Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 02/11/19 in all areas

  1. 18 points
    Salut , j'ai eu un peu de temps pour finaliser cette photo de M42 en pose rapide. Ce qui intéressant avec les poses rapides c'est la possibilité de photographier des objets avec des échantillonnages un peu plus serrés que d'habitude dans le ciel profond. Sur M42, on va pouvoir améliorer la résolution du centre de la cavité et révéler des détails, comme les proplyds. Les proplyds ou disques protoplanetaires sont des tres jeunes etoiles dont le disque de poussiere n'a pas disparu. Sur ma photo on voit mieux les plus gros comme 142-301 et 114-426. on voit aussi des objets Herbig-Haro (objets HH), c'est l'etape suivante du proplyds, pour finir sur des etoiles T-Tauri avant la stabilité de la sequence principale. Toutes ces infos sont le resultat d'une calibration astrometrique avec Aladin. Il est incroyable ce soft! J'ai poussé un peu le traitement sur ma session infrarouge avec la barlow 3x. Je voulais separé H1 et H2 de maniere distinct, j'ai trouvé sur internet un cliché du HST en infrarouge. Le filtre qu'ils ont utilisé est plus selectif , du coup certaines etoiles apparaissent en plus. Le principale est là. La prochaine etape cela serait de separé les composantes de A: A1 et A2 separé de 0.19 et B: B1 et B3 0.9 , B1 et B4 0.6 Données techniques: Tout est fait avec l'ASI224mc et le 300mm F4 avec differentes focales pour ameliorer ce fameux trapeze et tenter quelques proplyds qui sont dans cette pouponnière d'etoile qui usine à plein gaz! le plan large est composé de 4 images au foyer (le capteur de la 224mc est petit) en mode panoramique. l'expo choisie était de 200ms, gain 420-450, pour 54000 capturées et 40000 gardées. Ensuite pour la cavité centrale , je suis passé à 50ms associé avec une barlow 1.5 pour 72000 images gardéesjuste de quoi ecarté les etoiles du trapeze mais en gardant quelques nuances dans le gaz environnant. Apres j'ai mixé des captures en ir742 barlow 1.5, expo:200ms 25000 gardées, l'infrarouge m'a permis d'ameliorer les etoiles et de reveler certaines cachées par le nuage. Et j'ai fini, par de l'infrarouge ir742 et une barlow 3x pour le coeur , ce qui permet de separer H1 et H2. Stephane
  2. 9 points
    Salut Re voici M106 avec un ajout d'Halpha à 6nm (7x10 minutes). Les jets éjectés du centres ainsi que l'étendue des nébuleuses sont beaucoup plus évidents avec cette version Newton 16po f4 sur EQ8 QSI 683wsg à moin 45 degrés Filtre Astrodon L(HaR)VB=136-70-15-15-15 minutes Acquisition et prétraitement CCDSoft Traitement final PS CS6 Bon visionnement Martin
  3. 8 points
    Bonjour, voici une mosaïque de 4 tuiles prises avec la TEC et la G4-16000, c'est la première fois que j'assemble des panneaux avec une méthode de carte d'étoile synthétique, pour ce type d'image c'est indispensable car pour des tuiles unitaires de 2°*2°, il y a forcément une légère déformation des images due aux optiques, et du coup l'assemblage est impossible pour 4 tuiles. La méthode est donc de créer une carte d'étoiles synthétique avec une résolution astrométrique des étoiles, de faire également une résolution astrométrique des 4 tuiles, et ensuite de faire un alignement avec distorsion d'image entre la carte synthétique et chacune des 4 tuiles. C'est la théorie, la pratique cela fonctionne pas trop mal, sauf que les 4 panneaux ont rarement les mêmes fond de ciel, car pris dans des conditions différentes, des jours différents, il faut harmoniser tout ça et jongler avec divers process pour assembler sans ne trop voir les transitions. Le champ est centré sur M 87 et montre la chaine de Markarian, avec énormément de galaxies ainsi que des amas de galaxies très éloignés. C'est l'image qui à ce jour m'a demandé le plus de temps de traitement, je pense que j'en suis à au moins 24 heures de traitement, sans compter bien sur les acquisitions sur 6 nuits pour obtenir 35 poses de 5 minutes en luminance bin 1 et 3 * 11 poses de 3 minutes en rvb bin2 l'image finale fait 6400 px sur 7000 px. la full qu'il faut absolument visiter et qui montre les défauts , mais aussi les détails est ici : http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/vierge/markarian_full.jpg voici l'image du champ, réduite pour le forum : Version annotée, les M et les IC, j'ai pas mis les ugc, il y en a tellement que l'on ne voit plus rien avec les annotations : Un crop sur M86 : Un crop sur M87 : Un crop sur M90 : Un crop sur M58 : Un crop sur NGC 4440 : Un crop sur IC 3476 : jc Mario.
  4. 8 points
    Bonjour à tous, Avec cette météo dégeu, on retrouve des films non traités à l'époque..dans la précipitation et le nombre de séquences obtenues... Ici au C.14 + barlow Clavé 2x sur Basler ACA 640 + filtre IR 742 nano. 500 images sous AS2 RGX6 et CS6. Pic du midi avec Elie et Jean Luc Phil
  5. 8 points
    Vous aurez reconnu Simeis 147 dans le taureau. Une cible capturée fin octobre sur 3 nuits. Le signal est faible même au Samyang 135 mm ouvert a f/d 2, surtout que je l'ai prise trop tot dans la saison et j'ai donc du poubellliser une bonne partie des brutes prises trop basse et avec un rapport signal/bruit médiocre. Bref 135 mm , moravian 8300 , AZEQ 6 Ha 50 x 600sec bin1 , RGB 12(x3) x 200 sec bin 2 SGP , Pix et Ps Astrobin : plus d'info , Content de l'avoir capturée , mais je pense que cette cible mérite une mosaïque avec une focal plus importante pour avoir des détails plus sympa. Il faut juste du courage pour se lancer et surtout plusieurs nuits avec une météo favorable.. Bon ciel, alain
  6. 7 points
    On sait tous que tout n'est pas toujours simple, dans cette extraordinaire aventure qu'est la conquête spatiale… Mais cette nouvelle, au moment où de nouveaux entrepreneurs se préparent à une phase d'expansion dans le cosmos, fait vraiment mal. Bon, voilà, le projet MarsOne est déclaré en faillite... J'espère de tout cœur que des repreneurs feront revivre ce rêve fantastique, un aller simple pour Mars, au plus vite. Je comprends pas ce qui s'est passé. Plusieurs dizaines de milliers de candidats avaient payé pour participer aux épreuves de sélection , (qu'aucun française et aucune française n'avait réussi à passer, si vous vous souvenez bien) et qu'au final 100 candidats ultra préparés et hyper pros avaient été sélectionnés. Ce lien raconte ce projet fabuleux, prévu pour 2024. A l'évidence, il faudra attendre une autre initiative, et c'est, espérons-le, avant 2030 que la civilisation martienne émergera des sables d'Utopia… https://www.topic.com/i-m-moving-to-mars/josh-richards-australia
  7. 6 points
    NGC 4121 Nuits du 07 et du 08 février. C11 Edge HD, réducteur de focale Célestron x 0.72, ATIK 4000 MM, Paramount ME Logiciels CCD AP, MaximDL et Pixinsight (de type LRVB synthé sans PhotoShoping) Poses unitaires de 150 secondes. 18L, 17R, 12G, 17B Image Plate Solver script version 5.1 =============================================================================== Resolution ........ 0.386 arcsec/px Rotation .......... 163.348 deg Pixel size ........ 7.40 µm Field of view ..... 24' 26.7" x 24' 26.7" Image center ...... RA: 12 07 56.720 Dec: +65 07 02.55 =============================================================================== Dans l’idée d’imager le catalogue NGC et ses pétouilles, je me suis dit, tiens, autant le faire quand une galaxie présente un événement intéressant, genre une supernova. Surtout que NGC 4121 est vraiment minuscule … « Fail », comme le dit le titre. « Epic fail », même, comme le disent mes enfants… tentative d’imager ATEL 12319, mais qui ne donne absolument rien, si ce n’est peut-être en soustrayant des images pré-SN. Mais j’ai comme un doute… A la base, cette alerte sur Rochester. MASTER OT J120755.95+650647.8, ATEL 12319 discovered 2018/12/20.814 by MASTER robotic Net Found in NGC 4121 at R.A. = 12h07m55s.950, Decl. = +65°06'47".80 Located 4".3 west and 2".4 south of the center of NGC 4121 Mag 15.5:12/20, Type unconfirmed (zhost=0.004717) L’image de la découverte est celle-ci : Donc, ni une ni deux, je la tente. Bon, il faut être honnête, elle n'est toujours pas confirmée. Et en fait, même infirmée par Giancarlo Cortini. " I send You the image of NGC 4121, where I don't confirm the presence of the transient: MASTER OT J120755.95+650647.8 until mag.+18.0 - C14 - Starlight X Press Trius SX 9 - 40 sec. exposure - Dec. 26.92 ( U.T. ) Monte Maggiore Observatory ( Predappio - ITALY ) Concernant NGC 4121 (= PGC 38508), pas grand chose à se mettre sous la dent; il s'agit d'une galaxie découverte le 09 septembre 1866 par Heinrich d'Arrest. Galaxie naine elliptique du Dragon de tyoe E C, elle présente un vitesse radiale de 2189 km/s et un z(~) 0.007328 avec une taille angulaire de 0.440 x 0.370 arcmin.... Par contre, plus intéressante est NGC 4125, juste à côté, avec un aspect assez original : J'ai une couche bleue qui mériterait clairement d'être reprise, mais je voulais tout acquérir la même nuit dès lors que je pensais imager une supenova. Découverte le 04 janvier 1850 par John Hind, il s'agit d'une galaxie de type SA0 C présentant une vélocité radiale de 1341 km/s. Elle fait partie d'un groupe de galaxie avec NGC 4121, NGC 4081 et Mrk 195 et dont elle est l'homonyme. NGC 4125 est une galaxie lumineuse de type E6 (pec) distante de 23,9 Mpc (75 millions d'années-lumière), qui a subi une fusion suivi d'un sursaut de formation d'étoiles il y a 6 à 8 milliards d'années. Elle présente un rayonnement très particulier : très forte luminosité à 60 μm (IR) alors qu'elle n'est pas détectée ni en HI, ni en CO, et fort rayonnement X émis à partir de gaz chauds, avec tout au plus quelques pourcent de contribution de son noyau galactique actif. Or généralement, les galaxies de type précoce (elliptiques et lenticulaires) sont dominées par une population stellaire âgée et contiennent tout au plus une petite fraction de leur masse totale en gaz froid et en poussières. Ainsi, il semblerait que NGC 4125 se trouve actuellement dans une phase inhabituelle où les étoiles évoluées produites lors du sursaut de formation d'étoiles déclenché par cette fusion ancienne pompent actuellement de grandes quantités de gaz et de poussière dans le milieu interstellaire. Sources : Cold dust but warm gas in the unusual elliptical galaxy NGC 4125. C. D. Wilson, A. Cridland, K. Foyle, T. J. Parkin, E. Mentuch Cooper, H. Roussel, M. Sauvage, M. W. L. Smith, M. Baes, G. Bendo, M. Boquien, A. Boselli, L. Ciesla, D. L. Clements, A. Cooray, I. De Looze, M. Galametz, W. Gear, V. Lebouteiller, S. Madden, M. Pereira-Santaella, and A. Remy-Ruyer. The Astrophysical Journal Letters, 776:L30 (5pp), 2013 Radially extended kinematics and stellar populations of the massive ellipticals NGC 1600, NGC 4125, and NGC 7619. Constraints on the outer dark halo density profile. S. B. Pu, R. P. Saglia, M. H. Fabricius, J. Thomas, R. Bender & Z. Han. A&A 516, A4 (2010)
  8. 5 points
    Yes !!!!!!.. C'est le côté vaillant des Serge !
  9. 4 points
    Une belle éclaircie dans le Nord en début de semaine ! Voici la belle spirale NGC 3486 ! NGC 3486 est une galaxie spirale barrée située à environ 27,4 millions d'années-lumière dans la constellation du Petit Lion. De par sa forme, la galaxie a été classée SAB(r)c, ce qui indique qu'elle est une galaxie spirale barrée avec un anneau intérieur la full: http://www.astrosurf.com/pixiel/2019imageM12P-NGC3486.htm Meade 12" F/D:10 ZWO ASI 1600 mmc - pas de filtre - 360 poses de 10s non autoguidées -gain 350 -seeing 6/10(légère brume passagère !) . Je rajoute un petit montage comparatif
  10. 3 points
    Bonjour à tous Une petite trouée hier soir, enfin 4h quand même jusqu'à 23h, m'a permis de shooter cette petite galaxie de la Girafe, assez discrète. J'ai pu conserver 1h15 de luminance (/5mn en bin1) et 35mn (/5mn en bin2) par couche couleur. Avec mon setup, cela mériterait plus de temps de pose pour réduire le bruit, mais les nuages en ont décidé autrement. Content de sortir quelque chose quand même par ces temps difficiles! Newton 253/934 (réducteur ASA) et CCD ICX814. Traitement Iris et PS CS2. Ci-dessous un crop 100%, cliquez pour la voir dans son champ étoilé Nathanaël
  11. 3 points
    merci Daniel, quand c'est pas sur exposé, on voit tout ceci! merci Guy, merci Will, J'ai passé un peu de temps pour approfondir les details et les comprendre! merci Alain, tout ces lampadaires qui jaunissent la vie nocturne! merci Polo merci Valere merci Olivier, merci Dfremond Je sais que je sui un peu gourmand! mais en planetaire je passe à 0,10 , un dingue ! merci Franck
  12. 3 points
    Comme le titre d'une fable! Je les voyais bien tournicoter au dessus de la maison! Nos bleus prenaient une bonne raclée en Angleterre, juste avant la fin du match calvaire...Ca fait du bien ce moment de sérénité, avec mon lac imaginaire Amitiés
  13. 3 points
    Aaaaaahhhhh je peux enfin participer à ce fil ☺️ Sachez tout d’abord que ce fil est en grande partie responsable des folies que j’ai pu faire ces derniers mois... donc merci à tous 😕, (aux grands regrets de madame là ministre du budget) 1/ ma première folie, au second plan, APM-LZOS 130F6 avec feather touch 3,5“ montée pour l’imagerie. celle ci est plutôt connue, et à déjà été postée je crois. J’en suis carrément amoureux...😍 2/ ma seconde, qui est toute récente, au premier plan, ISTAR Optical 150 F10 optimisée solaire, avec un D-ERF baader et un filtre LUNT. Quand je l’ai ramenée à la maison, je vous laisse imaginer la tête de la ministre de l’aménagement du territoire... (la même que pour le budget en fait😅) je n ai pas encore eu l’occasion de la sortir, je bave déjà sur ce que je pourrait en tirer en visuel comme en photo 🤤
  14. 3 points
    Le problème est immuablement le même lorsque l'on envoie sur Mars un engin alimenté en énergie par des panneaux solaires. Les vents martiens se chargent en général de faire le ménage sur le matos après l'avoir empoussiéré . Sauf tempête globale exceptionnelle (PEDE) et le cuisant cas Opportunity, il n'y a jamais eu de conséquence fatale, et, rappelons aussi qu'Oppy a eu une longévité considérable.
  15. 2 points
    Bonsoir à toutes et tous J'ai un ami qui a récupéré une vieille lunette dans un grenier familial. Je n'ai que quelques photos qu'un membre de sa famille a prises; la lunette est dans la région parisienne. A première vue, montée sur un trépied, c'est une lunette de marine ou équivalent. Mais sa taille est imposante: 1m20 sans doute (la taille des carreaux de la terrasse sur la première image, généralement de 30 cm, donne l'échelle) et le diamètre dans les 70/90mm Il semblerait qu'elle vienne d'un atelier parisien : A Bartoli ou Bardoli, Paris, sans doute 19e siècle. Bref, connaissez vous ce genre d'engin, son utilisation prévue et potentielle et avez une idée du prix? J'avoue que ces instruments anciens, et leur rénovation, me botte bien après avoir fabriqué moi-même quelques télescopes et m'en être lassé... Mais ça ne court pas les rues du tout et ce serait sans doute une belle opportunité Merci à vous et bonne soirée Emmanuel
  16. 2 points
    Je sais le texte est accrocheur ,mais en même temps c'est la vérité, j'ai peu trouvé d'images de la petite nébuleuse IC 349 ( nébuleuse de Barnard Merope) dans les Forums, pourtant elle à été immortalisé par Hubble ce qui lui a rendu de la notoriété et suscité les envies de lui tirer le portrait. Cette extrêmement petite nébuleuse (30") à une taille comparable à celle de Mars à l'opposition, elles est très proche d'une des 7 sœurs (Merope) et donc baignée dans son éclat, et dans les nébulosités entourant les pléiades. Pour moi tout à commencé lors d'une image faite des pléiades ici : http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/taureau/M_45.jpg Jean Marc Mari (merci à lui) me demande si j'ai pu accrocher la fameuse nébuleuse, je regarde sur mes images faites à 1000 de focale, ech 1.8", il y a bien quelque chose mais évidement c'est très faible, le soir même je tente donc la chose avec 2900 de focale et un échantillonnage à 0.52" , je réalise des images de 30 secondes car Merope est très brillante : 100 images en L, 3 X 50 en RVB. Le scope un astrosib 360 et la caméra une ST 2000, le seeing habituel autour de 2.2". voici l'image du champ, réduite pour le forum : Un crop à 125% de la taille d'acquisition sur Merope : Ce que voit Hubble, depuis l'espace, c'est un peu mieux, mais c'est plus cher Ce que voit Capella observatory depuis la Terre sous un bon ciel avec un T600: Pour le traitement, l'assemblage est classique avec une forte diminution des nébulosités bleues autour de Merope, juste une anecdote : la nébuleuse est dans une aigrette de Merope, au début des acquisitions je me suis dit: je tourne la caméra, je refait la calibration du guidage (because capteur de guidage integré à la caméra), et c'est ok, sauf que non, j'ai tourné la caméra et IC 349 était toujours dans l'aigrette , normal c'était le tube qu'il fallait tourner par rapport au ciel !!! Comme ça c'est impossible, IC 349 est restée à cheval sur l'aigrette. jc Mario.
  17. 2 points
    Bonsoir, les nuages sont toujours de la partie et donc l'attente d'une éventuelle trouée c'est faite désirer. Après 45mn, enfin! "Sélène" apparaît Au vu de la qualité plutôt convenable de la prise de vue je me suis permis d'aller au maximum du crop possible. Canon 7D, objectif Canon 70/300mm is USM, pose de 1/125 sec, Iso 400, à f/8. Développement et crop sous Lightroom. Exellente soirée à tous
  18. 2 points
    Salut à tous, Les 1er et 2 février dernier, enfin les étoiles apparaissent dans notre ciel Mayennais et ce depuis... beaucoup trop longtemps Malgré un léger vent qui vient chatouiller mon tube, je décide de tenter mon premier cliché sur le logo de notre beau département : B33 Je sais que je n'ai pas beaucoup de temps devant moi et je décide de passer directement à 8000ISO sur mon A7s, pour voir... Le lendemain, il n'y a presque plus de vent mais un p'tit voile nuageux sur nos tête. J'y retourne mais je descend à 4000ISO pour adoucir l'image puisque mes premiers tests montrent beaucoup de moutons qui partagent le champs avec le cheval cheval Bien sur, j'ai gagné en "douceur" et depuis, la météo est redevenue "Mayennaise" ! Du coup, ça manque de finesse (le vent en live sur PHD2 est rigolo à observer) et il y a encore trop de bruit mais je trouve ce début plutôt prometteur. (J'espère pouvoir cumuler encore quelques photons cette année...) - Tube - LX200 acf 12" - Reduce x0.75 Astro Physics (f2250mm) - Sony A7S Astrodon - 337x30s soit 2h48 (189i à 8000ISO + 148i à 4000ISO) - Guidage ZWO 224mc sur DO - Traitements SIRIL (DOF) Photoshop CS6 Merci de me donner vos avis
  19. 2 points
    Et allez pour vous faire plaisir ! La monture GOTO et quelques détails des accéssoires :
  20. 2 points
    Bravo pour le cliché. Bravo pour le partage. Du coup j'ai regardé d'un autre œil mes Pléiades du mois dernier. Au 300 F/D 4,, 240 x 30s au Sony A7s. Et bingo, c'est là ! A refaire en chiadant la mise au point. Le cliché d'origine est là https://www.astrobin.com/full/386577/0/
  21. 2 points
    Je suis bluffé par ce post. J'ai juste voulu partager ma joie d'avoir acheter cette lunette et en retour je reçois des dizaines d'infos toutes plus intéressantes les unes que les autres. Un grand merci à vous de participer à ce post. Je suis définitivement conquis par cet univers du "vintage". Soit dit en passant, je trouve ce terme connoté mais j'étais pas là avant donc j'adhère. En fait, avec mes problèmes de dos, je dois me résoudre à utiliser " léger". Avec ces lunettes de très haute qualité, là où je perds en diamètre, je gagne en piqué. Ça me convient .... Qui plus est, je vais monter une assis dans ma petite ville du nord, alors ces lulus vont avoir un succés.
  22. 2 points
    Si ils ont vraiment pris cette combinaison, voilà ce que je sais en faire. Quand tu cales le vert-jaune 555nm à .97 de strehl. Tu as la plage achromatique bleu 486nm rouge 656nm à .88 strehl avec les deux bosses à presque 1 là ou l'oeil en a besoin. (cône L et M) Le bleu pétrole (bleu foncé 460nm est très contenu), le violet s'envole mais ça ne devrait pas se voir à x40 et moins. Map planétaire à gauche des spots. Juste pour décevoir les modernistes : on ne fait plus ces verres donc la combinaison associées tu peux te brosser pour la refaire...
  23. 2 points
    Alain, j'ai quand même un scop entre les mains! C'est toujours mieux que ton apparte témoin Dahle, tout est l'a pour les specs https://www.orionoptics.co.uk/CT/ct16.html J'ai aussi fait changer le P.O. pour un Feadher Touch de 3 pouces pour mon futur correcteur! j'utilise en ce moment un correcteur de comma Astrotech. Le même qu'avec mon AT12IN. il convient encore avec mon petit capteur. Merci Merci Philippe Oui cousin Johann!!! Enfin derrière tout ça! Merci Daniel (Boone). Contant de te voir ici! Ça me fait toujours aussi plaisir!!! Merci. Merci JP. J'apprécie P.S. J'oubliais de vous dire que c'est grâce à mon voisin et ami Daniel Bocard. Que cette histoire de miroir oxydé c'est réglé assez rapidement. C'est lui qui m'a mit en contacte avec Normand Fullum!!! Merci Daniel Bon ciel Matin
  24. 2 points
    Bonsoir ben voila, il fait gris, moche et froid, mais elle est là car je suis résistant à vous
  25. 2 points
    J'ai essayé de faire d'une manière chronologique les infos du texte précédent. Octobre 1981 Prototype 5” f/12 triplet Apochromatique Décembre 1981 6” f/11=1800$ triplet “huile” fluorure de magnésium 8” f/11=3600$ triplet “huile” fluorure de magnesium Verre “NASA” KsFS-1 le nec plus ultra” Triplet : BK-7/ KzFS-1/BaF-10 ou BaK-1/KzFS-1/BaFN-10 127 (5”)f/6=950$ 127 (5”)f/12 Super Planetary=975$ Juillet 1984 102 (4”)f/6=795$ 127 (5”)f/6=995$ résidus d’aberration les plus élevés des lunettes AP (Trop grand et trop rapide avant les verre ED) 152 (6”)f/9 Triplet NASA=1695$ (24 unités) 152 (6”)f/8=1295$ (utilisait KzFSN-4, couleur et sphérochromatisme légerement moins bien corrigé que l’ancien modéle 6 pouces f/9 et coutait 400$ moins cher. Qualité 1/6 vague RMS, pratiquement identique à aujourd’hui. Août 1986 Sky and Telescope : Test de 7 APO 102 (4”)f/6=895$ 127 (5”)f/6=1195$ 102 (4”)f/10=895$ 127 (5”)f/8=1195$ 127 (5”)f/12=1225$ 152 (6”)f/8=1440$ 152 (6”)f/12 Super Planetary=1540$ Le Super Planetary est plus impressionnant des 7 APO. NB:Les premiers modéles 6 pouces Super Planétary verre “NASA” ensuite (car épuisement du verre NASA), verre couronne K-7 et le verre KzFSN-4 203 (8”)f/14 Triplet “personnalisé” Tous les objectifs étaient basés sur : un verre couronne (BK-7 ou BaK-1), un verre faible dispersion (KzFS-1 ou KzFSN-4) et un verre baryum (BaF-10, BaFN-10) 155 f/8,5 Air Spaced de 1986 (Jp-brahic Astrosurf) Juin 1985 Lancement de la ligne StarFire apochromats plus rapide, correction violette 5 fois meilleurs (conception à utilise les mêmes verres que les anciennes AP mais pour améliorer la correction des couleurs, 2 verres à faible dispersion ont été utilisé) 102 (4”)f/8=1195$ 127(5”)f/8=1660$ 145 (5,7”)f/7=1850$ 152(6”)f/9=2395$ 178 (7”)f/9=3600$ 203 (8”)f/15=4495$ Février 1989 203 (8”)f/15=7985$ (une ou deux unités vendus) 1990 Ligne ultime des triplets ED-EDT 155 (6.1”) f/9 EDT Prototype “espace-air”et pas de traitements. (supérieur au 6” f/12 Super Planetary, correction des couleurs et contraste) Premiere conception EDT (verre couronne ZKN-7 et le verre FPL-52ED) Derniére série EDT (verre couronne ZKN-7 et le verre FPL-53ED) mieux corrigés monochromatique et aberration polychromatique. 105 f/5,8 EDT=1725$ 130 f/8 EDT=2450$ 155 f/9 EDT=3195$ 180 f/9 EDT=4565$ Doublet ED (N’a pas la correction des couleurs des triplets, mais néanmois trés pointue) Star12ED=1585$ 130 f/8=1795$ 155 f/9=2595$ (production interompu car la demande pour les triplets était plus importante ) EDF “Air spaced” FPL-51 152 f/7,5 EDF=6400$ (1er APO totalement sans couleur) 206 f/7,9 EDF=12500$ (valeur actuel 3x à 4x) Prochaine étape : FPL-53 180 f/7 EDF 8200$ 92 f/4,9 fluorine (Sphérochromatisme résiduel) 92 f/9 Stowaway Triplet FPL-53 (Sphérochromatisme résiduel, bien corrigé) Evolution finale EDT et EDF Combinant FPL-53 et deux verres de couronne différents, reduction plus importante du sphérochromatisme, (lentilles optimisées pour l’imagerie). 1991 127 mm f / 8 EDT avec 2,7 "focuser = 2230 $ 152mm f / 7.6 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 1992 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 1725 130 mm f / 8 EDT avec un concentrateur de 2,7 "= 2450 $ 155 mm f / 9 EDT avec un focus de 2,7 "= 3195 $ 180 mm f / 9 EDT avec un focus de 2,7 "= 4595 $ (Oui, je n'ai payé que 4595 $ pour mon AP 180mm f / 9 EDT) 155mm f / 7.5 EDF avec focus 4 "avec correcteur de champ = $ 6400 206 mm f / 8 EDF avec 4 "focuser avec correcteur de champ = 12500 $ 1993 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 1895 130 mm f / 8 EDT avec un focus de 2,7 "= 2695 $ 155mm f / 9 EDT w / 2.7 "focuser = $ 3495 180mm f / 9 EDT w / 2.7 "focuser = $ 4995 155mm f / 7 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 4495 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 206 mm f / 8 EDF avec 4 "focuser avec correcteur de champ = 12500 $ 1994 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 1995 130 mm f / 8 EDT avec un focus de 2,7 "= 2695 $ 130 mm f / 6 EDFS w / 2,7 "focuser = 2995 $ 180mm f / 9 EDT w / 2.7 "focuser = $ 4995 155mm f / 7 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 4495 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 1995 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 1995 130 mm f / 8 EDT avec un focus de 2,7 "= 2695 $ 130 mm f / 6 EDFS w / 2,7 "focuser = 2995 $ 180 mm f / 9 EDT avec un focus de 2,7 "= 5495 $ 155mm f / 7 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 4495 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 1996 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 2150 130 mm f / 6 EDFS w / 2,7 "focuser = 2995 $ 180 mm f / 9 EDT w / 2,7 "focuser = 5995 $ 155mm f / 7 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 4495 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 180 mm f / 7 EDF avec 4 "focuser avec correcteur de champ = 8200 $ 1997 Aucun changement de prix à ma connaissance 1998 105mm f / 5.8 EDT "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 2150 130mm f / 6 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 3250 130 mm f / 8,35 EDT / EDF avec 2,7 "focuser = 3250 $ (Quel doux télescope) 180 mm f / 9 EDT w / 2,7 "focuser = 5995 $ 155mm f / 7 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 4495 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 6400 1999 92mm f / 4.9 Fluorite "Stowaway" w / 2 "focuser = $ 2400 105mm f / 5.8 EDFS "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 2400 130mm f / 6 EDFS w / 2.7 "focuser = $ 3250 155 mm f / 7 EDFS w / 2,7 "focuser = 4900 $ 155 mm f / 7 EDF avec 4 "focuser avec correcteur de terrain = 6800 $ 2000 105mm f / 5.8 EDFS "Voyageur" w / 2.7 "focuser = $ 2900 130 mm f / 6 EDFS w / 2,7 "focuser = 3950 $ 155 mm f / 7 EDFS w / 2,7 "focuser = 5400 $ 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de terrain = $ 7400 Cotation actuelle 2002/2003 92mm f / 7 EDF "Stowaway" w / 2 "focuser = $ 2880 105mm f / 5.8 EDFS "Traveler" w / 2.7 "focuser = $ 3480 130 mm f / 6 EDFS avec un focus de 2,7 "= 4740 $ 130 mm f / 8,35 EDT / EDF avec 2,7 "focuser = 4740 $ 155 mm f / 7 EDFS avec un concentrateur de 2,7 "= 6480 $ 155mm f / 7 EDF avec focus 4 "avec correcteur de champ = $ 8880
  26. 2 points
    N'hésite pas à "flater" Alain, je demande à voir! Sérieusement Je ne désespère pas d'installer un étang dans mon jardin , Polo Dans tous les cas merci pour certains encouragements , vu comme ça partait, je me disais que décidément, ma place n'est pas dans cette section du forum ! Amitiés
  27. 2 points
  28. 2 points
    Salut, Lorsqu’on regarde le ciel, on n’a aucune idée des distances des étoiles. On parle d’ailleurs toujours de voûte étoilée et de sphère céleste comme si tous les astres étaient situés à la même distance de notre œil. On sait pourtant depuis près de deux siècles que ce n’est pas le cas. En partant de mes photos, j'ai pu réaliser quelques anaglyphes en décalant puis superposant les images, l'effet 3D apparait alors avec l'utilisation de lunettes rouge - cyan ou lunettes anaglyphes ! Pour chaque image, il faut sélectionner une série d'étoiles , puis chercher la distance de celles-ci avec l'aide du catalogue Hipparcos sur le site Vizier : https://vizier.u-strasbg.fr/viz-bin/VizieR-3?-source=I/239/hip_main&-out.max=50&-out.form=HTML Table&- out.add=_r&-out.add=_RAJ,_DEJ&-sort=_r&-oc.form=sexa A partir de ces valeurs, il faut trouver les bons décalages entre le fond du ciel et les étoiles choisies ! Le décalage est réalisé sous photoshop. Il faut plusieurs secondes d'adaptation à notre cerveau pour que l'effet 3D soit maximum, donc un peu de patience lors du visionnage des images Cassiopée le Cocher Amas Collinder 399 "le cintre" la Lyre Les Pléiades, sans les nébuleuses ! Orion Région Tête de cheval IC434 La Grande Ourse Jupiter Saturne Enfin, la pleine Lune, en utilisant la libration Daniel
  29. 2 points
  30. 2 points
    Il n'y a pas 36000 possibilités de face arrière plate surtout en triplet. Peut-être la formule de celui-là; je regarderai en rentrant en allongeant la focale de 975mm à 1m20 et en lui coupant le diamètre. => semi-apo à cause du violet qui s'envole. (le chiffre de 2.3mm calculé/affiché pour la raie g est impossible à attraper pour faire apo) Note : il n'y a que récemment avec les machines (collage temporaire ou aspiration) que les lentilles ont une épaisseur nulle au bord.
  31. 2 points
    Incroyable ! Jamais vu un coeur d'Orion aussi détaillé Et félicitations pour la recherche d'infos et d'images pour documenter la tienne Il est jaune ton tube ? C'est pas . . . non hein ? Bonne soirée, AG
  32. 2 points
    Bonsoir à tous, Difficile d'imager en ce moment entre le mistral, les entrées maritimes et une turbu omniprésente et forte avec de très nombreux cirrus...bref pas cool du tout comme conditions Mon fils m'ayant piqué l'ordi, je me retrouve sur l'ancien avec cette bonne Skynyx 2.1M à 15 img/sec. Mosaïque de 8 vues réalisées au foyer du Newton 410 mm F/5.6 "maison" optique et méca + filtre rouge Atik. Traitement sous AS2 et RGX6 (100 images /vue). Montage sous KolorAutoPanoGiga et CS6. Phil
  33. 2 points
    Salut à tous, Le mauvais temps offre le loisir de se pencher sur les images anciennes dormant sur le disque dur. Voici donc une image prise en UV avec le Mewlon 250 : Et une petite animation sur deux images prises à peu de temps d'intervalle. On devine un début de rotation : Bon ciel à tous !
  34. 2 points
    bravo pour ces images ! le reflet dans l'eau est réel ou tu fais un montage ? polo
  35. 2 points
    Pour revenir à l'Historique de AP je possède une vieille AP de 1986 de 153mm ayant appartenu à J.dragesco , après pas mal de recherche il s'avère que c'est la seule à ma connaissance qui a été poli à F/D 8.5 et non F/D 9 ou 8 comme à l'époque , un proto de Roland à l'époque? si qqu'un à des infos çà m'intéresse , AP à l'époque n'avait pas su me répondre
  36. 2 points
    Nan, elle n'ira pas là où tu dis, mais c'est une image sympa qui mérite que l'on s'y attarde un peu La voilà avec un retrait de gradient sous PixInsightLE32 : Bonne soirée, AG
  37. 2 points
    Cet été martien aura été particulièrement agité au niveau tempêtes de poussières Météo martienne du 28 janvier 2019 au 3 février 2019 avec l'instrument MARCI de MRO : Tout au long de la semaine, les opacités saisonnières les plus poussiéreuses se sont poursuivies sur les sites d’opportunité (Endeavour Crater), Curiosity (Gale Crater) et InSight (Elysium Planitia). Source : http://www.msss.com/msss_images/2019/02/06/ Oui.. tout comme pour Spirit, Oppy et Phoenix > maximiser la surface des panneaux solaires (je reproduis mon message page 5 de ce fil) : InSight s'appuie sur deux panneaux solaires ultra-flexibles de forme circulaire, d'une surface totale de 4,2 m2 (identiques à ceux de Phoenix) permettant de fournir par temps clair une puissance comprise entre 600 et 700 watts. Même lorsque la poussière recouvre les panneaux, ils devraient être capables de fournir au moins 200 à 300 watts. Mais InSight dispose d'un avantage de taille par rapport à Phoenix, surtout lorsque ses deux instruments scientifiques majeurs, le sismomètre SEIS et le capteur de flux de chaleur HP3, auront été déposés au sol, et que le bras robotique ayant servi au déploiement sera parqué en position replié, le pont sera pratiquement vide. Les ingénieurs ont donc installés 7 panneaux solaires auxiliaires dont l'un au niveau de l'emplacement occupé par le bouclier éolien et thermique, pour une surface totale de 0,8 m2. Un supplément de puissance bienvenu qui permettra à InSight de traverser des périodes de faible ensoleillement l'esprit tranquille, que ce soit sous le couvercle menaçant d'une tempête de poussière (pas trop intense quand même) ou durant les rigueurs hivernales.
  38. 2 points
    Non, mais c'est un bon début (à la fois en orthographe et en astrophoto) ! J'ai fait exactement les mêmes photos à mes débuts. Persévère, puis en regardant ce que font les autres et en testant les outils, tu t'amélioreras. Matt
  39. 1 point
    Bonsoir à tous, Petit essais sur ces nébulosités faibles sous un ciel très lumineux, turbulent et humide. Newton "maison" 410 mm F/5.6 (optique et méca) + correcteur Paracorr 2. 60 poses de 30 sec à 3200 iso sur A7S + filtre clip Duo narrow band Ha / OIII. Traitement Siril et CS6 Phil
  40. 1 point
    Après vous avoir présenté ma petite GOTO, je vous laisse voir sur un autre fil (voir ci-dessous) ma petite Taka 65/1000 et ma belle NIKON 100ed APO Sans oublier mon coup de cour qu'est la 80M SP de Vixen qui est une tuerie en lunaire et planétaire et que je sors très souvent :
  41. 1 point
    Très joli ce grrrrooooos croissant Bonne soirée, AG
  42. 1 point
    beaucoup de détails fins tout de même
  43. 1 point
    ... Puis José s'est "barré"... de l'autre côté du lac donc, merci pour la précision... FM
  44. 1 point
  45. 1 point
    Ayé! C'est fait, merci encore AG
  46. 1 point
    En toutes amitiés ;-) Tu es trop fort !!
  47. 1 point
    NGC 2403 et NGC 2404. Nuits du 04 février 2019. Nerpio 45L 30R 30G 12G C11 Edge HD, réducteur de focale Célestron x 0.72, ATIK 4000 MM, Paramount ME Logiciels CCD AP, MaximDL et Pixinsight (de type LRVB synthé sans PhotoShoping) Poses unitaires de 150 secondes. Image Plate Solver script version 5.1 =============================================================================== Resolution ........ 0.386 arcsec/px (après Drizzle x2) Pixel size ........ 7.40 µm Field of view ..... 24' 26.6" x 24' 26.6" Image center ...... RA: 07 36 51.850 Dec: +65 36 12.77 =============================================================================== NGC 2403 (=Caldwell 7 = CG 1541) est une galaxie spirale intermédiaire de magnitude 8.19 (type SAB (s) cd) située dans la constellation de la Girafe à environ 11,1 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par William Herschel en 1788. A l’inverse de NGC 7741 (que je vous présentée il y a quelques jours), c’est une galaxie LINER du champ, c'est-à-dire qu'elle n'appartient pas à un amas ou un groupe et qu'elle est gravitationnellement isolée. NGC 2403 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique SAB(s)d dans son atlas des galaxies. Per Dreyer la décrit comme "très remarquable, considérablement brillante, extrêmement grande, très étendue, très progressivement beaucoup plus lumineuse au centre et au noyau". Plus d'une soixantaine de mesures non fondées sur le redshift lui attribuent une distance de 3,397 ± 0,608 Mpc (∼11,1 millions d'a.l.) Ces mesures sont plus fiables que le calcul basé sur le redshift parce que cette galaxie est trop rapprochée du groupe local. Compte tenu de sa taille apparente de 22 x 12 arcmin, la galaxie est estimée à environ 70 000 années-lumière de diamètre. Allan Sandage y a détecté au Mont Palomar les premières céphéides au-delà de notre groupe local ; en se fondant sur leurs périodes, il avait estimé une distance de NGC 2403 de 8000 années-lumière (elle est en fait 1000 fois plus éloignée). La classe de luminosité est un descripteur supplémentaire introduit par Sidney van den Bergh spécifique aux galaxies spirales, qui attribue à chaque spirale une classe de luminosité allant de I pour les plus brillantes à V pour les plus faibles . Puisque la luminosité totale correspond en gros à la masse totale des étoiles visibles, les galaxies spirales de classe de luminosité I sont aussi les plus massives et elles possèdent les bras spiraux les plus imposants. Il s’avère que la classe de luminosité des galaxies est également bien corrélée avec la régularité de la structure en spirale, ce qui est expliqué par le modèle d'onde de densité de la formation des bras en spirales. Plus la galaxie est massive, plus les nuages de gaz se concentreront dans les régions de haute densité. Comme plus de gaz est disponible, plus de nouvelles étoiles bleues seront formées sur le site, ce qui rendra la structure en spirale mieux définie. Ainsi, les galaxies les plus lumineuses, donc les plus massives, sont les plus ordonnées. La classe de luminosité de NGC 2403 est III-IV c’est-à-dire plutôt faible. Elle contient un nombre important de régions géantes d'hydrogène ionisé (HII, ie en émission) associées à divers amas d'étoiles, dont l'un est un objet NGC à part entière : NGC 2404. Il s’agit d’un amas ouvert associé à une nébuleuse en émission, situé dans le bras externe à l'est de NGC 2403. Il a été découvert par l'astronome français Guillaume Bigourdan en 1886. Ces régions H II ont été étudiées à de très nombreuses reprises, comme le montre par exemple cette image extraite d’une publication sur la répartition de l’oxygène en leur sein. Image Hα à bande étroite de NGC 2403, prise avec le télescope de 2,1 m au Kitt Peak. Les cercles bleus entourent les régions HII étudiées. Les positions des observations spectroscopiques à longue fente sont représentées par des lignes continues rouges superposées aux régions HII. Le Nord est en haut et l'Est est à gauche. Des observations HI profondes obtenues avec le radiotélescope de Green Bank révèlent un nuage étendu en dehors du disque HI principal sur environ 16 kpc au nord-ouest du centre de la galaxie. La masse totale HI du nuage est de 6,3 millions de masses solaires, soit 0,15% de la masse totale HI de NGC 2403. Le nuage est associé à un filament HI de vitesse anormale de 8kpc dans le disque interne, qui avait été précédemment observé dans les observations VLA en profondeur. L'un des scénarios concernant l’origine de ce nuage est qu’il s’accumule à partir du milieu intergalactique ou résulte d’une interaction mineure avec une galaxie naine voisine. Etude multi-canaux au rédiotéléscope de Green Bank du HI avant intégration Le résultat, avec superposition de l’image optique Masi si NGC 2024 est surtout connue, c’est qu’elle a présenté plusieurs supernovas très bien étudiées, et parmi lesquelles des imposteurs se sont glissés (on parle de « supernovas imposteuses », mais le terme est laid)… Pour rappel, les "éruptions" d'étoiles massives se divisent essentiellement en deux catégories: celles à variabilité normale (de type Luminous Blue Variable (LBV) / S Doradus) et celles qui forment des éruptions géantes. Pour ces dernières, on parle de "luminosités super-Eddington" avec des éjections massives par radiation. La Luminosité d'Eddington, ou "lumière d'Eddington", est une valeur de luminosité qu'un objet céleste ne peut dépasser : au-delà, la pression de radiation prend le pas sur la gravité et des constituants de l'objet sont éjectés. L'exemple que tout le monde connait est Eta Carinae (η Car). Lors d'une éruption géante, la luminosité totale augmente considérablement. Dans le cas des éruptions dites "LBV", il y a a un taux accru de perte de masse, ce qui rend les vents denses et opaques, avec une pseudo-photosphère plus large et plus froide, sans augmentation substantielle de la luminosité dans la plupart des cas. Cet état de perte de masse accrue peut durer plusieurs années. Les capacités actuelles accrues de détection des SN avec les programmes de surveillance systématique du ciel révèlent un nombre croissant d'éruptions géantes non majeures, apparemment dues à des étoiles très massives et évoluées. Bon nombre de ces éruptions géantes ressemblent spectroscopiquement aux supernovae de type IIn et reçoivent donc une désignation SN mais sont ensuite reconnues comme sublumineuses et/ou leurs courbes spectrales et lumineuses ne se développent pas comme de vraies supernovae. Par conséquent, elles sont souvent qualifiés de « supernovae imposteuses ». Il s'agit d'un groupe d'objets avec une gamme de luminosités et de précurseurs variée. Quelques imposteurs semblent être des variables LBV / S Dor normales à l'état de lumière éruptive ou maximale, tandis que la plupart sont des éruptions géantes pouvant ressembler à η Car. Bien sûr, le véritable « test » d’un imposteur est de voir s’il survit à son éruption géante. Trois exemples historiques sont η Car, donc, P Cyg et SN1954J, qui ont en l’occurrence toutes survécues à leur éruption géante. SN 1954j SN 1954j, le premier de ces deux imposteurs, est aussi connue sous le nom de Variable 12 (aka V12). L'étoile - qui a survécu à l'explosion - a un peu changé de couleur pendant les 8 dernières années. Après avoir atteint une magnitude absolue de -8, elle s’est entourée d'une nébuleuse poussiéreuse apparemment similaire à celle de η Carinae. L'imagerie HST l’a résolue en quatre étoiles, dont l'une est très brillante en Hα. Le télescope Keck-II a permis d'obtenir un spectre à échellette montrant un profil d'émission Hα à ailes larges similaire à celui de η Car et il semble que cet objet brillant en Hα, l'étoile 4, soit très probablement le survivant. V12 a augmenté sa luminosité apparente d'au moins cinq magnitudes au cours de son éruption. Sa courbe de lumière pré-éruption est remarquable par des variations rapides de sa magnitude dans les années 1950-1954, de l'ordre d'une demi-magnitude ou plus en quelques jours seulement. Ces fluctuations erratiques sont probablement dues à une instabilité de surface à court terme, distincte des éruptions à long terme de type LBV / S Dor. η Car a également présenté ces oscillations rapides avant sa "grande éruption" en 1843. SN 1954j résolue par Hubble SN 2002kg (V37) SN 2002kg est notre second imposteur, qui n'est ni une supernova ni une éruption géante comme SN1954J mais une variable LBV / S Dor. Découverte le 22 octobre 2003 dans l'un des bras spiraux de la galaxie, elle était en fait visible un an auparavant sur des images prises le 26 octobre 2002 avec le télescope automatique Katzman. Initialement classée dans la catégorie des supernova de type IIn en raison de ses lignes d’émission d’hydrogène étroites. SN2002kg a ensuite été identifié une variable bleue irrégulière (V37) et s’avère être une variable LBV / S Dor en éruption. SN 2004dj Enfin, SN 2004 dj était une supernova de type IIP (Type II, pour « qui contient de l’hydrogène », P pour « plateau », lorsque la courbe de lumière montre un plateau marqué, ou une phase de décroissance lente). Elle a été découverte le 31 juillet 2004 par Koichi Itagaki, un astronome japonais. Au moment de sa découverte, la luminosité de la supernova atteignait une magnitude apparente de 11,2 et une luminosité équivalente à 200 millions de fois celle du Soleil. Cependant, elle fut découverte après qu'elle eut atteint le maximum de sa luminosité. L'étoile à l'origine de cette supernova se trouve dans un amas d'étoiles jeune et compact situé dans NGC 2403. Cette supernova a été la plus lumineuse depuis SN 1987A. SN 2004dj est l'une des SN les plus proche et les plus brillantes ayant explosé récemment et elle a été particulièrement suivie, puisqu'une publication de 2018 rapporte des observations radio couvrant une large plage de fréquences et de temps, étendues de 0,24 à 43 GHz et d’environ 1 jour à 12 ans après sa découverte. Les auteurs estiment d'ailleurs dans l’article que le taux de perte en masse de l'étoile progénitrice à ~ 1 × 10(−6) masse solaire âr an avec des vents ayant une vitesse de 10 km/s. On peut voir SN 1954j, SN 2002kg et SN 2004dj sur cette image prise par le télescope spatial Hubble Sinon, à tître informatif, vous pouvez désormais retrouver toutes ces pages compilées ICI JB Sources : A Tale of Two Impostors: SN2002kg and SN1954J in NGC 2403. R. M. Humphreys, K. Davidson, S. D. Van Dyk & M. S. Gordon. The Astrophysical Journal, 848:86 (13pp), 2017 October 20. Long-term Behavior of a Type IIP Supernova SN 2004dj in the Radio Bands. A. J. Nayana, C. Poonam & K.R. Alak. The Astrophysical Journal, Volume 863, Number 2 Supernova 1954J (Variable 12) in NGC 2403 Unmasked. S. D. Van Dyk, A. V. Filippenko, R. Chornock, W. Li & Challis. Publications of the Astronomical Society of the Pacific, 117:553–562, 2005 June Internal Variations in Empirical Oxygen Abundances for Giant H II Regions in the Galaxy NGC 2403. Y-W. Mao, L. Lin a X Kong. The Astrophysical Journal, Volume 853, Number 2. A low HI column density filament in NGC 2403: signature of interaction or accretion. W.J.G. De Blok , K. M. Keating, D.J. Pisano, F. Fraternali, F. Walter, T. Oosterloo, E. Brinks, F. Bigiel & A. Leroy. Astronomy and Astrophysics, volume 569A, 68-68 (2014/9-1)
  48. 1 point
    Merci pour ce CROA si riche. C'est impressionnant la quantité de dessins que tu es capable de faire en une nuit
  49. 1 point
    Canon 6D Lunette Televue 76 avec réducteur de focale 2s de pose à 200 ISO Traitement Lightroom
  50. 1 point
    Par exemple j’en tire ça sur une pose cumulée de 27x25 secondes et un objectif 205mm f2.8