Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 10/08/18 in all areas

  1. 9 points
    Juste un petit message pour dénoncer le comportement d'un acheteur indélicat. J'avais RV avec M.ALAOU pour conclure la vente de ma lunette astro tech AT106 . Mais en arrivant chez lui après avoir parcouru 100kms il m'adresse un sms pour me dire qu'il avait changé d'avis. Ce monsieur manque d'éducation, il aurait pu me prévenir avant mon départ et avoir la correction de sortir pour me rencontrer !. Ce comportement est rare ici et il faut le signaler, il y a tout de même un code de bonne conduite à respecter! cordialement JP URLI
  2. 8 points
    Bonjour, tant pis pour vous , j'ai pris l'habitude de poster ici le résultat de mes soirées astrophoto M31 que l'on ne presente plus , réalisée tot dans la saison avec la William optics star 71 et la moravian G2 8300 sur AZEQ 6 , DO SGP , Pix , Ps 8 heures au total , j'ai voulu lui laisser un aspect " visuel", mais des étoiles un peu trop cyan/violacées peut être plus d'info : Astrobin le double de persée, cette fois réalisé avec le newton 200/1000 , fait un soir de forte lune en 1 1/2 H En espérant qu'elles vous plaisent Alain
  3. 7 points
    Bonjour, J'ai le plaisir de vous présenter la toute première image faite avec mon nouveau Newton Hyperbolique de 400mm, réalisée ce 6 Octobre par un ciel plutôt mouvementé (turbu + vent, voir erreur de suivi RMS) et un petit croissant de Lune pas trop gênant. C'est encore mon ciel Picard qui a été sollicité, suite à l'annulation - pour cause de météo incertaine - d'une session astrophoto prévue la semaine prochaine au col du Restefond. L'image est perfectible et sera à refaire à l'occasion d'un ciel plus clair mais surtout plus stable, avec davantage de pose ... Les objectifs étaient ici : De valider l'absence d'images fantômes via ce champ rempli d'étoiles brillantes, De vérifier l'absence de halos gênants, De tester la planéité du champ compte-tenu du rapport F/D très ouvert et de la taille du capteur (36,7 x 36,7mm), De confirmer la rapidité du setup astrographe + caméra pour l'obtention d'images profondes. Caractéristiques du tube optique : Newton Hyperbolique 400mm F:3,25 (focale 1300mm) avec correcteur dédié (tirage 75mm) optimisé pour tenir compte de la présence de filtres et fenêtre de la chambre CCD, Caméra FLI Proline 16803, avec filtres LRGB Astrodon, Diviseur optique et caméra STi pour le guidage, Monture 10 Micron GM2000 quelque peu sur-sollicitée (en limite de charge, le tube optique faisant 48kg avec l'ensemble d'imagerie, 41kg sans). Données de prise de vue : 63 poses de 1mn en luminance, 20 poses de 1mn en R, V et B et binning 2, Erreur de suivi RMS : +-0,4 à 0,5 pixel sur chaque axe (d'habitude, la monture donne environ 0,3 pixel si pas de vent et faible turbu) Traitement : Prétraitement MaximDL, Alignement avec Registar, Compilation sous Photoshop, Légère touche de réduction de bruit avec PureImage. => Les images pleine résolution sont disponibles dans la galerie. Image du setup (avec la STL et la Proline) : : Bon ciel à tous ! Emmanuel
  4. 5 points
    Bonjour, Un petit champ centré sur Mirach avant-hier soir dans une atmosphère un peu humide, avec M31 et M33 de part et d'autre de cette étoile… un petit point de rosée au milieu de l'objectif a donné un léger effet Akira Fus'y aux étoiles brillantes … Canon 600d à 1600 iso, objectif de 55mm fermé à 5.6, 23 poses de 3mn …
  5. 4 points
    Bonjour, une image de NGC 7217 dans pégase, cette galaxie spirale est singulière avec sa forme en anneau, Acquisitions en deux nuit avec Maxpilote, refocus en auto toutes les 12 poses en L, 45 x 3 minutes en l bin1 , 3 x 11 poses en RVB bin1, Astrosib 360 + moravian G4 16000. Le seeing de Septembre est reparti à la hausse, et ne permet pas de visualiser de gros détails dans cette galaxie assez petite, la FWHM sur brute est de 2.5" à 3.0" Traitement Pix et Php. Image de la cible croppée à la taille d'acquisition : Image du champ complet en full : jc
  6. 4 points
    2 images faites le mois dernier. 22 et 25 heures de Ha OIII et Ha OIII SII Les full sont ici et ici
  7. 4 points
    Mars, septembre 2018 On trouve encore des films oubliés à la hâte au milieu des expositions d’orchidées et des voyages incessants à São Paulo.
  8. 4 points
    Bonjour, voici une image prise avec mon eternel et unique set up lunette meade 80/480 serie 5000 sous un ciel légerement voilé Lunette Meade 80/480 sur EQ6 + AtikOne à -10deg filtre Astronomik H_alpha 6nm :13 poses 1200sec H_Alpha binning 1 Filtre Astronomik OIII 6nm : 6poses de 1200 sec binning 1 Filtre Astronomik SII 6nm : 5poses de 1200sec binning 1 traitement pixinsight et photoshop pour assembler les couches Amicalement thierry
  9. 4 points
    Moi c'est beau temps pour toute la semaine Mais toutes mes caméras sont équipés de CCD Kodak......
  10. 4 points
    Y aurait pas comme une sorte de redondance pléonastique???
  11. 3 points
    Salut à tous, je précise l'intitulé : c'est un bilan partiel puisqu'il s'arrête fin août ; et puis le terme de "bilan" ne doit pas être perçu comme quelque-chose d'ambitieux, il consiste juste en un relevé des changements constatés entre mes différents dessins. Disons-le clairement, l’opposition 2018 n’a pas été telle qu’on l’espérait : on attendait de pouvoir contempler Mars avec un luxe de détails, mais dès début juin la tempête est venue jouer les rabat-joie et a fait chuter (voire a annulé) le contraste des taches d’albédo. Du coup, le bilan porte davantage sur les effets de la tempête que sur les petits détails du sol martien qui seront souvent restés timides. Autour de la date d’opposition le globe est demeuré vide de taches d’albédo, sauf si l’on avait un filtre rouge sous la main, dont l’effet est assez miraculeux. Non pas que le contraste devienne fort grâce à lui, mais il est rehaussé et les contours des formes qui apparaissent dans l’image sont plus nets. Il a également comme effet de réduire la turbulence (on est dans les grandes longueurs d’ondes du spectre visible) et de réduire la dispersion atmosphérique, ce qui est appréciable quand on observe à moins de 20° de hauteur au-dessus de l’horizon. Tous les dessins sont faits au T406 à 600X en bino et filtre rouge RG610. Sur Mars, je n’ai jamais eu intérêt à descendre en grossissement, même quand j’observais bas. Ceux qui sont faits depuis chez moi en Vendée ont été réalisés avec un seeing correct, quand c’était trop mauvais je ne faisais pas de dessin. A Ténérife (deuxième quinzaine de juillet) j’ai eu un seeing excellent quand je m’installais à proximité de l’observatoire d’Izana. Les 20° supplémentaires de hauteur dans le ciel ont aussi bien aidé… En Afrique du Sud sur la première quinzaine d’août, seeing très variable, le passage de Mars au zénith n’a pas été une garantie de lisibilité de l’image. J’y ai quand-même eu quelques très belles visions de la planète rouge. Une petite photo du spot à Ténérife, à 2240m. En haut, la vue vers Izana à l'est ; en bas la vue dans la direction opposée, vers le volcan Teide à l'ouest. On voit aussi un bout de mer de nuages en contrebas, vers le nord. Le flux majoritairement de nord arrive de l'océan et remonte le relief jusqu'à atteindre le spot en question, ça explique sûrement la qualité du seeing ici. Une photo d'Afrique du Sud, prise lors d'une ballade du soir près de la ferme astro de Hottie ; ambiance savane. La nuit arrive, les prédateurs se préparent... Voilà une planche avec tous mes dessins 2018, depuis le 10 février jusqu’à fin août. Les tailles des globes sont à l’échelle. J’ai juste précisé la date, la longitude du méridien central, et l’endroit (quand rien n’est précisé, c’est depuis chez moi en Vendée). En cliquant dessus elle devrait s'afficher en plus grand. De fin juin à mi juillet, on voit bien les effets de la tempête, avec un contraste très faible et un globe presque sans détails, malgré le filtre rouge. Et puis vers la fin juillet, la tempête se calme, la poussière commence à se déposer par endroits, le contraste remonte, mais le filtre rouge demeure tout de même indispensable pour mieux voir. Les effets de la tempête : Visibilité de Valles Marineris D’habitude, on localise le célèbre canyon grâce à Tithonius Lacus et au segment sombre qui le relie à Aurorae Sinus (Agathadaemon). En juillet (à gauche, dessin du 26/07/2018), la poussière a été canalisée dans le canyon et a ainsi révélé la portion de Valles Marineris qui traverse Aurorae Sinus, sous la forme d’un chenal clair coupant Aurorae Sinus en deux morceaux (flèche sur mon dessin). Sur l’image de la sonde Mars Orbiter de 2014, on voit un fin chenal clair à cet emplacement, mais j’imagine qu’en juillet la poussière l’a rendu plus brillant, voire a donné l’impression de l’élargir en débordant un peu du canyon. Sur mon dessin de 2014 (et sur celui du 4 juin 2016, plus bas), on ne voit pas cette séparation claire. Solis Lacus Sur le dessin de gauche, Solis Lacus et les formations environnantes semblent s’être soudés pour prendre la forme de cette grosse masse sombre. La tempête se trouve juste à gauche sur le dessin, elle commence donc à transformer aussi l’aspect de Solis Lacus. Entre cette formation et Mare Sirenum, un bourgeon clair a émergé, c’est le début d’un autre foyer de tempête. Un mois plus tard, sur le dessin de droite, le pourtour de Solis Lacus a retrouvé un aspect plus proche de la normale. Syrtis Major Le 24 avril 2018 (à gauche, 10,4’’ d’arc) la grande Syrte a sa forme classique, tout comme sur le dessin de 2016 à droite. Dessin central : dans le courant du mois d’août, alors que la tempête a cessé (mais qu’il y a encore de la poussière en suspension), Syrtis Major s’est amincie sur ses flancs ouest et est, Deltoton Sinus (flèche noire) se résume à une tache noire isolée au lieu d’être classiquement intégrée à la masse de Syrtis Major, comme sur le dessin de droite. La zone qui correspond à la connexion entre Sinus Sabaeus et Mare Serpentis a aussi considérablement changé depuis 2016, Deucalionis Regio est plus foncée ce qui donne l’impression que Sinus Sabaeus s’est élargi (flèche rouge). Margaritifer Sinus Sur le dessin de droite en 2016, Oxia Palus (flèche) est dans le prolongement de Margaritifer Sinus et forme une pointe dirigée vers le nord. C’est l’aspect habituel de ce secteur. Sur celui du centre début août 2018 après passage de la tempête, il y a une interruption entre Margaritifier Sinus et Oxia Palus, ce dernier paraissant maintenant faire partie de Niliacus Lacus au nord et formant une pointe dirigée vers le sud cette fois. Le dessin de gauche, croqué en pleine tempête, est là pour montrer la différence de contraste avec le dessin du centre à quasi un mois d'intervalle (avec un filtre rouge dans les deux cas). Mare Cimmerum Sur le dessin de gauche, la tempête est encore active, elle masque une bonne partie de Mare Cimmerium dont il ne reste de visible qu’une portion en forme de poire (flèche noire). A droite, début août, cette mer a retrouvé sa physionomie habituelle. A gauche on remarque également la disparition d’une partie de Mare Tyrrhenum (flèche rouge) et que la calotte (ou en tout cas pour sa portion diurne) est presque entièrement recouverte par de la poussière. A toutes fins utiles je mets un lien vers une carte pour s’y retrouver dans les noms de formations que j’ai mentionnées : http://alpo-j.asahikawa-med.ac.jp/kk07/m070515r.htm Celui vers mon post sur Mars à Ténérife : http://www.astrosurf.com/topic/120632-mars-depuis-ténérife/ Et vers le récit sur l’observation en Afrique du Sud : http://www.astrosurf.com/topic/121312-afrique-du-sud-1-bilan-et-dessins-de-nébuleuses/ Sinon, Mars ça continue , vendredi soir les images étaient tout à fait exploitables, malgré les 'seulement' 15'' d'arc. Fred.
  12. 3 points
    Bonsoir, je poste une M31 prise avec un setup qui n'est finalement pas terrible, à savoir un télé 300 (Taïr) ouvert à 4.5 et un canon 1100D défiltré. l'aberration chromatique est renforcée par la sensibilité au rouge et j'aurais du diaphragmer à 5.6 pour arrondir les étoiles. (y'a d'autres défauts mais je passe) Bref, avec le ciel péri-urbain par là-dessus, ça fait un peu bouse Glob
  13. 3 points
    je me suis un peut attardé sur cette galaxie 70x120s avec fircapture et l'asi 1600mcc pour les etoile l'asi sature tres facilement ,je suis preneur de toutes les critique et surtout les infos pour evité ces etoiles saturées
  14. 3 points
    C'est vrai que le politiquement correct nous envahit, mais pour un câble USB, je pense que l'on est pas vraiment obligé de parler de "câble de couleur" mais qu'on peut dire un câble noir Ok, ok, chus déjà sorti
  15. 3 points
    Bonjour et merci pour vos commentaires. Pour répondre à Zeubeu, si je compare les formules "parabolique + Wynne" et "Hyperbolique + correcteur dédié", je résumerai comme suit : Parabolique + Wynne : Avantages : Grand champ corrigé pour la photo CCD, Primaire parabolique donc polyvalent (formule Newton - Cassegrain possible), nombreux correcteurs sur le marché, y compris barlow correctrices, TOP au centre sans correcteur, mais seulement au centre (imagerie planétaire hors Lune). Inconvénients : Encombrement du correcteur (surtout en 3 ou 4 pouces) obligeant à sortir pas mal le foyer, d'où un secondaire plus grand (obstruction), Poids du correcteur, Prix du correcteur en 4 pouces, Vignettage conséquent du correcteur, Peu adapté au visuel haute résolution à grand champ : si correcteur non monté, bon seulement au centre, si correcteur monté : moyen partout. Hyperbolique + correcteur dédié (ici un correcteur type ROSS à trois lentilles amélioré) : Avantages : Grand champ corrigé pour la photo CCD, mais aussi pour le visuel, Haute résolution possible sur un champ conséquent (limité par la diffraction sur 20% du champ), Correcteur très compact (35mm de long sur ce NHD400), Vignettage du correcteur insignifiant, Prix du correcteur plus faible. Inconvénients : l'instrument ne fonctionne qu'avec son correcteur, donc moins polyvalent que la formule parabolique, nécessité de fournir le correcteur à l'opticien qui taille le primaire si l'on souhaite un résultat optimal (ne pas travailler seulement sur la base du coef de déformation attendu pour l'hyperbole). => Finition et retouches du primaire en autocollimation avec le correcteur en place. Conclusion : Pour le grand champ et uniquement la photo CCD, pas de grande différence sur la qualité des images, Par contre, l'encombrement très réduit du correcteur de l'hyperbolique permet de limiter l'obstruction et d'obtenir un vignettage réellement faible, => Moins de montée du bruit dans les coins suite à l'application des flats. Potentiel d'obtention d'un meilleur piqué de l'image sur une partie importante du centre du champ en hyperbolique, => Hyperbolique meilleur pour le visuel à haute résolution sur pas mal de champ. C'est la première fois que je réalise cette formule, je voulais donc me faire mon expérience à ce sujet et je ne suis pas déçu. Par contre, la collimation à F:3,25 sur un grand capteur demande pas mal de soins. Faisant du nomade, j'ai donc aussi vérifié que la qualité de la mécanique permettait un démontage (primaire compris, mis en caisse), transport et remontage de l'instrument sans influence notable sur sa collimation. => A part une légère retouche de collimation à l'oculaire à fort grossissement, l'instrument était de nouveau opérationnel le premier soir. Amicalement, Emmanuel
  16. 3 points
    Les zamis, ma commande pour une 1600 est partie chez ZWO... Je vais devenir un heureux explorateur du ciel profond puisque tel est mon souhait... Merci à vous pour les conseils qui ont su me détourner d'une Alta certes très belle mais pas vraiment adaptée...
  17. 2 points
    Hello Perso, j'adore, j'adore, j'adore..... Dans le fond de ciel, il y a plein plein plein de galaxie J'en compte facile 40 A+ David https://www.astrobin.com/full/370449/0/?nc=collection&nce=796&real=&mod= https://www.astrobin.com/full/370449/C/?nc=collection&nce=796&real=&mod= https://www.astrobin.com/full/370449/D/?nc=collection&nce=796&real=&mod=
  18. 2 points
    Voilà ma dernière de cette année, le C14 est rentré, il faut que je règle quelques petits problèmes, le mak a pris ça place. J'ai remarqué que malgré les ventilateurs de mise en température, il y avait énormément de turbu dans le tube, je ne sais pas pourquoi mais pourtant le thermomètre m' indique des températures équilibrées, je vais devoir changer les sondes... et aussi d'autres problèmes pénalisant pour la HR ! Ce n'est pas une référence dans le traitement mais je suis content d'avoir pu obtenir une image où l'on voit Solis Lacus ! Bon ciel à vous. Will
  19. 2 points
    Salut, Et oui, un petit coup d’œil sur notre Soleil cet après midi Lunt LS35 + dmk 31 Daniel
  20. 2 points
    saut que je change de cible?, non, c'est juste que j'ai loupé le croissant de lune pardon
  21. 2 points
    Bonjour, Une image qui était rester sur le disque dur le mois dernier, faite avec le Canon200m f2.8 et l'a7s sur la star adventurer en seulement 1h30 155x30" , je trouve qu'il y a beaucoup de bruit, je voulais poser plus mais tant pis! Alors juste pour le plaisir du partage https://www.astrobin.com/full/370630/C/?nc=user A+ Guillaume
  22. 2 points
    Quand il a plu toute la journée, et que le mistral se lève en fin de journée.....
  23. 2 points
    Bonjour, Jeudi soir avec Calern avec les copains, je me suis mis sur la célèbre M33 que j'avais déjà fait lors de mes début en astrophoto . En attendant de recevoir l'asi1600mm , le Canon 100D et opérationnel... Ne chercher pas de HA dans les bras , il n'est pas défiltré!!! mais je la trouve sympa quand même , alors je vous la présente Il y a 40 poses de 5min avec la TS65Q et le Canon 100D sur l'heq5 Le crop: Et pour avoir tout les détails et voir la full c'est ici: https://www.astrobin.com/370170/0/?nc=user Voilà espérant quelle vous plaise Guillaume
  24. 2 points
    Bonsoir à tous, De retour de hte Ariège pour le we, la soirée de Vendredi a été excellente tant au niveau noirceur que seeing à 1300 m. Newton 360 mm F/3.7 "maison" optique et méca (ancien miroir de C.14 retaillé) + Paracorr 2 Eos 5DMII Astrodon à 800 iso pour ces objets assez faibles / Poses unitaires de 75 Sec Poses de 50 min sur Cocoon, 30 min sur NGC 6946 et IC 63 et M16 (un peu de tilt sur M16 à grand champ lié à une mauvaise collim du début de soirée... je referai !! ) Traitement sous Iris, PI et CS6. Phil : site perso http://www.photoastro.com/
  25. 2 points
    CROA du 5 octobre 2018. Ce soir, le temps est magnifique pour une des deux soirées d'observations mensuelles au club Andromède de Lassigny. Le rendez-vous est comme d'habitude fixé à 21h au local du club qui se situe dans le sous-sol du château de Lassigny en face de la mairie. En utilisant mon moyen de communication préféré, c'est-à-dire le groupe WhatsApp sur nos biens aimés smartphones, j'avais proposé aux membres présents de partir rapidement observer. Pas de bla-bla, on sort et on s'en met plein les yeux ! Il y un peu de monde ce soir là, nous sommes cinq au rendez-vous, malgré le fait qu'une grande partie du club est partie au village Azuréva de Métabief (Doubs) pour le week-end annuel d'astronomie du CIS. Nous nous embarquons, direction le lieu dit de Belval qui n'est pas loin, puisque situé à la sortie sud du village de Lassigny. Il fait encore doux ce soir. Nous commençons à installer nos instruments en bras de chemises. De mon côté, je galère un peu pour la mise en station. J'essaye d'aller vite. Du coup, je suis obligé de recommencer mon alignement avant de pointer correctement les objets sélectionnés avec mon tube de 254/1200. Pendant ce temps, mes camarades s'amusent avec les yeux de hibou que j'ai apporté. A travers ces optiques les constellations changent d'aspect. C'est à peine si nous reconnaissons Cassiopée, il y a beaucoup plus que le W. Quand on pointe Andromède, la galaxie est bien visible et que dire de la Voie Lactée. Dave nous dirait : « Mon Dieu, c'est plein d'étoiles ! ». Bien-sûr, comme à mon habitude, j'ai préparé une liste d'objets observables et j'ai coché l'option expert. Eh, oui ! Au club Andromède, nous sommes très forts et surtout très modestes. Cependant, nous commençons plus raisonnablement avec Mars. La planète est bien brillante au sud de notre position. Elle a commencé à bien s'éloigner. Elle est déjà gibbeuse décroissante. On dirait une lointaine petite Lune. Elle est aussi bien basse sur l'horizon et nous offre que peu de détails. Alors, comme j'ai bien effectué la lecture de mon magazine favori à savoir « Astrosurf magazine », je sais que la planète Neptune est proche de l'opposition. Je pars observer cette géante bleue. C'est un peu décevant. A l'oculaire, on ne discerne qu'un petit point légèrement bleuté qui est bien difficile à départager avec les étoiles avoisinantes. Comme je suis dans le mode expert, je prends le chemin de NGC7129. Cet objet est un amas ouvert plus une nébuleuse dans la constellation de Céphée. Malheureusement, avec une magnitude de 12, nous n'arrivons pas à discerner cette nébuleuse et l'amas tout seul n'est pas très impressionnant. Deuxième déception de cette soirée qui pourtant se présentait sous de bons hospices. Tu parles d'un expert ! Ensuite, plus modestement, nous pointons la boule de neige bleue, NGC7662. Cette nébuleuse planétaire se trouve à 5600 AL dans la constellation d'Andromède. Malgré sa petite taille (2.2'), on la discerne facilement. Comme son nom l'indique on devine facilement la couleur bleue qui domine. On discerne également ce tout petit anneau avec ses dégradés d'intensité en partant du centre vers l'extérieur. La magnitude (9) n'est pas très importante mais, comme les conditions sont assez bonnes, elle est agréable à observer. Alors, puisque nous avons découvert un petit anneau dans le ciel, partons découvrir un autre anneau un peu plus grand, celui de la Lyre. Située dans la constellation du même nom, cette nébuleuse planétaire est bien connue des astrams. Tout le monde passe par l'oculaire pour observer le 57ième objet de la liste de Charles Messier. La folie nous reprend. Cette fois-ci, je cherche NGC40. C'est encore une nébuleuse planétaire dans la constellation de Céphée ; mais avec une magnitude de 11 et une taille de 0.6'. Je ne vois pas grand chose. Elle se confond facilement avec une étoile faible. Impatient, je pointe NGC1931avec toujours aussi peu de résultats. Elle se trouve dans un champ très riche, c'est difficile de faire la part des choses. Je n'ai pas de chance ce soir avec les amas + nébuleuses. J'abandonne l'idée d'observer la nébuleuse du Hibou (M97) car elle est très basse sur l'horizon et, avec une magnitude de 11.2, elle est noyée dans la pollution lumineuse, conséquence du village de Lassigny et des éoliennes qui clignotent derrière. Je propose à ce moment un retour au planétaire car Uranus aussi est proche de l'opposition. Cette fois-ci nous avons plus de chance avec cette géante bleu-vert. En grossissant un peu, on commence à obtenir un tout petit disque bien visible. C'est avec mon oculaire de 9mm que j'obtiens le meilleur rapport qualité/grossissement. Pour finir ma liste, je pointe NGC891qui est une galaxie spirale vue par la tranche. Elle aussi située dans la constellation d'Andromède, sa faible magnitude de 10 ne nous permet de discerner qu'un faible filament allongé à peine perceptible. Il faut bien utiliser la vision périphérique pour l'appréhender plus efficacement. J'entends mes amis derrière moi qui ont pointé la nébuleuse de l'Haltère. C'est vrai que M27 n'était pas dans ma liste. Mais, comme elle est bien placée en cette saison, je monte la voir. Ce soir, elle est toujours aussi belle et, pour profiter pleinement de sa beauté, j'ajoute un filtre UHC qui va renforcer le contraste très efficacement. Le fdc s'assombrit nettement mais la nébuleuse reste bien visible. Située dans la constellation du petit Renard, c'est une vaste et brillante nébuleuse planétaire. Elle semble allongée et son étranglement est déjà perceptible. C'est vrai, qu'elle ressemble à un trognon de pomme. Suite à une requête collégiale, je centre M13dans l'oculaire – Magnitude 5,8 – Le Grand Amas d'Hercule est parmi les objets les plus imposants du catalogue Messier. Comportant plus de 500 000 étoiles, c'est un des plus vieux objets, son âge est estimé à 12 ou 14 milliards d'années. Situé à 22 000 AL, son diamètre est de 150 AL ce qui représente un diamètre apparent de 20 mn d'arc. En bonnes conditions, il est visible à l'oeil nu.Nous ne pouvions pas passer notre soirée sans observer ce majestueux amas. Toujours sur l'impulsion de mes camarades nous partons vers le double amas de Persée (NGC884et NGC869). A l'aide de mon oculaire XWA de 20mm, j'arrive à placer ces deux amas dans le champ de vision. Beaucoup d'étoiles sont brillantes et contribuent ainsi à la beauté de l'ensemble. Situé à plus de 7000 AL, il est âgé d'environ 6 millions d'années. Nous dérivons quelques instants vers les Pléiades. Toutes les sœurs ne sont pas visibles en même temps. Malgré l’oculaire XWA, la focale de 20mm de ce dernier zoom beaucoup trop sur l’amas ouvert. Il me semble que la dominante bleutée soit déjà perceptible. Enfin, je termine la soirée avec M81et M82, les galaxies de Bode et du Cigare. Là encore, je les place toutes les deux dans l'oculaire. Elles sont bien visibles avec les magnitudes visuelles de 6,7 et de 8,4. Nous sommes plus raisonnables avec ce couple habitant la constellation de la grande Ourse qui est lui aussi bien connu des astronomes amateurs. Avec des étoiles plein les yeux nous remballons notre matériel, heureux de cette soirée conviviale et toutefois bien réussie. La température a bien baissé, nous avons enchâssé nos bonnets et nos vestes bien chaudes. Il est temps de rentrer pour un repos bien mérité. Bon ciel à tous.
  26. 2 points
    Salut, Nouvelle sortie la nuit dernière, sans les copains cette fois, qui préfèrent le visuel J'ai donc posé 4h sur cette galaxie avec ma petite 80ED que affectionne particulièrement ! addition de 7 x 5mn + 2 x 7mn + 19 x 10mn soit 3h59 on va dire 4h ) 9 darks, 7 offset, 7 flat, 80ED + correcteur 0.85X+ Canon 1000D + CLS, 800 iso traitement iris, la version réduite la version annotée, même si tout le monde la connais, c'est toujours sympa d'avoir les noms dessus, la full Daniel
  27. 2 points
    Au hasard, réparer la percussion de la foreuse de roches (Curiosity), changer ou réparer la roue du rover Spirit, dépoussierer et changer les batteries d'Opportunity. Aie @vaufrègesI3, pas la tête
  28. 2 points
    Ah ! Bien crevé après une longue journée de travail, je me suis mis quelques secondes à scruter mélancoliquement une pièce de dix centimes qui traîne sur mon bureau …. Mais je peux la donner la pièce moi, pas de problème, tout de suite, voilà !!! Si seulement….
  29. 2 points
    Bon après ça c'est vrai qu'on peut se mettre toutes et tous d'accord là-dessus, si on regarde la manière dont le monde tourne, l'ISS on chipote (mais pourquoi pas hein….) parce qu'en matière de budget pour des conneries ou des trucs profondément lamentable, ça arrive, si tant est qu'on mette l'ISS dans cette catégorie, en position 1743, au moins….. Donc disons que Kaptain j'aurais tendance à penser aussi, mais tu seras peut-être d'accord là-dessus, que le désaccord si on veut ok, mais pas de quoi être "scandalisés" à proprement parler, comparativement au reste…. Perso honnêtement je suis plutôt aussi pour les sondes et les rovers, et il y a bien des missions que j'aimerais voir naître…. (Et même si là dans la discussion j'aimerais bien qu'on approfondisse la question des tâches que les robots ne pourraient pas faire. Ça me semble réellement intéressant d'essayer d'en avoir le coeur net, même d'un point de vue tout à fait technique, parce que là on serait dans autre chose que juste le caractère symbolique d'envoyer des hommes dans l'espace qui, lui, (pour ma part voilà) ne me convainc pas…) Pour autant, même si en l'état je ne suis pas convaincu, je n'irais pas mettre l'ISS du côté des "scandales" à proprement parler…. Après, aussi, on peut s'étonner du budget de l'ISS par rapport au budget de la recherche dans certains pays, tout particulièrement la France…. Mais ça, c'est parce que le budget de la recherche y est assez ridicule en fait, ce qui est encore un autre problème….
  30. 2 points
    Pour les toilettes, le responsable, c'est lui.
  31. 2 points
    c'est bien celle que j'ai pris. Et même en accentuant ça reste moins bon, c'est comme ça. Tu veux vraiment la version accentuée ? Elle est trop bonne celle là Aucun point en commun, pour 5 raisons : -je n'ai aucun autre intérêt dans le projet que tu évoques que le fait qu'il se fasse pour faire évoluer nos pratiques. Je n'ai fait que l’accompagner, je ne suis pas payé pour ça et je n'ai rien à vendre. J'ai juste la chance et le privilège d'avoir pu donner quelques conseils, suivre son développement et utiliser les protos. Bref je m'amuse sur mon temps de loisir (et je m'éclate). Toi c'est différent, tu nous a parlé de commercialisation à 1000€ environ et le cas échéant ce serait à ton profit. -autre grosse différence, le projet que j'évoque peut être vu par les gens, il suffit de venir au RCE. Il y a du très concret à montrer et il y a des publications dessus. -encore une autre grosse différence, je ne vois aucun rapport entre une optique adaptative et ce que tu fais. Tu vises le visuel assisté alors que CIAO vise l'imagerie haute résolution pour des spécialistes et des pros. Je te l'ai déjà dit 1000 fois je ne demande pas mieux que t'encourager un projet comme le tient. Le problème c'est que lorsque l'on essaye d'en savoir plus dessus on peine à avoir des réponses, et surtout tu finis par falsifier des images pour prouver ce que tu veux démontrer. Moi ça me pose un problème, et je ne suis pas le seul ici. On est sur un forum sérieux. -Je ne passe pas mon temps à pavoiser avec ce projet et à faire de la retape dans des fils de discussion dont ce n'est pas le sujet. -Je ne débine pas les projets des autres. Le tient on est juste plusieurs à s'y intéresser et en face de tes "extraordinary claims" tu n'apportes aucune "extraordinary evidence". Nous y sommes pour rien. Je fais la même chose avec Evscope et Stellina, eux me montrent des choses. Je sais assez précisément où ils en sont dans leur projet, et surtout ils n’essaient pas de me blouser ! Le retour de la victimisation Le dénigrement, c'est dire du mal gratuitement. Là je ne dis pas de mal, je cherche juste des évidences que tu peines à donner. Si tu n'avais pas bidonné ton traitement AS3 quelques pages avant, et bidonné le traitement de mes images de Jupiter en juin, le ressenti sur ce que tu fais serait plus positif. Dans tous les cas chacun a les éléments pour se faire son idée.
  32. 2 points
    Bon, en matière de détails, pour le GIF ci-dessus : http://www.astrosurf.com/uploads/monthly_2018_10/0001_redimensionner_lapl5_ap2044t.gif.8cf73d54e75f92de696a32e43ddaac5a.gif Au premier coup d'oeil, pour les détails, yapafoto, si l'on peut dire. On pourrait continuer à "jouer " longtemps comme ça, perso je pense que ça suffit! J'ai donc finalement fait le film en simulation avec par défaut le GIF de @ms car Polo avait suffisamment à faire avec ses films et Brizhell plus urgent pour l'instant. JLD a fait clairement le point dans l'autre fil sur la question.. Je me permet de faire une suggestion : Il y a quelques années, avec une bécane basique XP (ou Vista ?), une caméra grand public 640x480 à 100€, et un ADSL poussif, j'avais réussi à faire du "live" sur le forum en filmant une photo sur papier (suspendue à un fil pour bouger un peu) d'une Saturne proposée par un éminent membre du forum, et écrit un tuto qui existe encore, aux images près. En le recherchant, j'ai aussi retrouvé celui des "mouseover" On croira plus volontiers @ms s'il nous propose cette manip interactivement un soir de pluie. En attendant, je vais m'occuper des dernières images que m'a envoyées Polo
  33. 2 points
    Ah ben oui mais moi je sais qui se cache sous le couvercle !!!
  34. 2 points
    https://www.youtube.com/watch?v=grMTgswcORs
  35. 2 points
    Pour stabiliser la turbu en plus crédible il y a l'optique adaptative. Ca c'est toujours sur de bons rails avec Imagine Optic avec le développement de CIAO (comme ciao la turbu ou "Compact Innovative.Adaptive Optic". Je ferai une présentation avec Guillaume Dovillaire pour détailler où nous en sommes. Pour faire court, l'étape de validation sur source de petite taille angulaire est faite depuis longtemps (il y a un an). Il a néanmoins eu plein d'améliorations possible envisagées et surtout le besoin de faire une analyse sur source étendu. un test était prévu en juillet, il a eu lieu, mais le délais était un peu court pour Imagine Optic et le logiciel n'était pas encore assez au point. Depuis ces points ont été améliorés, et de nouveaux tests seront fait dès que possible. Ca avance à son rythme car il n'y a personne à plein temps dessus. Mais pour une idée lancée début 2017 il me semble, on a déjà bien bien avancé. Ici pas de boîte noire ou de blabla à la @ms, ce que l'on fait on le montre J'ai aussi déposé un abstract pour l'EPSC 2018 : https://meetingorganizer.copernicus.org/EPSC2018/EPSC2018-233.pdf François Colas a fait le talk à Berlin il y a quelques semaines. Je pense que dans le courant 2019 il sera possible de sortir quelque chose. Mais ça dépend surtout de Imagine Optic, donc je ne peux pas me prononcer à leur place. L'outil ne sera pas pour Mr tout le monde avec un coût attendu autour de 20k€, mais c'est quand même une grosse rupture par rapport à ce qui existe par ailleurs pour le moment. Pour le particulier c'est compliqué, mais pour les télescopes de missions et quelques amateurs fortunés ça restera jouable. Et puis tous les petits télescopes pro. Il y aura aussi une contrainte de f/d, il faut entrer au moins à f/10 dedans. Pour des télescope jusqu'à 300/400 mm une approche logiciel reste à mon avis une bonne solution. Au dessus il faut vraiment travailler sur le front d'onde. Donc une approche de calcul en temps réel reste bonne et ne s'oppose pas à ce projet je pense. Perso je n'attends plus rien du côté de ms car ça fait 10 ans que l'on attend quelque chose et le dernier fil à ce sujet a montré que son projet ne fonctionne pas pour le moment. Ca reste quand même une bonne idée, sans doute que quelqu'un la reprendra sous une autre forme.
  36. 2 points
    Le seul truc moche, c'est que la météo va se venger... D'ailleurs c'est bien parti : les 10 jours à venir ne sont guère astronomic-able
  37. 2 points
  38. 2 points
    ASI1600 et la 183 (Altaïr ou ZWO) sont différentes, par la taille du capteur et la taille des pixels, les 2 caméras sont très bonnes, on ne peut pas dire qu'une est mieux que l'autre, chacun décide en fonction des objets qu'il veut photographier, du matériel qu'il a qui sera +/- adapté à tel ou tel capteur, et surtout du ciel auquel il a accès qui sera le vrai facteur limitant. Pas vraiment utile d'avoir un échantillonnage à 0.4 la plupart du temps. Avec la FSQ 106 on est à 0.9 en prime focus et à 1.3 avec le réducteur, avec la 183, ce qui est très bien. Olivier
  39. 2 points
    Hello hello Merci pour votre passage et message Polo, JF, Johann, Sauveur, Raphaël & Alain Merci aussi aux likers du post d'origine @All : Je vous avoue qu'au traitement, je me suis demandé pourquoi elle était appelée "Le ptit Sombrero" car je ne trouve pas vraiment qu'elle ressemble. "Les électrodes" d'Alain lui va mieux
  40. 2 points
    Une image que je ne me souviens pas avoir vu... Tirée de ce site : https://www.universetoday.com/140184/new-image-shows-the-rugged-landscape-of-comet-67p/
  41. 2 points
    En même temps Jack, il y a un point commun très clair, sauf que Giscard en sortait, tandis que notre ami Huitz' y entre : le septennat, ben oui….
  42. 2 points
    Hello cela faisait très longtemps que je voulais prendre en photo le croissant de Lune en haute résolution quelques jours avant la nouvelle Lune. C'est rarement fait vue qu'elle est souvent basse et surtout il faut être matinal. Je trouve que l'océan des tempêtes sous cet éclairage rasant est hypnotique avec les cratères épars formant comme d’innombrables trous de poinçon noirs dans la surface lunaire. En particulier la zone ci-dessous, il y a des détails magnifiques entres les rainures et les dômes volcaniques. C'est un beau panel de diversité géologique lunaire ce coin là (Reiner Gamma, les dômes de Marius, Rima Marius, et bien entendu Aristarque, la Vallée de Schröeter. On peut vraiment parler de magnifique désolation Bref, je me suis levé à 5h vendredi matin, la ZWO a été montée au foyer du C11, soit 0,2"/pixel, filtre rouge, ADC, et c'est parti. En tout 22 images assemblées à la main dans Phosohop. C'est un peu long mais bon, en automatique ça fait n'importe quoi. La version lourde de l'image peut être vue ici avec près de 11 000 pixels de haut : https://goo.gl/9HkJHz Une version réduite ci-dessous : La prochaine fois je tenterai un jour plus tôt encore dans la lunaison, ça donne quelque chose d'encore plus spectaculaire : https://www.eso.org/public/france/images/eso9903c/ JLuc
  43. 2 points
    Ok Thierry j'ai diminué un peu la courbe verte et augmenté légèrement la bleu dans toshop voici J'appliquerai cette méthode dorénavant encore merci pour vos infos
  44. 2 points
    Souvenirs, souvenirs ... A l'échelle, les meilleures images des satellites les plus proches de Saturne, orbitant respectivement (du haut vers le bas), dans la Division de Roche (séparant l'Anneau F de l' Anneau A), le Keller Gap et le Encke Gap : Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute Réf. https://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA21449
  45. 2 points
    Merci les gars d'être passés. Content qu'elle vous plaise. Une petite V2 avec les extensions un peu plus contrastées. Au-delà c'est vraiment trop bruité. JF
  46. 2 points
    une 404 dans un grand champ ? Blague à part, c'est un beau grand champ Pierre-Alain Je connais pas le coin. c'est un bug dans le rond rouge ? Y'a une comète dans le secteur ? j'ai pas regardé les ephemerides... Glob
  47. 2 points
    https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7251 Demain 5 octobre dans la revue Science vont être publiés les premiers résultats du « Grand Finale » de la sonde Cassini qui a effectué 22 orbites entre Saturne et ses anneaux. Traduction (automatique) de l’essentiel du communiqué du JPL : Six équipes de chercheurs publient leurs travaux le 5 octobre dans la revue Science, à partir des conclusions du Grand Finale de Cassini. C'est alors que le vaisseau spatial était à court de carburant, l'équipe de la mission a conduit Cassini de façon spectaculaire près de Saturne sur 22 orbites avant de le vaporiser délibérément lors d'une plongée finale dans l'atmosphère en septembre 2017. Sachant que les jours de Cassini étaient comptés, son équipe de mission s'est dirigée vers l'or. Le vaisseau spatial a volé où il n'a jamais été conçu pour voler. Pour la première fois, il a sondé l'environnement magnétisé de Saturne, a traversé des particules annulaires glacées et rocheuses et a reniflé l'atmosphère dans le fossé situé entre les anneaux et les sommets des nuages (1 200 km). Non seulement la trajectoire de vol a repoussé l’engin spatial à ses limites, mais les nouvelles découvertes montrent à quel point les instruments étaient puissants et agiles. De nombreux autres résultats scientifiques du Grand Finale sont à venir, mais voici certains des faits saillants d'aujourd'hui: • Des composés organiques complexes enchâssés dans des nanograins d’eau se déversent des anneaux de Saturne dans la haute atmosphère. Les scientifiques ont vu de l'eau et des silicates, mais ils ont été surpris de voir aussi du méthane, de l'ammoniac, du monoxyde de carbone, de l'azote et du dioxyde de carbone. La composition des composés organiques est différente de celle trouvée sur la lune Enceladus - et également différente de celle de la lune Titan, ce qui signifie qu'il existe au moins trois réservoirs distincts de molécules organiques dans le système de Saturne. • Pour la première fois, Cassini a examiné de près l'interaction des anneaux avec la planète et a observé des particules et des gaz de l'anneau interne tombant directement dans l'atmosphère. Certaines particules prennent des charges électriques et se mettent en spirale le long de lignes de champ magnétique, tombant dans Saturne à des latitudes plus élevées - un phénomène connu sous le nom de "pluie annulaire". Mais les scientifiques ont été surpris de voir que d’autres sont rapidement entraînés dans Saturne à l’équateur. Et tout cela tombe des anneaux plus rapidement que ne le pensaient les scientifiques - pas moins de 10 000 kilogrammes de matériau par seconde. • Les scientifiques ont été surpris de voir à quoi ressemblait le matériau entre les anneaux et l'atmosphère de Saturne. Ils savaient que les particules dans les anneaux allaient de grosses à petites. Mais l'échantillonnage dans l'espace a révélé la plupart du temps de minuscules particules de taille nanométrique, telles que de la fumée, ce qui suggère qu'un processus encore inconnu nous permet de broyer des particules. • Saturne et ses anneaux sont encore plus interconnectés que ne le pensaient les scientifiques. Cassini a révélé un système de courant électrique jusqu'alors inconnu, qui connectait les anneaux au sommet de l'atmosphère de Saturne. • Les scientifiques ont découvert une nouvelle ceinture de radiation autour de Saturne, proche de la planète et composée de particules énergétiques. Ils ont constaté que même si la ceinture se croisait avec l'anneau le plus à l'intérieur, l'anneau est si ténu qu'il ne bloque pas la formation de la ceinture. • Contrairement à toutes les autres planètes avec un champ magnétique dans notre système solaire, le champ magnétique de Saturne est presque complètement aligné sur son axe de rotation. Les nouvelles données indiquent une inclinaison du champ magnétique inférieure à 0,0095 degré. (Le champ magnétique terrestre est incliné de 11 degrés par rapport à son axe de rotation.) D'après tout ce que les scientifiques savent sur la façon dont les champs magnétiques planétaires sont générés, Saturne ne devrait pas en avoir. C'est un mystère que les physiciens vont s'efforcer de résoudre. • Cassini a survolé les pôles magnétiques de Saturne, échantillonnant directement les régions où des émissions radio sont générées. Les résultats ont plus que doublé le nombre de mesures directes de sources radio de la planète, l’un des rares lieux non terrestres où les scientifiques ont pu étudier un mécanisme de génération de radio censé fonctionner dans l’ensemble de l’univers. Pour la mission Cassini, la science déployée depuis les orbites de la Grande Finale justifie plus que le risque calculé de plonger dans l’espace: survoler la haute atmosphère et contourner le bord des anneaux intérieurs, a déclaré Linda Spilker, responsable du projet Cassini. "Presque tout ce qui se passait dans cette région s'est avéré être une surprise", a déclaré Spilker. "C’était l’importance d’aller là-bas, d’explorer un endroit où nous n’avions jamais été auparavant. Et l’expédition a vraiment porté ses fruits - les données sont extrêmement excitantes."
  48. 1 point
    salut version couleur de IC 2118 en remote location d'instrument une fsq 106 et ccd FLI histoire de s'amuser 3X 300 sec L 3x300 sec r/v/b 3x 180 sec r/v/b 3x100 sec r/v/b Th. http://www.astrosurf.com/thierryastro/page_vierge_de_travail.html
  49. 1 point
    Juste pour etre déagréable, juste pour une fois: pour Apollo on m'a pas consulté, c'est dommage. Pour Saliout, spacelab, Mir on m'a rien demandé, c'était une erreur. Pour Spaceshuttle et ISS, on m'a méprisé, c'était une faute. Alors maintenant je vais me faire entendre et ça va ronfler! Et Musk je vais aller lui donner la fessée!! Non mais quand même, qu'est-ce qu'ils croient tous ces cons là. Je te jure. On va pas se laisser faire, hein les mecs?
  50. 1 point
    Merci Cyrille et David : A force de passer en revue les différents éléments on va finir par y arriver !