Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 08/17/19 in all areas

  1. 11 points
  2. 9 points
    Je m'étais promis de dessiner ce champ esthétique, une tache périlleuse mais techniquement intéressante au pastel. Ce double objet attire et je comprends mieux le nombre élevé de reproductions sur le papier. Le scan est un peu décevant car les étoiles orangées sur le canson (j'en parle dans le texte attenant) apparaissent mal à l'écran. Ce fut en juillet dernier, quelques heures sur 2 nuits consécutives, au T600x199, voici mon pastel avec un champ non pré-étoilé contre l'air du temps. En archive, j'avais aussi quelques autres dessins de la concurrence, glanés au fil du temps. En voici un scan sauvage. Celui de Bruno S. (en haut à gauche) me semble le plus réussi. Sur sa droite, c'est celui de Nicolas Z. Le croquis hawaïen n'étant qu'une évocation. Les dessins de Nicolas B. tout comme celui de Serge V. dans un autre style sont intéressants à consulter. Ils les déposeront sûrement ici. Je n'ai pas publié celui de Laurent F. par manque de place, c'était un croquis effectué en négatif au T254 avec les pourtours de B86 en pointillés mais peut-être qu'il en réalisé un depuis avec un instrument supérieur. Fabrice M.
  3. 9 points
    Bonjour, Je vous présente des images de Jupiter et Saturne faites en juin et en août 2019. Matériel : C14 + ADC+ filtre uv/ir cut + barlow x2 + Asi 224MC. Jupiter le 1 juin 2019 à 0h02 TU : Jupiter et Io le 27 juin 2019 à 22h46 TU : Saturne le 2 août 2019 à 21h59 TU : Olivier
  4. 7 points
    Bonjour à tous, Il a fait beau en France ces derniers temps, notre T500 F/D3 Janus Nord a donc repris du service. Voici donc une version HaOIII-HaOIIIOIII de la Nébuleuse du Dragon, ou LBN347, ou SH2-114. Nous sommes au bord de la constellation du Cygne. C'est une structure assez semblable à un résidu de supernova, mais aucun restes de supernova n’a été trouvé dans cette région. Sa structure complexe, vaporeuse est plus probablement le résultat des vents générés par des étoiles chaudes et massives interagissant avec les champs magnétiques du milieu interstellaire. Difficile de vous en dire plus sur le sujet, ca semble tres peu documenté. Par contre, si vous regarder bien l'image, vous trouverez une jolie nébuleuse planétaire en haut à gauche, qui porte le nom de KN26. Cette NP a une caractéristique assez rare, elle à 4 poles! Pour les curieux, je vous invite à regarder la fig.2 de la page 4 de cette publications, qui vous explique la présentation des 4 pôles. D'ailleurs, je pense que notre petite image de cette NP est assez résolue pour les deviner. https://arxiv.org/pdf/1301.3149.pdf Enfin, simplement pour souvenir, j'était déjà passé personnellement sur ce champ en 2008, uniquement en HAlpha, avec la STL11000M. Le temps passe...: Maintenant le coté technique: Telescope JANUS Nord. Lieu : Observatoire des Engarouines. Temps de pose: Ha en 12h00mn. OIII en 5h40mn. Poses élémentaires de 20min. Télescope de type Deltagraph de 500mm de diamètre FD 3 Echantillonnage de 1.2 sec d'arc par pixel. Camera Moravian G4-16000 avec roue à 5 filtres. Filtres Astrodon Ha et OIII de 5nm. Motorisation MCMT32 Piloté en automatique sous PRISM V10, prétraitement sous PRISM V10 et traitement final sous CS6. Enfin, voici l'image: Nous, on voit 2 dragons, le premier, a gauche tourné à 90°, que l'on appel le dragon volant. Mais il y a une jolie tète de dragon à l'opposé à droite:-). Amitiés à tous, et bonne astro! La JANUS Team Michel Meunier et Laurent Bernasconi http://team-janus.astrosurf.com/ https://www.facebook.com/JanusTeamNordSud/
  5. 5 points
    Je mets en ligne cette image reçue aujourd'hui. Elle est belle n'est-ce pas? https://www.cidehom.com/apod.php?_date=190817
  6. 4 points
    Bonsoir! Ca fait deux bonnes semaines que j'attendais d'essayer mon tout nouveau filtre UV baader . Hier soir, j'ai pu beneficier de quelques minutes pour faire quelques essai. D'abord, le niveau de transparence de la barlow APM, et de mon ADC zwo, et de la vitre antireflet de ma cam QHY: l'essai est concluant, il y a de la transmission, mais comme je n'ai pas d'elements de comparaison, je peux juste dire qu'i y a une transmission suffisante pour faire de l'imagerie. L'utilisation de l'ADC est sans doute non essentielle, car la bande passante de ce filtre est assez etroite, mais je voulais l'essayer de toute façon. Mais une fois le materiel en etat de filmer, les nuages sont arrivés: j'ai beneficié de 2minutes 17 (une chance extraordinaire par les temps qui courent......) 25% de gardés à 30fps avec mon flextube 305, apm 2.7 tirage par l'adc. Traitement Registax6. Forcement c'est tres bruité... et pas tres interessant, Mais c'est surtout la faute à la météo.. Nouvel essai dés que possible. Bonne nuit! Pour info, la courbe de transmission etroite de ce filtre
  7. 4 points
    Bon, je contribue au sujet avec une photo de ma collection d'anciens oculaires et de mon perl royal OR 25mm 1.25".
  8. 4 points
    Bonjour, Merci Valère.Je suis confus. Bonjour Alain ! Tes essais sont vraiment importants si l'on cherche à obtenir le maximum de ses images : UN POINT IMPORTANT dans AstroSurface-Wavelets : - utiliser EN PRIORITE ! le Noise Prefilter, puis EVENTUELLEMENT l'autre réduction de bruit en bas. Je reviendrais plus tard. Car il y a beaucoup à dire et à faire sur ce sujet. Lucien
  9. 3 points
    Bonjour à tous ! J'ai réussi ! Saturne, ma meilleure à vie Après plusieurs échecs et beaucoup de travail, de temps et d'acharnement, j'ai réussi à capturer Saturne que voici sans aucun traitement : Orion Apex 127 sur monture az Vixen Porta 2 avec Canon T5I et barlow 2X.
  10. 3 points
    Hello ! le 2 juillet, j"étais avec @Jean-Luc Dauvergne au Cerro Tololo pour l"éclipse. depuis le retour au bercail, je bosse sur mon image HDR de l'éclipse, et la voila enfin! c'est fait avec un Mak-Newt de 190mm, et le Nikon Z7. plus de 180 images ont été acquises pendant la totalité grace à la carte XQD ultrarapide du Z7. avec autant de diamètre et d'image, le SNR est juste fou et permet de sortir énormément de détails dans la couronne. malheureusement, le seeing n'était pas top, donc la résolution n'est pas à la hauteur du diamètre. plus de détails et d'images ici ;-) c'était trop court ! Nico
  11. 3 points
    Salut c'est encore moi Voila j'ai vite finalisé mes session que je ne vous avais pas presenter encore certaine faut cliquer Donc le 10 c'etait au c11 asi 224 Bio Bio Déroté Déroté petit trafique pour le sat ca va faire plaisir a V le petit Gif a c11 je vais rajouter un truc le temps de passer sur l'autre pc Bon apres 11 c'etait le C8 et la Raf zwo 224 bio les dérotations Puis 290 mm et filtres petit artefact du peu etre trop d'ondelette La planche puis deux autre ou j'ai pas fais la planche pour Saturne c'etait turbulent juste un ser en ir 290 MM Voila je rajoute Vite fais la Saturne qu'on a fais avec Emilio et mon Newton 200/1000 barlow et adc ( tube pas collimaté depuis 3 ans ) Bonne journée et bon ciel Sauveur
  12. 3 points
    Hello à tous ! Début juillet, j'ai accompli ce qui était un rêve depuis longtemps, en me rendant chez les célèbres et excellents Raymond et Nadine, à l'Hacienda des Étoiles. Ça ne va pas surprendre grand-monde si je me joins au concert de ceux qui louent les qualités d'accueil et d'hospitalité de ces hôtes, et ce, malgré l'approche de l'éclipse qui a drainé pas mal de monde, leur donnant un sacré surcroît de travail. Mais nos deux expatriés sont incroyables d'énergie, et au final, tout s'est passé au mieux ! Et une fois encore, je tiens à leur témoigner ici toute ma gratitude pour leur dévouement et leur envie de satisfaire chacun. Je n'entrerai pas trop dans le détail du voyage dans son intégralité, comme j'avais pu le faire pour les USA en 2017. En revanche, attendez-vous à beaucoup de photos et de dessins astronomiques, car la récolte a été bonne ! On commence soft avec une vue d'ensemble de l'Hacienda pour poser le décor, même si d'autres l'ont déjà fait 100 fois avant moi ! Ce qui frappe en cette saison, sous ce ciel austral que nous ne connaissons pas ici, c'est la vision de cette Voie Lactée brillante, vraiment, comme des nuages qui seraient éclairés par en-dessous. Mon épouse, pourtant pas très portée sur l'astronomie, s'est dite littéralement happée par le firmament... Et surtout, on a vue au zénith sur le centre galactique, qui apparaît alors dans toute sa gloire. On a vraiment la sensation de regarder vers le noyau de notre galaxie, à travers ses nébuleuses obscures. Je ne suis pas bien équipé ni expérimenté pour les photos du ciel nocturne, mais ça n'empêche pas de faire des tentatives pour garder un souvenir... En voici donc un ! En haut à droite, vous avez la Croix du Sud et le Sac à Charbon, et plutôt en bas et à gauche de l'image, vous pouvez voir les nuages de Magellan, parfaitement visibles à l'œil nu, et qui tournent tranquillement alors que la nuit avance : Le fameux centre galactique, pas bien beau, mais ça donne une idée (le machin brillant, c'est Jupiter, qui passait donc au zénith !) : Et quand on le fait en timelapse alors que l'aube point, c'est assez cool je trouve : Et puis quand même, vient le moment d'observer un peu sérieusement ! Ce premier soir d'observation, je n'ai eu l'accès qu'à un 400, ce qui n'était déjà pas mal. J'ai préféré attendre d'avoir accès au 530 pour dessiner sérieusement, donc cette première nuit aura été une découverte des amas notamment. Je me suis donc lancé sur les cibles classiques du ciel austral : Omega du Centaure, impressionnant et immense, 47 Tuc, plus joli à mon sens car son bulbe est plus condensé, et bien sûr, la petite Boîte à bijoux. Je l'ai bien aimée, mais ce n'est tout de même pas mon style d'amas préféré. Elle méritait toutefois bien d'être immortalisée : Et en plus gros, pour mieux voir : Après ça, je n'ai quand même pas pu résister à l'envie de redécouvrir certaines célébrités estivales, habituellement basses chez nous. Mais on voit quand même bien mieux les choses lorsqu'elles sont au zénith ! Ainsi donc cette Lagune, que je m'étais bien promis de dessiner un jour. Ça en fait des détails à reporter : Et pour mieux voir les détails (n'hésitez pas à cliquer plusieurs fois sur l'image pour voir la "full") : En prime un croissant très vieux, juste avant la Nouvelle Lune et l'événement du séjour... Le soir suivant, et bien que le départ pour l'éclipse soit prévu de très bonne heure le lendemain matin, hors de question de rater une soirée d'observation. Et j'en profite pour caser ici ce qu'il est facile de voir là-bas, tous les soirs : la lumière zodiacale ! Là, on entre dans le dur : j'ai enfin accès au Dobson 530, fabrication DF (avec les qualités et les défauts habituels), qui va me permettre de récolter une masse incommensurable de photons élégants. Alors je précise quand même que c'est un cas un peu spécial que ce télescope, car le miroir primaire est percé, ce qui ne facilite pas ma collimation au laser à laquelle je suis habitué... Je fais de mon mieux, mais je sens bien que ce n'est jamais réglé parfaitement au poil. Bon, ça n'empêche quand même pas de se faire plaisir, loin de là ! Et en témoigne cette première cible qui m'a totalement laissé sur le c.. : la Nébuleuse de la Carène, évidente à l'œil nu, mais surtout, un spectacle grandiose à l'oculaire. Elle est bien plus étendue que M42, et montre des volutes nombreuses et magnifiques. La fameuse Eta Carinae présente une belle couleur orange/dorée, mais ce n'est que quelques jours après que j'aurai connaissance de l'Homoncule, la nébulosité minuscule mais bien visible, qui l'entoure. J'aurais dû prévoir le coup, et surtout un champ étoilé... Mais tant pis, je ne peux pas rester sans la dessiner. Après bien des efforts sur le terrain puis devant l'ordi, voici ce que donne ce qui est devenu sans doute mon objet préféré du ciel profond : Mais bien évidemment, on ne va pas se contenter de cette vision, et si l'on fiche en l'air le gabarit, voilà ce que ça dit (et encore, comme vous pouvez le constater, la nébuleuse n'est toujours pas entièrement dessinée !) : Quand au zoom sur la surprenante Eta Car, c'est là : Après ce monstre, on pourrait me croire rassasié, mais que nenni ! On part sur un autre classique du sud : Centaurus A, une belle galaxie très particulière. On ne croise pas ce genre de profil tous les soirs : Oui, il y a de menus détails dans la bande sombre, et pour mieux les percevoir, voici : Après ces cibles massives, une petite planétaire permet de reprendre son souffle. Ce sera donc la Blue Planetary qui occupera ce créneau : Comme toujours, une NP, ça se détaille en grossissant, donc : Le lendemain, après pas mal de somnolence dans le minibus qui nous emmène sur la bande de centralité, c'est le moment tant attendu de l'éclipse ! Pour ceux qui ne l'ont pas vécue, une éclipse, c'est un peu comme l'amour : des préliminaires déjà très satisfaisants, qui s'achèvent par une explosion de plaisir. En témoigne cette drôle d'ambiance et de lumière, lorsque le coucher de soleil semble couvrir tout l'horizon : On peut s'en rendre mieux compte sur ce modeste timelapse aussi : Et puis vient le moment tant attendu, que je ne pourrai pas vous retranscrire vraiment ici. C'est aux jumelles que j'ai profité de l'événement, afin d'admirer les magnifiques pinceaux argentés qui s'échappent de l'astre noir, ainsi que les protubérances rose fluo... Le dessin de Serge Vieillard sera sans doute ce que vous trouverez de plus fidèle à ce que j'ai vu. Mais j'ai quand même pu garder une petite photo, bien modeste (mais bon, c'est la mienne !) : Puis vient le coucher de soleil, pas très longtemps après la fin de la phase partielle : Le retour sera... long. Vraiment long. Je crois que je n'ai jamais vu autant de bouchons, et pas moins de 8h de route nocturne seront nécessaires pour regagner l'hacienda. C'est une soirée d'observation de perdue, mais qu'importe ! Nous avons pu constater que chaque éclipse est différente, par sa lumière notamment. Ce genre de moment mérite vraiment d'être vécu. La nuit suivante, c'est au tour d'une cible un peu moins connue, mais qui gagnerait à l'être, de faire l'objet de ma prise de notes. On parle de NGC3199, un croissant qui se révèle un peu bretzel, comme notre 6888 boréal : Ça volute et ça filamente ! On le voit mieux ici, d'ailleurs : Plus tard dans la nuit, je me tournerai vers cette petite curiosité, trouvée dans l'excellent tome austral des Splendeurs du Ciel Profond : ESO172-07, le Boomerang : Qu'il faut évidemment grossir, c'est mieux : Ce qu'il y a de bien sous ce ciel, c'est qu'aux jumelles aussi il y a des choses à voir. Et en première place, ce Sac à Charbon, parfaitement adapté à ce genre d'instrument je trouve : Notez aussi la Boîte à Bijoux sur la droite de l'image : Malgré le manque de sommeil, hors de question de rater les excursions, et en compagnie des autres visiteurs de l'Hacienda, nous irons aux fameux pétroglyphes : Ainsi que dans une zone étonnamment verte, anomalie climatique dans un milieu plutôt désert habituellement, où nous avons fait un concours de photos d'oiseaux. Dont ces petits agités-là : Et ce qu'il y a de bien, c'est que même quand il y a des nuages, c'est beau (au coucher de soleil surtout !) : La nuit d'observation qui suit, je commence à aller sur des cibles plus petites, mais pas moins intéressantes. Cette jolie NGC6337 bien ronde en est un exemple : Et la version détaillée : Vient ensuite NGC5189, à laquelle j'ai trouvé une ressemblance avec un lièvre, mais qui a plutôt paru un cheval aux québécois qui observaient avec moi. Je vous présente donc officiellement "la nébuleuse du lapin qui se transforme en cheval" : Elle mérite d'être un peu grossie elle aussi : C'est après le tour de NGC6302, la nébuleuse de l'insecte, qui m'évoque plutôt un gantelet, personnellement : Mais on voit mieux ainsi : Et enfin, IC5148, jolie petite chose aussi : Que l'on détaille toujours mieux en gros plan : Le lendemain, ce seront quelques explorations minérales aux couleurs chatoyantes : Avant de revenir à l'astro pour une belle petite récolte ! On commence avec NGC6164, et sa drôle de forme : Que l'on voit mieux ainsi : Puis ici PK329+2.1, une charmante planétaire bien ronde : Il serait sot de se contenter de la version de loin, bien sûr ! Donc : Et pour faire quelque chose d'un peu plus ambitieux, tout en profitant du zénith, voici la très connue mais toujours délicate M16, et enfin, ses fameux piliers : Celle-là, je l'ai retravaillée au niveau des proportions à la maison, d'après photo, car encore une fois, sans champ étoilé, bonjour... Pensez à cliquer dessus plusieurs fois pour voir la full, ça le mérite ! Et puis Jupiter parce que quand même, ce serait dommage de ne pas la croquer alors qu'elle est haute dans le ciel, surtout avec cette GTR qui a un aspect un peu différent des autres années : Mais si, regardez : Les jours suivants seront nuageux hélas, et comme en plus la lune commence à se faire bien présente, ça rend les observations moins faciles. Mais d'un autre côté, ça favorise les promenades en journée, pour voir ce genre de chose : Mais aussi et toujours, quelques couchers de soleil somptueux : (celui du lendemain était d'ailleurs sympa en timelapse aussi) Ainsi que quand même, un halo lunaire : (avec un avion devant) Et au terme d'une belle promenade sur les montagnes qui surmontent l'Hacienda, des condors assez proches ! Le séjour avance sans pitié, et la dernière bonne soirée d'observation sera en deuxième partie de nuit, pour éviter la lune... On commence soft avec IC2448, petite planétaire pas bien impressionnante : Même quand on grossit : Puis NGC3603 et 3576, dans le même champ : Chacune a quand même droit à son gros plan : Puis voici venir NGC3699, avec sa drôle de forme double : Que l'on perçoit mieux ainsi : On reste dans le petit, avec NGC6153, et une structure intéressante : Que l'on peut nettement mieux détailler ainsi : Vous trouvez que ça manque de galaxies ? Moi aussi. Alors voici NGC7552, une curiosité qui montre de belles amorces de bras spiraux : Mon épouse trouve qu'on dirait un "v" minuscule, calligraphié. C'est pas faux ! Et on termine par une visite du Grand Nuage de Magellan, qui regorge de choses à voir. Et non, vous n'aurez pas droit à la Tarentule, qui m'a presque effrayé tant elle est riche et complexe... Ce sera pour une prochaine fois ! Mais j'invite le voyageur curieux à ne pas se limiter à cette cible trop évidente, pour aller chercher d'autres bricoles plus modestes mais tout aussi intéressantes, comme cet ensemble NGC2029-2032-2035-2040 : Que l'on peut admirer plus à son aise ainsi : Après cette nuit et quelques autres qui n'étaient pas aussi favorables, la lune devenant vraiment gênante, vient forcément le moment du retour, salué par les perroquets : Eh ben vous voulez que je vous dise ? Ça a été trop court...
  13. 3 points
    J'y pense d'un coup : vous oubliez des techniques comme le "zone system" d'Ansel Adams, qui permettait de récupérer énormément de valeurs au tirage du positif par rapport à un tirage standard : Bon, c'était plus tard que 1901, mais c'était toujours de l'argentique. Il a vraiment fait des merveilles avec ça : Là, il est arrivé à récupérer toutes les valeurs, du modelé des nuages aux ombres des sapins.
  14. 3 points
    Nouvelle acquisition cette nuit, toujours sur 260P/McNaught, avec cette fois 90 poses de 60s acquises en fin de nuit. On voit un peu mieux la chevelure ...
  15. 3 points
    vraiment magnifique!!!!! c'est vrai que les protus sont un peu " dures" mais bon l'ensemble est remarquable!!!!!, sacré boulot en post production pour ceux qui ne suivent pas la chaîne d'Astronogeek , c'était pas gagné voir également à partir de 14'20 ou il a fallu déplacer le télescope à cause du vent
  16. 2 points
    Post-traitement par ondelettes ou par déconvolution ? Le post-traitement par ondelettes a fait ses preuves et est très employé par les astro-amateurs. Mais il existe aussi le traitement par déconvolution moins connu. Alors en exemple j’ai fait un test comparatif. Matériels : Un vieux Mak 180-1800 avec barlow x2, une caméra QHY 5L-II couleur (un premier prix et pas le top pour le planétaire) et je ne dispose pas d’ADC (de correcteur de dispersion atmosphérique). Le télescope comporte aussi une vraie particularité : le primaire a un gros éclat qui immanquablement impacte l’image, mais il reste utilisable. Objet : Jupiter du 16 juillet dernier vers 22h TU. Elle était qu’à environ 22° de l’horizon et les turbulences étaient là (voir extrait vidéo) : Le bruit est là aussi. Le traitement initial avec soft dédié nécessite un grand nombre d’images avec des temps de pose courts, puis on sélectionne les meilleures images pour les additionner ou les compiler après recentrage. Mais si au final le nombre d’images est trop restreint, le rapport signal/bruit reste insuffisant et le bruit encore présent limite la résolution. Dans l’exemple 10 000 images de 7.5ms, 5405 retenues. Résultante : version 16bits : Jupiter-AS.tif A partir de cette image source le post traitement est réalisable, le traitement par ondelettes, ici avec AstroSurface, permet de faire ressortir des détails. Toujours à partir de cette même image source, le traitement par déconvolution nécessite en plus une PSF, image point ponctuel, une étoile. Pour la petite histoire j’avais choisi une étoile proche de Jupiter mais après exploitation c’était une étoile double dont la secondaire très proche polluait la PSF principale, cette seconde était non visible sur l’écran lors de la capture. Bref heureusement j’avais une seconde série faite le même soir sur une étoile proche de Saturne (là aussi de 10 000 images). Donc une étoile décalée mais environ à la même hauteur. La capture de l’étoile (normalement voisine de l’objet) nécessite de conserver les mêmes paramètres (focale, caméra, orientation …) mais attention, il ne faut pas que les images soient saturées sinon le pic central est tronçonné. C’est relativement délicat avec l’histogramme de FireCapture car les tavelures font varier particulièrement l’intensité. version 16 bits : et-1.tif et-2.tif et-3.tif On constate que l’atmosphère joue bien le rôle d’un prisme qui décompose les couleurs, ici principalement dans le sens vertical, plus dans le bleu que dans le rouge à cause des longueurs d’onde. Inversement dans le sens horizontal, la largeur dans le rouge est plus grande que dans le bleu, ce qui est normal puisque la résolution théorique est aussi fonction de la longueur d’onde. Un ADC aurait donc été bien utile. Comparaison : A gauche : la source Au centre : résultat du traitement par ondelettes, ici avec l’outil "Wavelets" d’AstroSurface. Cet version est très efficace Merci Lucien . A droite : celui du traitement par déconvolution sur PSF, ici avec l’outil "Parallel Spectral Deconvolution 2D" d’ImageJ. Il est vrai que ces 2 traitements sont un peu « poussés », ils n’ont pas « l’esthétique habituelle » des photos d’astro-amateurs, le but étant d’approcher les limites pour une comparaison et atteindre le faible signal jusqu’au bruit. Le premier constat dans les vues d’ensemble est la différence de couleurs. Cependant je vous garantie ne pas avoir toucher aux couleurs. Couleurs à comparer avec l’image source. L’amplification du contraste par ondelette rend le disque plus « plat ». Le traitement par déconvolution conserve mieux le coté sphérique de la planète. Voici une image de la NASA. On observe dans cette vue de référence les couleurs « vraies » et bien sûr beaucoup de détails malgré des contrastes relativement faibles (structure gazeuse oblige). A vous de la comparer avec ces 2 méthodes différentes de traitement pour juger. Full version Full Jupiter NASA.tif En bordure du disque par ondelette, coté droit, on observe une bande sombre artefact classique avec ce type de traitement. On l’observe encore plus dans les basses intensités. A comparer dans les mêmes conditions l'image par déconvolution. Concernant les fins détails, les 2 images sont parfaitement comparables à quelques détails près à la limite du bruit, pour moi avec un léger plus fin pour la déconvolution. Encore une fois à vous de juger. PS: le Gif animé compresse les images donc perte. Perspectives Même avec du matériel pas top et dans des conditions plutôt difficiles des résultats sont possibles. Le choix entre le post-traitement par ondelettes ou par déconvolution sur PSF existe bien. On peut aussi les cumuler avec d'autres filtres bien sûr ... Sur Astrosurf à ma connaissance la seconde méthode est très peu ou jamais utilisée. De plus on est pas habitué à voir des images planétaires traitées de cette manière, donc différentes de celles du traitement classique par ondelettes et cela peut surprendre par manque de comparaison sur un grand nombre. J’invite ceux qui disposent de meilleurs matériels et dans de meilleures conditions atmosphériques, par exemple avec des diamètres supérieurs à 250mm, à tester cette méthode pour comparer et voir s’il y a effectivement du plus sensible. Des détails par exemple dans les bandes de Saturne seraient peut-être alors visibles alors que jusqu’à présent c’est extrêmement rare ? Il existe un soft de déconvolution astro appelé AIDA lien https://github.com/erikhom/aida Cette version date de 2007. Depuis il en existe peut-être une version plus ressente ? De mon coté malheureusement je n’est pas réussi à l’installer et donc à la tester malgré le post ci-dessous dans lequel je n’ai rien compris. (mes faibles compétences en informatique obligent) Pourriez-vous S.V.P. m’aider ?
  17. 2 points
    Il faut aussi considérer que ces plaques photo sont un tout autre format que le 24x36. Celle montrée sur l'Apod doit être pratiquement le format du négatif sans agrandissement (voir la taille des écritures), donc difficile d'y trouver le grain de l'argentique dans ces conditions. Voir par exemple : https://www.dublincity.ie/story/how-scan-and-digitize-glass-plate-photographs-0 ET moi, j'avais fait ça en 82 je crois , je ne sais même pas avec quel matos exactement, car je passais par divers setup à l'époque. Peut être le 500 pentax du club...
  18. 2 points
    Le post de @Yoann DEGOT LONGHI avec ses images de comète m'a donné envie d'imager 260P/McNaught ... A 4h du mat, le temps d'interrompre les acquisitions en cours vouées à finir à la poubelle pour cause de pleine Lune, j'ai pu lancer 25 poses de 60s sur la comète en question ... avant d'aller me coucher. Je viens donc de traiter les quelques images acquises pendant mon sommeil, et voici le résultat. Elle est mignone cette comète, même si elle n'est pas super brillante (Mag. 14 environ). C11 EdgeHD à F/D 7 et caméra Atik 4000M - 25x60s sans filtre
  19. 2 points
    voici ma photo la plus réussi en photos : c'est mieux en vrai car on voit mon ombre sur la photo !! polo
  20. 2 points
    Ok, lu. Perso : je faisait un "négatif" papier ( masque flou ) que je superposait sur le papier récepteur sous l'agrandisseur. Par contre, bonjour le résultat niveau "piqué".
  21. 2 points
    Je pense que vous faites erreur, et que les techniques employées dans ces temps étaient plus balèzes que vous le soupçonnez... Témoin cette autre plaque de 1908, trouvée sur ce site http://nautil.us/issue/32/space/these-astronomical-glass-plates-made-history avec d'autres de la même époque, dont l'historique "VAR !" de Hubble :
  22. 2 points
    Et bien je serai de mon côté très désagréable : il n'y a pas la moindre trace de grain argentique sur cette image. Et les pellicules de l'époque n"avaient pas une dynamique suffisante pour encaisser une telle dynamique. Maintenant en scannant plusieurs plaques de l'époque prises avec des temps de pose différents et en traitant à l'écran pendant une heure... Lucien
  23. 2 points
    Bonjour, Holala ! c'est belle collection tous ça. Christophe et d'autres (moi compris) doivent se lécher les babines, par les images délivrées par ce genre de bijoux. Bon ciel orthoscopique
  24. 2 points
    Pour dire que si c'est pour avoir du détail en bord de planète, il vaut mieux un effet plat. Si c'est pour flatter les papilles il vaut mieux un bord évasif et flou : aspect gazeux et de volume. Personnellement si cet effet est un peu fort, j'aime pas. Lucien
  25. 2 points
    Bonjour CPI-Z, Je reviens sur quelques points qui me semblent imports à préciser : Oui pour l'artefact sur les bords : j'avoue que je ne l'ai pas corrigé et je le sais ! On pourra le corriger par la suite mais ce n'est pas une priorité dans AstroSurface : merci de me le rappeler ! PROBLÈME QUAND MÊME : ********************* Il y a un truc pas normal avec la déconvolution ici ( toujours les 2 images forcées ) : il n'y a plus de fond de ciel ! Mais ça ce n'est pas la déconvolution qui l'a fait disparaitre. Si tu n'a pas fait de réglage de niveaux, ça veut dire que l'algorithme employé a fait un réglage de niveaux. Ce serait dommage que ce soit automatique car on perd de l'information Difficile à dire cependant le côté sphérique se retrouve après les Ondelettes par d'autres réglages si on le souhaite. On remarque un manque de détails assez sensible en bord de champ avec la Déconvolution que tu as utilisée. Oui, on peut bien sûr faire des essais. Cependant quand on parle de Déconvolutions, il y a en 15 sortes et variantes différentes si ce n'est plus. De même les Ondelettes ne sont pas toujours les mêmes suivant leur implémentation. Valère je précise ci-dessous ta remarque judicieuse. Que peut faire AstroSurface C (CHARON) dans les domaines qui nous occupent ici. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Deux outil de pure déconvolution ; 1) Wiener NON ITÉRATIF : menu Filters : Deconvolution Wiener 2) Richardson-Lucy ITÉRATIF : menu Filters : Deconvolution RichardSon-Lucy Ces deux méthodes acceptent comme noyau (PSF) ; - un noyau généré dans la méthode elle-même, - un noyau pris à la souris sur l'image à traiter ( on sélectionne à la souris la zone de l'images qui sera la PSF ) - un noyau venant d'une image autre : fichier image. Il y a deux outils qui permettent de générer des PSF : - circulaire : menu Filters ; Kernel PSF Generate - linéaire : menu Filters : Kernel Line Generate - l'outil de Dessin : menu Edit ; Drawiing qui avec d'autres méthodes permet de fabriquer la PSF que l'on veut Avec ça on fait face à pratiquement tous les cas de figure en termes de déconvolution : flou de bougé compris. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Il y a aussi la méthode Sharpen : une Ondelettes Simplifiée : menu Filters : Sharpen ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Et pour finir cette Wavelets-Déconvolution : Ses particularités sont ; - un préfiltre anti-bruit quasiment à utiliser à tous les coups, - une vraie Déconvolution Richardson-Lucy itérative dont les amplitudes de réglage sont VOLONTAIREMENT limitées, car : - les Ondelettes sont là pour compléter derrière. ( algorithme personnel ) ( Les Ondelettes façon AstroSurface ne sont donc pas les mêmes que celle d'IRIS ou de R6. ) La déconvolution adaptée ici est qui est optionnelle, NE PRÉTEND PAS REMPLACER une déconvolution dans tous le cas. (Voir ci-dessus ) Par exemple s'il s'agit de corriger un flou de bougé... ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Sinon pour finir, Déconvolution et Ondelettes ne sont pas vraiment opposables mais plutôt complémentaire dans le principe.. Pour ce qui est de faire des comparaisons entre méthodes, c'est souvent délicat lorsqu'il y a des réglages. Qui sait si un autre utilisateur n'aurait pas fait autrement. Et puis parfois il y a les gouts de chacun... Merci pour ton comparatif CPI-Z qui pourra aider certains ici ou ailleurs. Lucien
  26. 2 points
    Ah OK J'avais pas tilté, mais il y a aussi du masque flou dans ce menu (sharpen ) ? En fait Lucien nous a pondu carrément l'algorithme multipass ! Y'a quand même des sacrés têtes dans ce forum !
  27. 2 points
    Pour l'empilement, il faut un ordi. La prochaine étape sera donc l'achat d'un PC. C'est dans ma longue liste de priorités. Ça gruge un budget d'avoir une bouche de 1"1/4 à nourrir, surtout quand tu veux lui donner tout le nécessaire pour lui permettre de voir grand et loin devant ...
  28. 2 points
  29. 2 points
  30. 1 point
    Bonsoir les astrams, Comme en 2017, mon image de l'éclipse du 2 juillet s’est fait attendre un mois après le retour et pour cause : 103 images élémentaires en triple gradient rotationnel = 103 gradients de 2°, 103 gradients de 5°, 103 gradients de 10°, 412 compositages dont 57 au blink sur des éléments de couronne et 46 plus faciles avec confirmation du bon positionnement sur 2 étoiles (miracle, il y en avait deux seulement visibles sur les expositions longues !) et un nombre certain de dérotations. Tout cela prend beaucoup de temps. J’ai utilisé sur une Star Adventurer 2 téléobjectifs MTO500 de 500mm de focale ouverts à 6,3. 57 images (la basse et moyenne couronne) ont été prises sur Sony A7R (36Mpix) et les 46 autres (couronne externe) sur Sony A7S (12.2Mpix). Ce fut une très belle éclipse sans aucun nuages mais à 12° au-dessus de l'horizon avec pas mal de turbulence, donc, avec des ombres volantes très spectaculaires. Nous étions 3 échappés d'un groupe de 22 que nous avons monté et nous siommes postés sur la ligne de centralité au bord de la N149 au sud-est de Bella Vista en Argentine. Philippe Morel.
  31. 1 point
    Bonjour, Je profite du mauvais temps pour comprendre comment me servir de ma nouvelle monture AZEQ6. Je partage avec vous la solution que je viens de trouver à un problème que je viens de rencontrer récemment. J’utilise le câble RS232 avec un adaptateur USB/SERIE , mon ordinateur est sous WINDOWS 10. Je cherche à utiliser conjointement la raquette et un logiciel type planétarium pour pouvoir explorer facilement certaines zones du ciel après avoir initialisé le système avec la raquette. J’ai installé, comme cela est indiqué sur de nombreux posts EQMOD. J’ai rencontré un problème d’utilisation de ma monture avec ce dernier : Celle-ci refuse de suivre les instructions que je lui envoi si la raquette n’est pas configuré en mode PC DIRECT ou si je ne passe pas directement par le câble USB (ce qui est contraire à la documentation). Eqmod affiche alors « Erreur connexion – timeout » En faisant des tests, et en lisant la page en anglais sur ASCOM (https://ascom-standards.org/Downloads/Index.htm) , je me suis rendu compte qu’il existe un pilote ASCOM SKYWATCHER différent de celui proposé par EQMOD. Je l’ai téléchargé depuis la page https://ascom-standards.org/Downloads/ScopeDrivers.htm . Il faut choisir (choisir « SkyWatcher SynScan Mount Controller »). Je l’ai installé. Dans le logiciel planétarium, j’ai choisi le pilote « skywtacher telescope » et pas « EQMOD ASCOM HEQ5/6 », puis j’ai configuré le port com dans les propriétés. J’ai ensuite cliqué sur « connecter ». Tout semble rentré dans l’ordre ! Les tests d’envois de commande GOTO depuis le logiciel semblent fonctionner a merveille sans que je sois obligé de configurer la raquette en mode PC DIRECT. Je peux utiliser conjointement la raquette et piloter la monture avec le logiciel planétarium. Conclusion : EQMOD est un système complètement différent de celui présent sur la raquette. Il vient en remplacement de celle-ci. Si l’on veut utiliser en même temps la raquette et le PC il convient d’utiliser le DRIVER SKYWATCHER de la page ASCOM STANDARDS.
  32. 1 point
    Oui je sais. C'est bien ce qui m'inquiète. ... Jérôme
  33. 1 point
    Magnifique photo avec les arbres !
  34. 1 point
    Quand je relis ceci ... je trouve cela assez impressionnant, d'autant plus que l'instrument est ouvert à F/D 3. ^^
  35. 1 point
    bravo pour cette magnifique photo. Paul
  36. 1 point
    je travaillais avec un morceau de papier photo noir fixé sur une baguette en bougeant de façon à décramer le centre ! ou un papier avec un trou pour favoriser une zone ! polo
  37. 1 point
    Très belle prise de vue : bravo.
  38. 1 point
    Merci pour vos réactions, ça me fait très plaisir ! Oui, c'est une technique peu ordinaire, et pas toujours parfaitement adaptée à ce qu'on voit, mais c'est ce que j'ai de mieux pour montrer à ceux qui n'observent pas avec moi (au premier rang desquels, mon épouse), ce que je vois à l'oculaire. Et du coup, c'est un plaisir de retranscrire toute cela sur Photoshop ensuite !
  39. 1 point
    merci…. encore une fois.. t'es un chef……….
  40. 1 point
    Pas de souci tu pourrais poster une photo sinon ? La seule image que j'ai c'est sur le vieux catalogue Perl en n&b. Tu sais si c'est bien un Abbe ?
  41. 1 point
    Concernant mon perl royal OR 25mm 1.25" , désolé mais je le garde celui là😁 Mais sait on jamais, je penserai à toi😉
  42. 1 point
  43. 1 point
    Bonsoir En installant BOINC Manager le logiciel client qui fait tourner seti@home tu aura accès a d'autre programmes astro et non astro qui utiliseront la puissance de calcul de ton ordi de manière passive.
  44. 1 point
    C'est un très bon premier essai, on y voit les éléments essentiels: extrême contraste de la Grande tache rouge et de la bande équatoriale. Avec de la dérotation tu obtiendras encore mieux. Je te remercie pour cette marque de confiance mais cet e-book est réservé aux inscrits du blog... c'est marqué en vignette 2 peux-tu s'il te plaît supprimer ce lien ? Alain, ce n'est pas un filtre essentiel sur cette planète comme il peut l'être sur Vénus. En UV, on voit Jupiter à travers une couche de brumes élevées au niveau de la tropopause, et ça révèle des comportements de couleurs intéressants dans certaines régions (voir mon premier commentaire)
  45. 1 point
    ah !, les gouts et les couleurs ! en tout cas merci pour l'info . au moins, comme cela on peut faire simple, pc & raquette, pas comme ce driver ascom eqmod qui en fait qu'a sa tête par moment ! (plus de pc, tout à refaire !) parfait pour du visuel ou de la photo ... sans autoguidage ... xavier
  46. 1 point
    Bonjour à Tous, Il me semble que l'on parle beaucoup de NGC 3199 dans ce post ! Donc, une couche de plus...mais sans le tour complet. Croa: http://www.deepsky-drawings.com/ngc-3199/dsdlang/fr Bon ciel à Tous, ...et Chapeau au Pertuisien Bertrand http://www.deepsky-drawings.com
  47. 1 point
    Depuis le retour du Chili, je bataille avec les images de ces instants magiques... Dans la panique de la vallée d'Elqui avec plusieurs centaines de milliers de personnes, difficile de se frayer un chemin dans toute cette effervescence ! Une fois sur place mais pas à l'endroit souhaité en altitude, la monture n'étant pas exactement en station le soleil s'est un peu déplacé d'un cliché à l'autre...j'ai donc repris les images en les recalant. 5 images fusionnées sous Photomatix 6 Pro puis retouche sous CS6, j'ai essayé de garder l'aspect naturel de ces moments uniques... Zoom Nikon de 200-500 mm F/5.6 à 250 iso utilisé à 500 mm de focale, cadrage aléatoire, j'aurais du tourner de 90 ° (je n'y ai même pas pensé tant le spectacle était beau ! tant pis...) Poses de 1sec , 1/15, 1/125e et 1/250e de sec afin de sortir qq détails sur notre satellite...pas facile comme type d'image quand on n'a jamais fait cela ! Grosse turbulence liée à la vallée et à la hauteur de l'astre du jour...13° Phil Site perso : http://www.photoastro.com/
  48. 1 point
    Bonjour à toutes et à tous, J' ai acheté d' occas il y a 5 ans une belle monture Unitron 132, sans l' optique et sans trépied...Je lui ai refais un beau trépied en hêtre. Je l' ai eue pas chère: le deal avec le vendeur c'était qu'il me la faisait à un super prix à condition que je ne la mette pas sur le marché du "collector" et que je m' en serve. Un doux nostalgique dirait-on ! Moi je cherchais une monture à bon prix rapidement: dans l'urgence j' ai promis ! mainteneant j' ai aussi une Losmandy G11. Et bien la Unitron je m' en sert toujours pour les sorties et elle ne changera de propriétaire qu'à ma mort ! ...Et quand je serai gâteux la monture elle restera dans mon salon ! :-) :-) :-) Les mouvements n'ont pas de roulements mais des bagues en laiton (ou bronze ? ); les mouvement sont d' une fluidité délicieuse jusqu'à 10 kg de charge (lunette 120 ed equinoxe + accessoires ). C' est robuste. Les verniers sur les grands cercles de coordonnées sont précis à 10/15 min/arc et d' une lecture exemplaire !!! ; guère besoins de goto si la monture est stationnée...Le moteur synchrone qui l' équipe c' est un tracteur dans la nuit !! Un peu bruyant mais très fiable encore après plus de 40 ans de service. Ces montures sont parfaitement adaptées aux lunettes à moyens/longs foyers avec possibilité de corrections micrométriques manuelles même pendant le suivi électrique. Ca n' existe tout simplement plus... Le seul hic c' est que comme un couill.. j' ai grillé l' électronique du moteur synchrone lors d' une manip spidée ! Je n' ai plus de corrections électriques du suivi. sauriez-vous où je puisse en trouver une ? Bon ciel et bons instruments à toutes et tous ! Jean Marc
  49. 1 point
  50. 1 point
    Dans mon message précédent, sur l’emplacement du 25 juillet (sol 2476) j’évoquais une inclinaison de 21 degrés minimum. En fait il s’agissait plus précisément de 25 degrés d'inclinaison ! Je cite : "plus que jamais auparavant, au cours des opérations scientifiques" - voir l’image ci-dessous : NAVCAM – 25 JUILLET 2019 (SOL 2476) : Dès le lendemain 26 juillet (sol 2477) le rover manoeuvrait sur environ 15 mètres pour atteindre le sommet de la crête (en fait il s’agit plutôt d’un plateau) et atteindre un terrain plus proche de l'horizontale. Les géologues cherchent à approfondir leur réflexion sur la composition des roches depuis cet escarpement et son plateau nommé "le Visionarium", et commencer à chercher la prochaine cible de forage potentielle. Le point de vue à 360 degrés placera le rover et ses caméras "sur un emplacement idéal pour visualiser les futures cibles de forage". Enfin le 29 juillet, Curiosity s’est avancé sur le plateau en parcourant environ 12 mètres en ligne droite vers le Sud Ouest. POSITION AU 29 JUILLET 2019 (SOL 2480) : HAZCAM AVANT – 26 JUILLET 2019 (SOL 2477) : RETOUR À L'HORIZONTALE HAZCAM ARRIÈRE - 26 JUILLET 2019 (SOL 2477) : NAVCAM - 26 JUILLET 2019 (SOL 2477) : DÉBUT DE LA MONTÉE SUR L'ESCARPEMENT REGARD VERS L'ARRIÈRE. On aperçoit les traces des déplacements PANO NAVCAM - 7 mb -26 JUILLET 2019 (SOL 2477) - Jan van Driel : Au cours des dernières semaines, Curiosity a rassemblé des images spectaculaires qui documentent les couches et les textures de roches exposées dans le "Visionarium" : MAHLI – 26 JUILLET 2019 (SOL 2477) : MAHLI – 27 JUILLET 2019 (SOL 2478) : DEUXIÈME ÉTAPE sur le "Visionarium" : HAZCAM AVANT - 29 JUILLET 2019 (SOL 2480) : Curiosity grimpe encore.. Il est désormais près de 30 mètres plus haut que le point le plus bas de la vallée, la zone la plus argileuse atteinte lors du forage fin mai 2019. Il est par ailleurs maintenant placé plus haut que la crête "Vera Rubin" !.. En conséquence la présence d'argile est ici assurément beaucoup plus faible. En montant et en se rapprochant de l'extrême Sud de la vallée, il est probable que ces roches plus jeunes contiennent une bonne part de sulfates. En fait, depuis plusieurs semaines, on observe une forme de "black out" total sur les aspects liés à la recherche de molécules organiques. Ce qui donne l'impression que la mission a, pour quelque raison que ce soit, "tourné la page" sur ces questions, celles-ci devenant (progressivement) accessoires.. J'espère juste me tromper….. À suivre. HAZCAM ARRIÈRE - 29 JUILLET 2019 (SOL 2480) : NAVCAM - 29 JUILLET 2019 (SOL 2480) : BEAUCOUP DE ROCHES AFFLEURANTES