Lune), pas avant le 10 juillet, dans des conditions correctes et elle aura déjà un peu perdu en éclat. Mais sait-on jamais ! Patrick
  26. 4 points
    Faut pas être méchant cômme ça, il a écrit des bouquins âachement bien que j'ai dans ma bibliothèque. Mais après faut voir que journaliss, c'est pas chercheur comme DG2 par exemple.... Moi j’aurais pas pût être journaliss, je fait 3 fôtes d'aurtograffe toute les demi lignes.... D'ailleurs, à la dictée de Pivot, j'ai fait que 2 fôtes, une à dictée, une à pivot....
  27. 4 points
    J'avais encore jamais vu ce genre de vidéo : (Saturn V, Navette, Falcon Heavy, SLS)
  28. 3 points
    Bonsoir, Un coup de SHG cet apres-midi pour faire cette image en H beta du Soleil calme, hyper cool même. Glob qui essaie de bronzer
  29. 3 points
    Bonjour, Et pourquoi n'essaierais-tu pas Astrosurface ? Personnellement et n'étant pas une flèche en informatique, je n'ai pas trouvé plus simple pour traiter mes (maigres) Vénus. Parfois les ser avaient jusqu' à 10000 images et tout passe sans problème. En plus, c'est vraiment efficace et puissant. Il suffit de télécharger le logiciel, on peut l'épingler à la barre des tâches. On ouvre le fichier (avi ou ser), et on suit les consignes : analyse-register puis un coup d'œil sur le graphe et on décide de ce qu'on garde avec une toute petite manip sur deux axes et après on appuie sur stack et hop, c'est fini pour avoir une image qu'on peut ensuite travailler avec les ondelettes et le reste. C'est ici http://astrosurface.com/
  30. 3 points
    Mouais Une comète qui ressemblait à M44 à l’œil nu. C'est dire si c'était spectaculaire . Idéalement placée, mais très moyenne comme comète. Je sais je suis dur, mais pour moi une belle comète, ce n'est pas une boule floue visible à l’œil nu. Pour une fois, c'est bien la longueur de la queue qui compte et qui en fait l'intérêt Si on ne voit pas une queue à l’œil nu ou dans une paire de jumelles (même sur seulement 1°), ça n'est pas une comète spectaculaire. Selon moi Ces dernières années nous avons eu plusieurs comètes sympas photographiquement, comme Pan-Starr en mars 2013, Lovejoy en février 2015 ou encore Catalina en décembre 2015, mais à l'observation elles n'étaient pas très spectaculaires (sauf Pan-Starr assez sympa). Wirtanen, c'était le truc qu'on voyait à peine à l’œil nu et sans queue, même en photo ? Bof, bof Trois photos que j'avais fait à l'époque de ces jolies visiteuses. Pour me remonter le moral, je regarde mes anciennes photos... Allez, j'arrête de faire le rabat-joie, avec ma frustration Patrick
  31. 3 points
    pfff, @jackbauer fait son possible pour nous donner un peu d'exotisme, on parle de Las Vegas, ça sent bon l'argent facile, les gling gling des machines à sous vomissant des quarters, la moquette épaisse et les robinets de chiottes plaqués laiton, les billets de 20 dol qui dépassent des strings des strip-teaseuses, les vrais mariés, les faux Elvis, les Ford Mustang avec les autocollants "Support our troups" et "Fuck the GIEC", les buffets all-you-can-eat et les hotdogs moutarde-relish, et @dg2nous ramène dare-dare dans le monde des passes Navigo, des militaires de Vigipirate et des punks à chiens. dg2, si tu n'apprécies pas le raffinement de Las Vegas, n'en dégoûte pas les autres!
  32. 3 points
    J'ai déplacé le sujet dans la rubrique "Astronomie Pratique " car il me semble que le sujet y ai plus à sa place ... Merci pour le commentaire et les Pouces
  33. 2 points
    Yo ! Retour à la Foa (Nouvelle Calédonie) le 12 mai après le déconfinement COVID 19, car ici, c’est chose faite, le territoire étant épargné. La météo nuageuse et pluvieuse ne permet pas une belle reprise des observations comme espéré. Les cumulus sont bien trop présents et c'est une bataille que de n'observer que quelques minutes dans les trouées qui se présentent. Les jours passent avec fort peu de dessins au final.... Dans une vue d'ensemble de la chaine Makarian, je n'avais pas remarqué la particularité de ce couple de galaxies appelé les Yeux, avec NGC4438 et 4435. C’est l'ami Fred dans son post récent qui m'a susurré d'aller y voir de près, confirmant que les vues d'ensemble, c’est bien, mais la traque du détail, c’est tout simplement vertigineux et jouissif. En grossissant et en y prêtant attention, le membre principal du duo présente des extensions lointaines assez surprenantes ainsi que deux faibles et grandes spires dont la plus lointaine passe à mi-chemin entre les deux bulbes galactiques. Le T600x285 les met en évidence, bien que de façon fort discrète. 2 nuits pour profiter de quelques minutes d'observation auront été nécessaires. J’eusse aimer en jouir davantage. Et du coup, ça me permet d’inclure ce dessin dans un précédent réalisé en 2015 : Pi les p'tits régals des nébuleuses planétaires, épluchant avec gourmandise le Ferrero tome V. Nous voici dans le Loup, avec IC4406, dessin esquissé avant le confinement, achevé maintenant. Superbe objet bleuâtre déjà dessiné, mais ici magnifié au T600x5700. Il demande de grossir pour tenter de déchiffrer les structures filamenteuses, tant de la coque centrale que des extensions qui soulignent une forme générale plutôt rectangulaire avec les bords longs aux délimitations assez franches : Dans le Triangle Austral, NGC5979 est une petite bulle ovale un peu cabossée baignant dans un halo bien défini où l'on semble deviner la présence de l'étoile centrale. amusant : je note un rehaut lumineux sur le bord du halo externe (en bas), mais en réalité et après vérification, il s'agit d'une étoile que j'ai mal interprété. Mignon comme tout, mais il faut taper dans la motte (G : 760x) pour en tirer le jus : Le rude combat de cette nuit, entre les averses et les nuées (seul dessin de la nuit du 14 mai) pour saisir rapidement (météo oblige) ce superbe anneau quasi parfait, la nébuleuse planétaire PK329+2.1 ou Shapley 1, dans la Règle. Assez discrète au T600, elle s'affirme joliment avec les filtres interférentiels. On note deux arcs plus lumineux sur l'anneau, l'un plus affirmé que l'autre à l'opposé, et une étoile posée juste à la périphérie pour parfaire l'esthétique générale. Le centre de cette bulle parait très sombre : c’est tout pour 4 nuits...... Si ça s'améliore ce soir, peut être un ajout à venir prochainement. et ça c’est amélioré, donc ajour : Le 18, la nuit est (enfin) largement dégagée (quoique fort humide), mais un voile de cirrus ne permet une transparence suffisamment correcte pour disséquer les galaxies exotiques. En début de soirée, je tente l'exercice sur NGC3256 dans les Voiles. Si les 2 bulbes galactiques en interaction se détachent aisément, les 2 bras entrecroisés sont plus délicats à saisir, quand aux " antennes " qui s'en échappent, elles sont quasi hypothétiques dans ces conditions d'observation. A revoir ultérieurement. Je continue les observations sur les NP . Continuant d'éplucher consciencieusement le " Ferrero ", je commence la soirée par PK320-9,2, ou Menzel 2, dans la Règle. Encore un bien joli petit anneau contrasté, quasi parfait, avec 2 fortes variations de luminosité sur la périphérie. Plus discrètes, 2 extensions latérales sont discernables, l'une plus évidente que l'autre et par de nombreux glimpses, la centrale ne fait aucun doute. Restons dans la Règle avec PK331-1.1 ou Menzel 3. C'est mon grand bonheur de la soirée, celui d'avoir perçu de fort belle façon " la nébuleuse de la Fourmi ". Peut être était-ce du à une trouée momentanée dans les cirrus alliée à la puissance du T600, mais le pointage et la détection de sa forme caractéristique m'a paru infiniment plus facile que a protoplanétaire He3-401 qui lui ressemble (voir observation de janvier 2020). De prime abord, c'est une sorte de rectangle avec un rétrécissement marqué centré sur une étoile. Ensuite vient la perception de légères variations de forme de chacun des 2 lobes. On finit dans la Règle avec la nébuleuse planétaire NGC6164-6165, gros truc vaste, complexe et esthétique noyé dans un riche champ stellaire. Pour bien faire, il eut fallu un champ pré-étoilé et y passer plus de temps. Je considère ce dessin comme un brouillon. PK320-9.1 ou Henize 2-138 (TrA). C'est un truc certes brillant et facilement repérable, mais quasi stellaire au point que je m'interroge sur la description qu'en fait Laurent " au 300x400, elle forme un petit anneau autour de la brillante centrale " - ou alors les cirrus empêchaient cette perception. A revoir. Toujours dans le Triangle Austral, NGC5844 (PK317-5.1). L'objet est évident, facilement repérable. Mais la forme est particulièrement délicate à saisir correctement, sorte de " Dumbell " aux contours mous du genou. J'arrive à noter une pâle partie de la coque externe passant près d'un doublet. On descend dans l'Autel avec IC4642 (PK334-9.1), petit ovale cabossé avec étoile centrale évidente et un soupçon de halo externe. Voilà. Si c'est possible, je tente dans les jours suivants.... A suivre donc. et ce fut bon ces 2 jours ! L'amas galactique de la Vierge passe au méridien nord et l'envie me prend de revisiter un grand classique avec T600, M100. Superbe spirale vue de face, festival de bras galactiques échevelés ponctués de nodosités stellaires. Le bulbe central donne l'impression d'un tourbillon et plus loin par endroits, les bras fourchent et se dédoublent. Petit bonheur de la soirée, l'observation plaisante du " Champignon sacré " dans l'Autel, couple galactique en interaction avec ESO 138-29 (le pied) et ESO 138-30 (le chapeau). Cette forme étrange est le fruit d'un télescopage où la petite est passée à travers la plus grande, générant sur cette dernière une forme de roue. Le repérage et la forme générale est assez aisée à observer, mais la définition de l'anneau et du pont de matière entre les 2 composantes demande de l'attention. Autre plaisir dans le Triangle Austral, 2 galaxies en interaction avant un télescopage inéluctable. IC4585 est une superbe spirale barré avec 2 bras étirés, notamment celui partant en direction de IC 4584, l'autre bien plus discret pointant vers une étoile. L'ensemble est petit et demande à grossir mais le spectacle -certes délicat - est vraiment charmant à travers le T600. je continue d'éplucher les NP du Ferrero en explorant l'Autel. PK342-14.1 (Shapley 3) se repère et s'observe facilement au T600 comme un disque où l' on perçoit des variations lumineuses. La détection d'un centre un peu plus sombre formant un anneau dodu demande un peu plus d'attention. En revanche l' étoile centrale est affirmée. IC 1266 (PK345-8.1) est davantage un exercice de style, voire un combat, pour le repérage et l’identification de cet astre quasi stellaire mollement agrémenté d'un soupçon de halo externe et ponctué de 2 étoiles faibles à peine discernées par quelques rares glimpses. Bref, ça ne me laissera pas un souvenir impérissable. Salutations tropicales déconfinés
  34. 2 points
    bonsoir à tous, un soleil (très) tardif à la fs60 muni de son sm40 double stack, BF10, glasspath x1.7 et zwo178mm sur staradventurer vers 19h10 HL a+ stéphane
  35. 2 points
    Salut à Tous, Ce matin, je me suis levé de bonne heure avec la ferme décision d'imager nos trois planètes. Bon, on ne va pas se mentir, ce ne sont pas les photos du siècle Beaucoup de vent du nord, de la turbulence (bizarrement surtout sur Saturne) et bien sûr une hauteur sur l'horizon minimale : 20 ° Setup pour Jupiter et Saturne : ZWO ASI 120 MC + ADC au foyer du C9,25 sur monture AVX Pour Mars : ZWO ASI 120 MC + ADC sur barlow TV x2 au foyer du C9,25. 6 000 images dont seulement 20% de retenu. J'ai un effet pelure d'oignon sur Jupiter que j'ai essayé de réduire sans grand succès. Au final je suis un peu déçu de ma Jupiter, plutôt content de Saturne car à ce moment, ça turbulait vraiment fort et étonné de Mars, avec moins de 20° et les conditions de vent, m'attendais à bien pire Cricri
  36. 2 points
    Je me l'étais programmée pour demain matin, je crois que je vais rester couché Bonne soirée, AG
  37. 2 points
    Garde de la précieusement car elle a certains atouts Alain. Dommage que je n'aie pas pu l'avoir plus tôt, Vénus en IR ça devient limite maintenant. Je croise les doigts pour demain soir. Bonne soirée cher ami. Ci-dessous une IR1000 'normale'. Lucien
  38. 2 points
    Je confirme : Science & Vie a traversé une époque assez ringarde il y a 20 ans, mais, à la suite d'un changement de rédaction, est devenu un magazine plus qu'honorable, qui suit bien l'actu en général et qui vulgarise bien des notions pas toujours évidentes. Le "&Vie" lui permet d'ouvrir sur les conséquences et l'influence de la science et des technos sur nos vies quotidiennes. Les puristes lui reprochent certaines simplifications, pourtant indispensables si on veut rester à la portée du lecteur lambda...
  39. 2 points
    Exacte ! Mais on ne s' en est rendu compte que deux ans après ! https://fr.wikipedia.org/wiki/C/1996_B2_(Hyakutake) Passage d'un vaisseau spatial dans la queue de la comète La sonde spatiale Ulysses traversa de façon imprévue la queue de la comète, le 1er mai 1996. Les preuves de la rencontre ne furent remarquées qu'en 1998. C'est lors de l'analyse de vieilles données que des astronomes s'aperçurent que des instruments d'Ulysses avaient détecté une forte chute du nombre de passages de protons ainsi qu'une modification de l'intensité et de la direction du champ magnétique. Ceci signifiait que le vaisseau spatial avait traversé le sillage d'un objet, et plus probablement d'une comète. L'objet "responsable" ne fut pas immédiatement identifié. En 2000, deux équipes indépendantes analysèrent à nouveau cet évènement. L'équipe chargée du magnétomètre réalisa que les changements de direction du champ magnétique ci-dessus s'accordaient avec ce qu'on pouvait attendre d'une queue de comète constituée de gaz ou plasma. L'équipe chercha des suspects vraisemblables. Aucune comète connue ne fut localisée à proximité du satellite, mais en regardant plus largement, ils s'aperçurent qu'Hyakutake, alors à 500 millions de kilomètres, avait traversé le plan orbital le 23 avril 1996. Le vent solaire avait à ce moment-là une vitesse de l'ordre de 750 km/s, vitesse à laquelle il aurait fallu huit jours à la queue pour être emportée où se trouvait le vaisseau spatial, à 3,73 UA, et approximativement à 45° hors du plan de l'écliptique. L'orientation de la queue d'ions inférée à partir de la mesure du champ magnétique s'accordait avec une source se trouvant dans le plan orbital de la comète Hyakutake. L'autre équipe, travaillant sur les données du spectromètre de composition ionique du vaisseau, découvrit un pic soudain et important du niveau de détection des particules ionisées au même moment. L'abondance relative des éléments chimiques détectés indiquait définitivement que l'objet responsable était une comète. En se basant sur la rencontre faite par Ulysses, on sait désormais que la longueur de la queue de la comète s'étendait sur au moins 570 millions de kilomètres (soit 3.8 UA). C'est presque deux fois plus long que la plus longue queue connue auparavant, celle de la Grande comète de 1843, qui avait 2,2 UA de long.
  40. 2 points
    Je dirais bien Sciences et Vie où un de nos meilleurs pigistes écrit quelques articles Mais ça plait pas à tout le monde Bonne soirée Pascal, AG
  41. 2 points
    Qui sont magnifiques. Bravo.
  42. 2 points
    Merci les amis, y'a pas de mérite, M57 apparait facilement sur tout type de ciel avec un objectif photo. La conjugaison du NOFFSET, du dark et du flat maitres est vraiment magique quand on fait un gif ou une vidéo !! Finis les zigouigouis qui zèbrent tout le film ! : Le gif des 165 images juste avant l'étape du compositage : Un p'tit film avec bande son sur le champ complet avec retouche des niveaux dans Sony Vegas :
  43. 2 points
    Très belle image... Mouais, il m'en faut un peu plus pour être choqué par le sens de la planète
  44. 2 points
    excellent, merci pour ce moment de bonheur pis bon ciel
  45. 2 points
    Merci beaucoup les amis ! C'est très encourageant ! Denis, ah bah justement j'ai tenté M57 hier soir avec le C8 ! Mais bon, changer de monture ne dispense pas de faire Bigourdan quand on n'a pas de viseur polaire... Va falloir que je sois moins faignasse. Poses de 10s, et encore va y'avoir du déchet je pense... Je retenterai avec une MES beaucoup plus précise si ma lubie de CP persiste, hi,hi
  46. 2 points
    quelques photos de la motorisation; l'abri fait 4mx4m et le toît étant assez lourd...construit voici 18 ans des roulettes entre le support de crémaillère et les rails maintiennent le déplacement dans l'axe les supports de crémaillères sont des règles en alu pour lisser le béton les rails de guidage sont ceux pour les portes coulissantes de hangar agricole : https://www.quincaillerie.pro/produit/p113409/rail-galvanise-35-30-longueur-metres?fcpc=P113409&fcdid=7441&bs=16&gclid=EAIaIQobChMIwaiCrpy46QIVhojVCh0mjAgHEAQYAyABEgIGUPD_BwE&flxrid=4bf7a496-f8a7-499f-90ca-017652d188d6&utm_source=gshopping&utm_medium=cpc&utm_campaign=fluxcenter ils sont montés à l'envers avec des vis dans l'épaisseur du mur les roues : https://www.quincaillerie.pro/produit/p122995/monture-sur-chant-acier-vis-m10-235a-rail-35x30 le boitier SEW permet de régler l'accélération et la décélération, la vitesse de déplacement
  47. 2 points
    C'est courageux Polo mais cet @^~#[| de ciel ne t'as pas vraiment aidé Des images bien sympathiques quand même Bonne journée, AG La météo a l'air de changer, demain matin je vais tenter SWAN Si la tête dépasse des arbres
  48. 2 points
    Iss du 1er avril dans l ensemble j ai pas trop perdu la main.
  49. 2 points
    enfin, mettre en balance un instrument de 280mm d'ouverture à un qui n'en a que 100 mais qui a aussi une focale moitié, donc pas du tout le même champ ni la même sensibilité à la turbulence, je trouve que c'est un peu comparer des choux et des carottes
  50. 2 points
    Paru dans Nature Astronomy, traduction automatique : https://www.nature.com/articles/s41550-020-1108-1 DISQUES PROTOPLANETAIRES Portraits de famille élargie Paul Woods Il y a un peu plus d'un an, la collaboration DSHARP a présenté une galerie de 20 images de disques protoplanétaires observées avec le tableau Atacama Large Millimeter / submillimeter Array (ALMA) dans des détails exquis, montrant une variété d'anneaux, d'écarts étroits et d'autres sous-structures. Maintenant , Logan Francis et Nienke van der Marel ( . Astrophys J . 892 , 111, 2020) ont rassemblé une nouvelle série de portraits de famille, d'une génération légèrement plus évoluée de disques circumstellaires: les disques de transition (photo). Trente-huit disques sont représentés, dans les observations archivées ALMA du continuum 100/230/345 GHz. La taille du faisceau ALMA est indiquée par le contour cyan dans le coin inférieur gauche de chaque panneau, démontrant que toutes les cavités du disque (à l'exception de TW Hya) sont entièrement résolues dans l'espace, et la barre d'échelle cyan représente 30 unités. Les disques de transition sont des disques protoplanétaires évolués avec de grandes cavités dans leurs distributions de poussières circumstellaires, vues directement, comme ici, ou déduites des distributions spectrales d'énergie. Comme pour les disques protoplanétaires moins évolués, la cause des cavités et des lacunes n'est pas définitivement connue, mais les principales théories invoquent la présence de planètes ou de gradients de pression de gaz qui peuvent piéger les particules de poussière qui sont en grande partie responsables de l'émission continue. Malgré les cavités de ces disques, les disques de transition ont des taux d'accrétion élevés - comparables aux disques protoplanétaires «pleins» - ce qui implique la présence d'un disque interne. Francis et van der Marel sont particulièrement intéressés à quantifier les propriétés de ces disques internes à travers un certain nombre de systèmes, et à identifier les disques de poussière internes dans 18 des 38 échantillons de disques (marqués en magenta sur l'image). À l'aide des données ALMA, qui enregistrent les émissions de grains de poussière de taille millimétrique, les auteurs mesurent la taille et l'inclinaison du disque pour les 14 disques internes qui peuvent être résolus. Ils constatent que les disques internes ont généralement un rayon d'environ 5 ua, bien que certains s'étendent jusqu'à doubler cette distance, et les inclinaisons varient de 26 à 59 °, souvent avec de grandes incertitudes. Ces quantités conduisent à une estimation de la masse de poussière du disque interne, qui est généralement une fraction d'une masse terrestre, à l'exception de GG Tau, un système multiple qui abrite près de la moitié d'une masse terrestre, et du WSB 60, qui en contient plus de 3,5. masses de poussière de taille millimétrique. Le disque de poussière interne est susceptible d'être sensiblement (un à trois ordres de grandeur) épuisé par rapport au disque externe, ce qui indique une dérive radiale rapide du matériau sur l'étoile, conformément aux attentes précédentes. Une exception à cet épuisement est le PDS 70, où deux planètes ont récemment été détectées dans l'espace. Les auteurs suggèrent que dans ce cas, les planètes sont très jeunes, elles s'accrétent toujours et le matériel de l'intérieur de la cavité pourrait encore reconstituer le disque interne.