Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content on 02/29/24 in all areas

  1. 16 points
    Bonjour bonjour ! Tombé du lit ce matin, sorti la petite 70/420 au foyer sur pied photo et zou ! Toujours du vent, grosse turbulence, mais ambiance sympa ! Belle journée
  2. 14 points
    Toujours en utilisant les données de Telescope Live captées par le PlaneWave24cdk mais cette fois ci avec la nouvelle caméra CMOS QHY600 M et non plus l'ancienne caméra CCD, voici M83 en LRVB, une magnifique galaxie située à 15 Millions d'années-lumière, toujours très basse dans l'hémisphère nord mais photographiée ici depuis l'observatoire de Telescope Live à El Sauce au Chili. Jean-Baptiste Auroux dit avec raison qu'une couche Ha est indispensable mais là, Telescope Live n'en a pas pris. Ce qui est étonnant, c'est que le résultat est très proche de ce que donnerait l'ajout d'une couche Ha. De plus, cette image a un temps d'intégration total assez faible de 1h15. La qualité du résultat final est probablement dûe au caractère exceptionnel du setup...
  3. 11 points
    Bonjour , C'est encore Indy en mission de sauvetage A défaut d'images fraîches je fais du pain perdu NGC 4449 (ou Caldwell 21) est une petite galaxie irrégulière magellanique rapprochée et située dans la constellation des Chiens de chasse. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 425 ± 16 km/s. NGC 4449 a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1788. NGC 4449 a été utilisée par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique IB(s)m dans son atlas des galaxies. Les infos: Celestron C8 (203x2000) + réducteur Meade f6.3 (focale 1620mm) Altair 183c ProTec + filtre IRcut. monture HEQ5 Rowan autoguidage lunette 70x400, Asi290mm / PHD2 acquisition NINA 39 x 120s Gain 400 -10°C Traitement Sirilic, Siril, Pixinsight, PS.
  4. 9 points
    bonjour Je vous présente une photo prise le 17 avril 2023, retravaillée depuis avec blurXterminator. C'est ma première photo avec l'asi2400 sur ce setup d'observatoire de jardin. brute prétraitée sortie de siril sauvée de justesse. 🔭 RC 10 + tsrcred 0.8 F/D 6.4 échantillonnage 0.77″/pixel 🐎10 micron 1000HPS 📷 ASI2400mc + filtre L-pro 🖥️prétraitement sirilic + siril / traitement PIX, blurXterminator, noiseXterminator, ... ⏲️ 156 pose de 2 min soit 5h10 au total clic droit pour zoomer
  5. 8 points
    bonjour , ciel exceptionnellement sans gros nuages , sans trop de vent , je m'attendais à vraiment mieux , mais diffusion 2à3 diamètres solaires pitain d'avions qui laissent toujours autant de trainées qui s'étalent sans trop se diluer . j'ai aussi fais une animation mais 500 images pourries Paul
  6. 8 points
    Salut, Ciel bleu donc Soleil En lumière blanche, Lunette SW 72 ED + Astrosolar 3.8 + ZWO 178mm + Baader K Line Puis en Halpha, Lunette SW 72 ED + ND8 + Sol'Ex + ZWO 178mm + H alpha 12 nm Et une petite animation : Daniel
  7. 8 points
    Bonsoir, C'était en tout début de soirée vers 19 heures à la montre. Les conditions de turbulence assez médiocres. On arrive à capter les grandes formations et Ganymède qui sortait de derrière le disque. Il faudrait que je travaille les films faits un peu avant. Ici c'est traité un peu dure j'en conviens. Bon ciel, Lucien
  8. 8 points
    Bonjour à tous Hier soir, le ciel était dégagé, la Lune un peu moins présente que ces derniers jours et le seeing plutôt bon. Bref, tous les ingrédients qui permettaient de lancer une belle séquence. Eh bien non, cette fois-ci, c'est l'ordinateur qui se charge des acquisitions qui a planté dans le nuit, après 90 images prises En fait, cet ordi, se mettait à rebooter tout seul sans crier gare, et bien évidemment, arrêt complet de la séquence, avec en plus, le risque de se retrouver dans une situation pas terrible du fait que le script qui effectue le repli complet des équipements en fin de séquence n'était plus lancé. J'ai remplacé cet ordi par un modèle moins véloce en attendant de statuer sur l'ordi "habituel". J'ai fait pas mal de manip sur l'ordi qui "rebootait" et in fine, il ne posait plus de problème alors qu'il était en test dans la maison pendant toute une semaine. Hier après-midi, j'ai pris la décision de le remettre en place dans l'abri. Et horreur, il a planté 2 fois dans la soirée. Au premier plantage, j'ai pu le relancer, mais au deuxième, étant dans les bras de Morphée, arrêt immédiat des acquisitions. Peut-être une sensibilité aux basses température ! Heureusement que j'ai mis en service une parade supplémentaire qui me permet malgré tout de replier les équipements et de fermer l'abri sur la base des infos remontées par le CloudWatcher. Je pense que je vais à nouveau permuter l'ordi cet après-midi avec celui de rechange. Pour en revenir à ce qui nous intéresse, voici une image de la galaxie M106 et de son environnement. Le setup : newton de 300 f/d4 avec la caméra ASI20400MC et le filtre Antlia Luminance, l'ensemble sur la GM2000HPS sans autoguidage. Les 90 images ont un temps de pose unitaire de 60s, ce qui nous fait une durée totale de 1h30. Je compte bien continuer à imager cette galaxie dès que possible. La FWHM est de 2.7" pour l'ensemble des 90 images, ce qui est un très bon score chez moi, plus habitué à une moyenne de 4". Si seulement l'ordi n'avait pas planté, j'aurais pu récupérer 250 images de plus. Voici le champ complet avec quelques petites copines, à la résolution réduite de 3200 x 2000 pixels : Une vue annotée : Un petit crop à bonne échelle de M106, à la résolution de 3200 x 3000 pixels : Et une image de sa petite copine NGC4217 à la résolution de 2000 x 1300 pixels : Voila pour le moment, dans l'attente de poursuivre les acquisitions. Bonne journée. Jean-Pierre
  9. 7 points
    Salut Juste en passant, quelques images prises hier soir à l'OHP... (Plus d'images et infos sur l'OHP sur mon compte LinkedIn pour ceux que cela interresse) Yoann
  10. 7 points
    Bonjour à tous; Je suis particulièrement content de ma première image du soleil faite ce matin; matériel utilisé: bien évidemment le Sole-ex, une camera Sedna ( capteur 178 mono que m'avait recommandée Christian B), un téléobjectif Tokina de 400 mm de focale, le tout sur une AVX Celestron, depuis mon balcon . Alain.
  11. 7 points
    yep ! Je n'y suis allé qu'une fois, mais je suis resté Normalement, ça ne devrait pas poser de problème : une dominante colorée - surtout s'il s'agit d'une couleur primaire qui correspond à une couche précise - est relativement simple à gérer. Dans PSP, tu peux jouer sur la dynamique de la couche rouge (en controlant le résultat sur l'image RGB) et tout devrait rentrer dans l'ordre. Je pense que JP Cazard te propose la bonne façon de faire : ne change pas d'outil(s), mais garde un oeil critique sur le résultat - à 100% - de tes "choix de curseurs" à chaque étape. Maintenant, tu as aussi parfaitement le droit d'aimer les images qui "claquent". Sur Cloudynight, j'ai vraiment vu pire ! Mmmhh... je dirais... ... joker !
  12. 7 points
    Je n'y connais rien en astronautique mais, au regard des approches il semble que la vitesse horizontale soit non négligeable - ça ne semble pas arriver à la verticale. Et dans ce cas, je m'interroge sur ces structures ayant un fort élancement, une grande hauteur par rapport à leur base, d'où les risques non négligeables de renversement. Pourquoi ce n’est pas plus compact, plus trapu ? au regard de l'encombrement du piétement, ça ne semblait pas impossible de répartir la géométrie autrement tout en étant dans le gabarit de la coiffe..... Quant au futur suppositoire Muskien, on peut émettre quelques doutes vis-à-vis de cette problématique de basculement à l’atterrissage. par ailleurs ce qu'il y a d'étonnant, c’est que cet alunissage soit qualifié de succès dans biens des médias....
  13. 6 points
    Salut, Comme nombre d'entre vous je n'ai pas résisté à photographier la grosse tache solaire AR 3590. J'ai eu une belle fenêtre de ciel clair le samedi 24 février. L'image suivante a été prise avec ma lunette TS Photoline de 125 mm, une caméra Altaïr GPCAM3 290M, une barlow Kepler shorty 2x et un filtre Altaïr Continuum. Pour donner une meilleure idée de sa taille j'ai également pris une photo intégrale du Soleil avec le Canon 500D installé au foyer de la lunette 125/950 mm. La fenêtre de ciel clair m'a également laissé le temps de sortir la Lunt 40 mm BF600, même si à ce moment là j'avais un voile devant le Soleil ... Et voilà une image de la zone active d'AR 3590 grossie, prise avec la barlow Kepler shorty 2x. http://splendeursducielprofond.eklablog.fr/le-soleil-taches-et-protuberances-c31586904
  14. 6 points
    Je vais être un peu plus sérieux ce coup-ci fait un traitement sans utiliser l'AI comme je le fais tout le temps. Juste pour voir ce que tu arriveras à sortir. À mon avis, il faut savoir traiter pour utiliser ces soft hyper puissant si non çà vire vite à la catastrophe. De toute façon même sans l'AI si on pousse trop sur les curseurs la catastrophe va aussi arriver!
  15. 6 points
    Quand j'ai vu cette image s'afficher sur mon écran, je me suis dit "houlà, c'est de toute beauté, cliquons vite sur la full !" Je me suis d'autant plus précipité que cette galaxie, basse mais observable du Japon, me fait de l'oeil depuis qu'elle est visible le matin. J'ai prévu de la photographier au Seestar, et j'anticipe un résultat... d'une toute autre qualité ! Mais ce n'est pas mon présent propos : j'ai donc cliqué pour admirer la full et comme souvent depuis l'avènement d'outils de débruitage améliorés par l'IA, je suis resté sur ma faim : il y a quelque chose qui ne me plaît pas... mais quoi ? Au début, je n'arrivais pas à mettre la main dessus : certes, quelques étoiles alignées tournent un peu au chapelet de saucisses (ça m'arrive aussi quand j'abuse de la déconvolution dans la phase "réduction des étoiles"), certaines zones sont très (trop ?) nettes, mais bon, je ne fais pas mieux. Et puis, j'ai mis le doigt dessus : Quand on passe des zones claires (centre, bras marqués, amas d'étoiles ou grandes nébuleuses brillantes) aux zones plus sombres (extension lointaines, zones inter-bras), les transitions zone nette/zone floue sont brutales. Très brutales. C'est ça qui me gâche - toutes proportions gardées, l'image reste exceptionnelle - le plaisir. Pour illustrer mon ressenti, je te propose ce comparatif : A gauche, c'est une image de référence, prise par un télescope professionnel Au centre, c'est ton image, à 100% A droite, c'est toujours ton image, légèrement - et artificiellement - bruitée Pour l'image professionnelle, évidemment, les transitions entre zones plus ou moins claires sont régulières. Et pour cause : l'engin résoud suffisamment d'étoiles ! De plus, demeure un léger bruit qui se confond avec les astres les plus faibles et rend d'autant moins perceptible lesdites transitions. A toutes les échelles et quelle que soit la zone observée, cette image est un ravissement. Pour ton image, je pense que tu vois ce qui me pose soucis : vers le haut de l'extrait présenté, il y a de vastes applats sans nuances et sans étoiles quand, plus bas, on a des bras festonnés et presque aussi bien résolus que chez les pros ! On passe du net au flou de façon brutale. Ca ne se voit pas sur la vignette, mais ça saute aux yeux à 100%. A droite, j'ai ajouté du bruit (sauf dans les zones blanches) et paradoxalement, je trouve ce résultat meilleur ! Le léger bordel n'enlève aucuns détails, mais supprime l'impression de "netteté différentielle" qui me gêne tant... Du coup, je me demande si les outils de suppression du bruit, même s'ils n'enlèvent rien aux informations délivrées par l'image, ne sont pas devenus trop puissants..? Bref, je pense avoir bien expliqué mon impression vis-à-vis des meilleures images récentes. Parce que oui, ton image est parmi les meilleures, si ce n'est... ce que j'en dis
  16. 6 points
    Facile je sais. Humour incompréhensible par les fragiles du moment je sais. Et je n'aime pas Jean Gabin je sais....
  17. 5 points
    Enfin un peu de Soleil depuis tout ce temps ! J'ai profité de cette journée sans vent mais un peu brumeuse pour sortir le Sol'Ex avant que la grosse tache AR 3590 ne passe de l'autre côté. Lunette Perl-Halley 70/400 diaphragmée à 57 mm Filtre Hoya ND 8 (0,9) en entrée et filtre Baader H alpha 6,5 nm devant le spectro Sol'Ex Caméra Zwo ASI 178 MM Acquisitions SharpCap réalisées à 12H18 TL INTI, Inti register 6 scans traités avec Autostakkert3 GIMP Je ne suis pas trop satisfait de la focalisation. Il faut retrouver ses repères Bonnes observations ! Jean-Pierre
  18. 5 points
    Les médias ont parlé de succès tout simplement parce que la société Intuitives Machines et la NASA ont utilisé ce terme dans leur communiqué ; Dans les faits il s'agit d'un succès relatif ou d'un échec relatif : faudra faire mieux la prochaine fois ! Une nouvelle (et chouette) photo nous est parvenue grâce à un instrument (ILO-X) qui fait partie de la charge utile ; Elle a été prise 4mn12 avant l'arrivée au sol : Sur une photo prise par cet instrument on peut voir un pied cassé :
  19. 5 points
    Le nombre d'images qu'on trouve magnifiques en vignettes sur nos smartphones et se révèlent catastrophiques en plein écran devient vraiment inquiétant... Avant, on prévenait : "He, les gars, ouvrez la full, sinon vous comprendrez pas à quel point notre image est géniale", maint'nant, c'est "Ouvrez surtout pas la full, on a sauté à pieds joints sur la touche "too much" de TopazNaz, c'est sur sur sur sur sur sur traité !" S
  20. 4 points
    Attention, voici que chacun propose sa liste de courses. Mais vous avez bien compris qu'Émile est influençable, il va tout acheter, tout ! Émile : attends avant d'acheter plein de trucs ! Tu as besoin du télescope, de trois oculaires corrects (prends du 31,75 mm c'est moins cher), de vêtements chauds, d'une lampe rouge (j'aime bien celles dites « lecteur de carte ») et d'un atlas (je préconise le Pocket Sky Atlas). Le reste doit se choisir en fonction de son expérience.
  21. 3 points
    Bonsoir, L'activité de la comète 12P/pons-Brooks ne cesse d'augmenter, voici l'image obtenue au Quattro 200 dimanche dernier, à l'aurore : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour 1 pose sur 2 Nuit du 17 au 18 février 2024, de 04h29 à 05h33 utc 104 poses de 30s à -15°C, Temps d'intégration de 54 min Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage ramené à 2,5"/pixel On est loin (très loin même...) des somptueux résultats obtenus au RASA, mais la queue ionique est de mieux en mieux visible Je me suis aperçu que le temps d'intégration requis pour bien la voir est de l'ordre de 40 min, 12P n'est pas assez brillante pour sortir quelque-chose de contrasté à F4 avec des temps de poses de 10 à 15 min (comme ce fut le cas avec C/2023 P1 (Nishimmura) observée à peu près dans les mêmes conditions en septembre 2023), c'est toute la force des RASA ouverts à F2 sans parler de la pureté des cieux d'où observent les cadors de la discipline... Si la chevelure interne véritablement brillante fait à peine 3' de diamètre, on peut suivre la chevelure externe sur un diamètre de près de 15' en resserant les seuils. La queue est assez bien visible sur 28' de longueur vers PA=9°, c'est ténu mais en visualisation histogramme sous Siril je la suis sur 43' en fait. Michaël JAGER l'a signalée sur une longueur de plusieurs degrés déjà ! On voit aussi un beau streamer de 16' de longueur sur sa droite, vers PA=20°. Voici le résultat des mesures photométriques, elle a gagné près de une magnitude en 10j à peine : magnitude totale, m1 = 6.6 (rayon d'ouverture de 7') ==> c'était 7,5 le 08 février dernier magnitude nucléaire : m2 = 11.4 (rayon d'ouverture de 6") ==> c'était 12,0 le 08 février dernier Même si j'espère faire comme Alain quand il dit que c'est sa dernière image de Jupiter (), je crains que ce soit ma dernière image de 12P qui ne sera bientôt plus visible que sur l'horizon NW à W au crépuscule, zone qui m'est inaccessible Bonne nuit et bonnes observations à toutes/tous.
  22. 3 points
    Tout d'abord présentation de la jeune société Varda Space Industries : https://fr.wikipedia.org/wiki/Varda_Space_Industries extrait : Varda Space a lancé son premier véhicule spatial de 300 kg, Winnebago-1 composé d'une plate-forme Photon, d'une « usine spatiale 0-g » et d'une capsule de rentrée, sur une fusée Falcon 9 le 12 juin 2023 (mission de covoiturage Transporter-8), pour démontrer sa capacité à produire des produits pharmaceutiques en microgravité. Le retour de la capsule sur Terre, initialement prévu pour la mi-juillet dans l'Utah Test and Training Range, est reporté sine die car, initialement lancée sans licence de rentrée, elle se voit en septembre refuser cette autorisation par la FAA. Le 14 février 2024, la FAA accorde la licence de rentrée à Varda, pour l'Utah Test and Training Range et le Dugway Proving Ground voisin8. Winnebago-1 atterrit le 21 février 2024 dans l'Utah Test and Training Range. La version longue ; mettez plein écran et avec le son :
  23. 3 points
    quelques photos de lune prises a la meme periode que notre ami jp brahic pour comparer les champs completement differents en fonction des cameras utilisees et c est amusant de voir qu avec une focale 2 fois plus faible on a l impression de etre beaucoup plus pres des crateres en l occurence moi j ai une focale de 3.80 ( une barlow 2 fois celestron et un filtre ir 742 (1930 x 2) ) et ma cam est la asi 290 mm( 1930x 1096)soit 2 million de pixels lui a une focale de 7 metres et une cam saturn m avec un capteur de 9 million de pixels voila quelques photos prises du 16 au 19 fevrier
  24. 3 points
    Bonjour tout le monde, Je vous propose aujourd'hui une photo intermédiaire d'un travail en cours sur M51, l'escargot plus connu sous le nom de la galaxie du Tourbillon. Le traitement va être refait quand le plat de résistance arrivera mais comme il ne fait pas beau, je le partage quand même un peu en avance. Coté acquisition : L : 608x1min (10h08) / R : 74x1min (1h14) / G : 112x1min (1h52) / B: 86x1min (1h26) – Total : 14h40min – January 8 - February 19 2024 Telescope Newton 250 f/4 Axis instruments / Corrector Televue Paracorr 2 / Filters: Antlia V-pro 36mm / Camera: ZWO ASI2600MM Pro / Mount: AP1100 / Location : AstroARO Observatory, Portugal Softwares : Nina / APP / Pixinsight / Photoshop Bonne semaine à tous et bon ciel, on espère bientôt Guillaume
  25. 3 points
    Il était temps, c'était le dernier jour. Une éclaircie de 30min vers 13h, un seeing pas mal du tout (les filaments de la pénombre apparaissaient en visuel de temps en temps) Lunette APM de 107mm, filtre continuum, hélioscope, barlow 2x, cam ASI290mm. Jean-Yves
  26. 3 points
    Pari risqué que d'imager le Soleil en ce moment. Mais il faut savoir prendre des risques quand il y'a une récompense en jeu. L'objectif ( ou plutôt mon obsession ) était de prendre le portrait de la grande tache solaire du moment, AR3590. Impossible de laisser filer un trophée de guerre qui a quand même pété 3 éruptions de classe X en 2 jours ! Mais dans le même temps, la tendance météo à 7 jours était pitoyable. Seul espoir, surveiller la moindre éclaircie entre les gibboulées du samedi après-midi. Une première en vue pour 14:20 HL d'après Météo et Radar et SAT24 s'annonce finalement moins intéressante que prévu en arrivant au-dessus de chez moi dans les faits. Pour ne pas perdre une seule minute, j'avais préalablement préparé intégralement le matos à l'intérieur pour être prêt à sortir dès que le Soleil se pointrait. Je ne prévoyais pas d'éclaircie plus longue qu'une demi-heure donc il fallait gagner du temps sur la mise en place pour privilégier au max les captures. Finalement, une seconde éclaircie se présente passée 15:30 HL. Je me suis précipité mais au final, j'ai eu bien plus qu'espéré. L'éclaircie est restée en place jusqu'au coucher du Soleil pour ainsi dire ce qui m'a également autorisé à terminer par un peu de visuel alors que les turbulences augmentaient avec la déclinaison du jour. Bon, un peu de vent, des cirrus récurrents, quelques petites nuages par moments, beaucoup de turbulence, d'accord, mais je l'ai eu cette tache ! Et ce n'est pas dans ce contexte de blocage dépressionnaire que je me serai permis de faire la fine bouche... Ces images, les voilà ! J'en fait profiter ceux qui n'auront pas la chance de sortir avant encore un moment. Petit big up à tous ! Matthieu, l'explorateur du ciel.
  27. 3 points
    Bonjour, Enfin du beau temps ! Et pas prévu (ainsi que pour la nuit précédente). Mais cela n'a pas duré longtemps. Dès 11h00, le ciel commençait à se voiler. Cet après-midi, pluie. Le Soleil était donc assez bas. Ne pouvant plus utiliser le Mak 180 (il me manque un contre poids que j'irai chercher la semaine prochaine), j'ai installé l'ETX90. Pas un nuage, il avait gelé ce matin. T=5°C vers 10h00 HL. Pas mal de vent. ETX90 au foyer - Astrosolar D3,8 - Filtre Vert - Basler IMX265 - Genika - AS3 - Astrosurface V1 Films de 10 s AR 13590 : AR 13591 et 13592 : Jérôme
  28. 3 points
    bonjour à tous et à toutes ! une éclaircie ce soir m'a permis de jeter encore un coup d'oeil à la belle ! difficile à trouver dans le ciel bleu couvert de cirrus et de trainées d'avions , elle se sauve maintenant vers l'ouest ...... CFF 300 f/d de 20 asi 462c pas D'adc AS4 + astrosurface 3x100s : à 17h39tu de 17h 34tu à 17h47tu : une version à 120% : bon ciel ! polo
  29. 3 points
    Bonsoir, Le JWST découvre que les galaxies naines ont réionisé l'Univers, publié le 28 février 2024 https://esawebb.org/news/weic2405/ La recherche sur l'évolution de l'Univers primitif est un aspect important de l'astronomie moderne. Il reste beaucoup à comprendre sur la période des débuts de l'histoire de l'Univers connue sous le nom d'ère de réionisation. C'était une période d'obscurité sans étoiles ni galaxies, remplie d'un épais brouillard d'hydrogène gazeux, jusqu'à ce que les premières étoiles ionisent le gaz qui les entourait et que la lumière commence à voyager à travers l'espace. Les astronomes ont passé des décennies à tenter d’identifier les sources émettant des rayonnements suffisamment puissants pour dissiper progressivement ce brouillard d’hydrogène qui emplissait l’Univers primitif. Le programme Ultradeep NIRSpec et NIRCam ObserVations before the Epoch of Reionization ( UNCOVER ) (# 2561 ) comprend à la fois des observations d'imagerie et spectroscopiques de l'amas de lentilles Abell 2744. Une équipe internationale d'astronomes a utilisé la lentille gravitationnelle par cette cible, également connue sous le nom d'amas de Pandore pour étudier les sources de la période de réionisation de l'Univers. Les lentilles gravitationnelles agrandissent et déforment l’apparence des galaxies lointaines, de sorte qu’elles paraissent très différentes de celles du premier plan. La « lentille » de l'amas de galaxies est si massive qu'elle déforme le tissu même de l'espace, à tel point que la lumière provenant de galaxies lointaines qui traverse l'espace déformé prend également une apparence défigurée. L'effet de grossissement a permis à l'équipe d'étudier des sources de lumière très éloignées au-delà d'Abell 2744, révélant huit galaxies extrêmement faibles qui autrement seraient indétectables, même pour le Webb. Les astronomes estiment que 50 000 sources de lumière proche infrarouge sont représentées sur cette image prise par le télescope spatial James Webb NASA/ESA/CSA. Leur lumière a parcouru différentes distances pour atteindre les détecteurs du télescope, représentant l'immensité de l'espace dans une seule image. Une étoile au premier plan de notre propre galaxie, à droite du centre de l'image, présente les pointes de diffraction distinctives du Webb. Des sources blanches brillantes entourées d'une lueur brumeuse sont les galaxies de l'amas de Pandore, un conglomérat d'amas de galaxies déjà massifs formant un méga amas. La concentration de masse est si grande que le tissu de l'espace-temps est déformé par la gravité, créant une super-loupe naturelle appelée « lentille gravitationnelle » que les astronomes peuvent utiliser pour voir des sources de lumière très éloignées au-delà de l'amas qui seraient autrement indétectables même pour le JWST. Ces sources lentilles apparaissent en rouges sur l’image, et souvent sous forme d’arcs allongés déformés par la lentille gravitationnelle. Beaucoup d’entre elles sont des galaxies de l’Univers primitif, dont le contenu est agrandi et étendu pour que les astronomes puissent l’étudier. L’équipe a découvert que ces galaxies faibles sont d’immenses producteurs de rayonnements ionisants, à des niveaux quatre fois supérieurs à ce qui était supposé auparavant. Cela signifie que la plupart des photons qui ont réionisé l’Univers provenaient probablement de ces galaxies naines. « Cette découverte révèle le rôle crucial joué par les galaxies ultra-faibles dans l'évolution de l'Univers primitif », a déclaré Iryna Chemerynska, membre de l'équipe de l'Institut d'Astrophysique de Paris en France. « Ils produisent des photons ionisants qui transforment l'hydrogène neutre en plasma ionisé lors de la réionisation cosmique. Il souligne l’importance de comprendre les galaxies de faible masse pour façonner l’histoire de l’Univers. » "Ces centrales cosmiques émettent collectivement plus qu'assez d'énergie pour accomplir leur travail", a ajouté le chef d'équipe Hakim Atek, Institut d'Astrophysique de Paris, CNRS, Sorbonne Université, France, et auteur principal de l'article présentant ce résultat. « Malgré leur petite taille, ces galaxies de faible masse sont de prolifiques producteurs de rayonnement énergétique, et leur abondance pendant cette période est si importante que leur influence collective peut transformer l’état de l’Univers entier. » Pour arriver à cette conclusion, l’équipe a d’abord combiné des données d’imagerie ultra-profonde du Webb avec l’imagerie auxiliaire d’Abell 2744 du télescope spatial Hubble de la NASA/ESA afin de sélectionner des galaxies candidates extrêmement faibles à l’époque de la réionisation. Cela a été suivi d'une spectroscopie avec le spectrographe proche infrarouge du Webb ( NIRSpec ). L'ensemble multi-obturateur de l'instrument a été utilisé pour obtenir une spectroscopie multi-objets de ces galaxies faibles. C’est la première fois que les scientifiques mesurent de manière robuste la densité numérique de ces galaxies faibles, et ils ont confirmé avec succès qu’elles constituent la population la plus abondante à l’époque de la réionisation. C'est également la première fois que le pouvoir ionisant de ces galaxies est mesuré, permettant aux astronomes de déterminer qu'elles produisent suffisamment de rayonnement énergétique pour ioniser l'Univers primitif. "L'incroyable sensibilité de NIRSpec combinée à l'amplification gravitationnelle fournie par Abell 2744 nous a permis d'identifier et d'étudier en détail ces galaxies du premier milliard d'années de l'Univers, bien qu'elles soient plus de 100 fois plus faibles que notre propre Voie Lactée", a poursuivi Atek. Dans le cadre d'un prochain programme d'observation de Webb, appelé GLIMPSE , les scientifiques obtiendront les observations les plus profondes jamais réalisées dans le ciel. En ciblant un autre amas de galaxies, nommé Abell S1063, des galaxies encore plus faibles à l'époque de réionisation seront identifiées afin de vérifier si cette population est représentative de la distribution à grande échelle des galaxies. Comme ces nouveaux résultats sont basés sur des observations obtenues dans un seul champ, l’équipe note que les propriétés ionisantes des galaxies faibles peuvent apparaître différemment si elles résident dans des régions trop denses. Des observations supplémentaires dans un domaine indépendant fourniront donc des informations complémentaires pour aider à vérifier ces conclusions. Les observations GLIMPSE aideront également les astronomes à sonder la période connue sous le nom d’Aube Cosmique, lorsque l’Univers n’avait que quelques millions d’années, et ainsi développer notre compréhension de l’émergence des premières galaxies. Ces résultats ont été publiés aujourd'hui dans la revue Nature.
  30. 3 points
    on dirait un oeuf ! c'est pour rire il y a bien quelqu'un qui va trouver la solution ..... polo
  31. 3 points
    comme je me sent un peu visé par cette remarque , j'y vais de ma mauvaise manie parti de la Jpg au dessus c'est sympa de voir la granulation , non ?
  32. 3 points
    merci à vous. Le 29, la dernière du mois, car bissextile année nous sommes. Superbe ciel bien dégagé - quoique toujours voilé et surtout venté ce qui ne permet pas de pousser le détail. La tache AR 3590 approche du limbe et va bientôt disparaitre. L'occasion de lui tirer le portrait en forme de révérence. Il y a tant de choses sur le limbe que le choix du dessin est toujours cornélien, ici un superbe jet, là un truc filamenteux tout en longueur, en deux poils tout en longueur parallèles au limbe, une beauté....
  33. 3 points
    Moi je dis plus rien! car j'ai déjà tout dit la semaine dernière!!! Peut-être une chose! Appliquer le même traitement à vos photos de famille et vous ne reconnaîtrez plus personnes!
  34. 3 points
    Salut. Je confirme selon mes goûts. Usage de l'IA à modérer 😉 JF
  35. 3 points
    ça semble assez classique pour une période hivernale. Si tu cherches les conditions vraiment bonnes, l'hiver, ce n'est pas ça. C'est comme ça. Il faut voir le verre à moitié plein (si j'ose dire), on sort de 2 années avec des hivers anormalement secs avec toutes les conséquences préoccupantes que ça peut avoir. Il a quand même fallut ravitailler des bled en eau potable jusqu'en Bretagne justement, ... Si on veut vraiment profiter du ciel d'hiver, il faut se résoudre au remote ou tout simplement faire un séjour dans le SE de la France, généralement assez sec en hiver. Briançon se vente de 300 j de soleil par an. Je n'ai jamais vérifier la stat, mais pour y aller quasi tous les hivers je peux te dire qu'il est très rare de voir une semaine totalement grise. C'est généralement du 2/3 de beau temps.
  36. 3 points
    Je dirais que la différence entre les 2 se situe au niveau de la notoriété et du prix... Sans déc, je ne suis pas sure que tu verras une différence en visuel, surtout si tu ne peux pas comparer exactement au même moment dans les mêmes conditions. Je te dis cela, parce que comme toi, j'étais charmée par les sirènes de Televue et j'ai vendu mon excellent 6,7mm Meade UWA pour acheter un Nagler 7... Franchement, je ne pense pas avoir gagné au change. La différence de qualité, si elle existe, ne justifie pas le prix! Je dirais qu'avec ton 400 il te faut juste un bon 13mm en 82°, un oculaire de courte focale en 100° si tu veux, un cheshire et un seul filtre (OIII ou UHC, mais cela c'est seulement en allant voir la différence dans un télescope de 400 que tu pourras le décider), le reste c'est vraiment accessoire. Investis plutôt dans une bonne doudoune, des chaussures fourrées, un atlas et une lampe rouge très faible.
  37. 3 points
    Sol 297 Effectivement, il y aurait beaucoup de travail pour ajuster l'orientation et la lumière des images pour les fondres les unes dans les autres. Je dis bravo aux travailleur d'images ici sur le forum !
  38. 3 points
    Oui mais bon... du côté de Boca Chiqué... y'aurait du potentiel apparemment ...
  39. 2 points
    Bonsoir, Pas de conjonction comète/Objet du ciel profond à vous proposer pour ce post, mais une observation poussée sur la comète atypique C/2017 K2 (PANSTARRS) que j'ai suivie pendant plus de 3h le 13 février dernier, voulant détailler au mieux sa morphologie suite à l'aperçu réalisé le 03 décembre dernier et relaté ici : C/2017 K2 (PANSTARRS) est désormais à 4,6 ua de la Terre et 5 ua du Soleil et elle faiblit lentement, tout en présentant encore une belle chevelure et une longue queue : ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% ) Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut, Nord à peu près en Bas Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering Nuit du 13 au 14 février 2024, de 18h08 à 22h05 utc 209 poses de 60s à -15°C, Temps d'intégration de 03 h 29 min Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28 Échantillonnage ramené à 2,5"/pixel La chevelure fait 1.9' de diamètre et on devine la queue sur une longueur de 16.5' vers PA=184°. A une telle distance du Soleil, cette longueur représente 3 273 600 km ! Pour une comète à 5 ua du Soleil c'est vraiment totalement atypique. Les mesures photométriques donnent : m1 = 13.4 ( rayon de 1.1' ) ==> c'était 12.8 le 03/12/2023 m2 = 15.3 ( rayon de 6" ) ==> c'était 14.5 le 03/12/2023 Sur le site COBS ( https://www.cobs.si/obs/comet/1670/ ), d'autres observateurs ont signalé la queue sur une grande longueur, jusque 1° même en décembre 2023. Parmi eux, il y a cette belle image de Damian PEACH du 31/12/2023 près de la Tête de Cheval : Elle fait 43' vers PA=182° Au passage, je ne sais pas comment il fait pour l'avoir aussi brillante, moi elle paraît si ténue en comparaison... Les articles dédiés à cette comète hors norme mentionne une activité qui a probablement démarré vers 30 ua par la sublimation de glaces très volatiles (CO, CO2, N2) qui ont entraîné de petites particules de poussières se déplaçant à faible vitesse. Ce sont ces glaces hyper volatiles qui explique l'activité de cette comète, dont la taille maximum du noyau est estimée à 9 km. Elle n'est plus spectaculaire, mais tellement atypique que son suivi reste passionant je trouve et j'espère que vous aussi un peu Très bonne soirée et bon ciel.
  40. 2 points
    salut ciel bleu ce matin voici quelques shoot avec cette belle activité jean-marc
  41. 2 points
    Bien joué Stéphane, elle n'est pas facile celle là. J'ai pu faire un peu plus de 5mn avec le Seestar, hier soir, sur celle là, il n'a pas fait le capricieux mais on ne voit pas grand chose.
  42. 2 points
    Pour la photo prise à 4mn12 avant l'alunissage, elle est spectaculaire, on est assez surpris de voir une telle perspective dans un paysage si accidenté et proche. Pour des reliefs lunaires vus à la surface ou proche, on est plutôt habitué à voir des paysages avec des montagnes à l'allure de colline comme ci-dessous (Apollo 17). Ce qui n'est pas étonnant, vu qu'on cherchait avant le grand retour sur la lune, des alunissages les moins risqués (surfaces plates et peu de grands cratères comme dans les mers lunaires). Maintenant qu'on vise le pôle sud, ce sera tout autre et bien plus risqué. C'est déjà énorme que la sonde ait survécu malgré la descente rude. Pour la qualification de la mission, je dirais que c'est un succès relatif, et non un échec relatif. Pour un tel exploit par une société privé, il vaut mieux voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide!
  43. 2 points
    Je vends ces beaux oculaires SIEBERT en laiton état neuf , optiques parfaites : - Star Splitter 4.9mm (valeur 189USD HT sur le site) pour 150€ RESERVE - Ultra Serie Eyepiece 7mm en 2" ( valeur 299USD HT sur le site) pour 200€ - Ultra Série Eyepiece 13mm en 2"( valeur 299USD HT) pour 200€ - Ultra Série Eyepiece 24mm en 2" ( valeur 229USD HT) pour 180€ Les frais de port sont en sus et calculés selon le poids (les 2" sont lours) Réglement paypal entre ami uniquement.
  44. 2 points
    Ha oui celui là? j'ai pas fait le retrait de bruit vert SCNR dessus....
  45. 2 points
    Effectivement, je ferai la même remarque que pour NGC 253. J'ai l'impression qu'aujourd'hui, beaucoup veulent faire disparaître le bruit d'une image. Mais il fait partie d'une photo. Il faut faire avec 😉. Il vaut mieux une photo un peu bruitée, mais naturelle, que sans bruit et dénaturée, avec des infos qui n'existent pas.😉
  46. 2 points
    Comme Serge Il semblerait que la tendance soit maintenant de ne regarder les images que sur un écran de smartphone. Du coup, les full sont vraiment n'importe quoi. Il y a peut-être également le fait qu'un nouvelle génération d'astrophotographes n'ont aucune idée de "à quoi ressemblent réellement les objets qu'ils photographient". Ce qui n'aide pas pour faire la différence entre "vrais détails" et "artefacts". C'est particulièrement évident en imagerie solaire
  47. 2 points
    Merci Jérôme. Elle est encore pas mal aujourd’hui, avec des facules plus visible. Mais les prévisions météo image SDO:
  48. 2 points
    Le compte Ufotinik en a fait un résumé en français : https://twitter.com/ufotinik/status/1762798060701180031 NEWS STARSHIP: SpaceX révèle les causes de l'échec du vol 2 de Starship: Concernant le Booster 9 : "Après la séparation de l'étage, le Super Heavy a entamé sa manoeuvre "boostback", qui envoie des commandes à 13 des 33 moteurs Raptor du véhicule pour propulser la fusée vers son lieu d'atterrissage prévu. Au cours de cette combustion, plusieurs moteurs ont commencé à s'éteindre avant qu'un moteur ne subisse une défaillance énergétique, ce qui a entraîné un démontage rapide et imprévu du Booster. La désintégration du véhicule s'est produite plus de trois minutes et demie après le début du vol, à une altitude d'environ 90 km au-dessus du golfe du Mexique. La cause la plus probable du RUD du booster a été déterminée comme étant le blocage d'un filtre à l'endroit où l'oxygène liquide est fourni aux moteurs, ce qui a conduit à une perte de pression d'entrée dans les turbopompes d'oxydation du moteur qui a finalement entraîné la défaillance d'un moteur et donc la perte du véhicule. SpaceX a depuis mis en œuvre des modifications matérielles à l'intérieur des futurs réservoirs d'oxydation des boosters afin d'améliorer les capacités de filtration du propergol et d'affiner les opérations afin d'accroître la fiabilité." Concernant Starship 25 : "Lors de la séparation du véhicule, l'étage supérieur de Starship a allumé avec succès les six moteurs Raptor et a effectué une ascension normale jusqu'à environ sept minutes après le début du vol, lorsqu'une évacuation planifiée de l'excédent d'oxygène liquide a commencé. Du propergol supplémentaire avait été chargé sur le vaisseau spatial avant le lancement afin de recueillir des données représentatives des futures missions de déploiement de la charge utile et devait être éliminé avant la rentrée atmosphérique pour atteindre les objectifs de masse de propergol requis au moment de l'amerrissage. Une fuite dans la section arrière du vaisseau spatial, qui s'est développée lorsque l'évent d'oxygène liquide a été initié, a provoqué une combustion et des incendies ultérieurs qui ont entraîné une perte de communication entre les ordinateurs vol du vaisseau spatial. Le système autonome de sécurité du vol a alors détecté une violation des règles de la mission et a activé le système d'interruption du vol, ce qui a entraîné la destruction de du véhicule. Le test de vol s'est achevé lorsque le vaisseau spatial a atteint une altitude d'environ 150 km et une vitesse d'environ 24 000 km/h, devenant ainsi le premier Starship à atteindre l'espace extra-atmosphérique."
  49. 2 points
    Merci à tous! Pour le contraste tu as complétement raison. J'avais dû essayer mais cela avait tendance à crâmer le centre du soleil! J'ai refait en diminuant la luminosité. Je pense être mieux comme ça??
  50. 2 points
    au train où ça va, on sait comment ça va finir là aussi...